web analytics

Test terrain du Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM

31
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Lors de son annonce nous avions déjà compris que cet objectif très innovant serait indispensable. Mieux : ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM est un « game changer » et semble justifier (à lui tout seul ou presque) l’abandon du système des reflex EOS, pour passer à la gamme hybride Canon EOS R.

Après le Test terrain du drone DJI Air 2S à la Réunion, j’ai passé beaucoup de temps à tester sur le terrain ce fameux Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM qui me faisait envie depuis longtemps… Et je l’ai principalement utilisé sur un EOS R5 (qui fera peut-être lui aussi l’object d’un test comme celui de l’EOS R6). Mais aussi parfois je l’ai monté sur mon EOS R, qui me sert de second boîtier.

Test terrain du Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM, sur les pentes du Piton de la Fournaise à la Réunion

 

Vous me direz : il pourrait être assez court ce test du Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM… Tellement déjà sur le papier : cet objectif est fantastique ! Je rappel que j’avais déjà été enthousiasmé par son grand frère à f/2.8 qui est facturé environ 1000 € plus cher… Relire ma Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM : qui allait au delà de tous nos espoirs.

C’est un peu personnel et très accessoire : je trouve cette version f/4 incroyablement élégante… Le design est très épuré et très fluide avec ce décrochage typique des objectifs RF au niveau de la bague de focale. Il est esthétiquement bien plus réussi que son cousin ouvrant à f/2.8, qui n’était pas spécialement moche, mais qui affirme un look de camion un peu « utilitaire ». Une question totalement accessoire bien entendu !

Attention, avant de tomber amoureux : ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM n’est pas donné : par exemple 1.799 € chez Digixo. Ou encore à 1.799 € chez Amazon. Alors que la récente version EF 70-200mm f/4 L IS II USM, ne coûte que 1.299 €. Mais les 500 € de différence entre EF et RF me semblent totalement justifiées, vu les bénéfices que l’on tirera de la version RF : vous en aurez plus que pour votre argent…

 

 

 

En bref : un must
  • Construction et Finition - 95%
    95
  • Prise en main et ergonomie - 94%
    94
  • Discrétion, compacité, silence et poids - 94%
    94
  • Qualité optique générale - 90%
    90
  • Piqué de l'image - 94%
    94
  • Réactivité et vitesse de l'Autofocus - 94%
    94
  • Fonctionnalités et polyvalence - 86%
    86
  • Gamme de la marque (autres produits dans la gamme) - 94%
    94
  • Pertinence du prix - 88%
    88

Le Zoom le plus indispensable en monture RF

  
Voici un zoom innovant : premier et seul en son genre à offrir une telle compacité. Du coup, on peut considérer que les promesses de Canon concernant le passage aux EOS R, sont tenues... Les utilisateurs potentiels de zoom 70-200 (ils sont nombreux) auront donc intérêt à adopter la monture RF : que ce soit pour ce RF 70-200 mm f/4. Ou pour sa version "pro" ouvrant à f/2.8 qui est également vraiment enthousiasmante.

Sa prise en main est fantastique grâce à un centre de gravité reculé... La stabilisation est incroyable d'efficacité. L'Autofocus est une merveille et le silence est de mise. La qualité d'image est au rendez-vous avec un excellent piqué, très peu de défauts et une distance minimale de mise au point de 60 cm, qui est un record pour ce genre d'objectif et qui augmente sa polyvalence grâce à de meilleurs "gros plans".

Toutefois, tout n'est pas encore 100% parfait : notamment le prix qui est assez élevé... On regrette un peu de "Focus Breathing", l'absence de multiplicateur x1.4, ou l'absence de collier de pied (que l'on peut toutefois pardonner car l'objectif est très court et relativement léger).

Pour autant malgré ces 2 ou 3 petits défauts, je vous le recommande vivement... Car ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM est de très loin le meilleur 70-200 à f/4 que j'ai pu essayer. Et probablement le meilleur qui ait jamais été conçu jusqu'alors ! C'est ce type d'objectif exceptionnel qui permet d'élever le niveau de votre production photo.

De par son prix il ne s'adresse pas à tous les publics, certes... Mais tout le monde (y compris de vrais débutants) pourront tirer partie de ses qualités : ce RF 70-200 mm f/4 rend l'utilisation d'une telle focale plus facile qu'avec un reflex. Du coup les débutants ne resteront pas "débutants", aussi longtemps qu'à l'époque des reflex...

92.1 %

 

 
Au 200 mm
Au 70 mm
← GLISSEZ →

Bien entendu, ce modèle se « déplie » selon la focale. Tirez le curseur à gauche, pour voir l’effet du zoom à 200 mm

 

 

 


Plus équilibré, plus court et un peu plus léger que la version reflex

Le Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM n’est que 11 % plus léger que son prédécesseur pour reflex. Mais il est est 32 % plus court et cela me permet de le ranger dans mon sac différemment ! Justement verticalement plutôt que latéralement : ça m’arrange bien… Toutes les caractéristiques techniques chez Canon.fr ici.

Il pèse seulement 695 g seulement. C’est à mettre en perspective avec les 780g du dernier modèle EF stabilisé de juin 2018, qui n’est pourtant pas si ancien… (relire : Canon EF 70-200 mm f/4L IS II USM et f/2.8L IS III USM).

La prise en main est du coup très agréable, car plus court : veut dire moins de poids à l’avant… De plus, une conception optique nouvelle à parmi de reculer les lentilles vers l’arrière ; plus proche du capteur. Cela contribue à reculer un peu plus le centre de gravité pour une meilleure prise en main. Cela se sent au moment de déclencher, mais également lorsque l’on marche avec l’objectif. Et à la Réunion : il faut marcher…

Remarquez le bouton Lock, que l’on peut manipuler facilement de l’index, sans y mettre la main gauche.

