Author Jean-François vibertphoto.com

Jean-François Vibert débute sa carrière de journaliste et photographe en 1991 parallèlement à des études d’Art Plastique à l'Ecole Normale Supérieure. Il a notamment parcouru l’Asie au cours de reportages commandés par de nombreux médias. La Birmanie, l’Indonésie, le Ladakh, ou le Japon, comptent parmi ses destinations favorites… Au cœur de ses nombreux centres d’intérêts photographiques : des paysages et de nombreux portraits « solaires », toujours sur le vif et en lumière naturelle. Mais aussi des couleurs naturelles et vibrantes qui s’expriment à travers des compositions très picturales... Depuis 2012, il propose des « ballades photographiques » à Paris et des « voyages photo » en Asie : destinés aux photographes débutants ou experts, ces « workshop » en très petits groupes permettent de découvrir cultures et populations locales en s’éloignant des sentiers battus : destinationphoto.com Lorsqu’il n’est pas en voyage, il partage son temps entre son blog (photoetmac.com) et des stages de formation à « Lightroom » qu'il dispense pour le compte de photographes, d’entreprises ou d’écoles de photo… Il est considéré comme un des meilleurs experts Français des logiciels de traitement RAW et de gestion de photothèque. Découvrez ses photos sur : www.vibertphoto.com

APN : Canon
17
Fuites : le Canon RF 85mm f/2 IS STM Macro dévoilé !

Pour ne pas vous gâcher la surprise, je ne vais pas relayer systématiquement les diverses fuites qui se succèderont (mais on peu en discuter ici) d’ici à vendredi… Date de l’annonce officielle des Canon EOS R5 et R6 que l’on pourra suivre ici.

Si l’on en parle pas, vous allez en discuterez ailleurs… alors parlons en ici tout de suite si vous préférez. Toutefois, je ne résiste pas à vous parler un peu de ce petit Canon RF 85mm f/2 IS STM Macro, dont on sait presque tout déjà grâce à  Nokishita ! Et qui va être une merveille de 85 mm comme on les adore ! La fiche technique est déjà connue avec sa photo :

– 12 éléments en 11 groupes

– Un élément UD

– Distance de mise au point minimum : 35 cm

– Grossissement maximum : 0.5x

– Stabilisation : 5 stops

– Diamètre du filtre 67 mm

– Taille 78 mm x 90.5 mm

– Poids 500g.      Lire la suite…

000 - A LA UNE
42
Les Canon EOS R5 et R6 annoncés le 9 juillet
000 - A LA UNE
39
Aimez-vous le Leica Q2 ? Le commentaire du jour…

Philippe, un de nos lecteurs a fait l’acquisition d’un Leica Q2… Un bon appareil, je trouve mais dépourvu d’écran orientable…

Ce qui est fort dommage, car l’écran orientable est le progrès le plus extraordinaire et indispensable en photo de rue, que l’on ait inventée lors des 20 dernières années… Dommage !  Malgré ce manque, le Leica Q2 est pourtant le seul Leica qui trouve (un peu) grâce à mes yeux. Toutefois, Philippe se demande si il a bien fait de l’acheter ! Aidez-le… Voici son commentaire posté ce jour ici :

« Justement, j’ai fait l’acquisition d’un Leica Q2, bon, c’est du costaud, du massif et ça peut même servir d’arme par destination ! Mais à part ça ?

Pas même une prise pour télécommande, il faut passer via un smartphone et même là, impossible d’aller au delà des 60 ou 120 secondes car pas de mode Bulb, bon, passons.

Stabilisation optique nulle de chez nulle, mon téléphone fait bien mieux ! Bouchon d’objectif qui s’est fait la malle au bout de 15 jours, Mr Leica facture ce truc 150€, ben voyons… Et le fin du fin est le pare-soleil, alors là, chapeau bas messieurs les ingénieurs de chez Leica !

Celui ci se vissé sur l’extérieur de l’objectif, belle prouesse s’il en est car le pas de vis peut être détruit au moindre choc, donc ils sont très ingénieux, pour ne pas bousiller le dit pas de vis, il faut visser dessus un cercle, ils se moquent de qui ?

Alors, le Q2, fait il de belles photos ? Bien sur que non, l’appareil a faire de belles photos n’a pas encore été inventé et c’est tant mieux ! Lire la suite…

000 - A LA UNE
0
Qu’ai-je appris en 25 ans de photo professionnelle ?

