web analytics

Une semaine avec le Canon EOS R6 : retour d’expérience

29
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

 

 

Voici le retour d’expérience de Gil Couturiot (visitez sa page Facebook), un de nos lecteurs et contributeur au site, habitué aux reflex de longue date. Il partage ses impressions, après un peu plus d’une semaine d’utilisation de son Canon EOS R6 et environ 1600 photos réalisées.

Et je précise que son Canon EOS 5D MkII est d’ailleurs en vente,  je sais que Gil est un garçon soigneux ce devrait donc être une bonne affaire ! Mais je lui laisse la parole :

« Je précise tout de suite que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester le Canon EOS R6 sur un shooting studio ou sur un mariage, donc je ne passerais pas en revue « tout l’appareil », dans toutes ses dimensions. Il ne s’agit pas d’un test « complet », juste de premières impressions.  Mais je vais bientôt avoir quelques shooting studio, je vous en dirais plus à ce moment-là. Pour le test complet lire ici le Test terrain du Canon EOS R6, publié par Jean-François.

 

« Le saut dans le monde de l’hybride est donc maintenant définitif pour moi… Et il n’y aura pas de retour en arrière ».

 

Pour vous situer un peu, je travaillais jusqu’à maintenant avec un Canon EOS 5D MkIII… Et un EOS 5D MkII. Et enfin depuis très peu de temps : un Canon EOS M50. J’utilise toujours les mêmes objectifs qu’avec mes reflex EOS, grâce à la bague d’adaptation. C’est à dire, les :

  • Canon EF 16-35 mm f/2.8 L II USM
  • Canon EF 24-105 mm f/4L IS USM
  • Canon EF 50 mm f/1.4 USM
  • Canon EF 85 mm f/1.2 LII
  • Canon EF 100 mm f/2.8 macro L IS
  • Canon EF 135 mm f/2 L

Pour commencer, je dirais que la transition entre reflexes et hybride a été très rapide pour moi. J’ai déjà revendu mon EOS 5D MkIII et en dehors de sa construction et du côté bel objet / mécanique je ne le regrette pas. Je dirais même que je ne sais pas à quel moment j’aurais encore préféré l’utiliser, par rapport au Canon EOS R6. Le saut dans le monde de l’hybride est donc maintenant définitif pour moi… Et il n’y aura pas de retour en arrière !

 

 


Côté construction / ergonomie : Niveau ergonomie générale, il n’y a pas trop de révolution… On se retrouve vite «  à la maison » avec ce boitier. Ce qui est une très bonne nouvelle !

  • Côté prise en mains. L’appareil ne surprend pas et c’est confortable malgré la diminution globale de la taille du boitier.
  • Les coques en polycarbonate. C’est peut être bête, mais le fait de passer sur un boitier avec des coques de ce type change pas mal la sensation globale du boitier en main. La construction est très bonne mais le feeling n’est pas le même.
  • Le caoutchouc utilisé pour le grip est différent. Je n’arrive pas encore à savoir si je préfère ou si j’aime moins. Mais  en tout cas les sensations sont différentes.
  • L’absence de Grip sur la partie gauche du boitier et sur la trappe des cartes mémoire participe à la sensation de descente en gamme (ce qui est compréhensible), par rapport à mon précédent EOS 5D MkIII.
  • L’absence d’écran de contrôle supérieur : il me manque encore un peu de temps en temps. Mais je commence à m’y faire en laissant l’écran arrière allumé sur les réglages. Ça doit pomper un peu sur la batterie (mais j’y reviendrais dans la partie autonomie).
  • L’écran orientable et tactile est juste génial ! C’est en grande partie ce qui vient contrebalancer l’absence d’écran supérieur. L’ergonomie globale y gagne beaucoup… Par contre il est un peu petit. Pas beaucoup moins grand que celui de mon EOS 5D Mk3 mais vu l’importance qu’il prend maintenant dans l’ergonomie globale, on regrette qu’il ne soit pas un peu plus grand.
  • La 3ème molette de contrôle est très pratique également. Je n’ai pas d’optiques RF pour le moment (mais un RF 35 mm f/1.8 IS STM est en commande), donc je n’exploite aucune bague de pilotage sur l’objectif. Mais c’est déjà génial d’avoir un contrôle supplémentaire par rapport aux reflex EOS. Je shoot à 90% en Mode Av (sauf en studio ou je suis à 100% en M) et l’accès à l’ISO est super pratique grâce à cette molette supplémentaire (comparé aux boutons à double entrée qui, même après des années de pratique, me posaient des problèmes régulièrement).

 

« L’accès à l’ISO est super pratique grâce à cette molette supplémentaire (comparé aux boutons à double entrée qui, même après des années de pratique, me posaient des problèmes régulièrement) ».

