web analytics

Avalanche migre vos catalogues Lightroom, Luminar, etc…

14
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Deux nouvelles versions du logiciel Français Avalanche (développé à Montpellier) sont disponibles depuis quelques semaines (nous avions annoncé la première version ici)…

Il s’agit de Avalanche pour Luminar, qui s’occupe de migrer vos catalogues de Lightroom vers Luminar (qui ne dispose pas d’outil d’importation) et inversement… Et de Avalanche Unlimited qui est l’outil complet pour toutes les migrations, incluant Aperture et bientôt Capture One. Le communiqué de presse est ici.

Je ne suis certainement pas de ceux qui recommandent de migrer de Lightroom vers Luminar (relire :        Existe-t-il de vraies alternatives à Lightroom ?)… Par contre si vous aviez tenté cela et souhaitiez revenir vers Lightroom : alors Avalanche sait aussi réaliser cette migration dans cette direction.

Avalanche Unlimited permet actuellement de migrer vers Lightroom ou vers Luminar, ainsi que vers ces deux logiciels depuis une Bibliotheque Aperture (qui n’est plus fonctionnel sur Catalina Mac OS 10.15).

Mais CYME a déjà annoncé que la prise en charge de CaptureOne est en cours… Ce qui est probablement très attendu : elle sera ajoutée plus tard cette année. Toutes les variantes d’Avalanche sont conçues pour convertir des catalogues d’une application source à une autre, tout en :

  • Maintenant les structures organisationnelles aussi intactes que possible
  • Garantissant une migration complète de toutes les annotations, tags, mots-clés…
  • S’assurant que les images migrées prennent en compte les ajustements effectués dans le catalogue source. Avalanche utilise le Machine Learning pour trouver les paramètres qui reproduisent le mieux l’aspect original de l’image.

 

Prix et disponibilité : Avalanche pour Luminar est disponible à partir du store CYME au prix de 59€ TTC.
Avalanche Unlimited est au prix de 109€ TTC.

Avalanche est compatible avec les catalogues Aperture à partir de la version 3.6, les catalogues Lightroom à partir de la version 7 et les catalogues Luminar à partir de la version 4.2. Il faut environ 145 Mo d’espace libre, 4 Go de mémoire (8 Go recommandés) et suffisamment d’espace pour accueillir les bibliothèques converties.

Une version fonctionnelle d’Apple Aperture ou de Lightroom n’est pas requise pour migrer les bibliothèques car Avalanche ouvre ces bibliothèques en mode natif.

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

14 commentaires

  1. J’utilise Aperture sur Catalina grâce à Retroactive, mais je compte convertir par la suite ma bibliothèque vers Lightroom avec Avalanche.
    Apparemment ça marche plutôt bien mais j’attends encore deux ou trois mises à jour pour que la conversion soit la plus parfaite possible !

      • Je suis passé sur Lightroom début 2017 !
        Mes photos d’avant 2017 sont restées sur Aperture parce qu’à l’époque il n’y avait pas de moyen simple et efficace de migrer entre les deux.
        Je n’ai jamais essayé Capture One, mais la gestion de bilbliothèque était indispensable pour moi de toute façon… et je me suis très bien fait à l’interface de Lightroom !

  2. bonne chose sur le principe. une bonne idée pour les pros.

    il est tout de même illusoire de croire que même avec l’IA les paramètres de développement serons repris correctement:

    et même si c’est le cas, je n’attends pas qu’ils soient repris juste « correctement » mais « quasi identique » (impossible car outils et algorithmes sont uniques à chaque logiciel). sinon c’est tout le boulot à reprendre :

    il faut accepter à un moment ou un autre de « figer » son travail ce qui pour un amateur comme moi est bien sur bien plus facile q’un pro qui devra ressortir des anciennes photos à retravailler si besoin ou a modifier etc…

    la logique en général quand on change de crèmerie (logiciel) est de garder l’ancien en parallèle au moins un certain temps pour reprendre si besoin les photos anciennes avec leurs traitements déjà fait, pas besoin d’outils de migration dans ce cas tant que l’ancien est supporté par l’OS.

