web analytics

Test Terrain de l’écran portable : ASUS ProArt PA148CTV

21
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

De plus en plus de photographes envisagent d’acquérir un unique « ordinateur portable » comme machine principale… En oubliant l’idée d’un ordinateur principal au bureau, temporairement « secondé » par un portable « de reportage »… Car ça, c’était le monde d’avant.

Vu les besoins de mobilité qui augmentent et vu la puissance gargantuesque des derniers MacBook Pro 14″ et 16″ (relire Nouveaux MacBook Pro 14″ et 16″ et MacBook Pro M1 Pro quelles configurations) : il me semble que choisir un ordinateur portable comme « machine principale » est désormais la bonne stratégie… (puissance gargantuesque est un clin d’oeil à la dernière génération pour laquelle l’école Française a tenté d’enseigner Rabelais… mais passons).

Même si personnellement je persiste avec deux ordinateurs : par habitude, par sécurité, parce que je « sais faire »… et aussi parceque nous sommes deux à la maison. J’utilise un MacBook Air M1 qui est mon ordinateur principal et qui est suffisamment puissant (relire : Une semaine sur Lightroom avec le Macbook Air M1), ainsi qu’un Mac Mini M1 de bureau connecté à deux écrans. Mon catalogue Lightroom Classic « maitre » est situé sur le MacBook Air : je suis donc obligé de mettre à jour régulièrement le catalogue de mon Mac Mini, en important celui du MacBook Air. Je continue à le faire, parce que je sais le faire rapidement, mais ce type de manipulation n’amuse plus grand mode. Et beaucoup ne sauront jamais le faire correctement…

Parallèlement à Lightroom Classic, je peux aussi grâce à Lightroom Cloud : corriger la colorimétrie de mes photos sur le grand écran calibré du Mac Mini… Simplement en consultant les Collections Synchronisées qui sont accessibles dans Lightroom Cloud sur mon ordinateur de bureau. Cela m’évite de recopier trop souvent le Catalogue Lightroom du MacBook Air vers le Mac Mini… C’est un flux de travail efficace, puisque toute modification effectuée dans Lightroom Cloud sur une image « synchronisée » est mise à jour dans le catalogue Lightroom Classic du MacBook Air.
Ce petit préambule étant posé, passons à notre sujet du jour : l’écran « portable » ASUS ProArt PA148CTV… Qui est justement une solution d’affichage légère et efficace destinée aux ordinateurs portables des photographes… Cela tombe bien, puisque de plus en plus de photographe optent pour cet solution. 
 
 

Présentation de l’écran « portable » ASUS ProArt PA148CTV

Cet écran appartient à la gamme « ProArt » du constructeur Taïwanais. Il peut servir d’écran secondaire transportable pour votre ordinateur portable, notamment avec Lightroom Classic. Car il est léger, ne nécessite pas de prise de courant (un adaptateur secteur est fourni) et se connecte instantanément grâce à un unique câble USB-C à votre ordinateur, qui peut continuer à fonctionner sur batterie éventuellement. La mise en oeuvre est donc facile et assez rapide… 

Globalement la finition est belle et semble solide. Il pèse 740 gr. ce qui comprend le pied basculant qui permet de gérer l’inclinaison précisément… La première fois on râle avant de trouver « sur quoi il faut tirer » pour déployer ce pied. Mais il suffit de pousser au bon endroit : sur l’une des deux petit onglets qui dépassent. L’encombrement est réduit : 32,3 cm en largeur. Pour 20 cm en hauteur… Et seulement 1 cm en épaisseur : transportable facilement donc. 

Lightroom Classic en double écran : colorimétrie réaliste sans calibration, plug and play instantané, du bonheur en déplacement : le premier contact est très séduisant…

 

Il couvre entièrement l’espace sRGB et une bonne partie de l’espace Adobe RGB, (ce qui suffira bien), ainsi que 100% du Rec. 709 (une norme utile en vidéo). La colorimétrie m’a semblé « utilisable » dès la sortie du carton, avec d’ailleurs un certificat de calibration d’usine individualisé (une bonne habitude de la gamme Pro Art). Les couleurs ne sont pas trop saturées : on n’a pas l’impression d’avoir affaire à un écran de PC « bas de gamme », mais à un bel écran conçu pour les Arts Graphiques…

J’ai eu une première impression « à l’oeil » d’une bonne uniformité des gris sur toute la largeur de la dalle. Une impression probablement facilité par la petite taille de l’écran qui fait que l’axe du regarde reste « perpendiculaire » à la surface de la dalle même dans les coins, (ce qui est moins le cas avec des écrans de grandes taille, sauf à se beaucoup reculer)… Par contre la mesure d’uniformité avec la sonde Eye1 Display pro a été moins enthousiasmante : avec des résultats juste correctes… Bien que je ne considère pas que ce soit un « énorme problème ».