 


Le viseur – J’avoue que c’est ce qui m’a longtemps fait hésiter à passer à l’hybride.  Etant porteur de lunettes et plutôt exigeant sur le lien entre l’œil et le déclencheur, c’est « LA » question qui me stressait le plus lors de cette transition. Alors il y a du positif et du négatif… Mais au global le positif l’emporte pour l’instant :

  • Le viseur est grand, lumineux : avec un bon dégagement oculaire à mon goût.
  • Le rendu est plutôt naturel : que ce soit en 60 ou 120 img/sec.
  • Je n’ai pas ressentie de latence : qui soit gênante. Que ce soit en extérieur ou en intérieur, même en faible luminosité.
  • Le côté pré-visualisation de l’image en temps réel : est sympa même s’il ne change pas vraiment mon approche au final.

Passons maintenant aux quelques points qui laissent encore un peu sur ma faim. Le premier « point négatif » est étrangement en lien direct, avec le « dernier point positif » :

  • Ce premier point négatif, shooter en noir et blanc :  Je prends beaucoup de noir et blanc et j’aime bien avoir la prévisualisation des images en NB sur les jpeg intégrés dans mes RAW. Le souci c’est que du coup le viseur passe en NB… Même si c’est totalement logique, c’est un peu perturbant car en OVF on voit toujours en couleur.
  • Le côté lumineux du viseur est agréable en général mais... il est handicapant en faible lumière. En effet quand je sors l’œil du viseur le temps d’acclimatation de celui-ci à la pénombre est compliqué et je ne vois « que d’un œil » pendant quelques secondes. C’est perturbant et la transition entre le viseur et mon entourage est du coup moins naturel que sur un OVF
  • Cette transition est également moins naturelle lorsque je mets l’œil dans le viseur. J’ai pour habitude d’avoir l’appareil qui est soutenu par la sacoche pour me soulager la nuque. Ca a pour effet de mettre l’objectif à l’ombre et lorsque je le sort rapidement pour prendre une photo il devient tout blanc (phénomène d’éblouissement du capteur) un court instant avant de s’acclimater à la lumière ambiante. On perd du temps dans ce cas avant de pouvoir faire les premières photos. Il faudra certainement que j’adapte ma manière de procéder car c’est plutôt désagréable.
  • Dernier point (même s’il est un peu stupide) : j’aimais bien mettre l’œil dans le viseur en même temps que j’allumais le boitier. Là quand je fais ça je ne vois rien le temps qu’il s’allume. Même si c’est très rapide à se mettre en route le fait d’être coupé de mon environnement est encore étrange pour moi. Le phénomène est le même pour la sortie de veille même si le délai est encore plus court.

Encore une fois il faudra que je prenne de nouvelles habitudes pour m’acclimater à ce nouvel outil qu’est l’EVF. Bon, ce pavé sur le viseur était un peu long mais c’est vraiment un point qui me semblait important.

 

 


L’autonomie : J’ai entendue à peu près tout et son contraire sur l’autonomie des hybrides Canon. Pour ma part, j’ai réussi à faire un peu  plus de 1000 photos avec la nouvelle batterie LPE6-NH… Et environ 600 photos avec ma vielle LPE-6 (qui a plus de 8 ans). Ceci dans les conditions suivantes :

  • Peu de rafales et pour la majorité à 3img/sec
  • Le viseur réglé en fluide a 120 img/sec
  • L’écran arrière allumé en permane pour afficher les réglages
  • Mise en veille de l’écran et du viseur au bout d’une minute
  • Pas mal de réglages, configuration et de découvertes des menus
  • Longs tests sur les transferts de photos en wifi (qui semble consommer beaucoup)

C’est au moins aussi bien qu’avec mon EOS 5D MkIII. En tout cas l’autonomie n’est pas un problème pour moi sur ce boitier et c’est plutôt une bonne nouvelle.

 

 


L’Autofocus nous y voilà… c’est « LE »  point qui a provoqué mon passage à l’hybride ! Le niveau d’AF est pour moi définitivement devenu meilleur en hybride qu’en reflex (pour ma pratique) et ouvre de nouvelles pratiques ! J’attendais beaucoup de cet autofocus et j’avoue que globalement : je ne suis pas déçu… Même si je garde quelques réserves, que je dois lever sur mes prochains tests.

