web analytics

24 Mpx et rafale de 40 im/s pour le Canon EOS R6 Mark II

26
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Comme espéré, le Canon EOS R6 Mark II a bien été annoncé par Canon ce matin (en même temps que le petit télé Canon RF 135mm F1.8L IS USM)… Les amateurs pourront se précipiter sur les derniers exemplaires de la version originale (datant de l’été 2020, soit environ 2 ans), dès qu’ils seront soldés… (relire notre très complet « Test terrain » du génial Canon EOS R6).

Mais ceux qui sont prêt à patienter un peu pour la dispo du nouveau modèle, gagneront un capteur très légèrement plus défini : on passe de 20 à 24.2 Mpixels ce qui psychologiquement est un « plus ». Le format HEIF (10 bits) fait son apparition (ce qui intéressera les utilisateurs d’écrans HDR, de Photoshop et de Lightroom, comme nous l’expliquions : Un mode HDR 32 bits en préparation dans Lightroom Classic).

 

La vitesse en rafale devient incroyable : rafales à 12 im/sec avec obturateur mécanique (et Buffer illimité). Rafales à 40 im/sec en obturateur électronique, ce qui fait de ce modèle un expert en photo sportive (l’EOS R3 se contente lui de 30 images/sec)… Mais attention : le Buffer sera moins généreux que celui de l’EOS R3, ainsi en rafale à 40 im/s : on parle de 190 fichiers JPEG, de 140 fichiers CRaw… Et de 75 fichiers RAW. L’EOS R6 MkII profite par ailleurs de la fonction de pré-enregistrement (0,5 sec avant le déclenchement) et du récent mode « rafale RAW » , inauguré sur les Canon EOS R7 et EOS R10.

En progrès également les modes Autofocus (Dual Pixel AF II) qui sont proches du très haute de gamme Canon EOS R3 (ce que l’on a déjà vu sur le petit cousin à capteur APS-C (relire notre Test terrain du Canon EOS R7 en Thailande)… L’ensemble sera bien aidé pare l’adoption du processeur Digic X, comme l’EOS R3, avec une plage d’utilisation étendu de -6,5 à 20 IL. 

Vous profiterez du suivi des voitures et motos, mais aussi (nouveau) : des avions et trains. Sans oublier les humains et animaux : chiens, chats, oiseaux comme ses prédécesseurs… A noter que l’EOS R6 Mark II inaugure un mode de suivi des chevaux avec possibilité de privilégier l’animal ou le cavalier…

Le viseur est toujours un OLED en 0,5 pouces affichant 3,69 Mpix pour un grossissement de 0,76x. le taux de rafraîchissement peut monter à 120 fps. Mais il profite du nouveau Mode d’affichage « Simulation viseur Optique », comme sur les OES R3 et EOS R7.

Le Canon EOS R6 Mark II utilise toujours un double lecteur de cartes SD UHS-II (compatible UHS-I).

 

Les caractéristiques vidéo progressent également, avec le 4K UHD à 60fps utilisant la totalité du capteur. En 4K 60p, il sera possible de filmer 40 min. sans surchauffe. En 4K 30p, il sera possible de filmer 6 heures.

Un format encore plus résolu est disponible : du 6K 60p en ProRes RAW, à condition d’utiliser la sortie HDMI vers un dispositif externe (comme l’Atomos Ninja V+). Sans oublier du ralenti en Full HD à 180 fps avec suivi AF. L’EOS R6 MkII propose même une fonction de pré-enregistrement de 3 ou 5 secondes.

