Catégorie : TEST : Test de terrain

000 - A LA UNE
24
Test terrain Samyang 85 mm f/1.4 AF Monture Canon RF

Samyang a spécialement conçu une gamme de six objectifs autofocus adaptés aux hybrides Full Frame Sony ou Canon EOS R. Annoncé en mai 2020, le Samyang RF 85 mm f/1.4 AF accessible au prix doux de 699 € est le second objectif AF de Samyang en monture Canon RF (et d’autres suivrons espérons-le).

Le premier était le remarquable et déjà bien connu ultra grand angle de 14 mm (annoncé en janvier 2018), que j’ai pu tester récemment (relire notre Test terrain Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF).

Ce que je trouve intéressant avec ce Samyang RF 85 mm f/1.4 AF (consultez sa page chez  Samyang Global) : c’est la combinaison d’une grande ouverture de f/1.4 et d’un gabarit compact et plutôt léger. Ce qui est trop rare, car de nombreux 85 mm f/1.4 sont presque « trop performants »… Donc malheureusement trop encombrants aussi… Ce qui dissuade les photographes de les emporter sur le terrain.

Pour finir les « présentations » sa conception est assez élaborée, avec 11 éléments en 8 groupes dont 4 lentilles haute réfraction (HR) et une lentille en verre à faible dispersion (ED). Son diaphragme de 9 lamelles devrait produire un agréable « bokeh », ce que je vous laisse apprécier sur mes photos d’exemple.

Du côté de l’Autofocus, « deux moteurs ultrasoniques gèrent l’AF tout en silence et rapidité via le déplacement d’un seul bloc optique ». D’accord : on va tester ça… Des joints d’étanchéité assure une protection basique du Samyang RF 85 mm f/1.4 AF contre les intempéries : bien joué ! Lire la suite…

ACTU : matos photo, divers
29
Une semaine avec le Canon EOS R6 : retour d’expérience

Voici le retour d’expérience de Gil Couturiot (visitez sa page Facebook), un de nos lecteurs et contributeur au site, habitué aux reflex de longue date. Il partage ses impressions, après un peu plus d’une semaine d’utilisation de son Canon EOS R6 et environ 1600 photos réalisées.

Et je précise que son Canon EOS 5D MkII est d’ailleurs en vente,  je sais que Gil est un garçon soigneux ce devrait donc être une bonne affaire ! Mais je lui laisse la parole :

« Je précise tout de suite que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester le Canon EOS R6 sur un shooting studio ou sur un mariage, donc je ne passerais pas en revue « tout l’appareil », dans toutes ses dimensions. Il ne s’agit pas d’un test « complet », juste de premières impressions.  Mais je vais bientôt avoir quelques shooting studio, je vous en dirais plus à ce moment-là. Pour le test complet lire ici le Test terrain du Canon EOS R6, publié par Jean-François.

« Le saut dans le monde de l’hybride est donc maintenant définitif pour moi… Et il n’y aura pas de retour en arrière ».

Pour vous situer un peu, je travaillais jusqu’à maintenant avec un Canon EOS 5D MkIII… Et un EOS 5D MkII. Et enfin depuis très peu de temps : un Canon EOS M50. J’utilise toujours les mêmes objectifs qu’avec mes reflex EOS, grâce à la bague d’adaptation. C’est à dire, les :

• Canon EF 16-35 mm f/2.8 L II USM

• Canon EF 24-105 mm f/4L IS USM

• Canon EF 50 mm f/1.4 USM

• Canon EF 85 mm f/1.2 LII

• Canon EF 100 mm f/2.8 macro L IS

• Canon EF 135 mm f/2 L

Pour commencer, je dirais que la transition entre reflexes et hybride a été très rapide pour moi. J’ai déjà revendu mon EOS 5D MkIII et en dehors de sa construction et du côté bel objet / mécanique je ne le regrette pas. Je dirais même que je ne sais pas à quel moment j’aurais encore préféré l’utiliser, par rapport au Canon EOS R6. Le saut dans le monde de l’hybride est donc maintenant définitif pour moi… Et il n’y aura pas de retour en arrière ! Lire la suite…

 


Améliorez la colorimétrie de vos fichiers RAW Canon, Nikon, Fuji, etc… dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce aux Profils que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur ». Découvrez mes profiles Lightroom à Télécharger !

