web analytics

Appareils experts : l’avenir est au Full Frame pas à l’APS-C

27
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

La rumeur est insistante : Canon préparerait un hybride Expert EOS R autour des 800$ qui serait bien un appareil Full Frame… Personnellement je ne crois pas à l’arrivée d’un futur Canon EOS R à capteur APS-C.

Nikon l’a fait et je pense que ce sera un échec… Et je crois que cela n’arrivera pas chez Canon. Par contre, je crois que l’avenir de la photo « amateur expert », passera par le Full Frame. Et qu’il y a plein de bonnes raisons pour cela. La première raison est que au moins en Full Frame, les focales des objectifs sont plus faciles à comprendre : fini le facteur de « Crop » qui embête tant les débutants… Ensuite : la qualité d’image, bien entendu : le Full Frame c’est la vraie photo !

Par ailleurs : désormais on peut (très probablement) produire des capteurs Full Frame, pour le prix de capteurs APS-C il y a 10 ans… En tous cas : très probablement Canon doit le pouvoir (pendant que malheureusement Nikon doit les acheter à Sony. D’ailleurs, ce doit être assez terrible pour les dirigeants de Nikon, de savoir que à chaque fois qu’il vendent un appareil : ils enrichissent leur principal compétiteur).

Si vous proposez un appareil Full Frame au prix d’un APS-C : vous bénéficiez d’un certain « avantage compétitif » en terme d’image de marque auprès des clients potentiels, qui entendent depuis 20 ans que plus le capteur est grand et meilleure est la photo (ce qui est plutôt vrai quand même)…

Mais en plus, Il existe encore un argument plus subtile du point de vue d’un fabricant comme Canon ou Sony (qui l’a déjà mis en application avec son A7C) : si un fabricant parvient à convaincre un photographe débutant d’acheter un premier appareil (Full Frame) dans ses gammes, il y aura ensuite de bonne chance que ce client (satisfait en principe) ne soit pas tenté de changer de marque au moment ou il voudra (quelques années plus tard) passer : de ce premier appareil, à un appareil plus ambitieux (qui sera forcément un Full frame)… Un mouvement que l’on constate souvent depuis 2 ou 3 ans : souvent on entend des photographes amateurs qui parlent de « passer au Full Frame ».

 

Donc, si pour le prix d’un APS-C « expert » : vous vendez un Full Frame « expert » adapté à un photographe débutant : celui-ci restera probablement chez vous, lorsqu’il voudra passer à un appareil plus performant. Et ce photographe aura en plus la satisfaction de conserver certains de ses premiers objectifs !

Alors que souvent, en passant de l’APS-C au Full Frame : de nombreux débutants abandonnaient leurs objectifs dans un placard… et pire encore : certains étaient tentés de changer de marque. Pour le meilleur, ou le pire parfois… (attardez-vous sur le passage (à 2.39) délicieux ou Tony Northrup dézingue à raison le Sony A7 II qui était un modèle absolument horrible).

Un seul format de capteur et une seule gamme optique : ce sera donc le « graal » des fabricants pour demain et pour fidéliser leurs clients… Au fur et à mesure que certains évolueront dans leurs progression photo. Et pour cela, vous devez absolument leur proposer (aussi) une gamme d’objectifs légers, compacts et peu coûteux… Ce qui Canon a commencé à faire, citons notamment les :

  • Bientôt peut-être : Canon RF 100-400 mm f/5.6-7.1
  • Bientôt peut-être : Canon RF 18-45 mm f/4-5.6
  • Bientôt peut-être : Canon RF 24 mm f/1.8

 

Par ailleurs les économies réalisées en terme de développement, seront importantes : dans un marché photo qui n’est plus ce qu’il était (et ne le sera plus) est-il vraiment encore raisonnable de développer une gamme de produits APS-C d’un côté et parallèlement une gamme Full Frame ? La simplification et le retour à une seule taille de capteur (comme entre les années 60 et l’an 2000, ou le film 35 mm était la norme) devrait permettre des sérieuses économies…

On verra à ce sujet : la vitesse d’évolution de la gamme d’objectifs Nikon Z pour leur modèles APS-C : Nikon sera-t-elle capable de proposer rapidement suffisamment d’objectifs APS-C en monture Z, pour que ces appareils soient intéressants à court terme ? Ceci bien entendu, sans ralentir le développement de la gamme Z pour les Full Frame. Et bien, j’en doute un peu… Nikon s’est probablement embarqué dans une impasse avec les Z à capteurs APS-C, qui pourrait s’avérer aussi ruineuse que l’aventure malheureuse des hybrides « Nikon One » à capteurs 1 pouces.