 

La dalle est mate, les reflets sont assez limités, sans être totalement absents bien entendu. Cet écran fait belle impression dès la première connexion… Je l’ai calibré assez facilement avec ma sonde Eye1Display Pro, même si cela n’est pas « obligatoire » pour une utilisation en tant qu’écran secondaire portable… Attention, si vous ne maitrisez pas l’Art du Calibrage d’écran (et parfois ça peut être un peu compliqué) : il vaut mieux s’abstenir que de réaliser une mauvaise calibration.

 

 

Utiliser un écran portable avec Lightroom :

La fonction « double écran » de Lightroom connait une seconde jeunesse depuis les Mac à Processeurs M1, y compris la première génération des MacBook Air M1 et Mac mini M1 car la gestion de la puce graphique intégrée est incroyablement efficace (grâce à la mémoire unifié)… Lightroom Classic en double écran est devenu un bonheur et personnellement je ne peux plus m’en passer. Voici un aperçu de Lightroom sur le MacBook Air et le ASUS ProArt PA148CTV :

   

 

Pensez au raccourci « Majuscule g » pour balancer votre grille sur l’écran secondaire. Puis « g » pour intervertir la position de la vue Grille et de la vue Loupe entre les deux écrans. Remarque : il me semble qu’il existe un bug dans la version Lightroom Classic 11 sur Mac. Car ces raccourcis ne semblent plus fonctionner très correctement (plus comme avant en tous cas, mais je dois creuser un peu ça…). Donc, il faudra peut-être passer par le Menu (Fenêtre > Affichage Secondaire > Afficher). Ou utiliser cet autre raccourci : « Commande F11 » (rappelez-vous que pour accéder à la touche F11, il faut appuyer sur fn)...
La position verticale de l’écran est possible grâce au pied dont un côté est biseauté. C’est malheureusement le cas d’un côté seulement et aucun réglage d’inclinaison n’est possible (sauf à bricoler un peu). L’emplacement des connections sur la tranche rendent l’ensemble écran + câble assez disgracieux et encombrant en orientation verticale, dommage que les connexions ne soient pas à l’arrière… A moins de dénicher un câble USB-C « coudé » génial comme celui-ci
Sinon, il est encore possible de visser l’écran sur un trépied photo (un mini trépied de bureau par exemple), puisque un pas de visse est prévu pour cela… D’ailleurs, ce pas de visse sera utile en studio pour un « retour vidéo ».
 
 

Fonction « retour vidéo » en studio :

Cet écran « portable » ASUS ProArt PA148CTV peut aussi servir de « retour vidéo » d’appareil photo, pour les photographes qui shootent en studio à haute dose : typiquement du packshot, ou des trombinoscopes… Ou encore pour ceux qui permettent à leurs clients d’assister à leurs prises de vue… Sans oublier les vidéastes bien entendu, qui enregistrent par exemple des interview vidéo. Connectez-le simplement en HDMI à votre appareil photo : un adaptateur Micro HDMI (non fourni) sera éventuellement nécessaire. Comme ce petit film promotionnel le montre : 

 

 

 

 
 

Les caractéristiques techniques : résolution, ratio, etc…

Il s’agit d’un écran 14.8″, donc quasiment 15″ (au ratio 16/9), qui est légèrement plus grand que celui de mon MacBook Air 13″ M1 (au ratio 16/10), même si cette différence « physique » est finalement peu perceptible… Il affiche jusqu’au Full HD : soit 1920 x 1080 pixels réels, mais il n’est pas de type Retina contrairement à celui de mon Macbook AIr.

L’écran de mon MacBook Air 13″ M1 affiche quand à lui : 1680 x 1050 « pixels Retina »… Donc en fait :  nativement 2880 x 1800 « pixels réels » puisqu’il faut 4 pixels réels pour afficher un « pixel Retina ». C’est ce qui donne la sensation de netteté sur l’écran du Mac, quelle que soit la résolution « intermédiaire » utilisée.

