Résultats : mise à jour firmware (66)

APN : Canon
4
24p pour les Canon EOS RP, EOS 90D et EOS M6 Mark II

D’après The-digital-picture, Canon ajoutera prochainement grâce à une mise à jour Firmware : la fréquence 24p aux vidéo des Canon EOS RP, Canon EOS 90D et Canon EOS M6 Mark II…

Une bonne nouvelle qui démontre que la marque est très à l’écoute des photographes et des photographes professionnels…

« From Canon U.S.A :  « In response to feedback from our customers about some of our recently launched EOS and PowerShot models, Canon plans to introduce 24p mode (23.98fps) for movie recording via a series of future firmware updates for select models. After the firmware updates are downloaded it will be possible to shoot 24p (23.98fps) in 4K and Full HD for the select models. Lire la suite…

APN : Canon
8
Le Canon Focus Bracketing sur le Canon EOS RP

Aujourd’hui, je laisse la parole à l’un de nos lecteur : Julien, qui nous propose son retour d’expérience en Macro Photographie du « bracketing de mise au point » du Canon EOS RP. Ce que l’on appel en Anglais : le Focus Stacking. Et chez Canon particulièrement : le Canon Focus Bracketing.

Je précise que j’ai découvert grâce à lui récemment, que l’EOS RP proposait cette fonction, alors que l’EOS R ne la proposait pas (pour le moment). Le Canon EOS RP possède un mode de bracketing de mise au point, pas mal fichu. En gros : vous lui indiquez combien de clichés vous voulez, de combien vous voulez décaler votre mise au point entre chaque cliché… Puis vous faites votre mise au point sur le premier plan le plus en avant, il ne reste qu’a déclencher. Et il fait tout le reste. Il pilote l’AF micrométriquement pour vous et vous garantit ainsi de ne louper aucune zone de net du début, à la fin.

Plus d’infos à propos du Canon Focus Bracketing, dans cet intéressant article. Cette fonctionnalité automatique est limitée à une dizaine d’objectifs Canon EF et RF récents… Il se pourrait (peut-être) que grâce à une mise à jour Firmware, cette fonction soit un jour ajoutée au Canon EOS R : puisque le logiciel Canon DPP 4.1 la supporterait pour les EOS RP, EOS R et EOS 5D MkIV. (relire notre Grand test terrain du Canon EOS R).

Julien, est un photographe amateur, qui pratique la photo à temps perdu depuis 2015 et notamment la Macrophoto. Il publie quelques clichés sur http://pic.drarena.fr. Je lui laisse la parole :

« Je n’ai aucune prétention, je suis amateur et je m’amuse. Je possède beaucoup de clichés macro/proxy, dont beaucoup de moyens (légers flous, mauvaise expo, etc…)… Puis quelques bons aussi, que je considère sympas et qui ke l’espère : témoignent de ma progression. Lire la suite…

APN : Canon
39
Comparatif de détection de l’oeil : Nikon, Canon et Sony

Voici un intéressant comparatif des systèmes de détection et de suivi de l’oeil chez Nikon, Canon et Sony… C’est une vidéo assez longue et il faut aller jusqu’au bout pour avoir une vision d’ensemble.

En résumé : Sony domine toujours ce domaine de détection de l’oeil, qu’ils ont inauguré avant les autres, c’est donc assez normal : « rendons à César »… Mais Nikon et Canon ne sont pas du tout ridicules et se rapprochent doucement, après une mise à jour firmware, que les utilisateurs peuvent télécharger et installer très facilement (à noter qu’il ne serait pas aussi facile chez Sony de faire ces upgrades).

Les trois appareils testés s’en sortent donc plutôt bien dans l’ensemble, avec une réactivité meilleure chez Sony, c’est certain. Ce que j’ai remarqué sur le Canon EOS R : c’est que l’affichage du collimateur sur l’oeil peut sembler un peu « en retard » parfois… Mais ce n’est que l’affichage, car en fait : la mise au point suit parfaitement l’oeil (ce que j’ai constaté sur mes propres tests) et les photos sont nettes.