 

APN : Canon
18
Ils sont incroyables ces Canon RF 600 mm et 800 mm f/11 IS STM

Ou l’on va reparler un peu  de l’incroyable Canon RF 600 mm f/11 (relire mon test terrain ici)… Maintenant que Tony Northrup au comparé point à point le RF 600 mm f/11, au Nikon 600 mm f/4.

Cette vidéo est passionnante et confirme tout le bien que je pense de ces deux objectifs, très accessible financièrement… On en parle en commentaire si vous n’êtes toujours pas convaincus. Lire la suite…

000 - A LA UNE
24
Test terrain Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF

Pour les utilisateurs de Canon EOS R, Samyang occupe le devant de la scène des (encore rares) marques proposant des « objectifs compatibles » en monture RF… Relire à ce sujet : Samyang AF 85 mm f/1.4 en monture Canon RF… Et comme rien ne remplace une « expérience de terrain », j’ai demandé à tester quelques temps ce fameux Ultra Grand Angle en version Autofocus. Le Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF est disponible pour 679 € (chez Digixo).

A noter qu’il existe aussi pour les hybrides Canon EOS R une autre version Samyang 14mm f/2.8 MF en Monture Canon RF (399 €) à mise au point Manuelle. Et pour les reflex une Version Autofocus pour les reflex Canon EF (629 €) ainsi que pour les Nikon à monture F (599 €)

Qu’il ne faudrait pas confondre avec l’ancienne version pour Canon EF à Mise au point Manuelle (449 €) un peu plus ancienne (qui est également déclinée pour Nikon Fpour Sony FE, pour Fuji (APS-C) et Canon EF-M (APS-C)… Montée sur un capteur APS-C Canon EF-M, ce 14 mm donnera une focale apparente de 22,4 mm.

Il est loin le temps des premiers Samyang 14 mm f/2.8, qui étaient un peu « rustres » (relire notre essai du 14 mm en 2013). Le design de ce nouveau modèle est vraiment beau, la formule optique assez élaborée et son moteur AF (quasi) parfaitement silencieux.

La construction n’est pas du « tout métal » (le pare-soleil est en plastique et le fut en métal) mais cela ne nuit pas à la sensation de qualité… Les photos de l’objet parlent d’elles-mêmes : on m’a prêté un exemplaire neuf bien entendu… Et peut-être ne restera-t-il pas aussi beau que cela, pendant 10 ans (je ne sais pas)… Mais vous le trouverez probablement bien assez beau, pour le prix qu’il vous aura coûté et le plaisir que l’on trouve à utiliser un 14 mm. C’est extrêmement ludique…

Pour protéger la large lentille avant, un gros bouchon en plastique un peu encombrant, vient se fixer assez solidement (grâce à deux cliquets) sur le pare-soleil en plastique.

Le Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF est protégé contre les intempéries et la monture arrière métallique est cerclée d’un joint caoutchouté. A l’arrière de la monture, on repère un dispositif (amovible semble-t-il) permettant de fixer un filtre de gélatine… Bien vu ! Car à l’avant, aucun filtre n’est possible, puisqu’il n’existe aucun pas de visse, comme sur les Canon EF 14 mm f/2.8. Lire la suite…

000 - A LA UNE
16
Canon EOS R5 : démo de reconnaissance des yeux des animaux

La reconnaissance des yeux des animaux est arrivée sur les EOS R5 et R6… On se demandait un peu à quoi ça allait ressembler : et bien voici la réponse en vidéo.

C’est assez impressionnant, car il n’y a pas seulement les yeux des chats, des chiens et des oiseaux qui sont reconnus… Mais aussi les yeux des tortues ou des poissons ! Relire :  Premier « test terrain » du génial Canon EOS R6.

A ce sujet pensez à ajouter à votre Menu Personnalisé Vert : le Menu de sélection de Types de sujets à détecter, qui propose trois options : Personnes, Animaux, ou Pas de priorité… On sait que le système de détection des yeux accrochera les yeux des chats, des chiens et des oiseaux.

