web analytics

Olympus n’est pas totalement mort : OM System OM-1 annoncé

81
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Il semblerait que ça bouge encore du côté de Olympus, qui ne s’appèle plus Olympus, mais se nomme OM System… Sauf que sur cette nouvelle version du boitier pro de la marque (qui est nommé « OM System OM-1 ») : il est toujours écrit Olympus. Même si ce n’est plus un Olympus…

On n’y comprend rien, mais c’est pas grave ! Le nom du boîtier fait certainement référence au fameux Olympus OM-1 produit de 1973 à 1987, je me souviens que quand j’étais en CM2 un de mes camarade utilisait celui de son père et j’en était assez jaloux. Mais j’ai eu la chance d’hériter d’un Minolta SRT 101 quelque temps plus tard)… Sortir un boitier Pro avec un capteur de 20 Mpixels en 2022 pour 2 199 $ (aux USA) boitier nu ? Est-ce vraiment raisonnable ? Pas vraiment… Et cela m’étonnerait qu’il intéresse grand monde, au delà d’une petite niche de photographes « randonneurs » déjà équipés de téléobjectifs Olympus. Combien sont-ils en France ? Quelques dizaines ?

Certes cette petite niche de passionnés aux besoins très spécifique existe : et elle a choisi le système Micro 4/3 « pour de bonnes raisons »… Mais je doute qu’elle puisse continuer de soutenir suffisamment la recherche et développement de la marque.  Panasonic, l’autre inventeur du système Micro 4/3 a choisi de se lancer sérieusement dans le Full Frame : « pour de bonnes raisons » également.

On peut suspecter que l’on assiste aujourd’hui ici à la mise en production « tardive » des dernières recherches menées par l’ancienne marque Olympus, avant son rachat par le repreneur. Toujours est-il que pour la première fois un AF Quad Pixel est proposé (on sait que Canon a déposé des brevets en ce sens également il y a déjà plusieurs années).

Mais cela suffira-t-il à entrainer l’adhésion de nouveaux utilisateurs en provenance d’autres marques ? Et bien j’en doute totalement… Si la communauté existante des utilisateurs d’Olympus n’avaient pas suffit à faire survivre Olympus, comment suffiront-ils à faire vivre et prospérer OM System ?

Vous connaissez depuis 3 ou 4 ans ma position vis à vis du format Micro 4/3 (après que j’ai revendu mon Panasonic GM1 et quelques objectifs Micro 4/3 que je possédais). Premièrement son intérêt me semble de plus en plus « marginal » et limité à une niche extrêmement réduite (en résumé un besoin de longues focales pour un poids minimal : c’est un besoin plutôt rare).

Ensuite investir dans ce format me semble risqué désormais. Autant en terme de possibilité de revente dans 3 ou 4 ans. Qu’en termes de perspectives de développement technologiques (progrès vers la haute résolution notamment… Ce nouveau « flagship » plafonne encore à 20 Mpix, c’est décevant ! Alors que bientôt plusieurs Full Frame afficheront 80 Mpix oui davantage). Selon moi le format Micro 4/3 est en soins intensif et l’on bascule désormais dans l’acharnement thérapeutique.

Toutefois si l’un d’entre vous à l’occasion de le tester ou de l’acheter : je publierai ses impressions avec intérêt.

Sinon, il n’est pas moche, c’est vrai… Et propose beaucoup d’innovation technologiques (que je ne vais pas détailler, car elle n’intéressent pas grand monde ici). Mais tout ça est bien trop cher, pour seulement 20 Mpixel sur un « si petit capteur ».

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

81 commentaires

  1. « Il semblerait que ça bouge encore du côté de Olympus, qui ne s’appèle plus Olympus, mais se nomme OM System… Sauf que sur cette nouvelle version du boitier pro de la marque (qui est nommé « OM System OM-1 ») : il est toujours écrit Olympus. Même si ce n’est plus un Olympus…

    On n’y comprend rien, mais c’est pas grave ! »

    C’est pourtant plutôt évident (beaucoup plus que de lire des rapports financiers à destination des actionnaires et d’en tirer des conséquences sur le marché photo) :
    – Olympus s’est séparé de sa branche photo, car plus assez rentable (voire déficitaire, peu importe)
    – un acteur a racheté cette branche, y compris sa marque
    – cet acteur réutilise cette marque.

    Pour les utilisateurs, vu que c’est les mêmes ingés, les mêmes techno et le même standard m4/3, c’est assez transparent, ça ne change rien au final.

    Concernant le boîtier lui-même, je vois quand même quelques atouts : un AF quad pixel AF (puisque visiblement Canon ne le fait pas encore), et surtout une gamme optique relativement légère. Si tu regardes les annonces d’à côté (les deux zooms pro f/2.8), c’est pas si inintéressant que ça.

    Leur 40-150/2.8 est annoncé pour moins de 400 grammes. Pour une telle plage focale (même en tenant compte de la plus grande profondeur de champ), c’est appréciable.

    OMDS semble aussi se focaliser sur la photographie computationnelle, et c’est probablement la seule chose qui sauvera le format micro 4/3 à long terme (et encore).

    Après, est-ce que ça suffira à relancer Olympus (enfin OMDS), seul l’avenir nous le dira.

    • Oui, mais non… Tout cela n’a pas grand intérêt en 2022

      – Les deux zooms pro à f/2.8, sont en fait des zoom à f/5.6 (on ne va pas refaire ce débat qui est tranché il me semble. Si on multiplié la focale par 2 pour comparer « l’équivalent » : alors on le fait aussi pour connaître l’ouverture « équivalente » )…

      Si Canon ou Nikon proposait des zoom pro des même focale « équivalentes » ouvrant à « l’équivalent » f/5.6… à ce prix là : tout le monde dirait que c’est du foutage de gueule ;-)

      – Oui le poids pour de telles focales est intéressant ; c’est vrai… Et je l’ai dit : mais cela n’intéresse qu’une niche de photographe. Certaines femmes photographes (j’en connais une seule autour de moi) qui estiment ne pas pouvoir soulever un télé Full Frame équivalent de façon confortable : OK. Les randonneurs en montagne : OK… Mais tout cela « cumulé » : ne va pas faire « assez de monde » je le crains…

      – Les performances des systèmes hybrides Full Frame sont supérieures pour un poids qui est devenu « raisonnable ». Et du coup l’avantage compétitif en poids du Micro 4/3 qui était net face aux reflex, n’est plus « déterminant » pour prendre le risque de sortir des trois « Grandes marques leaders »

      – La photographie « computationnelle » est à la porté de tous les fabricants… Simplement les autres n’en ont pas besoin, au delà de redresser les objectifs : distorsions, piqué et vignettage…

      • C’est bien ce que je dis : on est sur un produit de niche. Comme les Leica (M comme L). Comme les reflex Pentax. Comme les mirrorless Panasonic à AF par contraste (archaïque), les boîtiers Sigma L… D’une certaine façon, les Fuji X aussi sont une niche – même si de plus grande taille.

        Mais un produit de niche peut être profitable pour une marque. Si la marge est suffisamment élevée et les ventes assez stables. Regarde la ligne GR de Ricoh, c’est un produit de niche depuis des décennies, ça ne les empêche pas de continuer à en vendre, et d’en produire des nouveaux (et si c’était pas rentable, tu te doutes bien que Ricoh aurait bazardé tout ça).

        Les seuls acteurs de masse aujourd’hui, c’est Canon, Sony et Nikon (qui, je pense, va devenir le no.3 de manière pérenne, je ne les vois pas reprendre la deuxième place).

        Il ne faut donc pas lire ce que propose OMDS avec le même prisme que ce que produisent les big 3 en plein format. C’est un petit boîtier, qui annonce globalement être indestructible et étanche (enfin IP53), que tu peux traîner dans la boue et la poussière sous la pluie sans arrière-pensée pour shooter en longue focale de manière légère. C’est super spécifique, mais dans ce que ça propose comme spécifique, c’est pas trop mal.

        Est-ce que la photographie computationnelle est à la portée de tous les fabricants ? Oui. Mais est-ce que tous les fabricants en font ? Non. Et, au fil des ans, ça peut créer un certain écart entre un OMDS qui met le paquet dessus et les autres. Cela ne compensera pas le petit capteur, mais ça peut quand même améliorer ses performances.

        Donc pour résumer : oui, c’est une niche, mais non ça ne veut pas dire que ça ne sera pas rentable et pérenne. Et c’est la rentabilité et la pérennité qui sont les valeurs clefs d’un produit, pas les parts de marché.

        • « D’une certaine façon, les Fuji X aussi sont une niche – même si de plus grande taille. »

          Non, non : le marché des Fuji X est bien plus petit encore, que le marché du Micro 4/3 dans son ensemble ! Je dirais qu’il est 3 fois plus petit… Il suffit de comparer les chiffres des vente des fabricants (auxquels il faut ajouter les opticiens tiers)… Fuji (en APS-C) est toujours derrière Olympus et Panasonic.

    • La photographie computationnelle ? Quelle horreur ce terme, on est en France, tu peux dire calculée, informatisée, digitale, numérique, algorithmique, tout ce que tu veux mais computationnelle, non pitité, beuark…
      On dit un ordinateur, pas un computer (qui n’est d’ailleurs pas très juste comme terme même en anglais).

      • ahah ! Très juste…

        Mais quel terme choisir exactement ?

        Algorithmique : ça fait penser à de la danse… Pas très compréhensible. Il faut faire sentir le côté « manipulatoire » du traitement interne (souvent dégueulasse et excessif)…

        La Photographie Digitraficotationnelle ?

        La Photographie Numéritraficotatisé ?

        … autres idées ?

      • Computationnelle c’est très bien. Tant mieux si ça fait râler.

        Qui plus est, de la part de quelqu’un qui utilise « digitale » (angliscisme), algorithmique (rien à voir avec la choucroute), numérique (plénoasme dans tous les cas modernes puisqu’on ne shoote plus en analogique), je trouve ça ironique.