 

A noter que pour les longues marches, vous pourrez bloquer le « fût », grâce à un bouton « Lock » très astucieusement placé près de votre index droit, qui peut l’activer très facilement sans qu’il soit nécessaire d’utiliser en plus votre main gauche (image ci-dessus)…

La qualité de fabrication et de finition est fantastique : est-ce lié uniquement à sa conception ? Il est à remarquer que Canon continue de fabriquer ses objectifs pro au Japon, lorsque Nikon par exemple a délocalisé leur fabrication en Thailande. En tous cas : la rotation des bagues est exemplaire et les textures différentes permettent de repérer au toucher sur quelle bague on pose les doigts. 

L’ordre des bagues est le suivant : d’abord la bague large des focales, au plus près du boitier ce que j’apprécie beaucoup pour la prise en main. Puis la étroite bague de retouche manuelle du point (un peu trop étroite pour ceux qui l’utilisent encore). Puis la bague métallique texturé programmable, tout à l’avant (ça tombe bien je l’utilise assez peu finalement). Etrangement on notera que l’ordre des bagues n’est pas identique à son grand frère à f/2.8 qui aligne ses bagues exactement dans l’ordre inverse ! J’aimerais savoir pourquoi.

Comme les autres objectifs RF, ce modèle est équipé d’une bague « programmable » qui produit des « clic-clic » plutôt agréables à l’oreille lorsqu’on la tourne (alors que sur d’autres objectifs elle est silencieuse)… Un retour payant en SAV permet de désactiver les clics (si vous êtes vidéaste par exemple). J’ai l’habitude d’attribuer le Correction d’Exposition à cette bague… Un « clic » m’informe d’un tiers de diaph de décalage.

J’ai pu vérifier qu’à aucun moment cette bague n’avait décalé mon réglage de correction de façon fortuite, suite à un frottement accidentel par exemple. Toutefois, je dois avouer me servir un peu moins de la bague programmable en pratique, notamment avec le Canon EOS R5 qui proposant suffisamment de molettes (3 en tout) pour tout régler de la main droite (Vitesse, Correction d’expo et ISO)…

Accessibles du pouce de la main gauche, sur le fut on retrouve sans surprise les quatre boutons habituels. Il est pratique de vérifier tactiquement avec le pouce, qu’ils sont bien tous les quatre positionnés « vers l’avant »  : c’est la position polyvalente la plus standard.

 

  • Limiteur de plage autofocus : Plage complète / Plage limitée entre 2,5 m et l’infini
  • Commutateur AF : Autofocus / Manuel
  • Commutateur du dispositif de stabilisation : On / Off
  • Sélecteur de mode de stabilisation : Mode 1 / Mode 2 / Mode 3

 

 


Pas de collier de pied, mais un beau pare-soleil

Le diamètre du filtre avant est le traditionnel 77 mm : ce qui m’arrange bien… Je pestais souvent contre le diamètre « différent » de mon précédent EF 70-200 mm f/4 L IS, alors que tous mes autres objectifs étaient équipés de filtres (polarisants quand j’en utilise) de 77 mm.

Ce nouveau modèle est incompatible avec les converters RF x1.4 et RF x2, sortis récemment, ce qui a déçu beaucoup d’utilisateurs amateurs. Mais je n’utilisais plus de converters depuis des années, car je trouve que la perte de piqué est tout de même assez visible. Je préfère emporter un objectifs plus long, si je dois en avoir besoin. Ce qui est rarissime.

Un seul regret au niveau du design : ce 70-200 est dépourvu de collier de pied. Mais comme son poids est contenu et qu’il fait la taille d’un gros EF 24-105 mm f/4, disons que ce collier n’est pas forcément indispensable.

Par contre, un magnifique pare-soleil « blanc » est bien fourni dans la boite. Dommage que ce dernier soit dépourvu de la petite « fenêtre astucieuse » dont profite le pare-soleil de la version f/2.8 ! Vraiment dommage, car ce petit protégé par un volet mobile, permettant d’ajuster son filtre polarisant sans retirer le pare-soleil, ni se tordre un poignet… Voici le contenu de la boite en détail :

 

  • L’objectif lui même : RF 70-200 mm F4 L IS USM
  • Un bouchon avant : E-77II
  • Un bouchon arrière :
  • Un Pare-soleil : ET-83G(WIII)
  • Le classique Lens Pouch (pochette de protection) : LP1319

 

Il faut comprendre que le 70-200 mm f/2.8 est un des objectifs « les plus décisif » dans le sac photo d’un professionnel, comme expliqué dans cet article : 16-35 mm f/2.8 + 70-200 mm f/2.8 = photo journalisme, ou il était démontré quels étaient les objectifs les plus utilisés par les photo-journalistes dont les images avaient été primées.

Le zoom 70-200 mm est le type d’objectif, dont les progrès et le gain de poids auront le plus d’impact sur le poids final de votre sac photo…

On ne regrettera pas le passage à la gamme hybride EOS R. Avec un tel atout en poche, Canon va attirer du monde… Ci-dessous face au Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM qui permettait une économie relative du poids, encore plus spectaculaire… Cette version f/2.8 est incroyablement compact et légère : 1,07 kg alors que la plupart des 70-200 mm équivalents, tournent autour de 1450 gr.

 

 

Avant tout achat, relire ici nos Tests terrain ! Je vous conseille notamment  :

• En 2021 : rester en reflex ou passer en hybride Full Frame ?

• 10 bonnes raisons de passer aux Canon EOS R6 et R5 en 2021

• Test terrain : Canon EOS R6

• Test terrain : Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM

• Test terrain : Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM

• Test terrain : Canon RF 600 mm f/11 IS STM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

• Test terrain : Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF

• Test terrain : Canon G5X MkII en Sulawesi

Encouragez PHOTOETMAC en faisant vos achats chez Digixo ici : photoetmac.com/2019/06/digixo et soutenez une boîte Française basée à Paris qui nous verse une petite commission. Si vous cherchez un produit absent de notre page : contactez moi je l’ajouterai pour vous.