Petit défaut sur le Nikon : à très grande ouverture, parfois la détection de l’oeil accroche les cils et non pas la pupille (donc les cils sont nets et la pupille de l’oeil est floue : comm un front-focus). Ci-dessous :

On aura aussi remarqué dans ce test très bien mené, que le 70-200 mm f/2.8 actuel (pour reflex) monté sur la bague F/Z fait un peu de bruit. Alors que le Canon EF 70-200 mm f/2.8 monté lui aussi sur une bague EF/R n’en fait aucun. Ce que j’ai pu remarquer avec mes propres objectifs EF (comme le EF 85 mm f/1.4) ou un simple EF 50 mm f/1.8 STM. Lire la suite…

000 - A LA UNE
94
Test terrain du Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM

Je vais tenter dans cet article de vous livrer par le menu : tout ce que j’ai pensé et « ressenti » en essayant le Canon EOS R durant quelques semaines… Une prise en main complémentaire suivra dans quelques temps, pour vous parler de l’EOS RP que j’essaye aussi en même temps.

 

 

Nous parlerons de son ergonomie surtout. Puisque concernant la qualité d’image, il n’est guère nécessaire de détailler la question : le capteur du Canon EOS R étant grosso-modo celui de l’EOS 5D MkIV… C’est à dire un excellent capteur, dont les performances vont déjà bien au-delà… de tout ce que j’attends d’un appareil photo Full Frame.

Comme toujours lorsque l’on parle de photo, il faut plutôt se poser la plus importante des questions : à savoir la question des objectifs… La véritable « raison d’être » de ces nouveaux hybrides est justement de proposer une « nouvelle génération d’objectifs » : encore plus compacts et encore plus performants car leurs formules optiques totalement révolutionnaires sont rendues possibles par la conception même des hybrides (distance plus courte entre l’arrière de l’objectif et le capteur, combiné à une diamètre de monture large… Relire : Quels objectifs recommander pour le Canon EOS RP. Relire également : Mes 10 bonnes raisons de craquer pour le Canon EOS R.

Et nous allons bien entendu parler de cela, puisque j’ai pu essayer l’EOS R avec le nouveau RF 35 mm f/1.8 Macro IS STM, qui est la meilleure raison de s’intéresser au Canon EOS R. A noter que j’ai pu aussi essayer les étonnants Canon RF 50 mm f/1.2 L USM et l’incroyable (Hulk) RF 28-70mm f/2 L USM. Mais avant cela, commençons par les questions classiques, d’ergonomie, de visée et de performances. Lire la suite…

000 - Grand large
35
Canon RF 50 mm f/1.2 L USM et RF 28-70mm f/2 L USM

Ces deux derniers jours, j’ai eu l’occasion de jouer avec les Canon RF 50 mm f/1.2 L USM, le zoom RF 24-105mm f/4 L is USM… Et plus inédit : l’incroyable Canon RF 28-70mm f/2 L USM.

Et bien je peux vous dire que ce sont des bombes atomiques : autofocus impressionnant, bokeh magnifique, prise en main parfaite, design splendide : bref, ces nouveaux objectifs Canon, sont passés dans une « autre dimension ».

On en reparlera bientôt, mon test terrain du Canon EOS R avance ! J’attends la petite mise à jour Firmware, qui apportera très bientôt le « suivi de l’oeil » en Mode AF Ai-Servo (dans le première version du Firmware : il n’existe que en AF One-Shot, je l’ai d’ailleurs utilisé pour ces images à la plus grande ouverture (f/1.2 et f/2) : Lire la suite…

000 - A LA UNE
92
L-Mount alliance, la vraie photo c’est au Full Frame

Tout juste 10 ans après les premiers hybrides M4/3 de Panasonic, ce format semble coincé dans une impasse, limité par la taille de ses capteurs. Une nouvelle alliance « L-Mount » (Panasonic, Leica, Sigma) se donc tourne vers le Full Frame.

