web analytics

Canonrumors.com victime de la « haine en ligne »

69
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

C’est avec stupéfaction et tristesse que l’on apprend que Craig le créateur du génial site CanonRumors.com ; va jeter l’éponge et vendre son site… Dégoûté par la haine en ligne, qui s’est développé depuis 2 ou 3 ans explique-t-il.

Il dit avoir été victime (avec sa famille, si l’on en croit son article) d’une agression le 3 février dernier (mais il ne donne pas de détails sur la suite des évènements). Si c’est le cas : alors c’est désolant, car ce site depuis 14 ans était une source régulière et fiable de très bonnes nouvelles, de petits scoops et de discussions passionnantes. Si Canonrumors.com est un peu plus jeune que Photoermac.com (qui est âgé de 18 ans), on peut dire qu’il m’aura inspiré et motivé tout au long de ces années. C’est donc un déchirement d’apprendre qu’il renonce… Surtout pour cette raison lamentable (quelle que soit l’origine de la dispute).

Mais il est vrai que depuis 4 ou 5 ans environ : de nombreux lecteurs se comportent incroyablement mal sur Internet et sur les réseaux sociaux en général… On peut dire que la « génération Youtube » ne sait presque plus lire, ni écrire, ni simplement « se comporter »… La génération des premiers Internautes « historiques » de 40 à 50 ans (nous les boomers autant assumer le terme), constatons avec horreur l’arrivé dans les commentaires d’une nouvelle génération : spécialement inculte, à la syntaxe spécialement médiocre en plus d’êtres spécialement agressifs.

Ce qui en dit long sur l’ampleur de l’échec de l’éducation nationale et de la mission « apprendre vivre ensemble » qui lui a été assignée (soit dit en passant, les raisons de cet échec sont multiples et variées, mais nous n’allons pas les détailler tout de suite). Tout « harceleur en ligne », est de fait : un ancien élève ! Donc représente un « échec » du système éducatif…

Nous assistons à une forme de « Grand effondrement culturel ». C’est un fait, c’est même une douloureuse évidence qui crève les yeux… Et je mets au défit n’importe quel « pédagogue » de nous démontrer l’inverse… Si l’on est incapable incapable d’aligner 3 phrases en Français correctement et de faire une déduction logique sans s’énerver contre son contradicteur : alors on est incapable de penser correctement (et vous avez pu constater que pourtant je ne suis pas si exigeant sur l’orthographe moi-même).

D’une façon générale : c’est pire encore sur les réseaux sociaux. Par exemple sur mon Groupe Facebook (Apprendre Lightroom Classic et gérer sa photothèque) je constate depuis depuis peu, que certains sont incapables de discuter calmement avec quiconque dont le point de vue diffère : ils prennent toute contradiction comme une agression. Et le clash survient après 3 échanges…

Une génération qui ne sait plus écrire, ne peut plus dialoguer et va droit à l’effondrement civilisationnel (peut-être bientôt), à l’effondrement économique (déjà bien engagé), à l’effondrement scientifique (ça c’est déjà fait semble-t-il)… Pire : lorsque le manque d’éducation se conjugue à l’agressivité et à l’incompréhension ; alors c’est la « partition » qui se prépare. Chaque groupe discutera de son côté : uniquement avec ceux qui partagent les même idées..

Vous ne vous en rendez pas compte : mais je tombe parfois sur des messages tellement agressifs et tellement mal formulés : qu’ils partent à la poubelle avant que vous ne puissiez les lire : la bêtise me « dégoute »… Et comme je ne suis pas très « patient » j’ai pris l’habitude de supprimer (sur le site comme sur le groupe Facebook) tous les commentaires dont niveau de Français est en dessous du CM2 (à moins que la personne ne s’exprime depuis l’étranger, ce que j’essaye de vérifier). Ceci afin de conserver un niveau culturel minimal (sur Facebook certains posts m’échappent bien entendu, je ne peux tout lire).

Tout simplement, je ne vois aucune raison d’accepter un tel « nivellement par le bas », après tous les efforts que notre génération et les précédentes ont fait à l’école : pour apprendre à s’exprimer correctement et respecter le point de vue différent de tout interlocuteur… « On peut s’attaquer aux idées des personnes ; mais pas aux personnes elles-même ». Secundo : l’acculturation de certains les conduit obligatoirement à un niveau de violence verbale, que je ne souhaite pas tolérer… Donc tout commentaire irrespectueux part directement « à la poubelle » car le modérateur est fatigué de lire de la bouillie.

Fatigué comme Graig ! Mais pas au point de tout abandonner, bien heureusement. Bonne retraite à Craig de CanonRumors.com. Nous avons perdu aujourd’hui une passionnante source d’information, qui sortait parfois d’authentiques scoops. Rappelons que plus récemment c’était le fil Japonais Nikoshita qui cessait d’émettre  : The rumour mill gets a little quieter as nokishita disappears from twitter.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

69 commentaires

  1. Oui c’est triste, mais après en tirer une généralité sur la jeunesse et l’effondrement c’est aller un peu vite. D’autant plus que la haine a toujours été présente avec internet, les réseaux se développent c’est tout , quid de l’âge des « haters »? Pas certains qu’ils aient tous moins de 20 ans, on serait surpris. Faites un tour sur chasseur d’images le forum, fréquenté par des « boomers », vous verrez. Attention aussi et vous vous prémunissez de cette critique en amont, mais votre orthographe et syntaxe n’est vraiment pas d’un niveau suffisant pour critiquer la jeunesse dont je ne fais plus partie mais que je côtoie, et qui, à certains égards en a un peu assez du c’est mieux avant. Comme nous à leur âge en somme
    .
    Nous restons d’accord néanmoins, cette histoire fait froid dans le dos néanmoins mais ne tirons pas de généralités brutales. Je pense juste qu’il y a un débat à mener (il a une place primordiale à l’école crois JF), enfants, ado, adultes.
    Quentin Françoise. Je signe de mon vrai nom , je pense que c’est déjà un premier pas vers des forums plus nuancés : la fin de l’anonymat. Courage à toi mais si je ne partage pas toujours des idées ;)

    • Merci de ton commentaire Françoise (et bravo pour le vrai nom ;-)

      ET bien entendu nous ne serons pas d’accord je crois ! Disons que je ne crois pas que la génération « initiale » des « boomers » sur Internet se comportait aussi mal que ce qu’on lit de nos jours couramment. Avec des gens à ce point « décomplexés » qu’ils passent à l’acte dans la vie… (ce qui ne veut pas dire que tous les boomers sont sans reproches. je connais quelques vieux cons aussi ! ).

      Mais l’affaire Mila : ce n’est pas un problème de boomers… C’est bien l’affaire emblématique d’une génération très jeune !

      https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement/on-vous-resume-l-affaire-mila-avant-le-proces-de-ses-13-cyberharceleurs_4649005.html

      Moi je suis absolument convaincu que « socialement » et « humainement » : oui, c’était carrément mieux avant ! Globalement… Même si je suis un fan de technologie qui aimerait vivre dans le futur : mais je refuse ce futur qui se dessine. Et qui est terrifiant (à tous points de vue), si les choses continuent dans la même direction !

      Oui, ma génération faisait déjà des fautes d’orthographes (et on en fait encore pas mal, moi je ne suis pas le pire, dans le petite moyenne disons)… Toutefois : on insultait pas nos profs, on ne les dénonçaient pas sur Internet (ou de choses comme ça). Et on avait un certain respect pour les générations précédentes, ou même pour l’histoire, et pour les institutions…

      Il n’existait pas cette fracture entre communautées ethniques ou religieuses (ou si elle existait c’était rarissime et personne ou presque n’y était confronté). Par exemple, jamais durant toute mon enfance (en province), ni durant mon adolescence ou mes études, je n’ai assisté au moindre problème de racisme, ni à l’école, ni au lycée, ni durant mes études : cela était si extraordinairement rare, que personnellement je n’en ai jamais entendu parler (peut-être est-ce un hasard ? Mais bien entendu les choses ont incroyablement changé : dans tous les lycée de France, il y a des « histoires »).

      Je n’oublie pas l’usage de la drogue : un fléau qui s’est abattu sur une majorité des jeunes. Si à mon époque en 1985 un lycéen sur cinquante (peut-être) fumait des joints de temps en temps : désormais c’est combien ? Ne pas prétendre que cela est sans effet, précisément sur les jeunes adultes que ces fumeurs de joints précoces sont devenus… Le shit n’a jamais rendu quelqu’un « meilleur » !

