web analytics

Enervant : « Envoyez-nous vos photos de la neige »

21
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Comme chaque début d’hiver il fait froid. Un peu plus, un peu moins… C’est l’hiver, le froid c’est normal non ? Demain j’irais donner mon cours Lightroom en vélib, comme d’hab (mais avec des gants et un bonnet)…

Et pourtant systématiquement chaque hiver, les médias en font toute une histoire. Comme s’il y avait pas des choses plus graves à décrypter ! Entre notre dette collective qui gonfle, l’Euro qui peut imploser du jour au lendemain, le chômage qui guette, les SDF dans la rue et même Ségolène qui démarre en avance la « machine à perdre » (et pense recruter DSK comme Premier ministre, risible, si ce n’était pas ridicule ;-) Au lieux de décrypter tout ça : on nous pond des pages et des pages pas chères, en comptant évidement sur la contribution gracieuse de lecteurs idiots (la chaine iTélé demande même aux gens d’envoyer des vidéos). Félicitations particulières au Monde, pour adopter (comme l’an dernier) cette attitude « non journalistiquement correcte » et pour montrer l’exemple (merci Chris pour le lien) :

0000_screencopy_JFV_ 2010-11-30 à 19.32.44
Et bien, cela ne donne pas du tout envie de s’abonner au Monde, pour 6€ par mois ! Franchement, payer 6 € pour une info gratuitement pondue par d’autres lecteurs, non merci. Je caricature, mais c’est une question de principe : un journal digne de ce nom devrait s’interdire ce genre de pratiques, qui décrédibilisent le travail de ses journalistes et photographes, dont c’est le métier…

Couv_equipe_big Dans la presse, on ne peut pas transiger et négocier avec les principes ! Je me rappel d’ailleurs, lorsque je pigeais à l’Equipe (déjà 15 ans) : recevoir le moindre cadeau, ou accepter une invitation (même un simple forfait de ski) était synonyme de faute grave… Donc de licenciement !

Il fallait produire la moindre facture d’hôtels, de forfait, de transport lorsque l’on partait faire un reportage sur la neige (comme celui-ci, ou celui-là, ou celui-là). Je ne sais si l’Equipe est aussi intransigeante aujourd’hui, mais j’ai gardé cet exemple en mémoire. Comme une ligne de conduite, peu importe finalement ce qu’il en coûte…

Depuis, j’ai depuis toujours refusé de « tremper dans certaines combines ». Par exemple les « billets sponsorisés », ou les reportages dès que je soupçonne que les frontières entre reportage et publi rédactionnel ne sont pas si claires (ce qui peut arriver à l’insu du journaliste).

Je revendique donc d’autant plus haut l’indépendance avec laquelle je rédige mes tests et comparatifs, ce qui me permet d’affirmer haut et fort que je préfère certaines applications à d’autres, certains appareils à d’autres. Et même que je déteste certains APN et d’expliquer pourquoi (par exemple ceux qui vous privent de viseurs optiques)… Ensuite à chaque lecteur de se faire sa propre idée ! Mais refermons cette petite parenthèse, (qui vous aidera peut-être à mieux comprendre le pourquoi de la devise, qui reste inscrite en haut de notre homepage).

De toutes façon, lorsque l’on voit les applications iPad qui permettent de lire la presse (celle du Monde est la moins pire, mais regardez l’application Presse Régionnale), on comprend que l’avenir de l’information sur tablette, ne passera pas par les médias traditionnels… Même l’application Wired est décevante.


Essayez l’application FlipBoard et vous comprendrez en quoi les applications de nos « bon vieux groupes de presse écrite  » sont archaïques et totalement inadaptées aux tablettes… L’iPad exige d’inventer de nouvelles façons de publier. Ce qui implique que de nouveaux acteurs (pure players), s’emparent des nouvelles « niches écologiques » et inventent de nouveaux médias, qui ressembleront peut-être un peu à ce que Flipboard donne nous à voir aujourd’hui.

On attend de voir ça… Toutefois une sombre inquiétude subsiste : le faite que les « rottatives » soient délocalisées sur les serveurs d’Apple (et autres acteurs similaires). Qui auront alors tout pouvoir de décider quelles infos passeront, ou ne passeront pas. Un pouvoir de censure exorbitant ! Lire la façon très dérangeante, dont Apple à interdit récemment sur l’Apple Store, l’application d’un groupe publiant un magazine sur Androide. Légèrement flippant non ? Lire ceci et cela.

