web analytics

Test Terrain du Canon RF 50 mm f/1.8 STM : craquez !

13
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Annoncé en novembre 2020 (relire : Canon RF 50 mm f/1.8 STM désirable et compact à 229 €), ce minuscule objectif pancake : est l’objectif Canon RF le plus vendu au monde. A ce prix là il faut être « insensible » au charme discret et bourgeois du 50 mm… pour ne pas craquer !

Ses ancêtres EF 50 mm f/1.8 pour reflex EOS – qui n’étaient pas « pancake –  était déjà les best sellers de la gamme EF, j’ai du acheter mon premier en 1993… Ils étaient même les plus vendus de tous les objectifs dans le monde : toutes marques et tous systèmes confondue. Ce qui place la barre très haut pour cet objectif minuscule : le plus simple, le plus basique, mais pas le moins utile…
 
Dans le même goût on lira le Test récent de l’indispensable RF 16 mm f/2.8 STM (que j’ai testé en Thailande en même temps que j’ai testé le Canon EOS R7)… Ce minuscule pancake « ultra grand angle » qui adopte le même « form factor », mais qui est lui totalement inédit par le choix d’une focale très audacieuse…

 

Je l’ai beaucoup utilisé sur le Canon EOS R7, avec lequel il devient un 80 mm… L’ensemble est très compact et offre une prise en main parfaite. Le capteur de l’EOS R7 étant stabilisé, je n’ai jamais été gêné par l’absence de dispositif IS sur cet objectif….

 

 


Une fiche technique toute simple

Il ne pèse que 160 gr : c’est vraiment minuscule ! Mais attention, il n’est pas stabilisé… Donc, si le capteur de votre appareil n’est pas stabilisé (EOS R, EOS RP et EOS R10) : révisez la règle du « un sur la focale » : ce qui n’est pas sorcier au 50 mm (au 50 mm visez autant que possible une vitesse de 1/50 sec ou davantage).

Sinon, utilisez un Canon EOS R5, R6 ou R7 dont les capteurs sont stabilisés, ce qui permet de gagner jusqu’à 5 stops en vitesse avec des objectifs non stabilisés… Et jusqu’à 7 ou 8 stops avec les objectifs IS.

Le prix de ce Canon RF 50 mm f/1.8 STM est vraiment très accessible : 229€  c’est cadeau ! Canon développe depuis peu une gamme d’objectifs RF fixes : à prix doux… Pour les anciens utilisateurs de reflex, le passage aux hybrides EOS R me semble désormais une évidence. Les résultats sont meilleurs qu’en reflex, l’ergonomie a progressé et votre sac photo s’est beaucoup allégé ! Retour sur la fiche technique (et chez Canon la page des caractéristiques détaillées est par ici) :

 

 
  • Modèle : RF 50 mm f/1.8 STM
  • Construction : 6 éléments en 5 groupes.

 

  • Focale : 50 mm.
  • Distance minimale de mise au point : 30 cm.
  • Grossissement maximum : 0.25x.
  • Diaphragme : à 7 lamelles.

 

  • Ouverture maxi / mini : f/1.8 – f/22
  • Motorisation Autofocus : STM
  • Protection : pas de protection anti pluie.
  • Stabilisation : pas de stabilisation
  • Un bouton Focus / Control : pour programmer la bague
  • Pas de bouton AF/MF : via un menu pour la MAP manuelle

 

  • Diamètre de filtre : 43 mm.
  • Diamètre : 69.2 mm
  • Longueur : 40.5 mm.
  • Poids : 160 gr. 

 

  • Pare-soleil : ES-65B en option, environ 30 €

 

 

 

Malheureusement, la mise au point n’est pas interne… Un détail, qui aurait pu être plus élégant.

 

La formule optique est différente de celle utilisé sur les précédents EF 50 mm f/1.8 pour reflex : afin de mieux tirer parti des avantages de la monture R (notamment la plus courte distance entre la lentille arrière et le capteur). Et les progrès sont nombreux si on compare ce 50 mm à ses prédécesseurs… A commencer par la construction qui est plus qualitative et même très belle (je trouve) : avec cette bague programmable (que j’ai affecté au changement d’ISO lorsque combiné à une pression à mi-course sur le déclencheur). Et cette monture métallique très rassurante : vu le prix c’est remarquable. C’est du sérieux, comme le reste de la gamme RF.