      Donc, oui : concernant la haine sur Internet : je pense que la faute est plutôt à rejeter sur (une partie) « des jeunes » : comme sur la route (en vélo, comme en voiture) on constate la même chose. Des comportements irascibles et dangereux…

      Mon impressions est que (une partie) des jeunes génération se croit tout permis : ces « pauvres choux » sont nés dans trop de confort, avec trop de facilité. Ils ont été trop « choyés » et jamais « punis » par la génération précédente, elle même née d’une génération (post 68) qui leur a enseigné qu’il est « interdit d’interdire ». Le mal vient de là…

      Bref : on a un peu trop répété à cette jeune génération qu’elle à tous les « droits » et aucuns « devoirs »… Ils ont du penser naturellement que c’était vrai !

      Ajoutez à cela qu’ils considèrent désormais qu’ils vont « sauver » la planète juste en mangeant du quinoa et en roulant en trottinette électrique (on en rigolerait si ce n’était risible) ! ! ! Oui, je crois que (une partie) de la génération des moins de 25 ans actuellement est « hyper gâtée », irrécupérable et se comporte très mal…

      Je sais que l’on va me traiter de vieux con : à ceux-là je réponds : « jeune con » avec courtoise et avec le sourire bien entendu ;-)

      • « Si à mon époque en 1985 un lycéen sur cinquante (peut-être) fumait des joints de temps en temps : « .. nous sommes dans la même tranche d’âge..
        A la même époque 1 jeune sur deux fumait quotidiennement au lycée.. ce taux ne fait que baisser..
        C’est oublié qu’à la fin des années 60-début des années 70, une grande partie de la « jeunesse », celle de nos parents se défonçait au haschich, au LSD, l’acide et refaisait le monde à Katmandou, ou nu sur les plages de Californie ou dans le Larzac.. sous fond de guerre du Vietnam.. Il suffit de regarder les artistes de l’époque.. lesquels n’y ont pas toucher.. Ce n’était pas avec du quinoa qu’ils refaisaient le monde… Même Raymond Barre a reconnu avoir goûté à l’opium..
        Combien de boomers fument encore des joints aujourd’hui « pour se détendre de la pression du travail » ??
        On parle des blousons noirs ? des « apaches », ? des bastions à coup de chaines de vélo, des ratonnades des années 70 ?
        Qu’elle était le discours sur le jeunes cons de la part des « vieux » de l’époque, qui s’étaient fait « casser la gueule en 14 » ?
        Sauf qu’à l’époque de l’ORTF, l’information (ou désinformation) était locale voire nationale et sous le contrôle de l’État et de la censure.. Les « Mila » existaient déjà mais elle n’avait pas pignon sur rue…
        ou elle était traitée de « juif allemand »
        Aujourd’hui, c’est la mondialisation, la recherche du buzz par les médias, le sensationnisme, la peopolisation sans aucun contrôle des réseaux sociaux… Il faut remplir la rubrique des chiens écrasés et on exhume (voire on crée) des Nabilla (à 400 000 euros par mois elle aurait tort de s’en priver) pour faire le buzz.. et tout se sait (Benalla, Weinstein, Cahuzac & compagnie..)
        La jeunesse connait et exploite les codes des réseaux sociaux, et mieux des influenceurs !!! mais cela n’en fait pas les responsables de la haine.
        Pour information (puisque nous sommes de la même époque au lycée) : 1986 est la première où il y a eu autant de bacheliers, que d’élèves qui sont sortis du système éducatif SANS AUCUN diplôme.. .. les deux courbes se sont croisées… mais c’était mieux l’école avant !!

        • Mais non, ce que tu décri ici c’est de la jolie « littérature », des « contes pour enfants » que se racontent à la veillée, les vieux journalistes retraités de Libé ou de Rock’n’Folk ;-) Et c’est factuellement faux! Car le LSD, l’Acide et Katmandou : tout cela ne concernait pas la France profonde : mais une petite élite culturelle, musicale (et surtout : bourgeoise ! Car il fallait être riche pour y accéder)…

          Tous les chiffres sur la drogue démontrent le désastre… Et même : on en est arrivé à un tel point de diffusion dans la France Profonde dans les villes et les campagnes : de ces drogues « douces » (qui ne le sont pas), que selon certains : la seule solution serait la dépénalisation (une pure folie)

          Je me souviens bien de l’époque du Lycée en 1985 : il n’existait pas la moindre trace de drogue… Ni devant le lycée, ni dans les soirées, ni à l’intérieur.

          Enfin : concernant le nombre de bachelier : que tout le monde possède un BAC qui ne vaut plus rien : cela n’a rien d’un progrès… Il suffit de regarder le plongeon de la France dans les classement PISA Internationaux (en science et en Math notamment) : pour comprendre que l’on a pas du tout élevé le niveau (il s’est effondré) : on a juste cassé le thermomètre !

          Casser le thermomètre est le moyen pratique qui a été trouvé, pour dissimuler l’effondrement !

          • « Il n’existait pas cette fracture entre communautées ethniques ou religieuses (ou si elle existait c’était rarissime et personne ou presque n’y était confronté). Par exemple, jamais durant toute mon enfance (en province), ni durant mon adolescence ou mes études, je n’ai assisté au moindre problème de racisme, ni à l’école, ni au lycée, ni durant mes études : cela était si extraordinairement rare, que personnellement je n’en ai jamais entendu parler »

            Sérieusement?

            J’ai grandi en province, au début des années 90 je rentrais au collège et déjà des parents râlaient à la sortie du lycée parce qu’il y’avait trop de « bougnoules » dans cet établissement et qu’il était temps de mettre les enfants dans le privée.

            En 1992, quand je faisais du skate sur la place du village avec les copains, les seuls qui se faisaient contrôler par la police c’était les copains noirs ou arabes…

            Le racisme n’était tellement pas développé que les couples « mixtes » au collège et au lycée se cachaient pour ne pas que ça se sache…

            J’ai eu la chance d’avoir mon premier accès internet à la maison en 1994 je crois. J’ai très vite découvert les newsgroups et IRC. Bah la haine en ligne elle était déjà bien là hein…

            « Mon impressions est que (une partie) des jeunes génération se croit tout permis : ces « pauvres choux » sont nés dans trop de confort, avec trop de facilité. Ils ont été trop « choyés » et jamais « punis » par la génération précédente, elle même née d’une génération (post 68) qui leur a enseigné qu’il est « interdit d’interdire ». Le mal vient de là… »

            Mes grands parents disaient la même chose de la génération de mes parents (nés en 1948 – 1950). Mes parents disent la même chose de la génération de leurs enfants (nés entre 1970 et 1980).

            « Ajoutez à cela qu’ils considèrent désormais qu’ils vont « sauver » la planète juste en mangeant du quinoa et en roulant en trottinette électrique (on en rigolerait si ce n’était risible) ! ! ! Oui, je crois que (une partie) de la génération des moins de 25 ans actuellement est « hyper gâtée », irrécupérable et se comporte très mal… »

            Ils ont au moins conscience que la génération de l’après guerre a ravagé la planète en l’espace de 50 ans… Bon ceci dit à part quelques illuminés, plus personne ne pense que tout ira bien et qu’en 2050 – 2060 tout ira bien dans le meilleur des mondes au niveau climatique.

            Bref c’était mieux avant? Non, c’est juste un biais cognitif.

            • On raconte toujours, que toutes les générations de « vieux » se sont plaint un jour ou l’autre sur le mode : « c’était mieux avant » !

              Oui, car il y a eu plein de moment dans l’histoire ou c’est « vraiment mieux avant »… et on est en plein dedans !

              Il y a toujours eu dans l’histoire des « phases de décadences » telle que celle que l’on traverse : donc il était très normal que certains philosophes grecques a dit à leur époque « c’était mieux avant ». Car l’effondrement de leur civilisations à été suivie de la barbarie…

              L’effondrement de la civilisation Romaine a été suivie de la Barbarie : il a fallut 1000 ans pour en sortir et arriver à la Renaissance. Et les Romains s’en étaient bien rendu compte, alors même qu’ils étaient à leur apogée… Exactement comme nous qui sommes à l’apogée (au plus hait) de la civilisation Occidentale !

