web analytics

Test terrain du Canon EOS R7 en Thailande – Partie 1

59
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Alors que les livraisons du Canon EOS R7 n’ont même pas encore commencé en cette fin juillet 2022 (il est vrai que l’annonce des EOS R10 et EOS R7 est encore récente), j’ai pu emporter un exemplaire de pré-série (quasi définitif) en Thailande… Histoire de réaliser un test terrain et vous livrer mes impressions au plus vite.

Contrairement à l’habitude, je ne vais pas attendre d’avoir testé « tout » l’appareil pour livrer une vue d’ensemble… Je vais procéder en deux épisodes, en commençant par les points les plus remarquables au fur et à mesure de mes découvertes du Canon EOS R7 (boîtier proposé nu à 1.499 € avec bague AF/RF). Ce qui me semble un prix très raisonnable, avant même de commencer le test… J’espère d’ailleurs à la rentrée tester également le Canon EOS R10 (proposé 989 € nu avec la bague EF/RF) qui partage de nombreuses caractéristiques avec ses grands frères : notamment cet Autofocus de compétition.

Ce n’est pas la moindre de ses qualités : le Canon EOS R7 sait rester compact et léger tout en étant tropicalisé… Même dans de petites mains, il trouve facilement sa place.

 

Je n’ai malheureusement pas pu emporter en Thailande les deux petits zooms RF-S (d’entrée de gamme) annoncés en même temps que les EOS R7 et EOS R10 : le RF-S 18-45mm f/4.5-6.3 IS STM et le RF-S 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM… Et j’aurais vraiment adoré tester le récent RF 24 mm f/1.8 Macro IS STM (dispo fin août 2022 au prix conseillé de 749 €TTC)… Et le petit zoom d’entrée de gamme : RF 15-30 mm f/4.5-6.3 IS STM qui sera dispo fin septembre 2022 au prix conseillé de 699 €TTC).

Car ceux-là feraient une équipe d’enfer avec un capteur APS-C : en donnant un équivalent d’un 38 mm (autant dire un 40 mm) pour le premier… Et l’équivalent d’un 24-48 mm pour le second : celui-ci aurait donc été un excellent « zoom de base » pour l’EOS R7 (qui m’aura un peu manqué cet été). Mais on verra cela à l’automne…

 

 

Découverte de quelques nouveautés…

 


Un Canon EOS R5 : en « miniature » !

Ce Canon EOS R7 est avant tout un « petit » EOS R5 / EOS R6… Ou disons un « proche cousin » de ces deux modèles, avec lesquels il partage de nombreuses similitudes… Inutile donc de revenir en détail sur de nombreux aspects (relisez pour la peine notre Test terrain du génial Canon EOS R6). Par exemple : il partage les même batteries LP-E6NH (compatibles) et les même chargeurs que les EOS R, R5, R6. Eux-même compatibles avec les EOS 5D, 6D, etc…. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup ! En voyage, c’est tellement pratique de n’emporter qu’un seul type de chargeur.

 

Nous allons pointer ici quelques différences et quelques nouveautés, qui sont très appréciables : notamment au niveau de l’ergonomie. Pour découvrir la liste des caractéristiques les plus intéressantes de cet appareil, relisez : Les Canon EOS R7 et EOS R10 sont-il OK, ou fantastiques ? On retiendra particulièrement : 

  • L’EOS R7 dispose de la stabilisation du capteur : c’est un avantage indéniable pour l’EOS R7 (dont l’ESO R10 ne bénéficie pas)… Comme sur les EOS R5, elle travaille en combinaison avec la stabilisation des objectifs et ce sera d’autant plus intéressant lorsque l’on travaillera avec des longues focales (qui sont pour la plupart stabilisées chez Canon)… Stabilisation jusqu’à 7 Stop avec l’objectif de Kit, ou jusqu’à 8 stop avec certains objectifs RF. l’avantage de la stabilisation du capteur ne se « ressent » pas immédiatement à la prise de vue… Mais « statistiquement » vous constaterez tout de même son impact évident sur le nombre d’images floues ou réussies…
  • 15 im/sec et 30 im/sec : une vitesse en rafale incroyable : imaginez disposer sur l’EOS R7 (pour seulement 1499 €) de rafales à 15 images / sec avec un obturateur mécanique montant au 1/8000sec, sur une rafale d’une centaine de fichiers RAW successifs… C’est absolument incroyable ! Quand aux 30 im/sec avec l’obturateur électronique (je me demande qui en a besoin vraiment), c’est encore plus incroyable… Tout cela fait que vous aurez encore plus besoin de Lightroom pour trier vos rafales. 
  • Une vidéo 4K de très bonne tenue : je ne rentre pas dans les détails, mais il n’y a pas de quoi se plaindre : avec une 4K 30im/sec fine. Et du 4K 60 im/sec sans crop… Mais surtout aucune limite de durée d’enregistrement, ce boitier devrait faire un malheur chez les Youtubers. Mais aussi sur Tiktok ou Instagram, puisqu’il est possible de filmer verticalement (la vidéo se regarde avant tout sur smartphones désormais)…
  • Double lecteur de carte UHS-II pour l’EOS R7 : cela rassurera pas mal de monde et au moins il n’y aura plus de longues discussion à ce sujet !
  • Connection et chargement via USB-C 3.2 (Gen 2) pour l’EOS R7 : oui, l’EOS R7 dispose d’un port USB-C 3.2 Gen 2 (10 GBit/s). Quand à l’EOS R10 son port USB-C reste en USB 2.0 (480 MBit/s). Les deux EOS  peut être alimentés et chargés via leurs ports USB-C.

 

Avec le petit RF 16 mm f/2.8 STM (pancake) qui se transforme en 26 mm sur le capteur APS-C de l’EOS R7… Celui-ci vous sera indispensable !

 

Mais commençons cet article par évoquer la prise en main que j’ai trouvé excellente. Le grip, plus petit que celui de l’EOS R5 est parfaitement dessiné. Canon a mis quelques décennies d’expérience dans ce boîtier. La texture de surface est plutôt agréable, à des années lumières des EOS « à deux chiffres » des années 2010… Si l’on fait abstraction de la qualité du viseur (un peu en retrait) ; on retrouve vraiment les sensations d’utilisation de l’EOS R5 / R6, mais avec un gain de poids assez sensible.

Ajoutons aussi le fait que ce boîtier est « tropicalisé » et qu’il dispose d’un volet de protection du capteur : c’est toujours rassurant en voyage… Mais aussi que aucune « poignée grip verticale » ne semble prévue pour ce boîtier (je n’en utilise jamais).

Même endroit que la photo précédente, mais avec le RF 24-105 mm f/4-7.1 STM cette fois…

 

 


Un nouveau capteur APS-C de 32 Mpixels qui marche… aussi bien qu’espéré !

On peut toujours compter sur l’excellent format compressé C-RAW, qui est un gros avantage pour Canon (selon moi)… Et qui est systématiquement proposé depuis plusieurs années sur tous les nouveaux Canon : je l’utilise systématiquement. Les RAW du Canon EOS R7 pèsent en moyenne entre 10 Mo et 24 Mo (selon le contenu des photos) : c’est très léger pour 32 Mpixels.

Bien qu’assez « moyen » par sa résolution, l’écran est extraordinairement lisible en extérieur et l’aspect tactile extrêmement réactif et efficace… Toujours un point fort chez Canon. Même si personnellement j’aimerai disposer (en plus) d’une possibilité de bascule dans l’axe de l’appareil (comme sur le G5X). Ce qui compliquerait sérieusement le système je suppose.

 

Je n’ai pas pu mener de tests « sur mire » de cet exemplaire de Canon EOS R7 de pré-série… Mais soyez rassuré : il se comporte aussi bien que je l’attendais. Ce nouveau capteur APS-C de 32 Mpixels me semble en effet de très bonne tenue. Je ne suis pas en mesure de confirmer si il a beaucoup progressé depuis la génération de l’EOS 90D (annoncé en aout 2019), n’ayant pas testé ce petit reflex en détail (ce qui est dommage car peut-être était-il le dernier de sa lignée, avec laquelle j’ai vécu tant d’aventures, comme celle-ci par exemple en 2009 : Héliski au Canada : test terrain extrême du Canon EOS 50D).

