Catégorie : NOS MEILLEURS ARTICLES

000 - A LA UNE
14
Test terrain du drone DJI Air 2S à la Réunion

Il y quelques années en 2018, j’avais un peu joué avec un DJI Spark (désormais indisponible), qui a été mon tout premier Drone : acheté à Hong Kong un peu sur un coup de tête, car il était vraiment peu cher… C’était une petite machine très amusante et plutôt facile à vivre. Toutefois, je l’avais revendu un an plus tard, avec très peu d’heures au compteur (il faut bien l’avouer)…

En effet, la durée de vol était très courte (16 minutes), l’appareil photo de seulement 12 Mpixels ne shootait qu’en JPEG (pas de RAW) et ne possédait qu’un capteur de très petite taille. Les photos étaient donc plutôt décevante (du point de vue d’un photographe pro habitué au Full Frame, bien entendu)…

De plus la liaison vidéo avec le drone (en WIFI à cette époque) était un peu instable et « peu rassurante » pour un débutant… Il m’est arrivé de ramener le drone en pilotage visuel : en me passant de la vidéo, un détail qui limitait beaucoup son utilisation. Ajoutez à cela que la mise en connexion WIFI entre le smartphone et la télécommande était fastidieuse avant chaque décollage. Trop de contraintes, pas assez de sécurité, pas assez de fun, pour un modèle un peu trop « léger » au final…

 

 

Mais cinq ans plus tard tout à beaucoup changé : je viens de m’offrir un drone DJI Air 2S (lien vers le site DJI) et là c’est vraiment autre chose… Je vous propose dans ce test le ressenti d’un « apprenti pilote » qui est d’abord un photographe, avant d’être un expert du drone (j’en suis encore loin). Ce qui intéressera je suppose, d’autres photographes ayant envie de prendre un peu de hauteur sans trop se prendre la tête…

Cette fois-ci avec ce nouveau DJI Air 2S (qui a perdu le terme « Mavic » dans son nom) il me semble que les drones « experts » sont parvenus à une excellente maturité (fiche technique chez DJI). Et qu’avec ce nouveau venu vous pouvez enfin vous lancer : si vous en rêviez n’attendez plus. Lire le test

000 - A LA UNE
0
Eteignez votre disque « WD My Book Live » d’urgence !

Urgent ! Eteignez votre disque « WD My Book Live » car vos données seraient en danger, d’après cet article de Ars Technica.

Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus, mais étant lecteur depuis des années de ce site « techno » très sérieux : il faut prendre cette alerte très au sérieux… Un bug effacerait les données sur ce type de disque commercialisé par Western Digital.

Heureusement seuls les disques de cette série spéciale « WD My Book Live » sont touchés… Il s’agit d’un « disque connecté », vendu comme une sorte de Cloud personnel… Lire la suite.

000 - Grand large
34
Quelle vitesse avec Lightroom Classic 10.3 optimisé Apple Silicon ?

J’ai fait quelques tests comparatifs rapides : avant puis après la mise à jour de Lightroom Classic, de la v10.2 (Intel fonctionnant en Mode Emulation Rosetta) vers le nouvelle version 10.3 optimisée pour processeur Apple Silicon, annoncé ce jour… (Lightroom Classic 10.3 pour processeur Apple Silicon disponible)…

Les gains de vitesse sont évidents : Lightroom Classic 10.3 semble tourner très agréablement sur mon MacBook Air M1 2020 (celui testé ici : Une semaine sur Lightroom Classic avec le Macbook Air 13″ M1 relire au passage les tests comparant le MacBook Air M1 au précédent MacBook Pro 15″ à processeur Intel).  Autrement dit : que de progrès en un an seulement ! Jamais de l’histoire du Mac, je n’avais connu un tel gain de performance en un an ! Jamais…

 

Test de lancement de Lightroom Classic : voilà déjà un gain de performance qui se ressentira tous les jours : plusieurs fois par jour !