              Paul Valéry : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie ».

              Ce n’est pas parce que nous somme à l’apogée du confort et de l’avance technologique, qu’il est interdit de prendre conscience de l’effondrement en cours.

              Et ce n’est pas parce que la génération des boomers nés entre 1965 et 1975 aura débuté le « saccage » de la planète ; que la génération suivante va être capable de le ralentir : car le bilan carbone individuel de chacun de ces « pauvres chou » : est 2 fois plus élevé que le bilan carbone individuel de la génération des boomers au même âge dans les années 70 / 80…

              Chaque adolescent actuel consomme beaucoup plus de ressources qu’un adolescent dans les années 80 : par exemple avec ses smartphones et ses tablette, en consommant du « temps de serveur » pour Instagram et lire des vidéo en ligne, voyageant en avion régulièrement, en changeant de fringues (phénomène de mode) 2 fois plus souvent que nous, en se nourrissant de produits alimentaires importés de l’étranger (alors qu’à l’époque dans les années 80 l’agro-alimentaire Français nourrissait la France), en utilisant davantage de trottinettes et de vélo électriques individuels au lieu de prendre les bus scolaires et transports collectif, en utilisant des dizaines d’objets inutiles qui n’existaient pas (ou quasi pas) dans les années 80 (consoles de jeux, four à Micro onde, ordinateurs portables, télé grand formats, chaine de télé multiples, GPS et services météo avec l’industrie spatiale qui va avec, etc…)

              C’est sans fin ! Et si on fait vraiment le compte : la génération actuelle consomme individuellement 2 fois plus que nous dans les années 80… Et si elle devait décider de se priver de tout ça ? Et bien on sait très bien qu’elle ne le décidera pas !

              Bref : il ne faut pas refuser de voir lma réalité, par pure position idéologique…

              • Mais il n’y a pas que les jeunes qui consomment internent ;) C’est inter générationnel.

                Idem pour les voyages en avion. Les charters qui envoyaient les européens aux 4 coins de l’Europe et en République Dominicaine dans les années 80 existaient déjà :)

                Alors oui, je suis d’accord, le trafic aérien était moindre, mais encore une fois, ce ne sont pas que les jeunes qui prennent l’avion (loin de là).

                 » en utilisant davantage de trottinettes et de vélo électriques individuels au lieu de prendre les bus scolaires et transports collectif, en utilisant des dizaines d’objets inutiles qui n’existaient pas (ou quasi pas) dans les années 80 (consoles de jeux, four à Micro onde, ordinateurs portables, télé grand formats, chaine de télé multiples, GPS et services météo avec l’industrie spatiale qui va avec, etc…) »

                On est bien d’accord, je pense d’ailleurs que la prochaine évolution humaine sera la suppression de nos jambes, vu qu’à priori de plus en plus de gens sont incapables de les faire fonctionner sans assistance électrique.

                On peut parler des voitures électriques aussi, loin d’être l’apanage des jeunes (au contraire) et qui est juste un non sens environnemental…

                Il y’a pleins de jeunes qui au contraire décident de se tourner vers une certaine sobriété (y’a qu’à voir l’explosion du mouvement des Tiny House), idem, pas mal de jeunes (et de moins jeunes si je m’inclus dedans) refusent d’avoir des enfants).

                Concernant tes questions sur l’alcool, la colle et l’essence, au collège la moitié des gamins de ma classe buvaient quasiment tous les soirs après l’école. Sur cette moitié, une autre moitié, sniffait pour se la jouer « caïd » auprès des autres. L’alcool ce n’était jamais qu’un reflet de ce qu’ils voyaient chez eux.

                Au lycée, on devait être deux à ne pas boire dans ma classe (sur 34), tous les autres buvaient quotidiennement (sans mentir). Et déjà au début des années 90 y’avait un paquet de fumeurs de joints dans mon lycée :)

                • Bien entendu je sais que toutes les générations consomment Internet et des déplacements en avion…

                  Mais chaque humain de la génération des « boomers » (que les jeunes accusent d’avoir détruit l’écosystème) : aura accumulé à la fin de sa vie : un « bilan carbone » beaucoup plus léger… que ne le pourra chaque humain de la génération des jeunes nés après l’an 2000… (qui aura commencé une sur-consommation délirante des ressources planétaires… dès leur naissance. A commencer par leurs couches ! Alors qu’à l’époque des plus anciens : certains ont connu les « couches lavables »)…

                  Tout est à l’avenant : lorsque nous étions bébés en 1970 : les lingettes pour nettoyer nos petites fesses roses : ça n’existait pas ! Ahahah ;-)

                • « Il y’a pleins de jeunes qui au contraire décident de se tourner vers une certaine sobriété »

                  Alors là j’en doute ! ! ! Mais j’aimerai que tu ai raison…

                  Moi je vois surtout des jeunes qui mange « mal » des produits importés… Qui ne prennent plus un vélo si il n’est pas électrique , etc…

                  La voiture électrique est une folie : on sera bien d’accord là-dessus… Il faudrait un retour de l’énergie musculaire.

                  Mais personne n’en veut. Personne ne veut non plus revenir à des métier agricoles. Par exemple : lorsque les paysans du Sud de la France. ont fait des offres d’emploi pendant le COVID pour ramasser les fruits et les fraises : aucune réponse de la jeune génération pour ces travaux (payés)… Alors que les offres avaient été largement relayés.

                  Et ceux qui sont venu (rarissimes) se sont révélés être incapables de faire ce travail (pas assez habiles, pas qualifiés, fatigués après 2h de cueillette)…

                  Bref : la génération actuelle des « écolos urbains » : ne peut pas revenir pratiquer la véritable écologie : ils sont trop douillets… Tout simplement !

                • « Et déjà au début des années 90 y’avait un paquet de fumeurs de joints dans mon lycée :-)  »

                  Alors il faut croire que c’est à ce moment là qu eta a dérapé complètement…

                  Moi j’ai quitté le lycée en 1985 : tout était clean… Normal, je suis né en 1967. La descente aux enfers à débuté juste ensuite…

          • « Mais non, ce que tu décri ici c’est de la jolie « littérature », des « contes pour enfants » que se racontent à la veillée, les vieux journalistes retraités de Libé ou de Rock’n’Folk ;-) Et c’est factuellement faux! Car le LSD, l’Acide et Katmandou : tout cela ne concernait pas la France profonde : mais une petite élite culturelle, musicale (et surtout : bourgeoise ! Car il fallait être riche pour y accéder)… »

            Pour info dans ma province les jeunes sniffaient de la colle ou de l’essence, et beaucoup étaient bourrés tous les soirs, dès 12-13 ans, sous l’arrêt de bus du village.

            Bon l’alcool c’est juste de la drogue légale, donc c’est moins grave j’imagine…

            • Tu ne peux pas écrire « beaucoup » snifaient de la colle ou d l’essence… Certains probablement ! mais d’ou vient ce « beaucoup » ? Et beaucoup c’est quelle proportion ? Un sur dix ? Un sur trois ?

              Dans quelle proportion exactement des élèves snifaient de la colle (par exemple) ? Certainement pas aussi forte que celle de la pénétration du trafique de « drogues douces » aujourd’hui et de sa consommation par des élèves… Car cela se serait vu / su / entendu. Et on en aurait détecté les séquelles il y a longtemps dans les statistiques de l’état de santé de la population.

              Par contre les statistiques actuelles sont assez claires. Autant celles des accidents de voitures, que celles du niveau scolaire (qui est impacté par l’usage du canabis, même si cela n’est pas mis en avant)…

  2. Je dirais juste que ça concerne le monde entier, pas un problème d’éducation nationale seulement.
    Des idoles coréennes qui se suicident à cause du harcèlement moral…
    Harcèlement moral au lycée japonais et dans le monde du travail a toujours existé avec les suicides qui vont avec.

    Et les néfastes des réseaux sociaux touchent toutes les catégories d’âge.

    • Oui, je ne dit pas que tout le problème « vient » de l’éducation nationale (il y a d’autres causes : l’éducation familiale défaillante par exemple)… Toutefois si l’Education Nationale avait pour mission d’aider à éduquer les élèves à bien se comporter « en ligne » : on peut dire que c’est un échec !

      Autre chose : je crois bien que le suicide d’une vedette Coréenne surbookée, ne dit pas grand chose de la société coréenne ou Japonaise ! Car on a connu en France aussi des dizaines de vedettes (plus ou moins connues) qui se suicident régulièrement… Il y a des suicides dans tous les pays.

