web analytics

Un témoignage du passage des reflex au Nikon Z9

22
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Henry Dufour (henryphoto.photodeck.com) un de nos lecteur (que par hasard j’ai retrouvé au Kenya en plein Safari), nous fait part de son témoignage à propos du passage du reflex à l’hybride. J’ai trouvé ça intéressant et j’invite les derniers réfractaires au passage vers l’hybride, à le lire… Henry m’a aussi envoyé quelques images sympa, afin d’illustrer son propos.

 

 

« J’étais en Nikon depuis 25 ans. Il y a 4 ans je suis passé du reflex Nikon D850 au Nikon Z7 (tout en gardant un D5 pour le sport et l’animalier). Mon amie Nathalie était en Canon. Elle est passé du Canon EOS 5D Mk3 au Canon EOS R6. Je l’ai essayé… et suis tombé raide devant le monde qui séparait les Z6 ou Z7 de l’EOS R6 : notamment en terme d’Autofocus et de richesse de personnalisation.

 

 

Comme Nikon ne communiquait pas beaucoup sur son Nikon Z9, et que l’AF du Z7 (même le Nikon Z7 II), était à la ramasse derrière les Canon EOS R :  je me suis acheté un EOS R5… Avec un RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM et un EF 200-400 mm d’occase. Et là je me suis régalé.

 

 


La découvert du Canon EOS R5 puis du Nikon Z9…

J’ai fait un safari avec le Canon EOS R5 ou j’ai pu « oublier » de faire attention à mon Autofocus : qui faisait ce que je voulais… Pour mieux me concentrer sur le cadrage, sur la composition et sur l’exposition… Mais l’ergonomie des Nikon (par habitude) me manquait. Puis ils ont annoncé le Nikon Z9 et ses spécifications incroyables, le 400 mm f/2,8 TC 1,4 et le 800 mm.

J’ai donc reswitché pour le Nikon Z9. Je reviens d’un safari au Nikon Z9 + 500 mm Fl plus bague et 800 mm f/6,3. J’ai retrouvé le plaisir de photographier que j’avais avec l’EOS R5. L’AF du Z9 demande de l’apprentissage, mais une fois maitrisé, tu « en rates » très peu.

La reconnaissance de l’œil est très efficace, et quand ça ne reconnaît pas l’œil, le suivi 3D ou l’AF dynamique zone S s’en sortent très bien.

Reste le poids, des possibilités de personnalisation que je trouve moins poussées que chez Canon (pour ce que je faisais). Mais l’habitude de la prise en main Nikon me convenait mieux.

J’attend toujours de 400 mm f/2,8 TC 1,4… Mais chez Nikon ils m’ont dit « Monsieur, vous avez le 800 mm et vous êtes 15 en France »… Donc patience, je considère avoir déjà de la chance !

Avec ce 400 mm, tu as un 400 mm f/2,8, un 560 mm f/4… Et au crop : un 840 mm. Quand le 400 mm arrivera : je céderai mon 800 mm et prendrai un doubleur.

Voici qq images prises au 800 d’une embarcation au lac Baringo… Et quelques autres au Niko, Z9. A noter que le « rollier » a été pris grâce à la fonction pré enregistrement.

 


A propos du switch vers l’hybride

La ou je suis convaincu, c’est qu’il faille switcher maintenant pour les Canonistes que ce soit pour les boitiers pro, experts et grand publics. L’offre canon est complète sur toute la gamme. Et plus le temps passera, moins ils pourront trouver preneur à bon prix de leur reflex et optiques EF.

Pour Nikon, c’est à mon avis plus discutable, mais ça n’est qu’une question de temps. Les besoins en optique Z sont à peu près couverts (je trouve quand même qu’il manque un 70-200 mm f4 léger – le f/2,8 est une enclume).

Le 14-30 mm Z  et le 24-70 mm f/4 Z sont excellents. Le 85 mm f/1,8 Z est très bon aussi… Mais par contre en boitier il ya un gap entre le Nikon Z7 II et le Nikon Z9 : il n’y a pas de vrai remplaçant du reflex D850.