Précédemment, sur mon MacBook Air M1, il fallait environ 6,5 sec. pour lancer mon catalogue Lightroom de 610.514 photos. Pour mémoire, rappelons que cela prenait (environ) 10 sec. sur mon précédent MacBook Pro Core i7 Quad Core de 2018 (une des machines les plus puissante de son époque d’une valeur de presque 4000 €TTC. Relire :  Macbook Pro 15 pouces mi 2018 : chrono Lightroom). Si le tout premier lancement de Lightroom Classic 10.3 (Apple Silicon) a pris 18 sec (mais ce n’était qu’une seule fois), ensuite le gain de performance a été sensible :

• Lancer Lightroom Classic 10.2 (Intel) sur MacBook Air 13″ M1 :  6,5 sec

• Lancer Lightroom Classic 10.3 (Apple Silicon) MacBook Air 13″ M1 :  4,5 sec

 

Test de quitter Lightroom Classic : car cela compte aussi… J’ai quitté systématiquement sans effectuer de « Copie de sauvegarde » du catalogue, ce que l’on fait assez souvent également.

La précision de ce dernier test est un peu aléatoire, désolé (c’est très court pour mesurer précisément à la main)… Mais la sensation d’accélération est indiscutable au moment de « Quitter ». J’ai renouvelé ces tests plusieurs fois et je vous donne ces résultats avec prudence : il ne s’agit que de « moyennes arrondies ». Rien de scientifique, mais les tendances sont indiscutables.

• Quitter Lightroom Classic 10.2 (Intel) sur MacBook Air 13″ M1 :  2 sec

• Quitter Lightroom Classic 10.3 (Apple Silicon) sur le MacBook Air 13″ M1 : 1,5 sec

 

Test d’Exports de 96 fichiers RAW : vers des JPEG de taille adaptée pour le Web : c’est à dire a 1400 Pixels de largeur, avec un filigrane intégré…. J’ai du mal à en croire mes yeux : c’est trois fois plus rapide ! 

• Export 96 RAW de Lightroom Classic 10.2 (Intel) – MacBook Air 13″ M1 : 3 min 01 sec

• Export 96 RAW de Lightroom Classic 10.3 (Apple Silicon) – MacBook Air 13″ M1 : 52 sec

 

Test d’export de 32 images de types variés vers du JPEG en 5000 Pixels (pour le print) : ce dossier contenait un mélange de fichiers RAW, DNG, TIFF et JPEG… La progression est ici moins sensible, mais elle existe :

• Export 32 fichiers divers Lightroom Classic 10.2 (Intel) – MacBook Air 13″ M1 : 1 min 11 sec

• Export 32 fichiers divers Lightroom Classic 10.3 (Apple Silicon) – MacBook Air 13″ M1 :  55 sec

 

Importation (en mode Copier) de 43 fichiers RAW du Canon EOS R : avec construction des Aperçu dynamiques et utilisation de l’aperçu Intégré (le Mini vignettes JPEG inclus par l’appareil dans les fichiers RAW). J’ai mesuré le temps total en incluant la construction des Aperçus dynamiques. Le gain de vitesse est ici encore très perceptible…

• Import 43 fichiers divers Lightroom Classic 10.2 (Intel) – MacBook Air 13″ M1 :   1 min 23 sec.

• Import 43 fichiers divers Lightroom Classic 10.3 (Apple Silicon) – MacBook Air 13″ M1 :  38 sec

Lire la suite…

000 - A LA UNE
38
Utilisateurs de Lightroom : passez au « tout SSD » ! Vite…
Un message rapide de plus, afin de prévenir (à nouveau) les utilisateurs qui ont la dangereuse habitude de stocker leur catalogue Lightroom Classic sur un disque externe Mécanique : c’est une mauvaise idée…
 

• Cela fait travailler « dur » votre disque externe mécanique, augmentant le risque de panne

• C’est lent : alors que si votre Catalogue était sur votre SSD interne, il tournerait plus vite

• Si par malheur votre disque Externe Mécanique lâche : vous perdez aussi votre catalogue

Alors que si le catalogue est situé sur un SSD Interne : il vous restera au moins les Aperçus de vos photos, éventuellement les Aperçus dynamiques… Et il vous serait aussi possible de reconnecter votre catalogue à vos photos (si éventuellement vous en possédez une sauvegarde). Lire la suite…
 

000 - A LA UNE
10
Le guide officiel d’utilisation des Drones de Loisir en France
Suite à notre dernier article à propos du dernier drone DJI Air 2S, un de nos lecteurs fidèles me glisse ce petit lien utile et même indispensable, vers le « Guide Officiel » destiné aux pilotes de drones amateurs… Lecture indispensable, pour que vos infos soient complètes en terme de réglementation.
 