        Après, si tu penses que « photographie numérique » fonctionne, c’est probablement que tu n’as pas compris le concept de photographie computationnelle. (Qui consiste à rajouter une surcouche de traitement de l’image à un RAW pour tirer une image qui n’est plus dérivable aisément du RAW ; c’est bien plus que de la photo numérique).

        • Je viens de vérifier, merde alors, COMPUTATION est français. Par contre, ça veut dire « calculer le temps ». Donc rien à voir avec une photographie.
          Photographie computationnelle, ça vient plutôt de COMPUTER : l’ordinateur, Sauf qu’en anglais COMPUTER c’est CALCULATEUR, et ce n’est pas vraiment un calcul qu’on effectue sur une photo, c’est plutôt un traitement d’intelligence artificielle.
          Donc « Computationnelle », c’est de la merde :) Ca me fait toujours penser à des personnes qui ne savent pas de quoi elles parlent et qui utilise des mots pompeux (et de préférence Anglais) pour faire impression.
          Nah :)

          • Puisque le but est de jouer au plus con, et que j’ai quelques minutes pour enfiler les drosphiles :

            1. « Je viens de vérifier, merde alors, COMPUTATION est français. Par contre, ça veut dire « calculer le temps ». »

            >> Tu as vérifié de manière très superficielle, visiblement. (Précision : le Larousse n’est pas le dictionnaire de référence, et encore moins pour les traductions de termes techniques. Le Litré/TLF est plus précis, le Grand dictionnaire terminologique canadien également.)

            Ouvrons ensemble le TLF, référence des termes français niveau universitaire : https://www.cnrtl.fr/definition/computation
            « Calcul, évaluation »

            Déjà, avant de t’arrêter sur une définition, prends le temps de lire les autres.

            Computation est bien un terme faisant référence au calcul. Computationnel est peut-être un néologisme, mais il se fonde bien sur l’adjectification de computation – ce terme existant bien en français.

            2. « Donc rien à voir avec une photographie »

            >> Personne n’a jamais dit que computation(nel) avait un rapport avec la photographie, que tu le prétendes est de la pure mauvaise foi.

            C’est d’ailleurs pour cela qu’on utilise le terme « photographie computationnelle », pour bien indiquer que l’on parle de photographie.

            De fait, le terme photographie computationnelle comprend deux informations : cela désigne de la photographie, et cela implique une part de calcul (réalisable avec un ordinateur).

            3.  » Photographie computationnelle, ça vient plutôt de COMPUTER : l’ordinateur, Sauf qu’en anglais COMPUTER c’est CALCULATEUR, et ce n’est pas vraiment un calcul qu’on effectue sur une photo, c’est plutôt un traitement d’intelligence artificielle. »

            >> To compute, en anglais, cela veut dire calculer. La nuance avec le terme calculate, c’est que calculate fait plus référence à un calcul purement mental, là où compute fait plus référence à un calcul concret (et automatisé ou automatisable). Le français fait moins la nuance, et on utilise calculer dans les deux cas.

            Par ailleurs, pour ta culture, un calcul (au sens compute), c’est un algorithme d’un type particulier (et notamment quand on réalise un calcul avec un ordinateur).

            Pour rappel, un algorithme, ce n’est qu’une suite d’instructions.

            4. Tout cela pour dire que
            – le terme computation existe bel et bien en français, preuve à l’appui
            – le terme photographie computationnelle est une traduction fidèle (sémantiquement et étymologiquement) du terme anglais « computational photography »
            – les notions de calcul et d’algorithmie sont intrinsèquement liées, et concernant le traitement de l’image, on peut passer de l’une à l’autre sans grande difficulté. Faire la distinction est en l’espèce très artificiel.

            Le terme est nouveau photographie computationnelle, oui, mais pas pompeux, puisqu’il ne présente pas d’équivalent moins soutenu. Précisément parce qu’il désigne un domaine du traitement de l’image relativement jeune (une dizaine d’années tout au plus dans ses applications grand public).

            5. Essaye d’avoir un français correct dans tes commentaires, notamment dans le placement des signes de ponctuation et les majuscules, placées n’importe comment, avant de jouer les gardiens du temple de l’académie française. Pour information, anglais désigne la langue, Anglais désigne le gentilé des habitants d’Angleterre.

            @JVF : plutôt que de se palucher en bon gardien de la langue française, il serait peut-être judicieux de se relire plus assidument sur ce blog, la qualité du français y est déplorable et les fautes de syntaxe nombreuses. On donne des leçons quand on a soit-même un niveau satisfaisant. Charité bien ordonnée commence par soi-même, comme on disait du temps de mes grands-parents.

            My 2 cents

            • Bravo pour la démo ! + un point pour photographie Computationelle (même si ça sonne mal).

              Concernant le niveau de syntaxe du blog : j’ai le choix entre :

              – écrire vite sans rien vérifier et publier des articles assez souvent.

              – prendre beaucoup de temps pour me relire, reprendre ma syntaxe et mes phrases… Et passer 3 à 4 fois plus de temps sur chaque article : donc en écrire trois fois moins… Mauvaise idée je crois !

              Car oui, j’ai déjà fait ce test sur certains article ; d’essayer de parvenir à un Français parfait et une orthographe quasi 100% rigoureuse : c’est 3 ou 4 fois plus de temps. Un exemple ici : (je crois bien que c’était cet article qui avait fait l’objet d’une triple relecture) :

              https://photoetmac.com/2020/07/canon-eos-r6/

              Et bien l’expérience à démontré que c’est totalement incompatible avec la rédaction d’un blog, bien entendu… C’est la même différence qui existe entre une esquisse au fusain et un dessin à la plume.

              Le mieux est l’ennemi du bien !

              • Je suis totalement d’accord. La relecture, c’est long. C’est d’autant plus vrai que ton travail ici est bénévole.

                Simplement, je pense qu’un poil de bienveillance et de compréhension — surtout quand il s’agit de définir un nouveau terme pour un nouveau domaine, ça ne fait de mal à personne. De toute façon, il faudra un terme. Je préfère une francisation (qui finalement n’est pas tant que ça un angliscisme) que l’utilisation brute de décoffrage d’un terme anglais.

                Au moins quand on franscise, on s’approprie le terme. Je préfère ça aux mots anglais tels quels dans les phrases (où là on ne se les approprie pas du tout).

          • Ah et computation ça vient du latin computus, qui signifie calculer.

            Puisqu’on a commencé à aller jusqu’au fond du sujet, autant faire le travail jusqu’au bout.

      • Pour qqun qui défend la langue française, proposer « digitale » est un comble !
        Comme quoi il faut toujours se méfier de soi même quand on a des certitudes.

        • Bon il semblerait que j’ai tort :) C’est surtout que computationnel me paraissait moche et inapproprié. Je suis informaticien, et Digital est dans le langage courant et aussi dans le dictionnaire. Donc d’un point de vue informatique c’est logique de le proposer. Alors que computationnel pour dire calculé… Ca me paraissait trop tiré d’une mauvaise utilisation de computer, ce qui m’énerve. (c’est surtout les gens qui dise computer à la place d’ordinateur qui m’énerve).

          Il faut bien reconnaitre ses erreurs, mais je trouve toujours ça moche :)

          De toute façon d’un certain coté, toute images numérique subit des calculs, simplement pour passer du capteur au fichier. Par contre, ce que vous appelez « Photographie computationnelle » subit plus que du calcul, c’est plutôt un traitement d’intelligence artificielle. Et assimiler ça uniquement à du calcul n’est peut-être plus très juste. Il s’agit d’un traitement informatique ce que laisserait entendre « computationnel » dans le sens d’ordinateur et non de calcul… Et donc ce ne serait plus dans le sens du terme. On détourne le terme de « Calcul » vers « Informatique ». Et c’est ce que vont retenir les gens.

          • En conclusion, computation n’est pas une erreur de français.

            Par contre, Parler de photographie computationnelle dans ce cas est une erreur, car :
            – Il y a déjà beaucoup de calcul pour passer de RAW à Jpeg, Donc la photographie numérique est déjà computationnelle.
            – le traitement par IA n’est pas que du calcul.
            – Si on veut dire que c’est traité par ordinateur le terme ne correspond pas.

            Oui, désolé, je suis un gros tétu, voire obtus… :)

            • Et merde, après une recherche complémentaire, j’ai aussi tort dans ma conclusion, parce que computationnel est bien synonyme de « traité par ordinateur »…

              Bon comme quoi, on peut persister dans une erreur. Ca me parait toujours faux, mais c’est moi qui me trompe…. Pfiuuuuu

              Ca m’apprendra à être obtus….

  2. philippe gourdon le

    ne pas oublier, c’est son originalité
    High Resolution mode (Tripod) – Shoots eight images with 1/2 pixel offsets to boost resolution to 80MP. Processed in camera, and can include Raw
    Hand-held High Resolution mode – Shoots eight shots using image stabilization. Gives up to 50MP resolution. Processed in camera, and can include Raw
    cela sera interessant de comparer avec une photo full frame

    • Oui, OK… Je ne l’ai jamais testé : est-il réaliste de l’employer pour toutes ses photos, tout le temps, sans aucunes conséquence négatives (de ralentissement de la cadence, de poids, etc…) ? je crains que non : ce n’est pas du tout l’équivalent d’un capteur de 50 Mpix.

      Si cela s’avérait dans quelques années donner un avantage (vraiment) déterminant : alors cela arrivera aussi forcément sur tous les Full Frame de 50 Mpixels, qui pourront tous produire du 100 Mpix.

      Et retour à la case départ… Le Micro 4/3 reste handicapé par la taille physique du capteur.

      Je ne me suis jamais trop intéressé à cet aspect des choses. De mémoire : ajoutons aussi que cette fonction qui existe sur certains Sony, avait été jugé très sévèrement (il faudrait vérifier ou ça en est).

