web analytics

Test terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM : léger et amusant !

20
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

En avant-première j’ai pu essayer le surprenant téléobjectif Canon RF 600 mm f/11 IS STM, accompagné d’un Canon EOS R6 et de l’Extendeur RF 1.4x (excusez du peu)… Malgré une ouverture modeste de f/11 (assez injustement décriée), il est rassurant de découvrir sur le terrain tout ce que l’on peut faire avec un objectif pesant seulement 930 gr. Pour un 600 mm, c’est totalement inédit : rien d’équivalent n’existait jusqu’alors et de très nombreux photographes seront probablement intéressé par ce modèle accessible dès 799 €. Et ça aussi c’est inédit pour un 600 mm.

On sent que le lancement des hybrides Full Frame EOS R5 et EOS R6, a été un moment historique pour le géant Canon. Ce neuf juillet 2020, un message fort a été chuchoté à l’oreille des amoureux de reflex : « Allez-y ! Adoptez nos hybrides Full Frame à capteurs stabilisés (IBIS). Car nous sommes prêts et nous aussi : on y croit totalement désormais »…

 

En même temps que les EOS R5 et EOS R6 (relire notre « test terrain » du Canon EOS R6 mais aussi EOS R5 : démo de reconnaissance des yeux de animaux), Canon a présenté quatre objectifs et deux accessoires… On a été rassuré par l’arrivée d’un objectif « à portraits » accessible et léger : le Canon RF 85mm F2 MACRO IS STM (disponible à 699 €), que j’aura bientôt l’occasion d’essayer en principe… Et aussi le nouveau Canon RF 100-500 mm f/4.5-7.1 L IS USM  (qui avait déjà été annoncé à 3.099 €) : une solution polyvalente et relativement compact, pour qui veut viser loin et viser « vite ».

Toutefois, la « très grosse » surprise aura été ces deux téléobjectifs « financièrement accessibles » dont la compacité est inédite… Je veux parler des :

Ils étaient accompagnés des deux Multiplicateurs de focale, dont les tarifs assez costauds laissent penser qu’ils sont par contre, plutôt destinés à une gamme de téléobjectifs « blancs » beaucoup plus haut de gamme, bien qu’ils soient compatibles avec les deux RF 600 et 800 mm f/11 :

J’ai pu essayer le Multiplicateur x1.4 et nous verrons ce qu’il en est avec le RF 600 mm… Mais voici déjà les principales caractéristiques de cet objectif, qui ne propose qu’une seule ouverture de f/11 : on ne peut en changer (ce qui peut surprendre, mais on s’y fait)…

Au moins sommes-nous certains qu’il a été conçu dès le début pour exceller à cette ouverture précise ! En tenant compte de toutes les contraintes possibles : diffraction, encombrement, poids et prix… Cela ne me choque pas, étant moi-même assez partisan de ne faire « qu’une seule chose à la fois, mais de la faire bien » :

 

Fonctions et caractéristiques principales :

  • Stabilisateur d’image : 5 vitesses (testé conformément à la norme CIPA)
  • Moteur pas à pas STM (Stepper Motor) : Rapide pour les photos et fluide pour les vidéos
  • Format compact : 199,5 mm une fois replié. 270 mm une fois déployé
  • Diamètre du fût : 93 mm
  • Poids : 930 gr.
  • Diamètre de filtre : 82 mm
  • Pare-soleil : ET-88B (non fourni)
  • Bague d’objectif programmable : pour réglages de Vitesse, Correction d’exposition, ou ISO.
  • Tropicalisation : non
  • Prix de vente au lancement : 799 € TTC

 

 Caractéristiques optiques : 

  • Taille d’image : plein format
  • Distance focale équivalente en 24×36 : 600 mm
  • Angle de champ (horizontal, vertical, diagonal) : 03°30′, 02°20′, 04°10′
  • Méthode de mise au point : interne (sans allongement)
  • Construction de l’objectif : 10 éléments en 7 groupes
  • Éléments spéciaux : lentilles DO (lentilles diffractives double couches)
  • Nb de lamelles du diaphragme : 9
  • Ouverture minimale et maximale : f/11 (ouverture fixe)
  • Distance minimale de mise au point : 4,5 m
  • Échelle de profondeur de champs : non
  • Agrandissement maximum : 0,14x
  • Informations de distance : oui 

 

 

Accessoires : 

  • Bouchon d’objectif : E-82 II
  • Pare-soleil : ET-88B (non fourni)
  • Mallette/étui objectif : LZ1328
  • Capuchon arrière : bouchon anti-poussière de l’objectif RF
  • Grandissement avec tube-allonge EF12 II : non compatible
  • Grandissement avec tube-allonge EF25 II : non compatible
  • Compatibilité avec les multiplicateurs : uniquement les multiplicateurs RF

 

Avec le Multiplicateur RF 1,4x (599 €) :

  • Distance focale : 840 mm
  • Angle de champ (horizontal, vertical, diagonal) : 02°30′, 01°40′, 03°
  • Ouverture maximale : f/16
  • Agrandissement maximum : 0,19x
  • Autofocus possible : Oui
  • Stabilisateur d’image intégré : Oui

 

Avec le Multiplicateur RF 2x (749 €) :

  • Distance focale : 1200 mm
  • Angle de champ (horizontal, vertical, diagonal) : 01°40′, 01°10′, 02°
  • Ouverture maximale : f/22
  • Agrandissement maximum : 0,28x
  • Autofocus possible : Oui
  • Stabilisateur d’image intégré : Oui

 

 

 

Comme je sais que vous n’avez pas la patience de lire mes articles en commençant par le début : voici d’abord mes conclusions ! Je suis comme vous lorsque je lis un test… Je commence toujours par lire la dernière page : les conclusions…

  • Construction et Finition - 83%
    83
  • Prise en main et ergonomie - 90%
    90
  • Discrétion, compacité, silence et poids - 92%
    92
  • Qualité optique générale - 86%
    86
  • Piqué de l'image - 76%
    76
  • Réactivité et vitesse de l'Autofocus - 92%
    92
  • Fonctionnalités et polyvalence - 82%
    82
  • Gamme optique (autres objectifs dans la gamme) - 90%
    90
  • Pertinence du prix - 94%
    94

Le super téléobjectif "pour tous"

Sur mon blog, ou sur Facebook (qui est un repaire de spécialistes) : que n’ai-je entendu à propos de cette fatidique ouverture de f/11... De la part d’experts auto-proclamés, qui n’avaient jamais essayé (ni même vu) cet objectif de leurs yeux ! Mais qui tous ont solennellement décrété qu’un 600 mm ouvrant à f/11, ne servirait à rien...