Depuis le temps que je le dis (moi qui ai fait un peu moins de 10 ans de photo professionnelle en diapos 24×36 jusqu’en 2001) : « La vraie photo, c’est au Full Frame »… Il me semble que les 18 années (bientôt 20) que nous venons de connaitre marquées (pour le grand public) principalement par l’APS-C et le Micro 4/3, n’auront été qu’une période de transition. Une sorte de purgatoire ! Avec des formats APS-C et Micro 4/3 un peu « bâtards », dont la taille était surtout dictée par des raisons de « cout de production » des capteurs…

Des formats APS-C et Micro 4/3 qui se sont imposés pour le plus grand nombre, car il était également difficile de miniaturiser suffisament les reflex Full Frame, (à cause de leur système de miroirs et de prismes).

Epoque révolue bientôt ! La transition du reflex vers l’hybride (si décriée à cause de l’indigence des EVF jusqu’alors), va permettre enfin cette miniaturisation (relative), dès que le problème du viseur sera totalement maitrisé (très bientôt donc). Autorisant enfin, le retour au « vrai format » : c’est à dire, le 24×36 car il présente le meilleur compromis taille / efficacité, jusqu’à présent…

Il y a donc six acteurs majeurs de l’industrie, qui sont tombés d’accord la dessus… Un capteur plus petit : c’était bien pratique c’est vrai… mais quand même un peu trop petit. Alors qu’un capteur plus gros que le 24×36 : ce serait beaucoup trop cher… Et je crains d’ailleurs que Fuji ne se soit « un peu égaré » dans une impasse « intéressante et originale », mais une impasse quand même. Ils auraient du foncer vers le Full Frame… D’ailleurs, dans la bouche de Panasonic, on peut entendre :

« Leica designed the original 35mm camera: they know what they’re doing »

Cela va faire « bouger les lignes » : car voici un quatrième acteur majeur qui proposera désormais des hybrides Full Frame. Nous vivons ces dernières semaines « en direct » une des transitions majeures de l’histoire de la photographie. Telle qu’il n’en existe que quelques unes par siècles… Avant cet épisode il y avait eu : l’invention du 24×36 chez Leica en 1914, puis l’invention du reflex vers 1959, puis la démocratisation de l’Autofocus vers 1985 / 1987, avant le passage au numérique vers l’an 2000 / 2001…

Puis (je crois), la transition suivante à la quelle nous assistons dès aujourd’hui : sera le retour vers le « tout 24×36 » qui se fera simultanément à la disparition progressive du reflex traditionnel…  Que vont devenir les reflex Full Frame de Pentax, face à cette déferlante ? A suivre…

MAJ : les communiqués de presse officiels  en Français : 

25-09-2018 – Le premier appareil photo hybride plein format sans compromis développé par Panasonic

25-09-2018 – OBJECTIF GRAND ANGLE LEICA DG VARIO-SUMMILUX 10-25 MM f/1.7

25-09-2018 – Pionnier par ses innovations : Panasonic célèbre les 10 ans de ses hybrides LUMIX G

25-09-2018 – Panasonic lance LUMIX PRO

25-09-2018 – MISE A JOUR FIRMWARE LUMIX

(…)

The L-Mount Alliance: a strategic cooperation between Leica Camera, Panasonic and Sigma

Cologne, 25 September 2018. At the company’s press conference prior to the opening of photokina 2018, Leica Camera AG, Panasonic and Sigma announced a strategic partnership. The ‘L-Mount Alliance’ is a previously unparalleled form of collaboration that will particularly benefit the customers of all three partners. The collaboration enables Panasonic and Sigma to make use of the L-Mount standard developed by Leica for their own developments and to offer both cameras and lenses utilising this lens mount. As a joint effort of all three partners, this alliance will increase the importance of the L-Mount technology to the world of photography even further.