J’ai pu attraper furtivement le chat et le chien du voisin, pour tester le Mode de suivi de l’oeil des animaux… Vraiment, cet Autofocus Dual Pixel est devenu totalement redoutable ! Jugez plutôt sur pièce… Vous ne le saviez pas : mais j’ai une chaine Youtube (en sommeil depuis des années). Je me dis souvent que je devrais « me mettre » à Youtube, pour faire comme tout le monde. Si vous vous abonnez à ma chaine : je vais peut-être commencer à y penser ! Lire la suite…

000 - A LA UNE
200
Premier « test terrain » du génial Canon EOS R6

Scoop : en avant-première, j’ai pu me faire prêter un Canon EOS R6 de présérie accompagné du téléobjectif RF 600 mm f/11 IS STM et du Multiplicateur RF 1.4x. bien avant leur présentation officielle. Je ne vous cacherais pas qu’en l’absence de grand voyage cet hiver, cet essai a été pour moi, un des grands bonheurs photographiques de l’année 2020… Aussi je vous invite à découvrir ci-dessous mon « test terrain » réalisé en Savoie.

Exclusif : Pré-test terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM et du Multiplicateur RF 1.4x (à venir)

Voici le nouveau Canon EOS R6 disponible dès maintenant pour 2 699 € TTC boîtier nu et en kit avec le RF 24-105 mm STM : 3 059 €… Avec lequel j’ai pu m’amuser une semaine avant sa présentation officielle.

 

 

Et bien je vais vous dire : je me suis régalé avec cet appareil « joueur » qui est du pur plaisir, typique des gammes intermédiaires de Canon, destinées aux amateurs experts. Oui, c’est un coup de cœur, tant tout est naturel, instinctif, bien fini, bien conçu… Si vous ne l’avez pas déjà lu, vous pouvez relire mon Test terrain du Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM.

 

Canon s’est surpassé au niveau de l’ergonomie et je n’avais pas eu autant de plaisir à découvrir un nouvel EOS, peut-être depuis l’EOS 6D (en 2012) qui m’avait agréablement surpris par sa facilité et sa légèreté. On sent presque immédiatement si un appareil est « bien né »… Et je crois franchement que c’est le cas de cet EOS R6. La marque rouge, vient d’ailleurs de publier une liste des fonctionnalités, améliorations et modifications apportées aux EOS R6 et R5, par rapport à l’EOS R : cette liste est impressionnante : canon.com. mais voici déjà une partie des caractéristiques de l’EOS R6… Lire la suite…

000 - A LA UNE
26
Test terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM : léger et amusant !

En avant-première j’ai pu essayer le surprenant téléobjectif Canon RF 600 mm f/11 IS STM, accompagné d’un Canon EOS R6 et de l’Extendeur RF 1.4x (excusez du peu)… Malgré une ouverture modeste de f/11 (assez injustement décriée), il est rassurant de découvrir sur le terrain tout ce que l’on peut faire avec un objectif pesant seulement 930 gr. Pour un 600 mm, c’est totalement inédit : rien d’équivalent n’existait jusqu’alors et de très nombreux photographes seront probablement intéressé par ce modèle accessible dès 799 €. Et ça aussi c’est inédit pour un 600 mm.

On sent que le lancement des hybrides Full Frame EOS R5 et EOS R6, a été un moment historique pour le géant Canon. Ce neuf juillet 2020, un message fort a été chuchoté à l’oreille des amoureux de reflex : « Allez-y ! Adoptez nos hybrides Full Frame à capteurs stabilisés (IBIS). Car nous sommes prêts et nous aussi : on y croit totalement désormais »…

Voici déjà les principales caractéristiques de cet objectif, qui ne propose qu’une seule ouverture de f/11 : on ne peut en changer (ce qui peut surprendre, mais on s’y fait)… Au moins sommes-nous certains qu’il a été conçu dès le début pour exceller à cette ouverture précise ! En tenant compte de toutes les contraintes possibles : diffraction, encombrement, poids et prix… Cela ne me choque pas, étant moi-même assez partisan de ne faire « qu’une seule chose à la fois, mais de la faire bien »…  Lire la suite !