      Par contre le suicide d’une Influenceuse Française (et mère de famille) en dit long sur toutes ces personnes qui vivent par procuration une « vie virtuelle » sur Internet : totalement déboussolées…

      https://www.bfmtv.com/police-justice/suicide-de-mava-chou-retour-sur-la-descente-aux-enfers-d-une-influenceuse-harcelee-sur-internet_AN-202201100492.html

      • « Toutefois si l’Education Nationale avait pour mission d’aider à éduquer les élèves à bien se comporter « en ligne » » ce n’est pas sa mission justement…

  3. Bernard Frangoulis le

    Cent pour cent d’accord avec toi Jean-François.
    Et comme toi, toujours attiré par les nouveautés technologiques, l’informatique etc. Pourtant l’avenir tel qu’il se dessine me fait très peur. Je suis effaré par l’inculture des jeunes générations.

  4. Il aurait été étonnant que l’éducation nationale ne soit pas accusée de tous les maux, une fois de plus… La violence, le chômage, la haine, la drogue, la misère, le manque de savoir-vivre, les comportements déviants.. les protocoles sanitaires que les professeurs se prennent en pleine face quotidiennement par des parents menaçants et aigris à la sortie des écoles…
    Aujourd’hui, des profs meurent en France pour avoir refusé de baisser la tête.. Les agressions verbales et physiques sont quotidiennes. Des enseignants sont harcelés parce que les notes des élèves de 1ère et terminale au contrôle continu du nouveau bac ne sont pas assez élevées et ne correspondent pas à ce que les parents (avocats en l’occurrence) souhaitent… Combien de groupes WhatsApp de parents d’élèves se transforment en défouloir anti-profs ??

    L’éducation nationale, les hôpitaux et la justice sont les derniers bastions qui font face à la misère sociale et se prennent la société en pleine face.. L’Éducation nationale n’a pas déserté les citées et les quartiers. l’Éducation nationale ne fait que subir les décisions des politiques nationales (500 postes supprimés en 2022 dans le second degré alors qu’il n’y a pas assez de profs le jour de la rentrée, 60 000 sous Sarkozy) … L’éducation nationale fait appel à des contractuels recrutés sur une lettre de motivation, un simple CV et un entretien d’une demi-heure. Ces personnes n’ont AUCUNE expérience dans l’enseignement et aucune formation pour les accompagner.

    Un professeur débutant à Bac + 5 est payé 1447 euros en France ! Qui est partant pour aller à Vaux en Vélin, à Mantes-la-Jolie, dans le 9.3, dans les quartiers nord de Marseille ?.. Bac + 5, c’est le niveau d’un ingénieur en physique, en chimie, en informatique, en environnement … Combien gagnent-ils en débutant ?

    Saviez-vous qu’il existe un enseignement obligatoire « Éducation aux médias et à l’information » dans les programmes ? Savez-vous ce qu’est le CLEMI qui travaille avec les écoles sur l’esprit critique, sur la désinformation, sur la haine en ligne, sur la manipulation etc ..
    Vous pensez sérieusement que ce sont uniquement les jeunes qui déversent leur haine sur les réseaux sociaux, que les « boomers » sont épargnés ?.. Il suffit de regarder l’âge moyen dans certains meetings..

    • Je précise que je n’ai pas écrit que le désastres actuel ; serait « principalement » la faute des profs. Ni même celle des programes, ni celle des cadres de l’EN…

      Je dis juste que la mission que a été attribuée à l’EN : est un échec évident et terrible

      Et le résultat se lit dans les commentaires des neuneus sur Internet : qui sont obligatoirement d’anciens élèves…

      Mais (à la décharge des profs et des cadres de l’EN) : peut-être cet échec était-il inévitable ? Et la faute est-elle à rechercher bien entendu ailleurs également…

      Dans l’éducation familiale : qui est totalement défaillante par exemple. Mais pas seulement… Je ne vais pas me lancer dans le liste de tout ce qui nous conduit à l’effondrement effectif.

      Je dirais toutefois que le prisme politique évident de la plupart des profs, n’aura pas aidé durant les dernières décennies. En contribuant à abattre toutes les valeurs traditionnelles… Ils ont bien réussi dans cette entreprise !

      Et tout le pays en est globalement conscient en 2022 : et ceci explique les 2,5% d’intentions de vote pour la candidate du PS actuellement !

  5. J’ai également lu l’article de Craig et cela ne m’a malheureusement pas étonné !

    J’avais déjà constaté cela en publiant mes images de l’hommage populaire à Johnny Halliday su Fb et Insta.
    Les posts étaient d’une telle haine et agressivité que j’étais obligé de passer mon temps à les supprimer.

    Avec la Covid, cela a empiré. Du coup je ne publie presque plus sur les réseaux.

    Je ne fais pas partie de ceux qui opposent les jeunes aux boomers, partant du principe que les problèmes sont sociétaux et mondiaux et non générationnels.

    Par contre je suis absolument CONTRE L’ANONYMAT du Web et des réseaux sociaux.

    Bruno de HOGUES

    • Oui, l’anonyme est un des facteurs qui facilitent les abus…

      Mais en même temps : sans anonyme : le web ne serait plus le web, cet espace de liberté que l’on a adoré depuis 25 ans… Je ne suis pas sur que ça continue comme ça encore 25 ans !

    • Bonjour Bruno,

      Je suis persuadé qu’une grande majorité des gens en ont marre du « clash » permanent d’une minorité bien visible sur les réseaux sociaux.

      Je ne vais plus sur ma page FB et je me rends compte que nous sommes beaucoup dans ce cas.

      D’ailleurs, ces réseaux sociaux ne vont pas bien. L’action de FB a chuté car son nombre d’utilisateurs diminue.

  6. Pour moi le développement des réseaux sociaux est un peu à l’image de la route c’est à dire de plus en plus dense et saturé et donc violent. Les débuts d’internet ont été pour moi synonyme de découverte et d’une grande liberté, un peu comme ceux qui ont découvert l’automobile et les premières vacances. Aujourd’hui le flux est démentiel et de plus en plus concentré par quelques gros acteurs. Il en résulte une exaspération assez normale finalement.
    Je salue tes efforts pour tenir un blog qui justement est un vrai espace de discussion et qui n’est pas standardisé. C’est un vrai engagement qui ne cède pas à vos facilité, pour les lecteurs c’est un petit effort de sortir de l’autoroute des réseaux mais la récompense est la, plus d’échanges ou de confrontations et plus de plaisir avec un minimum de respect, merci à toi !

    • Merci pour ce commentaire…

      Oui, je suis assez d’accord : il y a un côté assez inéluctable : la violence augmente nécessairement avec la démocratisation : puisque davantage de gens moins éduqués (et parfois plus violents) n’avaient pas accès auparavant à cet espace… et maintenant s’y défoulent.

      Mais il n’y a pas que cela : il y a aussi un « mal plus profond », qui touche un peu tout le monde : une sorte d’égoïsme et de manque de considération de l’autre. Chacun exprime son point de vue avec nettement plus d’égoïsme qu’avant.

      Pour moi : il est évident que l’individualises forcené (suite au mouvement intellectuel post 68) est la cause de cet égoïsme social, que l’on constate dans tous les domaines (sur la route, comme sur les réseaux sociaux). Je ne crois pas que ce soit « seulement » une question de nombre…

      Par exemple la folie du « selfie » est un symptôme de cette évolution insensés vers le « moi d’abord »… La haine en ligne procède de la même évolution égoïste de la société.

      En abattant systématiquement toutes les valeurs traditionnelle (d’origine Judéo-Chrétienne) : les intellectuels de gauche sont en bonne partie responsable de cette évolution. Etrangement alliés au libéralisme économique qui l’a accompagné : le « moi d’abord » est une formidable machine « à consommer » : à vendre des objets, des services…

      C’est paradoxal : mais ce sont bien les idées « libertaires » de gauche qui ont favorisé le libéralisme économique le plus décomplexé… Et qui nous entrainent dans cette sorte de décadence (on osera le mot)…

      • Oui ta réflexion est intéressante et d’ailleurs ma comparaison avec la route est simpliste, elle correspond à l’image que je me fais des réseaux depuis mon expérience française mais la culture asiatique où la densité est bien supérieure à la notre contredis cela car ils sont éduqués à une discipline et pensent « société » bien plus que nous.

