Catégorie : TEST : Test de terrain

000 - A LA UNE
18
Essai de la lampe LED de bureau : BenQ ScreenBar Halo

Avant de vous parler de la nouvelle BenQ ScreenBar Halo à 169 € que je teste actuellement ; voici un rapide bilan de ma ScreenBar Plus après 2 ans d’utilisation quotidienne (un modèle toujours en vente 139 € que j’avais testé en Octobre 2020 relire mon test terrain)…  Pour commencer, cette BenQ ScreenBar Plus a toujours fonctionné impeccablement depuis le début… Elle n’a connu aucun problème depuis son installation. Fiabilité sans faille, c’est du sérieux.

Retour d’expérience après deux ans d’utilisation de la lampe LED de bureau BenQ ScreenBar Son ergonomie est excellente (relire mon test de 2020), toutefois j’ai quand même réalisé quelques améliorations personnelles… Premier point : j’ai fini par coller une petite pièce de Velcro double face en haut de l’écran et sous la base de la lampe : je peux ainsi basculer mon écran quand je veux atteindre rapidement les prises qui sont située en dessous. Car il m’arrive en effet de travailler sur d’autres ordinateurs, que j’aime brancher sur mon écran de 32 pouces.

Mais rassurez-vous, dans le cadre d’une utilisation normale ces Velcro vous seront totalement inutiles, car la lampe tient parfaitement en place toute seule grâce au revêtement anti dérapant de sa base et par son seul poids (car elle est lestée)… Nous sommes ici dans le cas très spécifique : ou je dois « basculer » mon écran assez régulièrement, pour y brancher / débrancher des câbles.

Seconde modification personnelle : j’ai fixé le module de commande verticalement à l’arrière de mon écran, toujours à l’aide de Velcro double face… Afin que ce module soit encore plus discret. En effet la ScreenBar Plus de 2020 : le module de commande est relié par un câble USB à la lampe… Mais j’ai préféré le dissimuler totalement. Si vous êtes aussi maniaque que moi : vous devinez en quoi la disparition du câble sera une évolution intéressante du nouveau modèle ScreenBar Halo. Lire la suite…

 

000 - A LA UNE
32
Test Terrain du Canon RF 16 mm f/2.8 STM : indispensable !

Première particularité spectaculaire de ce Canon RF 16 mm f/2.8 STM annoncé en septembre 2021 : il est incroyablement compact et léger. Seulement 165 gr c’est presque ridicule… Seconde particularité qui intéressera du monde, ce RF 16 mm f/2.8 est très bon marché, presque donné à seulement 350 €.

Mais que vaut-il sur le terrain ? C’est ce que j’ai voulu tester sur le long terme, au cours d’un voyage en Thailande qui m’a permis de tester également le Canon EOS R7. Rappelons que les premières impressions avaient été bonnes lors des premières essais à Paris : relire Test en cours : le Canon RF 16 mm f/2.8 STM… et Retour d’un lecteur sur le petit Canon RF 16 mm f/2.8.

 

 

Ce qui m’a séduit dans le concept, c’est que ce Canon RF 16 mm f/2.8 STM répond à une problématique à laquelle aucun objectif Canon ne répondait jusqu’à présent : disposer en permanence dans mon sac photo d’un « complément » ultra grand angle… Avant lui : il fallait obligatoirement se charger d’un objectif fixe ou d’un zoom ultra grand angle beaucoup plus lourd et beaucoup plus cher. Relire à ce sujet notre Test terrain de l’incroyable Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM datant de l’été 2021… Ou le récent  Test Terrain du zoom manuel Laowa 12-24 mm f/5.6. Ou même ce test de l’été 2020 du Samyang 14mm f/2.8 AF.

Et pour remonter à beaucoup plus ancien, relire éventuellement mon « coup de coeur » de 2016, pour un certain Sigma 24 mm f/1.4 Art, mon objectif préféré. Bien entendu « tout change si vite » : et ce Sigma 24 mm n’est resté mon objectif préféré que quelques années. Car finalement pas si léger… Et de plus en plus sérieusement concurrencé par la qualité des zoom 24-70 mm, ou 24-105 mm. Mais revenons au Canon RF 16 mm f/2.8 USM.