Hypothèse que mes images devraient infirmer. Car je trouve cet objectif très utile et surtout "amusant" et facile à utiliser : la photo c'est aussi du plaisir ! Du plaisir pour tous : pas besoin de gros biscoteaux !

J’ai été très agréablement surpris de la légèreté et de la compacité incroyable de ce 600 mm… Et de tout ce que l’on peut faire avec à main levée : c’est-à-dire sans monopode, ni trépied. Le plus incroyable c’est qu’il ne mesure que 20 cm une fois replié… Sans oublier un prix de vente incroyable : de seulement 799 € TTC. Si un tel objectif ne servait à rien : Canon ne l’aurait probablement pas sorti (et je n'aurai pas eu envie de le tester non plus)...

Bien entendu, cet objectif ne sert pas seulement à faire de la photo animalière "en amateur"… Mais on peut essayer de tout faire avec : des portraits, des fleurs, des paysages, de la street photo… A vous de jouer ! La "compression des plans" dans la profondeur, est très intéressante pour "composer" des images graphiques, notamment en ville. La bokeh est modéré, mais il existe (voyez mes images)...

Ce Canon RF 600 mm f/11 IS STM, devrait plaire aux amateurs de meetings aériens. Aux surfeurs qui veulent photographier leurs potes (sans investir dans un matériel trop lourd, car ils voyagent)... Mais aussi aux parents qui photographient leurs enfants qui jouent au foot le samedi... Aux randonneurs qui n'ont pas envie de se charger. Voir aux paparazzis qui doivent rester discrets (j'en ai croisé dans ma carrière)... Mais aussi peut-être : intéressera-t-il quelques amateurs de street photo, qui veulent essayer autre chose que le 35 mm en ville... Pour changer un peu.

Le piqué de l'objectif, n'est pas au niveau d'un objectif professionnel bien entendu (mais bien peu de photographes auront les moyens d'investir dans un objectif professionnel). Toutefois, ce n'est pas une raison pour s'interdire de "tâter" du 600 mm, car c'est extrêmement ludique (il suffira de "booster" un peu le curseur netteté dans Lightroom).

Si vous vous ennuyez un peu en photo avec votre 24-105 mm : alors cet objectif devrait vous "donner un petit coup de fouet créatif". Personnellement : je l'ai adoré... Et j'ai hâte de le tester à Hong Kong !

.

87.2 %

 

Le RF 600 mm f/11 IS STM ne pèse que 730 gr. ce qui est remarquable. Cela n’est possible que grâce à la conception incluant des lentilles DO (diffractives). Et surtout : sa seconde caractéristique la plus impressionnante à relever, c’est qu’il ne coûte que 749 €. A ce tarif évidemment : il va intéresser beaucoup de photographes, qui rêvent d’un 600 mm depuis des années…

Bien évidemment, n’imaginez pas qu’il produise exactement le même piqué qu’un EF 600 f/4 L IS USM dont le prix de vente officiel est de 13.999 € (sans parler d’un poids qui frôle les 4 kg et de ces 44,8 cm en longueur, pour 16,8 cm de diamètre). Mais vous n’aurez probablement pas si souvent, l’occasion de comparer les deux au même moment… Vous constaterez en zoomant sur les images qui illustrent cet article : que l’on ne retrouve pas souvent ce « micro contraste très percutant », que j’obtiens généralement avec mes objectifs professionnels.

Déjà parce que ce sont des objectifs plus coûteux généralement (à l’exception de mes objectifs fixes)… Mais surtout : ce ne sont pas des focales aussi longues (je vais rarement au-delà du 70-200 mm)… Si vous ne trouvez pas mes images assez piquées : alors c’est peut-être qu’il vous faut acheter un téléobjectif « plus coûteux » ? Ou une focale plus courte ?

Ou alors : peut-être qu’il faut vous faire à l’idée de « moins zoomer » sur les images, tout simplement ! Ce qui vous permettra de retrouver une sensation de netteté satisfaisante… N’hésitez pas à vous exprimer en commentaire, à propos du piqué de mes images. Certaines le sont un peu moins que d’autre, mais je n’ai pas cherché à sélectionner exclusivement les meilleures images : le but est de vous donner un « aperçu » de ce que ce téléobjectif est capable de donner. J’ai précisé à chaque fois lorsque les images ont été réalisées avec l’EOS R6 (de 20 Mpixels). Si rien n’est précisé, alors c’est l’EOS R (de 30 Mpixels).

1/400 sec, f/11, 160 ISO.

 

D’après mes photos « à main levée », le piqué est plutôt correct (compte tenu du prix et de la focale). Il est évidement nécessaire d’ajouter davantage d’accentuation dans Lightroom, si je veux m’approcher (sans pouvoir l’égaler) de la sensation de piqué, à laquelle je suis habitué avec des objectifs professionnels. Mais voyez cela par vous-même : en téléchargeant mes exemples…

Le même sujet shooté en RAW sur l’EOS R de 30 Mpixels (à gauche). Et sur l’EOS R6 de 20 Mpix en JPEG (à droite). Les deux se tiennent bien… L’image de gauche bénéficie d’un avantage certain à cause du fichier RAW.

 

Les deux premières images à télécharger sont des JPEG (brut du Canon EOS R6) : à f/11, à 1250 ISO, au 1/125 sec (une vitesse très basse qui est autorisé par la stabilisation de l’objectif).

La troisième a été réalisée avec le Canon EOS R : à f/11, à 2500 ISO et au 1/250 sec. Vous constaterez que le résultat est plutôt piqué aussi. Dans les deux cas : téléchargez les images sur le disque dur (clic droit enregistrer le fichier lié sous). Plutôt que de les regarder dans votre navigateur…

Je n’ai pas réalisé des essais « sur mire » mais des exemples dans la vraie vie sont assez parlants. J’ai choisi des images par temps de pluie (exprès), histoire de montrer qu’il n’y a pas besoin de « tonnes de lumières » pour shooter à f/11. Puisque 1250 ISO sont suffisants sous la pluie au 1/250 sec ! Donc imaginez sous le soleil.

Le 1/250 sec au 600 mm permet d’isoler les gouttes de pluie, un effet plutôt sympa… Qu’il n’est pas toujours facile de réaliser.

