web analytics

Quelles focales choisir, pour quelle Photo ? Partie 2

29
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

On explique souvent que la photo est beaucoup moins une affaire de matériel qu’une affaire d’œil et de composition. C’est vrai… Mais la composition n’est pas seulement instinctive, la composition est aussi forcément une question de « placement » du photographe par rapport à son sujet. Une question de distance entre sujet et photographe et bien entendu une question « d’angle de champs »… Donc, au delà d’une simple question d’œil et de créativité, la composition est aussi une question de « choix de focale ». Donc finalement, c’est un peu aussi : une question de choix de matériel…

Texte et photo : Jean-François Vibert (vibertphoto.com) 

 


L’incontournable 85 mm à grande ouverture est la focale des portraits

Les modèles de 85 mm ne manquent pas et vous devriez trouver votre bonheur : à commencer par le petit Canon EF 85 mm f/1.8 (seulement 378 €)… Ou alors si vous êtes passionné : le fantastique et récent Canon EF 85 mm f/1.4 L IS (environ 1.600 €) : tout premier 85 mm f/1.4 stabilisé pour reflex. C’est lui que j’utilise désormais, un 85 mm stabilisé est extraordinaire pour le portrait.

Hong Kong port Sunset

 

  

Il y a quelques années je possédais l’ancien Sigma 85 mm f/1.4 EX DG HSM, un vieux modèle (800 € environ) relativement introuvable. Il existe désormais un Sigma 85 mm f/1.4 DG HMS Art qui est  un peu trop lourd à mon goût, mais incroyablement performant et piqué…

Plus raisonnable : Tamron 85 mm f/1.8 SP DI VC USD se déniche aux alentours de 769 €. Une très bonne affaire pas trop couteuse : un des rares 85 mm à disposer de la stabilisation… Si vous êtes à la recherche d’effets bokeh à moindre coût : le plus recommandable reste peut-être le très léger et très compact Canon EF 85 mm f/1.8 (378 €). De tous, c’est le plus ancien et c’est l’objectif dont le rapport « étonnement / prix » reste le plus favorable… SI vous n’êtes pas riches mais avez tout de même quelques ambitions photographiques : alors ce EF 85 mm f/1.8 est pour vous !

Japon Geisha avec Paravent

 

 


85 mm : le juste milieu : plus court serait trop court et plus long serait trop cher !

Le 85 mm est considéré être la focale du portrait idéale : car elle n’est ni trop large, ni trop longue… Si l’on choisi une focale plus longue (au delà de 90 mm) combinée à une grande ouverture (en dessous de f/1.8) : alors le poids et surtout le prix d’un tel objectif deviennent excessifs pour la plupart des photographes et des situations de prise de vue…

Autre souci pour les portraits : on perd rapidement toute « notion de l’environnement », car au-delà du 100 mm le flou d’arrière plan est presque excessif, combiné à un angle de champs trop restreint, cela empêche de reconnaitre les lieux et de « situer » le portrait dans un cadre identifiable…

Si au contraire on choisi une focale plus courte (en dessous du 70 mm) : alors l’environnement devient trop perceptible à cause d’une profondeur de champs trop importante et un angle de champs trop large… Les deux n’isolent pas suffisamment le portrait : ne le décollent pas assez du fond.

Paysant cultivant du riz au japon dans la région de Kyoto

 

 


Le Sigma Art 24 mm f/1.4 : grand angle lumineux accessible 

Il est rare de trouver ultra grand angle très lumineux (à f/1.4) qui restent accessibles financièrement. Heureusement l’incroyable gamme Sigma Art est là. Sigma propose notamment un étonnant objectif Art 20 mm f/1.4 aux performances éblouissantes qui est malheureusement plutôt encombrant… C’est pourquoi je lui préfère le Sigma 24 mm f/1.4 Art (799 €). Je l’utilise sur mon EOS Full Frame. Ou même sur mon EOS 100D à capteur APS-C : il devient alors un exceptionnel 38 mm (d’autant plus exceptionnel que l’on exploite le centre de l’objectif, qui est meilleur que les bords).