 


Améliorez la colorimétrie de vos fichiers RAW Canon, Nikon, Fuji, etc… dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce aux Profils que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur ». Découvrez mes profiles Lightroom à Télécharger !

 

 


 

 

 

000 - A LA UNE
33
Test terrain du Ricoh GR III à Paris

Ce test terrain aurait du se dérouler en Birmanie durant trois semaines en février mars. Malheureusement, ce voyage a été annulé à la dernière minute, suite à un léger problème international de virus, dont vous avez entendu parler…

Me voici donc dans les rues de Paris (avant le confinement), pour tester le Ricoh GR III (lien vers la page du produit en Français). Et après tout c’est bien aussi… Car cet appareil est typiquement celui que les passionnés de Street Photo aiment prendre tous les jours dans leur sac « de ville »… Y compris lorsqu’ils vont au travailler, ou lorsqu’ils sortent faire une petite ballade « sans but » : les mains dans les poches.

 

On hésite pas à emporter un minuscule appareil qui rentre dans une poche. Du coup, « le meilleur appareil photo » c’est celui que l’on a toujours avec soi. Et j’ai pu maintes fois pu le vérifier : les photos vraiment originales et intéressantes : ce sont typiquement celle que l’on avait pas imaginé, pas anticipé… On voit une belle lumière, on assiste à une scène étonnante et hop : on sort l’appareil et l’on prend quelques photos en passant… A condition bien entendu que l’appareil soit « dans votre poche ». Qu’il reste rapide à dégainer, rapide à s’allumer et capable de saisir « l’instant décisif » cher à Henri Cartier-Bresson.

 

 

C’est à ce moment précisément : que beaucoup répondent qu’ils disposent depuis quelques années de l’appareil intégré à leur téléphone, dont la qualité n’est pas si mauvaise… Toutefois, si elle est parfois suffisante, elle n’a absolument rien à voir avec ce que donne (par exemple) : un capteur APS-C de 24 Megapixels, placé derrière un excellent 28 mm f/2.8 stabilisé. Et souvent l’image issue d’un téléphone s’avère finalement un peu décevante : caricaturale, artificielle et bruité dès que la lumière manque… Ne parlons même pas de la « réactivité », de la possibilité de jouer avec la profondeur de champs, des options de bracketing, de la possibilité de shooter en RAW, etc… Autant de caractéristiques « photographiques » qui me permettent d’affirmer (en 2020) que :

actuellement et contrairement à ce qu’espèrent faire croire les fabricants de smartphone : lorsqu’il s’agit de faire de la « vraie photo », absolument aucun smartphone n’est en mesure d’arriver à la cheville d’un authentique appareil photo, notamment s’il est équipé d’un capteur APS-C…

Fermons donc ce débat, avant de commencer cet article. Le Ricoh GR III est typiquement l’appareil du « citadin photographe passionné » ; ou du « photographe citadin convaincu » si vous préférez… Toujours prêt à noter quelque chose dans son « calepin photographique ». Ce que l’on comprend bien en suivant le « Blog officiel du Ricoh GR » qui est très sympa et une véritable source d’inspiration…

Mais sachez le : si vous êtes « habitué » à utiliser un zoom : commencer à faire (soudain) de la photo avec un 28 mm fixe… Voilà un exercice qui vous semblera très spécial, éventuellement un peu frustrant, mais certainement très formateur. Vous ne prendrez pas du tout le même genre de photos : certains types d’images vous seront difficiles, ou même « interdites »… Il est beaucoup de situation (spécialement en voyage) ou la polyvalence d’un zoom est intéressante (sinon indispensable). En ce sens, je trouve que le Ricoh GR III fait une assez bonne équipe avec mon Canon G5X MkII (relire le Test terrain en Sulawesi ici). Le premier serait un appareil de « ville »… Et le second un appareil « de voyage » ! Je vois une subtile nuance entre les deux… Lire la suite.