 

Le boîtier lui-même ne change pas vraiment. On remarque toutefois un nouveau commutateur ON/OFF désormais à trois positions : ON / OFF / LOCK, qui passe du côté droit : enfin ! C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi (qui a essayé l’EOS R7) ça veut dire beaucoup ! Le bouton de mise sous tension qui tombe sous l’index de la main droite : c’est tellement plus agréable. Spécialement lorsque l’on se promène en ville et que l’on tient son boitier à une main, avec une optique « pancake » par exemple. Sans sangle de cou, juste avec une petite dragonne de poignet…

Autre détail : le choix du Mode Photo / Vidéo reste du côté gauche, afin que les deux types de fonction soient bien « dissociées » du bouton de mise sous tension. Cette nouvelle disposition me semble bien plus pratique. Et l’on se souvient que sur l’EOS R7 le même commutateur servait à allumer l’appareil et à sélectionner le mode Photo ou Vidéo, ce qui conduit à des hésitations parfois… Je me cite : « je ne suis pas fan que ce bouton ON/OFF (désormais à droite) de l’EOS R7 donne en plus accès au « Mode Vidéo ». Car parfois je me suis trompé en poussant le commutateur jusqu’à la troisième position (Mode Vidéo). Il faut donc se souvenir de n’aller qu’au second « cran » : si l’on veut allumer l’appareil en Mode Photo. Un des rares point négatifs au niveau de l’ergonomie ».

Par contre, on aurait bien apprécié que le nouveau bouton AF / MF de l’EOS R7 soit aussi adopté sur l’EOS R6 MkII, malheureusement ce n’est pas le cas.

L’appareil gagne la nouvelle griffe porte flash (multi fonction) déjà présente sur les Canon EOS R3, EOS R7 et EOS R10, qui permet d’accueillir des accessoires (micros, etc…).

  • Le tarif boitier nu est : 2 899 €. Sans trop de surprise, c’est une augmentation de 200 € par rapport à l’EOS R6 lors de son annonce.
  • Le boitier est aussi proposé en kit à 3 259 € : avec le « petit » Canon RF 24-105 mm f/4-7,1 IS STM… Qui n’est pas ridicule, pensez-y ! D’ailleurs j’en possède un moi-même. Relire mon Test terrain du Canon RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM.
  • Le boitier est aussi proposé en kit à 4 199 € : avec le « vrai » Canon RF 24-105 mm f/4 L IS USM à €. La note est assez salée, mais quand on aime…

 

Voilà pour les présentations « générales »… Il est pas mal ce boitier n’est-ce pas ? Votre avis en commentaire…

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

26 commentaires

  1. Proprio d’un R6, les améliorations qui me font de l’oeil sont :
    _ 50% d’autonomie en plus, c’est un net bond, même si le R6 me suffit, il faut noter le net progrès
    _ le bouton on/off à droite, ENFIN PUTAIN, on peut sortir avec une petite fixe, et allumer/déclencher en mode ninja d’une seule main, le bonheur (jamais compris pourquoi Canon, pourtant bons en ergonomies, étaient aussi archaïques sur le positionnement des boutons)
    _ un meilleur AF, parce qu’on a jamais un AF suffisamment bon (en vrai c’est bien de voir que ça progresse, mais ça me fait réaliser qu’on est encore loin d’AF parfaits et intelligents, c’est pas grave),
    _ l’option « focus uniquement si détection » qui ne fait pas le focus sur l’arrière-plan quand un humain sort du cadre, appréciable pour filmer, appréciable pour shooter aussi.

    Le reste (4MPx, 40 fps MAIS avec flickering en intérieur sous lumières néon, vidéo visiblement retravaillée et considérablement meilleure) me parle moins mais sauront convaincre les récalcitrants.

    Je ne switcherai pas, j’ai pas 3000 balles à foutre dedans (je les foutrai dans un voyage vu que je suis comblé en matos photo, hormis un petit insert pour tout transporter), mais j’apprécie que Canon peaufine son interface.

    Pour moi, et connaissant comment Canon ne triche pas trop sur la promesse de facilité d’utilisation, ça en fait un couteau-suisse tout à fait sympathique.

    Je suis aussi assez content du poids du 135/1.8, moins d’un kilo. J’aimerais maintenant qu’ils sortent un 85/1.4 ou 1.6 dans cette veine, bien plus léger tout en conservant la qualité de focus et de construction des séries L (désolé mais le focus du 50/1.8RF est vraiment pas top, même si pour le prix c’est cool, et celui du 85/2 a l’air bien pire ; il y a un chaînon manquant entre le 85/1.2 et le 85/2).