Par sa taille, par sa réactivité incroyable et par son AF époustouflant : l’EOS R7 est doué pour la street photo…

 

N’oubliez pas cependant qu’il s’agit d’un capteur APS-C et qu’il ne supportera pas aussi bien les ISO (très élevés) qu’un capteur Full Frame. Rien de surprenant : si vous faites des photos « de jour » vous n’aurez pas de soucis (mais ne déboucher pas les ombres au delà du raisonnable)… Personnellement je m’interdit de monter au delà de 3200 ISO avec ce boîtier (car je suis assez exigeant en matière de netteté). D’une façon générale : n’exagérez pas cette obsession « du bruit », voilà une question plutôt anecdotique à laquelle beaucoup de photographes accordent bien trop d’importance… Les performances de cet EOS 7D à 3200 ISO me suffisent largement dans le cadre d’une utilisation « normale ».

J’ai crée quatre « intensité » d’ajustement automatique de la netteté et du bruit justement pour cette raison (et avec le recule je m’en félicite : je n’avais jamais envisagé le retour à un capteur APS-C mais désormais : pourquoi pas)…

 

 

En un mot : après 3 semaines d’utilisation intensive en voyage, la qualité d’image, la colorimétrie, la maitrise du bruit et surtout la dynamique face à des contre-jour sont largement suffisants à mes besoins. Et il est très probable qu’il en sera de même pour vous…

J’ai notamment été épaté par la qualité des hautes lumières sur mes images à contre jour. J’ai presque envie d’écrire que dans Lightroom, je ne sens pas vraiment la différence avec un capteur Full Frame : c’est dire…

Canon précise bien qu’il s’agit d’un « nouveau capteur » de 32 Mpixel, par rapport à celui de l’EOS 90D qui faisait déjà la même résolution… Soyez certain que 32 Mpixels c’est déjà « pas mal » : ce serait même la « résolution idéale », que l’on aimerait voir sur un successeur de l’EOS R6 (par exemple)… Oui, 32 Mpixel c’est l’effet « whaou » garanti lorsque vous zoomerez à 100% dans Lightroom… (remarque en passant : prenez le temps de reconstruire à l’avance vos aperçu à 100% pour une bonne réactivité. Cela va mieux depuis que Lightroom est optimisé Processeur M1… Relire : Quelle vitesse avec Lightroom Classic 10.3 optimisé M1 ?

J’utilise l’AF en mode Ai-Servo pour 80% du temps désormais… Et j’adopte le Méthode de Sélection des Collimateurs : « Tous Collimateurs Actifs Auto » pour plus de la moitié de mes images… C’est devenu un jeux d’enfant de réussir des photos nettes. Désormais ce sera d’abord « le coup d’oeil » qui pourra distinguer un photographe d’un autre. Et moins la maitrise technique…

 

 

 


Avantage « résolution » en faveur de l’EOS R7, face au EOS R5 et EOS R6

Du coup, je me demande si l’EOS R7 ne va pas « cannibaliser » les ventes de son cousin l’EOS R6 désormais ? Tout dépendra je suppose, de l’offre prochaine en objectifs RF-S qui arrivera bientôt (espérons). Mais retenez bien (surtout dans le cadre de la photo de sport ou animalière) que :

Lorsque vous placerez un téléobjectif sur cet EOS R7 (par exemple un RF 70-200 mm) : vous bénéficiez de davantage de « grossissement » qu’en utilisant le même objectif sur un appareil Full Frame de 45 Mpixel. Y compris un EOS R5…

Il faudrait en effet qu’un (prochain) capteur Full Frame dispose 80 Mpixel (environ) pour qu’après recadrage (en appliquant un crop de x1.6) : l’image obtenue au centre du capteur Full Frame affiche autant de détails (de pixels) que l’image obtenue sur l’ensemble du capteur APS-C de 32 Mpixels de cet EOS R7. Autrement dit : si vous avez besoin d’une très longue focale, mieux vaut l’EOS R7 que l’EOS R5 ! ! !

 

Bien entendu puisque Canon sait « loger » 32 Mpixels dans un capteur APS-C : alors Canon sera capable très facilement de loger (avec la même qualité voir mieux) environ 80 Mpix (ou davantage) dans un prochain capteur Full Frame (peut-être le prochain Canon EOS R5 R : mais ce ne sera pas au même prix). En attendant ce jour (arrivé d’un capteur Full Frame de 80 ou 100 Mpix) : c’est bien le Canon EOS R7 qui reste le roi de la résolution chez Canon…

 

Quand à l’avantage « grossissement / résolution » de l’EOS R7 par rapport à l’EOS R6 (de 20 Mpix) : vous avez déjà compris qu’il est « carrément démesuré », en faveur de l’EOS R7… Un amateur de photo animalière n’aura aucun intérêt à choisir l’EOS R6 (sauf à travailler de nuit éventuellement). J’estime qu’il est battu de loin et à presque tous points de vue (sauf les très hautes sensibilité ISO) par l’EOS R7. Au niveau du rapport performances / prix, de l’ergonomie, mais aussi au niveau de l’AF : mieux vaut choisir l’EOS R7 de préférence à l’EOS R6, dans presque tous les cas.

Quand à préférer un EOS R7 à un EOS R5 Full Frame (si le prix n’est pas le facteur décisif) : et bien la question pourra se poser également à certains photographes, dans certains domaines photographiques précis… Tout dépendra des objectifs dont vous aurez besoin.

Au niveau de l’utilisation de grand-angles : avantage bien entendu à l’EOS R5… Mais au niveau des longues focales : avantage possible à l’EOS R7 et à sa résolution supérieure « relativement ». En ce sens, l’EOS R7 reprend exactement le rôle de l’ancien reflex EOS 7D, qui était si apprécié des photographes animalier : une excellente affaire ! Dans certains cas : mieux vaudra acheter un EOS R7 pour compléter son appareil Full Frame, qu’un téléobjectif « plus long ».

 

 


Un Autofocus de compétition : on ne s’attendait pas à pareil fête !

Grace à un processeur de très haut niveau (mais oui, c’est le DIGIC X comme dans l’EOS R3, pas moins), le Canon EOS R7 (et même l’EOS R10) bénéficient tous les deux du suivi AF des Personnes (yeux/visage/tête/corps)… Des animaux (chiens, chats et oiseaux)… Et des véhicules (voitures de course ou motos)… Avec ces deux boitiers on profitera de huit « méthodes de sélections de collimateurs », pas moins : 

  1. Sélection 1 collimateur Spot : 5915 positions AF
  2. Sélection 1 collimateur Standard : 5915 positions AF
  3. Sélection extension du collimateur AF à 4 collimateurs voisins
  4. Sélection extension du collimateur AF à 8 collimateurs environnants.
  5. Sélection zone flexible AF 1 : répartis sur 9 à 567 zones
  6. Sélection zone flexible AF 2 : répartis sur 9 à 567 zones
  7. Sélection zone flexible AF 3 : répartis sur 9 à 567 zones
  8. Sélection Automatique sur toute la zone : avec 651 zones

Je désactive systématiquement certaines de ces « Méthodes » : afin de pouvoir passer plus rapidement de l’une à l’autre. Je n’en garde que 5 au maximum… Allez dans 4em Onglet des Menus Violets, pour désactiver éventuellement :

  • La première Méthode : car pas besoin de collimateurs Spot (généralement).
  • La troisième Méthode : car il fallait bien en choisir une.
  • La cinquième Méthode : car il fallait bien en choisir une.

On peut faire d’autres choix bien entendu. Mais 5 méthodes actives : cela me semble un « grand maximum » en pratique…  Car il faut être très rapide pour alterner de l’une à l’autre : pensez qu’il faudra (dans certains cas) jusqu’à 4 pression successives sur la touche Mfn, afin d’atteindre l’autre bout de la liste…

Il me semble indispensable par ailleurs, de programmer la touche Mfn pour alterner « directement » entre ces « Méthodes ». Pour cela, il faut aller dans les Menus Orange (personnalisation des Touches). Vous verrez que ainsi personnalisée, cette touche Mfn sera alors très utile… Pour rappel : la méthode de sélection des collimateurs est le paramètre de mon appareil que je manipule le plus souvent ! Plus souvent encore que l’Ouverture, la Vitesse, ou l’ISO…

 

 


Découverte d’une nouvelle méthode de travail (optionnelle) avec les Collimateurs

Donc, globalement on profite sur cet EOS R7 du même système AF que sur l’EOS R5 : autant dire que c’est du luxe… Tout cela est assez dingue vu le prix (serré) des EOS R10 et de l’EOS R7 (qui partagent exactement les même performances AF). Toutefois, l’EOS R7 bénéficie d’une petite amélioration concernant le Mode Ai Servo, qui à ma connaissance est encore totalement inédite sur un Canon EOS (et qui rappel l’AF 3D de Nikon)…