 

 


Améliorez la colorimétrie de vos fichiers RAW Canon, Nikon, Fuji, etc… dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce aux Profils que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur ». Découvrez mes profiles Lightroom à Télécharger !

000 - A LA UNE
39
Test terrain : écran 32″ Asus Pro Art PA32UCX-K à Mini LED

Lorsque je ne travaille pas sur l’écran Retina de mon MacBook Pro 15″ (de 2018) en déplacement ou dans mon Coffee Shop préféré : je travaillais jusqu’à présent sur un bon vieux moniteur 27 pouces de 2017 : un modèle bien mate, bien calibré, mais « non 4K » et plutôt « terne »… Donc finalement beaucoup moins « plaisant » que l’écran de mon MacBook Pro 15″.

 

 

Du coup, j’ai remarqué que depuis 4 ou 5 ans, j’ai de plus en plus tendance à délaisser le travail « à mon bureau »… Et à me tenir de plus en plus souvent « un peu n’importe comment » et sur n’importe quel type de siège. Ou même à travailler dans mon canapé grâce à cet excellent support réglable (et aussi grâce à cet autre truc amusant) : avec un risque non négligeable de mal au dos et une baisse évidente de productivité (aucun trackpad n’est aussi efficace qu’une bonne souris)…

Stop au « laisser aller » ! J’ai donc envie d’un grand écran 4K qui me procure un peu plus de plaisir et me redonne l’envie de travailler plus longuement : à mon bureau… Installé bien droit sur un bon siège de bureau ergonomique.

J’ai eu l’occasion d’essayer durant 3 semaines le ASUS ProArt PA32UCX-K (ici, page du produit en Français chez Asus)… Et chez Digixo à 2.999 €. Il s’agit d’un 32 pouces 4K à technologie « Mini LED » spécifiquement conçu pour les Art Graphiques et la photo. Il appartient à la gamme Pro Art du fabricant Taïwanais. Sa dalle IPS affiche 3840 x 2160 pixels, pour une luminosité de 1200 cd/m² maximale. Et un ΔE < 1 : lire un « Delta E » de 1, ce qui signifie une excellente fidélité des couleurs.

 

Cet ASUS ProArt PA32UCX-K dispose d’une connectique impressionnante avec deux ports USB-C Thunderbolt 3, dont un seul délivre 60 Watt, ce qui permet d’alimenter mon MacBook Pro 15″. Il est livré avec une sonde X-Rite i1 Display Pro (habituellement aux alentours de 213 €). Et avec bien évidement l’indispensable « Casquette Anti-Reflet » (Monitor Hood, ou Visière) qui caractérise les écrans dits : « Arts Graphiques ».

Dernière chose : le ProArt ProArt PA32UCX-K est pré-calibré en usine « à l’aide d’un nouveau processus en trois étapes qui assurent des couleurs fidèles », selon le fabricant. Et je confirme : ça se remarque immédiatement dès l’allumage sans nécessité de calibrer sois-même l’écran (ce qui rassurera ceux qui n’ont jamais fait cela), du moins si l’on adopte le Mode Adobe RVB (d’autres Modes pré-réglés, HDR et autres : restant très mystérieux et excessifs pour moi).

Ouf ! J’ai tout dit… Sauf le prix qui est de : 2 999 € (prix recommandé) disponible notamment chez Amazon. Et très bientôt chez Digixo (notre partenaire Français basé à Paris). Je rapelle que nous touchons une petit commission (meilleure chez Digixo), si vous effectuez vos achats en suivant nos liens.

Alors je sais… En dehors des photographes professionnels, peu d’amateurs sont en mesure d’investir 3.000 € dans un écran. Et même, osons dire qu’une taille de 32″ : n’est pas forcément obligatoire non plus… Mais que 27″ suffira à tout le monde… Dans ce cas lorgnez du côté du PA27AC à 669 € chez Digixo ou à 669 € chez Amazon

Voir même : choisissez un bon 24 pouces, c’est vraiment peu coûteux et cela reste toujours bien mieux, que de travailler sur l’écran de votre ordinateur portable. Il existe d’ailleurs ce modèle Asus PPA24AC à seulement 399 € et 399 € chez Amazon. Que je n’ai pas testé, donc je ne peux rien vous en dire, mise à part qu’il appartient à la gamme Pro Art de Asus : c’est à dire destinée à la photo et aux Arts Graphiques. Lire la suite…

 


Améliorez la colorimétrie de vos fichiers RAW Canon, Nikon, Fuji, etc… dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce aux Profils que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur ». Découvrez mes profiles Lightroom à Télécharger !