 

Attention en testant votre objectif : lorsque vous visez des scènes très lointaines, ne confondez pas la « brume atmosphérique », avec un éventuel manque de contraste ou de piqué de l’objectif… Car au 600 mm, l’image traverse une certaine épaisseur d’air, qui entraine des conséquences visibles : aux très longues focales, on est souvent un peu surpris par la douceur des images.

Par contre sur des sujets situés à quelques dizaines de mètres : c’est là que l’on peut évaluer vraiment le piqué réel et le contraste d’un objectif. Si la lumière est présente, ses résultats sont « assez bons ». Il est intéressant de noter que la distance minimale de mise au point est de 4,5 m pour le RF 600 mm. Et de 6m pour le RF 800 mm. Les images de fleurs (roses et bouquet d’orchidées) ci-dessous ont étés réalisées à une distance de 4,5 m environ.

 

En complément, je voulais aussi vous montrer cette photo de la lune, prise sans l’aide du Multiplicateur RF 1.4x. Ce n’est pas une phase de la Lune très exceptionnelle et je sais bien que l’on peut faire beaucoup mieux que ça. Mais, je voulais juste montrer que l’on peut photographier la Lune assez facilement : et je l’ai fait à « Main levée », grâce au stabilisateurs de l’objectif (qui permet de gagner 5 Vitesses)… La vitesse : 1/50 sec. L’ouverture f/11 (fixe) et la sensibilité ISO : 200 ISO.

La vitesse : 1/50 sec. L’ouverture f/11 (fixe) et la sensibilité : 200 ISO

 

Vous voyez donc, que à main levée, il est inutile d’aller à 3200 ISO… Mais que 200 ISO suffisent et qu’il n’y a pas de flou de bouger au 1/50 sec. Un jour de pleine lune (ou elle sera mieux éclairée) : vous pourrez augmenter un peu la vitesse…

 

 


Un Autofocus impressionnant, mais une couverture incomplèteLors de l’utilisation du RF 600 mm f/11 IS STM (avec ou sans multiplicateur), la zone AF disponible est réduite à environ 40 % du cadre horizontal… Et à 60 % du cadre vertical de l’image. Ce que j’ai pu effectivement constater avec l’EOS R6 et l’EOS R.

Il faudra s’en souvenir lorsque le sujet sort du cadre de l’AF au centre du Viseur, qui est un « carré ». A l’intérieur de cette zone, on pourra alterner les diverses « méthodes de sélection des collimateurs AF », c’est donc assez souvent la bonne vieille technique du « Focus & recompose » qui reviendra temporairement à la Mode… C’est un peu dommage, mais pas si dramatique non plus : on se souvient qu’à f/11 avec certains reflex, il était impossible de bénéficier de l’AF en dehors d’un unique collimateur central. Et si l’on remonte un peu plus loin dans l’histoire des reflex : la mise au point devenait tout simplement manuelle…

Par contre la réactivité de l’AF est très bonne : autant avec l’EOS R qu’avec l’EOS R6. Visiblement l’AF Dual Pixel n’est pas gêné par la faible quantité de lumière qui traverse l’objectifs… Contrairement à l’AF à détection de phase d’un reflex. Nouvelles technologies : nouvelles possibilités… On commence à comprendre tous les bénéfices de cette transition vers la technologie « sans miroirs ». 

 

 


Une prise en main facile – Ce qui change tout, c’est ce gabarit compacte et ce poids étonnamment léger, compte tenu de la focale… On se balade en ville, comme on se ballade avec un 70-200 mm f/4 : sans y penser ! L’ensemble avec un EOS R ou un EOS R6 est très bien équilibré. La poignée très bien conçue des EOS R participe à la bonne tenue en main. Moi qui n’utilise quasiment jamais de trépieds ni de monopode, je me suis régalé…

Bien entendu il faudra la première fois apprendre à déverrouiller le fut, lorsqu’il est en position repliée (longueur 20 cm). Ce qui n’est peut-être pas si facile à deviner… Pour cela, restez calme et procédez dans l’ordre :

  1. Tournez la bague vers la gauche : la première grosse bague noir épaisse (au design inédit).
  2. Poussez le fut vers l’avant  : poussez fort et allez bien « à fond » surtout
  3. Terminez en verrouillant la bague : par une rotation vers la droite

Après les photos, pour ranger le fut : il faut procéder à l’envers. Déverrouillez la bague. Repliez le fut. Puis verrouillez la bague… Il ne doit pas être « totalement interdit » de transporter l’objectif en position dépliée dans son sac photo. Mais dans cette position il est probablement plus fragile, bien entendu…

La bague programmable est située à l’avant de l’objectif, j’aurais préféré qu’elle soit plus près de l’arrière. Mais peu importe : je m’en sers finalement assez peu (car je n’en ai pas encore pris l’habitude)… On peut évidemment programmer la bague de réglage circulaire, comme on le souhaite. Je m’en tiens personnellement à la Correction Manuelle d’Exposition (avec la précaution d’un appui nécessaire sur la touche de mémorisation d’exposition en même temps qui sert de verrouillage). Sinon, la valeur ISO est aussi bien pratique.

Les RF 600 mm et 800 mm sont livrés sans pare-soleils (le ET-88B coute 49 € pour le 600 mm). Ils sont aussi livrés sans colliers de pied… Mais vu leur poids léger il sera possible de les visser directement sur la platine d’un trépied, puisqu’une zone « plane » est prévue, située au point d’équilibre. Le diamètre des filtres éventuels (mais préférez sans) est de 82 mm pour le RF 600. Et de 95 mm pour le RF 800 mm.

Beaucoup en ont parlent (et en ont dit du mal) sans même l’avoir vu de près ! Moi qui l’ai eu « sous la main » durant trois semaines, je peux vous dire qu’il vaut le coup ! Au 1/640 sec, 640 ISO et bien entendu f/11. Avec le Canon EOS R.

 

 


Une stabilisée dans l’objectif jusqu’à 5 « Stops » – La stabilisation intégrée dans l’objectif (IS) du RF 600 mm permet déjà de gagner 5 « Stops » sur l’EOS R (à capteur non stabilisé). Et 4 « Stops » pour le RF 800 mm.

J’ai pu shooter des images nettes au 1/50 sec avec un 600 mm. Qui l’eu crut ? Résultat : tout simplement de nouvelles possibilités créatives, accessibles à davantage de photographes. Canon n’a pas indiqué que les systèmes de stabilisation (IS) intégrés à ces deux objectifs (qui sont un peu à part) soient en mesure de « collaborer » avec le capteur stabilisé (IBIS) des Canon EOS R6 et R5 (comme savent le faire les autres objectifs RF ce qui permet d’arriver jusqu’à 8 « Stops » de gagnées). Dans le doute et en attente d’informations complémentaires, considérons que ce n’est pas le cas.