  • L’Eye- AF (détection et suivi de l’oeil) est tout simplement génial. En portrait, on gagne tellement en réactivité ! Le temps que l’on gaspillait à tenter (laborieusement) de bien positionner les collimateurs AF sur les yeux des modèles : c’est désormais du passé… La rapidité d’acquisition et le suivi sont excellents pour du portrait. Voilà une bonne chose de faite !
  • La MAP sur l’ensemble du capteur est également très agréable. On se libère totalement des contraintes de cadrage et on peut se concentrer sur l’essentiel.
  • La précision de MAP en faible PDC est redoutable. C’est lié à l’eye AF et à un très bon niveau de suivi sur les petits mouvements… Au final, cela permet de travailler à pleine ouverture avec un taux de déchet très bas. Même avec des objectifs très exigeants comme le EF 85 mm f/ 1.2 L USM.
  • L’AF de l’EOS R6 redonne un « coup de jeune » aux anciennes optiques. Mon EF 50 mm f/1.4 USM n’est franchement pas réputé pour son piqué à pleine ouverture… Pourtant le nouveau module AF semble être capable d’exploiter la totalité de son potentiel… Et du coup je me surprends à le réutiliser de plus en plus !
  • L’AF en basse lumière est bluffant. Il voit littéralement dans le noir. J’ai pris une photo de mon fils le soir dans sa chambre éteinte avec seulement un filet de lumière qui venait du couloir. J’étais à 102.800 ISO, à f/1.2 et au 1/100 sec…. Autant dire très très peu de lumière ! L’eye AF est forcément moins rapide mais il fonctionne encore et réussi à faire le point. Là ou personnellement je ne vois plus grand-chose. Il faudra que je test plus le sujet, mais le potentiel me semble énorme, notamment lorsque je ferai des photos de mariages !
  • Le suivi AF. Sur ce point je reste encore un peu sur mes réserves. Alors on est déjà mieux que sur mon EOS 5D MkIII. Mais je ne retrouve pas encore, ce que j’ai pu lire à pas mal d’endroits. Sur des rafales de mes enfants ou de mon chien en train de courir j’ai encore un taux de déchet important même si moindre. Alors oui j’ai fait ces tests à f/1.2 sur mon 85 mm et à f/2 sur mon 135 mm. Donc avec une profondeur de champs extrêmement faible. Le suivi est rarement complètement à la ramasse, mais pas suffisamment « toujours pile poil » sur l’œil, comme le laisse penser le carré de l’eye AF. Il faudra que je joue un peu sur les réglages et que je test en fermant un peu, avant de pouvoir donner mon avis définitif sur le sujet.
  • L’intelligence de sélection des sujets. C’est l’autre sujet sur lequel j’ai des réserves pour l’instant. Quand on est en AF full auto avec tracking de l’œil c’est redoutable pour du portrait. Mais lorsque l’on passe en photo de rue, l’AF à tendance à accrocher sur tout… Sauf ce que je veux ! Il prend très souvent des éléments sur le bord du cadre. Alors ce n’est pas très grave car je reprends le contrôle en lui indiquant rapidement avec le joystick à quel endroit je souhaite faire la MAP. Mais avec l’intelligence artificielle je pensais qu’il aurait une meilleure lecture de l’image. On sent que les nouveaux algos sont vraiment optimisé pour les visages.

 

 

 


La qualité d’images – Je n’ai pas encore passé les RAW dans Lightroom Classic… Car il faut que je passe de Lightroom 4 à l’abonnement en ligne. Donc mon avis se base pour l’instant, uniquement sur les JPEG sans retouches.

  • Question piqué : je ne vois aucun retour en arrière par rapport aux 22 MP de mon EOS 5D MkIII. Je dirais même que c’est l’inverse. Mais j’en dirais plus après passage dans Lightroom Classic.
  • Question gestion des hauts ISO : il y a vraiment un très très gros progrès… En jugeant uniquement sur des JPEG du Canon EOS R6 face aux RAW de l’EOS 5D MkIII traités dans Lightroom 4 : je vois facilement entre 1 et 2 IL d’écart en faveur de l’EOS R6.
  • Le niveau de bruit chromatique à beaucoup diminué ce qui rend le grain général moins dérangeant. Mais surtout, je constate qu’il n’y a plus du tout de « banding ».  Même à 100.000 ISO ou à 200.000 ISO.

 

 


La bague d’adaptation EF / RF : c’est le gros point positif de ce passage vers l’hybride… Je n’ai pas à réinvestir directement dans une nouvelle gamme d’optiques.

  • D’un point de vue qualité d’image et d’AF la bague est totalement transparente
  • Comme j’en ai parlé au niveau dans la partie AF certaines optiques sont même plus simples à utiliser et sortent des résultats de meilleur qualité, donc pas d’inquiétude à utiliser des optiques EF sur un EOS R6.
  • Question équilibre général du boitier par contre je suis un peu plus circonspect. Alors oui je savais que la bague allait ajouter de la longueur à mes optiques, mais je pensais que la réduction de taille du boitier compenserait. La prise en mains est du coup un peu moins équilibrée qu’avec mon EOS 5D Mk3 et je n’ai plus vraiment de combo très compact (la commande du RF 35 mm f/1.8 I STM est en cours pour remédier à cela).
  • On s’y fait au final. Mais il ne faut pas espérer gagner (beaucoup) en compacité avec le passage sur un EOS R6. Ce n’était pas mon but… Mais il m’a fallu un peu de temps pour m’habituer au nouvel équilibre de l’ensemble Boitier + Bague + Optique.