    l’autre possibilité (limitée aux amateurs qui ne vivent pas de l’image) est donc de « figer » son travail pour ce qui n’en vaut pas la peine (photo souvenir, voyage…) dont pertinemment quelque soit les évolutions techniques ne seront jamais retravaillées ( n’en vaut vraiment pas la peine) et de conserver uniquement les raws des quelques images qui valent le coup (les fameuses « 5 étoiles »…)

    c’est ce que j’ai fait (jpeg haute résolution) pour plus de 80% de ma production sur plus de 15 ans qui n’a aucun intérêt hormis moi même et ô sacrilège ai même supprimer les raws: les photos seront ainsi accessibles à tous , n’importe quel logiciel pourra les lire. j’ai conservés les raws uniquement des « chefs d’œuvres » ( 300 photos sur 15 ans) qui mériteront peut être un jour d’y retourner. lr est nettement plus fluide sur mon i5 et 8Giga de Ram et si besoin (jpeg hr) je peux exporter pour des grands tirages (la limite étant de ne plus re travailler ces images)

    • Je ne suis pas d’accord : ce qu’il fallait conserver c’était les RAW ! Car ça ne pèse rien (vu le prix dérisoire des disques durs aujourd’hui).

      Et supprimer les RAW : ça n’a absolument aucun impact sur la fluidité de Lightroom… (il suffit de construire à) l’avance des aperçus standard, ou 1:1)…

      On pourra toujours re-développer des RAW : ceux qui nous intéressent dans un autre logiciel (ou dans le même logiciel avec un moteur plus moderne)…

      Si parmi les RAW supprimé se trouve une image intéressante : avec le JPEG c’est foutu ! On ne pourra plus l’améliorer ;-)

  3. Mon petit retour d’expérience si ça peut intéresser…
    A la lecture du premier billet de JF sur Avalanche et la période de confinement nous tombant dessus peu après, j’ai décidé d’enfin me pencher sur cette récupération de ma bibliothèque Aperture. Elle dormait depuis un moment, j’étais passé à LR et je me savais bloqué sur Mojave tant que ce sujet n’aurait pas été traité. Cela me poserait problème tôt ou tard.
    J’ai donc franchi le pas et acheté Avalanche, soft français, prometteur et relativement peu cher pour » sauver » plusieurs années de souvenirs.
    Sitôt acheté j’ai lancé la conversion de mes images Aperture vers mon catalogue LR. Au passage notez que cette conversion n’a rien d’irréversible : si l’interprétation dans LR ne vous plait pas, Aperture reste intègre pour ouvrir votre photothèque initiale.
    J’ai été très surpris par la rapidité du traitement : peut être 1-2h pour près de 13.000 images ? Surpris aussi par la propreté de la migration qui ajoutent évidemment toutes vos images dans le catalogue LR mais récupère aussi tous les projets sous forme de collections.
    Difficile de dire si mes images ont perdu en qualité mais je ne crois pas fondamentalement. Et puis, il est toujours possible de repartir des RAW initiaux pour se refaire un traitement LR avec plus de succès parfois car mon expérience a grandi depuis sur ce soft.
    Reste à juger le rendu brut obtenu dans LR. Personnellement je préférais celui d’Aperture, plus fin selon moi. C’est pourquoi lorsque je veux un traitement très fin, j’utilise aussi DXO PhotoLab que je trouve vraiment excellent et bien intégré avec LR (merci de nous avoir parlé de ça aussi JF). Il ne manque à DXO que le catalogage et je serais alors prêt à me passer de LR…
    Au final je suis satisfait d’Avalanche : tout est au même endroit désormais, et les derniers OS d’Apple sont maintenant envisageables. Vers LR Luminar ou Capture One, c’est du sérieux, allez-y, tenez le coup, vous n’y laisserez pas la chemise de toutes façons.

  4. Je n’étais pas au courant de ces nouvelles version, j’ai bien fait de venir faire un tour sur votre site que je trouve très intéressant.

Leave A Reply