Voilà certains des arguments pour lesquels, je crois que Canon va proposer des Full Frame de plus en plus grand public… Accompagnés des gammes d’objectifs qui vont avec ! A ce sujet, la vidéo de Tony Northrup est intéressante ! Bon Week End…

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.
+

27 commentaires

  1. Apple et Samsung sont compétiteurs, mais Apple dépend beaucoup de Samsung pour ses produits. De l’autre coté Samsung a besoin du volume d’Apple pour amortir ses frais de développement. C’est un problème classique en électronique où le prix dépend beaucoup du volume. C’est une situation dite de « coopétiteurs ». Nikon est un peu dans la même situation avec Sony pour les grands capteurs (APS-C et FF).
    Le problème de Canon est qu’il doit avoir un nombre réduit de capteurs et malgré cela il a un problème de volume. Il leur faudrait pouvoir les vendre aussi à l’extérieur même si en temps que leader, ils ont un bon volume d’appareils donc de capteurs. Il est rapporté qu’ils cherchent à le faire, maintenant qu’ils ont rattrapé leur retard technique sur Sony.
    Il y a un gros segment de marché en APS-C bas de gamme avec des objectifs de base en kit (et des clients qui n’achèterons pas d’autre objectifs). La décision de Canon n’est pas facile, je pense qu’il feront de l’APS-C en monture RF.

    • Disons que Nikon est dans une situation beaucoup moins favorable vis à vis de Sony, que Apple vis à vis de Samsung. Les deux situations n’ont absolument rien à voir.

      Apple est le n° de son secteur (un secteur en expansion) avec des bénéficient en progression (et d’une ampleur fantastique) alors que Nikon est le n°3 d’un secteur en contraction (avec des pertes le plus souvent et un chiffre d’affaires en diminution constante)… Une situation inquiétante.

      Apple est le seul à faire du « Apple » et par ailleurs ils vendent des Mac aussi. Leur clientelle est « captive » en tous cas fidèle, car ils ne trouveraient aucun avantage à aller chez un concurrent (en tous cas pour le moment.

      Alors que Nikon doit faire face a deux concurrents redoutables, qui pour résumer : proposent (on peut le dire) « mieux que Nikon » (en tous cas pour le moment)…

      • A cause du marché des capteurs Sony et Nikon sont dans le même bateau et confrontés à un problème commun qui est Canon avec les R5 et R6 qui sont les premiers mirrorless Canon performants.

    • La question de la taille du marché pour écouler une production de capteurs est intéressante. Sur certains secteurs de « niche » (les compacts experts à 1 pouces G7X et G5X MkII) : on a vu Canon renoncer à utiliser ses propres capteurs, car il était bien plus intéressant de les acheter à Sony, qui a augmenté suffisamment l’échelle de production de ce type de capteurs pour abaisser son prix énormément. Tuant de ce fait toute concurrence sur ce marché précis…

      Mais la capacité de production de capteurs Full Frame de Canon, doit être plus ou moins équivalente (ou même supérieure) à celle de toutes les autres marques réunies (Sony, Panasonic, Nikon, est…) car n’oublions pas que Canon produit des capteurs Full Frame de reflex, qui (à l’exception des 2 dernières années) représentaient depuis 15 ou 20 ans l’immense majorité des capteurs Full Frame produits.

      Cette capacité de production est « largement amortie, depuis le succès de l’EOS 5D en 2005, puis de l’EOS 5D en 2008. Et vu la taille du marché à cette époque (ou les hybrides n’existaient pas) : Canon a produit beaucoup plus de capteurs Full Frame que Sony (au total). Et peut continuer à la faire (bien que ce ne soit plus nécessaire, le marché de la photo ayant beaucoup baissé).