Le diaphragme compte sept lamelles. Le diamètre des filtres est de 43 mm ce qui est rare : je me passe de filtres généralement même si j’ai un faible pour le polarisant en paysage. Je n’ai pas acheté de polarisant de 43 mm : ponctuellement je maintiens simplement mon 77 mm devant l’objectif… sans le visser !

Ce modèle n’est pas tropicalisé, pour le prix rien de scandaleux… A noter que la lentille frontale s’avance légèrement durant la mise au point à courte distance : c’est un petit détail, mais une mise au point « interne » eut été plus élégante.

J’avais adoré le premier pancake proposé en 2012 pour les reflex : le EF 40 mm f/2.8… Plus tard j’avais encore adoré le pancake pour APS-C : le EF-S 24 mm f/2.8… Canon a suivi la même logique pour la conception du RF 50 mm f/1.8 STM et pour celle de son clone : le RF 16 mm f/2.8 STM dont la fiche technique est proche. Je rêve qu’ils poursuivent sur cette lancée et nous propose quelques autres « pancakes », pourquoi pas un RF 20 mm f/2.8… Ou un RF 60 mm f/2.8 macro ?

 

Le Canon RF 16 mm f/2.8 STM (testé ici) à côté du RF 50 mm f/1.8 STM… Comment utiliser le premier, sans désirer l’autre ?

 

 

 


Sur le terrain : en pratique…

L’autofocus STM est rapide dans la bonne moyenne (suffisamment rapide), mais il existe plus rapide chez Canon… Et n’est pas totalement silencieux sur ce 50 mm, même si l’on a vu pire. Etonnement, les performances des moteurs STM ne sont pas toujours identiques sur les différents objectifs RF : certains STM sont plus rapides et plus silencieux que d’autres… Parmi les plus lents, signalons l’AF STM du RF 85 mm f/2 IS STM.

 

Bangkok, diner dans le rue : avec le RF 50 mm f/1.8 STM sur l’EOS R. Ouverture : f/1.8. Vitesse : 1/80 sec. Sensibilité : 800 ISO. N’oubliez pas : en photo ce qui compte le plus en photo, c’est l’objectif !

 

 

Rappelons qu’il existe deux gammes de moteurs AF embarqués dans les objectifs chez Canon : les USM qui sont les plus rapides. Et les STM (pour Stepper-Motor) qui coutent un peu moins chers, sont un peu moins rapides, mais assurent de meilleures transitions pour la vidéo…

Comme sur de nombreux objectifs RF d’entrée de gamme : pas de bouton AF/MF. On ne trouve qu’un seul bouton « Focus / Control » sur le fût, qui permet d’alterner le rôle de la bague de contrôle. Relire le Test du Canon RF 24-105 mm STM. J’utilise finalement peu la bague d’objectif programmable des RF : étant habitué depuis 30 ans à m’en passer et à shooter d’une main ! J’ai tellement fait de photos en bateau ou en montagne que j’ai pris l’habitude de me tenir à quelque chose de la main gauche : pour ne pas risquer de tomber en étant concentré dans le viseur… Mais j’ai tout de même personnalisé cette bague, ainsi :

 

  • Si le bouton est en position Focus : en tournant directement la bague de l’objectif, la retouche manuelle du point est active en toutes circonstances est possible. J’ai aussi programmé : que le viseur passe en mode Loupe à ce moment, ce qui permet un ajustement précis…

 

  • Si le bouton est en position Control : j’ai programmé la bague pour piloter le changement d’ISO (nécessitant de maintenir le déclencheur enfoncé à mi course). Mais beaucoup d’autres options sont possibles (à personnaliser dans les Menus Oranges), la correction d’exposition notamment.