«  des contenus éditoriaux ont déjà été refusés. Notamment lorsque les journaux intègrent à leurs contenus des corps dénudés.

Cela pose un problème plus large pour les magazines sur iPad, qui sont censés être un type de contenus particulièrement plébiscités par les utilisateurs. En effet, les éditeurs doivent faire valider non seulement leurs applications par Apple, mais aussi chaque numéro publié, selon Mediaprovider. Il s’agit donc d’une vraie censure potentielle par Apple. Sans compter que la firme impose ses délais pour la « relecture » : deux semaines selon le dirigeant danois. Difficile de rester dans l’actualité chaude, avec des critères pareils… « 

150px-Wikileaks_logo.svg Voilà qui promet, Apple interdirait-elle de la même façon des médias relayant par exemple des « scoops » comme ceux de Wikileaks, au nom de la sécurité des citoyens américains ? Ou toute forme de presse « dérangeante » pour les intérêts d’Apple, ou intérêts proches de ceux d’Apple ?

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

21 commentaires

  1. Bienvenu en 1984 ! Comme quoi, parvenu à une certaine taille critique, même les entreprises les plus baba-cools, se transforment en « big brothers ».
    Les belles intentions ne suffisent pas…

  2. Dans le genre pas mal , non plus ; le plan : »il sera même possible de présenter son portfolio à trois photographes de l’agence qui en feront la critique pendant au moins 20 minutes (150 euros). » chez magnum photo !
    reconvertissons nous en « kotch » photo
    La célèbre agence de photographie, créée par Capa, Cartier-Bresson et quelques autres, est une institution qui regorge de trésors; c’est la mémoire du monde depuis 60 ans, mais c’est aussi une maison parfois intimidante.
    Magnum créé un nouvel événement baptisé Magnum Days. Trois jours de portes ouvertes, du 9 au 11 décembre, pendant lesquelles on pourra acheter un tirage, des livres, des cartes postales, faire dédicacer un ouvrage, rencontrer des photographes ou simplement baguenauder en regardant certaines photos célèbres aux murs. Il sera même possible de présenter son portfolio à trois photographes de l’agence qui en feront la critique pendant au moins 20 minutes (150 euros).

  3. Merci Chris ! Le froid, ça réveille et ça émoustille ma fibre littéraire…
    Bon, on prend les paris : le triple A de la dette Française résistera-t-il jusqu’en 2011 ? Je n’en suis pas certain. Ce que cela implique : c’est assez énorme… En ce moment je lis d’ailleurs un livre passionnant (tout petit et très facile à lire).
    France, la faillite ? Les scénarios de crise de la dette
    http://www.amazon.fr/gp/redirect.html?ie=UTF8&location=http%3A%2F%2Fwww.amazon.fr%2FFrance-faillite-scénarios-crise-dette%2Fdp%2F2212547374%3Fs%3Dbooks%26ie%3DUTF8%26qid%3D1291153014%26sr%3D1-1&tag=macandphotoco-21&linkCode=ur2&camp=1642&creative=6746

  4. Ben moi au contraire je suis en train de lire un énorme pavé. Rien à voir, c’est de l’ethnologie, un livre écrit en 1950 sur les Somba (nord Bénin). On est loin, très loin de ce que tu lis de ton côté ! Absolument passionnant aussi avant d’y retourner en février !

  5. Bien vu JF : d’ailleurs Apple se comporte comme Microsoft :
    http://www.9to5mac.com/38937/apple-makes-photofast-stop-sales-of-speedy-256-gb-macbook-air-ssds?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+9To5Mac-MacAllDay+%289+to+5+Mac+-+Apple+Intelligence%29
    ini les kits SSD pour PhotoFast
    Catégorie : Périphérique et accessoires iMike / 30 novembre 2010 à 08:01
    Apple ne souhaite pas que les clients du MacBook Air puisse changer eux-mêmes le disque de stockage SSD de leurs ultra-portables. C’est pourquoi des porte-flingues de Cupertino auraient demandé à PhotoFast de cesser la commercialisation d’un kit de mise à jour, comprenant un disque de 256 Go offrant une vitesse de lecture et d’écriture de 250 Mo/s (celui du MacBook Air se « contente » lui de 150 à 160 Mo/s).
    PhotoFast, qui propose ces kits depuis fin octobre, se serait exécuté pour une bonne raison : il n’était pas question de perdre la licence MFi d’Apple, qui permet de créer des accessoires pour les produits pommés. Il s’agit d’entretenir de bonnes relations et de ne pas tuer la poule aux pommes d’or…