      Et n’oublions pas qu’il existe aussi une fonction « Super Résolution dans Lightroom), même si ce n’est pas exactement la même chose bien entendu.

      Disons que lorsque l’on possède déjà un vrai capteur de 45 Mpix ou davantage : je crois que l’on a pas vraiment besoin de plus de pixels, la plupart du temps…

      • Jusqu’au jour où on aura droit à plus.

        Rappelle-toi quand la norme c’était 20MPx (5D2-3, les Nikon à 24MPx, les boîtiers pro monobloc à 16-18-20). On se disait tous qu’on n’aurait jamais besoin de plus. Puis le D800 est arrivé (36MPx), et quelques années après la norme a progressivement augmenté, à 30, puis 45-50.
        Ce qui a ouvert des possibles en photo (par exemple en animalier, ça permet de shooter à la fixe tout en gardant une qualité excellente en cropant).

        Concernant l’OM, c’est une niche et ça le sera. Mais si le business model d’OMDS est adapté à des volumes de vente bas, let it be.

        Y’a un billet cool de Chris sur DPReview où il explique que son gros dada c’est la pêche, et que avoir un boîtier à objectif interchangeable qui offre une vraie certif et qui soit adapté à tomber dans l’eau, ça l’aide vachement. Je pense vraiment que tu auras des publics de ce genre que ça intéressera.

        Par ailleurs OM annonce une fonctionnalité rigolote, celle d’enregistrer dans la mémoire tampon/buffer les 50 derniers raw (environ une seconde de prise de vue ?) **avant** d’avoir appuyé sur le déclencheur, ce qui permet limite d’avoir pris une photo avant d’avoir déclenché. Ça peut aider.

        • « Par ailleurs OM annonce une fonctionnalité rigolote, celle d’enregistrer dans la mémoire tampon/buffer les 50 derniers raw (environ une seconde de prise de vue ?) **avant** d’avoir appuyé sur le déclencheur, ce qui permet limite d’avoir pris une photo avant d’avoir déclenché. Ça peut aider. »

          Oui, ça n’est pas nouveau ça… On avait déjà vu ça chez certains Panasonic et sur les Nikon One (je crois). Mais quasiment personne, n’a jamais utilisé (en pratique) ces fonctions crois bien ! C’est le type de gadgets qui semblent intelligent, mais que personne ne veut utiliser (peut-être à tord) : car on imagine que « ça use » l’appareil : fais un sondage et tu verra que c’est la raison pour laquelle personne ne veut activer ce type de fonction.

          D’ailleurs, je connais un logiciel sur Mac qui enregistre le Micro du Mac en permanence (et les sons du système et des applications) dans un fichier « Buffer » et permet de récupérer une durée « à choisir » dans la passé…

  3. Bonjour je vais apporter mon point de vue. A. Mon avis il me semble qu’Olympus aurait dû depuis longtemps s’orienter au full frame tout en conservant le micro 4/3. J’ai eu pendant sept ans la version Omd-e M1 mark 1 que j’aie adorer, mais mon passage s’est fait au full frame Ce que je trouve navrant est le prix accordé à cet appareil lequel pour un grand format j’y ajouterais 500. 00 $ de plus pour un Leica m240 dans le usagé ou un SonyA7 mark 3 neuf. C’est mon opinion. Merci

  4. Oui, mais avec les Canon / Sony / Nikon, on peut filmer « aussi » avec des f/1.2, si on le veut… ce qui fait parfois la différence en terme de « rendu » cinématographique.

    Du coup, filmer au full Frame : c’est s’accorder cette possibilité (dont il ne fait pas forcément abuser, nous sommes d’accord)… Mais la très grande ouverture (f/1.2° est un atout « en plus », que les réalisateurs aiment avoir dans leur manche !

    • Le problème n’est pas que Canon propose toute une gamme de solutions entre 20 et 50 Mpix… EOS RP, EOS R6, EOS R5 (et bientôt un EOS R7 espérons)

      Le vrai problème est que Olympus ne propose « rien », à ceux (fort nombreux) qui désirent un peu plus que 20 Mpix (ou même beaucoup plus que 20 Mpix) ! ! !

      L’EOS R6 existe pour ceux qui n’ont pas besoin de 50 Mpix. Et rappelons que cet EOS R6 n’est pas le haut de gamme des EOS R (alors que le nouvel Olympus OM-1 est de fait : le haut de gamme des Olympus)…

      Quand à ceux (nombreux) qui estiment avoir besoin de très haute Résolution : ils peuvent choisir l’EOS R5 (qui existe). Ou même aller chez Sony, Nikon, ou Fuji… Alors que Olympus ne propose vraiment « rien » à ceux qui désirent disposer de 50 Mpix (ou plus). ET on se doute qu’ils ne proposeront rien… Dans les 12 ou même 24 mois à venir ! On s’en doute : aucun espoir de voir « soudain » débarquer un capteur Micro 4/3 de 50 Mpix. n’est-ce pas ? De ce côté là : l’horizon semble désespérément bouché, vu l’histoire des capteurs Micro 4/3 de 20 Mpix qui stagnent à cette résolution depuis 2015… On n’imagine pas un « bond en avant » soudain !

      Donc, on peut dire que l’EOS R5 (et ses équivalents de 45 Mpix chez Sony ou Nikon) sont le choix « le plus courant » et le plus naturel pour les professionnels en Canon, Nikon, Sony…

      Mais que peuvent donc choisir les professionnels en Olympus, les pauvres, à part un « boitier de niche » ? Aussi bon soit-il…

      Enfin terminons avec l’EOS R3 qui ne propose qu’une solution très spécifique : très ciblée… Et précisons que tout le monde n’a pas besoin de ce type d’appareil (plutôt rare dans la population des photographes en général). Tout est ciblé sur la vitesse, plutôt que sur la résolution : mais c’est une « niche ». ET si ‘ton achète ce boitier : on peut aussi acheter un EOS R5 en complément (et choisir l’un ou l’autre selon les circonstances)…

      Alors que Olympus ne propose qu’un seul boitier « pro » : très spécifique (trop). Il n’existe rien pour faire la paire avec un second boitier « complémentaire » de haute résolution, qui serait plus polyvalent…

    • Disons, que je n’ai rien contre « trouver » des arguments pour tenter de défendre le choix Olympus (et le faire est courageux et toujours intéressant, je veux dire intellectuellement intéressant)…

      Mais objectivement : si l’on fait la liste des avantages et des inconvénients ?

      Le solution Micro 4/3 est devenu totalement impossible à défendre ou à conseiller, non ? Objectivement ?

      Imagine que ton « beau frère » soit un photographe amateur, qui déciderait de passer Pro ? Tu lui recommanderait quelle marque actuellement ? Sans prendre le risque d’une brouille familiale dans les années suivantes ??? C’est un cas de figure amusant je trouve…

  5. Oui, j’aurais du ajouter (préciser au passage) que ces 20 Mpixel sont en Micro 4/3, donc pas très raisonnable.

    Car 20 Mpix en Micro 4/3 : ce n’est pas du tout la même chose que 20 Mpix en Full Frame…

    Le potentiel des 20 Mpix issu de photosites « plus grands dans l’absolu » (en taille physique) issus d’un capteur Full Frame : est théoriquement supérieur… Car chaque photosites récolte plus de photons.

    Le potentiel des 20 Mpix issu de photosites « plus petits dans l’absolu » (en taille physique) issus d’un capteur Micro 4/3 : est plus faible. Car chaque photosite récolte moins de photons. Le rapport Signal bruit est donc théoriquement moins bon…

    Sauf si Olympus avait développé d’un coup un capteur « Empilé » incroyablement performant, ce qui serait tout de même étonnant. Mais dans ce cas : on le saura très vite (et je pense qu’ils l’auraient fait savoir).

    • Le capteur est empilé. Ce qui peut permettre des perfs intéressantes en matière de vitesse de lecture, donc d’AF, de rolling shutter, d’EVF lag, etc.

      Mais probablement pas en matière de qualité d’image brute.

      • Pas avec cet empilement qui ne concerne que la « mémoire », mais Sony développe un autre type d’empilement qui promet une amélioration sur la montée en ISO.
        Après, le temps de voir arriver ça sur des appareils abordables et le fait que, si ça arrive, ce soit le cas sur tous les formats ça gardera toujours le même écart entre les formats donc ne changera fondamentalement rien.
        Les micro 4/3 actuels offrent des perfs similaires à des FF d’il y a une bonne dizaine d’années, des pros de l’époque s’en contentaient, pourtant ça n’empêche pas les contemporains de continuer à préférer le FF…on en veut toujours plus :p .

        • Je suis presque d’accord avec ça…

          Disons plutôt que les Micro 4/3 s’approchent des performances des EOS 5D de 2005 (à la louche). Mais il leur manque toujours cet « espèce de rendu » propre aux objectifs à très grande ouverture. Lorsque l’on mettait un EF 50 mm f/1.2 sur l’EOS 5D en 2005 : on obtenait une image qu’il est absolument impossible d’obtenir avec un micro 4/3, faute d’objectif équivalent.

          Mais je suis bien d’accord que tout le monde ne « recherche » pas ce genre de rendu. Qui n’a rien d’obligatoire…

          Et il y a 10 ans (sans remonter à 2005, date de l’annonce du Canon EOS 5D) : les Micro 4/3, ça ne fallait pas grand chose (en général), en termes d’ergonomie, de viseur, de réactivité, de résolution, etc… Ne pas oublier que ça ne fait que 5 ou 6 ans qu’ils commencent à être très performants… Ils ont progressé à la même vitesse que tous les autres appareils (avec une bonne accélération au début, mais depuis quelques années : ça ralenti vraiment…)

          Mais oui : on en veut toujours plus et c’est bien naturel (le monde est fait comme ça). Je ne vois pas pourquoi on se contenterait de « moins », si on peut avoir « plus », pour à peine plus cher (ou pour le même prix)… le débat est sans fin : mais la bonne chose est que l’on a (encore) de choix entre plusieurs systèmes. Et plusieurs marques (quoique en Micro 4/3 il ne reste que 2 acteurs… et peut-être dans les 3 ans un des deux aura laissé tombé le Micro 4/3 ce qui ne m’étonnerait pas).