Si vous ne deviez relire qu’un seul de mes articles précédents, ce serait peut-être celui-ci : Qu’ai-je appris en 25 ans de photo professionnelle – partie 1. La Partie 2 est ici… Vraiment je vous les recommande… Vos commentaires, compléments et questions sont bienvenus en commentaires !

 

A relire, une sélection de nos meilleurs articles :

 

APN : Leica
0
Venus Optics annonce le Laowa 9 mm f/5,6 FF RL

Venus Optics annonce aujourd’hui le Laowa 9 mm f/5,6 FF RL : un ultra grand angle Full Frame orthoscopique (rectiligne)… Qui est le plus large du marché avec un angle de champ de 135°, c’est énorme…

Conçu pour les boîtiers hybride, cet objectif compact ne pèse que 350 g pour une longueur de 66 mm. Vu la taille et le poids, on aimera le glisser dans le sac…

– Ultra Grand-Angle : Le premier 9mm rectiligne pour boîtiers plein format

– Compact & Léger : 350g seulement

– Angle de Champ XXL : La première optique plein format à offrir un angle de champ de 135°

– Des lentilles asphériques et en verre à dispersion faible assurent une excellente qualité d’image

– Distance de mise au point : dès 12cm du capteur

– Compatible avec la visée télémétrique (Monture Leica M)

Montures disponibles : Leica M, Monture L, Nikon Z et Sony E. Pour son lancement Venus Optics fournira avec le 9mm un nouveau porte-filtre magnétique compatible avec des filtres de 100mm de large (non fournis). Quelques exemples d’images réalisée à Hong Kong… Lire la suite !

VU SUR LE NET !
4
Le funeste démembrement » qui attend Olympus chez JIP

Terrifiant description du sors funeste qui attend Olympus, qui sera probablement démembré et vendu par morceaux par JIP, une compagnie dont l’unique vocation est de désintégrer en douceur les structures qui perdent trop d’argent… Suite de notre précédant article :  Désastre : Olympus vendra sa division photo.

C’est une prédiction bien différente de ce que laisse à penser le communiqué Officiel d’Olympus. J’ai trouvé ce témoignage glaçant chez Photo Rumors : probablement une bien triste fin pour la division photo de Olympus. Extrait (la suite ici) :

« JIP is worth DUS150 million. YOY Olympus Imaging (it’s camera wing) is losing US$156 million. JIP specializes in taking underperforming assets and parsing the out.

They are not a turnaround company. In Japan, it is extremely expensive to downsize employees and pensions and salaries. So companies like JIP exist to take assets and sell them apart from those obligations. Lire la suite.

VU SUR LE NET !
65
Désastre : Olympus vendra sa division photo

Cela fait quelques années déjà que je doutais (très fort) de l’avenir du standard Micro 4/3… Cela pourrait ne pas s’arranger, puisque l’on apprend aujourd’hui que Olympus a décidé de vendre son activité Photo à JIP.

Bien malin qui pourra dire ce qu’il adviendra de la marque Olympus Photo dans les années à venir… Rien n’indique toutefois qu’elle va disparaitre totalement, puisque elle est vendue à Japan Industrial Partners (JIP), un investisseur qui avait acheté les PC portables Sony VAIO en 2014. Relire notre petite histoire des appareils photo Olympus…

Mais tout de même : c’est une très mauvaise nouvelle pour l’avenir de ce format Micro 4/3, qui perd une de ses deux jambes (la première étant Panasonic qui s’est lancé par ailleurs dans le Full Frame, ce que Olympus n’avait probablement plus les moyens d’entreprendre)…

 

On attendait ce type de nouvelle… Et l’épisode récent du Covid-19 aura certainement accéléré le calendrier, au même titre qu’il a provoqué nombre de disparitions dans l’industrie (comme le retrait des Airbus A380 et des Boeing 747 de la plupart des flottes des compagnies aériennes, etc…) Tout produit qui n’est pas « performant » dans son domaine est désormais en danger… La « baseline » de Olympus, en parait d’autant plus anachronique après cette annonce. Quel gâchis, il y avait pourtant des choses « à faire » dans le genre « petits boîtiers compacts », il me semble… Votre avis : le Micro 4/3 est-il vraiment mort cette fois ?

000 - A LA UNE
4
Panasonic Lumix G100 : le digne descendant du petit GM1 ?