L’explication se trouve page 172 du manuel Français : malheureusement cette page est très succincte (et même incompréhensible, peut-être car la fonction est nouvelle et qu’il faut encore du temps pour améliorer la traduction). Je vais donc essayer de faire mieux que le Manuel Canon. Suivez bien : car c’est extraordinairement pratique et utile (et d’autres boitiers à l’avenir profiteront certainement de cette méthode de travail) :

En Mode Ai-Servo (suivi AF permanent sans mémorisation du point) : jusqu’à présent si vous désiriez indiquer vous-même à l’appareil la « zone d’accroche initiale » pour que l’appareil puisse ensuite suivre latéralement le sujet sur toute la largeur de l’image : il fallait obligatoirement choisir la Méthode de sélection de Collimateurs : « Tous les Collimateurs ». Mais ça, c’était avant…

Et il fallait aussi personnaliser l’option « Collimateur initial pour le suivi » sur « Coll. AF réglé Manuellement ». Sinon c’est l’appareil qui choisissait automatiquement sa zone d’accroche (priorité au sujet le plus proche et priorité sur les visages). D’ailleurs, il le faisait avec beaucoup d’intelligence (il faut le reconnaitre) et ça marchait très bien dans 95% des cas (j’avais souvent tendance à laisser cette option sur Auto). Mais il faut reconnaitre que quelques photographes (souvent d’anciens Nikonistes) préfèrent choisir leur « Collimateur Initial » à l’aide du Joystick (dans ce cas : il fallait savoir ou modifier le réglage par défaut).

La nouveauté apportée par l’EOS R7 en Mode Ai-Servo devrait les rassurer… Car cette fonctionnalité « d’accroche initiale et suivi latéral des collimateurs en AI-SERVO » : fonctionne désormais avec toutes les méthodes de Collimateur : par exemple avec un collimateur Unique. Ou avec un Groupe de Collimateurs. C’est plus pratique pour choisir son sujet « à suivre ».

Un seul préalable : il faut d’abord activer la fonction Suivi du Sujet (à la troisième ligne dans le premier Onglet des Menus Violets).

Pour utiliser le nouveau système d’accroche : appuyez votre pouce sur la touche AF-ON… Tant que vous appuyez sur AF-ON : c’est le sujet « initialement mis au point » qui est suivi… (désigné par un collimateur (unique ou groupe) de votre choix… L’AF « suivra » ensuite le sujet, sur toute la surface du cadre : quelque soient ses déplacement. L’AF s’accrochera au sujet dans la « profondeur » (comme cela se faisait avant) ; mais aussi « latéralement » sur toute la surface du cadre (et c’est ça la grosse nouveauté). 

 

Il s’agit donc d’un suivi AF 3D en quelques sorte (comme l’ancien système Nikon 3D : dans les 3 dimensions). Dès que vous relâcherez la touche AF-ON : vous reviendrez à la méthode de collimateur normale qui avait été choisie (Collimateur Unique, ou Groupe de Collimateurs) et l’AF AI-SERVO ne sera effectif que sur les Collimateurs activés : uniquement dans la Profondeur (pas de suivi latéralement en dehors de la zone de collimateur active).

On espère que bientôt grâce à une mise à jour du firmware : Canon puisse ajouter aux autres EOS R cette amélioration de l’AF qui fait une grosse différence en pratique… On pourrai même aller jusqu’à dire que : dans certains cas : grâce à cette nouvelle fonction « Suivi du Sujet » : l’autofocus de l’EOS R7 pourrait apparaitre à certains photographes « plus pratique » et plus efficace encore, que celui des EOS R6 et EOS R5… Mais si !

Une petite remarque (en forme de suggestion) : lorsque vous êtes en Mesure Multizone (100% du temps dans mon cas), j’ai constaté que si l’AF reste calé sur le sujet sélectionné, l’exposition continue d’évoluer librement, en fonction de l’ensemble de l’image cadrée. Cela me convient personnellement, mais éventuellement on aurait pu imaginer une option permettant de figer l’exposition sur le sujet mis au point : en même temps que l’on bloque le point sur un sujet (mais peut-être est-ce possible via un paramétrage, je n’ai pas recherché).

 

 


Suivi des véhicules, animaux… et petits rappels pour des paramétrages conseillés de l’AF

Le Canon EOS R7 dispose du suivi des visages humains, des animaux et des véhicules… Afin de pouvoir alterner très rapidement entre ces Modes : pensez à ajouter à votre menu Personnalisable Vert, le menu de sélection de préférence entre « Personnes, Animaux, Véhicules et Sans »

 

Sinon, on aurait aimé disposer d’un bouton « Spécifique » (et programmable) dédié à ces trois Modes AF : afin de changer ce Mode très rapidement. En son absence on peut éventuellement « déprogrammer » un bouton (dont ne se sert pas très souvent) pour lui attribuer un changement rapide du « Type de sujet à suivre ». J’ai testé deux solutions :

Solution A – J’ai attribuer le Quick menu à la touche du « Testeur de profondeur de champs » (celle qui est à l’avant du boîtier, accessible du majeur de la main droite). Comme le Quick Menu peut-être personnalisé (lire plus bas : nouveau Quick Menu personnalisable) : ce bouton me donne désormais un accès en deux clics au « Type de sujet à suivre »… C’est une assez bonne solution, mais peut-être peut-on trouver plus astucieux.

Solution B – Après passage au Firmware en 1.1.0, j’ai pu attribuer la fonction : « Passer à l’AF enregistré », toujours à la même touche « Testeur de Prof. de Champs ». Ensuite, il faut personnalisé la « Fonction Enregistrée » : en appuyant sur la touche « Info » (Info Régler Détail). Dans la liste, j’ai choisi de cocher :

– Zone AF : en sélectionnant l’option « Tous Collimateurs »
– Suivi du sujet : en sélectionnant l’option « ON »
– Sujet à détecter : en sélectionnant l’option « Animaux »
– Détection de l’Oeil : en sélectionnant l’option « ON »

Avec ce système il faut rester appuyé en permanence sur la touche pour que les réglages choisi dans la liste s’appliquent temporairement. Et dès qu’on relâche la touche, ce sont les réglages en cours précédemment qui reviennent. Cela peut-être assez pratique pour répondre à une situation temporaire, par exemple si vous photographiez des personnes (avec le Mode Priorité aux visages humains, mais que vous souhaitiez temporairement privilégier le point sur des animaux (un petit chat tenu dans les bras de quelqu’un).

Solution C – Je cherche une troisième solution qui permettait éventuellement d’alterner très vite entre les trois modes (et y rester) par une simple pression rapide sur un bouton… Je cherche, je vais bien trouver le truc ;-)

 

Toujours à ce sujet : il existe des options pour certains de ces Menus de suivi de sujets. Par exemple dans la reconnaissance des véhicules : en appuyant sur la touche INFO vous pouvez optez dans un sous-menu pour une accroche « spécifique » sur le « pilote » du véhicule. La traduction du Menu à ce sujet (nommé Détection SPOT) : est pour le moment « assez incompréhensible ». Se reporter au Manuel Page 476.

J’en profite pour quelques rappels indispensables… Il me semble (très) conseillé (et même indispensable) de personnaliser le comportement du Joystick AF : afin de le rendre plus rapide sous le pouce (j’avais déjà fait ce choix sur l’EOS R5 et EOS R6)… C’est dans 4em Onglet des Menus Violets. On pourrait même imaginer une vitesse plus rapide, que la plus rapide actuellement proposée par Canon.

 

Dans le même ordre d’idée : j’ai activé le Paramètre Toucher / Déplacé (servant déplacer le collimateur AF avec le pouce sur l’écran tactile). Mon choix : en Mode Relatif, sur le zone Haute / Droite. C’est parfois plus rapide que le Joystick (surtout lorsque l’on y est habitué, relire le  Test terrain du Canon G5X MkII en Sulawesi)… C’est dans 4em Onglet des Menus Violets, aussi.

Faites attention à la fonction « Aperçu AF » : il s’agit d’une pré-mise au point permanente… Une fois activée : l’AF cherche en permanence à être toujours « au point », donc prêt à déclencher même quand vous n’avez rien demandé… Cela permet une mise au point éventuellement un peu plus rapide dès que vous solliciterez l’appareil (photo animalière en attente dans un affut par exemple). Mais cela use plus vite les batteries.