Offrandes à Udaipur Rajasthan au 24 mm f/1.4

 

 

Ce 24 mm très lumineux, fait la différence avec n’importe quel Zoom 24-70 mm f/2.8, utilisé à 24 mm. C’est pour cela que je ne dépense plus autant d’argent à m’équiper systématiquement de zooms à f/2.8. Grace à mon Sigma 24 mm f/1.4 Art (que j’emporte notamment lorsque la lumière manque), j’estime qu’un 24-70 mm f/4 est suffisant pour la plupart de situations habituelles.

Festival à Tokyo… Au Sigma 24 mm f/1.4 Art

 

 

Lorsque l’on a pris quelques photos avec un 24 mm à f/1.4 : on ne peut plus se contenter de zoom f/2.8. Car un grand angle à grande ouverture, apporte une sorte « d’effet 3D » que l’on n’obtient pas à f/2.8. Notamment lorsque vous vous approchez beaucoup de votre premier plan, l’arrière plan devient de plus en plus flou… Cela donne une « sensation de profondeur » à vos photos.

Attention : plus vous utiliserez un grand angle large et plus vous devrez être attentif à inclure des premiers plans pour composer vos images. Ce qui est vrai au 35 mm, devient un casse tête au 24 mm. Et c’est encore pire au 20, ou au 14 mm (j’ai beaucoup utilisé le EF 14 mm f/2.8 L USM). Je dirais que le 24 mm est la focale la plus large qui préserve encore cette « impression de perspective naturelle ». En dessous (à partir du 20 mm), on bascule dans la « science fiction photographique ». 

Hong Kong jeunes touristes Chinoises

 

 


Léger,  pas cher et stabilisé : pensez au Canon EF 24 mm f/2.8 IS USM

SI je n’utilisais pas déjà le Sigma Art 24 mm f/1.4, alors je me serais équipé du minuscule EF 24 mm f/2.8 IS USM (499 €) qui est un « must ». Monté  sur un EOS 6D, c’est le roi de la street photo… Je l’avais testé lors d’un voyage photo au Japon que j’encadrais pour 5 ou 6 élèves et je ne pouvais trop me charger. C’est ce genre d’objectif qui me fait écrire : « la vraie photo c’est au Full Frame ». Car il n’existe rien d’exactement comparable dans l’univers des appareils APS-C.

Birmanie Pagode Schwedagon à Rangoon

 

 

 


Classique des classiques : le 50 mm est une focale exigeante…

Pensez à vous équiper d’un simple 50 mm peu couteux. Il existe un étonnant EF 50 mm f/1.8 STM, accessible dès 119 €. A ce prix, il est n°1 des ventes depuis plusieurs décennies… Sinon le vieux Canon EF 50 mm f/1.4 se déniche pour 340 €. Il n’est pas obligatoirement meilleur mais propose un peu plus de « bokeh ». On le trouve facilement d’occasion…

Geisha à Kyoto, avec l’ancien 50 mm f/1.4 Sigma

 

 

Même chose pour l’ancien Sigma 50 mm f/1.4 EX DG HSM (à partir de 320 € d’occasion). Je ne vous recommanderais pas d’y mettre plus de 250 €, car en 2019 il est trop encombrant et lourd en regard de ses performances… On peut évidement hésiter avec un bon 35 mm car les deux focales sont finalement assez proches : tout dépendra de la qualité du 35 mm que vous possédez peut-être…

Du coup, depuis que je possède le EF 35 mm f/2 L IS (modèle de 2012 dont je parlais plus haut) j’ai tendance à négliger mon 50 mm, qui reste au placard. Il faut dire que le 50 mm est une focale exigeante et difficile à. Très souvent on se sent un peu enfermé et l’on aimerait viser plus large : plus que jamais un photographe doit rester mobile avec son 50 mm… C’est une focale « pédagogique », dans une vie de photographe il faut avoir passé quelques années à « travailler son 50 mm ». Un peu comme on étudie ses classiques, pour mieux les oublier…

Inde enfants a contre jour dans un Rikshow avec le petit Canon EF 50 mm f/1.4

 

 


Il y a le 50 mm des pro… et le 50 mm du pauvre !

SI vous pouvez vous offrir un EF 50 mm f/1.2, ou mieux le fabuleux RF 50 mm f/1.2 (pour EOS R), alors vous comprendrez l’intérêt d’un 50 mm à très grande ouverture pour le portrait. On change de dimension, les photographes professionnels sont prêts à tout pour disposer d’un tel outil.