 

 


Dans quels Modes d’exposition travailler avec ce 600 mm f/11 ? Avant tout je vous recommander de relire ceci : Quelles Modes de prise de vue pour quelles Photos ? Ce qui fera une révision… Travailler avec un objectif à ouverture fixe à f/11 (une première pour moi), c’est exactement comme travailler en Priorité ouverture à f/11. J’ai souvent opté pour le Mode P : ce qui correspond exactement à travailler en Mode Priorité Ouverture réglé à f/11.

  • Combinez le Mode P avec un réglage en ISO Auto éventuellement : ce sera bien mieux… On peut faire confiance à l’EOS R pour faire les bons choix en Mode ISO Auto (une mise à jour Firmware devrait être bientôt disponible pour prendre en compte les nouveaux objectifs).
  • Sinon, j’ai aussi utilisé le Mode Priorité Vitesse (Tv), mais soyez attentif... Car si vous utilisez un ISO fixe en même temps : vous serez en quelque sorte dans un équivalent au Mode Manuel : vous risquez la surexposition, ou la sous-exposition à tout moment.
  • Pour retrouver une exposition auto en Mode Tv, il faut obligatoirement combiner ce Mode TV avec l’ISO Auto et vous obtiendrez un équivalent au Mode P (expo vraiment automatique). L’appareil adaptera la sensibilité (car la Vitesse est fixée par vous et l’Ouverture est fixée par construction). J’ai trouvé cela utile pour évaluer les « couples Vitesse / ISO » disponibles à f/11 : au soleil et à l’ombre.

En temps normal, je limite ma sensibilité ISO Auto à 6400 ISO au maximum. Mais pour tester ce RF 600 mm f/11 j’ai exceptionnellement autorisé l’ISO Auto à monter à 12.800 ISO (nécessaire pour des hautes vitesses à l’ombre).

Ci-dessus face au soleil couchant. Au 1/8000 sec, 50 ISO et bien entendu f/11.

 

 


Lorsque l’on travaille à f/11 : quels couples vitesse / ISO ? Alors oui : je sais, je sais… J’ai entendu les « gnagnagna » et les râleurs qui se sont défoulés sur les forums, à propos de cette fatidique et scandaleuse ouverture de f/11, alors que personne n’avait essayé l’objectif… Patience on va y vient : moi j’ai fait des photos avec !

Voici donc le détail de mes tests de couples Vitesse / sensibilité, réalisé avec cet RF 600 mm à f/11. Et vous pourrez vérifier par vous-même (en dessous) que la qualité des images obtenue en RAW* suffira probablement à vos besoins. Voici un résumé en 5 valeurs :

  • Portrait au soleil : 1/50 sec à 100 ISO et f/11 – C’est évidement parfait.
  • Portrait au soleil : 1/1000 sec, à 1250 ISO et f/11 – C’est toujours parfait.
  • Portrait au soleil : 1/2000 sec, à 2500 ISO et f/11 – C’est quasi parfait.
  • Portrait à l’ombre d’un mur : 1/640 sec, à 5.000 ISO et f/11 – C’est bien suffisant pour mes besoins.
  • Portrait à l’ombre d’un mur : 1/2000 sec, à 16.000 ISO et f/11 – C’est encore « exploitable ».

Vous pouvez constater qu’au soleil vous n’aurez aucun mal à saisir des sujets rapides au 1/2000 sec. Car la sensibilité nécessaire à f/11 reste très courante : 2500 ISO seulement. Donc, aucun souci pour un tirage jusqu’au format A2 avec l’EOS R par exemple…

A l’ombre : bien évidement, la quantité de lumière restante vous obligera à monter dans les ISO. Mais si vous savez traiter correctement l’accentuation combinée à la correction du bruit dans Lightroom, les résultats à 16.000 ISO restent tout à fait exploitables, à des tailles d’impression situées entre A3 et A2 : mais tout dépendra de vos exigences… Ce sera à chacun de voir midi à sa porte…

Et si vous avez vraiment besoin de déclencher à des vitesses supérieures au 1/2000 sec à l’ombre des arbres : c’est probablement aussi le signe, que vous avez besoin de dépenser un peu plus que 750 €. On passe aux valeurs en détail :

 

 


Couple Vitesse / ISO à f/11 : sujet au soleil** –  Premier test, sujet en plein soleil (l’arrière-plan est identique sur les deux séries). J’ai exposé pour le boitier (et non pour la peau du modèle) du coup, j’ai légèrement corrigé l’exposition en post traitement sur le RAW. Je précise que j’ai réalisé toutes les photos à main levé bien entendu…

  • 1/50 sec à 100 ISO et f/11 – A cette vitesse : le stabilisateur de l’objectif est parfaitement efficace. Bonne nouvelle : on apprend donc que l’on peut shooter au 1/50 sec avec l’EOS R (dépourvu de capteur stabilisé) et le RF 600 mm. Je trouve que c’est déjà une chose intéressante… Sur cette première vue : il s’agit de l’image en entier (pas de zoom).
  • 1/1.000, à 1.250 ISO, toujours à f/11 – Je vous fait grâce de toutes les vitesses entre 1/50 sec et 1/1.000 sec, car elles ne posent pas de questions particulières. A la sensibilité de 1.250 ISO l’image est parfaite : le bruit est invisible après un très léger traitement dans Lightroom (une correction de la surexposition et traitement du bruit de 15 points) = totalement impeccable ! Je vous montre ici le zoom à 100%.
  • 1/1.250 sec, à 2.000 ISO, toujours à f/11 – L’exposition (ISO Auto) n’a pas changé. Le détail et le piqué à 100% sont remarquables (pour un objectif de seulement 950 gr. et seulement 750 €). Observez en particulier le piqué incroyable sur l’objectif (ou j’ai fait le point) ! Voilà comment il faudra probablement utiliser cet objectif en sport, en plein jour : 1/1250 sec, à 2000 ISO. Une merveille vu le poids de l’ensemble 
  • 1/2.000, à 2.500 ISO, toujours à f/11 – L’image est toujours quasi parfaite : le bruit est toujours invisible. Le piqué du JPEG dans l’appareil est toujours très satisfaisant observé à 100% dans Lightroom. Mais je vous montre ici le RAW dans Lightroom : Wouuuuahhh ! ! ! Tirage A2 sans aucune hésitation ! J’ai corrigé de -20 points les hautes lumières pour éviter la surexposition de la peau (car j’ai exposé pour un « sujet sombre »  : l’appareil photo). A cette vitesse : un lion qui court devrait toujours être net ! On distingue le les discret duvet sur la joue…
  • 1/5.000, à 6.400 ISO, toujours à f/11 – L’image est quasi parfaite : j’ai un peu corrigé le bruit dans Lightroom (seulement 38% sur l’échèle qui monte jusqu’à 100). Toujours observé à 100% dans Lightroom.
  • 1/8.000 sec, à 10.000 ISO, toujours à f/11 – L’image est encore bonne. Voici déjà le JPEG (produit part l’EOS R). On constate une (légère) dé-saturation des teintes chaires… Cela sera facile à corriger sur le RAW. Il n’y a donc aucune raison de se priver d’aller à 8000 ISO, ou 10.000 ISO lorsqu’il est besoin. On peut tirer cette image sans aucun problème A3+. Et probablement aussi en A2 : ça devrait passer.