          • « quoique en Micro 4/3 il ne reste que 2 acteurs… » il n’y a jamais eu que 2 acteurs, en fait.

            Et je suis d’accord, pour le prix de l’OM1 je préfère aller voir côté A7R IIIa, je préfère un FF 42MP qu’un mFT 20MP même s’il fait de la 4K120fps 10 bits 4:2:2 et un sucre silvouplé.

            Mais dans un sens, dire que ça fait 5-6 ans qu’ils commencent à être performants et qu’ils ont progressé à la même vitesse que tous les autres appareils…c’est pas un peu contradictoire pour un système qu’on prétend moribond?

  6. C’est un nouveau capteur 20M BSI stacked, enfin. Un capteur Sony, il semblerait.
    Le m43 a toute sa place juste une question de positionnement.

    Je pense qu’il est intéressant d’avoir fait ce modèle rappel du mythique appareil.
    Ce modèle est une vitrine technologique sur cette taille de capteur et sur l’image de marque de la nouvelle marque.
    Après ils devront se concentrer sur la gamme 400-900€.

    • Ou faire le même en Full Frame ? Comme tout le monde ?

      Car si il faut faire plus léger : autant se lancer directement dans le smartphone à capteur Micro 4/3 et objectifs amovibles : ça ira plus vite…

      • Un capteur empilé en FF c’est pas 2000 balles, plutôt 5-7000 ;) .
        Ne pas oublier que le capteur ne se résume pas à son nombre de pixels et que la technologie d’empilement du capteur semble couter cher, d’où des A9, A1, Z9 et R3 à + de 5000€ ou des RX100 avec de petits capteurs 1 » qui coutent pourtant 1500€…

  7. Les premières impressions sur ce nouveau boîtier sont très positives.
    Son positionnement tarifaire de 2800 € en Kit avec 12-40mm PRO II 1:2.8 est largement inférieur avec ce que proposent Canon, Sony et Nikon pour la même combinaison.
    Je trouve par ailleurs hasardeux et dommageable de dézinguer systématiquement le système micro 4:3.
    A force de prédire la mort du cygne, vous allez finir par définitivement le tuer.

    • Si le Micro 4/3 est (déjà) presque mort : rassurez-vous, Photoetmac n’y est vraiment pour rien… Nous sommes bien trop minuscules et insignifiants, face au marché Mondial ! Vous nous surestimez…

      Si le Micro 4/3 existe encore, il me semble que c’est uniquement grâce au marché Japonais, qui est assez fan de ce format.

      Et même je dirais que si ce marché intérieur Japonais (+ Hong Kong, Taiwan et Singapour) n’existaient pas : alors le Micro 4/3 aurait déjà disparu (et ne serait peut-être même jamais apparu).

    • Non, on ne peut pas exagérer à ce point… même si la qualité des capteurs de téléphone progresse. Mais il sont encore loin d’égaler un simpel capteur de compact de 1 pouce.

      Par contre les appareils conservent l’avantage grâce à leurs objectifs spécialisés : longues focales notamment. les téléphone (même ceux possédant 3 ou 4 objectifs) sont encore loin de rivaliser…

      A part éventuelckement au très grand angle : le 13 mm de mon iPhone 13 Pro fait des promesses. Par contre même en shootant en RAW : l’iPhone 13 Pro est encore loin de rivaliser avec un appareil compact à capteur 1 pouce. Ou avec un micro 4/3.

      Mais il est vrai que si l’on est pas trop exigent (et si l’on ne shoot qu’en JPEG)… alors on peut éventuellement considérer que la différence devient de plus en plus mince…

      • N’importe quoi! Il faut ne rien y connaître pour penser que « La qualité photographique des téléphones cellulaires rejoint facilement le capteur micro 4/3 »!

        « Mais que peuvent donc choisir les professionnels en Olympus, les pauvres, à part un « boitier de niche » ? Aussi bon soit-il… » quel chauvinisme, c’est à pleurer de rire!
        Les pros Olympus font la même chose que les autres sans se préoccuper de considérations de dynamique (débat déjà existant entre marques FF, donc pas significatif,) ou de triage de pixels à 300%…

        Aucune fiche technique de FF ou APSC n’est à la hauteur de ces boîtiers Olympus, rien qu’en bracketings de tous genres, focus stacking et autres live composite! Donc ce qui compte c’est l’usage que l’on a de son boîtier et de ce qui nous est utile… ou pas!

        Quant aux résultats, car n’oublions pas que c’est le résultat qui compte, pas le matériel utilisé, j’avais remarqué sur les salons photo un rendu des photos affichées particulier avec deux systèmes différents: le micro 4/3 et le capteur Fovéon de Sigma.

        Je parle bien de la capacité de percevoir ce rendu sur photos imprimées, pas de détails mesurés au poil de cul près que votre œil ne peut capter: vous me faites penser aux amateurs hi fi qui se disputent la technologie de leur matériel alors qu’ils ne sont pas fichus d’entendre la différence en tests à l’aveugle;
        Ou encore aux vignerons de ma région, qui reconnaissent eux même ne pas toujours faire la différence entre Bourgueil, St Nicolas de Bourgueil et Chinon lorsqu’ils font un « blind test » de leurs productions!

        Cela me donne l’impression que vous ne seriez pas capable de faire de la bonne photo si l’on changeait votre matos habituel…

        • Mais pas du tout ! Je pense que je ferai d’aussi bonne photos si on me donnait du Matos Micro 4/3… qu’en restant en Full Frame.

          Je considère (en général) que le matos que l’on utilise n’a pas beaucoup d’importance. 90% du résultat dépend su photographe.

          C’est bien pour cette raison que je peux choisir n’importe quel matériel ! ET comme je peux choisir n’importe quel matériel : du coup c’est pour cette raison que selon moi le choix du micro 4/3 ne représente pas beaucoup d’intérêt (ses avantages supposés me laissent indifférent).

          Donc j’ai choisi Canon, car l’ergonomie me semble plus agréable, les fichiers .CRAW présentent une meilleurs compression (Plus de pixels et moins lourds), la colorimétrie me plait davantage… Etc !

          Et surtout dernière raison (et non des moindres) : ce choix est bien plus raisonnable, si je désire revendre mon matériel ! Je crains en effet (?) que le matériel « pro » (boitiers et objectifs) en Micro 4/3 : soit actuellement très difficile à revendre un bon prix. ET cela va être de pire en pire…

          Désolé : mais il existe des « dynamiques » : le Micro 4/3 me semble sur la pente descendante depuis des années… Tout le monde le sent (plus ou moins). Je n’ai pas envie d’investir dans un système qui semble en chute libre !

          A part ça : ce nouvel appareil est probablement fantastique, léger, impressionnant, performant, bien conçu… et tout ce qui vous voulez (et je pourrais faire de très bonne photo avec d’autant que j’ai testé ses ancêtres qui n’étaient pas si mal) : mais je considère que ce serait une idiotie de l’acheter !

  8. Même si le système µ4/3 est à priori voué à disparaitre, on pourra le remercier pour les innovations qu’il a apporté/démocratisé notamment en termes de stabilisation de capteurs (on est passé de « ça sert à rien, moi je règle ma vitesse bla bla bla…. » à « finalement, c’est bien utile dans certaines situations »).

    J’ai débuté la photo sur un OMD-EM10, pendant 5 ans, j’étais ravi que ce type d’appareil existe, et surtout ce parc optique plus que conséquent et très bon marché (moins de 400 € pour s’essayer à la photographie animalière !).
    Dommage que le ticket d’entrée à la pratique photographique ait autant augmenté (oui je sais, il y a l’occasion, mais elle existait déjà avant).

    PS : j’aime bien votre blog, mais la récurrence des piques dans les commentaires contre Fujifilm est un peu lassante… On peut ne pas avoir envie (les moyens?) d’être équipé en Canon.

    • Oui, la concurrence de nouveaux acteurs et leurs innovations poussent toujours les leaders à se renouveler.

      C’est principalement la concurrence de Sony en Full Frame, qui a poussé Canon et Nikon a développer leurs nouvelles technologies… d’hybrides Full Frame.

      La concurrence des hybrides Micro 4/3 combinée à celle des APS-C de Sony, ont poussé canon à lancé sa gamme d’hybrides APS-C qui est parvenue a faire jeux égale avec Sony (puis à dominer le marché. des l’APS-C hybride). Et elle a poussé Nikon en dehors de ce marché (Nikon ayant fait l’erreur stratégique de partir sur un petit format 1 pouce avec ses hybrides Nikon One).

      Et c’est aujourd’hui la taille du capteur (trop petite) qui handicape le Micro 4/3 face à l’APS-C (de Sony et Canon) et surtout face à l’entrée de gamme Full Frame (surtout Sony).

      Et ce n’est pas des « piques » contre Fuji (je n’ai absolument rien contre cette marque), lorsque je rappel que Fuji ne « pèse » presque rien dans le marché global… Et même si ses Fuji X (APS-C) sont appréciés : ils se vendent finalement assez peu (en occupant une petit niche étroite). Fuji n’a pas réussi à percer véritablement…

      Ils persistent, ce qui est très loyal vis à vis de leurs clients (et on les en félicite). Mais ils ont probablement fait une grosse erreur (comme Olympus) de ne pas aller vers le Full Frame… Je ne suis pas certain qu’ils n’y viendront pas finalement un jour ou l’autre !

      • Aucunement…

        Mais je ne cache pas que j’ai choisi de travailler en Canon. Parceque je préfère : et comme je n’ai pas le temps de parler de tout, je me concentre sur ce qui m’intéresse.