Il est minuscule : il est léger, il est mignon – Je crois que pour certains photographes un peu débrouillards,  ce RF 16 mm pourrait en grande partie se substituer à un zoom ultra grand angle, type 16-35 mm… Même s’il implique certains défauts et limites qui affectent beaucoup moins les objectifs ultra Grand angles plus professionnels : plus couteux et plus lourds.

En effet, si vous disposez par ailleurs d’un zoom 24-105 mm, ou d’un objectif fixe de 24 mm : alors vous n’avez pas « impérativement » besoin de toutes les focales entre 16 et 24 mm… Car généralement, quelques « pas en avant » ou « pas en arrière » suffisent pour ajuster votre cadrage. Ensuite l’outil recadrage de votre logiciel fera le reste. Sa fiche technique est inédite. Lire la suite…

000 - A LA UNE
63
Test terrain du Canon EOS R7 en Thailande – Partie 1

Alors que les livraisons du Canon EOS R7 n’ont même pas encore commencé en cette fin juillet 2022 (il est vrai que l’annonce des EOS R10 et EOS R7 est encore récente), j’ai pu emporter un exemplaire de pré-série (quasi définitif) en Thailande… Histoire de réaliser un test terrain et vous livrer mes impressions au plus vite.

Contrairement à l’habitude, je ne vais pas attendre d’avoir testé « tout » l’appareil pour livrer une vue d’ensemble… Je vais procéder en deux épisodes, en commençant par les points les plus remarquables au fur et à mesure de mes découvertes du Canon EOS R7 (boîtier proposé nu à 1.499 € avec bague AF/RF). Ce qui me semble un prix très raisonnable, avant même de commencer le test… J’espère d’ailleurs à la rentrée tester également le Canon EOS R10 (proposé 989 € nu avec la bague EF/RF) qui partage de nombreuses caractéristiques avec ses grands frères : notamment cet Autofocus de compétition.

Je n’ai malheureusement pas pu emporter en Thailande les deux petits zooms RF-S (d’entrée de gamme) annoncés en même temps que les EOS R7 et EOS R10 : le RF-S 18-45mm f/4.5-6.3 IS STM et le RF-S 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM… Et j’aurais vraiment adoré tester le récent RF 24 mm f/1.8 Macro IS STM (dispo fin août 2022 au prix conseillé de 749 €TTC)… Et le petit zoom d’entrée de gamme : RF 15-30 mm f/4.5-6.3 IS STM qui sera dispo fin septembre 2022 au prix conseillé de 699 €TTC).

Car ceux-là feraient une équipe d’enfer avec un capteur APS-C : en donnant un équivalent 38 mm (autant dire 40 mm) pour le premier… Et l’équivalent d’un 24-48 mm pour le second : celui-ci aurait donc été un excellent « zoom de base » pour l’EOS R7 (qui m’aura un peu manqué). Mais on verra ça à l’automne.

Un Canon EOS R5 : en « miniature » ! Ce Canon EOS R7 est avant tout un « petit » EOS R5 / EOS R6… Ou disons un « proche cousin » de ces deux modèles, avec lesquels il partage de nombreuses similitudes… Inutile donc de revenir en détail sur de nombreux aspects (relisez pour la peine notre Test terrain du génial Canon EOS R6). Par exemple : il partage les même batteries (compatibles) et les même chargeurs que les EOS R, R5, R6. Eux même compatibles avec les EOS 5D, 6D, etc… C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup ! En voyage, c’est tellement pratique de n’emporter qu’un seul type de chargeur.

Nous allons pointer dans cet article quelques différences et quelques nouveautés, qui sont très appréciables : notamment au niveau de l’ergonomie. Pour découvrir la liste des caractéristiques les plus intéressantes de cet appareil, relisez : Les Canon EOS R7 et EOS R10 sont-il OK, ou fantastiques ?