 

 

Les Z7 affichent la même résolution, mais l’AF n’est pas au niveau du D850 et dans ce domaine ne supporte donc pas la concurrence des Canon EOS R6 et EOS R5. J’ai adoré le Nikon D850. Donc les utilisateurs Nikon peuvent être très « frileux » si leur domaine d’utilisation n’est pas celui des Nikon D4S ou D5, qui lui : a été totalement supplanté par le Nikon Z9… Et je dirais même, dépassé. Car les avantages de l’hybride sont multiples. Ils ont souvent été décrits, mais pour mémoire :

 

  • On voit exactement l’image finale, telle qu’on l’a voulue. Pour moi, c’est moins d’ajustement d’exposition en post-prod. Et ça autorise des sur-expositions et des sous-expositions voulues et maitrisées. Par exemple cette image du martin pécheur en contre jour, brute de capteur, non retouchée, non recardée, au 500 mm f/4 à main levée, d’une embarcation.
  • Le collimateur AF se positionne sur plus de 90% de la surface du capteur : bien plus largement que sur les reflex. Lorsque l’on désire un sujet « excentré », il n’y a plus besoin de passer par la « traditionnelle séquence » :  mise au point – recadrage – déclenchement… Ce qui soit dit en passant peut faire perdre une ou deux secondes sur une « attitude » que l’on peut rater à cause de cette « séquence ». Lire à ce sujet cet ancien article Oubliez (un peu) ce bon vieux Collimateur AF Unique (de l’histoire ancienne – ndlr)….
  • Pour ce qui est du suivi de l’œil, une fois que l’on a vu qu’il était « accroché » : on peut se concentrer sur le cadrage, la composition et l’exposition… Et je trouve que ça fait de meilleurs images. En suivant les animaux, j’ai pu suivre des Lions au 500 mm f/4 à main levée, en me concentrant juste sur le fait de ne pas couper la queue, les oreilles et les pâtes (exemples joints, bruts de capteurs, non recadré – certes les images ne sont pas exceptionnelles, mais c’est « propre ». Tout est dans la cadre et les yeux sont nets.
  • Du fait de l’amplification du signal, on y voit plus clair en basse lumière.
  • La combinaison stabilisation capteur et objectif : permet de faire des choses que je ne pouvais pas faire avant. La photo de l’aigrette est brute de capteur, non retouchée, non recardée, pas touché à l’expo : au 800 mm à main levée, en plus d’être réalisée depuis une embarcation. Donc, ça résume pas mal d’arguments en faveur de l’hybride.
  • Et pour ceux qui aiment saisir les oiseaux à l’envol : la fonction de pré-enregistrement du Nikon Z9 (depuis le firmware 2.0) permet l’image prise du Rollier (ci-jointe). On appuie à mi-course : immédiatement les images sont enregistrées dans la mémoire tampon, qui est rafraîchi toutes les secondes. Quand il décolle, on déclenche : ce qui fait que l’on mémorise ce qui se passe en live, en plus de ce qui s’est passé dans la seconde qui précède. Un sacré progrès !

 

 


A propos des profiles pour Lightroom

Concernant tes profils pour Lightroom (que j’ai acheté) : j’en suis utilisateur à la maison : moi pour les NEF Nikon et mon amie pour les .CR3 de ses Canon. On les utilise de façon quasi systématique.

Pour Nikon j’utilise surtout le « lumineux vibrant » et le ’strong red » car il est vrai que les rouges sont un peu décevant en adobe couleur.

Je ne l’ai pas mis en paramètre prédéfini à l’importation car je préfère voir ce que ça donne à la sortie du capteur avec le profil adobe couleur, mais ce n’est que mon habitude.

 

 

Pour les utilisateurs Nikon, il y a aussi la solution de demander à l’importation que Lightroom Classic importe les paramètres boitiers du Picture Control (les styles Paysage, Portrait, Standard, Neutre, etc, que l’on a choisi dans le boîtier au moment de la prise de vue)… Ainsi que la réduction du bruit ISO. Ce n’est pas mal et ça va donner dès l’importation à peu près la même image que ce que tu as sur NX studio (à peu près, mais pas exactement quand même).