Donc, pour ma part je désactive cette option « de confort » . Elle se trouve dans le 3em onglet des menus Violets. Pour mémoire : sur l’EOS R elle était nommée : « AF Continu » et se trouvait dans le 1er Onglet des menus Violets.

Je vous recommande aussi de reprogrammer la Touche « Sélection du Collimateur » (qui est juste sous la mémorisation d’exposition) car sa programmation date de « l’ancienne époque » des reflex dont l’AF comportait peu de collimateurs. Aujourd’hui on ne s’en sert plus (à condition que le Joystick soit programmé sur « Pilotage directe » et que la touche Mfn soit programmée sur le « Changement directe de Méthode de sél. de Collimateurs »).

Je vous suggère donc de lui attribuer la fonction « Agrandir Images Pendant Lecture »… Ainsi, la Touche de « Sélection du Collimateur » continuera de vous proposer la Loupe pendant la lecture. Mais surtout (l’originalité est ici) immédiatement après le déclenchement : appuyez du Pouce sur cette touche idéalement placée (l’oeil encore dans le viseur) pour obtenir une vue zoomé et centrée sur le Collimateur actif lors du déclenchement. Ce qui permet de vérifier si l’image est nette au bon endroit. Une seconde pression affiche l’image entière… Génial non ?

Sinon, autre possibilité : attribuer le passage rapide AF On-shot à Ai-Servo à cette Touche de « Sélection du Collimateur »… Très utile aussi : c’est ce que j’ai fait sur mon EOS R, car celui-ci ne propose pas le zoom directe sur la zone mise au point sur la dernière image réalisé.

 

Les fichiers C-RAW compressés ont tout le potentiel pour supporter un traitement « vigoureux » dans Lightroom…

 

 

Une ergonomie : au top… du top !

 


Enfin un bouton AF / MF… sur l’appareil ! Merci…

Mine de rien, l’arrivée d’un bouton physique « sur l’appareil » pour désactiver l’AF change la vie… Spécialement avec certains objectifs STM dépourvus de bouton AF/MF. Lorsque l’on voulait passer en Mise au point Manuelle (très efficace grâce à la « Fourchette » d’aide à la Mise au point), il fallait précédemment aller dans le menu AF pour « Activer la mise au point Manuelle »… Une légère perte de temps (sauf à l’avoir ajouté dans ses Menus Verts). Relire à ce sujet mon Test terrain du Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM (ce paragraphe spécifiquement : Comment activer la retouche manuelle du point et la M.A.P. Manuelle)

Désormais c’est beaucoup plus simple grâce à un bouton physique… Cela laisse présager d’ailleurs l’arrivée progressive d’objectifs RF-S légers et compacts à l’avenir. Au passage, Canon aurait peu faire un petit effort pour les Nikonistes (mais pas que) et placer ce bouton MF/AF du côté gauche. Toutefois c’est juste une question d’habitude : il est très facile d’accéder de la main droite à ce bouton. Et maintenant qu’on s’y est habitué, il faudrait l’ajouter aux prochains boitiers pro du coup !

 

 


Alors  cette nouvelle molette arrière ?

C’est une des nouveautés ergonomiques de l’EOS R7, la traditionnelle Molette arrière a migré vers le haut du boîtier, ce qui ne change pas trop son utilisation… Mais il faut s’habituer à cette nouvelle prise un main ; légèrement différente. C’est parfois un peu déstabilisant au début, lorsque l’on utilise l’EOS R7 en même temps qu’un autre boîtier, comme l’EOS R5 / EOS R6 par exemple.

Mais une fois que le coup est pris : c’est franchement pas mal, notamment pour ceux qui vont s’habituer (probablement) à utiliser plus souvent la touche AF-ON (de façon à exploiter la nouvelle fonctionnalité AF décrite un peu plus haut). Dans ce cas, le pouce sera idéalement positionné, il aura très peu de distance à parcourir : entre déplacer les collimateurs grâce au Joystick, puis réaliser une correction d’exposition par exemple.

Le fait que le Joystick soit au Centre de la Molette de Correction est évidement le « point fort » de cette disposition. Ajoutons qu’une pression sur le Joystick : ramener les Collimateurs au Centre (comme autrefois une pression sur la touche SET). Je valide donc ce changement position de Molette, qui devrait être accepté par la plupart des photographes, je suppose…

 

 

 


Quel bonheur : le retour de la touche ISO à l’avant…

La touche ISO à l’avant (avec sa sérigraphie ISO) n’aurait jamais du disparaitre de l’EOS R… Et pire encore des EOS R5 et EOS R6 (même si les touches programmables permettaient d’attribuer l’ISO à la touche de son choix) ! Canon a du prendre conscience que c’était une erreur, car la voici de retour…

Oui une vraie touche ISO (avec sa sérigraphie ISO) : est située juste sous l’index droit, à côté du déclencheur. Merci ! Quel bonheur de la retrouver ici, lorsque l’on a été habitué à cela depuis 20 ans (ou presque). Il n’y a rien de plus pratique pour changer sa valeur ISO : je préfère procéder ainsi, plutôt que d’utiliser la bague programmable de l’objectif (mais à chacun de définir ses personalisations)…

Précisons que sa fonction est toujours personnalisable (toujours dans les Menus Oranges) : vous pouvez lui attribuer toute autre fonction si vous préférez. Par exemple passer rapidement d’AF On-Shot à AF Ai-Servo (juste une suggestion)…

Changement d’ISO rapide d’une pression sur la touche ISO puis un coup de Molette arrière (l’absence de troisième Molette ne me pose donc aucun problème). Ici, ce n’est pas la même ambiance à Koh Lanta : ce bateau pour touriste a fait naufrage (probablement suite à son abandon pendant la crise du COVID ?)…

 

Car sur l’EOS R7 : toutes les touches sont infiniment personnalisables (encore plus peut-être que sur l’EOS R6)… Dans mon cas (très) personnel : afin de rapprocher un peu le fonctionnement de l’EOS R7 de celui de l’EOS R (auquel je suis habitué après l’avoir finement personnalisé) j’ai procédé aux deux petits changement suivant : 

  • Les quatre Touches Directionnelles du Pad (inutilisées par défaut) : déplacement direct des collimateurs… Ce qui fait double emploi avec le Joystick (je sais). Mais comme j’ai acquis cette habitude depuis plus de 3 ans avec l’EOS R, j’ai parfois encore ce reflex (plutôt que d’aller chercher le Joystick) : tout dépend de la position de mon pouce à ce moment là ! Même si de plus en plus souvent j’utilise le Joystick (sur les EOS R6 et R6)…
  • Touche Centrale (Q) du Pad : retour Rapide des Collimateurs au Centre. C’était ainsi sur les reflex il y a plus de 15 ans, alors il m’est très difficile de perdre cette habitude. Du coup j’ai attribué le Quick Menu à une autre touche (par exemple celle de sélection des collimateurs, qui ne sert plus vraiment à grand chose, vu les progrès de l’AF en général).

Quelque soit vos habitudes : l’ergonomie de cet EOS R7 est vraiment au top et devrait vous combler (d’autant qu’elle est éminemment personnalisable)… Il me semble que Canon conserve une certaine avance en la matière.

A noter qu’il n’y pas de système de blocage de la Molette des Modes : c’est un peu dommage… Toutefois, elle est relativement ferme et je n’ai pas noté souvent de changement de réglages intempestifs (une fois ou deux).

Quel bonheur de retrouver une touche ISO près du déclencheur… Remarque au passage : pas de position 50 ISO sur cet EOS R7 (contrairement aux EOS R5 et EOS R6). L’ISO minimal sera 100 ISO.

 

 


Nouveauté à signaler dans le viseur : la simulation de l’affichage optique…

Comme sur l’EOS R3, l’option « Aide Sim. vis. Optique » arrive sur l’EOS R7 qui est le second EOS à en bénéficier… Vous la trouverez dans le 9em Onglet des menus Rouges. Et reportez-vous page 324 du manuel pour quelques explications (succinctes).

Attention : pour l’activer il faut aussi laisser la luminosité du viseur sur Auto. Pour cela, retournez dans le 4em Onglet des menus Jaune. Il est d’ailleurs étrange que ces deux Menus, ne soient pas voisins.

Ce mode Simulation d’un viseur optique tente (avec plus ou moins de succès) d’imiter le « rendu » d’un viseur optique : les contrastes sont plus doux. Les hautes lumières moins perçantes et les ombres moins denses. On distingue donc (un peu) mieux son sujet : dans les ombres comme dans les hautes lumières.