Panasonic présente en ce 24 juin, le Panasonic G100 : un petit appareil Micro 4/3 très compact, à objectifs interchangeables (M43) et à la bouille vraiment sympathique, puisque son design rappel les Canon G5X (premier du genre) et Canon G1X MkIII

Cela fait plaisir de voir Panasonic revenir à ce design « classique » avec le viseur bien au centre, qui me semble le plus apprécié… Et cela fait plaisir aussi de voir que le Micro 4/3 bouge encore et ne s’égare pas trop vers des appareils de plus en plus plus « lourds » et de plus en plus performant (le Micro 4/3 ne rivalisera jamais avec le Full Frame et ce n’est pas le but), mais revient à la compacité… Lire la suite.

000 - A LA UNE
12
LaCie 1big Dock et LaCie 1big Dock SSD Pro

LaCie (la filiale du fabricant de disques Seagate), a présenté aujourd’hui deux nouvelles solutions de stockage intéressantes, destinées aux professionnels de la vidéo et de la photo.

D’une part : le LaCie 1big Dock SSD Pro, en Thunderbolt III qui intègre un SSD à base de FireCuda® NVMe SSD. Il est plutôt destiné au montage de vidéos 6K, 8K, grâce à une vitesse de lecture exceptionnelle pouvant atteindre 2 800 Mo/s.

 

Idéal sur un Mac Pro par exemple : avec deux ports Thunderbolt 3 compatibles USB-C. Sa station d’accueil intègre un port USB 3.0, des logements pour cartes mémoire adaptés au besoin du cinéma (CFast 2.0, CFexpress et SD). Et une connexion DisplayPort 1.4 en sortie.


D’autre part le LaCie 1big Dock, que je trouve spécialement intéressant pour les photographes, car il peut accueillir des disques « nus » de 3,5 pouces, qui sont extrêmement économique à l’achat (comparé aux petits formats de 2,5 pouces). Je n’en ai pas lu une CONFIRMATION, dans le communiqué de presse, mais il me semble évident que l’on peut changer facilement le disque interne (comme cette photo avec le tiroir ouvert le suggère). Lire la suite…

000 - A LA UNE
30
Apple Silicon : Adobe travail à porter Lightroom + Photoshop

Vous en avez entendu parlé aujourd’hui, Apple mènera dans les deux années à venir une lente transition vers des Mac à processeurs « Apple Silicon » (de type ARM) qui sont les nouveaux « processeurs maison » d’Apple : Apple announces Mac transition to Apple silicon.

On s’en doutait depuis plusieurs années, mais ce soir : c’est officiel (lien vers la Keynote), Apple a officialisé ses plans en matière de changement de processeur, parallèlement à l’annonce de son prochain système d’exploitation au look redessiné. Voir un aperçu de « macOS Big Sur » en Anglais (« Big Sur » est le surnom de macOS 11.0, c’est clair, c’est sur ?)… Et par ici, la liste des nouveautés, qui au passage : oublie de nous parler d’éventuelles améliorations de l’application « Mail », qui est selon moi une sorte de scandale. Cette application indispensable… reste « en dessous de tout » sur Mac (mais passons, ce n’est pas le sujet du jour).

Je ne sais pas encore si l’abandon des processeurs Intel, est une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Nos Mac ne seront plus des PC comme les autres et cela changera quelque peu la donne pour les bidouilleurs : notamment les adeptes de Hackintosh…

D’ici à 2022 ou 2023 : il n’existera plus de nouveaux mac à processeurs Intel…  Autre sujet d’inquiétude : les derniers Mac à processeur Intel (vendus en ce moment et encore durant 1 ou 2 ans) resteront-ils aussi longtemps capables de faire tourner les futures versions des systèmes d’exploitation d’Apple (qui abandonne désormais la dénomination Mac OSX, pour passer à macOS 11) ? S’agira-il d’une génération de Mac… à obsolescence programmée ?

Du côté des applications, rassurez-vous : pendant plusieurs années, toutes les anciennes applications continueront de « tourner » sur les nouveaux processeurs, grâce à une couche logiciel d’interface appelée Rosetta 2. Les anciens se souvient de Rosetta (1) qui avait permis la même transition entre les processeurs PowerPC et les processeurs Intel. Ce qui a pris plusieurs années…

Mais les anciens se souviennent aussi que les années : passent vite (lire chez MacG : Comment en 210 jours le Mac est passé du PowerPC aux processeurs Intel). On l’a vu avec le Code 32 bits de certains logiciel, devenu récemment définitivement incompatible avec Mojave (alias Mac OS X 10.15).