Pour les hauts ISO, attention au comportement de la luminance qui est souvent spontanément élevée, ce qui fait perdre en netteté.

Concernant tes Presets Automatiques ISO Adaptatifs : je ne peux pas encore me prononcer car je suis utilisateur depuis hier seulement. Ce ce que j’ai pu constater immédiatement : c’est que ça permet de bien améliorer le bruit, sans altérer la netteté… (encore bravo).

 

 

 

Un petit dernier…. Voici ce Martin Pécheur Halcion prise au Nikon Z9, depuis un bateau (au 500 mm, ou au 800 mm), à main levée, non recadré, brut de capteur avec un des Preset que j’ai acheté sur ton site. Ces nouveaux boîtiers hybrides sont incroyables…

Avant de revendre mon Nikon D5 (pourtant ce n’est pas une daube) : je l’ai repris en main quelques minutes. En terme de visée, malheureusement pour les reflex : il n’y a pas photo. On a TOUT dans le viseur. Même les lumières compliquées : on les gère comme on veut… Et le résultat est sans surprise. C’est tellement pratique ! Et si c’est bien exposé et net, les 45 MP supportent très bien les 6400 ISO. Bref, il y a désormais un « monde » entre les reflex et les hybrides. Je me suis grouillé de revendre le D5 et le D850 : avant que tout le monde ne se rende compte… que le reflex est mort (c’est mon avis) !

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

22 commentaires

  1. Jean-Claude Grouard le

    J’ai rencontré Henry Dufour au Kenya. Il avait effectivement emporté son D5 avec un 400/2.8 et un R5 avec un énorme 200-400. Je l’ai vu prendre quasiment toutes les photos avec le R5. Je savais qu’il était passé au Z9 mais je n’avais pas encore vu ses belles photos. Bravo

    • Merci jean Claude, c’était en fait un Nikon AFS 500 f/4, dont l’AF est tombé en panne le 1er jour, j’ai donc tout fait eu 200-400 canon sur le R5.

  2. Bonjour, comment faites-vous ça:
    « Lightroom Classic importe les paramètres boitiers du Picture Control (les styles Paysage, Portrait, Standard, Neutre, etc, que l’on a choisi dans le boîtier au moment de la prise de vue)… Ainsi que la réduction du bruit ISO »
    Merci pour cet article instructif et bravo pour les photos

    • Bonjour,
      ça se règle dans les préférences,
      onglet « paramètres prédéfinis »
      Global : choisir « paramètres de l’appareil photo »
      Appareil photo :choisir le boiter concerné
      Par défaut : « paramètres de l’appareil photo »
      A l’importation, LR va appliquer ces paramètres en modifiant : hautes lumières/Ombres/texture/clarté/netteté/réduction du bruit
      Le résultat n’est pas toujours heureux, et il faut se méfier du réglage de Lunminace que LR appliquera à l’importation sur les images aux isos élevés si sur ton boitier tu as activé le réglage « réduction du bruit iso » à l’onglet « menu prise de vue photo » .
      J’ai remarqué que LRC allait te donner la même image que si tu ouvais ton .NEF dans NX Studio.
      Maintenant je dois dire que j’utilise très souvent les preset de JF, notamment « lumineux vibrant », pour faire claquer les images, « doux » quand la scène est trop contrastée, et « strong red » pour rougir les rouges.

      • Merci pour ces explications claires. J’avais complètement oublié cette possibilité ! Pour ma part, j’utilise des paramètres prédéfinis réalisés avec la mire Datacolor Spyder Checkr et avec des ISO adaptatifs que j’ai défini par tâtonnement.

  3. Je pense que je vais faire pareil avec mon d850 avant la sortie du Z8 qui viendra en remplacement en 2023. Je garderai le Z7 en second boitier.

    • Il est vrai qu’il manque encore chez Nikon des boitiers « intermédiaires » : disons, au même prix que les EOS R6 MkII, les EOS R5 et même l’EOS R7…

      A noter que Canon à doté le petit EOS R7 (APS-C pas trop cher), ou l’EOS R6 MkII du même AF (oui, exactement le même) que son boitier Pro (le canon EOS R3) : c’est assez dingue ! Ils font aussi bien… et c’est un peu ce qui manque à Nikon (pour le moment).