 

 


La stabilisation : l’autre raison de passer à l’hybride…

On ne s’en rend pas forcément compte durant la prise de vue : mais la stabilisation optique du Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM monte jusqu’à 5 IL sur mon EOS R (qui est dépourvu de capteur stabilisé).

Et lorsque je l’utilise avec le capteur stabilisé du Canon EOS R5, ou EOS R6 : la combinaison des deux systèmes de stabilisation monte jusqu’à 7,5 IL. C’est énorme et relativement inédit sur un tel zoom.

Le sélecteur de mode de stabilisation offre 3 positions. Le mode 1 stabilise dans toutes les axes. Le mode 2 stabilise dans l’axe vertical (adapté pour les filés par exemple). Dans le mode 3, la stabilisation n’est effective qu’à l’instant du déclenchement, afin de ne pas interférer lors de la préparation du cadrage.

 

 


Une distance minimale de mise au point record : de 60 cm

Le bokeh est optimisé grâce à un diaphragme composé de 9 lamelles circulaires. Et plus on s’approche, plus le bokeh augmente. Ce qui tombe bien car on peut s’approcher beaucoup plus près qu’avant…

Car la distance minimale de mise au point est en net progrès à 60 cm seulement ! Alors que la version III de son ancêtre à f/4 pour reflex ne s’approchait qu’à 1 mètre seulement… Cette amélioration (qui est je crois le record mondial pour un 70-200 mm) permet un grossissement plus fort de x0,28 au 200 mm. Donc davantage de flou en arrière plan et cela laisse aussi imaginer des utilisations créatives plus variées avec ce zoom… Des gros plans autrefois impossibles deviennent possibles : ce modèle permet donc d’augmenter la polyvalence de votre 70-200 mm.

Pour info, le RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM est battu de peu : celui-ci dispose d’une distance de mise au point minimale de 70 cm (pour un grossissement maxi de x0,25). Mais lui aussi était en gros progrès par rapport à son ancêtre EF pour reflex, qui ne s’approchait qu’à 120 cm (grossissement maxi de x0,21).

Sur cette version du Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM, on note un peu de « focus breathing » ce qui pourra gêner un peu certains vidéastes créatifs et les pratiquants du « focus stacking »… C’est un peu plue sensible au 200 mm, mais beaucoup moins au 70 mm. Je crois me souvenir que ce défaut est corrigé plus efficacement sur la version RF à f/2.8. Mais je n’ai pas pu les comparer au même moment.

Dernier point intéressant, j’ai pu vérifier par un test empirique en mise au point manuelle (avec la fourchette très pratique d’aide à la mise au point et le Focus peaking activé) que ce RF 70-200 mm f/4 L IS USM, semble être Parafocal. C’est à dire que la mise au point que vous réalisez à une focale donnée : restera correct lorsque vous zoomez et changez de focale. Je l’ai vérifié à 60 cm, à 2 mètres, à 10 mètres et à l’infini.

 

 

 


Comment activer la retouche manuelle du point

Par défaut la retouche manuelle du point via la bague de mise au point est Désactivé. Ce qui semble un peu étrange à l’utilisateur de reflex que je suis (cette bague est souvent mécanique donc toujours active sur un reflex).

Sur l’EOS R5 et sur l’EOS R, allez dans le Menu Violet (Autofocus) N° 4 : MAP manuel avec objectif (sur l’EOS RP c’est dans le Menu Camera N°8). Puis descendez dans le premier sous-menu pour activer la second option : One-Shot ➡︎ activé. Ou mieux la troisième option qui ajoute la loupe : One-Shot ➡︎ activé (agrandir)

Ce réglage permettra d’activer la Correction Manuelle du Point après l’utilisation de l’AF One-Shot (cela n’est disponible qu’en AF One-Shot). Mais n’oubliez pas : il faudra pour cela maintenir le déclencheur à demi enfoncé pendant que vous tournez la bague. Si vous avez choisi la troisième Option : alors vous profiterez du Mode Loupe, centré sur le collimateur sélectionné (même si il est dans un coin). C’est redoutable d’efficacité.

Mon seul regret à ce moment là, est que mes doigts tombent plus facilement sur la bague « métallique texturé » programmable, que sur l’étroite bague caoutchouté de correction de Mise au Point. Question d’habitude sans doute… Question subsidiaire : qui a encore besoin de « retouche manuelle du point » en 2021, à l’époque de l’AF Dual Pixel ? Probablement plus personne ?

 

 


Superbe qualité d’image et piqué fantastique

Et la qualité d’image ? Le piqué ne pose pas de problèmes on s’en doutait… Le Centre de l’image est notamment vraiment excellent, dès la plus grande ouverture à f/4 et ceci à toutes les focales.

 

  • C’est au 200 mm au Centre de l’image à f/5.6 que le piqué de l’objectif est à son maximum. Au 70 mm c’est entre f/4 et f/5.6 que le centre est à son meilleur. En d’autre termes, si le piqué au centre de l’image est ce qui compte pour vous : inutile de fermer au delà de f/5.6. Restez la plupart du temps entre f/4 et f/5.6 pour obtenir le maximum au Centre, à toutes les focales.
  • Concernant les bords, il faut fermer entre f/5.6 et f8 pour obtenir la meilleure homogénéité : du centre jusqu’aux bords. Toutefois sachez qu’à f/8 : le centre de l’image ne sera plus tout à fait à son maximum (même si il est encore très bon). Donc, si c’est l’homogénéité entre le centre et les bord qui compte le plus pour vous : alors restez entre f/5.6 et f/8, à toutes les focales.
  • En conclusion : c’est l’ouverture de f/5.6 qui est la plus polyvalente et le plus souvent garanti le meilleur piqué au centre, à toutes les focales. Et un excellent piqué sur les bord aussi (mais sans qu’il soit à son maximum toutefois, notamment entre 70 et 100 mm).
  • Et si l’on parle en termes de focales, c’est aux extrémités de la plage : au 200 mm et au 70 mm que vous obtiendrez le maximum de piqué au Centre. Le 100 mm et le 135 mm étant un peu moins performants au Centre (tout en restant très bons).