      Dit autrement : Canon doit « écouler » ses capteur Full Frame (sauf à réduire ses capacité de production), ils vont donc nous les offrir dans les appareils « experts » à la place des capteurs APS-C et pour le même prix…

      C’est un moyen de convaincre les gens d’acheter plutôt leurs produits, tout en offrant un motif de fidélisation…

      Par ailleurs : bientôt il n’y aura plus moyen de distinguer la qualité d’une photo réalisée à partir d’un capteur 1 pouce, d’un capteur APS-C (c’était l’intuition que Nikon avait eu troLa question de la taille du marché pour écouler une production de capteurs est intéressante. Sur certains secteurs de « niche » (les compacts experts à 1 pouces) : on a vu Canon ne pas tenter d’utiliser ses propres capteurs car il était plus intéressant de les acheter à Sony, qui a augmenté suffisamment l’échelle de production de ce type de capteurs pour abaisser son prix énormément. Tuant de ce fait toute concurrence sur ce marché précis…

      Mais la capacité de production de capteurs Full Frame de Canon, doit être plus ou moins équivalente (ou même supérieure) à celle de toutes les autres marques réunies (Sony, Panasonic, Nikon, est…) car n’oublions pas que Canon produit des capteurs Full Frame de reflex, qui (à l’exception des 2 dernières années) représentaient depuis 15 ou 20 ans l’immense majorité des capteurs Full Frame produits.

      Cette capacité de production est « largement amortie, depuis le succès de l’EOS 5D en 2005, puis de l’EOS 5D en 2008. Et vu la taille du marché à cette époque (ou les hybrides n’existaient pas) : Canon a produit beaucoup plus de capteurs Full Frame que Sony (au total). Et peut continuer à la faire (bien que ce ne soit plus nécessaire, le marché de la photo ayant beaucoup baissé).

      Dit autrement : Canon doit « écouler » ses capteur Full Frame (sauf à réduire ses capacité de production), ils vont donc nous les offrir dans les appareils « experts » à la place des capteurs APS-C et pour le même prix…

      C’est un moyen de convaincre les gens d’acheter plutôt leurs produits, tout en offrant un motif de fidélisation…

      Par ailleurs : bientôt il n’y aura plus moyen de distinguer la qualité d’une photo réalisée à partir d’un capteur 1 pouce, d’un capteur APS-C (c’était l’intuition que Nikon avait eu trop tôt)… Donc le secteur des appareils APS-C se fera « bouffer » par les appareils à capteurs 1 pouce qui vont monter en gamme…

      Car tous les appareils avec des capteurs plus petits que 1 pouce sont désormais sans intérêt et seront remplacés par les téléphones.p tôt)… Donc le secteur des appareils APS-C se fera « bouffer » par les appareils à capteurs 1 pouce qui vont monter en gamme… (lorsque je veux partir léger en week end ou en randonnée, je n’aurais plus l’idée de m’équiper d’un APSC du type Nikon ZFc : je prends mon G5X MkII… ou mon téléphone ! )

      Car par ailleurs : tous les appareils avec des capteurs plus petits que 1 pouce sont désormais sans intérêt et seront remplacés par les téléphones.

      • Et bien pour moi, l’idéal serait un G5X tout pareil mais en FF!
        Ah! mais suis je donc bête, pour avoir un objectif zoom équivalent c’est coton…

        Bah oui, le FF c’est bien mais la taille des objectifs ça compte aussi; c’est incroyable ces remarques à la con du genre « le Full Frame c’est la vraie photo ! »

        La vraie photo c’est celle qui correspond à vos attentes; un bon photographe fait de la « vraie photo » avec n’importe quel appareil, y compris une boîte en carton avec un trou d’épingle dedans!

        Quel snobisme de baratineur obtus!!!

        Voilà, c’était mon coup de gueule du jour…

        • Vous ne semblez pas avoir beaucoup de sens de l’humour, ni être capable de décerner le « second degrés » !

          Bien entendu : la « vraie photo c’est au full frame » : c’est du « second degrés »…
          Bien évidement : il n’existe pas de « vraie photo »…

          Toutefois : il est évident que le jour ou je veux réussir ma photo à coup sur, je prend mon Full Frame et son objectif encombrant (et il n’y a rien de snobisme, ni de baratin obtus ici. Des tas de photographes auront le même reflex)…

          Et les jours ou j’ai la flemme, ou je veux juste ramener un souvenir : je prend mon « petit capteur » et son petit objectif léger (mon G5X MkII, que j’adore : relire mon test terrain en Sulawesi https://photoetmac.com/2019/08/canon_g5x_mk2-c/ ).