    Globalement, entre ça et Nikon qui sort un 600/4 avec TC qui s’annonce avec le 400/2.8 avec TC être les deux meilleures optiques jamais sorties pour photographes animaliers pétés de thunes, je trouve que Canon et Nikon avancent à un rythme certes pas des plus rapides, mais décidé et rassurant. Manque juste à Nikon un Z6 III et un Z7 III avec un AF à la hauteur d’un R6 II, et on aura un trio Canon/Nikon/Sony équilibré et un marché sain (mais onéreux).

      • Tu peux aussi compléter avec Canon qui annonce, niveau action
        _ que la rafale en 12 fps mécanique possède un buffer illimité
        _ la rafale électronique qui permet d’enregistrer préventivement 0,5 s avant de déclencher (ça enlève tous les problèmes de lag au déclenchement ; je crois que c’est « que » en 30 fps)

        Deux petites features intelligentes et qui trouveront leur public.

      • Cool!
        Il a l’air pas mal du tout cet appareil. Pour moi il complète les 2-3 petits défaut de la première génération. Pas assez pour en changer mais interessant tout de même. un peu comme les iPhone etc.
        Curieux de voir ce qu’un hypothétique R5ii va donner ;)

          • Ma boule de cristal me dit que ça devrait être pour Q1 ou Q2 2023 ; pas de raison de se presser pour avant Noël (vu la tension en semi-conducteurs), pour autant faut pas trop traîner non plus.

            Il va aussi manquer à Canon un mirrorless très haute définition, pour aller chasser sur les terres de l’A7R V. Soit le R5 mark II grimpe en résolution, soit Canon sort un nouveau numéro.

            Manque aussi un R1, mais ça je n’ai aucune idée de quand ça va arriver (mais il comprendra une killer feature, soit du quad-pixel AF, soit du global shutter, je pense).

            • Je pense que le Canon R1 sera annoncé juste avant les jeux olympiques, concernant le R5 mark II a mon avis il sera annoncé plutôt fin 2024 ce qui correspond aux cycles des 5DX.

              je pense que les prochain ça va être plutôt les entrée de gammes genre R100, R markII et RP markII.

          • Exact, quand on vient de chez Nikon, ce point était une petite régression. Mais à peine visible avec le fait de devoir « déployer » certains objos.
            Probable que je craque (et mette en vente mon r6 qui n’as pas 10.000 déclenchements au compteur :)

            Le 135 fait rêver.

            • Le « truc » des Z 14-30 et 24-70 f/4 de Nikon rétractables est bien évidemment pour le transport uniquement ; jamais quand ils sont montés sur le boitier (ça ne sert à rien comme de remettre le bouchon avant). La base : pare-soleil monté, objectif déployé et bien entendu bouchon enlevé ; perso je cale aussi sur ma focale favorite de l’objo. La base.
              Ps pour JF : quand je te disais que le On/off était mal placé chez Canon ;-)

              • Oui, tu as raison, l’on peut les laisser déployé, il faut juste l’accepter.

                Je dois reconnaitre que le bouton on/off des Nikon me manque terriblement!
                Je ne suis qu’à moitié convaincu par celui des R6 ii, qui intègre 3 positions. Mais à tester.

  2. Alors je viens de me taper 36 vidéos plus ou moins intéressantes sous Youtube….

    Et la seule vraie information intéressante est qu’apparemment avec le R6 II, le choix du suivi de l’œil est sur Toutes les zones AF sélectionnables et pas que sur le mode plein capteur. Donc même sur les zones restreintes.
    En gros Canon aurait enfin copier Sony sur ce point.