 

 

A noter que le récent Canon EOS R7 dispose enfin d’un bouton AF/MF (oui, oui ! ) directement à l’avant de l’appareil : une « première » sur les Canon EOS… Ce qui est beaucoup plus pratique, donc espérons que ce sera la règle à l’avenir sur tous les EOS R prochains.

Malheureusement sur tous les EOS R précédents (EOS R3, R5, R6, RP et R) : il faut passer par les Menus pour passer en « mise au point Manuelle permanente » (dans le cas éventuel ou la retouche manuelle du point ne suffit pas)… Donc pensez à ajouter ce Menu dans vos « Menus Verts » personnalisés… C’est une concession regrettable pour des appareils semi-pro. Même s’il est vrai que je n’ai presque jamais besoin de passer en mise au point Manuelle (je ne fais pas souvent d’astrophotographie)… Et que généralement : les appareils « pro » sont utilisés avec des objectifs « pro » : qui possèdent tous un bouton AF/MF.

 

 

 

 


Performances et qualité d’image…

Dès la plus grande ouverture de f/1.8 : on découvre un bon piqué au centre de l’image… Mais le piqué est forcément moins impressionnant sur les bords : c’est la différence avec un 50 mm professionnel, on lui pardonnera… Toutefois, la netteté progresse très vite sur les bords : en fermant le diaphragme.

C’est vraiment à f/4 que le piqué au centre est le plus impressionnant : ce RF 50 mm est vraiment bien net au centre… Et si l’on ferme jusqu’à f/5.6  le piqué devient excellent sur les bords également. Presque aussi bon qu’au centre : c’est très bien je trouve pour un objectif aussi peu coûteux.

 

 

Au delà de f/5.6, le piqué décroit progressivement… Et l’on évitera de fermer au delà de f/16 si possible ; car le piqué devient moins bon qu’à f/1.8. Au delà de f/16 : il baisse rapidement jusqu’à être assez médiocre à f/22 : une valeur que l’on évitera si possible (rien que de très normal)…

On constate quelques aberrations chromatiques, mais elles sont corrigées automatiquement en JPEG dans le boitier et dans Lightroom par le profile proposé par Adobe. Un peu de flare sera possible également, atténué par l’utilisation, du pare-soleil ES-65B approprié. Sur un 50 mm, utiliser un pare-soleil fait sens.

 

Les distorsions sont très bien contenues : quasi invisibles… Et le peu que l’on constate sont corrigées de façon logiciel de toutes façons. Le rendu du bokeh me semble agréable et très facile à obtenir, dès que l’on se rapproche du sujet (facile avec une distance de mise au point minimale de 30 cm)… Mais je ne suis pas un grand expert en « comparaison de bokeh » (et il y aura toujours quelqu’un pour critiquer la qualité du bokeh, quelque soit l’objectif).

Au final : c’est excellent pour le prix, je vois peu de raison de lui préférer une alternative (beaucoup) plus coûteuse… Sauf si vous craquez pour le RF 50 mm f/1.2 L IS USM dans l’idée de profiter d’un bokeh stratosphérique à f/1.2 (relire Canon RF 50 mm f/1.2 L USM : le meilleur 50 mm du monde). Toutefois pour le prix (2 699 €), je préférerai grimper jusque’à 3 199 €… pour accéder au RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS (relire notre prise en main)… sauf à pouvoir s’offrir les deux.

 

 

 


Que donne le RF 16 mm f/2.8 monté sur capteur APS-C ?

J’ai profité de mon Test terrain du Canon EOS R7 pour voir ce que donnait le RF 16 mm f/2.8 STM sur capteur APS-C : il est vrai que la gamme RF-S étant encore embryonnaire, les objectifs Full Frame RF sont forcément mis à contribution sur l’EOS R7.