Mais commençons cet article par évoquer la prise en main que j’ai trouvé excellente. Le grip, plus petit que celui de l’EOS R5 est parfaitement dessiné. Canon a mis quelques décennies d’expérience dans ce boîtier. La texture de surface est plutôt agréable, à des années lumières des EOS « à deux chiffres » des années 2010… Si l’on fait abstraction de la qualité du viseur (un peu en retrait) ; on retrouve vraiment les sensations d’utilisation de l’EOS R5 / R6, mais avec un gain de poids assez sensible.

Ajoutons aussi le fait que ce boîtier est « tropicalisé » et qu’il dispose d’un volet de protection du capteur : c’est toujours rassurant en voyage… Mais aussi que aucune « poignée grip verticale » ne semble prévue pour ce boîtier (je n’en utilise jamais).

Un nouveau capteur APS-C de 32 Mpixels qui marche… aussi bien qu’espéré ! On peut toujours compter sur l’excellent format compressé C-RAW, qui est un gros avantage pour Canon (selon moi)… Et qui est systématiquement proposé depuis plusieurs années sur tous les nouveaux Canon : je l’utilise systématiquement. Les RAW du Canon EOS R7 pèsent en moyenne entre 10 Mo et 24 Mo (selon le contenu des photos) : c’est très léger pour 32 Mpixels. –  Lire la suite…

000 - Grand large
23
Test du OWC miniStack STX : perle rare chez Macway

Annoncé en décembre par OWC, il m’avait tapé dans l’oeil ce combo « double boitier disques + quadruple hub Thunderbolt 4 ». J’ai cherché ou l’on pouvait acheter ce OWC MiniStack STX : et découvert qu’il n’était pas disponible partout… Heureusement on le trouve chez Macway à 349 € (329 € en promo actuellement). Alors j’ai appelé les amis de Macway pour me le faire prêter et vérifier, si il valait le coup.

Déballage et installation : colis réceptionné, emballage sans soucis et largement suffisant pour protéger la bête… Sans être délirant façon Apple. Entre nous : c’est aussi bien pour « sauver » la planète ( ! ) Les emballages prétentieux m’énervent un peu…

Immédiatement, j’ai été surpris par la taille et le poids de l’imposant boîtier d’alimentation ! Mais j’imagine que c’est nécessaire pour alimenter les ports Thunderbolt 4, plus éventuellement deux disques. Vous devrez dévisser 4 petites visses cruciformes pour installer votre (ou vos) disque(s) à l’intérieur. Rien de compliqué, d’autant que des vidéos de démonstration très explicites sont proposées ici par OWC. Et des visses sont fournies dans deux petits sachets. Prévoyez juste un petit tournevis…

Personnellement j’ai simplement « enfiché » un gros disque 3,5 pouce dans son emplacement (un Seagate de 10 To) sans prendre le temps de le visser, à l’aide des visses latérales… Car il tient bien en place, une fois le couvercle refermé. Mais vissez-le quand même, c’est conseillé. A noter que je n’avais pas de disque NVMe sous la main au moment du test : je compléterais plus tard cet aspect là. Lire la suite…

000 - A LA UNE
49
Test terrain : ASUS ProArt PA329CV l’écran 4K en 32 pouces… pour tous

Ce superbe écran ASUS ProArt PA329CV de 32″ en 4K (3840 x 2160, dalle IPS à la luminosité maximale de 350cd/m²) est posé sur mon bureau depuis quelques mois… Il s’agit de l’entrée de gamme des écrans 4K en 32″ chez Asus et je suppose que pour beaucoup d’entre vous : disposer d’une telle surface d’affichage pour seulement 799 € devrait s’avèrer tentant… Voyons ce qu’il a dans le ventre !