Pour que l’écran Assus semble aussi net sur votre Mac : il faut absolument rester en résolution « native » de 1680 x 1050 pixels. Attention, cela donne des « interfaces » (boutons et textes) assez minuscules sur un écran 14,8 pouce : il faudra peut-être des lunettes à certains âgés de plus de 50 ans… C’est bien dans Lightroom Classic, mais parfois un peu moins agréable avec d’autres applications.

On préférera évidement utiliser cet Assus comme « écran étendu » en le plaçant à droite ou à gauche du Mac. Ou même au dessus… Et éventuellement verticalement sur le côté, afin que votre écran principal (celui du portable donc) reste « bien en face » de votre clavier. 

La différence de ratio (16/9 contre 16/10) pourrait être un peu gênante, si vous décidiez de l’utiliser en « Mode Recopie vidéo », ne faites pas cela ! Car c’est une idée assez idiote… Dans ce cas (si vous insistez), vous auriez droit à deux bandes noires de chaque côté… Et comme vous êtes certainement aussi têtu que moi, vous allez ensuite essayer en définissant l’Assus comme écran principal : dans ce cas c’est sur l’écran du Mac (en Mode recopie toujours) que vous obtenez des bandes noirs (en haut et en bas cette fois). Donc, oubliez ce Mode « recopie » et n’utilisez cet écran qu’en Mode « étendu ». Puisqu’il a été conçu pour ça…

 

L’écran dispose d’un port Micro HDMI pour y brancher divers périphériques et de deux ports USB Type-C, dont un peut être (en théorie) relié au secteur pour l’alimentation lorsque l’on travaille longtemps. Dans cette configuration, l’autre câble USB-C est sensé transmettre le signal vidéo et alimenter le Mac en même temps. L’écran peut donc théoriquement se comporter comme un « hub fixe », prêt à accueillir un « laptop nomade » via une seule connexion.

Mais chez moi, cela ne semble pas fonctionner : j’ai testé avec deux câbles différents. J’ai ensuite testé avec l’adaptateur secteur Apple sans succès, puis avec l’adaptateur secteur de l’écran et son câble. Mais rien à faire : l’alimentation ne semble pas arriver jusqu’au Mac qui indique fonctionner sur la batterie… Cela doit certainement être possible, mais j’ai du rater quelque chose. Je peux seulement supposer que l’écran étant alimenté par ailleurs : il ne « tire » plus sur la batterie du Mac (qu’il vaudra mieux brancher tout de même si le travail doit durer un peu).

Au chapitre des regrets également : la molette de navigation dans les réglages ne m’a pas semblé si intuitive que cela. On fini par s’y faire, mais je ne considère pas qu’elle est forcément un point fort…

L’écran offre une interface tactile que je n’ai pas testé, Mac OS X n’offrant pas de support du tactile. L’idée de toucher l’écran de mon Mac me déplait de toutes façons. Mais dites-vous que cela sera un atout lors de la revente sur le marché d’occasion des PC. Passons rapidement en revue le contenu de la boite : 

 
  • Le Manuel utilisateur
  • Le rapport de calibration d’usine
  • L’adaptateur secteur
  • La pochette de transport
  • Le câble HDMI vers Micro HDMI
  • Le câble USB-C vers USB-C
  • Le câble USB-A vers USB-C
  • L’adaptateur USB-A vers USB-C

 

 
Il ne s’agit pas d’un écran HDR, ni d’un écran adapté au jeux vidéo et son taux de rafraîchissement est de 60Hz. Ce que remarqueront peut-être (ou peut-être pas), les utilisateurs des nouveaux MacBook Pro 14 » : qui profitent pour la première fois sur Mac d’un affichage « adaptatif » montant à 120 Hz dans certains cas.
Ci-dessous à gauche : la petite pochette fournie avec l’écran qui est pratique pour le transporter sans le rayer… A droite : les entrées USB-C et Mini HDMI. Et le pied réglable en métal qui permet d’ajuster l’angle (uniquement en position horizontale).

 

 

 

Fonction « panneau de contrôle » tactile pour Lightroom Classic et Photoshop
On remarque enfin un système de raccourcis tactiles configurables qui transforment l’écran en « palette tactile » pour Photoshop, pour Lightroom Classic et d’autres logiciels. C’est malheureusement limité aux PC…
Je n’ai donc pas testé cela non plus et j’avoue ne pas trop y croire (mais c’est un pigent de vue personnel)… Toutefois pourquoi pas : on peut imaginer que cela fonctionne après tout : peut-être après avoir passé un peu de temps à le configurer et à s’y habituer ? Pour ma part je reste partisan d’apprendre « à l’ancienne » ses raccourcis clavier ! Car je crois que ce sera bien plus profitable, à long terme… Si un de nos lecteurs à testé cet aspect des choses, je compléterai l’article avec son témoignage.