        Comme j’ai choisi de travailler sur Mac, d’utiliser Lightroom, de publier mon site avec Photodeck. De faire mon blog sur WordPress, de téléphoner avec un iPhone.

        Je ne cache pas mes choix : je pense que ce sont de bons choix. Eventuellement ce sont les meilleurs choix possibles, même si faire d’autre choix est également possible. Et que éventuellement je peux me tromper, on ne sait jamais. Mais que jusqu’à présent, je ne me suis pas souvent trompé.

        Une fois par exemple je me suis trompé en investissant pendant quelques années dans le Micro 4/3. Même si ce n’était pas une erreur très grave, puisque j’ai pu tout revendre assez facilement…

      • Il semblerait que Sigma va annoncer ses objectifs Sigma chez Fuji (le trio, 16,30,56mmf1.4) et rien sur Canon et Nikon.
        On verra.

      • Ce n’est pas Fujifilm qui est une niche, c’est Canon ^^.

        Sigma a officialisé porter ses objectifs aps-c sur la monture et nada côté Canon plein format.
        Ça ne les intéresse pas l’investissement en re-engineering par rapport au potentiel du marché de Canon.

        • Sigma c’est une entreprise familiale qui pèse peu à côté de Canon.
          J’y vois plutôt une stratégie prudente et de long terme qui vise à ne pas se mettre à dos l’un des plus gros constructeurs et attendre patiemment qu’il ouvre à la concurrence la monture RF (ce qui arrivera un jour quand la gamme sera à maturité techno et en termes de clientèle).
          D’autres fabricants d’optiques n’ont pas fait ces choix, mais ils ne jouent pas dans la même cour que Sigma ou Tamron, et on voit que Samyang a laissé tomber pour le moment.

          Moi je m’en moque car comme vous l’aurez compris, j’ai un Fuji ^^ (et au final Fuji a eu la même stratégie que Canon pendant des années).

  9. OM vient de sortir cet appareil pour justifier ce prix n’a pas autant de grand changement, sauf uniquement sur la couleur et les changements du menu et d’avoir un capteur qui est toujours au même mode sans changement de format, empiler peut-être justifier un prix aussi exagéré . Je préfère mieux utiliser mon iPhone 12 que de revenir au micro 4/3

  10. Je fais partie de ceux qui étaient impatients de voir sortir un EM1 IV, avec un bon viseur et un suivi AF amélioré. Il s’agit d’un OM1 et cela me convient parfaitement.

    Cela suffira-t-il à sauver le bateau du naufrage ? Aucune idée. Mais s’ils ont la bonne idée de sortir un OM5 en complément pour ceux qui recherchent plus de compacité, cela pourrait relancer la marque.

    En attendant, j’ai précommandé l’OM1. Car il correspond à mon besoin. Ce ne sera pas au niveau des A1, R3 et Z9. Mais plus que suffisant pour le modeste photographe que je suis. Il fera le boulot en montagne avec sa haute résolution, son filtre ND. Il me permettra de trimballer sans problème mon 300mm (merci le petit capteur pour l’allonge qui m’offre un 600mm pour un poids dérisoire). Et merci au système anti-poussière efficace. Je possède un A7 III. J’ai renoncé à le prendre en montagne, tant j’en ai marre de nettoyer mes photos pendant des heures pour enlever les poussières. Donc, oui, je sais ce que peut faire un 24×36 (y compris Canon que j’ai utilisé pendant 30 ans en réflex). Mais pour cet usage, jamais je ne reviendrais à ce format. Et si les améliorations promises sont au rendez-vous, il n’est pas impossible que mon matos Sony ne se retrouve à vendre.

    • Oui, le Micro 4/3 est convaincant pour certaines niches comme je le disais (longue focale en montagne est l’exemple typique)…

      En tous cas à court terme. Car qui sait ce que le Full Frame serait capable de proposer si Canon et Sony se penchaient sur cette problématique. On a vu par exemple les RF 600 est 800 mm f/7.1 qui sont assez incroyables (ne pas oublier de multiplier l’ouverture des objectifs Micro 4/3 par 2x avant de critiquer l’ouverture f/7.1 du Canon RF 600 mm) :

      TEST TERRAIN DU CANON RF 600 MM F/11 IS STM : LÉGER ET AMUSANT !
      https://photoetmac.com/2020/07/canon-rf-600-mm-f11-si-stm/

  11. Heureux Utilisateur des Olympus EM1, 1er et 2ème du nom, je me suis laissé séduire il y a 2 ans par les sirènes du marketing, vantant les mérites du FF. J’ai donc fait l’acquisition d’un Nikon Z6 persuadé d’atteindre le graal du matériel photographique. Certes la qualité d’image est excellente, mais rien de transcendant non plus par rapport à l’OMD.
    Mais un appareil photo ne se limite pas à son capteur, l’ergonomie, le plaisir à son utilisation et le parc des objectifs est à mon sens bien plus déterminant.
    Olympus c’est une ergonomie inégalée, des options de prise de vue que l’on ne trouve nulle part ailleurs (Filtre ND, Focus Stacking, Time composite), la meilleure stabilisation du marché, des objectifs à budget raisonnable qui rencontrent pleinement les attentes en terme de qualité et de polyvalence ( Zuiko 8-25 mm et 12-100 mm pour ne citer qu’eux).
    J’ai eu bien plus de satisfaction avec mes Olympus qu’avec mon Nikon Full Frame dont l’ergonomie et le mode de fonctionnement me laissent encore et toujours des plus perplexes.
    J’ai le sentiment qu’ Olympus (OM Digital Solutions Corporation) se trouve actuellement en perte de vitesse, à cause de toutes ces campagnes de dénigrement et de désinformation concernant quoi en fin de compte…… Un capteur micro 4/3.
    Je souhaite en tout cas longue vie à Olympus (OM Digital Solutions Corporation) et j’espère qu’ils continueront de nous proposer du matériel de qualité sortant des sentiers battus.

    • Cela peut aussi correspondre à une « période de votre vie », ou l’excitation de la découverte d’appareils photos modernes, vous aura enthousiasmée, durant un temps… ? Et l’enthousiasme de cette découverte est passé (car il ne passe qu’une fois)… ?

      Reste ensuite la passion de la photo, qui ne dépend pas du matos !

      Par exemple, de ma vie de photographe, je n’ai jamais eu envie (ni besoin) d’utiliser une seule fois ces fonctions « Filtre ND, Focus Stacking, Time composite ». Si je l’ai fait c’était juste pour les tester (lors de la préparation de mes articles), car tout ça ce ne sont que des « gadgets techniques » (que Olympus a d’ailleurs multiplié ces dernières années pour justement attirer les amateurs de techno)… Et pas vraiment des outils photographiques créatifs (au sens d’un objectif à grande ouverture par exemple, ou d’un très bon objectif polyvalent et léger comme ceux que vous avez cité. Et qui étaient justement parmi les grandes force de ce système… j’ai moi-même adoré le Grand Angle panasonic 7-14 mm f/4 qui était un exceptionnel outil créatif)…

      Mais malheureusement : je crois que les racines du problème du Micro 4/3, sont bien plus profondes que vous ne le croyez ! Et ce n’est pas (du tout) la faute des bloggers, ni des testeurs, ni des médias si les photographes se sont (pour leur plus grande partie) détournés des capteurs Micro 4/3.

      La vraie raison ; c’est le manque de performances et le manque de résolution de ces capteurs Micro 4/3… C’est tout ! La recherche et développement des Panasonic et Olympus a « calé en route » ! ET proposer des « gadgets numériques » (comme le pixel shift, ou le « focus starking » ) n’a pas été considéré comme un progrès convainquant par les photographes… Ils attendaient davantage de résolution, et ce n’est pas arrivé.

      Pourquoi aurais racheté un capteur de M4/3 de 20 Mpix (seulement), pour remplacer le 16 Mpix de mon ancien Panasonic GM1. Alors qu’un capteur 24 Mpix Sony de 1 pouce fait aussi bien (ou quasiment aussi bien) qu’un nouveau Micro 4/3. Et certains ne sont pas loin de penser qu’avec un smartphone…

      Chez moi ce sont donc des compacts à capteur 1 pouces, qui m’ont poussé à revendre mon Micro 4/3, car ils étaient plus compacts et plus pratiques…

      J’ai toujours pensé que le Micro 4/3 avaient le cul entre deux chaises :

      – Les Micro 4/3 sont trop gros et trop chers face aux smartphones (et bientôt face aux téléphones qui deviennent de plus en plus performants).

      – Mais pas assez performants (en terme de résolution notamment) face aux Full Frame, qui deviennent de moins en moins lourds…

  12. Si c’est pour perdre l’avantage des 2 stops entre m4/3 et 24×36, autant rester sur du m4/3… Surtout avec chez Canon une restriction de la zone AF, une distance minimale de map énorme et aucune protection mauvais temps.

    Après, celui qui est équipé en ML Canon bénéficie d’une alternative avec les restrictions évoquées plus haut.

    • Oui, mais ce cas très particulier, n’est véritablement qu’un « cas très particulier » ! Pas représentatif bien entendu de tous les objectifs Full Frame (il existe des tas d’alternatives d’ailleurs du côté gros télé / gros zoom en full frame)…

      Avec ces deux objectifs RF 600 et 800 légers et vraiment pas chers, Canon a fait un « coup » : en s’adressant à une niche assez particulière… Et cela ne concurrence pas exactement ce qui fait le « pont fort » des Micro 4/3 (longues focales légères).

      Mais il faut bien reconnaitre que ces 2 télés très spécifiques sont un « petit plus » très évident et très sympa, pour les utilisateurs d’EOS R (qui dans d’autres domaines ont d’autres avantages énormes sur les petits capteurs)…

      Sinon, la protection « tout temps », voilà un truc dont je n’ai jamais eu vraiment besoin (même dans les pires climats) : j’ai toujours considéré que c’est un peu du marketing…

      Bon, au final : tant qu’Olympus et Panasonic continuent d proposer du matériel Micro 4/3 : pourquoi pas… Profitez-en ! Je suis certain que ce n’est pas un bon investissement financier (lire en dessous *). Même si l’important n’est pas là. L’important, c’est d’en profiter et de faire des photos en se faisant plaisir, quelque soit le matos.