Pour ceux qui ne sont pas assez riches pour le f/1.2, il serait bien que Canon propose un futur RF 50 mm f/1.4 compact pour l’EOS R, dans la lignée du RF 35 mm f/1.8 macro IS. A une époque j’avais coupé la poire en deux en m’équipant d’un petit EF 40 mm f/2.8, qui est une sorte de « 50 mm large ». Malheureusement il ne remplaçait pas un 50 mm f/1.8 : il lui manquait « l’effet bokeh » et n’était pas stabilisé. Difficile d’échapper  à la « trilogie » classique, habituellement constituée des 35, 50 et 85 mm. Trois focales parfaitement étagées pour couvrir les besoins courants. Auxquelles les professionnels ajoutent généralement un 24 et un 135 mm, pour étendre leur champ de vision…

Japon Shibuya jeune fille à contre jour bokeh

 

 


Pensez à  une longue focale fixe : macro éventuellement (mais pas obligatoirement)…  

J’ai choisi le Canon EF 100 mm f/2.8 Macro L IS USM (858 €), même si la Macro est un domaine qui ne m’intéresse pas personnellement… Pour autant j’ai tout de même acheté cet objectif macro, il y a deux ans. Je l’utilise parfois à la place de mon 70-200 mm f/4, lorsque j’ai besoin de davantage de luminosité. D’autant qu’il reste moins lourd et moins cher que le EF 70-200 mm f/2.8 L IS USM II (qui coute encore dans les 1900 €). Ponctuellement, il me permet de me constituer un sac plus léger.

Hong Kong jonque et bateaux dans la brume

 

 

Un 100 mm permet de réaliser de superbes portraits. D’ailleurs, auparavant je possédais le merveilleux petit EF 100 mm f/2 USM (469 €) sorti en 1991, qui n’était pas macro ni stabilisé et qui présente l’avantage d’être très peu coûteux. Malgré son âge, il était tout de même très piqué et très compact. C’est une « merveille inconnue » de la gamme EF. Il est d’ailleurs une variante du bien connu EF 85 mm f/1.8, qui date de la même époque.

A noter que j’ai aussi acheté mon EF 100 mm f/2.8 Macro L IS USM, en vue de numériser des diapositives et film négatifs et noir et blancs (en vissant un adaptateur à l’avant). Ce qui est bien plus performant et rapide que d’utiliser un scanner. Mais en dehors de cela, je ne l’utilise que rarement pour ses qualités macro : il faut dire que je dispose également d’une « position Macro » assez pratique sur mon EF 24-70 mm f/4 L IS USM… SI vous possédez un reflex à capteur APS-C, je vous recommanderais le Canon EF-S 60 mm f/2.8 Macro… Qui est très réputé et correspondrait à un 96 mm en équivalent Full Frame.

A noter enfin que vous trouverez d’excellentes longues focales fixes, chez d’autres fabriquants d’objectifs compatibles EF. Il existe beaucoup de choix… Citons par exemple un exceptionnel Sigma 135mm F1.8 DG HSM Art (à 1289 €)… Il ne s’agit pas d’un objectif Macro et il n’est pas stabilisé, mais avec cette ouverture c’est la promesse d’un « effet bokeh » vraiment incroyable. A moins que ce soit le Sigma 105 mm F/1.4 DG HSM « Bokeh Master » qui vous tente le plus ?

Sushis à Tokyo… de plus près !

 

 


Osez les ultra Grand angle extrêmes : le 14 mm ou pire encore

J’adore utiliser des ultra grands angles extrêmes. Même si un 14 mm, ce n’est pas si facile à utiliser, tant cela vise large. Il faut absolument se rapprocher de son modèle et utiliser des premiers plans bien nets, sans quoi, on photographie beaucoup de « vide » !

Durant des années (y compris en argentique dans les années 90), j’avais utilisé le Canon EF 14 mm f/2.8 L USM en versions 1 puis 2. Longtemps ces modèles Autofocus sont restés uniques sur ce créneau des « extrêmes ». Lorsque j’étais jeune photographe, je photographiais surtout des sports de glisse (skate, roller, snowboard, kitesurf) et ces focales spécifiques de 14 ou 20 mm étaient très bien adaptées à ce type de photos d’action. C’était un peu notre « Go Pro » avant l’heure…

Le Modèle de Canon reste toujours extrêmement cher (toujours autour des 2089 €), c’est vrai… Mais il est étonnamment très compact aussi, très piqué et très pratique. On parle d’une nouvelle version (la troisième à venir), ce serait peut-être l’occasion d’une baisse de prix sur la version II (actuelle). Il existe des alternatives chez Samyang, Sigma et d’autres constructeurs tiers. Toutefois, peu de modèles disposent d’un Autofocus, beaucoup sont plus lourds et encombrants et rares sont ceux qui rivalisent avec la qualité optique du modèle Canon EF 14 mm.