 

 


Couple Vitesse / ISO à f/11 : sujet à l’ombre** –  Dernier test : le même sujet à l’ombre des arbres (avec le même arrière-plan végétal que la série précédente), qui du coup est sur exposé maintenant :

  • 1/640 sec, à 5.000 ISO, toujours à f/11 – L’image est parfaite… Tirage A2 sans aucune appréhension.
  • 1/1.600 sec, à 12.800 ISO, toujours à f/11 – Cela se passe très bien. Un peu de correction du bruit dans Lightroom et le tirage A2 est possible…
  • 1/2.000 sec, à 16.000 ISO, toujours à f/11 – C’est toujours très acceptable… Tirage A3+ sans la moindre hésitation. On en conclura donc, qu’il suffit de travailler en priorité vitesse avec ISO Auto lorsque l’on veut exploiter le RF 600 mm f/11. On adaptera la vitesse, selon la vitesse de déplacement du sujet…

 

*Je me suis limité à l’EOS R de 30 Mpixel car il est encore impossible de lire les RAW de l’EOS R6 dans Lightroom, aujourd’hui.

**Ne vous étonnez pas que la progression des valeurs ne soit pas parfaitement mathématique : mais ce sont les valeurs réelles j’ai obtenu sur un sujet réel, sur le terrain. Et ce n’est que pour vos donner « une idée » : il y aura toujours de légères variations dans la façon de « faire la mesure » d’exposition, selon le sujet. Et de toutes façons en RAW, vous avez bien largement la possibilité de corriger de plus ou moins quelques IL.

 

Si vous êtes rassurés par ces valeurs (moi je le suis) alors passons à autre chose. Mais si vous doutez, alors c’est probablement que vous êtes prêt à dépenser un peu plus, pour un 600 mm plus lumineux.

 

 


Travailler à f/11 au 600 mm : cela n’a rien de rare – On peut rester au téléobjectif, systématiquement à pleine ouverture : pour des raisons esthétiques (si l’on aime)… Et si l’on a dépensé 13.999 € pour un 600 mm f/4 : cela peut se comprendre aussi, qu’on souhaite l’exploiter à fond.

Mais je tenais tout de même, à montrer aux sceptiques ( ! ) quelques images qu’il m’est arrivé de réaliser à f/11 avec d’autre téléobjectifs au cours des années précédentes.

Histoire de démontrer que f/11 est non seulement courant lorsque l’on travaille au téléobjectif, mais aussi parfois utile (et même nécessaire) pour préserver un peu de profondeur de champs… Fermer à f/11 : ça peut aider au 600 mm ! Pour conserver une « petite chance » de capturer son sujet, dans le plan de netteté comme vous pouvez le constater ici :

 

 


Le Multiplicateur RF 1.4xConçus pour booster les focales des super téléobjectifs « blancs », ils sont malheureusement incompatibles avec le RF 70-200 mm f/2.8 (relire notre Test du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM). Et c’est un peu dommage… De là à imaginer qu’un second modèle de RF 70-200 mm soit proposé bientôt ? Il n’y aurait qu’un pas.

Avec l’Extender RF 1.4x : c’est net aussi ! Au 1/160 sec, f/16, 250 ISO… Ce qui donne un 840 mm f/16. Je précise que ceci est un JPEG « brut » de l’EOS R6 (sans ajout de netteté dans Lightroom)…

 

L’arrivée de ces deux Multiplicateurs confirme en tous cas, que toute une gamme de super téléobjectifs « blanc » est en préparation pour les EOS R… Et l’on est assez impatient de les confronter au terrain du Massai Mara par exemple !

Le RF 1.4x transforme le RF 600 mm IS STM f/11 (799 € TTC)  en 840 mm f/16. Tout fonctionne comme un charme, on ne sent pas de changements. Pas même dans la prise en main car ce multiplicateur est très compact. Bien entendu on perd un peu en piqué, ce sera donc à vous de voir s’il vaut le coup.

Personnellement vu le prix du RF 1.4x (599 €) si j’avais vraiment besoin d’une focale de 840 mm (en plus du 600 mm), je crois bien que préférerai acheter directement un RF 800 mm f/11 (1049 €) en plus… De préférence au RF 1.4x (ce qui veut dire, dépenser 450 € de plus). L’achat du RF 1.4x se justifiant surtout si l’on doit rester léger (randonnée en montagne). Ou si l’on possède un second objectif compatible : un grand téléobjectif blanc par exemple… Ou si le budget final est serré !

 

Ci-dessous la même scène cadrée avec le Multiplicateur :  Puis quelques instants plus tard : sans le Multiplicateur (les feuilles ont un peu bougé, mais le point de vue est le même) :

  • Avec Extender : au 840 mm, 1/500 sec, f/16 et 2000 ISO – (fichier _D3A4247.CR3)
  • Sans Extender : au 600 mm, 1/500 sec, f/11 et 1000 ISO – (fichier _D3A4248.CR3)

Sur la seconde ligne il s’agit d’un fort recadrage d’une portion identique de la scène, qui permet d’évaluer le gain de détail que permet le Multiplicateur RF .4x (à gauche).