Je l’ai essayé quelque temps, puis je l’ai désactivé. Car malheureusement cette fonction empêche la simulation d’exposition dans le viseur et sur l’écran, à laquelle on fini par s’habituer mine de rien (alors que j’ai longtemps écrit que je m’en passait très bien). Peut-être faudrait-il une option pour n’activer cette simulation que pour le viseur : sans que ça n’affecte l’affichage sur l’écran ?

Donc au final, je n’ai pas été « si impressionné » par son utilité éventuelle. Peut-être est-elle plus convaincante dans le viseur plus sophistiqué de l’EOS R3 ? Avec le temps, peut-être que dans certaines circonstances particulière : elle séduira des photographes allergique au viseur électronique ? En tous cas, personnellement je ne la considère pas comme une caractéristique « décisive » en faveur de l’EOS R7. Mais je suis curieux de l’avis de certains de nos lecteurs « à l’usage »…

Peut-être faut-il un viseur de meilleur qualité (comme celui de l’EOS R3), pour profiter vraiment de cette nouvelle fonction de « simulation de rendu de viseur optique » ? Qui ne m’a pas vraiment marqué…

 

 


Un nouveau Quick Menu personnalisable

Quoi de plus énervant qu’un Quick Menu encombré d’entrées inutiles que vous n’utilisez jamais. Pour la première fois sur un Canon EOS, il est enfin possible de personnaliser le « Quick menu » et de supprimer les « boutons » que vous n’utilisez pas. L’option se trouve dans le 8em Menu Rouge : « Personnalisation Ctrl rapides » et dans le Manuel : page 310.      (Revenir en haut à Suivi des véhicules, animaux)

 

En matière d’ergonomie : tout ce qui est inutile est nuisible… Donc, j’ai supprimé tous les boutons que je n’utilise jamais : « Déclenchement tactile » (car je l’activais assez souvent par erreur), ainsi que « Style d’image » et « Qualité d’image »ou encore « Mode de Mesure ». Il est possible ensuite de déplacer les boutons dans l’ordre et du côté souhaité : super ! Rien de mieux pour être efficace, que de personnaliser (et simplifier) sois-même ses Menus.

Je rappel à ce sujet à quel point il me semble vital de créer et d’organiser intelligemment vos « menu Verts Personnalisables » (apparus en 2015 sur le Canon EOS 5DsR). Ils permettent de créer et nommer jusqu’à 5 onglets. Je ne vais pas détailler ici mon organisation particulière à l’EOS R7 (car elle est encore en évolution). Mais je vous invite à consulter mes menus pour l’EOS R par. Et ceux pour l’EOS R6 par là

 

Ci-dessus les Menus Personnalisé de l’EOS R6 (peu de différence avec ce que j’ai crée pour l’EOS R7). Je les ai regroupés en 5 familles :

  1. PRIORITAIRE : ceux que j’utilise le plus souvent
  2. AUTOFOCUS : comme son nom l’indique
  3. AFFICHAGES : tout ce qui concerne la revue des images
  4. PERSONNALISE : un peu un fourre-tout des personnalisations
  5. VIDEO & LIVEVIEW comme son nom l’indique

 

 

 

La délicate question des objectifs…

 


Quels objectifs pour bien profiter de l’EOS R7.

En attendant les (probables) développement d’une vaste gamme d’objectifs Canon RF-S : on touche là au vrai point faible de l’EOS R7, s’il fallait en trouver un… (à l’heure ou je rédige ce test en Juillet 2022)… En effet : la gamme RF-S actuelle pêche encore un peu : spécialement question « ultra grand angle » et « zoom ultra grand angle ». Et tôt ou tard il faudra que Canon propose un RF-S 10-22 mm par exemple (plutôt tôt que tard)…

 

Rappelons que vous pourrez utiliser n’importe quel objectif Full Frame RF sur les EOS R10 et EOS R7 : en appliquant un coefficient multiplicateur de focale de 1.6… Coefficient qui s’applique également à l’ouverture (ne l’oubliez pas et relisez à ce sujet : Appliquez le coefficient à la focale et… à l’ouverture).

En attendant, j’ai profité du petit « pancake » Canon RF 16 mm f/2.8 STMM (relire ma prise en main) qui donne un équivalent 25,6 mm sur le capteur APS-C… Pas si mal, vu le prix (très) serré de cet objectif et son extrême compacité seulement 339 €. Certes ce grand angle reste perfectible sur un capteur de 45 Mpix d’un EOS R5 : notamment dans les angles, qui sont un peu mous. Mais il est bien meilleur sur un capteur APS-C car les angles ne sont pas utilisés (et on peut parier qu’il a été conçu avec cette double utilisation en tête, comme le RF 50 mm f/1.8 STM d’ailleurs).

Il se transforme en 25.6 mm : ce qui en fait un grand angle APS-C « acceptable ». Relire à ce sujet : Lightroom Classic 11.1 corrige le Canon RF 16 mm f/2.8 STM et aussi : Retour d’un lecteur sur le petit Canon RF 16 mm f/2.8

Street photo avec le petit Canon RF 16 mm f/2.8… Se balader dans les rues de Bangkok juste avec l’EOS R7 (et juste une dragonne de poignet) avec ce petit objectif pancake : on se sent plus libre et plus léger…

 

 

  • Je recommanderais volontiers le nouveau RF 24 mm f/1.8 Macro IS STM qui donnera un équivalent d’un 38 mm (autant dire un 40 mm) sur l’EOS R7. Pas par hasard qu’il a été annoncé peu après l’EOS R7.
  • Ainsi que le petit zoom (d’entrée de gamme) RF 15-30 mm f/4.5-6.3 IS STM récemment annoncé. Il donnera un 24-48 mm. C’est à dire un excellent « zoom de base qui vise large », qui manque un peu à l’EOS R7. On aurait aimé que Canon propose un RF-S 15-45 mm très compact, dans le goût de celui proposé en monture EF-M qui était si génial et si minuscule…. Peut-être arrivera-t-il un jour ? En attendant : choisir un RF 15-30 mm f/4.5-6.3 IS STM présente l’avantage de vous laisser (éventuellement) la possibilité de « passer au Full Frame » un jour. Ce que ne permettait pas le EF-M 15-45 mm : qui avait tendance à vous « bloquer en APS-C ».
  • Bien entendu le minuscule RF 50 mm f/1.8 STM sera idéal sur un petit boitier APS-C et deviendra un très bon 80 mm. Parfait pour du portrait polyvalent… Et pas trop serré : 80 mm étant plus facile à utiliser en portrait, qu’un 85 mm…  Relire : 229 € : Canon RF 50 mm f/1.8 STM désirable et compact
  • Je suis un grand fan du Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM, qui est le zoom Ultra Grand angle à tout faire… Il se transformera en 22,4-56 mm sur un EOS R7… Relire ici notre : Test terrain du Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM. Même si son gabarit est plus adapté au Full Frame qu’à l’APS-C, son utilisation restera intéressante en APS-C dans le cadre d’une utilisation loisir. Tout le problème des zoom pro à f/2.8 : est leur poids décourageant… Heureusement ils sont généralement « déclinés » en version f/4 moins lumineuses. On pointera un argument en leur faveur : les progrès des capteurs, qui sont capables de supporter des valeurs ISO très élevées (et le seront de plus en plus). Il est donc devenu moins vital de disposer d’un zoom à f/2.8…
  • Ne pas négliger le petit Canon RF 85 mm f/2 STM Macro : L’objectif à portrait… Compact, pas trop cher et macro ! Qui se transformera en 136 mm sur l’EOS R7, cela a du sens…

Ensuite : on rêvera certainement d’un télé-objectif… Et Canon offre des solutions très originales en monture RF relire : Test terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM : léger et amusant ! et aussi : Ils sont incroyables ces Canon RF 600 mm et 800 mm f/11 IS STM. Sans oublier l’étonnant : Canon RF 100-400 mm f/5.6-8, qui a été « pensé » dès l’origine pour le Canon EOS R7 je suppose…

  • Le Canon RF 100-400 mm f/5.6-8, sera « incontournable »… Je l’avais essayé durant une petite semaine lors de son annonce (sans trouver le temps de vous écrire un article) et vraiment je l’avais trouvé incroyable. Je suppose même qu’il a été « pensé » dès l’origine pour être utilisé avec ce Canon EOS R7 (je suppose que Canon a conçu le plan de sa gamme RF / RF-S depuis plusieurs années)…
  • Bien entendu, si vous êtes un peu fortuné : le fantastique et fabuleux Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM (relire noitre test terrain ici) sera un « must » sur un capteur APS-C. Il deviendra un fantastique 112-320 mm. Et sa taille incroyablement compact (pour une telle plage focale et une telle qualité) s’accommodera bien d’un boîtier APS-C pas trop encombrant : les deux feront la paire.
  • Enfin si vous êtes « mordu » : cet incroyable Canon RF 100-500mm f/4.5-7.1 RF L IS USM sera un must ! C’est le Télé-zoom ultime des professionnels, qui deviendra encore plus ultime sur le capteur APS-C (tant que l’EOS R1 de 100 Mpix n’est pas de sortie)… Imaginez un 160-800 mm monté sur ce capteur de 32 Mpixels. Le rêve du photographe animalier qui « n’est jamais assez près du sujet ».