 

 


 

 

00 - A conserver privé (brouillons)
5
Quelles focales choisir pour quelle Photo ? Partie 1

On explique souvent que la photo est beaucoup moins une affaire de matériel qu’une affaire d’œil et de composition. C’est vrai… Mais la composition n’est pas seulement instinctive, la composition est aussi forcément une question de « placement » du photographe par rapport à son sujet. Une question de distance entre sujet et photographe et bien entendu une question « d’angle de champs »… Donc, au delà d’une simple question d’œil et de créativité, la composition est aussi une question de « choix de focale ». Donc finalement, c’est un peu aussi : une question de choix de matériel…

S’imaginer que « réussir des photos » ne nécessiterait que de la motivation et du talent, ce serait aussi simpliste que de croire qu’il suffirait d’acheter du matériel pour devenir bon photographe ! Non, c’est un peu plus compliqué que ça : la photo est « un tout » qui nécessite de la créativité mais aussi du matériel… Comme la peinture était aussi une question de maitrise technique, de pinceaux et d’outils et pas uniquement une question de talent.

Je vais donc vous parler ici du choix des focales, donc du choix des objectifs… Cela ne vous fera peut-être pas « rêver » car il ne s’agit que de la « petite cuisine » que doivent pourtant maitriser tous les photographes… Une maitrise technique préalable des « outils de base », qui me semble nécessaire en vue d’exprimer ensuite une « vision artistique ».

Est-ce que les objectifs coutent cher ? Oui parfois, mais pas toujours. J’ai essayé de pointer des objectifs très peu coûteux et spécialement recommandables… Les bons objectifs sont des investissements assez pérennes qui perdent moins de valeur avec le temps que les boitiers : ceux-ci se démodent plus vite en effet…Les bons objectifs classiques se revendent facilement, il ne faut pas avoir peur d’acheter vos objectifs d’occasion… Car ces classiques (notamment les focales fixes) sont très solides. Si vous saviez ce à quoi les miens ont déjà résisté : vous seriez rassurés… J’ai illustré mes explications, avec quelques photos que j’ai prises ces dernières années à l’aide de mes focales favorites… Parmi lesquels, le 35 mm bien entendu, mais aussi les indémodable 50 mm et 85 mm… Lire la suite…

000 - A LA UNE
122
Test : 15 jours avec le Nikon Z7 à Hong Kong

Cela faisait trop longtemps c’est vrai, que je n’avais pas refait sérieusement de la photo avec un Nikon. Mais mieux vaut tard que jamais… A l’occasion de ce séjour de 15 jours à Hong Kong : travailler avec le Nikon Z7 était l’occasion de repartir sur de nouvelles bases avec du matériel Nikon… Matériel Nikon qui ne m’avait pas laissé que de bons souvenirs à l’époque de leurs derniers reflex : une époque qui depuis un an me semble être déjà de l’histoire ancienne… Car oui, nous avons « changé d’ère photographique ».

 

Et désormais, à l’ère des hybrides Full Frame génération 2019 : je trouve que certains reflex (et surtout leurs objectifs) ont terriblement vieilli. C’est spécialement le cas de certains Nikon : comme l’encombrant (mais surpuissant) Nikon D850 par exemple. Qui a besoin d’autant de performance ? Et qui supporte encore transporter autant de kilos ? Quant au Nikon D750, il n’a pas été mis à jour depuis 2014 : une éternité… Oui, les reflex, ont soudain « pris un coup de vieux ».

Ce ne sont pas leurs performances (excellentes souvent) qui sont en cause (encore que : après avoir testé la détection de l’œil telle qu’elle fonctionne après les dernières mises à jour Firmware, on doit relativiser les performances des reflex pour certains exercices, notamment pour les portraits à très grande ouverture). Mais ce sont bien leur poids et leur encombrement, dont on se rend compte à quel point ils étaient « excessifs »… En tous cas du point de vue des photographes amateurs experts et des voyageurs.