J’aurais du publier ce test plus tôt, malheureusement mes activités de formation m’ont laissé moins de temps qu’espéré. Le retour intensif aux formations à distance en janvier 2022 (pour cause de COVID) ; me fait apprécier plus encore : sa taille généreuse de 32 pouces… Oui, 32″ c’est plus large et plus confortable pour moi, qui m’étais habitué à une paire de 27″ depuis trop longtemps.

Depuis 5 ou 6 ans j’utilisais un écran principal de 27 pouces au ratio 16/9 placé horizontalement bien en face de moi. Epaulé d’un second écran 27 pouces : placé verticalement sur ma droite. Remarque en passant : ce dernier m’a toujours semblé trop étroit à cause de son ration 16/9 basculé verticalement.

Mais 32″ c’est tellement pratique pour travailler en Visio ou sur Lightroom. Désormais mon 32″ est bien centré en face de moi. Et j’ai toujours le même 27″ à droite, qui semble à peine plus haut que le 32″ : ce qui est plus harmonieux. Je l’ai bien « orienté vers moi » de façon à conserver un angle de vue acceptable : c’est d’autant plus important qu’il s’est encore éloigné un peu plus vers la droite… Lire la suite.

 

000 - Grand large
21
Guide d’achat des appareils photo – Introduction

Grâce à dix questions, notre guide d’achat des appareil photo en 10 étapes vous aidera à identifier vos besoins, pour dénicher l’appareil qui vous convient le mieux… Nous allons décrypter la jungle des termes techniques et présenter simplement les différents types d’appareils, les divers formats, les types de capteurs et d’objectifs pour choisir rapidement votre appareil photo… Suivez les 10 étapes :

Combien voulez-vous dépenser ?

• Quelle est la taille de capteur, qui vous conviendrait le mieux ?

• Quelle résolution en pixels, désirez-vous ?

• Préférez-vous un zoom ? Ou un objectif fixe ? Ou les deux ?

• Avez-vous besoin d’un viseur ? Viseur optique, ou électronique ?

• Avez-vous besoin d’un Flash intégré

• Avez-vous besoin du WIFI / Bluetooth ?

• Avez-vous besoin du GPS ?

• Désirez-vous filmer en format 4K ?

• Avez-vous besoin d’autres caractéristiques ?

Sans l’aide d’un bon guide, le marché de la photo est devenu une jungle de chiffres, de modèles et de formats, au cœur de laquelle vous êtes perdu… Beaucoup de « gadgets » se transforment en miroirs aux alouettes : pour vous attirer vers des modèles coûteux dont vous n’avez pas forcément besoin… Pour un débutant, choisir un appareil photo est devenu un casse-tête. Lire la suite…

000 - A LA UNE
21
Test Terrain de l’écran portable : ASUS ProArt PA148CTV

Notre sujet du jour est l’écran « portable » ASUS ProArt PA148CTV… Qui est une solution d’affichage légère et efficace destinée aux ordinateurs portables des photographes… Cela tombe bien, puisque de plus en plus de photographe optent pour la solution : « ordinateur portable » en tant qu’ordinateur principal…

Cet écran appartient à la gamme « ProArt » du constructeur Taïwanais. Il peut servir d’écran secondaire transportable pour votre ordinateur portable, notamment avec Lightroom Classic. Car il est léger, ne nécessite pas de prise de courant (un adaptateur secteur est fourni) et se connecte instantanément grâce à un unique câble USB-C à votre ordinateur, qui peut continuer à fonctionner sur batterie éventuellement. La mise en oeuvre est donc facile et assez rapide… 

Globalement la finition est belle et semble solide. Il pèse 740 gr. ce qui comprend le pied basculant qui permet de gérer l’inclinaison précisément… La première fois on râle avant de trouver « sur quoi il faut tirer » pour déployer ce pied. Mais il suffit de pousser au bon endroit : sur l’une des deux petit onglets qui dépassent. L’encombrement est réduit : 32,3 cm en largeur. Pour 20 cm en hauteur… Et seulement 1 cm en épaisseur : transportable facilement donc. Lire la suite…

000 - A LA UNE
23
Test terrain du Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM

Depuis quelques décennies, les zooms ultra-grand angle de type 16-35 mm (ou mieux 14-35 mm) sont  des « incontournables » dans l’équipement des photographes. Spécialement dans les domaines du news, du sport, ou de la photo de voyage (relire : 16-35 mm f/2.8 + 70-200 mm f/2.8 = photo journalisme).