Due to their numerous interchangeable components, system cameras are extremely versatile and can be individually configured for a wide range of photographic needs. Here, the bayonet is the most important interface, because the lens makes a decisive contribution to imaging performance and, in turn, to the quality of the final results. Thanks to the strategic partnership between Leica, Panasonic and Sigma, customers will be able to choose from a much wider selection of cameras and lenses without having to limit themselves to a particular brand, as all three brands will share the same proprietary bayonet mount. Lire la suite…

000 - A LA UNE
24
Appliquez des notes à vos photos dans l’appareil

Grande nouvelle : je viens d’apprendre un peu par hasard que l’on peut sur certains reflex Nikon récents (au moins les D500, et D5300), enfin appliquer des notes (de 1 à 5) aux photos dans l’appareil… Et même appliquer un label « à supprimer ».

A vérifier, si il est lu dans Lightroom en tant que label « Rejeté » (raccourci x) : ce serait parfait… Ouf, il était temps : car c’est pour moi totalement indispensable en cours de reportage ! Lire la suite…

APN : Nikon
APN : Canon
2
Comprendre Canon Log sur le Canon EOS 5D MkIV

Canon Log arrive donc sur le Canon EOS 5D MkIV, ce qui nécessite un passage en SAV pour 99 $ (aux USA) : il ne s’agit pas d’une simple mise à jour Firmware. Pour tout comprendre sur Canon Log, suivez cette vidéo en Anglais publiée par Canon USA.

Et trouvez davantage d’informations ici : usa.canon.com/canonlog5d4. Il faut savoir que le prochains Canon EOS 5D MkIV produits, intégreront Canon Log. Lire la suite…

000 - A LA UNE
21
Les Canon Dual Pixels RAW possèdent d’autres secrets

Merci à l’ami Vincent de Macway de m’avoir envoyé ce lien : Forget subtle focus tweaks, Canon’s Dual Pixel RAW tech can give you an additional stop in the highlights. Il se pourrait que le potentiel des Dual Pixel RAW soit encore sous exploité.

En gros, on a découvert que l’image formée par les seconds « sous pixels » qui composent la moitié des « RAW Dual Pixel » du Canon EOS 5D MkIV, seraient sous exposée de 1 stop (un diaph) :

« The highlights are preserved in the auxiliary subframe, and they’re clipped in the main subframe. The full 14-bit range is used for both the main and auxiliary subframes, and there are no voids in the histogram that would indicate digital manipulation to fill the range. In other words, effectively, the auxiliary subframe is underexposed by one stop, compared to the main subframe. »

D’ou le titre de cet article : Forget subtle focus tweaks, Canon’s Dual Pixel RAW tech can give you an additional stop in the highlights.  Comprendre que le plus intéressant dans les Dual Pixel RAW du Canon EOS 5D MkIV, ce ne sera pas le très léger décalage de mise au point qu’il autorise… Mais plutôt la possibilité de récupérer facilement sur-expositions (avec 1 diaph de plus de latitude) ! Voilà qui est intéressant… Vous pouvez comparer l’histogramme différent des deux ensembles de « sous pixels », contenus dans un fichier Dual Pixels RAW : Lire la suite…

RawDigger-E5D4hSLI000100DPRaw_FINE-Sel-4842-2539-173x273_frame2_highlights_histo

000 - A LA UNE
85
Prise en main Fuji X-Pro 2 : mes tops, mes flops !

Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’un test, ni même d’une véritable prise en main.. Juste quelques réflexions rapides, après avoir essayé rapidement le X-Pro 2 et son petit Fujinon XF 35 mm f/2 R WR. Certains vont adorer ce boîtier et s’émouvoir… Et moi ? Je n’ai pas détesté (va…) mais je reste un peu sur ma faim.