Car la photo : ce n’est pas seulement une question de performance : il y a aussi une question de « disponibilité » d’encombrement et de plaisir d’utilisation. Qui passe aussi par l’utilisation d’un matériel qui sait se faire un peu oublier. Parfois il faut admettre que : « less is more »…

Exemple frappant : le Nikkor 24-120 mm f/4 qui depuis 2010 était le seul zoom à ouverture f/4 constante disponible pour les « kits » reflex Nikon. Son poids a directement contribué à la réputation de « lourdeur » des reflex Nikon. Je crois qu’il a même « abimé » l’image de Nikon (et même celle de tous les reflex) dans l’imaginaire collectif inconscient des photographes… J’affirme sans prendre trop de risques : que cet objectif préhistorique, a fait fuir de nombreux Nikonistes directement chez Sony, Fuji, ou Canon (qui proposait dès 2012 un EF 24-70 mm f/4 léger, stabilisé et raisonnablement compact)…

Comparez vos objectifs de reflex, avec cle Nikkor 24-70 mm f/4 S à 931€ (sur Amazon ou Digixo ). Ou avec le 14-30 mm f/4 S à 1300 € (sur Amazon ou Digixo) : vous sautez joyeusement à travers un portail temporel… Et vous passez d’un monde ancien et mamouthesque vers un monde nouveau, léger, fluide et pratique.

Oui, je viens d’inventer le terme « mamouthesque » qui n’est pas sympa pour ce bon vieux 24-120 mm. Mais en 2019 : qui voudrait encore se charger d’une telle « enclume » ?

Nikon fait sa révolution et a adopté une toute nouvelle philosophie avec les objectifs Z qui m’ont vraiment séduit durant 15 jours et des dizaines de kilomètres à pied dans Hong Kong. Ces deux petits objectifs sont si compacts et légers, qu’ils risquent de paraitre un peu « cheap » aux yeux des traditionnalistes amateurs de belle mécanique… Mais je vous rassure, ils ne sont pas « cheap » en pratique : ils font bien le job… Mais rentrons maintenant dans le vif du sujet de notre « test terrain »… Lire la suite.

 


Améliorez la colorimétrie de vos fichiers RAW Canon, Nikon, Fuji, etc… dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce aux Profils que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur ». Découvrez mes profiles Lightroom à Télécharger !

 

 


 

 

000 - A LA UNE
25
Prise en main du Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

Avec ce fabuleux Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS, voilà disponible le dixième objectif présenté en un an par Canon pour ses hybrides Full Frame EOS R.

 

 

Jamais (à ma connaissance), une marque n’avait proposé autant d’objectifs majeurs en si peu de temps (relire Le Canon RF 24-240 mm coutera 899 $) ou encore : Canon RF35 mm f/1.8 Macro IS testé par DPreview). Et c’est d’autant plus remarquable qu’il ne s’agit pas d’objectifs de « seconde zone », conçus vite fait pour combler des trous ; mais de véritables prouesses technologiques pour la plupart d’entre eux.

Devinez quoi : ces derniers jours, j’ai eu la chance de pouvoir essayer tranquillement (enfin presque) les deux nouveaux objectifs : le RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS et aussi le RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM (lire cet autre article Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM )… Et avec un modèle (et même hier au Studio Harcourt) : le résultat est vraiment étonnant.

Sur cette image que j’ai réalisé dans un environnement de bureau (avec des néons et deux petits flashs un à l’avant et un autre en contre jour) : admirez la douceur des arrières-plans… Evidement si vous voulez absolument que les deux yeux soient net, il ne faudra pas se mettre si près à f/1.2. Mais fermer un peu jusqu’à f/2 peut-être. Toutefois, la netteté sur un seul des deux yeux ne me gène pas trop personnellement.