    Ce qui est fou c’est que sur 36 vidéos, seulement une seule en parle alors que pour moi c’est cela la vraie avancée de ce boitier (si cela est bien vrai). Et ce n’est pas l’un de ceux qu ia eu le droit au WE tous frais paye par canon USA qui en parle…

    Avoir un bridge tout automatique à 5000 euros avec le œil tracking n’a strictement aucun intérêt en reportage avec plusieurs sujets dans la cadre jusqu’à maintenant. En effet vous ne choisissez rien sauf si vous utilisiez le mode suivi du sujet de Sony. E donc maintenant on pourrait faire la même chose en se servant de la zone AF restreinte et en la bougeant avec le joystick on peut choisir le sujet dans le groupe à poursuivre sur l’œil.

    A confirmer d’urgence.

    • Je suggère d relire ce chapitre du test du Canon EOS R7 :

      Découverte d’une nouvelle méthode de travail (optionnelle) avec les Collimateurs :

      https://photoetmac.com/2022/08/test-terrain-du-canon-eos-r7-en-thailande-partie-1/#Decouverte_dune_nouvelle_methode_de_travail_optionnelle_avec_les_Collimateurs

      l’EOS R7 bénéficie d’une petite amélioration concernant le Mode Ai Servo, qui à ma connaissance est encore totalement inédite sur un Canon EOS (et qui rappel l’AF 3D de Nikon)…

      L’explication se trouve page 172 du manuel Français : malheureusement cette page est très succincte (et même incompréhensible, peut-être car la fonction est nouvelle et qu’il faut encore du temps pour améliorer la traduction). Je vais donc essayer de faire mieux que le Manuel Canon. Suivez bien : car c’est extraordinairement pratique et utile (et d’autres boitiers à l’avenir profiteront certainement de cette méthode de travail) :

      En Mode Ai-Servo (suivi AF permanent sans mémorisation du point) : jusqu’à présent si vous désiriez indiquer vous-même à l’appareil la « zone d’accroche initiale » pour que l’appareil puisse ensuite suivre latéralement le sujet sur toute la largeur de l’image : il fallait obligatoirement choisir la Méthode de sélection de Collimateurs : « Tous les Collimateurs ». Mais ça, c’était avant…

      Et il fallait aussi personnaliser l’option « Collimateur initial pour le suivi » sur « Coll. AF réglé Manuellement ». Sinon c’est l’appareil qui choisissait automatiquement sa zone d’accroche (priorité au sujet le plus proche et priorité sur les visages). D’ailleurs, il le faisait avec beaucoup d’intelligence (il faut le reconnaitre) et ça marchait très bien dans 95% des cas (j’avais souvent tendance à laisser cette option sur Auto). Mais il faut reconnaitre que quelques photographes (souvent d’anciens Nikonistes) préfèrent choisir leur « Collimateur Initial » à l’aide du Joystick (dans ce cas : il fallait savoir ou modifier le réglage par défaut).

      La nouveauté apportée par l’EOS R7 en Mode Ai-Servo devrait les rassurer… Car cette fonctionnalité « d’accroche initiale et suivi latéral des collimateurs en AI-SERVO » : fonctionne désormais avec toutes les méthodes de Collimateur : par exemple avec un collimateur Unique. Ou avec un Groupe de Collimateurs. C’est plus pratique pour choisir son sujet « à suivre ».

      Un seul préalable : il faut d’abord activer la fonction Suivi du Sujet (à la troisième ligne dans le premier Onglet des Menus Violets).

      Pour utiliser le nouveau système d’accroche : appuyez votre pouce sur la touche AF-ON… Tant que vous appuyez sur AF-ON : c’est le sujet « initialement mis au point » qui est suivi… (désigné par un collimateur (unique ou groupe) de votre choix… L’AF « suivra » ensuite le sujet, sur toute la surface du cadre : quelque soient ses déplacement. L’AF s’accrochera au sujet dans la « profondeur » (comme cela se faisait avant) ; mais aussi « latéralement » sur toute la surface du cadre (et c’est ça la grosse nouveauté).