 

 

 


En conclusion : une belle découverte !

Je me suis régalé avec ce petit écran portable. Que j’ai même amené dans certains lieux improbable (au café) : juste pour voir si il « tenait » sur un coin de table… Et si l’on pouvait réellement travailler dessus avec la batterie du Mac : et bien oui, cela fonctionne parfaitement… Et personne ne m’a fait de remarques déplaisantes ! Toutefois on peut regretter quelques « approximations ergonomiques » : par exemple déployer son pied devrait être plus instinctif. Et cette roue »codeuse » pour les réglages n’est pas si géniale…

Son prix de 429 € ne me semble pas forcément « inaccessible » pour un photographe professionnel. Même si l’on peut acquérir pour pas beaucoup plus cher : un bel écran de bureau. Par exemple ce 32 pouces : le ASUS ProArt PA329CV un 32″ en 4K, qui ne coute que 799 € et que je fais aussi tester bientôt.

Les très bons écrans dans la gamme des 700€ à 800 € ne manquent pas… Mais admettons que ce n’est pas du tout la même chose : car ces écrans doivent nécessairement être branchés sur le secteur. Ils ne se prêtent pas à la mobilité, donc le prix de cet « écran original » ne me choque pas. Mais tout est relatif…

Si cet écran vous intéresse, passez par notre lien : ASUS ProArt PA148CTV – Ecran portable tactile 14″ Full HD – IPS 1920×1080 – 300cd/m² : 429 €.

 

 

 

Tout bon !

Moins Bien…

 

 

 

 

  • Légèreté et portabilité
  • Mise en oeuvre rapide
  • Bonne colorimétrie sortie d’usine

 

  • Dalle suffisamment mate
  • Possibilité de l’utiliser sur la batterie du Mac
  • Alimentation secteur par USB-C
  • Connectique USB-C et HDMI

 

 

  • Prix relativement à un écran fixe
  • Quelques imperfections ergonomiques
  • Position des câbles sur la tranche, discutable

 

  • Seule la résolution native est « nette » sur Mac
 

 

 

Un coup de coeur pour l'écran : ASUS ProArt PA148CTV
  • Construction et finition - 80%
    80
  • Colorimétrie - 85%
    85
  • Esthétique - 82%
    82
  • Ergonomie - 80%
    80
  • Fonctionnalités - 91%
    91
  • Pertinence du prix - 87%
    87

Un écran très malin...

Le concept d'écran portable pour ordinateur portable "principal" est encore peu répandu chez les photographes. Pourtant il me semble intéressant grâce à cet ASUS ProArt PA148CTV à 429 € bien conçu, à la colorimétrie "sortie d'usine" très correcte... Et dont la dalle "relativement matte" est adaptée à la photo.

La construction est belle, la pochette de transport est fournie et un filetage est disponible pour un montage sur trépied... Le poids est raisonnable et le prix de 429 € assez accessible... (quoiqu'il puisse paraitre élevé si on le compare avec l'offre actuelle d'écrans fixes de grandes tailles. Mais ceci est une autre histoire).

Depuis le confinement le développement de la "visio par Zoom" qui nécessite un second écran (si vous êtes nombreux et si vous "partagez votre écran" pour afficher des slides)... est un bon prétexte pour s'équiper d'un écran supplémentaire. Qui sera également utile pour changer de pièce, quand votre conjoint attaque son cours de Chinois en visio ! Sans oublier ceux qui ont la chance de partir "travailler à la campagne", dès le milieu de semaine...

Dans ce cadre là, le principal concurrent de cet ASUS ProArt PA148CTV est peut-être l'iPad 12"... Car il peut servir lui aussi de second écran (sans fil c'est l'avantage) grâce à la fonction Sidecar désormais intégrée dans Mac OS. Mais il n'est pas au même prix... Tout dépend si vous avez besoin d'un iPad par ailleurs, ou non...

Je suis un peu plus dubitatif à propos des fonctions tactiles et de "palette tactile" pour piloter Photoshop ou Lightroom Classic, qui sont réservées au PC... Mais pourquoi pas ? Je n'ai pas pris le temps de les tester...

Au final ce petit écran complémentaire est une très belle découverte qui ouvre des perspectives intéressantes... Certaines que l'on imaginait pas avant de l'avoir en main : notamment dans le cadre d'un studio photo.