C’est long mais très complet : Guide_categorie_Ouverte.pdf

 

Ce guide présente les grands principes de sécurité et les règles pour utiliser un drone dans un cadre de loisir ou professionnel simplifié en France. Ces utilisations rentrent désormais dans un cadre réglementaire Européen, qu’on appelle « Catégorie Ouverte ». En lisant ce guide, vous comprendrez… Lire la suite

000 - Grand large
4
Astuce vitale, combiner automatiquement Profil Couleur + Preset ISO Adaptatif

Vous êtes nombreux à apprécier les Profils Couleurs pour Lightroom que j’ai élaboré pour certains appareils de diverses marques. Pour le moment : Canon, Nikon, Sony et Fuji… Le guide d’installation est par ici.

Et par ailleurs certains (moins nombreux étonnamment), ont aussi adopté mes Presets ISO Adaptatifs ; que je considère vraiment indispensables afin de parvenir à un Workflow fluide… Le Guide d’installation est par ici. Vous avez probablement appris à appliquer automatiquement soit les uns, soit les autres…

Mais la plupart des photographes ignorent, qu’ils peuvent automatiser l’application des Profils et des Presets ISO Adapt : ensemble et en même temps… Ceci dès l’importation des images ! Oui, appliquer instantanément les deux automatiquement est possible… et c’est même vital.

 

READ THIS PAGE IN ENGLISH

 

Pourquoi appliquer automatiquement Presets ISO Adaptatifs, en même temps que le Profil Couleur de son choix ? Le but du jeux est bien entendu de gagner du temps deux fois ! Premièrement en ne vous inquiétant plus des questions de « Profils couleurs » appareil par appareil… Car vous aurez personnalisé quel Profil Couleur sera appliqué automatiquement, pour les RAW de tel ou tel appareil.

Secondement : gagner du temps encore, puisqu’il sera inutile de vous préoccuper du Réglages des 10 curseurs de Netteté et de Correction du Bruit… Car ceux-ci seront automatiquement gérés en fonction de la Sensibilité ISO de chaque image, par les Preset ISO Adaptatif…

Ce double automatisme fonctionne superbement bien ! Je vais tenter de vous montrer rapidement dans cet article, comment le mettre en place. Et je reste à votre disposition en commentaires, pour répondre aux questions. Lire la suite…

000 - A LA UNE
54
Les reflex sont « bel et bien morts »… en 2021

Et oui, mes amis : cette fois il faut bien voir les choses en face et dire les choses « telles qu’elles sont » : les reflex en 2021 c’est désormais plié ! C’est fini, c’est terminé : les reflex sont morts désormais…

Chez les Canonistes, qui restent les photographes les plus nombreux sur la planète (et de loin, vu l’immensité du « parc installé » de reflex depuis des décennies), on le « sent » de plus en plus clairement : les reflex n’en ont plus pour très longtemps… Relire ce long article détaillé, qui pèse le pour le le contre à propos de cette question cruciale : En 2021 : rester en reflex ou passer en hybride Full Frame ?

Spécialement depuis l’été 2020 et la sortie de Canon EOS R5 et R6 (relire le Premier « test terrain » du génial Canon EOS R6). Même si la majorité des utilisateurs de reflex Canon EOS ne sont « pas encore » passé à l’hybride ; ils savent tous que pour Canon, « l’avenir se conjugue désormais en Mode hybride »…

Les Canonistes sont désormais convaincus par les hybrides… L’annonce officielle du (futur) Canon EOS R3 aura été pour tous les pro le « dernier clou » sur le cercueil du reflex. Un boîtier pro « monobloc » bien moins encombrant que la gamme des EOS 1Dx et suffisamment convaincant : c’est tout ce qu’il fallait (Le Canon EOS R3 comparé à d’autres boitiers).