 

 

 

L’autofocus de l’EOS R7 est rapide et fonctionne très bien avec le RF 50 mm f/1.8. Une fois appliqué le facteur de crop de x1.6 : on obtient l’équivalent Full Frame d’un 80 mm (quel dommage que Canon n’ai pas plutôt adopté un facteur x1.5 pour ses hybrides APS-C-)… Par sa compacité, l’utilisation du RF 50 mm f/1.8 est très agréable sur l’EOS R7… Et garde tout son sens grâce à l’ouverture f/1.8 combiné à la stabilisation du capteur de l’EOPS R7 : on peut éviter de trop monter en ISO…

Et c’est précieux lorsque l’on travail de nuit : à Bangkok j’ai beaucoup shooté de nuit, avec un capteur APS-C qui forcément n’offre pas les mêmes performances à 3200 ISO qu’un capteur Full Frame. Par exemple ces vues nocturnes depuis le toit de mon hôtel à Bangkok :

 

 

 

 


Les corrections logicielles de vignettage… et de distorsion

Comme certaines productions Canon récentes (relire Test du RF 24-105 mm STM), ce RF 50 mm f/1.8 nécessite l’application automatique de corrections du vignettage dans le boitier (pour les JPEG).

Sur certains objectif il est impossible de désactiver dans le boitier le correction logicielle de distorsion (c’est le cas du RF 16 mm f/2.8), mais pour le RF 50 mm f/1.8 on a le choix… Ceux qui préfèrent choisiront de activer et de désactiver la correction logicielle de vignettage. Ainsi : il sera possible de profiter de « l’effet esthétique vintage » du vignettage (très visible à grande ouverture) dans le viseur et sur vos JPEG.

Concernant les RAW, vous profiterez des corrections logicielles de l’excellent Canon Digital Photo Professionnel (si il existe des gens qui l’utilisent encore)… Ou plus probablement du profile parfait proposé par Lightroom Classic, ou Adobe Camera Raw… Par ici la liste des RAW des appareils photos supportés par les logiciels Adobe et par là : celle des profiles d’objectifs corrigés.

Personnellement je préfère laisser le vignettage visible pour certaines images (au cas par cas) : car c’est souvent plus joli ! Quand à la correction de distorsion : je la désactive pour cet objectif, car elle est quasi invisible. A noter que les corrections de Distorsion et vignettage dans Lightroom sont ajustable grâce à 2 curseurs séparés. Il n’est pas obligatoire d’appliquer ces corrections à 100%. Ainsi dans Lightroom, je ne les applique parfois pas du tout… Ou à moitié, afin de ne pas recadrer trop fortement l’image (chaque correction de distorsion coupe obligatoirement un peu les angles du cadre).

 

Ce petit 50 mm f/1.8 est incroyablement compact et léger. Seulement 160 gr :  c’est totalement négligeable dans un sac photo… Seconde particularité encore plus intéressant ce RF 50 mm f/1.8 ne coute rien : 229 € !

 


Vu la compacité et le prix de l’objectif, on acceptera de « faire avec » ce vignettage (corrigés à la volée). Comme je l’explique dans cet article, « il faut comprendre que ces défauts sont normaux… Les ingénieurs préfèrent se reposer sur la correction logicielle concernant ces deux caractéristiques (vignettage et distorsion qui sont faciles à corriger ainsi), ce qui leur laisse plus d’options pour concevoir des zooms plus performants en terme de netteté : ceci ne peut pas être amélioré en post traitement. Mais aussi plus compacts, tout en offrant un range focale plus ambitieux… »

« Repousser au moment du post traitement la correction de la distorsion et du vignettage à certaines focales extrêmes (principalement entre 14 et 16 mm) : permet de concevoir des objectifs aux caractéristiques inédites… Toutefois il y a un prix à payer : ainsi lorsque vous utilisez des ISO très élevés (au delà de 3200 ISO par exemple), alors la correction du vignettage peut générer davantage de bruit numérique dans les coins de l’image. Restons toutefois conscient que cela n’impacte pas une si grande quantité d’image… Et que ce phénomène pourra être de mieux en mieux corrigé, sur les futures générations de boîtier… ».

 

Avec l’EOS R7, il forme un ensemble ultra léger… A utiliser avec une sangle de poignet uniquement !

 

 

 

Tout bon !