 

En dépit de la montée à 2000 ISO qui a été nécessaire avec l’Extender RF 1,4x (car l’ouverture descend à f/16), on constate tout de même que les détails sont mieux préservés sur l’image de gauche (avec Extender 1,4x). Car sur l’image de droite, l’agrandissement des pixels (création de pixels) qui a été nécessaire pour visualiser une zone identique, a créé du bruit et des artefacts : les pixels sont plus visibles…

Moralité : si vous voulez grossir de très petits détails, mieux vaut utiliser l’extendeur RF 1,4x (quitte à doubler la sensibilité ISO), que recadrer dans le logiciel en espérant qu’une sensibilité plus faible vous sauve la mise ! Car ce n’est pas le cas…

 

 


Le Multiplicateur RF 2x (non testé)Je n’ai pas pu tester ce modèle pour le moment (Canon m’a proposé de m’expédier, soit l’un soit l’autre)… Étant amoureux de belles images, je n’ai jamais été un grand fan des « doubleurs de focale : je me suis toujours limité aux Multiplicateurs 1.4x pour préserver la qualité.

Le prix du Multiplicateur RF 2x est plutôt élevé : 749 € c’est seulement 300 € de moins qu’un RF 800 mm f/11 entier… Du coup je ne suis pas certain qu’il soit vraiment intéressant de tenter de transformer votre 600 mm, en 1200 mm f/22 (même si c’est possible)… Je ne le recommanderais que pour des besoins « documentaires », du genre : filatures, paparazzi, identification d’espèces… L’avantage du RF 2x restant d’être nettement moins encombrant que le transport d’un second objectif, même si le RF 800 mm ne pèse finalement que 1.260 gr. Ce qui est bien peu !

Donc, si vous avez un besoin impérieux de grossissements dépassant les 1100 mm : il sera certainement plus judicieux d’opter directement pour le RF 800 mm f/11 IS STM 1049 €). Et de l’utiliser avec le RF 1.4x : vous obtiendrez un 1120 mm f/16 (pour un total de 1.648 €), qui sera probablement meilleur que le 1200 mm f/22 obtenu en ajoutant le doubleur RF 2x à votre RF 600 mm (pour un total de 1.548 €).

Quant au RF 800 mm f/11 IS STM 1049 €) doublé par le RF 2x (749 €) : cela donne un 1600 mm f/22 (pour un total de 1798 €). Je n’ai pas essayé, donc je n’ai aucune idée du résultat… Mais 1600 mm f/22 : est-ce encore bien raisonnable ?

 

 


En conclusion : un super téléobjectif accessible et vraiment « amusant » – Indéniablement les RF 600 mm et RF 800 mm sont des « mutants » ! Une nouvelle race de téléobjectifs incroyablement compacts et peu coûteux, qui n’existent que grâce à la combinaison de la technologie DO (à lentilles de diffractives), de la visée électronique et de caractéristiques propres à la monture RF (qui autorisent des prouesses inédites dans la conception optique)…

Connaissant la technologie des super télé « blancs » et celle des reflex : jamais il n’aurait été possible de se promener tranquillement en ville, avec à la main un 600 mm de moins de 1 kg. Déjà, pour la simple raison que la visée optique aurait été trop sombre… Mais c’est désormais c’est possible ! Ce RF 600 mm f/11 IS STM n’est pas plus encombrant qu’un gros 70-200 mm f/4. Et plus léger que la plupart des 70-200 mm f/2.8 : de quoi faire des photos différentes.

Qui aurait imaginé il y a 5 ans, que l’on pourrait obtenir en 2020 un tel piqué au 600 mm : pour seulement 799 € avec seulement 930 gr. de téléobjectif ? C’est bien cela qu’il faut comprendre : on « y voit » parfaitement clair dans un viseur électronique, même à f/11… Ce qui n’aurait pas été le cas sur un reflex. Et c’est cela (et quelques autres technologies) qui permettent de concevoir un 600 mm aussi léger. Au 1/1000 sec, 1250 ISO et bien entendu f/11. Avec le Canon EOS R.

 

Il faut comparer ce qui est comparable : bien entendu, la plupart des objectifs ou des zooms qui montent à 600 mm, proposent une ouverture maximale de f/6.3 en général. Mais il faut aussi se souvenir qu’ils pèsent au minimum 2 kg (et souvent plus)… Ils sont donc plus de deux fois plus lourds que ce RF 600 mm f/11. Et sont généralement plus coûteux également (de 1200 € à 1500 €)… Voir beaucoup plus coûteux !

Donc bien entendu on ne comparera pas ce RF 600 mm qui ne coûte que 749 €, avec par exemple un 600 mm f/4 L IS USM II… Qui qui pèse quatre fois plus lourd (3.920 gr) et dont le prix d’origine est de 13.999 €. Bien entendu ! On ne le comparera pas non plus, à un Sigma 500 mm f/4 DG OS HSM, qui pèse également un peu plus de trois fois plus lourd (3310 gr) et dont le prix originel est de 5.999 €.

Mais je crois que le RF 600 mm f/11 IS STM (799 € TTC), fera donc un tabac auprès de nombreux types d’utilisateurs, qui disposent de suffisamment de lumière pour capter des scènes lointaines…

1/420 sec, f/11, 320 ISO. Moi, je l’emporterai bien à Hong Kong par exemple… Pour voir !

 

 


Pour qui et pour quoi faire ? – Le Canon RF 600 mm f/11 IS STM (799 € TTC)  me semble bien adapté pour faire du safari animalier en plein jour, des oiseaux posés, ou en vol… Mais aussi des sports nautiques, de la voile (sur un bateau il faut rester léger), du surf… Ou encore des sports d’équipe en extérieur par beau temps (beaucoup de mamans désirent photographier leurs enfants sur un terrain de foot). Dans tous ces cas : un peu de profondeur de champs (f/11) ne sera qu’un avantage et pas trop un souci, puisque les EOS R sont assez à l’aise jusqu’à 12.800 ISO…

Sans oublier la course automobile ou l’aviation : car on n’a pas systématiquement besoin de vitesses super rapides dans ces domaines. Souvent on veut conserver les roues des voitures et les hélices des avions, légèrement « floues » afin de retranscrire la sensation qu’elles « tournent »…

Le but lors d’une sortie en montagne par exemple, sera de le glisser dans votre sac à dos, à côté de votre gourde et de votre casse-croute, pour saisir les chamois (par exemple), ou les sommets lointains… Tout cela sans nécessité du moindre monopode ou trépied (habituellement nécessaire pour soutenir le poids d’un 600 mm classique), donc avec beaucoup plus de réactivité dans le cadrage et moins de fatigue musculaire à main levée…

1/320 sec, f/11, 200 ISO. Je crois que les amateurs de nautisme vont s’arracher le RF 600 mm f/11, ou le RF 800 mm f/11 IS STM. Lors d’une sortie en mer, vous pourrez enfin saisir cette baleine à bosse qui surgit de l’eau à 200 mètres du bateau. Sur l’eau tout est « trop loin » systématiquement…

 

Bien entendu, plus la lumière baisse et plus il faut monter en sensibilité ISO. Mes exemples d’un sujet à l’ombre (un jour de beau temps) montrent qu’il faut aller jusqu’à 5.000 ISO (plus ou moins) si l’on veut shooter un portrait au 1/640 sec à l’ombre d’un mur. Mais je vous garantis que cette sensibilité sur l’EOS R6 ou sur l’EOS R, reste très acceptable et devrait permettre de tirer une photo jusqu’en A3. Quitte à soigner un peu le traitement du bruit dans Lightroom.