 

 


Conclusions : voilà c’est un premier retour d’expérience qui ne couvre pas tous les domaines d’utilisation, mais qui servira de base au test que je publierais sur mon site, une fois que j’aurais eu le temps de pratiquer un peu plus le boitier. J’espère qu’il vous sera utile et n’hésitez pas en commentaires, si vous avez des questions !

Merci à Gil Couturiot (visitez sa page Facebook) pour ce témoignage très instructif. 

 

 

 

 

 


Améliorez la colorimétrie de vos fichiers RAW Canon, Nikon, Fuji, etc… dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce aux Profils que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur ». Découvrez mes profiles Lightroom à Télécharger !

 


 

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

29 commentaires

  1. Gilles Theophile le

    Moui.

    Pas d’objectifs attitrés du système R.

    Jugements sur le système AF via une bague d’adaptation et considérations discutables (redonne un coup de jeune aux optiques anciennes, ben voyons).

    Analyse des JPEG boîtier parce que pas de logiciel actuel.

    1600 images en 8 jours, dont on ne voit pas un seul exemple.

    C’est quand même pas très sérieux tout ça…

    • Si je le publie, c’est que c’est sérieux ;-)

      Il ne s’agit pas d’un test complet, mais d’impression de terrain, d’un utilisateur lambda, qui (comme énormément d’acheteurs d’EOS R6) utilisera les objectifs qu’il a en stock.

      Je trouve donc très intéressant d’avoir un retour d’expérience, avec des objectifs EF et la bague d’adaptation…

      Cela intéressera même : la majorité des acheteurs potentiels de ce type d’appareils.

      L’AF de l’EOS R6 fonctionne très bien avec la bague d’adaptation. Je peux en témoigner : mon EF 85 mm f/1.4 L IS USM je constate très peu de différence avec une optique native…

      Par ailleurs, je connais bien Gil : ses photos ne sont pas partagées, car ce sont des photos de famille (pour le moment). Et je n’ai aucun doute sur le fait qu’il ai réalisé bien assez d’images pour se faire une bonne idée de l’appareil…

      Oui, je confirme que l’EOS R6 redonne une nouvelle jeunesse aux anciennes optiques. Dans le sens ou concernant la qualité d’image : les optimisations internes au processeur (vignettage, aberrations chromatiques, correction géométrique) donnent des JPEG bien plus intéressants, qu’avec les reflex un peu anciens.

      Et que pas mal de gens apprécient de shooter en JPEG…

      • Je trouve également que mes objectifs EF se comportent mieux avec la bague que sur mon reflex monture EF. Ça parait étrange, mais je suppose que c’est à mettre au crédit du boitier hybride.

        • Oui, en JPEF c’est évident : les optimisations logiciels sont nombreuses…

          Sur les RAW il faudrait vérifier.

          Les RAW ouverts dans DPP devraient profiter d’une amélioration (aberration chromatique notamment).

          Mais les RAW ouverts dans Lightroom ou Capture One : il faudrait vraiment vérifier avec un test, si certaines amélioration sont visibles.

          • Ce qu’il veut dire c’est que le comportement des optiques est meilleur, on gagne en précision de mise au net. Il as raison, j’ai fait exactement le même constat, pour prendre le même exemple que lui, sur le 5D MKIII le 50 1.4, je ne l’utilisait plus car les résultat étaient très aléatoires, beaucoup de déchet alors que le R6 gère cette optique avec une précision chirurgicale.

  2. Bonjour Gilles et merci pour ton commentaire.

    Je pensais avoir bien posé les bases et expliqué correctement ce retour d’expérience mais apparemment ce n’est pas le cas où tu as lu en diagonale une grande partie de cette prise en mains. Jean François a déjà répondu à ton commentaire et je partage ses propos, mais je voulais te donner mon point de vue puisque c’est moi qui ai écrit ces lignes.

    Ce n’est pas un test mais une première prise de contact après une semaine d’essais depuis l’arrivée de mon nouveau boitier. Je fais de la photo depuis maintenant près de 25 et pas mal de boitiers et d’optiques sont passées entre mes mains. Je pense commencer à pouvoir donner un avis qui apportera des réponses aux questions que se posent une partie des futurs acheteurs du R6 et c’est pour ça que j’ai pris le temps d’écrire ce premier retour. Je ne suis plus professionnel aujourd’hui mais je continue mon activité en passionné et je pense humblement que beaucoup de futurs acheteurs du R6 seront des passionnés comme je peux l’être.