Moins Bien…

 

 

 

 

  • Encombrement minimal
  • Poids réduit : 160 gr.
  • Prix très raisonnable

 

  • Très bon piqué au Centre à f4
  • Image rectiligne (après correction).
  • En progrès par rapport aux prédécesseurs

 

  • Autofocus efficace et silencieux
  • Distance minimale de MAP 30 cm
  • Grossissement de 0.25x

 

  • Lentille avant plate
  • Bague programable
  • Belle finition

 

 

  • Absence de stabilisation
  • Pas de tropicalisation
  • Pas de boutons AF/MF

 

  • Important vignettage (mais corrigé)
  • Piqué moyen aux coins à f/1.8

 

  • Pas exempt de Focus Breathing
  • AF pas totalement silencieux

 

  • Pare-soleil non inclus
 

 

 

Un minuscule objectif pour tous !
  • Construction et Finition - 90%
    90
  • Prise en main et ergonomie - 92%
    92
  • Discrétion, compacité, silence et poids - 99%
    99
  • Qualité optique générale - 92%
    92
  • Piqué de l'image - 96%
    96
  • Réactivité et vitesse de l'Autofocus - 90%
    90
  • Fonctionnalités et polyvalence - 83%
    83
  • Gamme de la marque (autres produits dans la gamme) - 95%
    95
  • Pertinence du prix - 98%
    98

L’extrait

Ce minuscule objectif Canon RF 50 mm f/1.8 STM a été le premier "pancake" en monture RF tout en étant le moins cher... Il est tout ce qu'un 50 mm devrait être : léger, simple, efficace et pas cher ! Je vous le recommande en complément d'un zoom : si vous souhaitez réaliser quelques images par faible luminosité, ou simplement alléger votre sac au maximum.

Monté sur un EOS R7, il se transforme en 80 mm, ce qui le rend très intéressant en portrait également... La gamme Canon RF propose désormais des objectifs très diversifiés à tous les prix... Il fera la paire avec l'ultra Grand Angle pancake RF 16 mm f/2.8 USM (testé ici) qui est une petite merveille (et que je considère indispensable à tout propriétaire d'hybride EOS R).

La distance minimale de mise au point descend à 30 cm seulement... Ce qui permet de générer du "bokeh" pour pas cher ! Vous pourrez être créatifs, grâce à un investissement ridicule... Une telle compacité passe par des corrections logicielles du vignettage ; qui sont intégrées dans le boîtier Canon pour les JPEG. Et qui dépendent du logiciel utilisé pour les RAW : bien entendu Lightroom et Photoshop prennent en charge cet objectif...

Plus court et plus léger que la version reflex qu'il remplace : la promesse selon laquelle le passage aux hybrides Full Frame se traduirait par des progrès spectaculaires... est donc tenue ! Elle se confirme à chaque présentation d'un nouvel objectif RF.

Canon démontre références après référence, sa maitrise dans la conception d'objectifs innovants... Vous pouvez donc foncer sur la monture Canon RF sans hésiter désormais, car la gamme optique est presque complète... Que ce soit pour ce Canon RF 14-35 mm f/4 L IS USM, pour le RF 70-200 mm f/4. Ou pour sa version "pro" ouvrant à f/2.8 qui est également vraiment enthousiasmante. Jamais il n'a été aussi facile de réaliser de belles photos...

.

92.8 %

 

 

Avant tout achat, relire ici nos Tests terrain ! Je vous conseille notamment  :

• En 2021 : rester en reflex ou passer en hybride Full Frame ?

• 10 bonnes raisons de passer aux Canon EOS R6 et R5 en 2021

• Test terrain : Canon EOS R6

• Test terrain : Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM

• Test terrain : Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM

• Test terrain : Canon RF 600 mm f/11 IS STM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/4 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM

• Test terrain : Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

• Test terrain : Samyang 14mm f/2.8 AF Monture Canon RF

• Test terrain : Canon G5X MkII en Sulawesi

Encouragez PHOTOETMAC en faisant vos achats chez Digixo ici :photoetmac.com/2019/06/digixo et soutenez une boîte Française basée à Paris qui nous verse une petite commission. Si vous cherchez un produit absent de notre page : contactez moi je l’ajouterai pour vous.