 

Vraiment, je n’étais pas inquiet, Canon ayant une tradition d’excellence avec ses « Séries L » à liseré rouge (L comme luxe)… Je n’hésite donc pas à utiliser ce zoom à f/4 à toutes les focales. Notamment si je veux obtenir un peu de bokeh : dans ce cas choisissez la plus longue focale et approchez-vous de votre sujet…

 

Plus globalement, si vous souhaitez obtenir une netteté maximale : c’est pour résumer vers f/5.6 que vous l’obtiendrez. Et si vous préférez être nets un peu partout y compris sur les bord : tirez jusqu’à f/8, mais pas au delà (si il y a assez de lumière pour cela)…

Généralement je préfère me contenter de f/5.6, pour rester autant que possible à 100 ISO et conserver un peu de bokeh. Toutefois, vu les performances de la stabilisation intégrée (et à fortiori de la double stabilisation sur l’EOS R5 et l’EOS R6) : il est possible de shooter à f/8 à 100 ISO… En acceptant une vitesse beaucoup plus basse, que vous ne l’auriez envisagé avec un reflex. 

Grâce à son piqué, il est possible de recadrer fortement les images du RF 70-200 mm f/4. J’ai eu la chance de l’utiliser sur l’EOS R5 et ses 45 Mp, du coup, je n’ai pas hésiter à recadrer fortement mes photos des premières baleines de la saison arrivant à la Réunion. Lors des prises de vue, je me tenais d’une main au Zodiac balloté par les vagues et je shootais de l’autre sans point d’appui : autant dire que la légèreté et le centre de gravité reculé de l’objectif, ont été un atout. J’ai adopté une priorité vitesse au 1/1000, afin de neutraliser les mouvements du bateau. Je n’ai pas monté plus haut la vitesse, afin de conserver une ouverture de f/9 : garantissant un peu plus de profondeur de champs, tout en conservant une sensibilité de 250 ISO… La focale de 70 mm présente l’avantage de permettre quelques portraits à l’intérieur du bateau sans changer d’objectif, ce qui serait moins facile avec un 100-400 mm. 

 

 


Profile pas encore disponible dans Lightroom Classic 10.3

On note assez peu de distorsions dans l’ensemble. Juste un peu de distorsion en barillet au 200 mm, le seul moment ou elle peut être un peu gênante en l’absence de correction.

Je n’ai pas remarqué d’aberrations chromatiques gênantes. Elles semblent être un « non problème » sur cet objectif. Ajoutez à cela qu’elles sont corrigées de toutes façons par le paramètre de développement par défaut, que j’ai adopté dans Lightroom.

Comme avec la plupart des autres objectifs, on évitera de fermer au delà de f/16 ou de f/18 : car la diffraction commence à dégrader le micro contraste des images…

Le vignettage est par contre un peu plus visible. Et si cet objectif avait un petit « talon d’Achille », ce serait lui notamment au 200 mm… Canon a choisi de sacrifier un peu cet aspect des performances : ce qui est une constante sur les nouvelles générations d’objectifs. C’est un calcul logique, sachant que le post traitement logiciel est très efficace pour cela : que ce soit dans l’appareil pour les JPEG, ou en post traitement sur les RAW dans n’importe quel logiciel…

 
Sans correction
Avec profil de correction
← GLISSEZ →

Au 70 mm à f/4, on remarque un peu de vignettage, sans que ce soit catastrophique. Tirez le curseur à gauche, pour voir l’effet de la correction de vignettage et de distorsion dans Lightroom Classic avec le profile du RF 70-200 mm f/2.8 (en attendant que Lightroom propose le profile de la version f/4)

 

 

Dommage que vignettage et distorsion ne soient pas encore corrigés dans Lightroom Classique 10.3 (au 17 juillet 2021), qui ne propose pas encore de « Profile d’objectif » pour ce modèle. Il m’arrive d’appliquer partiellement le profil du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM (qui est plus ancien et disponibles) : cela améliore pas mal les choses… En attendant une mise à jour de Lightroom Classic qui très certainement, le prendra bientôt en compte.

 

 
Sans correction
Avec profil de correction
← GLISSEZ →

Au 200 mm à f/4, on remarque un peu plus de vignettage, ce qui est un peu plus gênant. Et un peu de distorsion en barillet… Tirez le curseur à gauche, pour voir l’effet de la correction de vignettage et de distorsion dans Lightroom Classic avec le profile du RF 70-200 mm f/2.8 (en attendant que Lightroom propose le profile de la version f/4)

 

 

 

 


Un Autofocus ultra rapide, que l’on oublie de surveiller…

L’Autofocus extrêmement silencieux est assuré par deux moteurs ultrasoniques Nano USM. Je ne rentrerais pas dans les détails : combiné à l’AF Dual Pixel des EOS R la vitesse et la fiabilité sont remarquables… Avec un avantage bien entendu pour les EOS R5 et EOS R6 par rapport à l’EOS R. Mais que vous ne remarquerez peut-être pas très souvent en situation courante. Vraiment l’EOS R se défend encore bien…

C’est surtout au niveau du suivi de l’oeil et du déplacement rapide, que l’on sent une différence lorsqu’on l’utilise avec l’EOS R5 comparé à l’EOS R (premier du nom le modèle présenté fin 2018) et que j’utilise toujours régulièrement…

 

 

 


Les détails techniques : les spécifications…

Ci-dessous à droite, le nouveau modèle… Comparé à l’ancien modèle pour reflex : le EF 70-200 mm f/4 L IS USM II monté sur la bague d’adaptation EF / RF qui permet de continuer à l’utiliser sur les hybrides Canon EOS R (ce qui fonctionne vraiment très bien)… Et bien comment dire : il n’y a pas photo, vive le changement !