    Je ne suis pas là pour faire des tests scientifiques ni des mesures précises mais donner un premier retour terrain de la prise en mains de ce boitier et du passage d’un réflexe à un hybride. Le test complet arrivera comme je l’ai dit dans cette prise en mains lorsque j’aurais pu le tester en studio sur un mariage, mis à l’épreuve du terrain et lorsque j’aurais poussé les fichiers dans leurs retranchements sur LR. Mais si tu veux te faire une idée de ce que je peux écrire comme test, tu peux aller voir ceux que j’ai publié sur mon site et même pour certains sur ce blog.

    Concernant mon analyse de la qualité d’image en Jpeg, tu remarqueras que celle-ci est très courte et que je réserve encore mes propos. Ce n’est qu’une première impression qui est plutôt positive et je ne pense pas que cela soit très différent après analyse poussée lorsque je vais retravailler mes RAW.
    Concernant le fait de ne pas avoir d’objectif RF c’est justement là que réside une partie de l’intérêt de ma prise en mains par rapport à beaucoup de tests que l’on voit. Je pense qu’un grand nombre des acheteurs du R6 ne vont pas avoir une panoplie d’objectifs RF (1 tout au plus pour commencer) et que des avis sur la cohabitation entre objectif EF et boitier R manquent en ce moment.

    Oui l’AF du R6 est possible à juger avec la bague d’adaptation car il va certainement être beaucoup utilisé dans cette configuration. D’ailleurs tu remarqueras que j’ai à chaque fois mis les réserves de rigueur dans mes commentaires lorsque je ne suis pas certain de la conclusion ou lorsque je pense qu’il me faut plus de tests.

    Oui l’AF donne un coup de jeune à certaines optiques. Pas qu’il les rend meilleur optiquement ça serait totalement stupide de dire cela mais il permet de mieux les exploiter et d’en tirer le maximum ce qui leur redonne un intérêt (pour le 50) ou facilite leur utilisation (pour le 85 F1.2).

    Pour finir sur les 1600 images en 8 jours sans exemples, je pense que si tu avais bien lu mon texte tu aurais vu que pour le moment je l’ai uniquement utilisé dans ma sphère personnelle et comme son nom l’indique, je préfère qu’elle reste personnelle. Maintenant rien ne t’empêche d’aller sur mon site ou ma page photographe Facebook qui sont mises en lien dans le texte pour regarder mon travail. Rien n’est caché à ce niveau et je me livre à la critique comme tout photographe. Et même si j’étais un piètre photographe, est ce que cela ferait de cet avis quelque chose d’inintéressant pour autant ?

    Bref je ne cherche pas la reconnaissance avec ce texte de prise en mains mais j’espère que cela pourra aider des futur acquéreurs à se faire une idée avec une manière de présenter les choses un peu différente de ce que l’on voit jusqu’à maintenant ;)

    • Moi je suis certain que ce retour d’expérience sera très utile !

      Il y a beaucoup de gens qui sont encore en reflex (et depuis longtemps comme toi), qui hésitent à cause de l’EVF et qui n’ont pas l’intention de racheter d’un coup tout leur parc optique…

      Et qui même seraient restés bloqués en Lightroom 6 (ou pire ;-) A la limite, c’est le seul point ou je serai d’accord avec Gilles : au moment ou c’était encore possible et pas cher (70€), tu aurais du te mettre à jour en Lightroom 6…

      Mais je sais bien que pendant certains moment dans la vie, on peut avoir des priorités et tu n’es pas le seul à être resté sur une ancienne version. A la limite, on peut dire que ta prise en main en est d’autant plus représentative !

      Bon, je suppose qu’il va y avoir encore d’autres questions, merci d’avance pour les réponses !

    • Bonjour
      Pourriez vous nous préciser la latence au déclenchement alors que le boitier est en veille? Question fondamentale quand on fait de l’instantané notamment en scènes de rue ou de voyage en voiture iu autobus!
      Merci

      • Personnellement je ne ressens aucune latence au déclenchement…

        Je me sens avec les EOS R6 et EOS R5 : exactement comme avec mes reflex.

        Ces hybrides sont « totalement instantanés » comme des reflex haut de gamme : donc parfaitement adaptés à la prise de vue sur le vif, la street photo, le sport, etc…

        • Merci de ce retour; mais ma question concerne les déclenchements alors que l’appareil était EN VEILLE. Ce n’est pas le déclenchement alors que l’on a l’appareil en marche!
          Donc que sauriez vous me dire dans cette condition précise? Merci beaucoup et cordialement

  3. J’ai vu cette review (et je crois des images d’ailleurs) sur le forum d’un magasine bien connu dans le monde de la photo :)

  4. Gilles Theophile le

    Juste pour mettre les choses au point, j’ai parfaitement lu l’article, en détail, à tête reposée, et mon avis repose sur cette lecture et non pas sur une supposée « lecture en diagonale » ! Et donc, mon avis est bien un avis ferme et définitif : ce genre de test terrain, sur le court terme, avec peu d’images au final, sans tirer la quintessence du système en exploitant les optiques dédiées n’apporte rien de plus que les innombrables « reviews » vidéo des influenceurs dont on nous abreuve. Dommage, car, justement, il y avait un créneau à prendre.