      * Le prix neuf du prédécesseur de ce nouveau OM-1, vient de s’effondrer… Et on peut supposer que d’occasion, la cote du matos Micro 4/3 baisse plus vite que d’autre système.

      Par exemple : l’Olympus E-M1X avait été présenté à 2.999 € en février 2019… et on le trouve à 1250 € sur leboncoin, deux ans plus tard ? Avec trois batteries et en excellent état ? C’est pas très bon signe quand même… Si le matos d’occasion Olympus est si peu cher : comment vont-ils vendre leurs nouveaux boitiers et objectifs, a une communauté qui est de plus en plus réduite (et ça c’est un fait) ?

      Désolé de casser l’ambiance… Mais les faits sont têtus !

  13. « en résumé un besoin de longues focales pour un poids minimal : c’est un besoin plutôt rare »

    Cool je suis pile poil dans la cible :) C’est bon de se sentir faire partie d’une rare communauté « d’initiés » :) lol

    « Par exemple, de ma vie de photographe, je n’ai jamais eu envie (ni besoin) d’utiliser une seule fois ces fonctions « Filtre ND, Focus Stacking, Time composite ». »

    Ah ben si moi très souvent…

    Comme quoi hein, le choix d’un appareil photo dépend vraiment de ses gouts, envies et besoins !
    Bref, rien de nouveau sous le soleil ! ;)
    Mais svp, merci de ne pas généraliser vos usages (portrait, paysage, voyages) à tout le monde. C’est ça qui plombe un peu votre blog ces temps-ci je trouve. (listen to the Guru : Canon Canon Canon is the ONLY choice !)
    J’ai eu du Canon 24×36, avec toute la panoplie des optiques L, et bien désormais après avoir tout revendu (ayant anticipé le raz de marée mirrorless dès le début), le m43 correspond bien mieux à mes usages, et en plus m’apporte bien plus de plaisir d’utilisation (plus de fun, de bonnes idées, de « gadgets » utiles, d’optiques qui sont au top dès la pleine ouverture sans devoir être énormes… etc).

    Mais si j’étais portraitiste, biensur que je ne serais pas en m43… (mais plutôt en moyen format ahah !)

    • Disons, que j’ai un peu plus de chance d’être représentatif de l’immense majorité des photographes ! Qui dans leur immense majorité, se foutent totalement des Filtre ND (numérique je précise), Focus Stacking, Time composite…etc.

      Pour autant il est très bien qu’il existe des « niches » : et je dis bravo à Olympus / Panasonic, d’ouvroir trouvé (identifié) ces fonctions de niche. Tant mieux si cela permet de prospérer.

      Mais je suis bien aussi obligé de constater que la stratégie d’Olympus a amené à un échec complet. Non seulement ils n’ont pas pu continuer, mais en plus il me semble que c’est le « format Micro 4/3 » lui même qui est en danger. Car si Panasonic arrête (à mon avis c’est dans les 3 ans), alors ce format s’éteindra progressivement.

      Mais bon : moi je donne juste mon avis ! Je ne suis pas responsable de l’échec ou de la réussite de telle ou telle technologie…

      Enfin : si vous pouvez vous offrir du « vrai » moyen format : alors foncez ! Mais c’est une « ultra niche » et ultra couteux bien entendu…

      Je parle de « vrai moyen format » ! Je ne parle pas du Fuji GFX qui n’est que « à peine » plus grand que le Full Frame. Je l’ai essayé, mais je ne trouve pas que la dépense soit justifiée. L’ergonomie Fuji me déplait en général et le choix d’optique inadapté à mes besoins. Sans oublier l’AF qui marche à peu près, mais qui reste incompatible avec le reportage (très en retard sur les Full Frame actuels)… Et ça reste un peu plus encombrant tout même que le Full Frame. Bref : une autre « ultra niche »…

      Disons que comme dans d’autres technologie (les formats de musique, la largeur des rails de chemin de fer, le voltage électrique, les formats de papier à lettre) : c’est la « sélection naturelle » qui fini par « uniformiser » quelque peu les choix. Pour le meilleur et pour le pire, mais en général : cela se fait au profit de l’utilisateur… C’est une loi incontournable de la nature et de l’économie qui s’applique qu’on le veuille ou non…

      Moi je reste à peu près dans les normes, car j’estime que ce n’est pas un choix de matériel « hors norme » qui va m’aider à me démarquer des autres. Je préfère compter sur ma créativité, car je crois que le choix du matériel est peu important. Je peux faire des photos avec n’importe quel matériel (y compris du Micro 4/3, ce que j’ai déjà fait) : du coup, inutile de choisir un truc exotique. Je prend le matériel le plus standard et le plus apprécié en général : donc Full Frame Canon, Sony ou Fuji… Mais chacun voit midi à sa porte ;-)

  14. 20 Mp n’est pas un problème, d’autant moins qu’on peut faire facilement (hors sujets mobiles) des photos à 50 Mp à main levée.
    Quant à dire que 20 Mp c’est peu pour à boitier à 2000 euros… hum, combien vaut l’excellent Canon R6 ?
    On s’en fout des megapixels, tout ça n’est pas pertinent.

    Ce qui l’est c’est la finesse des photos prises avec un capteur plus petit qu’un FF, ça bruite plus vite et c’est un poil plus brutal dans les transitions des valeurs sombres.
    Est-ce que le nouveau capteur de l’OM-1 progresse significativement par rapport au précédent ? c’est le point important.

    Pour utiliser des boitiers Olympus , depuis un moment, aujourd’hui le E-M1 mark3, professionnellement, en extérieur, intérieur et studio, je peux vous dire que ça fait le travail. Que les optiques Pro sont parfaites à pleine ouverture (1.2 pour trois d’entre elles). Que la stabilisation est exceptionnelle, la prise en main géniale, les couleurs superbes, et que quelques fonctionnalités de « computational photography » sont bienvenues.

    Pour moi les défauts dans le mode réel des anciens boitiers pro Olympus (pas les specs, on s’en fout aussi) sont à ce jour : un AF pas assez précis dans certains cas, des menus infernaux, un viseur insuffisant, un écran pas très lumineux, une montée ISO limite (quand on ne peut pas profiter de la stabilisation), des possibilités video un peu limitées en 4K.
    Il semble que l’OM-1 adresse ces problèmes, s’il le fait bien alors oui, Olympus/OM system est bien vivant.

    • J’aime bien l’enthousiasme sympathique de JF Vibert, mais je lui reproche souvent un excès de subjectivité et de partialité en effet.
      Ce titre, par exemple, ‘Olympus n’est pas totalement mort » manque singulièrement de neutralité.
      Ça ne me dérange pas que l’on fasse des choix, Canon, Lightroom pour ce qui est de ce blog par exemple… je les respecte volontiers.
      Mais les discours dévalorisants et de partis pris sont vraiment inutiles et j’ajoute que les difficultés de ces dernières années d’Olympus sont dues (en partie évidemment mais de façon significative) à une forte négativité sur les réseaux exprimée par les adorateurs Canikon-Sony, avec en tête de gondole l’ineffable Tony Northup.
      J’ai eu cette fin d’année 2021 l’option de changer de système et aller vers un des trois systèmes FF, et même un quatrième avec le Panasonic S5. Je suis resté avec Olympus pour des raisons que je crois raisonnables, pas par bêtise ou dévotion.
      Il serait temps que la presse photo se débarrasse de ces petites gueguerres absurdes et de cette obsession geek et infantile des « performances » et que l’on parle plus de photographie.
      J’ai vu la dernière expo de Depardon, photos au Leica M7 + 50mm et à la peloche à 400 ISO, ça fait pas beaucoup en terme de résolution… et c’est superbe.

      • Salut Larzac… Non, vraiment, vous ne croyez pas vraiment à ce que vous écrivez là :

         » et j’ajoute que les difficultés de ces dernières années d’Olympus sont dues (en partie évidemment mais de façon significative) à une forte négativité sur les réseaux exprimée par les adorateurs Canikon-Sony, avec en tête de gondole l’ineffable Tony Northup. »

        En tous cas, moi je considère qu’il est complètement fou et irréaliste d’imaginer que les commentaires de quelques blogueurs : pourraient influencer les choix d’achat de l’ensemble des photographes… Les blogueur et Youtubers (comme l’excellent Tony Northrup qui a toujours été visionnaire depuis que je le suis), ne sont que le reflet de l’opinion général… Ils ne créent pas l’opinion : ils la reflètent !

        Et d’ailleurs la preuve : il existe quelques influenceurs « pro Micro 4/3 » également. Et on les retrouve dans la même proportion que l’on trouve dans la population générale des photographes, qui apprécient ce format… Ils défendent le format autant qu’ils peuvent et leur action pèse dans la balance, au m^peme titre que ceux qui défendent d’autres choix.

        Croire que les média (en général) feraient l’opinion (en général) : ce serait un peu comme croire que « pisser dans la mer », élèverait dangereusement son niveau. Cela tient de la superstition, c’est absolument « non scientifique ».

        Car lorsque la population générale change progressivement d’opinion (un exemple le problème douloureux de l’immigration en France) : alors les media changent (avec un peu de retard) également leur opinion. les media reflètent l’opinion générale car les propriétaires de media, comme les journalistes sont des personnes comme les autres qui expriment aussi la volatilité de l’opinion… Par exemple : on entend en 2022 des journalistes et des responsables politiques de tous bords, tenir aujourd’hui sur toutes les chaines des propos qui étaient considérés extrémistes il y a dix ans. Je ne juge pas, je ne dis pas que c’est un progrès ou l’inverse : je constate juste cette évolution qui reflète exactement ce que l’homme de la rue pense depuis bien plus longtemps).