  6. ahah ! Si la France perd son AAA, peu de pays pourront y prétendre…
    De toute façon quand on connait les mécanismes de notation, et les organismes qui se chargent d’évaluer la « confiance », on ne peut être que mort de rire, sachant que ces même organismes notaient 1/3 des banques américaines qui ont fait faillite lors de la crise des subprimes par la note suprême de confiance AAA…
    Il est déjà trop tard pour acheter de l’or Jean-François… on a plus qu’a serrer les fesses

  7. Il ne faut pas croire que la responsabilité du fiasquo financier qui s’annonce, soit le faute des 3 agences de notation… Analyse naïve et déconcertante de bêtise !
    Jusqu’à présent les gouvernements bénissent les agences de leur accorder ce tripple A, qui leur permet de s’endetter en toute confiance.
    Leur but étant de dépenser plus, pour faire « plus » plaisir aux électeurs (de gauche notamment)…
    La responsabilité de la faillite qui s’annonce, n’est pas à reporter sur d’autres que sur nous-même ! Nous élisons des dirigeants avec mission de dépenser : en fuyant les politiques de rigueur et de réduction des dépense.
    Résultat : nous allons droit dans le mur. Et ce sont les Chinois qui racheterons, nos entreprises, nos infrastructures (la SNCF par exemple). Alors là : on verra le maçon au pied du mur. Le dialogue social changera de nature !
    D’autant que les Allemand pourraient sortir de l’Euro : si nous ne sortons pas nous-même de l’Euros…
    Il faut s’attendre au pire.

  8. Le Monde et l’express a ma connaissance sont coutumier du fait. Il y avait les memes demandes de photo lors des evenements sur Bangkok … et la facon dont les photos sont publies fait penser que c’est un reportage de journaliste alors que ce ne sont que des photos prisent par des « amateur avertis » …. c’est tout juste si ils sitent en reference le nom du genereux donateur …. c’est lamentable.

  9. philippeB, en fait, c’est la BBC , nos amis anglais qui ont je crois lancé les premiers le genre « envoyez nous vos photos pour qu’on puisse gratter encore un peu plus sur le budget et rendre heureux nos actionnaires ».
    Puis, ce fut aussitôt le tour de leurs amis américains… et comme d’hab, ici, on a suivi.

  10. Vous avez raison, le Monde aurait dû envoyer quinze grands reporters accompagnés d’autant de photographes de presse aux quatre coins de la France, leur payer le train, l’hotel, le resto en plus de leurs frais fixes et l’amortissement de leur 15k€ de matériel pour prendre des photos de neige, le tout dans la déontologie et l’intégrité journalistiques.
    Tous les Français prennent et partagent gratuitement des centaines de milliers de photos chaque jours, mais les médias devraient ignorer ce changement et continuer à faire de la photo à papa.
    La production et la consommation d’images changent, il faudrait commencer à le comprendre. Les photographes professionnels perdent une partie de leur champ d’action traditionnel, typiquement ce genre de photo d’actu un peu bêta ne nécessitant pas spécialement d’implication journalistique.
    Mais bon, si vous voulez on peut faire des lois pour interdire tout ça.

  11. quelle différence entre un magazine de photos qui demande à ses lecteurs d’envoyer leurs photos pour illustrer leur magazine (RP, Chasseurs d’Images, même combat) et le crowdsourcing du Monde que Jeff dénonce?