Si l’on pouvait rêver un peu : imaginons le même objectif sur un range focal plus étendu, de 40-240 mm f/4 par exemple. Cela serait-il possible un jour, si oui, dans combien d’années ? Plus on en donne aux photographes, plus ils en veulent !

 

  • Étanchéité à la poussière/à l’humidité :  Oui
  • 16 éléments en 11 groupes (incluant 4 éléments UD).
  • Distance minimale de mise au point : 0.6 m.
  • Grossissement maximum : 0.28x.
  • Diaphragme à 9 lamelles.
  • Diamètre de filtre : 77 mm.
  • Stabilisation gain de 5 Stops Maximum avec l’EOS RP et l’EOS R.
  • Stabilisation gain de 7,5 Stops Maximum avec l’EOS R5 et l’EOS R6.
  • Moteur AF : Double moteur Nano USM
  • Non compatibles avec les tube-allonge EF12 II et EF25 II
  • Non compatibles avec les Multiplicateurs
  • Taille : 83.5 mm x 119 mm (dimensions de l’objectif rétracté)
  • Poids : 695 g.

 

 

 


Conclusion : les bons points… et les petits défauts

Il est assez fantastique que Canon ait réussi à faire aussi bien (voir encore mieux) que le très récent EF 70-200 mm F/4 L IS USM II pour reflex… Tout en réduisant la taille et le poids de l’objectif, son AF, sa distance de mise au point et ses performances en générale.

A tel point qu’il est difficile de lui trouver des défauts, à part son prix (justifié)… Ce fantastique objectif a seulement les défauts de ses qualités : par exemple, si on lui reproche l’absence de collier de pied, on peut répondre qu’il n’en a pas vraiment besoin… 

Les plus méfiants questionneront probablement le vieillissement éventuel (au bout de 5 ou 10 ans) de son système de fut qui « se déploie »… Car bien entendu, on ne dispose pas du recule nécessaire pour en parler : un peu comme un certain vaccin voyez-vous ! Reste que je me suis fait vacciner sans hésitation, que je crois au progrès scientifique et que je ne suis pas trop inquiet : la rapport « bénéfices / risques » qui me semble bien évidement en faveur du vaccin !

Si vous êtes du genre méfiant, alors préférez un objectif à mise au point interne, à monter sur la bague EF/RF ce qui sera un peu plus encombrant, mais vous auriez tord de vous priver de cette merveille… Et pour le vaccin ; à vous de voire mais moi c’est tout vu !

 
Au 200 mm
Au 200 mm
← GLISSEZ →

Bien entendu, ce modèle se « déplie » selon la focale. Tirez le curseur vers la droite pour voir l’effet du zoom à 200 mm

 

 

 

J’ai confiance dans le sérieux de la plupart des grandes marques. Et j’ai utilisé depuis 1992, beaucoup d’objectifs Canon à « fut mobile » : si l’on fait un tout petit peu attention, on n’a pas grand chose à redouter. D’autant que ce modèle est équipé d’un bouton « Lock ». Prévu pour des circonstances ou l’on marcherait longtemps avec l’appareil sur l’épaule.

Alors oui, ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM n’est pas donné : par exemple 1.799 € chez Digixo. Ou encore à 1.799 € chez Amazon. Mais si vous le conservez et l’utilisez pendant 10 ans, cela est à relativiser. Et ce genre d’objectif ne se démode pas si rapidement…

A noter que son grand frère ouvrant à f/2.8 coûte environ 1000 € de plus. On le trouve lui à 2.849 € chez Digixo. Ou encore à 2.849 € chez Amazon. Relire ma Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM qui m’avait bluffé lui aussi…

Ce que l’on peut enfin ajouter, c’est que ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM vient agrandir une famille encore peu nombreuse, mais dont chaque élément semble plus innovant et plus impressionnant que la moyenne de ce que les autres constructeurs proposent.

Je citerais notamment les deux « primes » ouvrant à f/1.2 qui restent uniques dans leur genre : le RF 50 mm f/1.2 L USM (2.290 €) et le RF 85 mm f/1.2 L USM (2990 €). Bien entendu je pense à cet incroyable RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM (2.849 €) compact, qui est également unique au monde. Sans oublier le RF 28-70 mm f/2.0 L USM (3.249 €) qui est absolument bluffant pour les professionnels (j’ai pu longuement l’essayer). Ou le récent RF 14-35 mm f/4 L IS IS (1.829 €) qui propose une plage focale inédite…

Mais n’oubliez pas qu’il existe aussi quelques petits objectifs malins et légers (encore peu nombreux) qui viennent aussi satisfaire les besoins des amateurs désirant des objectifs compact et peu coûteux. Par exemple, je suis adepte du RF 35 mm f/1.8 IS STM (549 €), du RF 50 mm f/1.8 STM (229 €), du RF 85 mm f/2 Macro IS STM (699 €), du RF 600 mm f/11 IS STM (789 €), ou du RF 800 mm f/11 IS STM (1049 €) qui sont tous très bon marché dans leur créneau…

Et si’ l’on a dépensé beaucoup pour un RF 70-200 mm f/4 L IS USM , on pourra économiser un peu grâce au RF 35 mm (549 €), ou grâce à un petit RF 50 mm (229 €) aussi discret qu’efficace…

 

 

 

 

 

Tout bon !