Mes premières sensations de prise en main… Cet objectif est assez gros et assez lourd (1195 gr), oui… Mais il est très bien équilibré (une caractéristiques commune à tous les objectifs de la gamme RF)… Donc, si vous êtes habitués à travailler avec un 70-200 mm f/2.8 (de 1,4 kg), ou avec n’importe quel 85 mm, alors il ne sera pas difficile de le prendre en main, car son centre de gravité est beaucoup moins avancé… C’est l’un des avantages immédiatement perceptibles de la monture RF.

J’ai trouvé que l’usage de la bague de correction (personnalisable) est spécialement utile avec un tel objectif, car on est moins enclin à changer de prise en main, afin d’accéder à d’autres boutons…

Se reposer sur le « suivi de l’oeil » (en mode Ai Servo et Méthodes : Tous les collimateurs actifs) lorsque l’on travail à f/1.2 (donc une profondeur de champ microscopique) : c’est désormais « un must »… Spécialement depuis la dernière mise à jour des EOS R et EOS RP. Avec le recul, vous pouvez d’ailleurs repenser à cet article : Oubliez (un peu) ce bon vieux Collimateur AF Unique.

La construction, la finition, la protection tout-temps : tout cela est « superlatif ». Ce 85 mm est sans doute le plus magnifique objectif que j’ai jamais pu prendre en main…

Comme vous les savez déjà : j’adore les 85 mm (tous ! Y compris le minuscule EF 85 mm f/1.8 USM). Mais, celui-ci est de loin le plus extraordinaire… Relire : J’ai testé le Sigma 85mm F1.4 DG HSM Art : grandiose !  Ou plus ancien : Sigma 85 mm f/1.4 et Canon EOS 5DsR : ça pique ! Sur cette image que j’ai réalisé (elle aussi) dans un environnement de bureau (avec des néons et deux petits flashs un à l’avant et un autre en contre jour) : admirez la douceur des arrières-plans…

Pour qui ? Cet objectif ravira les portraitistes comme vous l’avez deviné… Mais aussi les photographes de mariage, les photographes corporates qui doivent prendre des gens en photos sur leur lieux de travail (par exemple)… Car ces arrières plans spécialement doux, permettront de « sauver la situation », dans toutes sortes d’environnements avec lesquels on ne sait pas trop comment « s’en sortir » : une situation que j’ai moi même expérimenté avec les photos qui illustrent cet article).

Canon a d’abord voulu convaincre les professionnels en leur proposant ce que la marque sait fabriquer de meilleur. Je suis d’accord : cela met à rude épreuve les nerfs des « amateurs » qui visent plutôt des focales fixes pas trop coûteuses, à l’image du magique petit RF 35 mm f/1.8. Et qui rêvent d’un RF 85 mm f/1.8… Patience : tout le monde se dit bien, qu’il ne devrait pas tarder !

Toutefois ce timing permet éventuellement à Canon de prendre un peu plus de temps… pour développer de nouvelles technologies qui équiperont les prochains boitiers EOS R (relire Grand test du Canon EOS R , mais aussi : Canon EOS R à l’épreuve des sommets au Pakistan, ou Focus Bracketing sur le Canon EOS RP.

Relire aussi : Les progrès de l’AF du Canon EOS R en Firmware 1.4.0 (une évolution qui va intéresser beaucoup de monde… et notamment vous qui aimez utiliser les grandes ouvertures pour vos portraits), mais patience, nous en reparlerons dès que l’on aura des nouvelles, de futurs Canon EOS en série R…

Quel est le secret de ce « bokeh » fabuleux ? Ce second RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS, est globalement identique à son frère jumeau (présenté au printemps : Les secrets du Canon RF 85 mm f/1.2 L USM)… Mais « ponctuellement » très légèrement différent. Son secret est de proposer un « bokeh » d’une nature « visuellement » très différente…

Le terme DS signifie « Defocus Smoothing », que l’on traduirait par « défocalisation adoucie »… La transition net-flou est très progressive. Pour simplifier beaucoup les choses : disons que les contours des « taches de bokeh » situées à l’arrière plan (mais aussi celles à l’avant plan), seront très douces… Avec des contour très progressifs (à droite), au lieu d’être bien nets (à gauche) : lire la suite…

1 2 3 9