Bouquet à Hanoi pendant le nouvel an Vietnamien

 

 


Et pourquoi pas un Fish Eye 15 mm : une « focale fun » 

J’avais possédé quelques temps un Fish Eye Sigma 15 mm f/2.8, que j’utilisais sur mon EOS 5D MkII et avec lequel je m’étais vraiment beaucoup amusé… Je crois que tous les photographes nés au 20em siècle auront connu leur période « Fish Eye ». Mais évidement on se lasse de tout et j’ai fini par le revendre car je ne l’emportais pas très souvent en voyage. Au moment de peser son sac, il faut fatalement « faire des choix »…

Parfois l’effet Fish Eye tombe bien : son effet déformant aide à mettre en évidence des situations insolites… Toutefois le Fish Eye sonne vraiment « années 80 » et fait un peu ringard de nos jours. Même si en photo comme ailleurs, la mode est un éternel recommencement : on ne peut exclure le retour cyclique des images au Fish Eye. D’ailleurs les caméras Go Pro en sont une belle démonstration. Je ne mettrais donc pas plus de 250 € pour acheter un Fish Eye d’occasion…

Hong Kong boucherie rotisserie

 

 


Pensez à un Zoom UGA (Ultra Grand Angle)…

Durant mes années de reportages pour la presse, j’ai utilisé le EF 16-35 mm f/2.8 L (dont il existe plusieurs variantes à divers prix). Spécialement à une époque ou je travaillais pour la presse sportive et pour des agences de voyage. J’avais acheté mon premier zoom Grand angle dans les années 90, c’était un EF 17-35 mm f/2.8 L qui avait révolutionné ma façon de faire des photos.

Superette de quartier au Japon. Zoom Panasonic 7-14 mm f/4

 

 

Le zoom Ultra Grand Angle, c’est l’objectif qui sert à « ne rien rater » de ce qui se passe autour.Il permet de s’immerger dans l’ambiance, on peut ainsi montrer une personne ou une action, en la « situant » son sujet au sein d’un « environnement »…

Vieux quartier à Hong Kong au zoom Panasonic 7-14 mm f/4 (équivalent 14-28 mm en Full Frame)

 

 

On met « en perspective » le sujet et l’arrière plan, en rapprochant les deux…  Cela se fait au prix d’un certain « effet déformant » c’est vrai, qui n’est pas forcément flatteur pour les visages au premier plan. Le zoom grand angle n’est pas adapté aux portraits, contrairement aux longues focales qui permettent « d’isoler » le sujet de son environnement (afin de mieux mettre le sujet en évidence).

Snowboard, au zoom 16-35 mm f/2.8

 

 

Dans le « brief » des agences de voyage, on me demandait de « mettre en situation » des randonneurs, des plongeurs, des skieurs, au sein d’un environnement qui « fait rêver ». D’ou l’usage fréquent des zooms ultra grand angle. Leur grande polyvalence explique aussi le recours fréquent (trop peut-être) à ce type d’objectifs. Le zoom 16-35 mm est l’objectif le plus utilisé des photojournalistes, c’est le zoom probablement le plus utile et le plus facile à utiliser, pour un photographe en voyage.

On peut l’envisager aussi dans sa version « extrême » : c’est à dire un 11-24 mm, mais on fait une croix sur la polyvalence dans ce cas. L’encombrement augmente exagérément sans parler du prix d’achat. C’est pour cette raison que j’avais adoré le minuscule Panasonic 7-14 mm f/4 pour Micro 4/3, le plus minuscule des zooms Grand angle jamais conçu… Un zoom rarissime qui était le meilleur argument en faveur du système Micro 4/3. Toutefois j’ai revendu tout mon équipement Micro 4/3, à cause de la faible résolution des capteurs : 20 Mpix ce n’est plus possible pour moi, à l’heure des écrans Retina.