          Il y aura toujours une différence entre les deux, je le crains… Mais si un jour cette différence s’effaçait : alors oui, je préférerai prendre le matériel le plus léger.

          • Je sais bien JF, mais au bout d’un moment ce leitmotiv devient lassant…

            Pour moi, la « varie photo » c’est au moyen format! ;-)

    • Oui, il existait : un « gros segment de marché en APS-C bas de gamme avec des objectifs de base en kit (avec des clients qui n’achèterons pas d’autre objectifs) » : ce secteur existait en effet…

      Mais depuis 2 ou 3 ans : il à été divisé par 5 ou même par dix, en gros : depuis que les smartphones sont devenus très performants…

      C’étaient le marché des gens qui « possédaient » un appareil photo argentique avant… Ou qui rêvaient d’en posséder un ! Et qui entre 2003 et 2015 (disons à la louche) se sont offerts des reflex APS-C d’entrée de gamme : peu couteux et très performants (pour le prix)… C’était donc un marché « neuf » qui est resté très longtemps en progression (et a été exploité principalement par Canon et Nikon… un peu seulement par Sony et Olympus / Panasonic sur le tard avec leurs hybrides APS-C et Micro 4/3)…

      Mais après 2015 / 2017 : non seulement les capteurs 1 pouces permettent à ces utilisateurs de préférer un compact expert bien suffisant à leurs besoins… Mais certains clients (de plus en plus nombreux chaque année) ont étés plutôt attirés par des smartphone de plus en plus haut de gamme (et performants en photo avec l’arrivée progressive de plusieurs objectifs).

      Lorsque des smartrphones (bon en photo) arriveront à moins de 700€ (et même beaucoup moins un iPhone XS reconditionné coute 350 €) : alors ce marché du reflex d’entrée de gamme à 700 € sera totalement mort et ses clients auront disparu.

      Il ne restera alors plus que l’ancien secteur de marché des vrais passionnés experts (ceux qui investissaient entre 2000€ et 3000 € dans un EOS 7D par exemple avec ses objectifs) : et ceux-là voudront du Full Frame… Ce sont des passionnés de photo animalière, ou de sport, ou encore des blogueurs amateurs (ou influenceurs ambitieux) qui voudront le meilleur : le matos des pro (ou presque)…

      • Pour remplacer un EOS 7D/90D
        en animalier, il faudrait en mirorless un EOS R5 (le crop du R6 n’a pas assez de pixels), le prix n’est pas tout à fait le même.

  2. Justement un brevet est apparu récemment ( news sur Canon rumors ) il serait plus petit que le Canon Rp. Sûrement sur le même principe que le M6 markII ( avec un viseur additionnel) .

    • Oui, en effet !

      Je crois enfin que seule le marché photo expert « très haut de gamme » peut continuer à exister face à l’arrivée prochaine généralisée de zooms périscopiques dans les téléphones (et d’autres technologies que nous n’imaginons pas encore).

      Et dans l’esprit des photographes : le très haut de gamme, c’est le Full Frame. D’autant que la taille de ce Full Frame peut encore être miniaturisée…

      Par exemple j’utilise depuis un mois le zoom Canon RF 24-105 mm f/4-7,1 IS STM (tant décrié par ceux qui ne l’ont pas essayé)… Et bien grâce aux progrès technologiques récents (notamment les corrections logiciels dans Lightroom : du vignettage qui est énorme surtout à 24 mm) : et bien ce zoom très peu coûteux est extrêmement compact et léger. Et pas cher surtout ! Et pourtant très efficace…

      Exemple de photo réalisées à f/8 (je travaille quasiment toujours à f/8 avec)… Je n’ai pas besoin d’être à f/4 (et le jour ou cela arrive je prends mon RF 35 ou mon RF 50 mm f/1.8)

  3. Vainqueur Sony dans ce cas.
    Ils ont l’appui de Tamron, Sigma, Samyang pour proposer des alternatives avec un bon rapport qualité-prix.
    Je n’ai pas vu sauf preuve du contraire que la taille de la monture de Sony produisait une qualité inférieure aux autres montures (la colometrie, c’est un autre sujet), mais permet des objectifs plus légers et une gamme d’appareils plus compacte (a7c).
    Après qui sera le constructeur qui décidera de tuer sa gamme APS-C et comment réagira sa clientèle APS-C.