Pratiquer le 5000 ISO, ou même le 12.800 ISO n’a plus rien d’interdit en 2020. Et dans les années à venir, les progrès en sensibilité des capteurs et des logiciels de Développement, vont continuer à nous épater… je ne serai pas étonné que d’autres objectifs « accessibles » ouvrant à f/11 nous soient proposés par d’autres marques à l’avenir, Canon ayant ouvert cette nouvelle voie.

Grâce à sa légèreté, il est possible que ce 600 mm devienne un « outil créatif » au quotidien, notamment pour se promener en ville (ce que l’on ne fait pas avec un 600 mm habituellement).

L’effet de compression propre aux longues focales devrait permettre une nouvelle forme de street photo, voire de photo d’architecture… Dans cet esprit, je me souviens d’ailleurs avoir déjà utilisé un Samyang 500 mm à miroir ( ! ) en street photo dans une autre vie. Je suis assez impatient de voir ce que je pourrais faire avec, lors de mon prochain voyage photo à Hong Kong (peut-être en janvier 2021 si tout va bien)…

Même en tenant compte de quelques kilos supplémentaires, (que j’ai pris pendant le confinement)… et bien vous constatez à quel point il est minuscule ce RF 600 mm f/11 IS STM.. Vous verrez que ce RF 600 mm IS STM pourrait vous surprendre. N’en parlez pas « en l’air » : mais essayez-le plutôt dès que ce sera possible...

 

  • Construction et Finition - 83%
    83
  • Prise en main et ergonomie - 90%
    90
  • Discrétion, compacité, silence et poids - 92%
    92
  • Qualité optique générale - 86%
    86
  • Piqué de l'image - 76%
    76
  • Réactivité et vitesse de l'Autofocus - 92%
    92
  • Fonctionnalités et polyvalence - 82%
    82
  • Gamme optique (autres objectifs dans la gamme) - 90%
    90
  • Pertinence du prix - 94%
    94

Le super téléobjectif "pour tous"

Sur mon blog, ou sur Facebook (qui est un repaire de spécialistes) : que n’ai-je entendu à propos de cette fatidique ouverture de f/11... De la part d’experts auto-proclamés, qui n’avaient jamais essayé (ni même vu) cet objectif de leurs yeux ! Mais qui tous ont solennellement décrété qu’un 600 mm ouvrant à f/11, ne servirait à rien...

Hypothèse que mes images devraient infirmer. Car je trouve cet objectif très utile et surtout "amusant" et facile à utiliser : la photo c'est aussi du plaisir ! Du plaisir pour tous : pas besoin de gros biscoteaux !

J’ai été très agréablement surpris de la légèreté et de la compacité incroyable de ce 600 mm… Et de tout ce que l’on peut faire avec à main levée : c’est-à-dire sans monopode, ni trépied. Le plus incroyable c’est qu’il ne mesure que 20 cm une fois replié… Sans oublier un prix de vente incroyable : de seulement 799 € TTC. Si un tel objectif ne servait à rien : Canon ne l’aurait probablement pas sorti (et je n'aurai pas eu envie de le tester non plus)...

Bien entendu, cet objectif ne sert pas seulement à faire de la photo animalière "en amateur"… Mais on peut essayer de tout faire avec : des portraits, des fleurs, des paysages, de la street photo… A vous de jouer ! La "compression des plans" dans la profondeur, est très intéressante pour "composer" des images graphiques, notamment en ville. La bokeh est modéré, mais il existe (voyez mes images)...

Ce Canon RF 600 mm f/11 IS STM, devrait plaire aux amateurs de meetings aériens. Aux surfeurs qui veulent photographier leurs potes (sans investir dans un matériel trop lourd, car ils voyagent)... Mais aussi aux parents qui photographient leurs enfants qui jouent au foot le samedi... Aux randonneurs qui n'ont pas envie de se charger. Voir aux paparazzis qui doivent rester discrets (j'en ai croisé dans ma carrière)... Mais aussi peut-être : intéressera-t-il quelques amateurs de street photo, qui veulent essayer autre chose que le 35 mm en ville... Pour changer un peu.

Le piqué de l'objectif, n'est pas au niveau d'un objectif professionnel bien entendu (mais bien peu de photographes auront les moyens d'investir dans un objectif professionnel). Toutefois, ce n'est pas une raison pour s'interdire de "tâter" du 600 mm, car c'est extrêmement ludique (il suffira de "booster" un peu le curseur netteté dans Lightroom).

Si vous vous ennuyez un peu en photo avec votre 24-105 mm : alors cet objectif devrait vous "donner un petit coup de fouet créatif". Personnellement : je l'ai adoré... Et j'ai hâte de le tester à Hong Kong !

.

87.2 %

 

 


Lire également : Test terrain du Canon EOS R6

 


Lire également : Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM

 


Lire également :  Prise en main du génial Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

20 commentaires

  1. Les photos donnent vraiment envie de l’essayer !

    Je remarque que les sensibilités ISO sont assez élevées, mais que ça ne gâche pas trop la qualité des images…

    Tu corrige le bruit dans Lightroom c’est bien ça ?

    • Oui, j’ai un réglage de base avec 10 à 20 points de correction du bruit en Chrominence : en ça marche très bien…
      Sinon, il y a le nouveau système génial dans Lightroom, qui calcule automatiquement la valeur de correction en fonction. de deux valeurs extrêmes que tu décide…

      Absolument génial : LIGHTROOM CLASSIC 9.3 : MISE À JOUR DE JUIN 2020

      https://photoetmac.com/2020/06/lightroom-classic-9-3-mise-a-jour-de-juin-2020/

      • Exact et merci JF pour cette information que tu nous avais donnée. Un petit preset crée depuis et, maintenant, je traite par lots cette correction alors qu’avant je le faisais par filtres successifs. Lightroom : toujours une longueur d’avance sur la concurrence (je dis « une » pour rester humble ;-) )

        • Oui, c’est un truc de malade ce Preset de Correction ISO adaptatif : trop malin ! ! !