  3. Pour Chiffon, attention à l’autonomie CIPA donnée par Canon.
    Pour rappel un R avec une batterie Lpe6nh et pas avec la lpe6n fait déjà 450 photo CIPA avec le viseur. En effet les données CIPA d’origine du R n’était pas avec la dernière batterie Canon qui est sortie pour le R6 et R5 qui effectivement consomment encore plus. Bien sur cela je le confirme moi même avec mon usage car je vis dans la vraie vie et pas sur Youtube.

    En gros avec le R6 II et une Lpe6Nh on devrait donc retrouver le même nombre CIPA avec le viseur (le plus gourmand en énergie car l’écran consomme moins) que le R avec une Lpe6nH.
    Retour vers le futur……

  4. Guillaume Grandin le

    Un peu surpris de voir le R6 déjà renouvelé, très bon boitier dont je suis satisfait. Mais j’attendais plutôt un successeur à mon vieux R de 2018… qui a dû mal en reportage d’action, mais qui fait le job sur des prod’ plus posé avec ses 30 Mpix.

    Je me tâte à le remplacer par ce R6 MkII et ses 24 Mpx, ou bien attendre un futur boitier à plus de 50 Mpx pour pouvoir aussi bosser en mode crop APS-C avec au moins 20 Mpx.

    Hors sujet ici, mais je n’ai finalement pas acheté l’EOS R7 que j’attendais pourtant depuis des années. déçu de l’ergonomie de ce boitier, notamment le bouton on/off mal placé et le manque d’une 3ème roue codeuse, dommage.

    Limite l’ergo du R10 est mieux, j’ai failli l’acheter mais idem : absence de 3 roue codeuses (vitesse/diaph/iso) mais plus normal sur ce segment de prix vous allez me dire… Et bien non, moi je trouve ça mesquin car amateur ou pro ce sont les 3 fonctions de base que tous photographe souhaite retrouver sur tous ses boitiers quand il choisi d’investir dans une marque.

    —> Ces 3 roues codeuses devrait être la base indéboulonnable de tous boitiers, amateur ou Pro. Raz le bol de voir Canon changer l’ergo à chaque sortie de boitier, c’est pénible…

    Bref tout ça pour dire que l’on est, quand même, content de voir sortir un nouveau boitier qui nous confronte à des choix Cornélien… ;-) Surtout ce nouveau R6 qui lui est très bien en ergo !!! :))

    • Tu te trompe : l’EOS R7 est fantastique… et son ergonomie est – globalement – au top !

      La question du boutons ON / OFF à trois position est un détail minuscule et sans conséquence, qui ne pose aucun problème (en pratique sur le terrain). Se priver bêtement d’un boitier aussi bon marché et aussi performant : juste à cause de ce détail minuscule : ce serait totalement idiot !

      La question de la troisième roue codeuse : est également une question idiote (pardon, c’est pas toi : c’est la question ;-) : car en 2022 on bosse en ISO Auto (et puis c’est tout… D’autant qu’il y a désormais des fonction très précises pour encadrer la vitesse Auto, lorsque l’on est en Priorité Ouverture / ISO Auto. Et depuis bien longtemps la possibilité d’encadrer précisément la plage ISO utilisable en ISO Auto – Pour l’EOS R7 je me limite à 3200 ISO car c’est un APS-C)…

      Allons, alors : c ‘est vraiment un détail « anecdotique ». Je dirais que l’on a vraiment pas besoin d’une troisième molette lorsque l’on est dans l’action : car on déjà pas le temps de tout gérer en terme de cadrage d’ouverture et d’AF ! Alors on a certainement pas de temps à perdre avec une troisième molette. C’est plutôt la façon de travailler qu’il faut remettre en question et que tu devrais améliorer. Pas la troisième molette… ) !