 

Le Laowa 12-24 mm f/5.6 : encombrement assez compacte. Mais il est plutôt dense…

J’ai pu également tester le zoom manuel Laowa 12-24 mm f/5.6, ce qui donne un équivalent 19-38 mm assez pratique (dont l’ouverture est constante c’est à souligner). Je vous en parlerai dans un article séparé… Cet objectif est intéressant et compact. Il présente un range focale inédit et sans équivalent en monture RF pour ce prix. Toutefois, devoir faire le point manuellement est un peu épuisant à la longue, une fois que l’on a été habitué à l’AF des EOS R. On a une nette impression de retour en arrière, même si l’aide à la mise au point manuelle (focus peaking) est très efficace chez Canon.

 

On peut aussi utiliser les objectifs RF-S fourni en Kit : le RF-S 18-45mm f/4.5-6.3 IS STM et le RF-S 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM. Mais je ne les ai pas testé… Cela dit, je prends les paris : vous serez probablement épaté par leur qualité, en regard de leur prix serré (c’est ce à quoi Canon nous a habitué récemment sur les objectifs RF d’entrée de gamme).

 

Questions anexes…

 


Et même un mode panorama…

Surprise bienvenue : on découvre dans les Mode Scène un Mode Panorama (qui n’avait jamais été à la fête chez Canon). Je l’ai essayé rapidement, il fonctionne assez bien. Mais c’est un coup à prendre : il faut par exemple penser à aller mémoriser le point sur le zone la plus claire du paysage (collimateur central sur le ciel puis pression à mi-course sur le déclencheur), avant de commencer à balayer depuis le bord de la zone à cadrer…

Le fichier produit ici (en cadrage vertical) mesure 13.248 x 4880 pixels (donc 64,6 millions de pixels quand même).

 

Ce mode fera des heureux parmi les débutants… Je préfère tout de même continuer à shooter mes RAW à l’ancienne : pour les assembler dans la fonction « Fusion Panorama » de Lightroom (ou même Panorama HDR) : c’est plus efficace et plus précis… et l’on obtient un fichier RAW à la fin, ce qui est un gros avantage par rapport au JPEG produit par l’appareil directement.

Même remarque pour la fonction HDR… Il faudra que les fabricants d’appareils comprennent un jour, que s’il veulent que l’on utilise leurs modes « HDR, Panorama et autres… » : ceux-ci devraient produire des fichiers RAW.

Le Mode Panoramique ne s’en sort pas trop mal en général… Le fichier produit ici (en cadrage vertical) mesure 15.136 x 4880 pixels (donc 73 millions de pixels quand même). Toutefois on repère ici une petite erreur (quelqu’un qui marchait dans le sens du balayage : ça peut se comprendre). Toutefois, cela reste un JPEG, moins souple à ajuster qu’un RAW dans Lightroom.

 

 

 


Petites remarques diverses et personnalisations conseillées…

Surtout : laissez sagement activé le Mode d’Obturation sur « 1er rideau électronique »… Dans le 7em Onglet des Menus Rouges. On avait expliqué ça ici : Obturateur électronique au premier rideau (Electronic Front-Curtain Shutter) : sur EOS R5 et EOS R6

La simulation d’exposition, peut désormais montrer aussi la profondeur de champs (selon l’ouverture) : voilà une nouvelle option à régler dans le 9em Onglet des menus Rouges… J’ai activé l’option : pourquoi pas après tout (je ne me rappel pas avoir ça pour les EOS R5 et EOS R6).

 

 

La personnalisation des Infos de prise de vue a été déplacée dans le 9em Onglet des Menus Rouges. Autrefois on la trouvait pour l’EOS R dans le 4 Onglet des Menus Jaunes.

Si vous utilisez un objectif Manuel d’une marque compatible et dépourvu de communication électronique avec le boitier (par exemple le zoom Laowa 12-24 mm entièrement Manuel que j’ai testé ici) :  pensez qu’il faudra « Autoriser le déclenchement sans objectif »… Sans quoi l’appareil refusera de déclencher avec cet objectif, comme si il ne le « voyait pas »… En effet, il considère qu’aucun objectif n’est monté sur le boitier. L’option se trouve dans le 4em Onglet des Menus Oranges.

Pensez éventuellement à désactiver le « Guide mode » : dans le Second Onglet des Menus Jaunes… C’est une option (que l’on trouve sur les « petits EOS »), conçue pour aider les débutants à choisir un Mode de Prise de vue.

Et enfin : n’activez pas la « Décalage de sécurité » dans le 1er Onglet des Menus Oranges. Il s’agit d’une très ancienne option d’aide à l’exposition que Canon propose depuis les années 90. Elle évite aux débutants de faire des erreurs grossières d’exposition (en Mode Priorité vitesse par exemple).

 

Conclusion provisoire…

 

 


Conclusion provisoire…

Vraiment je l’adore : après trois semaine d’utilisation intensive et plus de 9000 fichiers RAW, ce Canon EOS R7 multiplie les « bon points »… 

Par exemple certains apprécieront de disposer des deux lecteurs de carte SD UHS-II… Moi, très honnêtement je m’en fout un peu de ça ; toutefois pour revendre un jour mon EOS R7 d’occasion : ce sera bien mieux avec ces deux lecteurs SD. Donc, je prends…

Mais son très gros point fort est bien entendu son Autofocus exceptionnel… Canon propose très probablement à ce prix là : ce qui se fait de mieux sur le marché (je n’y reviens pas, nous en avons largement parlé plus haut).

 

C’est aussi l’ergonomie en générale que j’apprécie énormément sur l’EOS R7. On a parlé de la nouvelle position de la Molette Arrière, du retour de la Touche ISO : tout cela est très bien… N’oublions pas de pointer ce nouveau bouton ON/OFF : accessible du pouce de la main droite.

Très pratique cela, bien mieux que la position « à main gauche » des EOS R5 et R6. Même si je ne suis pas « fan » que ce bouton ON/OFF donne en plus accès au « Mode Vidéo ». Car parfois je me suis trompé en poussant le commutateur jusqu’à la troisième position (Mode Vidéo). Il faut donc se souvenir de n’aller qu’au second « cran » : si l’on veut allumer l’appareil en Mode Photo. Un des rares point négatifs au niveau de l’ergonomie : mais il suffit de s’en souvenir…

On peut regretter (éventuellement) l’absence d’écran monochrome sur le dessus de l’appareil… Mais on fini par s’y faire… Et à chaque nouvelle génération les affichages via l’écran principal s’améliorent (Quick menu désormais personnalisable, par exemple).

S’il fallait lui trouver un autre défaut : c’est son écran qui aurait pu être un peu plus large. Et bien entendu la résolution du viseur pas exceptionnelle (2,36 Mpix avec grossissement de seulement x0,72). C’est certainement là que Canon fait une économie d’échelle, nécessaire pour proposer cet EOS R7 à ce prix « très serré » de seulement  1.499 € (le Canon EOS R7 boitier nu avec la bague AF/RF)… Lorsque le petit Canon EOS R10 est à 989 € (nu avec la bague EF/RF)….

Mais rassurez-vous : on parvient à s’y faire… Et au bout d’un moment on n’y pense plus vraiment. D’autant que la visée à l’écran est de plus en plus efficace (parfaitement réactive) au cours des années : et l’on est tenté de l’utiliser de plus en plus souvent (cela ne vous fait pas ça, à vous aussi ?)…

Ce que je n’ai pas testé (car ça ne m’intéresse pas trop), mais j’essaierais tout cela afin de vous en parler dans la seconde partie :

  • La Pré-prise de vue (déjà vue chez Panasonic à y a des années)
  • Le niveau automatique (qui redresser l’horizon automatiquement sur votre image)
  • La vidéo en générale…
  • La vidéo verticale (façon Instagram) : faut suivre la mode…
  • Bracketing de Mise au point. Puis assemblage (possible) dans le boitier.