  7. Bernard Frangoulis le

    Désolé Jean-François, juste pour me désabonner du suivi des commentaires… le lien de désabonnement ne fonctionne pas.

    Bernard Frangoulis

  8. J’ai pris l’habitude de suivre ce forum, sans y intervenir. Cette fois j’ai envie de le faire bien que le sujet ne soit pas vraiment la photographie, car il se trouve que je viens de voir le film « Bac Nord », qui dépeint une situation terrifiante de violence et d’inculture dans les quartiers Nord de Marseille, tout à fait en rapport avec ce qui est arrivé à Graig. Chacun peut faire le rapprochement avec la multiplication de faits divers analogues, et avec ce qu’il pourrait voir en bas de chez lui s’il ne regardait pas ailleurs.

    Cela ne peut laisser aucun doute sur la généralité du phénomène, à condition de se donner la peine de réfléchir plutôt que de se cramponner au déni de réalité. Ce qui arrive à Graig n’a malheureusement rien de surprenant.

    La réalité est que nous sommes dans une société ultra-permissive depuis mai 68, soit bientôt trois générations, et que cela aboutit à l’arrivée d’une génération incapable d’empathie et d’intérêt pour autrui, volontiers violente, et inculte, voir décérébrée. Les profs, les policiers, et même les médecins et les pompiers (!), prennent ça en pleine gueule.

    Beaucoup d’adultes se droguent à l’occasion, font copain-copain avec leurs enfants-rois, accusent les profs quand ils leur mettent des mauvaises notes, et se drappent dans les droits de l’homme (en oubliant les devoirs qui y sont associés, comme dit JF) pour excuser toutes les violences. Les médias sont prisonniers de leur bien-pensance, et non seulement ne relaient pas bon nombre de faits divers ahurissants, pour ne pas stigmatiser, disent-ils (en fait pour minimiser les problèmes et continuer à bien dormir), mais encore insultent, diffament et censurent ceux qui pointent du doigt les problèmes. Voir l’arrogance des journalistes quand ils étiquettent les candidats à l’élection présidentielle, plutôt que d’organiser de vrais débats honnêtes sur nos graves problèmes de société.

    Certaines réactions de cette discussion ne vont-elles pas dans le sens du déni et de la minimisation ? Je ne vois pas bien en quoi la violence qui sévit ailleurs, Japon ou Corée, devrait nous rassurer. « Ne tirons pas de généralités brutales » : à partir de combien d’enfants juifs de Toulouse, de journalistes de Charlie Hebdo, de simples amateurs de musique du Bataclan, de Samuel Paty, à partir de combien de victimes innocentes verra-t-on qu’on a bien un problème général ? Puisque ce n’est pas cent : mille ? Dix mille ? Attention, cela pourrait tomber sur vous…

    Personnellement j’ai vécu mon enfance dans une tour de Sarcelles dans les années 60 : on ne fermait pas la porte à clé dans la journée. Ce n’était pas la peine, il n’y avait jamais eu de vols (les vols ont commencé dans les années 70). Quand on se comportait mal dans la rue, les adultes ne se détournaient pas et nous reprenaient.

    Quand on était réprimandé à l’école, nos parents étaient solidaires des enseignants. Les profs ne faisaient pas d’innovation pédagogique, ils éduquaient. Une note était une note. Les élèves pas au niveau redoublaient. Nous avions des cours de morale pour nous inculquer le respect de l’autre. Ces cours ont été supprimés après mai 68 pour éradiquer « la Morale bourgeoise ».

    Cette morale bourgeoise ne nous empêchait pas de s’amuser ensemble, dans la cour de récréation comme dehors après les cours. Aujourd’hui le niveau est si bas à l’école pour des motifs idéologiques (baisser le niveau pour donner le bac à 80% des élèves) que les étudiants qui ont eu le bac avec 14 n’ont pas le niveau quand ils arrivent à l’université, à laquelle « ils ont droit » gratuitement, une exception française. Depuis que Macron est président, il n’est même plus nécessaire d’avoir fait des maths en terminale pour entreprendre des études scientifiques supérieures. Et il a supprimé l’ENA pour pouvoir nommer des jeunots qui n’ont pas réussi leurs études (gratuites et au mérite) à des postes clés de l’état, comme les préfets.

    Tout ça n’est pas « la faute des profs », mais on peut leur reprocher d’avoir marché dans le délire idéologique, en connivence avec les parents d’élèves. Ces derniers ont fait un mal fou à l’école. Ils prétendent avoir des principes alors qu’ils ne s’intéressent qu’à faire en sorte que leurs chers chérubins aient des bonnes notes, qui à la fin ne veulent plus rien dire. On a l’école qu’on mérite.

    Aujourd’hui, on se croit « cool », « tolérant ». En fait, on profite de la société (un joint de temps en temps, cela ne fait pas de mal, croyons nous – à part faire vivre les mafias qui encaissent des dizaines de milliards d’euros par an, dont ils font quoi ?).

    En réalité on est complaisant avec toutes les formes de violence, et ignoble envers les victimes des violences. On se croit intelligent alors qu’on est inculte. Samuel Paty est mort de ça, et pourtant le déni de réalité continue. Nous vivons à nouveau, pour la quatrième élection présidentielle de suite, une campagne sans débat de fond qui est une mascarade de démocratie.

    Que l’abstention soit de plus en plus élevée n’a visiblement conduit ni les médias (qui se contentent d’éplucher les sondages et d’aller à la pêche aux petites phrases lâchées imprudemment, dont ils font des gorges chaudes), ni les politiques (toujours plus enfermés dans le politiquement correct), à se remettre en question.

    Je me sens bien en phase avec ta dernière réponse JF.

    Tout ça est très anxiogène. Ça fait du bien d’en parler. Je pense surtout à mes enfants et petits enfants : dans quoi vont-ils vivre ?
    Merci en tout cas JF pour ce site sympathique et intéressant. Je ne soupçonnais pas qu’il pouvait susciter, lui aussi, des propos délirants !

    • Merci pour ce commentaire passionnant…

      Une remarque : il y a tout de même certains progrès dans la campagne électorale actuelle, avec une parole un peu plus « libérée » sur certains sujets brulants.

  9. Gilles Theophile le

    Pour revenir à l’affaire CanonRumors, en creusant un peu, on s’aperçoit que tout n’est pas tout blanc et tout noir dans cette histoire, et que ce Craig aurait dénigré et insulté publiquement, sur les réseaux sociaux, certains influenceurs.

    • Ah, merci Gilles pour ces précision… Je n’ai pas creusé très loin la question. Alors je ne prendrai pas parti, mais je constate le résultat.

      C’est comme dans les affaires de harcèlement sexuel : dès que l’on est « accusé » (que l’on soit victime de fausses accusations ou d’accusations justifiées) : on en sort « sali » dans tous les cas…

      • Gilles Theophile le

        Yes, que je ne connais nullement d’ailleurs. N’étant pas fan des youtubers ni des influenceurs, je n’ai pas poussé plus loin. J’ai juste lu quelques échanges qui me semblaient du niveau cour de récréation.
        CanonRumors ne va pas disparaître, il va changer de mains. En France, on a des magazines photo qui mettent la clé sous la porte, chacun ses petits problèmes.

        • Par hasard, il se trouve que j’étais tombé justement sur une vidéo à propos de l’EOS R3 de ce Youtuber, il y a quelques semaines…

          Je suppose qu’il n’est pas en cause directement, mais probable que des « fans » de sa chaine sont en cause ?

        • Undone est un très bon technicien et reviewer (plutôt orienté vidéo). Je n’ai pas souvenir de l’avoir vu appeler à harceler un collègue influenceur (ce qu’est Greg de CR).

          Il est plus du genre à ne nommer personne et donner son avis dans son coin, pour ce que j’en sais.

          Concernant l’avis initial, sur la « génération youtube », je pense qu’il y a une profonde confusion de JF entre la génération au sens âge (dont il n’est pas question dans le billet de Greg) et la génération au sens l’apparition d’un nouveau public autour de vidéastes/reviewers donnés (ce dont il est précisément question).

          Ce qui donne un billet où je trouve que JF mélange allègrement les faits (tels que rapportés par Greg) et son opinion (sur les jeunes et tous les maux qui leurs sont imputés).