Moins Bien…

 

 

 

 

  • Extrême compacité (inédite)
  • Poids maitrisé
  • Centre de gravité reculé

 

  • Tropicalisation
  • Facilité de prise en main
  • Ouverture maximale constante

 

  • La plus courte distance mini de MAP (60 cm)
  • Autofocus très efficace
  • Parafocal (MAP. conservée à toutes focales)

 

  • Très bonne qualité d’image globale
  • Très peu d’aberrations chromatiques
  • Peu de distortions
  • Très bon piqué (surtout à 70 et 200 mm)

 

  • 1000 € moins cher que la version f/2.8
  • Pare-soleil (blanc) fourni
  • Design très réussi, excessivement élégant !
  • Le meilleur 70-200 mm f/4 jamais conçu

 

 

 

  • Pas de Multiplicateur x1.4
  • Pas de collier de pied
  • Pas de fenêtre d’accès au filtre sur le pare-soleil

 

  • Un peu vignettage au 200 mm
  • Un peu de distorsion au 200 mm
  • Piqué un peu moins excellent à 135 mm

 

  • Prix relativement élevé (?)

 

 

 

 

 

En bref : un must
  • Construction et Finition - 95%
    95
  • Prise en main et ergonomie - 94%
    94
  • Discrétion, compacité, silence et poids - 94%
    94
  • Qualité optique générale - 90%
    90
  • Piqué de l'image - 94%
    94
  • Réactivité et vitesse de l'Autofocus - 94%
    94
  • Fonctionnalités et polyvalence - 86%
    86
  • Gamme de la marque (autres produits dans la gamme) - 94%
    94
  • Pertinence du prix - 88%
    88

Le Zoom le plus indispensable en monture RF

  
Voici un zoom innovant : premier et seul en son genre à offrir une telle compacité. Du coup, on peut considérer que les promesses de Canon concernant le passage aux EOS R, sont tenues... Les utilisateurs potentiels de zoom 70-200 (ils sont nombreux) auront donc intérêt à adopter la monture RF : que ce soit pour ce RF 70-200 mm f/4. Ou pour sa version "pro" ouvrant à f/2.8 qui est également vraiment enthousiasmante.

Sa prise en main est fantastique grâce à un centre de gravité reculé... La stabilisation est incroyable d'efficacité. L'Autofocus est une merveille et le silence est de mise. La qualité d'image est au rendez-vous avec un excellent piqué, très peu de défauts et une distance minimale de mise au point de 60 cm, qui est un record pour ce genre d'objectif et qui augmente sa polyvalence grâce à de meilleurs "gros plans".

Toutefois, tout n'est pas encore 100% parfait : notamment le prix qui est assez élevé... On regrette un peu de "Focus Breathing", l'absence de multiplicateur x1.4, ou l'absence de collier de pied (que l'on peut toutefois pardonner car l'objectif est très court et relativement léger).

Pour autant malgré ces 2 ou 3 petits défauts, je vous le recommande vivement... Car ce Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM est de très loin le meilleur 70-200 à f/4 que j'ai pu essayer. Et probablement le meilleur qui ait jamais été conçu jusqu'alors ! C'est ce type d'objectif exceptionnel qui permet d'élever le niveau de votre production photo.

De par son prix il ne s'adresse pas à tous les publics, certes... Mais tout le monde (y compris de vrais débutants) pourront tirer partie de ses qualités : ce RF 70-200 mm f/4 rend l'utilisation d'une telle focale plus facile qu'avec un reflex. Du coup les débutants ne resteront pas "débutants", aussi longtemps qu'à l'époque des reflex...

92.1 %

 

 

 

 

A lire également : 

 

 

*   MTF Charts :  A Modulation Transfer Function (MTF) chart measures a lens’ expected optical performance at the center of the picture area and measures repeatedly along the diagonal line, further and further toward the corners of the image. The higher a curve is shown on the chart, the better the lens is performing in the area the chart is measuring. As a curve moves from left to right, it displays the lens’ results from center towards the corners. For more information on understanding how to read Canon Lens MTF charts, please click here.

 

 

 

Avant tout achat, relire ici nos Tests terrain ! Je vous conseille notamment  :

• En 2021 : rester en reflex ou passer en hybride Full Frame ?

• 10 bonnes raisons de passer aux Canon EOS R6 et R5 en 2021

• Test terrain : Canon EOS R6

• Test terrain : Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM

• Test terrain : Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM

• Test terrain : Canon RF 600 mm f/11 IS STM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

• Test terrain : Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF

• Test terrain : Canon G5X MkII en Sulawesi

Encouragez PHOTOETMAC en faisant vos achats chez Digixo ici : photoetmac.com/2019/06/digixo et soutenez une boîte Française basée à Paris qui nous verse une petite commission. Si vous cherchez un produit absent de notre page : contactez moi je l’ajouterai pour vous.

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.
+

31 commentaires

  1. Trés belle réussite de la part de canon grâce a sa compacité, et comme tu le dis si bien, oui a lui tout seul suffit pour passer le pas a l’hybride avec le R6 et R5.

    J’ajouterais aussi le RF 100 macro qui est fantastique et le RF 14-45 F4.

    Mais purée le prix fais mal a la tête.

    • Mieux vaut moins d’objectifs, mais des très bons ;-)
      Plutôt que multiplier les objectifs, que l’on a pas le temps de tous utiliser… (voir de tous les essayer à fond) !

      Le RF 100 Macro a l’air lui aussi fantastique. Mais je crois que je craquerais pour le RF 14-45 mm f/4 en premier…

      • oui ce serait les 3 objectifs que je convoiterais ,le jour ou j’aurais a nouveau les moyens de mes envies car là j’ai tout revendu pour stabiliser mes finances
        d’ailleurs grace a toi j’ai vu mes futurs objectifs differemment
        j’avais l’habitude a la bonne epoque d’avoir un 24/70 et 70/200 2.8 ainsi qu’un ultra grand angle type 17/35 a ouverture intermediaire
        mais je pense que la prochaine fois je ferai l’impasse sur le 24/70 meme si c’est celui que je me servais le plus avec mon 5D aux usa
        mais un 14/45 et un 70/200 ca doit vraiment etre top et bien suffisant pour pouvoir tout faire lors d’un voyage

        • En effet ! Mais n’oublie pas le petit RF 50 mm f/1.8 au milieu… (il est cadeau) !