Philippines, lagon à Palawan

 

 

 

 


 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

29 commentaires

  1. Pingback: Quelles focale choisir pour quelle Photo ? Partie 1 - photoetmac.com

  2. « tout premier 85 mm stabilisé pour reflex. C’est lui que j’utilise désormais, un 85 mm stabilisé est extraordinaire pour le portrait. » t’as pas mis un truc du genre « la stabilisation n’est pas indispensable » dans la 1ère partie de l’article, d’autant que le portrait fait partie des immenses majorités de situations où on peut s’en passer…pas de doute qu’il soit bon mais si la stabilisation n’est pas indispensable dans l’immense majorité des cas, un objectif 85mm « à portrait » en fait partie donc avancer la stabilisation comme argument extraordinaire c’est un peu contradictoire.

    « le Sigma 24 mm f/1.4 Art (799 €). Je l’utilise sur mon EOS Full Frame. Ou même sur mon EOS 100D à capteur APS-C : il devient alors un exceptionnel 38 mm (d’autant plus exceptionnel que l’on exploite le centre de l’objectif, qui est meilleur que les bords). » tu étais pourtant d’accord avec moi, devant un capteur APS-C ce n’est pas plus exceptionnel, pour reprendre tes propres termes « Mais cette histoire d’utiliser la meilleure partie de l’objectif : c’est une connerie… Qui est démentie par les faits. »

    En mFT il y a aussi le Panasonic 8-18mm f/2.8-4, seulement 15g plus lourd et 5mm plus long, et le plus défini des Retina affichant moins de 15MP, 20 c’est suffisant sauf si on considère avoir forcément besoin de plus mais si c’est juste pour systématiquement recadrer autant prendre des focales plus longues dès le départ.

  3. Attention, petite imprécision technique.

    « Si au contraire on choisi une focale plus courte (en dessous du 70 mm) : alors l’environnement devient trop perceptible à cause d’une profondeur de champs trop importante et un angle de champs trop large… »

    Non. A cadrage équivalent (par exemple un portrait de plein pied) et avec la même ouverture, la profondeur de champ ne dépend pas de la focale !

    Ce qui donne l’impression de bien meilleure séparation d’une longue focale, c’est en revanche l’angle de champ. Comme tu le dis, avec une focale plus longue, l’environnement est moins reconnaissable (puisqu’on zoome plus dedans, pour avoir le même cadrage), le bokeh plus fondu. C’est cette compression des perspectives qui engendre une bien meilleure séparation sujet/fond que la profondeur de champ (qui elle ne bouge pas).

    Sinon, assez d’accord avec ton billet. Même si tu passes trop de temps sur les focales trop extrêmes à mon goût ! :p

    • Oui c’est techniquement juste…

      C’est le fait d’isoler (en fait « d’agrandir » sur toute la largeur de l’image, grâce à un angle de champ étroit) une proportion de l’arrière plan plus étroite : que cet arrière plan parait plus flou (relativement à la largeur du cadre)…

      La preuve si l’on réalise deux images à la même ouverture : l’une avec 85 mm et l’autre avec un 35 mm…
      Et que l’on recadre de la même façon une « portion » de l’image au 35 mm, afin qu’elle cadre comme celle cadrée au 85 mm : alors l’arrière plan sera également flou (ni plus ni moins)…

      Par contre on « tire aussi sur les pixels » et l’on perd énormément en résolution bien entendu. Donc c’est une mauvaise idée.

      • Voilà ! Après, ce genre d’explication embrouille beaucoup les débutants, mais nous ne sommes pas entre débutants, donc ça va.

        Une des conséquences de cette compression des perspectives, c’est que les erreurs de focus sont beaucoup plus visibles avec les longues focales, car les zones out of focus sont beaucoup plus rapidement « diffuses/illisibles ».

        Bref, tout ça pour dire qu’il ne faut pas dire aux débutants « avec une longue focale vous aurez moins de profondeur de champ » mais « avec une longue focale, vous isolerez plus facilement votre sujet ».

    • Oui, c’est vrai :

      Le Tamron 85 mm stabilisé a été annoncé en février 2016… Mais il est à f/1.8

      Et le Canon 85 mm stabilisé a été annoncé en aout 2017… et lui il est à f/1.4.