Vous pouvez télécharger quelques RAW et JPEG ici : Fichiers du Fuji X-Pro 2 à télécharger. Je vais commencer par vous livrer les quelques « reproches » que je fais à Fuji… Et je garde (tout) ce que j’ai aimé, pour le bas de l’article. Pourquoi commencer par les critiques ? C’est comme ça : parceque j’ai toujours préféré garder le désert pour la fin… Je conseil donc aux Fuji fans, d’allez directement en bas de l’article (et de s’épargner tout le début ;-)

IMG_4035_blog_1078px

Et je vais commencer par ce qui m’énerve vraiment beaucoup ! Je propose que se « fassent Harakiri » en pleine foule (dans un yodobashi camera à Tokyo) les stupides coupables (probablement du service marketing) qui ont réussi à imposer cette idée ridicule : d’un sélecteur d’ISO « rétro design »… Qui se trouve être totalement « insupportable et fastidieux » à manipuler (et peut-être fragile aussi).

Je suppose qu’il avait contre lui tous les photographes « raisonnables » de chez Fuji : qui « utilisent » les appareils au lieu de les vendre : les photographes, les testeurs, les ergonomes, les techniciens… Et même le fantôme de Steve Jobs (relire :  Steve Jobs explique comment les compacts Nikon sont nuls).

 


Je n’ai pas aimé : le sélecteur de sensibilité

Lorsque le design est fortuit : il est nuisible (et cela vaut pour le rétro design, le meilleur exemple auquel je pense fut sans doute le Nikon Df, le pire reflex sorti par Nikon ces 15 dernières années juste derrière le Nikon D100 pour d’autres raisons)…

De quel droit Fuji peut-il m’interdire de changer l’ISO de bout de l’index et du pouce, sans quitter la scène de l’oeil dans son viseur ? Ce que je fais avec « QUASIMENT TOUS » les autres appareils, depuis nombre d’années… En plus ce « beau viseur », il coûte assez cher à l’acheteur du X-Pro 2 : alors devoir en « retirer » l’oeil, juste pour changer d’ISO : c’est une honte (屈辱 kutsujoku) !    Lire la suite…

000 - Grand large
22
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 2)

Il y a trois ans de cela, j’avais publié un test terrain du Nikon D800 réalisé au Kenya (qui a vu un nombre de lectures impressionnant)… C’est au tour du Canon EOS 5Ds R de passer le test terrain au Kenya. Aujourd’hui, la seconde partie (patience pour la suite).

Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 1)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 3)
Fiche technique : Caractéristiques du Canon EOS 5Ds R
Canon EOS 5Ds R : fichiers JPEG et RAW à télécharger

 

… et relire notre présentation initiale du Canon EOS 5Ds.

 


Partie 2 : exposition, Mode Manuel et nouveaux paramètres en ISO Auto

La question de l’exposition Automatique n’est plus un débat depuis longtemps me semble-t-il. D’ailleurs, cela fait des années que je n’utilise plus que la mesure Multizones. Elle se fait dorénavant sur 256 zones épaulée d’un capteur RVB de 150.000 pixels permettant une reconnaissance des formes (qui participe aux performances de l’AF). A quoi bon en ajouter toujours plus ? Il me semble que tout marchait déjà très bien avec l’antique mesure 35 zones…

_MG_9779_blog_0702px_larg

 

Petite remarque, certains regretteront qu’en Mode de Mesure Spot la zone de mesure reste bloquée sur le rond central. Et ne soit toujours pas liée au collimateur AF utilisé. Pas bien grave vu ma façon de travailler… Traditionnellement chez Canon l’exposition est régulière et fiable, elle est d’autant plus performante sur ce modèle, ce qui ne m’empêche pas d’apprécier une petite correction de -1/3 de diaph dès que le lumière est belle, de façon à avoir des images un peu plus denses…