          Il sert non seulement à combler un trou entre le 14-35 et le 70-200 mm (tous les deux à f/4)…

          Il sert surtout au bokeh, si tu en a besoin… Mais surtout en prise de vue nocturne, si tu as besoin d’être à f/1.8…

  2. comme d’habitude un super test et surement un chouette voyage aussi ça fait rever .
    c’est vrai qu’il donne vraiment envie cet objectif ,il a pratiquement tout ce que l’on recherche
    mais c’est vrai que le prix fait mal ,d’ailleurs la plupart des objectifs RF font mal niveau prix
    meme si j’ai bien compris tous les avantages et les avancees technologiques je trouve dommage que l’on paye au prix fort alors qu’il y a quand meme un petit recul sur le fut mais bon c’est comme ça,surement que c’etait impossible a faire en interne,meme legerement plus grand
    et c’est vrai qu’il a fiere allure avec le R5 ,quel combi qui fait rever aussi
    merci encore pour ce beau test terrain ,j’ai un peu voyager grace a toi ,me trouvant au chomage a cause du covid
    BRAVO

    • Merci ! Chômage à cause du COVID, ça c’est pas cool… Mais du coup : plus de temps pour la photo ?

      La « plupart des objectifs RF font mal niveau prix » : ce n’est pas tout à fait vrai

      Car j’en ai déjà cité 3 excellents, qui déjà sont vraiment peu coûteux : RF 35, 50 et 85 mm… Ces trois là sur un EOS R (on en trouve d’occasion à moins de 1000 € et franchement : cet EOS R : il reste une petite merveille..) Pas obligé d’aller vers un ES R6, ni un EOS R5 !

      Sans oublier les RF 600 et RF 800 qui font le job, pour pas cher…

      • comme tu dis …pas cool ,mais pour etre honnete une mauvaise gestion de l’entreprise n’a pas aidé non plus
        je n’ai plus de materiel
        par contre je suis inscrit pour l’examen du C.A.T.T. ( Certificat d’Aptitude Théorique de Télépilote )
        et j’ai interet a apprendre car ça vient vite et enormement de chose a savoir
        et rajouter une corde a mon arc
        le drone qui m’interresse est celui pour lequel tu as fait le test ,il m’a fait de l’oeil a sa sortie ,il n’ai pas sans defaut (ceux que tu as indiqué) mais tes videos sur youtube sont tres belles :)

        • Merci pour les vidéos… Je suis débutant (surtout en montage) !

          Alors je dois avouer : je viens de la planter de façon stupide dans le sable… Du coup, mon DJI AIr 2S n’est peut-être pas réparable ! On verra en septembre avec DJI, je dois le renvoyer.

          Si pas réparable : si ça se trouve en septembre je revend tout le contenu du Pack Fly More Combo : et comme j’avais acheter 2 batteries en plus : j’en ai 5 toutes neuves !

          Ou j’hésite à racheter le même (le drone seul, mais ici à la réunion on ne trouve que le Fly More Combo) pour ne pas gaspiller mon investissement…

          Ou à tout revendre en septembre. Car je ne sais pas si j’aurais beaucoup le temps de voler cet hiver…

          Fait chier… On verra ! Mais pour le moment : je suis privé de drone !

          • je suis vraiment sincerement désolé pour toi ,j’espere que tu pourras le reparer
            et malgré que ce soit du sable il a pris cher ?

            • Non, juste du sable (très fin, très noir, volcanique) : dans les moteurs… dont 2 sont totalement bloqués (à changer certainement).

              Du sable dans la nacelle aussi, qui déconne. Au prix de ces 3 réparations : on peut dire qu’il est foutu je crois.

              Le plantage, très, très bête en plus… j’étais énervé du coup !

  3. Merci pour ce test détaillé, illustré par de belles photos en prime : ça change de certains sites où les photos d’exemples sont d’un ennui abyssal ;-)
    Deux points attirent mon attention :

    1) Le pare-soleil, que tu n’as visiblement pas utilisé – en tout cas on ne le voit jamais monté sur tes photos. Est-ce le cas ? Sinon qu’en as-tu pensé en terme d’encombrement ? Je serais intéressé de mieux voir ce que ça donne avec cet accessoire assez indispensable.

    2) Le fut qui se déploie quand on zoome, comme d’ailleurs sur la version f/2.8 – pour ma part j’ai réalisé avec le temps que la longueur constante du EF 70-200 F/4 avait ses avantages, mais c’est sûr que c’est aussi plus encombrant : comme toujours, c’est une histoire de compromis et de choix.

    D’ailleurs à ce sujet, alors que beaucoup se réjouissent de la diminution sensible de taille des objectifs, j’ai pu expérimenter dans un défilé costumé qu’un zoom un peu encombrant permettait de s’imposer facilement au milieu de la foule des smartphones ou APN compacts. Pour ma part je suis donc plus intéressé par le gain de poids et la meilleure qualité optique.

  4. Bonjour.
    J’ai préféré le RF 70/200 f/4 au lieu du f/2,8, pour son encombrement et son poids, dans le sac, lors des voyages surtout, ça a son importance. En paysage, je ferme au delà de f/4 donc le f/2,8 ne m’est pas utile.
    Merci pour le test. C’est très instructif.