 

Je dirais en conclusion, que l’arrivée des ce boitier APS-C (qui ajoute une « allonge » de x1,6 à vos téléobjectifs), ajoute une « raison » supplémentaire de craquer pour la gamme EOS R… Relire mes 10 bonnes raisons de passer aux Canon EOS R6 et R5 en 2021.

Le Canon EOS R7 fera un excellent « second boitier » pour un photographe équipé d’un EOS R5, ou EOS R6. Et un excellent « premier hybride » pour tous les autres… Vraiment, vu la somme des technologies embarquées, vu les progrès ergonomiques, vu la qualité d’image que l’on obtiendra et vu les prouesses dont cet appareil est capables, son prix me semble très raisonnable…

 

NB : une mise à jour Firmware est disponible ici pour le Canon EOS R7, en version 1.1.0. Elle « Prend en charge le Traitement images RAW Cloud. »

 


 
La suite de notre test dans le Partie 2 (à venir)…

 

A bientôt pour la suite du test…

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

59 commentaires

  1. Super test !
    Salut tu peux associer a n’importe quel bouton à  » passer à l’AF enregistré » puis « Info régler détail » puis  » sujet à détecter  » j’ai configurer le bouton de devant avec le passage en mode animaux ou homme à la volé en fonction de mes configuration C1 / C2 / C3 ( portrait , famille , animaux )

    Par contre tu ne peux pas passer dans les trois différent mode et il faut resté appuyé sur le bouton.
    Bonne journée

    • Merci du retour… Il se trouve que j’ai essayé cette solution (passer à l’AF enregistré » puis « Info régler détail » puis « sujet à détecter »), mais sur mon exemplaire : ça ne marche pas (et plusieurs fonction personnalisables non plus)… Alors, c’est peut-être un bug du firmware, lié à l’exemplaire de pré-série dont je dispose.

      Mais si tu me dit que ça marche sur un exemplaire de série : très bonne nouvelle ! Merci…

  2. Je te confirme que cela fonctionne , j’ai le nouveau firmware. Peut être que c’est pour cela.
    Vos photos sont magnifiques ! Et merci encore pour les petites astuces ! Bien utile !

    • Ben voilà ça marche après passage du Firmware en 1.1.0…

      J’ai attribué à la touche « testeur de Prof. de Champs » (celle à l’avant du boîtier) à la fonction : « Passer à l’AF enregistré ».
      Puis j’ai personnalisé la « Fonction Enregistrée » en appuyant sur la touche « Info » (Info régler détail). Dans la liste, j’ai coché :

      – Zone AF : en sélectionnant l’option « Tous Collimateurs »
      – Suivi du sujet : en sélectionnant l’option « ON »
      – Sujet à détecter : en sélectionnant l’option « Animaux »
      – Détection de l’Oeil : en sélectionnant l’option « ON »

      Avec ce système il faut rester appuyé en permanence sur la touche pour que les réglages s’appliquent (dès qu’on relâche la touche ce sont les réglages en cours précédemment qui reviennent). Cela peut-être assez pratique pour répondre à une situation temporaire (alors que l’on est en train de photographier des personnes, on veut temporairement privilégier le petit chat tenu par quelqu’un).

      Mais je cherche une option pour alterner entre deux modes (et y rester) par une pression rapide sur sun bouton… Je cherche, je vais bien trouver le truc ;-)

    • Je n’en ai pas sous la main… Mais avec le RF 70-200 mm f/4 : c’est superbe et très efficace.

      Celle-ci faite en mouvement (notre bateau avançait et celui en face aussi) est assez représentative de l’AF calé sur l’oeil, qui a parfaitement suivi le sujet… Elle n’aurait jamais été réussi ainsi au reflex (à coup sur) je crois.

      Au 320 sec , f/6.3, 200 ISO…

    • Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu… RF 100-500 à 500mm (soit 800 sur le R7) , pas de crop , au 400 sec , f9 , 125 ISO Rien de transcendant (trop loin pour avoir une image correcte et lumière très dure) mais la stabilisation est très efficace…

      • Ne pensez-vous pas que de toute façon le couple R7+RF 100-500 sera bien meilleur que le 100-500 avec un multiplicateur 1,4 ou x2 !?

        • Dans la mesure ou un capteur APS-C n’utilisera que la meilleure partie d’un objectif ( à fortiori un série L) , à savoir le centre de l’image , je suis sur qu’effectivement le résultat sera bien meilleur qu’avec un multiplicateur. Après je n’ai pas testé, je n’en ai pas et puis avec le 100-500 utilisable seulement a partir de 300mm , l’utilisation est quand même très spécifique…!
          Je n’ai eu le temps de tester le R7 (reçu 3 jours avant de partir en vacances) qu’avec le 100-500 et le RF 24-240 (objectif à l’opposé en terme de qualité du 100-500 mais idéal pour les vacances) mais même avec ce dernier le résultats sont bluffants.

    • Toujours au 100-500 à 500mm. Au 2000 sec , f7,1 , 100 ISO , je ne l’avais pas vu mais le petit monomoteur derrière le parapente le R7 lui, ne l’a pas loupé ;o)

        • Ni très bon , ni juste bon , juste exceptionnel :o) Après le 100-500 est quand même hyper polyvalent , j’ai pu le tester avec un R5 au GP F1 du castellet et là aussi résultats extra.

  3. Bonjour,

    Canon qui était un habitué des restrictions par firmware (qui avait même amené à l’apparition de hacks).
    La non limitation des fonctionnalités en particulier d’AF est de bonne augure et obligera probablement la compétition à faire de même…
    Belles photos, mais je suis un peu surpris par l’abandon « La vraie Photo c’est le Full Frame »…

    • Ahah ! Je savais qu’on allait me la faire celle-là ;-)

      La « vraie photo c’est toujours au Full Frame » : quand on peut se l’offrir ;-)

      Mais là vu la différence de prix avec un EOS R5 : disons que à condition de trouver les objectifs qui correspondent à ses besoins (il y en a) : l’APS-C permet d’obtenir énormément pour pas très cher…

      Donc, avec la technologie hybride on revient quelques années en arrière : avant l’arrivée des EOS 6D en 2012 (qui ont achevé de démocratiser le reflex Full Frame), on revient à une époque ou il y avait : l’APS-C pour les amateurs qui ne veulent pas dépasser 2000 € de budget. Puis le Full Frame pour les pro et les plus « aisés »…

      En attendant bien entendu un équivalent de l’EOS 6D en Full Frame et monture R (il arrivera bien) : ce sera un retour obligé à l’APS-C pour certain… (pour le moment c’est vrai que l’EOS R6 peut laisser certains sur leur faim : à cause de la résolution de 20 Mpix… Et l’EOS RP est un peu trop « limité » à mon goût).

      • Je pense que Canon souffre de ses capteurs en interne. Il faut avoir des séries suffisantes pour les amortir et donc on ne peut pas innover souvent.
        De plus Canon était plutôt en retard techniquement sur les capteurs (voir les plaintes sur le bruit et la dynamique du R5), ils se rattrapaient sur d’autres qualités: ergonomie boîtier, autofocus, optique…
        La bonne nouvelle est que le capteur du R7 est excellent de tous les avis, à la hauteur de la compétition, des meilleurs capteurs APS-C (Fuji/Sony).

        Je voulais plaisanter, le R7 est en effet très séduisant pour un Canoniste.

        Chez Nikon en Mirrorless, on n’est pas bien lotis pour le moment:
        APS-C, du bas de gamme,
        Z6 II et Z7 II autofocus moyen et compliqué à utiliser (même pour un Nikoniste).
        Z9 super, on retrouve ses marques (Nikon m’en a prêté un, une AM avec le Z 70/200 f/2.8 et un Z 800 f/6.3 pour 2), mais boîtier trop cher et trop lourd pour ma pratique.

        Changer de marque serait encore plus hors de prix, et la réadaptation difficile, il reste à attendre…
        Les Canonistes sont servis… en APS-C.

        • « De plus Canon était plutôt en retard techniquement sur les capteurs (voir les plaintes sur le bruit et la dynamique du R5), ils se rattrapaient sur d’autres qualités: ergonomie boîtier, autofocus, optique… »
          Ohhhh le troll, faut arrêter de dires des stupidités balancées par qq Youtubeurs… qui ne bossent pas tous les jours avec le matos dont ils parlent en putaclic !
          Canoniste depuis 1976, pro depuis 1982 je n’ai jamais eu un aussi bon boîtier pour travailler en photo.
          Pour la petite différence de dynamique (branlette) avec d’autres boîtiers/marques… il y a Photoshop !