    • Oui, mais ne pas oublier que laisser des concurrents vendre des objectifs complémentaire (à sa place) : est une perte financière pour Sony…

      Si Canon propose à l’avenir de meilleures alternatives que Tamron Sigma ou Samyang sur ses objectifs les plus vendus : alors les gens achèteront des objectifs Canon (et ne pas oublier que les 50 mm f/1.8 et 85 mm f/1.8 étaient les références des objectifs complémentaires les plus vendues pendant 20 ans)…

      Actuellement, je ne vois pas beaucoup d’offres (pour Sony par exemple) « beaucoup » plus intéressantes chez des fabricants tiers, notamment dans les secteurs des 35, 50 et 85 mm : que ce que Canon propose déjà en gamme RF (avec une qualité de fabrication et un prix imbattable, sans parler de la qualité d’image)…

      Si les photographes achètent un second objectif, c’est soit un zoom « super large » genre 24-240 mm, soit un fixe « ultra compact » (35, 50, 85 mm f/1.8). L’intérêt d’un fabricant est de leur proposer ces options (soit en « double kit », soit avec des « opérations commerciales » régulières, ce qui Canon maitrise parfaitement… Surement pas de laisser partir cette source de revenu, chez des fabricants tiers…

      Et je dirais même : que l’intérêt du photographe sera (le plus souvent) d’acheter dans ce cas, l’objectif proposé par le fabricant car il profitera des optimisations logicielles qui amélioreront le résultat…

      Certes : il y a des exceptions, comme le Samyang 14 mm f/2.8, qui est imbattable (et Canon ne propose rien pour le moment de comparable)…

      Mais par exemple le Samyang 85 mm f/1.4, ne rivalise pas du tout avec le Canon RF 85 mm f/2 IS STM Macro (qui le domine de la tête est des épaules, à un prix très concurrentiel).

      Donc, si Canon propose la gamme « fermée », suffisante et vertueuse d’objectifs adaptée (à une clientelle qui ne dépassera jamais 1 ou 2 objectifs complémentaire au maximum en moyenne) : alors Canon réussira dans les traces d’Apple… Avec un système fermé : plus profitable (pour Canon). Et aussi plus performant, plus rassurant et mieux optimisé (pour ses clients).

      A l’heure de l’optimisation numérique des images (ou le dialogue logiciel entre boitier et appareil devient vital) : le concept de gamme optique ouverte aux fabricants tiers, appartient un peu au passé je crois…

  4. Dominique CONAN le

    « bientôt il n’y aura plus moyen de distinguer la qualité d’une photo réalisée à partir d’un capteur 1 pouce, d’un capteur APS-C »
    On peut aussi remplacer « capteur 1 pouce » par « capteur Aps-C » et « capteur Aps-C » par « FF (ancienne génération, comme celui du RP). »^^

    Celui qui gagnera le marché amateur expert est celui qui permettra de ne plus passer par un logiciel photo sur ordinateur et qu’il proposera un mode interface de smartphone (écran 5pouces) tout automatisé, juste à sélectionner le type de photos et le type d’ambiance.

  5. Par exemple, on peut télécharger sur son appareil photo un profil créé par un photographe reconnu, notre Jean-François national, et appliquer directement sur le raw présent sur l’appareil photo.

    • Bien entendu… Mais lorsque je n’ai pas envie de prendre mes gros objectifs, c’est que j’ai plutôt envie de prendre mon G5X mkII à capteur 1 pouce. Voir mon téléphone !

      Ce que je veux dire : c’est que quand les gens ont envie d’être léger, c’est (assez souvent) qu’ils ont envie d’être vraiment très, très légers ! Cela ne concerne pas tout le monde bien entendu : mais de plus en plus de photographes… C’est pour cela à mon avis que l’APS-C n’a plus vraiment d’avenir… Ses part de marché ne vont aller qu’en « déclinant ».