Tous les utilisateurs de reflex Canon EOS savent donc bien (je crois) que leur prochain appareil ne sera plus un reflex : ce sentiment s’impose et se renforce au fur et à mesure que s’ajoutent de nouveaux objectifs RF exceptionnels, alors que aucun objectif EF n’a été annoncé par Canon depuis longtemps… Comme par exemple ce Canon RF 100 mm f/2.8 L IS Macro SA Control, qui est assez extraordinaire et qui a été présenté récemment (relire : Canon RF 100 mm f/2.8 L Macro IS USM : l’autre good news )… 

Les Nikonnistes sont-ils encore timides face aux Nikon Z  – Du côté de Nikon la marche en avant (la fuite en avant ?) semble plus lente, alors que pourtant : les progrès technologique sont bel et bien là (une mise à jour Firmware cette semaine annonce des progrès du côté de l’AF) et la gamme des Nikon Z est très intéressante aussi…

Mais si la marque semble bien engagée dans la transition, il n’est pas aussi certains que tous les photographes « Nikonistes » soient aussi préparés au « passage ». Car les ventes de Nikon Z semblent un peu plus lentes à décoller que celles des Canon EOS R. Il semblerait que Nikon vende encore « beaucoup plus » de reflex proportionnellement, que d’hybrides… Et c’est éventuellement ce qui peut paraitre « plus inquiétant » d’un point de vue économique pour l’avenir de Nikon. Je crois avoir remarqué que les Nikonistes sont en générale « plus âgés » que les utilisateurs d’autres marques : plus conservateurs aussi…

Pour Nikon, les 2 ou 3 prochaines années seront décisives : car face à Nikon, il y a Canon… Mais il y a surtout Sony ! Qui domine actuellement le monde de l’hybride Full Frame, depuis qu’ils ont eu l’audace en 2012 de se lancer sur ce segment… Lire la suite ! 

 

000 - A LA UNE
25
Et si l’on oubliait le bokeh 5 minutes ?

Non, il n’y a pas que le « bokeh » dans la vie d’un photographe… Je tiens à le redire ici, car trop souvent les « jeunes photographes » qui commencent à progresser, passent par cette phase plus ou moins longue : ou ils sont obsédés par le « bokeh »…

Ce qui passe en général, par une quête (quasi exclusive) d’objectifs à la plus grande ouverture possible… Parfois jusqu’à l’excès… Parfois plus raisonnable, selon leurs moyens : avec l’achat d’occasion, ou l’achat de très anciens modèles « vintage » et exotiques, totalement manuels et finalement assez peu recommandable (bien qu’étant très lumineux)…

Avant de commencer, je précise que j’ai tenté d’illustrer cet article, avec des photos « totalement dépourvues de bokeh », justement pour vous montrer que l’on peut s’en passer. Du moins, j’aurais essayé… Et je vous invite (en vue « d’oublier le bokeh 5 minutes ») à relire ces deux articles, dans lesquels je vous propose quelques « classiques de composition » et quelques « figures imposées ». Autant de « pistes créatives » afin d’échapper à la quête systématique du « flou d’arrière plan »  : 

1 – Prise de vue : quelques « classiques » de composition (partie 1)

2 – Prise de vue : quelques « classiques » de composition (partie 2)

Rappelez-vous vos débuts : votre période « zoom 18-55 mm f/3.5-5.6 » – Sans doutes, êtes-vous déjà passé par là, surtout si vous avez moins de 35 ans… (et d’ailleurs si vous vous « reconnaissez », votre témoignage en commentaires nous serait précieux) : c’est un phénomène qui a touché tout photographe ayant d’abord appris la photo à l’aide d’un de ces zooms d’entrée de gamme peu coûteux : par exemple un Zoom 18-55 mm f/3.5-5.6 pour APS-C (ils sont bien pratique et heureusement qu’ils existent).

Au tout début, durant cette première phase d’apprentissage : il vous était très difficile d’obtenir des images présentant ce joli flou d’arrière plan qui fait « pro ». Et si vous ajoutez à cela, toutes les autres difficultés normalement rencontrées par un photographe débutant : vous avez probablement traversé une première phase photographique assez décevante… C’est normal (à moins que vous n’ayez beaucoup voyagé, ce qui permet de passer ce cap). Lire la suite…

000 - A LA UNE
22
Street photo : oubliez ces tabous photographiques !