 

 

Et à condition qu’ils ne soient ni trop encombrants, ni trop coûteux : ces zooms « UGA » intéressent également certains photographes amateurs (signalons aux passage le classique EF-S 10-22 mm qui est l’équivalent d’un 16-35 mm pour appareils APS-C)… Dans le cadre d’une utilisation « loisir », tout le problème est leur poids et leur taille. Voilà pourquoi de part sa taille raisonnable : ce nouveau Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM me semble particulièrement intéressant.

La trinité des zooms pro est généralement composée d’un 16-35 mm, d’un 24-70 mm (ou éventuellement d’un 24-105 mm) et du fameux et totalement incontournable 70-200 mm (relire le Test terrain du RF 70-200 mm f/4 L IS USM)… Selon vos besoins, selon votre budget… et surtout votre capacité « à porter » plusieurs kilos d’objectifs : vous pourrez « panacher » les versions ouvrant à f/2.8 ou f/4, de ces trois types de zooms… Lire la suite…

000 - A LA UNE
40
Test terrain du Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM

Je sais que tous les lecteurs ne rêvent pas forcément de ce petit zoom d’entrée de gamme, le Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM que l’on trouve seul ici pour 389 €… Ou dans le Kit à 3059 € de l’EOS R6 chez Digixo : ce qui revient à l’acheter 370 €… Mais ils ont tort car pour ce prix : il est incroyablement efficace, très compact et léger… Nombreux sont les « moqueurs » qui se gaussent de son ouverture de f/7.1 au 105 mm, encore une fois ils ont tort ! Car ce petit zoom produit des images très nettes à toutes les focales, il est très bien construit et sait se rendre indispensable… Irremplaçable même !

Je l’ai acheté pour mon usage personnel et l’ai beaucoup utilisé depuis plusieurs mois… Lors de ballades Parisiennes : sans but et les mains dans les poches, mais aussi en randonnée en raquette en Savoie. Ou depuis un mois : en randonnée dans l’ile de la Réunion… Un type de terrain ou le sac doit rester impérativement léger : je suis ravi de l’avoir emporté. Voici mes impressions de terrain et conclusions à propos d’un « objectif incompris » et injustement moqué.

 

 

Caractéristiques et premiers contacts : un poids plume ! C’est d’abord le poids plume de ce zoom (395 g.) qui m’a le plus intéressé lors de sa présentation… C’est le zoom que vous allez prendre lors de vos sorties « les mains dans les poches »… Le zoom de celui que ce dit, « cette fois ce n’est pas la peine de se charger, mais mon smartphone ne suffira pas »… En effet : les objectifs des smartphones ne montent pas encore jusqu’au 105 mm et surtout ne possèdent pas de capteurs Full Frame » !

J’ai utilisé ce Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM avec mon EOS R et un EOS R5, dépourvus de toute sangle… Juste une petite « dragonne de poignet » comme je le fait avec mon Canon G5X MkII, ou n’importe quel appareil compact… Essayez, car ça change la vie ! Vous n’avez plus l’impression de transporter un appareil à objectif interchangeable. Mais seulement un gros compact, pour peu que l’objectif reste suffisamment léger… Lire la suite.

000 - A LA UNE
33
Test terrain du Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM

Lors de son annonce nous avions déjà compris que cet objectif très innovant serait indispensable. Mieux : ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM est un « game changer » et semble justifier (à lui tout seul ou presque) l’abandon du système des reflex EOS, pour passer à la gamme hybride Canon EOS R.