        Et aucun pouvoir, aucun media, aucune campagne de communication ne peut aller contre un mouvement fort de l’opinion… Donc si l’on constate un certain désamour des photographes pour le reflex, pour les compacts et pour les Micro 4/3 (pour les petits capteurs en général) : je crois que c’est un mouvement de fond.

        Depuis 10 ans, la majorité des photographes veulent passer à un hybride Full Frame. Peut-être se trompent-ils (d’après vous) ? Mais c’est leur choix (et le mien aussi) : ils ont le droit d’avoir une préférence, même si ils se trompent… Du coup les constructeurs répondent à l’attente du marché : chez Panasonic on choisi de se convertir au Full Frame… Et chez Olympus : on choisi de vendre l’activité photo à un fond d’investissement…

        Je ne dis pas que c’est bien ou mal : c’est ce que je crois constater (peut-être je me trompe)… Et si c’est le cas (je le crois), alors vraiment : aucun blogueur / YouTube ne peut accélérer ou ralentir un tel mouvement de fond.

        • Ah voilà une discussion de fond intéressante !
          Oui j’affirme que les réseaux aujourd’hui ont un pouvoir important, et bien souvent un pouvoir de nuisance important.
          Pourquoi ? Parce que celui qui cause sur les réseaux en faisant le plus de barouf possible, a intérêt à choisir des sujets porteurs : prendre le sens du vent, créer la polémique, le sensationnel, le clivage.

          Oublions un peu le matériel photo et jetons un œil sur l’extraordinaire quantité de désinformations qu’on a vu et qu’on voit toujours sur le Covid. Désinformations qui mettent des centaines de milliers de personnes dans la rue, rien qu’en France. Bien sûr que les réseaux influencent l’opinion de ceux qui ne savent pas trop, qui doutent. C’est à dire une bonne majorité.

          Je reviens au sujet. Que fait une personne qui veut s’informer sur du matériel photo ou vidéo aujourd’hui ? Il va sur le web, sur Youtube. S’il est un peu plus averti (et sait lire l’anglais) il ira sur Dpreview, qui entre parenthèses n’est pas du tout anti-M43, mais massivement c’est sur Youtube qu’il va « s’informer ».
          Et là c’est la grande valse du sensationnel, des tests ad nuseum, de la course au dernier truc tech, des battles entre le R3, le A1 et le Z9, ça n’en finit pas. Comme si tout était affaire de benchmark. Ce ne sont plus des appareils photos mais des PC de gamers dont on parle. Et il faut que ça tourne, faire des vues et faire sonner le tiroir-caisse des pubs (1,5 millions d’abonnés pour Northup).

          Je n’ai jamais dit que le FF était de la merde Jean-François, ou que les gens se trompent. Justement je ne tiens pas ce genre de propos, je les fuis ! Je pensais avoir été clair.
          Je me fous de ce que choisissent les gens et je suis juste content qu’ils soient contents.
          J’ai longtemps, très longtemps, fait des photos au Leica M (R aussi), parce que j’aimais ça, malgré le prix, le marché de niche et les défauts évidents du système. Et j’ai de très bons amis qui utilisent du Canon, comme dirait l’autre, et c’était encore mon cas il y a quelques années.
          Le choix d’un matériel photo est personnel, intime et je suis fatigué de voir ces querelles de clochers high-tech.

          Enfin, si OM System met la clé sous la porte dans 4 ou 5 ans, eh bien ok, je passerai progressivement à autre chose, la belle affaire…
          Moi aussi je compte plus sur ma créativité que sur le matos. On va être d’accord là-dessus…

          • Mais c’est exactement ce que je dis : ce ne sont pas les media qui font l’opinion… C’est l’opinion qui « transforme » le discours des médias… Tout part de la base.

            Et ce sont les « gens » (y compris les moins éduqués) qui font l’opinion et qui « font » ces fameux réseaux sociaux… (qui sont plus rapides à refléter l’Opinion que les Medias traditionnels).

            Les réseaux sociaux « sont » les gens !

            Ils reflètent exactement l’opinion : ils sont « les gens », avec toute leur bêtise parfois (si l’on pense aux anti-vaccins). Et parfois aussi toute leurs qualités… Leur enthousiasme un peu naïf, mais positif.

            Si Trump a été élu : ce n’est pas grâce à Facebook… Simplement Facebook a révélé la réalité de l’opinion, que tout le monde feignait d’ignorer.

            Ce n’est pas Facebook qui crée les mouvements anti-vaccin…
            Facebook est seulement le révélateur d’un mouvement réel et profond… Qui est heureusement extrêmement minoritaire.

            Pour en revenir au début : si le Micro 4/3 ne se vend pas : c’est que les photographes dans leur majorité n’en ont pas « voulu » ! Et je n’y suis pour rien, (ni moi ni Tony Northup) : nous sommes justes représentatifs d’une majorité de photographes restés assez indifférents à ce format…

            D’ailleurs, si il y avait tellement de défenseurs du Micro 4/3 parmi les photographes : il y aurait beaucoup plus de gens ici pour m’engueuler ;-)

    • Cher Olivier ! Pour que je parle du Nikon Z9 : il faudrait déjà qu’il soit disponible ;-)

      Je blagueuuuuuuux ! ! !

      Bon, de toutes façon, je n’aurai pas le temps de le tester à fond, même si Nikon me le prêtait (je peux leur demander)… Pas plus que je n’aurai le temps de tester et rédiger des test de tous les Sony.

      Si je ne parle que de Canon : c’est juste par « manque de temps » : je n’ai même pas le temps de parler de tous les objectifs Canon que j’ai testé…

      Ce n’est pas par choix. C’est par manque de temps…

      J’aimerai bien avoir le temps de parler de tout : ce blog est ma passion depuis 2004. Si j’avais des journée de 35h : alors tu pourrais lire quotidiennement ici un média parlant de toutes les marques et de tous les logiciels…

    • « des photos à 50 Mp à main levée. »

      Tu parle de la fonction « pixel shift » ? Mais ça prends 6 ou 7 secondes à l’appareil pour enregistrer le fichier (et l’appareil est bloqué pendant ce temps)… Et c’est incompatible avec les sujets qui bougent un tout petit peu (des feuilles au premier plan dans un paysage par exemple, sans parler des personnes)…

      Non, c’est un gadget sympathique. Mais inutilisable en temps normal et dans la vie normale…

      Sinon : oui, 20 Mpix c’est largement suffisant pour la plupart des gens (j’ai beaucoup apprécié des fichiers très propres du Canon EOS R6 de 20 Mpix)…

      Mais la plupart des gens veulent un peu plus que ça… C’est comme ça : peut-être se trompent-ils. Mais c’est ce qu’ils veulent !

      Et cela ne va pas s’arranger, au fur et à mesure que la prochaine génération de smartphone arrivera avec 50 Mpixels en moyenne (même l’iPhone 14 aurait peut-être cette résolution d’après des fuites. Tu peux penser que c’est d dela connerie. Mais c’est la tendance)…

      Bref : tant que le Micro 4/3 sera bloqué à cette résolution, cela restera un « énorme problème » marketing… Un problème éliminatoire je le crains (même si c’est de la connerie).

      • Oui, 50 Mp à main levée et sur des sujets sans mouvement, je l’ai signalé, je sais de quoi il s’agit : je m’en sers.
        Et ça prend même 12 à 15 secondes sur les boitiers actuels ! (deux fois moins sur l’OM-1)
        Mais ce n’est pas du gadget, même dans « la vie normale » : photos de produits, nature morte, archi.
        Je m’en sers, mais encore une fois j’ai si rarement besoin de plus de 20 Mp… même pour tirer un 60×80.

        50 Mp sur un smartphone, oui c’est de la connerie, bien sûr que c’est de la connerie ! Sur un capteur minuscule… (là pour le coup le M43 ressemble à un géant). Pour poster sur Insta…
        Et si c’est la tendance c’est une tendance marketing, il faut vendre, encore et toujours. Je suis photographe, pas actionnaire chez Apple ou Samsung.

        • Oui, nous sommes bien d’accord… Je n’ai aucune actions moi non plus chez Apple ou Samsung (toutefois ca m’arrange bien que Apple gagne plein d’argent avec ses iPhones : ce qui a donné les processeur M1 actuels, qui révolutionnent nos machine… Et cela m’a changé la vie depuis 2 ans, que je suis passé sur le Mac mini M1 et le MacBook Air M1)

          Pour revenir à lma résolution : en 2006 / 2007 j’avais fait des tirages magnifiques et exposés (et vendus) de 1,35 m de large, avec les 13 Mpixel du Canon EOS 5D, ce qui semblait à l’époque une résolution « énorme » (et déjà des photographes la critiquaient et disaient que c’était trop)…

          J’avais aussi fait des tirages superbes à partir de 16 Mpix de mon petit panasonic GM1 de 16 mpix , aussi… (en voici un en dessous, c’était en plus une mages horizontale recardée en verticale, donc moins que 16 Mpix).

          J’explique à tout le monde que les 20 Mpix du Canon EOS R6 sont bien suffisant…

          Toutefois : en 2015 : en passant aux 50 Mpix de l’EOS 5DRs : j’ai apprécié la capacité de « recadrer » beaucoup plus… Et aussi une micro netteté bien agréable (impossible à obtenir avec un Micro 4/3 de 20 Mpix, pour le copieux, ça me semble évident). Moi je considère que plus de pixels : c’est mieux… Et si je pouvais disposer de 100 Megapixel pour le prix de 50 mpix : et bien je prendrais (je ne suis pas inquiet : j’aurais ça d’ici 2 à 4 ans je suppose : sur le Canon EOS R5 MkII. Je patienterais…)

          Oui, mais voilà : les gens « veulent » de la résolution… C’est comme ça !
          Et cela va tuer le Micro 4/3 qui semble absolument incapable de monter en résolution. Je ne sais pas si c’est une « volonté » qualitative. Un manque de recherche et développement ? Ou plus probablement : un manque d’investissement financier dans une nouvelle ligne de capteurs ? Peut-être car personne ne veut prendre le risque d’investir et développer une gamme de capteurs Micro 4/3 de 30 ou 40 Mpix ? Peut-être tout simplement car ni Panasonic, ni Sony, ni aucun fournisseur ne croit que cela pourra « se vendre » suffisamment, pour justifier cet investissement (énorme).