      • Ces boitiers ne m’intéressent pas (chez Nikon Z30 et Z50). J’ai actuellement le petit Z30 Apsc en spare. On ne gagne pas tellement en compacité vs un Z7. Non, c’est plutôt l’équivalent du D850 qui se fait attendre (il est pourtant prêt). Au fait, première (et dernière fois) que j’ai un boitier avec un écran sur rotule (Z30) : c’est juste insupportable (pas dans l’axe de l’objo, perte de temps à tourner, retourner). J’espère que le Z8 aura l’écran du Z9…
        Ps: tu as chez Nikon les Z5 (FF), moins cher qu’un R7 (Apsc) et Z6ii, bien moins chers que ton R6ii. Canon se lâche bien sur les prix.

        • tout à fait d’accord avec toi pour l’écran sur rotule. je ne sais pas comment font les adeptes de ce type d’écran; il faut un cerveau spécial (ou de jeune ! – j’ai du perdre mes facultés d’adaptation). Quand j’avais le R5, je ne m’y faisait pas. Hormis le fait que l’on est pas dans l’axe de l’objectif, ce qui demande de la pratique, en cadrage au ras du sol écran déployé, pour peu que l’écran ne soit pas nickel dans le même plan que le boitier (donc très souvent), c’était cadrage bancal et horizon de travers assuré !!!!

    • Voilà… le seul reflex qu’il me reste est un boitier argentique (F100). Je n’ai pas voulu prendre de risques avec le D850 qui sera evidemment plus compliqué à vendre à bon prix après la sortie du Z8.

  4. Je trouve que le pb c’est la montée de prix de l’hybride c(hez Canon, surtout).
    Au moins depuis que le R6 m2 est sorti, j’ai l’espoir que le R6 M1 va devenir accessible et remplacer le Rp. peut-être en janvier ?
    C’est un peu le gros pb : Les appareils photo sont devenu très chers. Avant, en fin de vie, on trouvait des reflex bas de gamme à 350 euros, ce qui était super pour les débutants. Maintenant, quand un appareil est ancien, les constructeurs en profitent pour le vendre au même pris mais en ajoutant un zoom 55-200 ou 70-300 qui se vend mal et que je ne trouve pas pratique.
    Bref, les débutants ne sont pas à la fête… Ce qui se voit peut-être chez les formateurs photo ?

    • En fait les prix se sont stabilisé ou en légère hausse à cause de la techno intégré ( comme les voitures) le 7 d mark 2 est sortie au prix de 1799€ le R7 a 1499€ .
      Le 6d markII son prix était de 2119€ à sa sortie mais le R6 markII sa techno est beaucoup beaucoup plus performant donc oui ça fait 700€ de plus mais le R6 on va le trouver beaucoup moins cher quand le R6 markII sera en stock.

      Et le R qui est sortie à 2499€ donc les R6 et rR6II pour la gamme est un peu au dessus donc du coup on est seulement à 300 € de plus et son remplaçant sera sûrement moins cher je pense dans les 2200€ et le remplaçant du RP sera sûrement entre 1500 et 2000€.

      En aps-c Canon ses tarif je trouve plus abordable avec la techno intégré R10 et R7 et peut être encore moins cher au vu des rumeurs R50, r100 et r1000 ( annonce vers janvier février )

      Les FF par contre les prix ont légèrement augmenter c’est vrai mais c’est dû à la hausse des prix des matériaux surtout et des puces également ( Canon est en train de construire une usine au Japon afin de produire leur propre puce pour limiter et le coût ainsi que la pénurie )

      Canon a un large choix actuellement à tout les prix et c’est très bien.

  5. Pour moi ça reste un mystère que Nikon maintienne pour l’instant un « creux » technologique en matière d’AF entre ses Z7II et Z6II et le Z9. Cela fait presque 3 ans que Canon a commercialisé ses R5 et R6. Il y a certainement une explication, mais en photo de sport et animalière, il est difficile de se satisfaire de l ‘AF des Z dans toutes les situations (hormis le Z9). Peut-être que Nikon a décidé de sa ligne de conduite et ne souhaite pas en sortir en dépit de la pression concurrentielle ?