Dès que j’ai des velléités créatives j’utilise le Mode M, ou je pratique de fortes correction d’expo, avec la molette arrière (verrouillable), qui est parfaite pour cela (jusqu’à -1 IL dans certains cas)… Les Corrections manuelles d’exposition sont possibles sur + ou – 5 diaph depuis l’EOS 5D MkIII, ce qui est parfait. A noter que l’utilisation dans tous les modes, de la « large » molette arrière pour la correction manuelle d’exposition, est une différence fondamentale de philosophie ergonomique entre Canon et Nikon (et une des raisons pour lesquelles je préfère l’ergonomie Canon). Remarque sans rapport avec le sujet : le fait que dorénavant on la retrouve sur le petit EOS 760D me ravi d’ailleurs.

_FVL9617_blog_0702px_larg

 

Sur l’EOS 5Ds, le Mode M autorise désormais la correction d’exposition et le braketing d’exposition, ce qui servira lorsque vous travaillez en Mode M et ISO Auto. Ce progrès reste malheureusement interdit à l’EOS 5D MkIII, mais a été ajouté à l’EOS 1Dx via une Mise à jour Firmware. Utile en vidéo par exemple, mais pas seulement… En effet, en ISO Auto, le Mode M ne peut plus être considéré comme « Manuel », puisque l’exposition est Automatique : ce qui justifie l’existence de la correction d’exposition.

Vous aurez remarqué qu’en Mode Manuel la molette arrière est occupée à régler l’Ouverture : il faudra donc utiliser l’écran Quick Menu (touche Q), pour régler la correction d’exposition (sur + ou – 3 IL). Et vous découvrirez au passage qu’il est même possible de régler un braketing d’expo (sur + ou – 5 IL) en même temps, en tournant la molette avant. 

EOS 5Ds back

 

Autre nouveauté dans les paramétrages de l’ISO Auto : vous pourrez désormais choisir une vitesse d’obturation minimum… De sorte que la vitesse d’obturation réglée automatiquement ne soit pas trop lente lorsque vous travaillez en ISO auto. Jusqu’à présent, on pouvait seulement encadrer la sensibilité ISO Maxi et Mini sur la plupart des EOS (sauf peut-être l’EOS 1Dx). Il sera désormais plus pratique en modes Programme et Priorité Ouverture, de limiter tout risque de flou de bougé lors de l’utilisation de l’ISO Auto.

L’EOS 5Ds profite enfin d’un paramétrages Auto de la vitesse minimum en ISO Auto… Avec une pondération favorisant, soit une vitesse plus lente (en paysage par exemple), soit plus rapide (en reportage, en sport)….

ISO Auto EOS 5Ds R 702

 

 


Diverses nouvelles options d’exposition…

A titre de rappel, l’obturateur prévu pour 150,000 déclenchements (comme l’EOS 5D Mk III), peut-être réglée classiquement entre 1/8000 sec et 30 secondes, avec la synchro flash au 1/200 sec.

EOS 5Ds top

 

A noter que sur l’EOS 6D et le Nikon D750, vous être limité au 1/4000 sec maximum, ce qui ne pose pas de soucis la plupart du temps… Sauf à quelques occasions ! Lorsque vous souhaitez par exemple utiliser un 85 mm f/1.4 à sa plus grande ouverture, face à un contre jour ou face à un coucher de soleil.

Il arrive de fleurter avec la surexposition, même en descendant à 50 ISO… L’utilisateur d’EOS 6D se munira d’un filtre gris neutre s’il tient vraiment à travailler à f/1.4 dans ce genre de cas. Lire la suite…

 

 

APN : Fujifilm
8
Test terrain du Fuji X10 – Partie 3

L’ergonomie du Fuji X10 est discutable… Pourquoi donc le choix d’enregistrement en RAW ou RAW+JPEG, se cache-t-il dans le Menu SET ? Très loin de la taille d’image JPEG, situé dans le Menu Prise de vue… Compliquez encore un peu les choses, avec une inutile touche RAW.