Après le Test terrain du drone DJI Air 2S à la Réunion, j’ai passé beaucoup de temps à tester sur le terrain ce fameux Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM qui me faisait envie depuis longtemps… Et je l’ai principalement utilisé sur un EOS R5 (qui fera peut-être lui aussi l’object d’un test comme celui de l’EOS R6). Mais aussi parfois je l’ai monté sur mon EOS R, qui me sert de second boîtier.

Vous me direz : il pourrait être assez court ce test du Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM… Tellement déjà sur le papier : cet objectif est fantastique ! Je rappel que j’avais déjà été enthousiasmé par son grand frère à f/2.8 qui est facturé environ 1000 € plus cher… Relire ma Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM : qui allait au delà de tous nos espoirs.

C’est un peu personnel et très accessoire : je trouve cette version f/4 incroyablement élégante… Le design est très épuré et très fluide avec ce décrochage typique des objectifs RF au niveau de la bague de focale. Il est esthétiquement bien plus réussi que son cousin ouvrant à f/2.8, qui n’était pas spécialement moche, mais qui affirme un look de camion un peu « utilitaire ». Une question totalement accessoire bien entendu !

 

 

Attention avant de tomber amoureux : ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM n’est pas donné : 1.799 € chez Digixo. Ou 1.799 € chez Amazon. Alors que la récente version EF 70-200mm f/4 L IS II USM, ne coûte que 1.299 €. Mais les 500 € de différence me semblent totalement justifiées, vu les bénéfices que l’on tirera de la version RF : vous en aurez plus que pour votre argent. Lire le « test de terrain ».

Avant tout achat, relire ici nos Tests terrain ! Je vous conseille notamment  :

• En 2021 : rester en reflex ou passer en hybride Full Frame ?

• 10 bonnes raisons de passer aux Canon EOS R6 et R5 en 2021

• Test terrain : Canon EOS R6

• Test terrain : Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM

• Test terrain : Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM

• Test terrain : Canon RF 600 mm f/11 IS STM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

• Test terrain : Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF

• Test terrain : Canon G5X MkII en Sulawesi

Encouragez PHOTOETMAC en faisant vos achats chez Digixo ici : photoetmac.com/2019/06/digixo et soutenez une boîte Française basée à Paris qui nous verse une petite commission. Si vous cherchez un produit absent de notre page : contactez moi je l’ajouterai pour vous.

000 - A LA UNE
14
Test terrain du drone DJI Air 2S à la Réunion

Il y quelques années en 2018, j’avais un peu joué avec un DJI Spark (désormais indisponible), qui a été mon tout premier Drone : acheté à Hong Kong un peu sur un coup de tête, car il était vraiment peu cher… C’était une petite machine très amusante et plutôt facile à vivre. Toutefois, je l’avais revendu un an plus tard, avec très peu d’heures au compteur (il faut bien l’avouer)…

En effet, la durée de vol était très courte (16 minutes), l’appareil photo de seulement 12 Mpixels ne shootait qu’en JPEG (pas de RAW) et ne possédait qu’un capteur de très petite taille. Les photos étaient donc plutôt décevante (du point de vue d’un photographe pro habitué au Full Frame, bien entendu)…

De plus la liaison vidéo avec le drone (en WIFI à cette époque) était un peu instable et « peu rassurante » pour un débutant… Il m’est arrivé de ramener le drone en pilotage visuel : en me passant de la vidéo, un détail qui limitait beaucoup son utilisation. Ajoutez à cela que la mise en connexion WIFI entre le smartphone et la télécommande était fastidieuse avant chaque décollage. Trop de contraintes, pas assez de sécurité, pas assez de fun, pour un modèle un peu trop « léger » au final…

 

 

Mais cinq ans plus tard tout à beaucoup changé : je viens de m’offrir un drone DJI Air 2S (lien vers le site DJI) et là c’est vraiment autre chose… Je vous propose dans ce test le ressenti d’un « apprenti pilote » qui est d’abord un photographe, avant d’être un expert du drone (j’en suis encore loin). Ce qui intéressera je suppose, d’autres photographes ayant envie de prendre un peu de hauteur sans trop se prendre la tête…