  12. Vincent, on ne s’attend à ce que Le Monde ou l’Express envoie un « envoyé spécial » pour des photos d’Orléans sous la neige, mais il y a des agences locales pour ça. C’est leur boulot.
    Attendez un peu les mecs, que les « plombiers Polonais » du dimanche déboulent dans votre propre profession… et on attendra vos commentaires. Parce que l’air de rien, on râle, évidemment parce qu’on pense que ce n’est pas comme ça que ça doit marcher, mais dans le même temps, on s’est déjà adapté et on a fait notre transition, nous.
    Et vous, vous l’avez fait ou vous pourrez la faire ? On en reparle dans qqs temps…

  13. @ Renaud, la différence ?
    ben c’est que RP ou CI par ex, c’est comme ça depuis le début car c’est leur fond de commerce. Leur cible : les amateurs qui veulent avoir des avis, des critiques. C’était comme ça il y a plus de 20 ans car c’est le principe du journal.
    Pour le Monde, c’est différent, on attend pas une critique d’une image, on y attend une info — de qualité –, donc une image accompagnée d’un texte informatif.
    Si tu ne vois pas la différence, alors effectivement, c’est grave.

  14. Chris: pour une info de qualité, franchement je lirais pas le Monde. Courrier International à la rigueur. Et encore. Les 2 journaux que j’adore lire, c’est l’Humanité et le Figaro. Que c’est agréable des infos objectives :)

  15. @Chris, quand bien même, les agences locales n’ont évidemment plus d’intérêt pour ce genre d’image.
    Aujourd’hui 30 millions de Français peuvent en une minute prendre une photo de neige et l’envoyer partout dans le monde, dans ce contexte quelle serait la plus-value d’une agence ?
    Une plus-value existait il y a 20 ans, quand il fallait prendre une photo, la développer et la transmettre à un journal avec des moyens rudimentaires et dans un temps très court. Peu de gens avaient les moyens de faire ça.
    Mais aujourd’hui, je ne vois aucun intérêt à une telle structure, même si je serais prêt à pleurer avec vous la disparition des petits boulots d’antan. Et ne me parlez pas de sens de l’image et de caractère informatif que seul un photographe professionnel serait capable de transmettre. Une photo de village sous la neige… hein ? bon…
    Donc il ne s’agit pas de plombiers polonais qui viennent casser le marché en faisant le même travail pour moins cher, il s’agit de constater que ce n’est plus le même travail et que l’évolution des techniques entraine de facto une réduction du champ d’activité d’un photographe de presse.

  16. HA bon, parce que faire une belle photo de village sous la neige c’est facile même pour Madame Michu avec son smartphone en promo chez Super U ? Génial, on va se régaler avec ces photos.
    Bon, alors c’est parfait, envoyez vos images de vacances à Le Monde et l’express. Dans qqs années, c’est National Geographic qui fera pareil.
    Moi, personnellement, ça me gène, tout comme le hamburger de Mac Do. Maintenant, il y a plein de gens qui adorent manger la m*rde fournie par Mac Do et qui trouvent que les photos de mariage de tata Zézète prises par l’oncle Hector sont formidables.
    D’ailleurs, nous vivons une époque formidable, non !?!
    bonne nuit les photographes !

  17. J’imagine que le Monde doit recevoir des milliers de photos donc dans le tas ils peuvent trier et il doit bien se trouver quelques amateurs éclairés à même de faire une photo correcte.

  18. Bien sur qu’il y a des amateurs excellents voir meme meilleurs que certains pro… de tt facon cette distinction ne veut rien dire, si ce n’est que l’un vie de son travail photographique. D’ailleurs il doit bien y avoir des plombiers amateurs meilleurs que certains « dit » professionnel… C’est pas pour ça qu’ils installent des chiottes gratuitement…
    C’est de la concurrence déloyale c’est tout…
    Chris a raison, à long terme c’est la mort de la presse de qualité ce genre de comportement. Comme il le dit très bien, pour nous photographes, ca fait un moment que ca dure, que les pouvoirs publiques s’en foutent, et qu’on a dû s’adapter ou mourir…
    Désolé Vincent de vous enlever vos rêves, mais sociologiquement ce ne sont pas les meilleurs amateurs qui donnent leur images, mais plutôt tata zezette en mal de reconnaissance et qui veut flatter son égo auprès de ces copines du club loto du mercredi après midi… Bref, bienvenu dans le monde de la médiocrité, de toute façon, c’est pcq on le vaut bien.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.