          • D’accord que ce n’est pas rédhibitoire, et que l’autofocus est plus important, mais le capteur n’est pas en général pas un point fort de Canon.

            • Absolument pas d’accord.
              Au départ des appareils numériques pros (juste avant 2000), Canon a été le seul à s’orienter vers la production de ses capteurs CMOS.
              Je me souviens des collègues en Nikon avec leurs capteurs produits par Kodak me disant : Le CMOS c’est de la merde et il va disparaître !
              Résultat : le CMOS s’est imposé partout (Lol).
              L’EOS 1Ds était une référence pour bosser en pub.
              Alors comment pouvez-vous dire que le « capteur n’est pas en général pas un point fort de Canon ».
              Merci de m’apprendre que je bosse avec de la merde !!!
              Si c’était le cas, étant hyper perfectionniste, j’aurais changé de marque depuis longtemps.
              Cette guégerre Nikon/Canon, je la vis depuis 42 ans…
              Pour info : j’ai bossé aussi avec du Linhof, Leica, Mamiya. La qualité, je pratique.
              J’ai connu l’époque où Nikon était N°1 en pro pour les ventes.
              Depuis longtemps c’est Canon (avec ses capteurs de merde-Lol)…
              Nikon n’est plus N°1 en vente mais reste du matériel exceptionnel (en achetant ses capteurs à Sony) comme l’est Canon.
              Nikon connaît de graves difficultés financières et J’ESPÈRE qu’elle ne va pas disparaître car le monopole/leader d’une seule marque est très mauvais pour ceux qui utilisent le matos !

            • Oui, je pense que « Troll » : on va oublier ;-)
              Il n’y a pas de Troll ici : juste des avis différents…

              Si je suis en désaccord sur le mot « troll », par contre je serais plutôt du même avis que Bruno sur la différence de qualité de capteur entre Canon et les autres (Sony notamment qui est le fournisseur de Nikon).

              Pour moi c’est « anecdotique » : oui, il y a eu parfois un léger avantage au niveau bruit et dynamique pour Sony : mais ça n’a jamais compté pour moi… Par contre : ils y avait un tel « problème Colorimétrie » qui handicapait Sony et Nikon : que ça a vraiment été rédhibitoire pour moi (et pas mal d’autres) : passer en Nikon était impossible (tellement les couleurs étaient moches).

              La preuve que j’avais 100% raison. à ce sujet ? Facile : Nikon a « tout changé » avec les Z6 et Z7 au niveau colorimétrie : « oubliez totalement le passé »…

            • Merci de ne pas interpréter/déformer mes propos !
              Oui Nikon n’est plus N°1 des ventes (même pros) depuis longtemps. Même plus N°2.
              Je crois que JF donne annuellement les chiffres.
              Mais tout cela on s’en fout.
              Car OuUI le R5, R3, Z7II, Z9 (désolé je n’ai pas de collègues pros en Sony dans mes connaissances) sont des boîtiers exceptionnels comme il n’y en a jamais eu… pour ceux qui BOSSENT avec et ne font pas que mumusent avec ou couper les cheveux en quatre !

        • En même temps : pour Canon avoir développé et fabriqué ses propres Capteur, a été « plus que profitable »…

          Leurs profits ont étés bien plus considérables que ceux de Nikon (qui nourrissait son principal concurrent Sony : à chaque fois qu’ils vendaient un boitier)… Ces profit leur ont permis de faire de la recherche et developpement ce qui leur a permis de doubler Nikon sur l’AF et revenir au tout premier plan.

          Aujourd’hui : c’est Nikon qui est dans la mouise (doublé par Sony et probablement quelques temps encore dans une mauvaise passe) et Canon qui est sur une bonne dynamique, il me semble…

          Le Canon EOS R5 est je crois le meilleur boitier du moment : très polyvalent, très performant et placé financièrement de façon intermédiaire, il se vend comme des petits pains… Avec une gamme optique qui fait rêver.

  4. Bonjour,

    petite astuce concernant le nouveau Quick Menu personnalisable, inutile d’aller dans le menu, il suffit d’appeler le menu via la touche Q et de rester appuyé dessus pour la réorganisation / modification de celui-ci.
    Merci pour ce test, j’attends avec impatience la suite ;o)

  5. Sur le firmware 1.1.0 il faut appuyer une première fois que le bouton Q et ensuite rappuyer dessus en le maintenant enfoncé pour avoir la personnalisation des contrôles rapides. Je l’ai trouvé… par hasard :o) Bizarre que cela ne fonctionne pas chez vous (j’ai un modèle de série tout a fait normal). personne d’autre pour tester?

    • Ah oui : ça marche… une première pression sur le bouton Q puis une seconde plus longue.

      Par contre si on programme le Quick Menu sur une autre touche : alors ça ne marche pas depuis l’autre touche…

  6. Bonjour. Il y a une bague pour utiliser ses objectifs EF-S (par exemple le 10-22 Canon) en attendant la sortie d’autres objectifs ? Et savez vous si la qualité est correcte si c’est possible ?

      • Oui, et c’est un bon moyen de continuer à utiliser ses EF-S dont certains sont très bons… (EF-S 60 Macro je crois me souvenir)

        Par contre avec ces objectifs : l’AF sera probablement un peu moins impressionnant qu’avec les RF…

  7. La perte de qualité entre une image faite au FF et à l’APSC (réglages par équivalence) est absolument négligeable. Je viens encore de le constater entre un D850 + 300mm f/4 PF et un Z7 + DX 50-250 à 200mm. je suis absolument bluffé par les résultats ; pourtant, on n’est absolument pas dans la même gamme optique, ni de prix.

  8. En fait je le monte sur la bague, je peux faire les réglages (manuel), mais impossible de déclencher.
    C’est la 1ere fois que j’appréhende un APS-C, du coup je découvre aussi avec mes (anciens) objectifs…
    Merci !

  9. Mais c’est ca !! Je ne suis pas fou, j’étais sûr d’avoir lu sur un de vos précieux articles ! j’ai kiffé, l’article est bien + efficace et bien + clair que le mode d’emploi.
    Merci beaucoup et j’attends avec impatience la partie 2 du test !

  10. Je ne comprends pas très bien cette partie (avec le mode AI servo):

    « Pour utiliser le nouveau système d’accroche : appuyez votre pouce sur la touche AF-ON… Tant que vous appuyez sur AF-ON : c’est le sujet « initialement mis au point » qui est suivi… (désigné par un collimateur (unique ou groupe) de votre choix… L’AF « suivra » ensuite le sujet, sur toute la surface du cadre : quelque soient ses déplacement. (…)  »

    Je ne vois pas de différence quand j’ai activé le suivi donc, en appuyant sur AF-ON ou à mi-course du déclencheur… Y’en a-t-il une ?

    Merci

    • Oui, il y a plusieurs différences : on peut par exemple dissocier le suivi AF (appui sur AF-ON avec le pouce) et l’exposition (qui est recalculée lorsqu’on l’on relève le doigt du déclencheur et que l’on appui à nouveau)…

    • Avant en Mode aI Servo, il fallait activer « Tous les Collimateurs AF », si l’on voulait que les collimateurs se déplacent latéralement pour s’accrocher au sujet (par exemple un cycliste dans un paysage que l’on photographie avec un pied et un cadrage « imposé » : c’est un exemple pour comprendre).

      Et si l’on avait sélectionné un petit Groupe de collimateur : l’AF ne se déplaçait pas latéralement pour suivre le cycliste. Il fallait obligatoirement changer de cadrage pour conserver le groupe de collimateurs sur son sujet (le groupe restait fixe dans le cadre, il ne bougeait pas latéralement). Ou alors il fallait déplacer le groupe avec le Joystick (pas pratique).

      Mais désormais en Mode aI Servo avec l’EOS R7 et l’EOS R3, (et toujours pour le cas ou l’on a opté pour un petit Groupe de collimateur) : il suffit d’appuyer du pouce sur AF-ON pour que ce groupe s’accroche au sujet et se déplace latéralement automatiquement (sur toute la surface du cadre, comme l’AF 3D de Nikon). On pourra par exemple conserver le cadrage initial (par exemple un paysage si l’on est sur pied) et les collimateurs suivront le vélo automatiquement. On peut bien entendu déplacer les collimateurs avec le Joystick également (plutôt au début de l’action).

      On est donc plus obligé de préférer la méthode « tous les collimateurs AF Automatique », dans un tel cas…

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