Cette fois-ci avec ce nouveau DJI Air 2S (qui a perdu le terme « Mavic » dans son nom) il me semble que les drones « experts » sont parvenus à une excellente maturité (fiche technique chez DJI). Et qu’avec ce nouveau venu vous pouvez enfin vous lancer : si vous en rêviez n’attendez plus. Lire le test

Avant tout achat, relire ici nos Tests terrain ! Je vous conseille notamment  :

• En 2021 : rester en reflex ou passer en hybride Full Frame ?

• 10 bonnes raisons de passer aux Canon EOS R6 et R5 en 2021

• Test terrain : Canon EOS R6

• Test terrain : Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM

• Test terrain : Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM

• Test terrain : Canon RF 600 mm f/11 IS STM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

• Test terrain : Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF

• Test terrain : Canon G5X MkII en Sulawesi

Encouragez PHOTOETMAC en faisant vos achats chez Digixo ici : photoetmac.com/2019/06/digixo et soutenez une boîte Française basée à Paris qui nous verse une petite commission. Si vous cherchez un produit absent de notre page : contactez moi je l’ajouterai pour vous.

 

ACTU : matos photo, divers
6
Balance ton port : un mini Hub USB-C à 38 €

Vous êtes nombreux à regretter l’absence de Hub « multi USB-C » jusqu’à présent… Cela fait plusieurs années que l’on en cherche : et plusieurs années que l’on en trouvait pas !

Les seuls dispositifs à notre disposition étant de couteux hub multi-ports : très encombrants et très chers, incluant des tas de choses dont on ne veut pas… Ou alors ces deux modèles en Thunderbolt 4 (pas encore vraiment disponibles) :

• CalDigit Thunderbolt 4 / USB4 Element Hub : indispensable ?

• Hub OWC Thunderbolt 4

C’est donc la première fois donc que je remarque sur Amazon (merci à Mathieu F. qui l’a signalé ici) : un minuscule Hub à 38,63€, qui ne propose que des ports USB-C.

Juste histoire de l’emporter en voyage au « cas ou » : il devrait permettre aux utilisateurs de Macbook Air M1 et Macbook Pro M1 (pour le moment équipés de seulement deux ports Thunderbolt / USB 4) de brancher éventuellement « en même temps » : une clé USB, deux disques durs, un lecteur de carte, tout en conservant leur alimentation branchée directement sur l’un des deux ports du Mac !

A noter que j’ai aussi remarqué cet autre modèle Belkin (une marque connue par contre), qui propose deux ports USB-C avec deux ports USB 3 : une configuration assez rare qui peut être pratique.

Alors j’ai commandé sur Amazon ce : Sitecom CN-385 Hub USB-C 4 Ports | USB-C vers 4X USB-C Port, données 5 Gbit/s et Puissance 7,5 W, pour MacBook Pro, New MacBook, ChromeBook Pixel, Tablette USB Type-C, qui ne coute que 38,63 €. Je l’ai reçu en 24h : il est vraiment très petit et très joli : belle finition aluminium, rien à dire…

 

 

Il propose 4 ports USB-C 3.1 ce qui porte le total disponible sur un Macbook Air à deux ports à un total de 5 au final. Une fois que vous avez branché l’alimentation directement, vous disposez donc de 4 port USB-C 3.1. Je l’ai essayé avec deux disques SSD branchés en même temps et un lecteur de carte… Une petite diode s’allume : s’est très bien.

Les trois volumes sont montés instantanément, tout semble fonctionner normalement. La vitesse avec un disque SSD Samsung T5 de 1To, est limitée à 290 Mb/sec en lecture, ce qui est légèrement inférieur à la vitesse du disque branché directement sur le Mac (374 Mb/sec en lecture). C’est une assez bonne surprise car ce n’est pas trop lent… Lire la suite.

1 2 3 10