Rosetta 2 permettra donc (pendant quelques années) au Code développé pour processeurs Intel, de tourner directement sur les nouveaux processeurs Apple Silicon. Ce qui permettra de conserver (quelques années de plus) les anciennes applications développées pour des futur anciens « Mac Intel ».

Mais au-delà (dans les 2 ou 3 ans) : il faudra bien que les développeurs, adoptent un nouveau code : afin que leurs logiciels tournent directement sur les nouveaux processeurs Apple, sans l’aide d’un « traducteur » (il arrivera un jour ou Rosetta 2 sera démodé et ralentira forcément les applications qui l’utilisent).

C’est pour cela que Adobe a d’ors et déjà annoncé qu’ils travaillent à cette ré-écriture de Photoshop et Lightroom… pour les futurs Mac, à processeurs Apple. Lire la suite…

APN : Canon
31
Canon EOS R6 et Canon EOS R5 annoncés le 9 juillet ?

Le site de rumeurs Canon Rumors en est certain : ce sera le 9 juillet prochain que seront annoncés les Canon EOS R5 et Canon EOS R6 : à n’en pas douter les deux appareils les plus attendus de l’année 2020… Canon Rumors croit en savoir plus sur les caractéristiques de l’EOS R6… Qui d’après eux, seraient les suivantes :

– Capteur stabilisé (IBIS)

– Rafale avec obturateur mécanique : 12 im/sec

– Rafale avec obturateur électronique : 20 im/sec

– Système Autofocus identique au Canon EOS R5

– Détection AF des visages et des animaux

– Double lecteur de carte SD UHS-II

– Pas d’écran monochrome LCD

– Viseur 5M-dot identique au Canon EOS R5

– Oversampled 5K, 4K/60p, and 1080/120p video capability

– Canon Log

– 10-bit video shooting

Par ailleurs, nous aurons aussi certainement la chance de découvrir plusieurs objectifs en montures RF au même moment… Notamment ceux-ci (dont nous avions déjà parlé ici : 5 nouveaux objectifs Canon RF espérés pour 2020) :

– Canon EOS R5

– Canon EOS R6

– Canon RF 50 mm f/1.8 IS STM

– Canon RF 70-200 mm f/4L IS USM

– Canon RF 85 mm f/2 Macro IS STM

– Canon RF 100-500 mm f/4-7.1L IS USM

– Canon RF 600 mm f/11 DO IS STM

– Canon RF 800 mm f/11 DO IS STM

– Teleconverter RF 1.4x

– Teleconverter RF 2x

En prime une photo (HD) de la famille EOS R au complet. Relire : Canon EOS R5 : de nouvelles informations « incroyables » et Le Canon EOS R5 est dévoilé par Canon. Pas mal tout ça non ? Et merci à Quentin pour le décryptage de la photo :    Lire la suite…

COUPS DE COEUR
23
Lightroom Classic 9.3 : mise à jour de juin 2020

Intéressante mise à jour de l’écosystème Adobe photo : respectivement en Lightroom Classic 9.3, en Adobe Camera Raw 12.3, en Lightroom (Cloud) 5.3 pour Mac et PC, en Lightroom 5.3 pour iOS et en Lightroom 5.3 pour Android également…

Vous trouverez un résumé de toutes les nouveautés sur le Blog en Anglais d’Adobe. On retiendra surtout l’effort fait par Adobe sur l’outil de changement sélectif de couleurs (Hue en Anglais qui signifie Teinte).

A noter qu’il y a bien longtemps que Adobe ne s’est plus intéressé à l’application Lightroom pour Apple TV, mais ce n’est pas si grave (relire notre ancienne Prise en main de l’app. Lightroom Mobile pour Apple TV)… Voyons tout ça dans le détail :

De nouvelles icônes pour toutes les applications : je ne sais si cette initiative suffira à dissiper les confusions entre Lightroom Classic et Lightroom (Cloud)… Mais on peut l’espérer : puisque la lettre « c » fait son apparition derrière le LR de l’icône de Lightroom Classique. Qui est désormais reconnaissable aux trois lettres : LRc. Relire notre article « de référence » au sujet de la confusion Lr et LrC : les 20 erreurs les plus gênantes avec Lightroom.