.

84.2 %

 

L’écran « portable » ASUS ProArt PA148CTV : surpris en pleine session canapé !

 

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

21 commentaires

  1. ça a l’air cool ce truc !

    Je crois que je vais me laisser tenter…
    Pa s exactement donné, mais je n’ai vraiment pas beaucoup de place sur le bureau, du coup c’est parfait !

  2. Oui c’est en effet une alternative interessante. Cependant, Sidecar sur un iPad 12,9 fait bien le boulot aussi. Et sans fil, et en tactile et avec la qualité d’écran qu’on connait. Et on a un iPad en prime ! On perd 2 pouces, oui… Tu me retorqueras que le prix n’est pas le même. Soit, pour du neuf, mais on trouve pléthore d’iPad pro 12,9 d’anciennes générations en très bon état pour environ 650 euros. Pas mal non plus non ? Quitte a mettre 450 euros dans un écran à l’usage limité…

    • Oui, tout dépend si l’on a besoin d’un iPad par ailleurs… Un iPad 12″ recondistionné d’une ancienne génération coute encore au minimum 500 à 600 €

      Attention, précisons qu’en Mode SideCar, l’écran de l’iPad n’est pas tactile : il faut utiliser la souris (du Mac)

      Il lui faut aussi un pied (ou un système bricolé). Et il n’y a pas de pas de visse non plus… L’iPad ne servira donc pas exactement de retour vidéo comme l’écran Assus en studio.

      Bon, ça fonctionne aussi Side-car, mais c’est différent…

      • C’est vrai, encore une fois c’est une question de choix. Pour 150 Euros de plus je trouve que cela reste plus versatile.
        Par contre si tu as un Apple Pencil tu as une tablette « Wacom Cintiq » du pauvre et ça c’est vraiment pas mal ;)
        Pour le pied, sur des générations d’iPad d’un an ou deux, tu trouves des pochettes variées a vil prix (et qui sont pas mal faut être honnête) et qui font pied (bon pas réglable j’en conviens)

  3. J’avais regardé cette solution dans le passe. Mais perso j’avais trouvé ce type d’ecran finalement trop lourd à trimballé. Au final je prefere un vrai ecran en plus à la maison et pas de 2eme écran en voyage.

    Sinon moi aussi je retournerais bien en Inde du Nord. Pas pour demain malheureusement encre.
    Tu utilisais le 24-70 f4 EF qui effectivement n’étais pas le plus de vendu des optiques. As tu essayé cette optique sur le R5 et est elle encore dans « le coups » avec les 45 Mpix?

    • Franchement, celui-ci ne me semble pas très lourd… Peut-être ce type d’écran était-il plus lourd à l’époque ou tu avais regardé ?

      Oui, j’ai toujours mon EF 24-70 mm f/4 : il tient toujours bien la route… Mais je l’utilise assez rarement avec la bague.

      Car, soit j’ai le RF 24-105 mm f/4 qui fait exactement le même encombrant le même poids… et qui est aussi bon (voir meilleur)

      Soit j’ai le RF 24-105 mm f/4-7.1 (que j’ai acheté) et qui est plus léger et bien suffisant la plupart du temps… En voyage il est très appréciable car minuscule !

      https://photoetmac.com/2021/08/canon-rf-24-105-mm-stm/

      Ah oui : on retournerait bien au Rajasthan cet hiver…

      • Alors, du coup j’ai eu le Z24-70 quelques temps et ça m’a confirmé mon impression: mauvais compromis et trop frustrant en ballade à cause du range. le 24-70 f/2,8 pour le boulot, oui et 24-120 f/4 pour le voyage. J’ai actuellement en vacances le Z24-200 qui est très bon en IQ, mais l’ouverture glissante f/4-6,3, ce n’est pas possible dès que la lumière baisse un peu (et du coup quand elle est bonne) et l’équivalent Canon fait encore pire : 24-105 f/4-7,1. Heureusement Nikon vient d’annoncer le Z 24-120 f/4 qui remplacera mon valeureux AFS 24-120 f/4 qui m’a accompagné autours du monde pendant toutes ces années. C’est pour moi l’optique idéale de voyage (secondée par un 14-30 ou 16-35)