Beaucoup de photographes qui se lancent dans la street photographie s’imaginent « des choses »… Ainsi, pour être un photographe de rue il faudrait obligatoirement voler les photos sans jamais demander la permission… Ou shooter exclusivement en Full Frame.

Ou encore travailler toujours en en noir et blanc. Ou même n’utiliser que des focales fixes… Et bien entendu au final : ne jamais recadrer ses images, ni les ajuster un peu dans Lightroom ou Photoshop…

Balivernes et billevesées ! Autant de légendes que je vous propose de mettre en pièce. En ce dimanche après-midi, je rédige cet article (sur le très bon clavier de mon minuscule MacBook Air M1 qui est une petite merveille lisez mon test terrain pour vous en convaincre) : bien installé au soleil sur un banc dans un parc à Paris, ceci même si il fait encore un peu frais… Mais ça sent le printemps et ce n’est pas dommage !

Alors oui, je sais… Par ce beau soleil, je devrais plutôt être en train de faire de la « street photo »… Mais voilà : ma définition de la street photo commence par ce préalable, « ne faire des photos que lorsque j’en ai vraiment envie ».

J’ai une vision de la street photo assez restrictive, elle devrait rester un jeux : juste une activité facultative et plaisante. Je réserve la street photo aux jours de printemps ; à condition de n’avoir rien de plus intéressant à faire. Et à certains jours de pluie éventuellement : comme un défi (réussir de bonne photos sous la pluie est bien plus difficile que ce que l’on raconte sur internet)…

Et bien entendu il n’existe aucune définition préalable, de ce que devrait être (ou ne pas être) la street photo. C’est à chacun de se faire sa propre définition, d’ailleurs pour moi : Street photo et photo de voyage, se recoupent largement… J’attends vos réflexions à ce sujet en commentaires… Lire la suite de l’article…

 

000 - A LA UNE
34
Les photos que j’aime faire… (et autres réflexions en vrac)

Chaque photographe, devrait se demander un jour ou l’autre : quel est le type de photographie qu’il préfère réaliser… S’interroger un peu et prendre du recul par rapport a sa pratique photo, ou à sa passion (maladive) pour l’achat de matériel : tout ça n’est jamais du temps perdu. Voici donc en ce dimanche soir : quelques idées et réflexions, un peu en vrac…

Personnellement ce que je préfère, c’est la photo de rue et de voyage… J’aime réaliser des photos qui font « imaginer » des choses. Je n’aime pas forcément les photos qui immédiatement « décrivent tout » ce qu’il y a à voir dans une scène ; mais plutôt les images qui vous laissent vous « représenter » ce que vous voulez… Ce qui se passe au-delà du coin de la rue. Des images qui ne décrivent pas ; mais qui « invitent » à imaginer. A propos : Composition : recherchez la simplicité.

J’aimerais que l’on ressente une ambiance dans mes images et pour cela il faut que certaines choses soient « seulement suggérés ». Il ne faut donc pas que tout soit systématiquement « clair et net ». J’ai toujours adoré les peintres flamands : spécialement Vermeer, ou Rembrandt. Dès je vois une scène à contre-jour : je pense à ce type de peintures… Et j’essaye modestement d’imaginer « une peinture » en photo. Une peinture, basée sur des « à-plat de couleur », ce qui me semble plus facile avec les images à « contre-jour ». Et c’est pour cela que je travail très souvent en contre-jour.

C’est pourquoi j’essaye souvent de composer mes images de rue avec de grandes zones de couleurs, ou de noir… La netteté y a aussi son importance, pour attirer l’œil et fixer le regard à certains endroits… J’ai donc besoin de certaines zones nettes et bien contrastée. D’ailleurs si nécessaire, je renforce un peu leur netteté localement dans Lightroom… Pendant que d’autres parties de l’images doivent rester douces et pas forcément nettes : comme c’est le cas pour l’arrière-plan de cette photo du parapluie rouge réalisée avec mon reflex et le petit canon EF 35 mm f/2 IS USM (dans les environs de Yangoon en Birmanie).