Le nouvel outil Teintes de Lightroom Classic : le nouvel outil « Teintes » est disponible pour des ajustement localisés, ce qui permettra de changer les couleurs sur une zone de son choix, sans modifier la Balance des Blancs (qui était accessible déjà localement). Bonne nouvelle, on retrouvera ce nouvel outil Teintes dans Lightroom (Cloud) également.

Sélectionnez une couleur en utilisant l’outil Plage de couleurs dans un outil localisé (pinceau, filtre radial ou filtre gradué) et celle-ci sera modifiable grâce au nouveau « Curseur Teintes » dans les ajustements localisés… Il suffira de déplacer le curseur pour modifier cette couleur. Il est possible de cocher une option « Avancée » pour réaliser des corrections plus précises.

Ci-dessous, un premier exemple un peu idiot, mais bien compréhensible pour démontrer que l’on peut faire des choses (qu’il était difficile de réaliser auparavant).

Et comme je le montre avec l’exemple ci-dessous, on peut désormais transformer du bleu en jaune, ou en rouge, ou en vert : ce qui était absolument impossible avant, car il n’était possible que d’appliquer un « masque de couleur », ou modifier la Balance des blancs. Lire la suite…

000 - A LA UNE
68
5 nouveaux objectifs Canon RF espérés pour 2020

Le Japonais Nokishita a laissé fuité une liste d’objectifs Canon RF, susceptibles d’être présentés en 2020… Quelques un de ce objectifs ne sont pas des surprises. Mais d’autres le sont un peu plus.

Pour mémoire, je m’interrogeais il y a quelques temps à ce sujet dans cet article : 7 nouveaux objectifs Canon RF en 2020 ! Oui, mais lesquels ? Qu’il est intéressant de parcourir à nouveau, puisque j’y listais déjà les divers objectifs Canon RF actuellement disponibles.

Canon RF 50 mm f/1.8 STM : un incontournable en « entrée de gamme » on l’espère. Il sera probablement un petit cousin du fameux RF 35 mm f/1.8 STM IS. Reste à savoir si il sera stabilisé ou non… Relire : Canon RF35 mm f/1.8 Macro IS testé par DPreview.  Et bien entendu mon grand Test terrain de référence du Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM. Mais aussi : Découverte : Yasuhara Anthy 35 mm f/1.8 monture Canon RF. Ou encore : Vous tournez en rond, revenez au 35 mm f/2… ou f/1.8. A noter que actuellement, il reste toujours possible d’utiliser le EF 50 mm f/1.8 IS STM (pancake), monté sur une bague d’adaptation. Image du centre, vous conviendrez que l’ensemble reste raisonnablement compact

Canon RF 85 mm f/2 Macro IS STM : le second objectif très attendu des portraitistes amateurs (et même professionnels qui ne veulent pas trop se charger). A propos relire : Samyang AF 85 mm f/1.4 monture Canon RF.

Canon RF 70-200 mm f/4L IS USM : très attendu, les 70-200 mm f/4 qui ont toujours étés excellents chez Canon, sont des best-sellers. La grande question : sera-t-il aussi compact et innovant que son grand frère ? Relire : notre Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM… Mais aussi :     Nouveau test dithyrambique duRF 70-200 mm f/2.8 L IS. Ou encore  : Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM : le meilleur ? Sans oublier le test de :  the-digital-picture.com.

Canon RF 600 mm f/11 DO IS STM : voilà qui devrait convaincre les pro d’adopter les gammes EOS R. A n’en pas douter un objectif largement plus compact que les 600 mm équivalents que nous connaissions jusqu’alors. Si Canon nous surprend autant qu’avec son RF 70-200 mm f/2.8, cet objectif sera une révolution dans le domaine de la photo sportive et animalière.

Canon RF 800 mm f/11 DO IS STM : probablement le même que le précédent, en pire !

Canon Extender RF 1.4x : déjà annoncé et probablement destiné aux téléobjectifs ci-dessus, et aux deux RF 70-200 mm.

Canon Extender RF 2x : déjà annoncé et probablement destiné aux téléobjectifs ci-dessus, et aux deux RF 70-200 mm.

Canon RF 100-500 mm f/4.5-7.1 L IS USM  : qui a déjà été annoncé… Une solution polyvalente et relativement compact, pour qui veut viser loin.

Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM : qui a déjà été annoncé… Une solution légère et compact en entrée de gamme. pas très lumineuse c’est vrai, mais je ne crois pas que ce soit terriblement gênant. Il suffira d’acquérir un RF 85 mm f/2 en complément.

Je rajoute en bas de l’article les objectifs déjà disponibles. Que pensez-vous de tout cela ?  Voilà de quoi rêver en 2020 ? Lire la suite…

APN : Pentax
1
Ricoh GR III « Street Edition » avec viseur optique

Vous avez aimé le Ricoh GR III ? Relire notrerécent Test terrain du Ricoh GR III à Paris… Les fans de cet appareil pourront se régaler cet été :

Puisque RICOH va sortir un Ricoh GR III « Street Edition » gris métallisé qui sera limité à 3.500 pièces pour le monde entier. Des accessoires supplémentaires sont fournis avec le RICOH GR III STREET EDITION :

– 2 batteries rechargeables DB-110

– Viseur externe GV-2 (SE)

– Dragonne en cuir véritable GS-2 (SE)

– Bague jaune orangé GN-1 (YO)

Le prix de vente conseillé est de 1.199€ T.T.C et il sera disponible à partir du 17 Juillet 2020. C’est vrai qu’il est beau… Non ? Votre avis par ici !

VU SUR LE NET !
16
Composition : recherchez la simplicité – Partie 2

Les plus belles photos sont souvent les plus simples… C’est une chose qu’il est malheureusement bien plus facile d’expliquer, que de réussir !

Comment définir la « simplicité en photo » ? Pour me faire comprendre, j’ai recherché dans ma photothèque quelques exemples d’images « simples »… Qui correspondent (plus ou moins) à ce que j’aimerais réussir plus souvent. Comment « faire simple » ; sans « faire vide » ? Je n’ai pas encore totalement trouvé la solution, mais j’y travail… Voici le seconde partie de notre article ! Vos commentaires sont les bienvenus. Relire la Première partie ici : Composition : recherchez la simplicité – Partie 1

Simplifier grâce au flou d’arrière plan (et au Full Frame) : ici l’utilisation d’un capteur Full Frame à une ouverture de f/4 à permi d’obtenir un arrière plan suffisamment flou, pour détacher le sujet… Dit autrement : la même photo réalisée avec un objectif à f/4 sur un capteur APS-C ou Micro 4/3 aurait donné un arrière plan « plus net ». Produisant une image « plus complexe », ou si vous préférez : « moins simple »…

Je suis convaincu depuis de longues années, que l’utilisation d’un grand capteur participe à la « simplification » des images. Ceci est un exemple « non extrême » de ce que j’avance. Mais c’est un exemple extrêmement parlant, car très « courant » : réalisé à l’aide d’un zoom polyvalent de moyenne gamme (au tarif accessible). Relire Un grand capteur : c’est (toujours) bien mieux !

Simplifier grâce au vignettage : noyer les bords de l’image dans l’ombre, en augmentant (au post traitement) le vignettage naturel de l’objectif : cela permet de simplifier les choses. Une image réalisée en 2005 au Ladakh au monastère isolé de Lingshed, avec un assez ancien EF 16-35 mm f/2.8 au vignettage très prononcé à sa plus grande ouverture. Les détails de l’arrière plan sont masqués et noyés dans l’ombre… Seuls les éléments intéressants restent lisibles.

Simplifier en vous limitant à un seul sujet dans l’image : cette image est simple, car j’ai attendu que ce petit moine se retrouve seul devant ce mur (à ce moment des tas d’autres enfants jouaient au foot et passaient ici). L’image semble d’autant plus simple, qu’elle ne comporte quasiment que deux couleurs : le bleu et l’ocre (avec quelques nuances voisines). Les quelques éléments parasites ne gênent pas, car il sont légèrement flous (grâce au capteur Full Frame), donc assimilés à un « plan » différent. Photo réalisée dans un monastère à Mandalay, ville du Nord de la Birmanie.

Simplifier grâce à la frontalité : exemple déjà évoqué dans la première partie de cet article, la composition d’images « plates » est un moyen de trouver des idées : par exemple en milieu de journée lorsque la lumière est « très dure ». Il faut se placer bien « en face » du sujet… L’appareil ne visant « ni vers les haut, ni vers le bas » : afin de ne pas créer de fuyantes verticales, ou latérales… Et bien entendu : il faut éviter d’inclure des éléments parasites dans l’image. Exemple ici dans un temple en Birmanie : la « frontalité » de l’image, ne servirait à rien en l’absence de ce visage, révélé derrière les grilles.