    Après, personne n’est obligé d’adhérer à mon point de vue, ça c’est clair. Je regrette également que ta liste d’objectifs représente une valeur neuve d’environ 7000 euros, par contre tu mégotes sur une mise à jour de logiciel, et je ne trouve pas ça très sérieux non plus, désolé.

    Et pour finir, nulle part je n’ai critiqué ton travail en tant que photographe, ce n’est pas le sujet ici et je ne me le permettrais pas !

    • Justement tu écris « ce genre de test terrain »… Mais il ne s’agit pas du tout d’un test terrain ! Mais d’une simple « première impression », un simple « retour d’expérience » dans les condition d’un utilisateur « normal » équipé d’objectifs EF (comme tout le monde)…

      Bon, peu importe…

      De toutes façon, le test terrain, je l’ai publié le jour de la sortie du boitier, puisque j’avais pu l’obtenir de Canon : 15 jours avant sa présentation officielle.

      A lire, le Test terrain du Canon EOS R6 : https://photoetmac.com/2020/07/canon-eos-r6

      Et je peux te dire que pendant ces 15 jours j’ai eu tout le temps nécessaire pour le tester à fond (avec 5 ou 6 optiques RF justement, y compris deux modèles Samyang compatibles)…

      Si je publie cette « première impression » de Gil, c’est justement car elle est très différente (et très complémentaire) de mon test terrain..

  5. Quelle condescendace de gilles theophile même pas équipé canon actuellement ( sony non?) Et qui juge de manière péremptoire…

    Moi utilisateur canon et équipé d’objectifs EF et d’un canon 6D je suis justement parfaitement intéressé par ce type de retour car je compte bien garder comme certains mon parc ef parfaitement fonctionnel et qualitatif.

    Non ce type de retour est utile.
    Merci à vous.

    • Gilles Theophile le

      Monsieur Nicolas P, j’ai été équipé Canon pendant plus de 30 ans, je suis ailleurs actuellement – et ravi de mon switch chez Sony, mais là n’est pas la question.

      Je n’ai d’ailleurs pas fait la moindre comparaison dans mes propos. Si j’étais resté chez Canon, j’aurais probablement un R5 aujourd’hui et, qui sait ? Peut-être reviendrai-je un jour à mes premières amours ?

      Par contre, quand vous parlez de condescendance pour quelqu’un qui ne fait qu’exprimer un avis, ce qui est en général la règle dans les lieux de discussion, je suggère que vous vous relisiez et que vous vous regardiez dans un miroir ;-)

      • Bon allé on ne va pas s’écharper pour un article non plus…

        Gilles je pense que tu n’es pas la cible de ce qu’apporte une prise en mains comme celle-ci mais qu’elle apporte quand même des choses.

        La photo ce n’est pas que de la technique. Lorsqu’on est pro c’est principalement un outil de travail mais lorsque l’on est amateur c’est principalement du plaisir. Dans le plaisir il y’a une part de sensations, d’émotion et d’irrationnel. Ma prise en mains porte justement sur ces petits détails « du quotidien » avec le boitier et des sensations autour du switch Reflex / Hybride.

        Tu trouves que ce n’est pas sérieux… Pas de soucis je respecte ton point de vue… Mais cette prise en mains n’est pas faite pour être sérieuse, elle est faite pour donner un ressenti.

        Maintenant concernant LR je te rassure, ce n’est pas une question de coût qui me retient et la décision de passer à l’abonnement LR est prise depuis que j’ai commandé le R6. Le choix était logique. Par contre je n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper. La photo n’est plus mon métier j’en ai un qui m’occupe à plein temps et j’ai aussi une famille.

        Du coup j’ai préféré utiliser mon temps libre à découvrir mon nouveau joujou et à produire des images de ma famille en priorité.

        LR arrivera au moment où j’aurais des shooting plus sérieux à travailler et que j’en aurais réellement besoin. Pour mes photos de famille dans un premier temps les JPEG me suffisent même si j’ai les Raw en Backup ;-)

        Bref … essayons de garder la bonne humeur sur ce blog qui est lui-même très sympa. Je sais que nous avons un désaccord sur la manière d’appréhender cette prise en mains… Le plus important c’est qu’elle serve à certaines personnes ;-)

    • Bonjour ! Je ne pense pas que cela soit un problème de condescendance. M. Théophile ne fait qu’exprimer ses impressions sur ce retour d’expérience.