  5. En réponse à ta question sur le pourquoi de la bague de compensation métallique placée vers le boîtier sur le RF f/2.8L. Tout simplement pour ceux qui l’utilisent beaucoup (moi) un peu comme autrefois une bague de diaphragme, c’est bien plus simple. La paume de la main gauche sous le boîtier et les 2 doigts sur la bague. Si elle avait été au bout du zoom… tu tiens 2 minutes et après plus envie d’aller la chercher !!! Là tout un shoot dans la position que j’ai indiquée est sans problème. Mais il faut avoir les habitudes de « vieux photax » Lol.

    Quant aux matos « pros » de + en + chers, la cause est pyramidale, puisqu’il y a de – en – de pros qui servent de vitrine aux marques pour vendre ensuite le gros du matériel « amateur ».
    Les marques doivent donc compenser financièrement…

  6. S’il n’avait aucun défaut (même minime), je dirais OK pour les 1800€ mais il a des défauts et je suis surpris que tu ne mettes pas dans la colonne des défauts le fait que le fût ne soit pas à encombrement constant !
    A presque 2000€, le minimum aurait été d’intégrer cette technologie, tout comme la possibilité de collier de pied qui, comme tu le dis, sont présents sur le EF 70-200 f/4 à moins de 1300€ !! Et la qualité optique (distorsion, aberrations…) se corrige en auto sur Lightroom. et quand on voit le avant/après, c’est parfois très discret… Je pense que ce n’est pas un réel argument pour la très grande majorité des photographes (pros ou amateurs)
    Après le 14-35 f/4, Canon continue de nous prendre pour des jambons avec ses objectifs RF ! Autant le début de l’aventure RF était sympathique (j’ai les RF 24-105 f/4, RF 50 f/1,8 et RF 85 f/2), autant là c’est de l’enfumage.
    Je suis ravi de mon R5 et je me considère comme un amateur éclairé (et par chance avec un peu de moyens) mais cette politique Canon qui veut justifier le prix élevé en disant que c’est destiné aux pros est contre-productive sur le moyen terme. Les seuls pros ne sont pas assez nombreux pour rentabiliser cette techno et il faudra aller chercher les particuliers. avec d’autres prix.

    • Olivier Caenen le

      L’encombrement non constant est justement une qualité ,car comme expliqué dans le test celà réduit la longueur et permet un stockage vertical dans le sac tout celà avec un poids réduit.
      J’ai cet objectif et l’utilise en sport automobile ,il est d’une qualité exceptionnelle.(pareil je ne mets jamais le pare-soleil ainsi l’objectif tient dans la poche de mon gilet)
      Quand au 14/35 F4 ,Canon certes fait payer le prix , mais il change tout par les 2 mm supplémentaires !

    • Bah, je ne suis pas vraiment d’accord…

      Je pense que le nombre de photographes amateurs susceptibles d’acheter cet objectif à ce prix-là est énorme. Et je suppose même qu’il fera « switcher » des photographes, en provenance d’autres marques qui ne proposent pas l’équivalent.

  7. Bonjour,
    Merci pour vos reportages et analyses toujours très pertinents …
    Je suis très intéressé pour ce 70-200 F4 en remplacement de mon 70-200 2.8 IS V1.
    Question: accouplé à mon R5 aurais je un réel gain en qualité? (bien sur je ne parle pas du poids et la compacité)
    Merci …
    Marc

  8. Merci pour le test.

    Pour les optiques à fût variable, j’ai lu le big boss de Lens Rentals, Cicala, affirmer (du haut de ses milliers d’optiques démontées et remontées après location) que le fait que le fût s’allonge ne génère pas plus de poussières internes à l’optique en pratique. Pour lui, les seules optiques qui ont réellement des soucis de poussière, c’est certaines fixes (dont le fût est fixe).

    « Before we start, though, let’s get the extending barrel discussion out of the way. Some of you HATE extending barrel lenses. That’s cool; don’t get one. Some of you like to call them dust pumps. That’s cool, too, although it’s incorrect. (We take care of over 20,000 lenses. The most common ‘dusters’ among current lenses all happen to be primes that don’t zoom at all.) »

    Source: https://www.lensrentals.com/blog/2019/12/the-not-very-long-awaited-teardown-of-the-canon-rf-70-200mm-f2-8-is/

    En pratique, que le fût s’allonge est un non-sujet, à mes yeux. (Alors qu’au début de mon parcours de photographe, j’y étais attaché, ça faisait plus « pro ». Finalement, c’est pas les fûts fixes qui sont les plus solides, notamment dans le sac.)

  9. Jean-Claude Grouard le

    Objectif fabuleux, je confirme. J’ai remplacé mon EF 70-200/4 L IS par le RF 70-200/4, le piqué est fabuleux et la double stabilisation avec mon R6 permet des photos à main levée dans des positions incroyables( à raz du sol en vertical avec photo d’un beau chat au milieu des herbes et mise au point sur l’œil).

    J’ai obtenu un remboursement de 200 euros de la part de Canon pour cet objectif, j’avais eu également 200 euros pour le 24-105.

  10. Jean-Claude Grouard le

    Le dernier firmware corrige qq problèmes du R6 et permet la correction manuelle du point comme sur tous les EOS.

    • J’ai un R6 avec le Firmware 1.2.0.. j’ai loupé la version 1.3.1 car il était déconseillé d’installer la version 1.3.0 à cause d’un bug.. .. Est-il possible d’installer la dernière version 1.4.0 en passant de la 1.2.0 directement à la 1.4.0 ? Dans ce cas peut-on obtenir les améliorations de la 1.3.1

  11. Après avoir émis un avis négatif sur le prix du 14-35 f/4, pour le coup, le tarif de ce 70-200 (le + élevé de tous les 70-200 f/4 du marché) me paraît justifié en raison de l’encombrement et du poids sans équivalent, associés à la une qualité optique excellentissime. A noter que dans le poids, il faut aussi tenir compte de l’absence du collier de pied (150 g) qui devient inutile du fait de l’encombrement ce qui fait qu’on passe de presque 900 g (version EF) à 600 g avec utilisation sur trépied.

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