Simplifier grâce au noir et blanc : cette image était déjà pas mal en couleurs… Mais la passer en noir et blanc a permis de la simplifier un peu plus. J’ai plutôt chercher à « enfoncer » les quelques nuances qui restaient visibles dans les ombres : de façon à ce qu’elles se « noient » dans les noirs. Une « idée simplette » aurait été de « déboucher les ombres » : je n’ai même pas essayé… J’ai voulu au contraire que les formes des corps, soient comme des notes sur une partition, ou des idéogrammes Chinois sur une feuille blanche. Réduites à l’état de silhouettes.

Leur rythme étonnamment régulier qui fait la simplicité du graphisme : est le fruit de dizaines de déclenchement, réalisés durant de longues minutes (ce déchargement d’une barge de riz venant de Chine a duré plus d’une heure). Il a fallut une certaine patience, d’autant qu’il faisait vraiment chaud sur les bords du fleuve Irriwaddy. Toujours en Birmanie. Lire la suite…

CONSEIL : Editing workflow
6
Composition : recherchez la simplicité – Partie 1

Les plus belles photos sont souvent les plus simples… C’est une chose qu’il est malheureusement bien plus facile d’expliquer, que de réussir !

Ne pas confondre « simplicité » et « minimalisme »…  Le minimalisme n’est pas la bonne solution je crois : et souvent le minimalisme dégénère en absence… En « vide » ! Le « vide de sens », le « vide d’éléments graphiques », le « vide de contenu plastique », ou le vide de « sens littéraire » : je n’aime pas beaucoup le minimalisme. Je m’en méfie…

Mais j’aime la « simplicité », ce qui est bien autre chose. Comment définir la « simplicité en photo » ? Pour me faire comprendre, j’ai recherché dans ma photothèque quelques exemples d’images « simples »… Qui correspondent (plus ou moins) à ce que j’aimerais réussir plus souvent. Comment « faire simple » ; sans « faire vide » ? Je n’ai pas encore totalement trouvé la solution, mais j’y travail… Première partie, ci-dessous… (lire la seconde partie :  Composition : recherchez la simplicité – Partie 2).

Simplifier en suggérant, plutôt qu’en décrivant : parfois en cadrant un détail seulement, on raconte toute une histoire, bien plus « simplement » qu’en cadrant la totalité d’une scène… J’appellerais cela une « ellipse », un peu un équivalent photographique de l’ellipse littéraire (définition ici, lire aussi ici, mais plus compliqué). Ici j’ai pris la photo des pieds d’un novice (un petit moine), qui fait la sieste dans un monastère en Birmanie. Le cahier laisse imaginer la salle de classe. Le bois laisse deviner le monastère. Une bout de la robe de moine permet de situer la zone géographique…

 

Presque un logo, qu’on peut lire de très loin : souvent c’est en affichant les images en petit, que l’on peut évaluer une « vue d’ensemble » et se faire un idée de leur sens global… Et pour qu’une image reste « lisible » même en petit, il faut qu’elle soit « aussi simple que possible ». Ici nous avons des silhouettes de girafes, qui sont comme des idéogrammes Chinois dessinés sur une page. C’est « l’idée même » d’une girafe telle que l’on pourrait l’imaginer et la dessiner… Je ne crois pas avoir jamais réussi une photo de girafe, qui soit plus simple que celle-ci. Pour la petite histoire, c’était en plein midi avec une lumière plombée assez terrible.

 

Imaginez le reste… En faisant abstraction de la « simple représentation » on laisse une chance à la personne qui regarde une image, de s’imaginer son contenu. Et de se construire « son univers » : ce qui est intéressant. cela pousse éventuellement la personne qui regarde une photo, à rester un peu plus longtemps dessus. A l’explorer… Alors que lorsque « tout est dit » et que tout est évident : on accepte la photo pour ce qu’elle est : et l’on passe immédiatement à autre chose (remarque éventuellement en contradiction avec la photo logo des giraffes). Il s’agit ici d’une vue du Le Mékong, depuis un point de vue en hauteur situé au dessus de Luang Prabang au Laos. On distingue le phare avant d’un bateau qui remonte la rivière. Lire la suite…

1 2 3 251