      À aucun moment, il n’y a de mépris ou un sentiment de supériorité par rapport au travail (de qualité pro) de M. Ottrot. C’est comme toujours un problème de communication, le choix des mots, le ton employé. Frontal, direct ! Sans aucune bienveillance ou empathie !

      Avec des commentaires très définitifs, comme le fait d’avoir mégoté sur le passage à Lightroom Classic. À aucun moment, il n’envisage que ce photographe, dans un contexte particulier (comme le fait de ne plus être pro), ait choisi de rester sur un flux de travail qu’il maîtrisait, ou tout simplement qu’il avait autre chose à penser !

      Bref, il a ses raisons ! Dans ces conditions, il est difficile d’échanger nos opinions divergentes. Je crains qu’il n’en soit pas conscient….shut !

      • Bonjour XCID (et les autres, bien sûr),

        le problème à mon sens n’est pas tant d’avoir mégoté que de donner un avis sur des JPEGS sortis d’un boitier de 2020 et des RAW traités avec un logiciel datant de 2012.

        Entretemps il y a eu beaucoup de progrès sur les algorithmes, tant sur les logiciels que sur les boitiers, donc donner des écarts de 1 ou 2IL dans ce contexte (d’ailleurs, quel traitement a été fait sur les RAW du 5DIII dans Lr4 et quel traitement a été sélectionné dans le R6 car « sans retouches » ne donne pas d’infos là-dessus? On n’en sait rien…) ne parlera qu’à ceux qui sont sur un 5DIII avec Lr4 et veulent passer au R6 en JPEG.

        Parce que, qu’un R6 de 2020 en JPEG ait des algorithmes plus performants qu’un 5DIII de 2012 ça parait évident, mais est-ce que le progrès serait aussi important en RAW dans un logiciel avec des algorithmes qui seront aussi performants avec l’un qu’avec l’autre…donc sur ce point-là je suis d’accord avec Gilles, pourquoi faire un comparatif et un retour d’expérience avec un vieux Lr4 et toutes les réserves que ça impliquera alors que c’est déjà prévu de passer au dernier Lr (d’ailleurs, par manque de temps? installer Lr prendra vraiment plus de temps qu’un retour d’expérience d’une semaine?).

        Néanmoins, merci Ottrot pour ton retour ;), même si je pense aussi que ça aurait été plus pertinent de passer directement au retour après mise à jour de Lr (au moins là il n’y aurait pas cette discussion lol).

        • Gil n’a certainement pas parlé de traiter les RAW de l’EOS R6 dans un logiciel de 2012 : puisque par définition Lightroom 4… ne peut pas lire ces .cr3.

          Gil a seulement examiné les JPEG brut du boitier… (ce qui est déjà très intéressant et que j’ai fait moi même dans mon test terrain aussi).

          « La qualité d’images – Je n’ai pas encore passé les RAW dans Lightroom Classic… Car il faut que je passe de Lightroom 4 à l’abonnement en ligne. Donc mon avis se base pour l’instant, uniquement sur les JPEG sans retouches. »

          Ce qu’il peut faire dans n’importe quel logiciel (iPhoto, Preview, Photoshop… y compris Lightroom 4)…

          L’examen des JPEG dans Lightroom 4 est absolument identique à celui que l’on peut faire dans Lightroom 9 (actuel)…

          Il n’y a donc même pas de question à ce sujet. Par ailleurs son « retour d’expérience rapide après une semaine », ne portait pas du tout sur la qualité d’image en RAW, mais principalement sur l’ergonomie, le viseur, etc…

          On se doute bien que les RAW sont fantastiques (ils le sont), mais ce n’est pas son sujet.

          Une ligne (sur tout le test) est consacrée au fait que les JPEG de l’EOS R6, semblent meilleurs que les RAW de l’EOS 5D MkIII traités dans LR4, ce qui est une information intéressante pour pas mal de gens qui sont resté à des versions anciennes de Lightroom…

          Une seule ligne (totalement justifiée en plus), qui produit une demi douzaine de commentaires critiques plutôt casse-couille.