          EN plus on peut en créer plusieurs différents : un très fort, un moyen et un plus doux… Sur une image, on pieute tester les trois successivement et choisir celui qui est le plus adapté.

          Même sur un même modèle d’appareil, certaines images supportent « plus ou moins » de correction du bruit, selon le sujet photographié…

          • Oui, j’en ai un pour l’apsc et un FF ! Mais j’y vais toujours en douceur comme avec la netteté et le débouchage des ombres.
            ps: lenteurs sur la rédaction de commentaires ce matin sur ton site.

  2. Merci pour ce test et pour celui de l’EOS R6 également. Canon fait fort en ce moment.
    Je me dis qu’il est peut-être temps de changer mon EOS 7D mk2 ?

    bravo pour ce site!

  3. Olivier montreuil le

    Bon cest bien tentant ce f11. Et pour la doublette r5 et r6 on ne va pas avoir trop le choix, d’une part ca devient tres interessant et il ne manque plus que quelques objectifs compact et leger du genre pancake pour bourlinguer leger et aussi parce que le 5D mark iv n’aura pas de successeur !!! Cest ce qui a ete annonce, semble t il ! Je vais user le miens jusquau bout et lui adjoindre un r6 pour amorcer la transition !

  4. Suite a l’annonce du Z5 Nikon a 1400$, je serais pas étonné de voir un remplaçant du RP très bientôt ou alors une baisse du prix du R6

  5. par contre c’est bien 930g,pas 730g non??? meme si le poids est en effet bas pour le type d’optique
    dommage qu’ils n’aient pas glissé quelques joints toriques ça et là ,ce n’est pas ce que ça coute ,et sans qu’il soit tropicalisé ,ça aurait diminué les risques
    par contre pour le reste je n’aurait jamais imaginé comme tu dis JF,de trouver un 600mm aussi petit et bas en prix,mais surtout qu’en ouverture 11 on puisse s’en servir aussi simplement,moi qui ai toujours entendu dans mon école photo qu’il fallait avoir des objectifs lumineux,a priori ,en 2020 ce n’est pas forcement une obligation….enfin bien sur ,suivant ce que l’on veut faire avec ,mais ça ouvre quand meme des possibilités creatives

  6. Je n’étais pas du tout convaincu par cet objectif (comme beaucoup, avec l’ouverture à f/11…), mais en effet, pour certains usages, pourquoi pas ?

    Je pense à la photo de sport, en usage amateur, où un bokeh de dingue n’est pas forcément primordial. Notamment les sports aquatiques (surf & Cie), kite, etc. où l’environnement est généralement assez lumineux. Certes il faut pas mal de vitesse, mais vu la montée en ISO des boîtiers récents, ça devrait le faire ! (un 800 ISO en pleine lumière étant bien plus « qualitatif » qu’un 800 ISO en conditions sombres de spectacle…)
    Du coup, même le 800mm risque d’être une option intéressante pour des spots éloignés, mais bon, bien moins polyvalent.
    Pour le golf aussi, cela devrait permettre d’accéder à des vues jusqu’alors plus compliquées à avoir (ne serait-ce que financièrement parlant…), mais là il faudra bien travailler ses cadrages pour soigner l’arrière-plan et isoler les joueurs, ce qui est souvent compliqué en compétition (car 600mm + le mode silencieux des R permettra de figer des moments du swing autrefois interdits à cause du bruit de déclenchement).

    A suivre :)

  7. Bonjour à tous et merci JF pour ce test très objectif !

    Tout d’abord une focale fixe pour des amateurs… au même prix que des zooms en EF… et.. et en moins lumineux… = très surprenant quand même…
    Rappelons tout d’abord que ceux qui ont des 400mm F2.8 et 600mmF4 sont des extraterrestres et qu’ils ont déjà 2 boitiers à 2-3000€, que ce sont des pros.

    Je pense qu’une comparaison avec les zooms EF pourrait être intéressante « c a d que puis-je avoir pour 1000€ en téléobjectif en FF? » Aujourd’hui, un Sigma/Tamron « EF » 150-600mm F6.3 qu’on trouve d’occasion à 700€(1000€ neuf) donnera bcp plus de polyvalence et de satisfaction. De souvenir ils font environ 1,7kg. Ok c’est plus lourd, c’est plus gros cependant plus besoin d’avoir le RF 600 et 800mm dans le sac. Monté sur un 70D par exemple, nous avons un 240-960mm. ( et en plus il donne le pare soleil)

    Incohérence de Canon: Proposer des optiques low cost sur des boitiers à 2500€, un truc malin qui aurait pu faire c’est de lancer un APS-C du Style « R70 » (70D) qui aurait booster le zoom via le crop factor autour des 1500€). Un combo RF600mm F8 + hybride R70 aurait plié la concurrence. Et oui d’ailleurs pourquoi le RF600 à une ouverture de F11 ?!! la même ouverture que le RF800mm ( question de coût surement….)

    Meeting Aérien: Je doute que cela fasse un « tabac » car déjà les avions ont des tailles très différentes, et deuxièmement des vitesses très variées. Le Rafale, je le shoote à 1/4000 quand il passe a fond et l’A400M à 1/150eme pour les hélices. d’ailleurs je suis obligé de fermer le diaph trop fort et j’aime pas ca ! Ensuite en meeting, les spotters sont assez fixes, le critère de portabilité reste en retrait je pense. De plus focale fixe = au photographe de bouger. Ok pour un 35- 150mm max mais là, il va falloir courrir ! En animalier, par sur que ce soit top. Exception si tu restes à l’affût et si tu sais où sera le sujet.

    Et enfin le pare-soleil, Canon pourrait faire un geste quand même, 50€ le bout de plastique… cela ne peut leur faire que de la mauvaise pub car on verra des tous nouveaux objectifs avec des pares-soleils « home made :) ». je préfère me reprendre une nouvelle batterie pour le prix !

    Bref, j’arrête d’être pessimiste, évidement que j’ai envie de tester cet objectif :) merci à Canon d’innover et d’oser. De jouer avec les ISO, mais bon… qui peut le plus peu le moins..

    Mais soyons réaliste, l’amateur qui cherche une solution super « télézoom ultra portable » devrait s’orienter, vers de l e l’APS-C ou même micro 4/3. enfin c’est mon avis.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.