          Autant je pense qu’on peut parler du premier volet — et JF n’est pas le premier à critiquer tel ou tel reviewer (pour de bonnes ou de mauvaises raisons ; globalement ça reste poli). Autant, le second me semble profondément infondé.

          Pour avoir traîné longtemps sur internet (~15 ans de forums et RS), les plus inadaptés, sujets à modération et agressifs, ça n’a jamais été les jeunes (enfin pas plus spécifiquement eux que les autres). Les jeunes ont leur façon à eux d’être agressifs. Les vieux ont leur façon à eux d’être agressifs. Mais franchement y’en a pas un pour attraper l’autre.

          Quant au niveau d’instruction, idem, je n’ai pas l’impression qu’il se dégrade, vu ce que je constate chez la vieille génération en matière de naufrage intellectuel. (Le commentaire 100% complotiste antivax 0% factuel ci-dessous est un bon exemple, et je suis prêt à parier que ce n’est pas un auteur dans la vingtaine qui l’a rédigé.)

          (Pas l’impression que ça s’améliore non plus, d’ailleurs.)

      • Entre autre, mais pas que: Il se fait dénigrer par certains Youtubers et surtout insulter quotidiennement et ce qui l’a poussé à vendre le site est qu’ils s’en sont pris à sa famille. Par solidarité, Peter de Nikon Rumors a posté quelques exemples que lui-même reçoit. Il n’y a aucune raison de minimiser ces affaires. Pathétique.

        • Oui, je pourrai moi-même citer quelques exemples d’insultes en commentaires ou par mail !

          Etrangement des gens qui continue (pour certains) de venir ici et qui postent des commentaires sous différents nom (et parfois je le vois grâce aux adresse IP)… Ils doivent être sérieusement maso !

          Pathétique…

  10. Bonsoir, tout a une fin un jour, quelque soit la raison.

    Personnellement je consultais régulièrement (tous les soirs) « Canon Rumors », mais même les « grands sites » de références doivent un jours s’arrêter.

    Il y aura bientôt 4 ans, Marc Prieur (que je connaissais quand j’étais jeune) a arrêté son site WEB informatique « Hardware.fr ». Site de référence pendant plus de 20 ans sur les technologies PC.

    J’ai connu la version 1 du site, était dans les premiers sur le forum (celui-ci à perduré). Mais c’est ainsi, et d’autres sites continus à nous informer et tester les nouveautés informatiques (peut-être il est vrais, avec un peu moins de précision, de qualité, etc.). Mais internet est ainsi fait !

    Demain un nouveau « Canon Rumors » existera encore … mourra … et renaîtra de ses cendres.

    Cordialement.

  11. Bonjour,

    Sur la baisse de QI générale c’est un fait, et cela est attribué à l’utilisation des écrans plus la déliquescence de l’éducation; lire les bouquins de Beuglet, il s’inspire de faits réels pour de très bon « thrillers » et ce sujet en fait partie.

    Seuls les asiatiques compensent l’utilisation des écrans par une éducation et une qualité d’enseignement qui nous font maintenant défaut chez les occidentaux.

    Tout cela arrange bien l’oligarchie mondiale pour mettre en place son « great reset » et la soumission des peuples, par exemple en profitant d’une épidémie comme d’une « fenêtre d’opportunité » en instillant une telle peur que la majorité de la population française s’est fait injecter des produits expérimentaux dont on sait aujourd’hui qu’ils ne servent à rien sauf aux effets secondaires… comme quoi il n’y a pas d’âge pour se laisser lobotomiser!

      • Justement, c’est là l’erreur à propos du « vaccin »…

        Pas le lieu peut être, c’est vous le patron, le moment par contre est déjà bien entamé!

        • Rien d personnel.

          Il n’est pas interdit d’en parler bien entendu, avec ses amis, sur les réseaux sociaux, etc…

          Mais là je préfère ne pas reprendre sur ce sujet ici, afin de rester focus sur le sujet du jour (et j’en suis un peu lassé du débat sur le vaccin ;-)

    • « Tout cela arrange bien l’oligarchie mondiale pour mettre en place son « great reset » et la soumission des peuples, par exemple en profitant d’une épidémie comme d’une « fenêtre d’opportunité » en instillant une telle peur que la majorité de la population française s’est fait injecter des produits expérimentaux dont on sait aujourd’hui qu’ils ne servent à rien sauf aux effets secondaires… comme quoi il n’y a pas d’âge pour se laisser lobotomiser! »

      Voilà le genre de « quidam » dont je parlais :)
      Ce genre de propos est complètement ahurissant… et n’aurait pas eu la voix au chapitre à notre époque de vieux.
      Mais bon avec toutes ce flux d’informations, la plupart des gens n’y comprennent plus rien, sont perdus, mélangent tout et ce qu’on ne comprend plus fait peur, donc ils en viennent à se méfier de tout et n’importe quoi, à confondre tout… bref

      • Et réciproquement, je vous laisse à vos illusions, le « chef » ayant dit que ce n’était pas le lieu, et c’est son blog.
        A mon âge, figurez vous que j’ai encore les capacités intellectuelles pour accéder à toute l’info, pas seulement celle qu’on veut me faire prendre pour parole d’évangile…

        • Oui, je m’en doute ! Je sais bien qu’il faut trier l’information ;-)

          Mais il me semble que l’info soit assez libre et accessible (du moins passé un certain temps d’incertitude, ou l’info tarde à se faufiler). La preuve : hier soir David Pujadas sur LCI décryptait une info passionnante, selon laquelle chez les moins de 60 ans, la mortalité du variant Omicron était nulle (ou quasi nul, donc totalement négligeable). cette affirmation à 19h sur cette chaine d’info de très grande écoute, démontre bien que l’info est libre et à notre portée. Ensuite les conclusions à en tirer ne sont pas simple…

          Une fois que l’on a l’info : il n’est vraiment pas facile de se faire une idée juste, au sujet du vaccin (et à propos de n’importe quel sujet complexe), pour de nombreuses raisons :

          – Il faudrait disposer de l’intégralité des informations (rarement le cas)

          – Il faudrait disposer du recule nécessaire (en terme de temps)

          – Il faudrait disposer du recule nécessaire (en terme idéologique et ne pas se laisser influencer par des biais politiques)

          – Il faudrait être en possession de grandes connaissances scientifiques en médecine.

          – Il faudrait être en possession de grandes connaissances scientifiques en statistiques.

          – Il faudrait être en possession de grandes connaissances scientifiques en sociologie (et comportement des foules, afin de savoir si obliger les gens à se vacciner, entraine plus de conséquences négatives que positives…)

          Même les plus grands médecins s’opposent et se contredisent : ce qui est la preuve, qu’il n’y a pas de « complot ». Juste que c’est compliqué…

          Je referme le sujet ;-)

          • J’ai trouvé plus naïf que moi… ;-)

            Quelqu’un qui croie encore dans « l’info est libre et à notre portée »!
            Pujadas tombe de l’armoire et a le mérite de le reconnaître, mais je ne l’ai pas entendu lorsque le gouvernement a interdit de soigner!
            On ne compte plus les retournements de vestes et ce n’est pas fini (Blachier, Flahault pour les scientifiques de plateau télé).

            L’intégralité de l’info on l’a, le temps je l’ai pris et continue de le prendre, je n’ai pas d’idéologie politique et pour le reste il y a suffisamment de sachants sans conflits d’intérêts qui expliquent très bien ce qui ressort de la réalité mondiale en ce qui concerne cette « pandémie ».

            Lorsque je dis qu’elle a été une « fenêtre d’opportunité » je cite le WEF (Forum économique de Davos), qui assène aux yeux de tous cette magnifique sentence;

            « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux ». Et quand on dit rien, même vos vêtements…
            A votre avis, à qui appartiendra ce que vous devrez louer???

            Mais libre à chacun de faire l’autruche…

  12. Par contre une chose dont je suis certain, c’est qu’avoir accès à l’information, aux réseaux sociaux, à internet en général, en permanence, au creux de notre main, c’est un mal dont on ne comprendra l’impact que dans quelques dizaines d’années.

    Je ne retrouve plus la ref d’un super papier anglophone sur le sujet, qui disait, en substance, que la technologie, pour la première fois, n’était pas corrélée avec notre évolution »humaine », et que notre cerveau n’était pas capable de gérer le flux d’information constant qu’on lui impose.