      Il me semble qu’il est donc le premier 85 mm f/1.4 stabilisé pour reflex.

  4. plutôt 20-35-85 voire 135 (pour avoir vraiment quelque chose de bien plus serré après le parfait 85).
    et à choisir, 35 & 85, le 50 est sans doute la focale fixe la plus chiante de la planète. Beaucoup en font la focale de référence mais en fait elle n’este ni assez serrée ni assez large, le non choix par excellence.
    le 14 déforme trop, à ce moment là on privilégie la forme au fond et le 135 est génial mais très exclusif.

  5. Bon…

    A la lecture de tout ceci, je confirme que j’aime bien le 35.
    Je pense donc que je vais sévèrement me limiter et prendre 14-30/35/85. Et éventuellement le 24-70/4… mais a voir.
    Je laisse le 50 au placard, pour le coup

    Je retourne regarder mes billets.

    • La plus grosse erreur dans le line-up des zooms Z, c’est de ne proposer aucun 15 ou 16-35 en f/2,8 ou en f/4 (l’optique de base pour le reportage et le voyage) Etant chez Nikon, si un jour je renouvelle en ML, je serai forcément plus attiré par l’offre Canon.

  6. J’adore cet article ! Et j’aimerais faire le rapport entre ce qui est dispo en EF-M.

    1. »L’incontournable 85 mm à grande ouverture est la focale des portraits » –> adaptateur + EF 50mm f1.8 STM soit 80mm f2.8 pour 260g et 250€ environ (ou 150€ max car j’ai eu l’adaptateur gratuitement).

    2. »Le Sigma Art 24 mm f/1.4 : grand angle lumineux accessible » –> Sigma 16mm f1.4 soit 25,6mm f2.5 pour 500€ max et 400g (je crois). J’aimerais bien l’avoir mais on verra dans le futur. Je pense que cela correspond plus à un « Léger, pas cher et stabilisé : pensez au Canon EF 24 mm f/2.8 IS USM ».

    3. »Classique des classiques : le 50 mm est une focale exigeante… » –> EF-M 32mm f1.4 soit 51mm f2.5 pour moins de 500€ (j’ai eu le mien à 400€) et il fait 260g. C’est un peu comme vous dites le « et le 50 mm du pauvre ! »

    4. »Pensez à une longue focale fixe : macro éventuellement (mais pas obligatoirement)… il y a l’EF-M 28mm f3.5 IS STM, soit 45mm f5.6 (pas trop lumineux xD), ce n’est pas une longue focale mais il est à moins de 400€ (je l’ai eu en cadeau) et ne pèse pas lourd. Après avec l’adaptateur il y a le EF-S 60mm macro f2.8 ou le tamron 90mm f2.8 pour pas trop cher, mais un peu lourd.

    5. »Osez les ultra Grand angle extrêmes : le 14 mm ou pire encore » Il y a le Laowa 9mm f2.8 soit 14,4mm f4.5 ou encore le Samyang 12mm f2, soit 19mm f3.2 pour moins de 500€. J’aimerais bien essayer le Laowa 9mm :).

    6. »Et pourquoi pas un Fish Eye 15 mm : une « focale fun » » alors là je n’ai pas regarder xD.

    7. »Pensez à un Zoom UGA (Ultra Grand Angle)… » Le bon EF-M 11-22 f4-5.6 IS STM, soit 18-35mm f6.5-9 pour moins de 400€ et 220g. Excellent !

    Vraiment pour tout ceux qui sont amateurs et ne veulent pas se ruiner pour leur passion, merci Canon.

    • @ SHIFTY,

      Pour ton numéro 1 t’as le fameux sigma 56 1.4 en natif EF-M

      Et j’espère que l’année prochaine on aura de nouveaux objectif comme le brevet apparu cette été pour un 12-48MM F/1.8-4.0 et Tamron devrais en proposer aussi.

      • Je l’avais oublié le sigma 56mm f1.4 mais comme j’ai eu l’adaptateur gratuitement j’ai pensé automatiquement à l’EF 50mm f1.8. Après entre un 1.4 et un 1.8, je trouve la différence un peu minimum (par rapport à mon usage).
        Je suis étonné par rapport à cet objectif 12-48mm f1.8-4, tant qu’il reste en dessous des 500€, c’est parfait. Bien qu’il ne m’intéresse pas.