Évidemment, neuf fois sur dix, ce beau projet rate lamentablement : la plupart du temps je n’obtiens ni peinture, ni même une bonne photo. Peu importe, j’insiste et je recommence encore. Du coup, je fais beaucoup de photos sans intérêt, sans me décourager et je ne les supprime pas. Comme ça avec plus de 602.000 images dans Lightroom, je vois que j’ai un peu progressé en plus de vingt ans de photo… Relire : Oubliez (un peu) ce bon vieux Collimateur AF Unique.

Heureusement, parfois j’ai aussi un coup de chance : ça « fonctionne » comme par magie… Évidemment la chance en photo : ça se « provoque », cela n’est donc pas totalement de la chance. Si le sujet est intéressant, je peux shooter jusqu’à 2000 photos par jour, c’est pas mal de travail. Lire la suite…

000 - A LA UNE
36
Fujifilm GFX 100S : APS-C, Full Frame, ou Moyen format ?

L’arrivée cette semaine d’un impressionnant Fujifilm GFX 100S en moyen format (enfin pas exactement moyen format… mais un format un peu plus grand que Full Frame), relance le débat autour du choix de la meilleure taille de capteur…

Qui doit forcément être mise en perspective, avec l’investissement nécessaire (boîtier et objectifs devenant de plus en plus chers, au fur et à mesure que la taille du capteur augmente… et ceci pas nécessairement de façon proportionnelle relativement au gain de performances)…

Alors, pour faire rebondir ce passionnant débat, je copie ici ce « commentaire du jour » (qui a été posté ici) et qui est signé Rage, un de nos plus ancien lecteur qui se reconnaitra ! Et vous : qu’en pensez-vous ?

« A une période, j’avais hésité à franchir ce cap du moyen format pour le studio et garder de l’APS-C largement suffisant et plus pratique pour le voyage en supprimant le Full Frame intermédiaire.

Mais avec l’arrivée des hybrides Full Frame, je suis resté sur le Full Frame en reflex boulot et j’ai pris un hybride Full Frame pour le voyage (même si je ne m’interdis pas l’APS-C également pour ce type de photos). Une des raisons, à part le prix nettement plus cher (surtout les optiques), c’est qu’en fait ce n’est pas du moyen format, mais un capteur intermédiaire entre le Full Frame et le MF.

Le gain est marginal et il est moindre entre ce MF et un Full Frame (crop factor de 1,25) ; qu’entre un Full Frame et un APS-C (crop factor de 1,5). Cela se traduit par une différence négligeable – ou quasi nulle – en plein écran (j’adore juste la colorimétrie des Hasselblad par contre). Lire la suite…

000 - A LA UNE
9
Mes Presets AUTO ISO Adaptatifs : améliorés !

Un petit mot pour vous signaler qu’il sera plus facile de choisir parmi les 10 lots de « Preset ISO Adaptatifs »… Grace à un code couleur et une amélioration de la mise en page : Logo vert pour les 3 lots en Profils Adobe Couleur… Logo bleu  pour les 3 lots en Profils Appareil Photo Standard… Et logo bleu pour les 3 lots sans Profils.

 

J’ai beaucoup travaillé ces derniers temps à la mise au point de ces Presets AUTO ISO AdaptatifsIls sont capables d’ajuster automatiquement les curseurs de Netteté et de Bruit : en fonction de la valeur ISO des photos. Ce qui représente un gain de temps fabuleux !

Appliquez-les sur des lots de photos, ou définissez-les comme Réglage par défaut. Ils sont compatible avec Lightroom Classic, Lightroom et ACR (Photoshop). Ces réglages automatiques sont le fruit de plus de 25 ans d’expérience professionnelle. Ils tiennent compte de l’évolution des capteurs au cours des décennies.

C’est la raison pour laquelle il a été indispensable de les décliner en 4 « intensités progressives ». Ils sont également disponibles en plusieurs « Profils Couleur ». Vous ne pourrez plus vous en passer… Voici  quelques exemples d’ajustement automatiques :

1 2 3 16