    J’ai des amis travailleurs sociaux qui bossent dans l’addiction avec des ados, et internet fait tout autant de dégâts sur le cerveau des jeunes que les produits « habituels » responsable des comportements addictifs que l’on connaissait jusque là.

    Je te conseille d’ailleurs, sur ce sujet, « Derrière nos écrans de fumée » (sur Netflix, oui, désolé ^^).

    • D’accord là dessus : c’est génial d’un côté, mais ça nous rend fainéant par ailleurs !

      « Par contre une chose dont je suis certain, c’est qu’avoir accès à l’information, aux réseaux sociaux, à internet en général, en permanence, au creux de notre main, c’est un mal dont on ne comprendra l’impact que dans quelques dizaines d’années. »

      On « sait » (d’après certains chercheurs) que le cerveau des humains (ceux en bonne santé) d’avant la révolution industrielle, était plus développé, car ils devaient résoudront beaucoup plus de problèmes chaque jour… Une étude scientifique pas du tout fantaisiste à avancé cette thèse.

  13. Guillaume Grandin le

    Au sujet de l’opposition des générations, j’entend ton constat je suis né dans les années 70, je peux comprendre ton ras le bol, je le partage souvent. Mais penses-tu JF que rejeter la faute sur les nouvelles générations réglera le problème ? Cela ne va-t-il pas au contraire l’attiser ?
    On peut avoir le même raisonnement sur tous les sujets. Immigration, chômage, dérèglements climatiques. Dés que l’ont oppose trop rapidement, trop facilement des catégories sociales ou des nations, par des raccourcis idéologiques et des lieux communs, le dialogue disparaît très vite et c’est le début de fin comme tu le dis si bien… ;-)

    Oui, il faut avoir conscience d’un problème. C’est la 1ère étape indispensable sur le chemin de la guérison. Mais rejeter la faute sur un tiers est rarement le bon remède. Le plus souvent, lorsqu’on est honnête envers soi-même, on s’aperçoit que le problème vient de nous-même.
    On change d’attitude, on change notre approche, on change notre point de vue, on se met un peu plus à la place de l’autre et le dialogue peu enfin revenir… car le but d’une civilisation n’est-il pas de trouver des solutions pour le bien vivre ensemble ?

    Là est le paradoxe de notre civilisation : à l’heure où il n’a jamais était aussi facile et rapide de se connecter les uns les autres par les transports et les moyens de communications, rester à l’écoute de l’autre et prendre le temps de le comprendre n’a jamais été aussi difficile…

    J’irai même plus loin, cette rapidité et cette facilité de communication rendu bientôt possible à chaque être humain vivant sur cette planète, est en train de faire basculer notre mode de pensée sur ce qui fait l’essence même d’une civilisation : le bien commun.
    Le bien commun est en train de s’effacer ou profit d’un individualisme à marche forcé.

  14. Perso je pense surtout que le problème est que ces réseaux sociaux donnent maintenant la parole à tout le monde, et même surtout aux propos outrageux ou choquants, qui vont faire le buzz, et donc vont être mis en avant par l’algorithme de ces réseaux sociaux, qui mettent en avant un message ayant fait réagir.
    Du coup, la parole d’un quidam (ou pire d’un demeuré ou d’un gamin de 5ans) aura autant voir souvent plus de poids et de visibilité que celle d’un sachant (quelqu’un qui sait vraiment de quoi il parle, qui a étudié le pb, qui travaille dans le domaine…. etc)…
    A notre époque nous les vieux, cette situation inédite (et complètement aberrante) n’existait pas biensur.

    Ces réseaux sociaux sont vraiment majoritairement une hérésie à mon avis.
    Le temps des débuts du net, avec des sites web et des blogs étaient bien plus sain je pense.

    • « Du coup, la parole d’un quidam (ou pire d’un demeuré ou d’un gamin de 5ans) aura autant voir souvent plus de poids et de visibilité que celle d’un sachant (quelqu’un qui sait vraiment de quoi il parle, qui a étudié le pb, qui travaille dans le domaine…. etc)…
       A notre époque nous les vieux, cette situation inédite (et complètement aberrante) n’existait pas bien sûr. »
      Bah vu le nombre de personnes médiatisées qui n’avaient aucune connaissance réel de leur sujet, et qui racontaient des âneries à longueur de journée, honnêtement c’était pas mieux avant. Notre époque a simplement le mérite de permettre à chacun de s’exprimer, sans que la parole ne soit confisquée par des institutionnels. Ça a ses bons et ses mauvais côtés.

      Y’a pas moins de « sachants » en proportion qui s’expriment aujourd’hui. Y’a juste plus de monde tout court.

  15. Le problème ce n’est pas l’éducation nationale, qui devrait s’appeler l’instruction nationale (à l’école on apprend, on n’est pas éduqué par les enseignants), mais bien les parents !

  16. Beaucoup de respect pour ce que craig a fait avec Canon rumors mais je n’ai pas bien compris son meltdown en 12 tweets contre ce YouTuber qui n’était que respectueux envers lui.

  17. Il faut voir aussi le succès que des discours de haine comme celui d’Eric Zemmour en politique ou de youtubeurs tel papacito et autres, chez les jeunes. C’est effarant, un forum comme les 18-25 chez jeux vidéo est une marmite de haine recuite.

  18. Bref, c’était mieux avant (et surtout ne pas se remettre en question).

    La haine en ligne, c’est autant une affaire de boomers que de petits merdeux. C’est pas une question de génération, c’est surtout un problème de connerie. Y’en a des boomers haineux. Autant que des ptits cons arrogants. Et l’orthographe n’a rien à faire là-dedans. Même si c’est plus agréable de lire une phrase sans faute, être bon en orthographe ne veut pas forcément dire être bon en philosophie ou réthorique. Et faire des fautes n’a jamais empêché personne de comprendre son époque et de pouvoir émettre un avis éclairé et réfléchi. C’est comme si on disqualifiait d’office tout avis d’une personne mauvaise en maths, ça serait tout autant discriminatoire et illogique que de cataloguer d’office une personne qui a du mal avec l’orthographe.

    • Oui… et tout est dans tout ! Pierre qui roule n’amasse pas mousse… Et un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

      Mais non ! Je pense très sérieusement que l’on fait face à une génération d’imbéciles, qui sont bien plus nombreux aujourd’hui, qu’ils n’étaient il y a 20 ans.

      On a le droit d’ouvrir les yeux et de le constater (et même de l’écrire). L’histoire des civilisations est faite d’autant de phases de progression et développement, que de périodes d’effondrements et de « décadences ». Et il me semble que c’est exactement ce à quoi nous assistons, dans presque tous les domaines… On peut cependant espérer limiter les dégâts.

      Quant à l’effondrement du niveau de math en France (indiscutable depuis 10 ans) et le nombre de plus en plus faible des élèves qui se tournent vers les disciplines scientifiques : ce sont juste des « révélateurs » de notre décadence éducative. Mais cela ne veut pas dire que les gens qui font des études littéraires ou d’histoire, « valent » moins que ceux qui font des études de math, ou de médecine.

      C’est juste un indicateur… Parmi des centaines d’autres. On est assailli au quotidien par tout ce qui part en vrille. Même si l’on préférerait ne voir que les bonnes nouvelles…

      • Je ne crois pas en toutes ces théories du grand remplacement, effondrement, chamboulement etc … Tout cela, c’est juste une manifestation d’incapacité à comprendre le monde qui change.

          • c’est exactement à quoi je fais référence. L’empire romain a périclité, mais les romains sont toujours là. Les chinois sont encore là aussi. Les mongoles aussi d’ailleurs. Le monde évolue, et ce n’est pas forcément en mal, c’est le cycle de la vie, de la mort, bref, c’est juste le monde qui change.

            • Ah non désolé : les romains n’étaient plus là… Justement ! Ils ont été remplacés par d’autres peuples, qui se sont mélangés avec eux. Au passage, les oeuvres et les sciences et la plupart des savoir-faire Romains ont été perdus. Seule une minuscule partie de la culture Romaine a été préservée, ou retrouvé.