      Entamées par le haut, car les Full Frame seront de plus en plus léger et peu couteux (et je suis désolé, mais mon RF 24-105 mm f/4-7.1 est vraiment très léger). Et les amateurs « vraiment passionnés » et désirant la meilleure qualité possible en fonction de leur budget, choisiront le Full Frame…

      Entamées par le bas, par les capteurs 1 pouces et surtout par des téléphones haut de gamme…

      • Je pense aussi que nous sommes plusieurs à vouloir être très léger ( en ville et autres visites pour la discrétion ), même mon Lumix gx80 + 12-60mm ou canon 100d + 24 stm me paraissent lourd et encombrant par moment , c’est pour ça que mon prochain achat sera certainement un full frame plutôt qu’un Aps-c , même si je pratique la proxy/macro ( nikon d7000 ) et que je devrais changer un peu ma pratique ( la limite de netteté à f2.8 étant très minime ) … je ne suis pas du tout smartphone pour la photo, c’est pour ça que j’ai un canon g9x pour la légèreté …!

    • Pas tout de suite… je crois qu’il existe encore un peu de demande en APS-C : au moins pour les 6 ou 10 années à venir !

      Mais je ne crois pas qu’ils se lanceront dans un EOS R à capteur APS-C… Progressivement les Full Frame vont chasser les derniers modèles haut de gamme APS-C. Nous verrons cela avant 10 ans…

  6. J’imagine bien l’arrivée de smartphones avec trois petits objectifs au dos, espacés de 5cm au sommets d’un triangle équilatéral et un logiciel qui, à partir de ces trois capteurs recrée une image qu’on ne puisse facilement distinguer de celle d’un full frame, au moins en vidéo.

  7. Dominique CONAN le

    Et pendant ce temps, Tamron annonce le développement d’un 35-150mm f/2-2.8 Di III (je le veux) et la version 2 de son bestseller le 28-75mm f2.8 pour Sony.

    • Un 35-150mm f/2-2.8 Di III : c’est en effet une plage focale intéressante et originale ! Et une ouverture généreuse : c’est bien ça (spécialement pour le bokeh)…

      Il coutera certainement un peu plus de 900 €…

      On parle ici plutôt d’un assez gros zoom, plutôt long…

      Et l’on n’aura probablement pas 5 stop de stabilisation (pas de dispositif IS intégré), il faudra compter sur le capteur stabilisé uniquement.

      Donc, face à un RF 24-105 mm f/4 avec les qualités que l’on sait : il y aura de quoi hésiter… On gagnera en luminosité. Et en longueur de focale avec le Tamron (150 vs 105 mm)… Mais on perdra côté grand angle : (35 vs 24 mm).

      Il offrira une plage focale plus « étendu » : sur 115 mm de plage… Contre une plage de 81 mm, pour le RF 24-105 mm.

      La différence n’est pas si énorme qu’on pourrait l’imaginer (il profite de 34 mm de plage supplémentaire, principalement centrés sur la longue focale ce qui n’est probablement pas si compliqué à réaliser). On aurait préféré un 24-135 mm plus impressionnant (pour les mêmes 115 mm de plage focale) : ce qui aurait été techniquement bien plus compliqué à réaliser je suppose. Et bien plus utile au quotidien.

      Car pour pas mal de monde : il faudra nécessairement emporter un zoom complémentaire (ou un fixe), pour couvrir la plage 24-35 mm. Dont il me semble difficile de se passer (on peut se passer de la plage 14 à 24 mm. Mais de 24 à 35 mm : c’est vraiment in dispensable).

      A suivre donc !

  8. La vrai photo c’est pas le FF ou tout autres spécifications technique. La vrai photo c’est une intention, un cadrage, peu importe l’appareil, la technique n’est qu’un moyen.
    Intéressant ton idée sur le futur de l’apsc et FF.
    je pense cependant que l’apsc est encore utile par rapport au FF en terme de compacité et de prix, en tout cas pour moi. Sa disparition ne sera effective que quand le FF sera au même prix avec des objectifs compacts et ayant un bon rapport qualité / prix. Actuellement je ne pourrais pas me permettre de passer au FF.
    je ne sais pas si il y a beaucoup de personnes dans mon cas mais j’espère que l’apsc vivra encore longtemps.
    Sinon les plus petits capteurs ne sont pas encore au niveau de l’apsc, tout comme l’apsc est un cran en dessous du FF. Reste l’ergonomie, et un smartphone ou même un compact expert ne peut pas atteindre celle d’un reflex/hybride.

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