          Mon idée est que ce sont les industriels eux-même (panasonic, Sony et surtout Olympus) qui considèrent depuis plusieurs années que le Micro 4/3 n’a plus d’avenir : et c’est pour cette raison qu’ils n’ont pas investi dans le développement de lignes de capteurs de plus haute résolution…

          Si Olympus a vendu sa division photo : c’est très probablement que Olympus ne croyait plus au Micro 4/3 (et ils avaient toutes les informations sur les ventes, le potentiel, les perspective de développement et toutes les statistiques possible) ! Ils y croyaient encore moins que moi… c’est dire !

  15. Ah j’oubliais !
    Faire une comparaison entre le système OM M43 et les smartphones, c’est vraiment un gag…
    Et oui, j’ai un iPhone 13 et je fais du RAW avec…

    • Oui, ça on est d’accord : techniquement cela n’a absolument rien à voir… (pour nous)

      Sauf que dans l’esprit du « grand public » : et bien désolé, mais cette idée que le smartphone remplace désormais « l’appareil familiale » (le compact ou le petit Micro 4/3, ou le petit reflex Canon EOS) : a déjà fait son chemin… et est largement dominante !

      Et désormais ce « grand public » (amateur de photos de vacances et de famille) : pense plutôt acheter un bon smartphone pour faire ses photos souvenirs. Ce sont ceux-là même, qui achetaient autrefois un compact haut de gamme, ou un petit Micro 4/3 (notamment à la première époque du Micro 4/3 qui était très axé « mini appareils » comme le GM1 que je possédais).

      Alors oui : c’est bien le smartphone qui a tué le Micro 4/3… Bien davantage que l’hybride Full Frame (qui a participé à sa quasi éradication des rayons de la FNAC ou de Carrefour… Ceux-là vendent bien plus de smartphone que d’appareils photo désormais)…

      • Cher Jean-François, on est d’accord et poussons le raisonnement.
        Le smartphone-photophone a boulversé l’ensemble du monde de la photographie !

        – d’abord ce ne sont pas seulement les compacts (M43, APSC, ou autres) qui ont morflé chez les amateurs, mais tout la matériel photo lourd, compliqué, coûteux, toutes marques confondues.
        – ensuite le smaprtphone + les réseaux (sms, mail, whatsapp, instagram, etc.) a conduit à un nouvel ordre photographique. Pour beaucoup c’est à la fois plus rapide, pratique et bien suffisant en qualité. Le désir de qualité de regard de « l’amateur expert » a quasiment disparu, inutile désormais.

        Ce n’est pas seulement le M43 ou d’autres formats qui se sont marginalisés, c’est TOUT l’art photographique dont le champ s’est considérablement réduit pris en tenailles entre, d’un côté le smartphone, de l’autre l’image vidéo.

        Comme disait je ne sais plus qui « jamais la photographie ne s’est aussi bien portée et les photographes aussi mal ».
        Le drame là-dedans c’est la perte dans le grand public de la culture, de l’héritage et de l’exigence photographique au profit des flux d’images souvenirs et du kitsch maniériste (bien souvent réalisé aussi avec des appareils super haut de gamme).

        Que l’on utilise le FF ou le M43 on est sur le même bateau (plutôt un radeau de la méduse).
        C’est ça qui me semble le plus intéressant, bien plus que des problématiques de marchés ou de marketing.

        • Oui, dans un sens : tout ça c’est vrai…

          Mais même sur le radeau de la méduse : il y. aura tout de même des « survivants ». Et je crois savoir que certains « formats » auront un peu plus de chance de traverser cette période difficile.

          Je ne souhaite aucunement la disparition du Micro 4/3, ou de l’APS-C… Mais trois formats, je me demande si ce n’est pas un peu trop. Car l’industrie a tendance à « simplifier » les normes et les standards, au fil des décennies (et même des siècles)… Nous verrons bien !

  16. Concernant tes remarques sur le recadrage sur 50 ou 100 Mp, bien sûr je comprends. Mais je ne recarde pas ! Parce que je ne fais plus de journalisme, pas d’animalier etc. et que j’ai dans doute une conception old school de la photo.

    J’ai failli acheter un Fuji GFX 50S II et un 80mm et j’ai laissé tomber, en me disant que le prix à payer (coût, poids, inertie…) ne compensait pas assez pour moi les avantages. Pourquoi j’ai pensé à un GFX plutôt qu’un Sony A7Rx par exemple ? Parce que j’aime les proportions 4/3 !

  17. Canon R6 avec 20mp à 2700€ à sa sortie ça ne gêne personne . Ok il y a le R5 mais rappelle moi le prix. On en parle aussi du prix des objectifs RF?

  18. Je viens de voir que Panasonic annonçait son Lumix GH6 équipé d’un capteur de 25,2 Mp.
    La barrière des 20 Mp est donc désormais brisée pour le format 4/3 !
    A voir si Olympus suivra ?

    • Il était temps !

      En même temps : 25,2 Mpix c’est pas « délirant »… On aurait eu ça il y a 5 ans : on aurait applaudit.

      Mais ils auraient du pousser à 30 Mpix au moins. Car là, si on repart sur 25 Mpix pour un cycle de 5 ou 6 ans, ça risque de bientôt être juste à nouveau. Et la réputation de « retard en résolution » du Micro 4/3 persistera. A suivre !

      Toujours est-il que les Panasonic GH5 / GH5, etc… sont presque davantage considérés comme des outils de vidéo, que de photo. Une « autre niche », bien différente que celle occupée par Olympus.

  19. Je me doutais bien qu’en revenant ici pour l’occasion de la sortie de l’Olympus OM1, je trouverai les mêmes arguments qu’il y a 4 ans contre le µ 4/3.

    Quand j’ai basculé sur des Lumix G9, après divers essais en comparaison avec mon D750 et D500, je voulais obtenir la même qualité d’image mais avec beaucoup moins de poids. Cette fameuse utilisation « marginale » par quelques dizaines d’utilisateurs comme dit plus haut.

    Le choix d’un format peut aussi être un impératif dû à l’âge de celui qui trimbale le matériel. Certes, il m’a été dit sans complaisance qu’il me suffisait de faire du sport pour pouvoir trimbaler mes téléobjectifs (ah oui mes sujets sont les oiseaux, les avions, les motos sur circuits, et bien évidemment nos magnifiques paysages pyrénéens).

    Le « ptit jeune » qui m’a balancé cette remarque ne sait pas encore que le poids des ans devient impossible à compenser par une activité physique, on se maintient tout au plus.

    Donc choix du µ 4/3 avec mes 3 boitiers G9, afin de ne pas changer d’optiques sans cesse en milieu hostile (poussières). Et dessus trois optiques Olympus Pro, 12/100, 40/150, et 300mm. L’ensemble tient dans mon petit sac photo et dans mon top-case moto (oui, en plus je me déplace à moto comme un jeune).

    Pour ne pas rester sur mes positions, je teste régulièrement du matériel. Comme le plein format Panasonic, sauf que là, il n’y a pas l’expertise et la qualité Olympus derrière, ce qui plombe le résultat, la taille du capteur ne fait pas tout.

    Pour ne pas être trop long, je conclu par… j’ai commandé deux OM1 pour remplacer mes G9 qui n’ont jamais failli pendant 4 ans.

    Je n’en dirait pas autant de quelques boitiers qui ont bien visité leur SAV (D1 D4 D750…). Ceci dit sans agressivité aucune, et puis cela ne me dérange pas d’avoir raison tout seul :)

    • Bonjour Pierre et merci de ce témoignage et ce partage… Un commentaire argumenté et pertinent : est toujours précieux sur ce blog (tu le sais bien) ! Surtout lorsqu’il vient d’un lecteur fidèle, qu’on avait pas lu depuis longtemps ;-)

      Si tu veux développer un peu ton commentaire sous la forme d’un article pour « défendre » l’utilisation du Micro 4/3 : je suis prêt à le publier à la Une ! Et je veillerai ne t’inquiète pas, à une observance parfaite edu respect des points de vue des « uns et des autres » dans les commentaires ! Et je sais qu’il y a parmi nos lecteurs de nombreux utilisateurs de Micro 4/3 (qui me le rappèlent à chaque fois que je critique ce système).

      N’oublions pas que nos empoignades passionnées quant au choix du Micro 4/3, ou d’un autre format : sont des questions bien plus légères et amusantes, que de discuter de la guerre en Ukraine ;-)

      Très bon week end à tous !

  20. André Brugmans le

    Le seul moment où je pourrais être pénalisé par les 20 mpx du capteur des mes boîtiers Olympus, c’est lorsque je veux « croper » dans mes images. Mais comme je suis la plupart du temps avec des optiques dont la focale est doublée, je ne « crope » plus trop. Pour le reste, les 20 mpx ont aussi des avantages (poids des images par exemple). J’attends toujours qu’on m’explique ce que des capteurs plus définis apportent lorsqu’on travaille sur des images dont la taille maximale serait de 60x40cm par exemple. La course aux pixels s’est terminée, pour moi, lorsque j’ai pesé, d’un côté mon matos Nikon (10 kg et 2 valises) et le µ4/3 (3.5 kg et un sac à dos) et je ne parle pas du prix des longues focales…
    Je n’essaye de convaincre personne, je suis simplement très content de mon matériel actuel et je n’ai pas rencontré beaucoup de situations où j’ai regretté le système FF d’avant.

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