              La chute de l’Empire Romain a été une tragédie pour l’humanité et le progrès. Elle a été suivie d’une période de barbarie, de massacres et de misère interminable. Cela a pris de siècles avant de retrouver la prospérité de l’Empire Romain et le raffinement de cette culture…

              Et c’est comme ça à chaque période de décadence. Il y a toujours des perdants et des gagnants. L’histoire est tragique et cruelle… En Chine, c’est la même histoire, tout aussi riche et complexe qu’en Occident. C’est comme ça…

              Mais il me semble « curieux » de se satisfaire d’entrer dans une période de décadence… Même si c’est probablement inéluctable, je ne vois pas comment s’en féliciter.

              • Quelle curieuse analogie entre la chute de l’Empire Romain et la chute du niveau de l’orthographe chez nos jeunes.

                Quelle curieuse façon de résumer l’histoire à « après les romains, c’était le chaos ». Comme si pendant le règne de l’empire romain tout était rose, volupté et raffinement. Comme s’ils n’y avaient pas eu de massacres et de misère pendant tout cette période (oui mais au moins les romains ils faisaient des orgies comme personne !). Comme si après les romains la culture s’étaient effondrée, comme si rien ne s’était passé depuis … Et d’ailleurs, depuis quand avons-nous retrouver la prospérité et le raffinement de l’empire Romain ?

                Il y a ce fantasme constant chez beaucoup du « c’était mieux avant » qui est très dangereux. Car ce ressentiment ne permet pas d’avancer en acceptant les évolutions du monde. Plus que de savoir quel camp est gagnant ou perdant, il s’agit de savoir si l’humanité toute entière en sort grandie, si l’équilibre est préservé. Cet équilibre est aujourd’hui précaire, mais je m’inquiéterai plus volontiers du saccage de l’environnement ou de l’accroissement exponentiel de la pauvreté que je considère comme des facteurs plus critiques que la baisse du niveau de l’orthographe pour en juger.

                • Le constat du « c’était mieux avant » n’est ni dangereux, ni salvateur… C’est un constat c’est tout. Et certainement pas un fantasme : il y a des tas d’études qui démontrent que les Français sont très conscients de ce constat. Car indéniablement : oui, « c’était mieux avant » ! Moi, tout en étant fan de technologie et tourné vers l’avenir : je n’hésite pas à le répéter…

                  Si vous n’avez toujours pas compris que nous sommes en plein déclin, au moment ou d’autres (en Asie notamment) sont en pleine expansion : ce n’est pas bien grave, Toutefois ça dénote un certain aveuglement peut-être (ou une position idéologique qui refuse de voir la réalité : c’est ça le biais des positions idéologiques) !

                  De toutes façons, qu’on le comprenne ou pas : ça ne change rien su tout ;-) Si la France s’effondre dans les classements du niveau scolaire mondial, c’est un fait (parmi de tas d’autres)… Réjouissons-nous !

                  Oui, le progrès de toute l’humanité : ça j’y crois, comme vous… Et il me semble indéniable. Mais je trouve dommage que notre contribution (à « nous » Français) à ce progrès : finisse progressivement par se réduire à une portion négligeable…

                  Si vous pensez que les nations n’existent pas et qu’il n’existe que des « êtres humains » tous tournés dans le même élan vers un futur commun et glorieux , si c’est votre philosophie : je n’y vois pas de problème… C’est un point de vue très idéaliste et même très naïf, il me semble. Mais chacun son idée !

                  Mais cela nous emmène un peu trop loin du Micro 4/3…

                  • C’est votre constat et le constat de millions d’autres personnes, à travers les âges. Il y a toujours eu des gens qui ont eu peur. C’est un sentiment normal mais il est fort dommage d’être uniquement guidé par ce sentiment négatif qui ne fait pas avancer les choses. Depuis le début de l’humanité, il y a eu des gens qui pensaient comme vous. Pour autant, ce n’est pas pour autant qu’ils ont eu raison.

                    Vous dites : « Si la France s’effondre dans les classements du niveau scolaire mondial, c’est un fait (parmi de tas d’autres)… Réjouissons-nous ! ». Et pourquoi pas ne pas regarder ce que fait la France de bien maintenant ? Peut-être que les compétences se sont déplacées ? Peut-être d’ailleurs même les paramètres du classement ne reflètent pas la réalité de l’époque et la prise en compte des nouveaux défis ? Qui a fait cette étude, ce classement ? A ce jour, les plus grands classements d’université mondiaux sont réalisés par des organismes américains et chinois (la référence provient de ShanghaiRanking Consultancy). Je trouve qu’il est biaisé de baser des conclusions en ce qui concerne notre pays sur ce genre de classement qui provient de culture tellement différente.

                    Après, il reste le sentiment. Le sentiment que tout part à l’eau, que tout part en vrille. Comme je vous le disais, ça a toujours été le cas, même avant, que la génération précédente ne comprenne pas le monde qui évolue en prenant les références qu’il connait pour faire sa propre conclusion. Mais les références évoluent, et il est fort à parier qu’une partie de notre prochaine génération de jeune aie aussi ce même sentiment en se basant sur la détérioration d’autres critères référence.

                    • Ouvrir les yeux et prendre conscience de la vérité et de la réalité du « déclin » en cours : c’est avoir du courage, au contraire…

                      Et peut-être une petite chance d’améliorer la situation ! Ou de ralentir la chute…

                      Désolé : mais nier le déclin du niveau scolaire (et de tout le reste) : c’est absolument irresponsable… Et inexplicable, tant les choses crèvent les yeux (je viens de voir ce lundi encore des suites de l’affaire Mila. Un sujet voisin très représentatif du déclin) !

                      Tous les classements internationaux le démontrent : alors oui, ce sont des organismes Chinois et Américains, qui (justement) sont indépendants…

                      Et justement, depuis qu’ils existent, ils permettent de prendre conscience de la réalité (cruelle) du niveau scolaire en France.

                      Alors que beaucoup d’enseignants chez nous préfèreraient que l’on ne sache rien de cet effondrement (pour des raisons idéologiques. la gauche en général est totalement dans le déni et dans une folie suicidaire… )

                      Bref en résumé : nous ne seront pas d’accord (sur rien du tout) et je pense que vous vous trompez profondément sur tout ça ! Mais rien n’oblige tout le monde à être d’accord avec tout le mode…

                      Et merci en tous cas pour avoir eu un débat apaisé à ce sujet ! Ce qui est déjà le signe de civilisation (et que tout n’est pas foutu).

                      Mais je crains que dans quelques années un tel débat apaisé : ne sera plus possible (un signe de plus de décadence).

                    • Et je tombe par hasard sur cet article intéressant qui apporte des éléments complémentaires à notre débat. La décadence éducative ne touche pas les populations de façon équivalente.

                      Il y a des causes culturelles profondes qui expliquent l’échec, ou la réussite. Et pour le moment, il fait bien admettre que nous sommes plutôt sur la mauvaise pente.

  19. Aujourd’hui, quand un nouveau matériel est annoncé ou qu’il sort, il est d’abord « testé » par des pros liés à la marque par contrat et par des influenceurs qui ne savent souvent pas de quoi ils parlent. Leur succès tient davantage au nombre de pouces ou de like collectés qu’à la pertinence de leur propos et à leur objectivité.

    Si ces testeurs n’étaient pas rémunérés de façon directe ou indirecte, il y aurait peut être moins de jalousie et de « haine » en ligne sur les sites photo. Peut être.
    La sortie du Z9 est un exemple probant. Les primo testeurs ont tous fait du publi-reportage.

    Les sujets sensibles comme le banding ou la tenue de la batterie n’ont pas été abordés, par exemple. 2 mois après sa sortie, certains pros qui l’utilisent au quotidien montrent leurs photos et les limites d’un boitier bourré de qualités mais pas sans défauts.

    La marque jaune peut avoir le sourire, le carnet de commande est déjà plus que plein, l’opération marketing est un succès. Les autres marques procèdent d’ailleurs de la même façon, en passant. Le jour où le net redeviendra un espace d’information sans publicité et sans cookies, peut être que les choses changeront. Aujourd’hui, la plupart des sites « photo » sont des espaces publicitaires plus ou moins bien déguisés.

    Ils font l’objet de luttes de pouvoir et tous les coups sont permis pour rester en tête des ventes. Entre l’odeur de l’argent et la course à l’ego, le net est devenu une poubelle à ciel ouvert. La photo est trop souvent devenue une affaire de pouces et de like où s’agrémente le ressentiment et la frustration ainsi que des millions d’images médiocres. Au nom d’une pseudo liberté d’expression.

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