          Il me semble que lorsque quelqu’un partage gratuitement son expérience (qui peut s’avèrer utile pour d’autres), mon premier reflex serait plutôt de le remercier…

          • Sauf que ses RAW de 5DIII sont traités…avec un logiciel de 2012! Et en lisant bien, on remarque
            « Question gestion des hauts ISO : il y a vraiment un très très gros progrès… En jugeant uniquement sur des JPEG du Canon EOS R6 face aux RAW de l’EOS 5D MkIII traités dans Lightroom 4 : je vois facilement entre 1 et 2 IL d’écart en faveur de l’EOS R6. »
            On est d’accord qu’il précise que c’est en jugeant JPEG R6/RAW+Lr4 5DIII, mais du coup ça pondère énormément les « très très gros progrès » parce que je doute que le traitement de bruit de Lr CC ne soit pas plus efficace que celui de Lr4. Du coup, si l’examen des JPEGS dans Lr4 est identique à celui dans Lr9, la comparaison avec celui des RAW du 5DIII dans Lr4 n’est pas identique à celui dans Lr9.
            Et encore une fois, « JPEG brut de boitier » ne renseigne pas, quel style d’image? Quelle option de réduction du bruit?…Et dans Lr4 avec les RAW 5DIII, mêmes questions.
            Du coup il faut lire aussi et ne pas répondre trop vite, je n’ai jamais demandé à Gil de traiter les RAW du R6 avec Lr4 ;) .

  6. Bon je laisse tomber sur ce coup là….
    3 pages d’écriture de retour d’expérience resumé a un paragraphe de 10 lignes sur la qualité d’image qui n’est la que pour dire qu’il n’y a pas de soucis et avec toutes les précautions d’usage dans mes propos.

    Cette prise en mains n’est pas technique… elle ne se veut pas technique et c’est volontaire !

    Je coupe la sur le sujet je pense que j’ai fais le tour…

  7. Merci pour votre retour une fois de plus.

    Comme le dit jean François vuibert laissez tomber les casse c… qui au lieu de vous remercier crachent sur ce que vous avez exposé gratuitement et gentiment pour aider et informer.

  8. Bon j’ai pu tester ce R6 (merci à Images Photos Orléans) la semaine passée pendant quelques heures.
    Dans la foulée j’ai mis en vente mon A9 et le Sony 35mm 1.8.
    J’ai récupéré un R6 Samedi avec le RF 35 1.8. Il me reste un peu de matoce Sony à vendre avant de pouvoir compléter.

    Bon pourquoi avoir entamé un switch?
    Déjà le viseur… Même si le A9 a la même résolution que celui du R6 (et de mon XT3), je préfère de (très) loin le rendu (dans l’ordre) du Fuji et du R6.
    Ensuite l’écran orientable, je fais majoritairement des photos nature / animaux et le fait de pouvoir articuler l’écran sans se péter le dos c’est vraiment cool.
    Le plaisir d’utilisation. Sony fait de l’excellent matoce, avec lequel je n’ai jamais pris plaisir à l’utilisation… Mais ils étaient les seuls à proposer ce que proposait l’A9, ce n’est plus le cas.
    La qualité d’image que je préfère sur le Canon, et clairement les 4mp de moins…
    L’AF est à mon sens à minima aussi bon sur le R6, je dirai même meilleur, mais c’est subjectif, et je n’ai pas assez de recul.
    La montée en ISO est assez folle.

    Bon par contre le R6 fait bien plus cheap à mon sens en main que le A9 mais bon.

    Bon les fanas de Sony vont me tomber dessus mais… osef ^^ Pour ceux qui veulent il me reste un RIV, un 200-600 et un 24-105 à vendre chez Sony :D

      • Bon quelques trucs casses bonbons que je viens de découvrir, particulièrement sur la partie vidéo :

        * impossibilité de choisir un mode A ou S en vidéo… on a le choix à tout manuel ou tout auto (le R5 permet de choisir aussi les classiques prio ouvertures ou prio vitesse)
        * impossibilité de faire zebra + focus peaking en vidéo (c’est l’un ou l’autre)
        * A priori (à moins de ne pas avoir trouvé comment) mais on ne peut pas enregistrer les configs vidéos sur les modes C1/C2/C3
        * On ne peut pas avoir le niveau quand on enregistre une vidéo, ni de grilles, ni le niveau de l’audio…

        Tout ça est à priori présent sur le R5, et ce sont des fonctions de base… C’est super mesquin de la part de Canon pour le coup (je fais majoritairement de la photo, mais ces options, je les avais déjà sur mon XT2 et elles sont présentes sur tous les boîtiers toutes marques confondues). J’espère vraiment un firmware pour implémenter tout ça (et ça ne volera de toute façon pas la vedette au R5…)

        Ma déception du soir :/

        JF si tu as des interlocuteurs à qui faire remonter…

    • Tien C’est de là que vient mon R6 !
      Faudrait qu’on se croise si tu es aussi d’Orléans !

      Intéressant ton retour VS le A9. Pour le suivi en rafale, tu constate aussi du mieux ?

      Pour la partie vidéo c’est vrai que dans l’absolue c’est rageant pour un boitier à ce prix… Bon perso ça ne me dérange pas car je ne fais pas du tout de vidéo mais quand même sur le principe, je suis complètement en accord avec toi !

Leave A Reply