      Et j’en parle avec beaucoup d’assurance : après l’avoir longuement utilisé (environ 10.000 photos durant un mois entier en voyage) : crois moi cette histoire de bouton et de troisième molette, c’est de la connerie ! J’ai bossé avec les EOS R5, EOS R6, EOS R et EOS R7 : je t’assure que d’un point de vue ergonomie, cet EOS R7 n’est pas vraiment en dessous des autres…

      • Guillaume Grandin le

        Merci pour ta réponse JF, je suis d’accord sur le fond : il faut tjs se remettre en question et savoir adapter ses habitudes de travail. C’est ce que je fait depuis des années, pas trop mal puisque malgré les crises je vis tjs bien de la photos depuis 98 :))
        Ceci étant, avec mes mains très grandes (taille 12, XXXL…) je t’assure que ce fichu bouton on/off/vidéo est rédhibitoire … j’ai testé le boitier et dans le feu de l’action sur un reportage, mon pouce trop long attrape ce bouton, hop sur Off ou hop, sur vidéo. Mais bon, un bout de gaffer et on n’en parle plus, IoI ! :))
        —> je vais sérieusement y réfléchir ! Car je l’ai trop longtemps réclamé ici ce boitier RF APS-C sur lequel tu ne misais pas au départ; alors c’est un peu un comble que 4 ans après ce soit toi qui me le vante alors que j’en suis déçu sur un petit détail… !!! :))

        Ok pour les 3 roues codeuses, on ne les a pas tjs eu et on se débrouillait déjà à l’époque des réflexes avec seulement 2. Mais quand tu as goûté à cet ergo sur R6, tu as envie de la retrouver sur ton 2ème boitier, car c’est parfois pénible sur un reportage d’action où tu bosses avec tes 2 boitiers et même temps (R et R6) de devoir jongler avec 2 ergo différentes… (sans compter sur les petites lacune du R côté AF)
        Je vais finir par acheter le R5 ou ce nouveau R6 avec en + le R7, hop 3 boitiers et je te ficherai la paix avec mes histoires, IoI !

        Ou bien je continu à m’adapter comme je le fais depuis 2018 avec 2 boitiers différents (R + 80D, puis R + R6) et attendant patiemment la sortie des futurs R Mk II, R5 Mk II ou autre qui saura enfin satisfaire mes exigences trop tatillonne ! ;-)

        Merci pour tes articles, bon week-end !

        • Oui, je sais que rien n’est jamais parfait à 100%. Et tu a raison : on s’habitue à tout…

          Mais là ou c’est un peu plus compliqué : c’est de travailler avec 2 boitiers (un peu) différents… J’en sais quelque chose lorsque je travail avec l’EOS R et l’EOS R5 (ou R7) en même temps.

          Mais là encore : on fini par s’habituer prendre en compte leurs (petites) différences. Et j’ai du programmer les boutons de l’un et de l’autre pour les « minimiser » autant que possible.

          Très bon WE ! ! !

    • On espère par ailleurs un remplaçant de l’EOS R en 2023… (j’ai toujours le mien et il fait très bien le job ! EN effet ! )

      Mais à cause de la crise et si la situation internationale,ationnale se dégrade, il est possible que Canon (et d’autres) repoussent de quelques mois (6 mois, peut-être 9 mois, ou même de 12 mois) les sortie prévues ?

      On sait désormais que les MacBook Pro M2 arriveront en Mars 2023, par exemple !

  5. Bonjour,

    Avez-vous testé la fonction « Simulation viseur Optique  » du canon R3 ou R7? Je suis un grand amateur de reflex et de viseur optique. Je dois changer mon 5d mark III (il commence à afficher des points rouges sur les photos), et je vous avoue que le viseur électronique du R6 reste pour moi peu naturel. On voit que l’on regarde un écran et la scène que l’on voit est vraiment différente parfois de la réalité, et puis il y a toujours une petite latence. On prend une distance avec la scène.

  6. Je possède un EOS6 Mark2 depuis quelques années. Si de nombreux progrès ont été faits sur les capteurs, le traitement d’image, une chose me freine, c’est la disparition du petit module GPS inclus d’en l’appareil… Un petit truc vraiment pratique pour moi qui passe mon temps à vadrouiller. Alors qu’on en trouve sur le moindre smartphone (plus ou moins fiables, ce module a disparu des APN… C’est un peu frustrant.. Surtout que Canon en profite pour vendre un module séparé. Le GPS GP-E2 …. pour plus de 250 € …

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