 

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

13 commentaires

  1. Bonjour,

    Exactement il est juste top, à ce prix là il n’y a pas à réfléchir!
    J’ai gardé pendant longtemps le Canon EF 50 1.4 USM, avec la bague adaptatrice, mais finalement à quoi bon s’obstiner sur un boitier RF?

    J’ai presque tous les jours sur moi (dans ma saccoche ou sac banane ou mon sac à dos, voir dans ma doudoune d’hiver) le petit RP et le 50RF ou 16RF (qu’on confond physiquement!).

  2. Bon article comme toujours tu vas a l’essentiel.

    Et pour les photos de nuits à Bangkok je trouve que ça passe assez bien avec le R7, certes il faudra peut être une petite retouche sur DXO ou Topaz, mais ça va.

    Après, ce genre d’objectif on sait à quoi s’attendre.

    Mais surprenant la compacité et la légèreté du 50 et du 16, je les kiffe trop, on pourra rêver d’un 28 dans la même veine et ça sera parfait.

  3. Perso, la focale 50mm est la moins intéressante me concernant (encore moins en focale fixe). Je ne shoote presque pas entre 45 et 70 mm.

      • Moi ça va, mais ça ne revient pas, lol !
        Je n’ai jamais apprécié les focales (surtout en fixe) : 24-35-50-85-200. Certainement pour cela que j’ai toujours revendu rapidement mes 70-200 aussi.
        Par contre, je me régale avec : 14-20-28-40-105-300 (Le 300 f/4 FL une merveille en voyage en complément d’un 24-120 et d’un 14-30)
        Chacun ses choix, evidemment.

        • 14-20-28-40-105-300 : pas très économique comme préférence !

          Le 16 mm peut remplacer : et le 14, et le 20 mm… (j’ai beaucoup pratiqué le 14 mm pendant des années notamment avec le EF 14 mm f/2.8 L USM : mais c’est trop large, (inutilement) et on gâche beaucoup d’images peu exploitables…)

          Le 28 mm : pourquoi pas (c’est bien étagé par rapport au 16 mm)

          Le 40 mm à la place du 35 mm : j’en. ai eu un : le EF 40 mm f/2.8) : pourquoi pas, du moment que l’on a un 16 mm et un 24-105 mm)

          Le 300 mm : oui, pour certaines utilisations… Mais presque un peu trop long ! (je ne peux me passer du 70-200 mm : si polyvalent)…

          • JF, je parle de focales (couvertes par des zooms) pas forcément de fixe.
            Quand tu as un 24-120 avec un crop à 180, je préfère de loin un 300 qu’un 70-200 (le 200 m’a toujours frustré)
            En fixe j’ai un 28 très lumineux, un 40 pour le voyage, 105 pour le portrait et le 300. Toujours en complément des zooms qui sont bien plus pratiques et largement aussi qualitatifs de nos jours afin d’éviter de changer d’optiques à chaque coin de rue (quelle perte de temps et de photos)

              • Oui j’ai essayé, mais cet horizon donne de la profondeur ; c’est pour celà que j’ai recadré avec un minimum de ciel. Toujours le plus important dans un paysage : la présence humaine ou un rappel (maison, voiture) sinon ça fait poster de salle d’attente. lol

  4. Bonsoir,
    pour ceux qui envisage un RP à la Fnac c’est une bonne promo -10%, le RF 50 1,8 offert et ceux qui on la carte 120 € de cagnotte ( pour la bague d’adaptation par exemple ).

    Et tout ça pour moins de 1300€.

  5. J’ai le 50/1.8RF depuis quelques mois.

    C’est compact et bien fini. Le rendu d’image et la construction sont très satisfaisants pour le prix.

    Mon seul bémol c’est l’AF qui est un peu lent (mais précis) et bruyant. Cependant c’est à pondérer par le fait que je le compare aux 15-35/2.8 RF et 70-200/4 RF, forcément…

    Mais dans l’absolu je suis content, c’est une optique légère et fiable. Et l’image rendue est vraiment cool.

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