        • Tu sais les images parlent d’elles même : jamais je n’ai été gêné par l’ouverture du RF 24-105 mm f/4-7.1… Il est tellement léger : je n’aurais pas réalisé certaines images, si je n’avais pas disposé de matériel léger (EOS R + 24-105 mm + RF 35 mm f/1.8)

          https://photoetmac.com/2021/08/canon-rf-24-105-mm-stm/

          Eventuellement je ne dirais pas non à un RF 24-120 mm f/4 (à condition qu’il reste compact). Je ne sais si Canon prévoit un tel range focal ? Pourquoi pas…

          Mais Nikon doit vraiment se bouger les fesses ! Car ils sont à la traine…

          • Tu sais, rien ne me manque chez Nikon, je bosse toujours au reflex d’ailleurs. L’hybride, c’est en complément ou pour les voyages. J’attends seulement un Z très compact apsc en spare. Et puis avec l’annonce du Z9 qui induit une sortie prochaine d’un Z8 et l’arrivée du Z 24-120 f/4, aucune envie de switcher. Le switch se fait quand on passe pro ou qu’on décide de monter en gamme (apsc vers FF par ex) ; si non, c’est juste du suicide budgétaire qui n’améliorera en rien la qualité des images : mieux vaut faire un bon stage avec un pro ou s’acheter une « belle » optique. Et puis, je préfère avoir à disposition un parc de matériel complet et adapté à mes besoins. Quand on switche, en général, on se « déséquipe »

  4. Merci pour ce test : il est très intéressant cet écran…

    Je l’installerai bien en retour vidéo tourné vers le modèle : pour lui montrer les images en cours de shoot… Plus pratique que de lui montrer l’écran !

    Et aussi : distances COVID un peu mieux préservées…

    Et ensuite : hop dans le sac photo puis utilisation double écran mobile. Mieux qu’un iPad je pense…

  5. Mon iPad préféré c’est le Mini, je déteste les gros iPad : encombrant et inutiles…

    Du coup coup, l’idée d’un écran secondaire pour mon portable : c’est génial ! D’autant que dans mon métier, je dois souvent montrer des Power Point à mes clients, donc tourner cet écran vers eux ce doit etre idéal…

    Je ne sais pas pourquoi je n’y avais jamais pensé…

    • oui, ça se comprend !

      Parfois l’iPad 12″ me gave : trop grand à trimbaler en voyage… J’ai eu 2 iPad mini : le tout premier et la version 3 : le nouveau à l’air très sympa d’ailleurs, avec un ratio d’écran inédit pour un iPad : idéal pour les films !

  6. C’est effectivement difficile de savoir quelle optique  » fonctionne  » ou pas maintenant que Dxo mark ne montre plus au grand publique les mesures effectuées pour les modules du logicielle Dxo. Cela date de l’époque où c’est devenue 2 sociétés indépendantes.

    Et par exemple le Rf 24-105 il est concrètement impossible de le comparer aux autres optiques avec des mesures relatives.

    Les autres sites d’essais n’ont pas ce niveau d’analyse et se bornes à 3 mesures automatisees

    Au niveau des pays dépaysants pour un photographe, seul le Sri Lanka est à ce jour ouvert.

      • Construit Pour Durer le

        C’est un pays magnifique, je vous le conseil ! Une semaine n’est pas suffisant pour faire tout le tour.

      • @JF si tu n’es pas déçu d’avoir des objectifs RF qui vignettent comme des malades et avec des deformation de 4% , c’est qu’effectivement tout vous va.

        Ce n’est pas ma conception d’une bonne optique. Et j’avoue que plus cela va plus ce sont les optiques RF avec leurs defaults qui pourraient plus tard me faire changer de marques. A ce jour sauf le RF50 aucun RF n’apporte pas plus de default que son ancien EF équivalant. Je parle de tout sauf le pouvoir de resolution.

        Canon triche sur les Tstop, les angles de champs reels, les déformations. 3 points essentiels pour moi. 3 points qui font que je n’ai encore que des EF qui heureusement fonctionnent très bien avec les bague d’adaptation.

        • Non, non… Je ne suis pas déçu et suis très content des images que je fais avec ;-)

          http://www.vibertphoto.com : les images parlent d’elles-même…

          La correction du vignettage etr de la distorsion : elle se fait dans le logiciel…

          Ce qui permet d’obtenir des objectifs plus légers et plus piqués : je préfère largement…

          Canon a inauguré ce principe il y a déjà plusieurs années (notamment sur les compacts, tout comme Sony l’avait fait sur les RX100 aussi) : c’est la loi de l’avenir… Les autres constructeurs y viendront aussi !

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