    • Il est bien possible que ce soit lié au coût de fabrication de leurs processeurs…

      Canon semble avoir une certaine avance en la matière. Et il leur est peut-être possible de produire à grande échèle (et surtout à prix raisonnable) les processeurs Digic X, ce qui permet de les diffuser sur toute leur gamme (de l’EOS R3, aux APS experts compris comme l’EOS R7… Et même de l’entrée de gamme comme l’EOS R10)…

      Pendant ce temps : le processeur Expeed 7 qui équipe le Nikon Z9 est « théoriquement 10 fois plus puissant que le précédent Expeed 6 » (avec la technologie « dual stream »). Et l’on peut donc supposer qu’il est beaucoup plus couteux à produire…

      Ceci explique le gap entre les série Z7 et Z9. La question est : Nikon est-elle en mesure de produire un processeurs suffisamment puissant pour un prix compatible avec la gamme Z6 et Z7…

      Car (indice supplémentaire), Nikon à choisi de mettre deux Processeurs Expeed dans les Z6 II et Z7 II (au lieu d’un seul dans leurs prédécesseurs Z6 et Z7). Mais n’est-ce pas l’aveux d’un échec (jusqu’à présent) à développer un processeur unique, performant et pas trop cher…

      • Je serai curieux de connaître les détails de ces procs mais je suppose qu’ils achetent sur étagère de la techno ARM que l’on retrouve dans les smartphones et Mac. Le prix de fabrication d’un Expeed 7 ça doit être peanut.

  6. Le Z9 a enfin mis Nikon au niveau de Canon et des ML modernes, concernant l’AF.

    La seule chose qui manque à Nikon c’est effectivement d’apporter cet AF fiable aux Z6 et Z7, comme pour le R6/R6II, et un 70-200/4 léger. Une fois cette progression faite, Nikon sera tout aussi recommandable que Canon, pour le meilleur des mondes.

  7. tres interessant et pour un pro c’est une évidence qu’il faut évoluer
    les hybrides ont de nombreux atouts mais qaussi quelques défauts.

    pour ma part simple amateur, malgré les restrictions AF à des lieux des hybrides, mon reflex (6D) donne toujours d’excellent résultats meme à haut iso (merci dxo) avec une autonomie de chameau et une vision optique qui ne consomme rien.

    la rentabilité n’a pas de sens pour un amateur (meme si ce n’est plus vendable dans quelques années) et passer à l’hybride malgré la revente coutera fort cher pour un gain négligeable sur l’image finale (si on ne fait pas de sport ou video et uniquement de la photo tranquille).

    ravi de voir toutes ces avancées (pour les autres)

  8. Il a les moyens henry avec tout ces switch :)
    Blague à part, les images sont superbes et le Z9 est une machine de guerre.
    Le haut de gamme chez Nikon est souvent irréprochable (D850, Z9, D5)

  9. Dominik Fusina Le problème est que les fabricant ne « peuvent pas » continuer à investir dans deux systèmes incompatibles : reflex + hybride…

    Il faut fatalement choisir ! Que ce soit pour les fabricants… Ou pour les utilisateurs.

    Car ne pas choisir : c’est se disperser… C’est gaspiller de l’argent, et même gaspiller son savoir faire (à maitriser deux systèmes différents qui sont finalement tous les deux très pointus)…

    Bref : dans la nature, dans l’évolution des espèces, comme dans l’évolution technologique : il faut choisir… entre des technologies différentes.

    Et l’une fini (obligatoirement) par éliminer l’autre. Personne ne « choisi » : le choix s’impose de lui-même… Les reflex sont appelés à disparaitre comme les dinosaures ont disparus. Ils avaient pourtant des qualités !

    On ne trouve plus d’écran de Télévison à « tubes » désormais : cette technologie avaient pourtant certaines qualités, comme les reflex.

    Mais ceux-ci vont disparaissent, c’est malheureusement écrit. Il en restera peut-être 2 ou 3 modèles, chez Pentax ? Encore pendant une dizaine d’années… ?

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