      • En effet, je suis d’accord, gamme très courte, mais bien conçue pour les débutants/amateurs. Pour les professionnels, c’est évident que non (quoi que…).

    • Merci, Sigma aussi.
      Tout ce qu’il y a chez Canon, il y a aussi chez Sony, avec en bonus le Sigma 16mm qui est un équivalent 24mm et non un 25,6mm comme chez Canon.

      Il manque quand-même un zoom transtandard et un téléobjectif lumineux sans passer par la case adaptateur.

      Mais à l’heure des comptes, je préfère l’offre de Canon qui propose des form-factor différents (comme chez Fujifilm).

  7. Voila encore un article très intéressant mon ami Jeff, bravo et merci du partage.
    Personnellement je suis tombé amoureux du fameux petit Pancake 40 mm f 2.8 stm pour toutes les raisons citées plus haut. Il reste vissé sur mon Canon 6D MII à 80 %. Je l’ai même équipé du petit pare soleil (pas indispensable je sais), et je lui ai acheté une Bonnette Macro Canon 250D assez efficace. Quand au Bokeh qu’il procure, je le trouve pas si mal du tout, mais bon, avec 7 lamelles …
    Pour ce qui est du 85 f 1.8, je l’ai revendu il y a quelques mois car en fait je n’aimait pas trop, et il restait dans le sac Photo. Je me suis rendu compte que, même pour des portraits, je préférais, soit utiliser mon Tamron 35 F 1.8 DI VC USD (lol), mon 40 mm Pancake, ou bien encore mon Zoom Canon EF 70-300mm f/4-5.6 IS II USM qui me permet de m’éloigner du sujet … En fait, tout les goûts sont dans la nature, il suffit juste de trouver chaussure à son pied, et ça tombe bien, Canon a une gamme d’objectifs très variés. Maintenant il y a le Canon EOS M6 MII qui me fait de l’oeil, mais c’est une autre histoire …
    Amicalement,
    Philgood …
    (Ci joint, et si ça passe, une petite Photo prise au 40 mm f2.8 stm + Canon 6D 1er)

  8. Pareil. J’aurais bien aimé avoir un 16-35 (ou même 17-35 ou 17-40) f/2.8 qui soit le plus compact et réactif possible. Ça aurait été l’arme absolue en reportage avec un Z6.

  9. J’aime bien la focale entre 70-75mm.
    Leica et Voigtlander également, il me semble.

    Pour du portrait en intérieur, si je sors seulement avec mon équivalent 90mm (Olympus 45mm F1.8), il est
    quelques fois trop long pour les portraits de mes enfants.

    J’espère que Nikon ou Canon sortiront un 75mm (j’en doute) et/ou 70-200mm F4 compact (ou un f2.8-f4 abordable) et que Tamron va sortir ces zooms f2.8 chez eux, car 2020-2021, je vais changer mon matériel avec un plus grand capteur.

  10. Excellents billets, comme d’hab.
    Ma petite contribution :
    La trilogie de zooms Canon à f/2.8 ne se justifiant pas pour mon usage amateur, j’ai plutôt investi dans les modèles à f/4 de série L, en général d’occasion (17-40, 70-200). Je voudrais simplement dire que je comprends mal que pour les focales « centrales » les 24-105 soient aussi décriés. Certes le modèle EF n’était pas parfait, mais le » dernier 24-105 f/4 L en monture RF est une merveille et son range est bien plus intéressant que 24-70. Aussi, plutôt qu’acheter un boitier EOS R nu, pour le même prix j’ai choisi un boitier EOS RP et le RF 24-105, et je ne regrette rien.
    Autre remarque : pour les portraits j’utilise soit un bon vieux 50mm f/1.4 sur un 70D, soit le 100mm f/2.8 macro avec le boitier RP, ce dernier me servant à faire des macros de temps en temps pour le plaisir (je regrette mon Tamron 90mm Macro f/2.8 malheureusement non compatible avec l’AF du RP : dommage!).

  11. Pingback: 15 nouveaux conseils photo idiots... à ne pas suivre (partie 2) - photoetmac.com

  12. « 20 Mpix ce n’est plus possible pour moi, à l’heure des écrans Retina. »
    Euh mon écran rétina imac 27 pouces fait 15 Mpix…
    Pas compris cette phrase du coup, pas grave :)

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.