web analytics

Le Sony A7 IV démode le Sony A7 III

35
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Grosse annonce aujourd’hui chez Sony qui a présenté son très attendu Sony A7 IV (site Sony)… Visiblement un très bon cru, déjà testé par Tony Northrup ici. Voilà qui va relancer le débat… 

On remarque immédiatement un AF à détection de phase fortement amélioré incluant le suivi des yeux des animaux et des oiseaux (celui du Sony A7 III semblait avoir pris un coup de vieux). On compte 759 collimateurs, sur 94 % de la surface du capteur.

Le nouveau capteur Full Frame de 33 Mpixels (7.008 x 4.672 pixels) n’est pas un « Stacked Sensor » (capteur empilé). Cette résolution est intéressante : ni trop faible, ni trop élevée… Je l’apprécie beaucoup sur mon Canon EOS R. Et l’on rêve en secret d’un canon EOS R6 MkII (un jour) doté lui aussi de 30 Mpixels également (relire Premier « test terrain » du génial Canon EOS R6).

L’ergonomie physique a été beaucoup améliorée également, elle semble largement inspirée du Sony A7S III, avec par exemple un bouton de verrouillage de la Molette de Correction d’Exposition… Mais pourquoi cette molette de Correction d’expo est-elle privé de sérigraphies indiquant la correction appliquée ? C’est un peu débile comme initiative ça…

On remarque aussi un écran « façon Canon » basculant sur le côté : ce qui est très apprécié en vidéo. De nouveaux Menus « façon Canon » en couleurs, se combinant à un écran tactile fonctionnant avec ces Menus également… (il était temps).

Et pas mal d’autres choses intéressantes, que je n’ai pas eu le temps de vérifier. Mais visiblement ce Sony A7 IV revient très fort dans dans la course (du coup, on est assez inquiet pour les Nikon Z)…

 

La cadence en rafale monte à 10 im/s, avec un Buffer confortable capable d’encaisser jusqu’à 800 photo Raw + Jpeg. Le double lecteur de carte accueille : une CFexpress Type A, ou une SD (jusqu’à UHS-II) dans le premier Slot. Et dans le second slot : une SD (jusqu’à UHS-II). 

Le boîtier est animé par un double processeur BionZ XR. Beaucoup des caractéristiques intéressantes de ce Sony A7 IV, avaient d’abord été inaugurées sur les Sony A1 et Sony A7S III… On remarque aussi l’arrivée du format .heif (plus qualitatif que les Jpeg mais plus léger que les RAW), proche de ce que l’on trouve sur certains Canon EOS R (.hif)…

On remarque la (traditionnelle chez Sony) stabilisation du capteur sur cinq axes… Pour un gain théorique de 5,5 Stops. 

Le viseur progresse nettement et devrait rivaliser avec celui de l’EOS R6 : le Sony A7 IV dispose d’un afficheur VGA de 3,68 Mpix avec une fréquence de 120 im/s. Par contre l’écran LCD 3 pouces déçoit, avec seulement 1,04 Mpix.

On peut enfin espérer une meilleure colorimétrie sur ce modèle Sony A7 IV, ce qui ne sera vraiment pas difficile… Et les changements que l’on constatera bientôt de ce côté-là, seront une sorte de preuve (ou de démonstration) que j’ai raison depuis de longues années en critiquant méchamment la colorimétrie des modèles Sony précédents ! Parfois, le marcheur ne se rend compte que ses chaussures lui font très mal : qu’au moment ou… il se déchausse.

Du coup, au moment ou vous comparerez les images de vos anciens RAW Sony, face aux RAW de ce nouveau modèle (avec probablement de meilleures couleurs) : vous serez probablement tentés d’aller jeter un coup d’oeil ici : à mes Profils Lightroom pour Sony

Le Sony A7 IV est privé de prise Synchro X. Pas de mode Pixel Shift sur ce modèle (comme chez Canon qui ne propose pas cela).

Ce qui peut étonner c’est que le Sony A7 IV oblige à un Crop de x1,5 pour filmer en 4K 50p. C’est plutôt étonnant chez Sony… Un moyen de ne pas cannibaliser des modèles plus coûteux ? Frustrant pour les ralentis : il faudra se satisfaire de 100 im/s au format 1 080p. Je ne détaillerais pas les nombreuses caractéristiques vidéo de ce modèle, intéressantes par ailleurs…

Le prix du boîtier nu sera de 2.800 €. Il sera bien évidement disponible en Kit avec un zoom 28-70 mm, pour 3.000 €.

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.
+

35 commentaires

    • J’ai lu ailleurs (LMDP.com pour ne pas les nommer) que cette molette pouvait servir a plusieurs fonctions telles que les ISO par exemple.
      Avoir 4 molettes est un vrai plus, ca permet de garder la molette assignée a un paramètre quelque soit le mode choisi, et ca laisse plus de flexibilité.
      Ca sera utile notamment a ceux qui shootent 100% manuel en y assignant les ISO.

      Personnelement, je suis tres content de pouvoir assigner la correction d’expo a la bague de l’objectif (ou RF-EF) par exemple, alors que « par défaut » elle sert a l’ouverture. Plus de flexibilité et de personnalisation est toujours positif je trouve.

  1. Hello JF,
    Oui, j’ai cru lire que la colorimétrie etait celle de du dernier A1 qui est assez proche des canon pour la teinte chair, tu le confirmes ?

  2. Concernant les 10 fps… c’est uniquement en RAW compressé (je ne sais pas ce qu’ils valent en 2021 chez Sony), sinon c’est du 6 fps.
    Même chose en mode silencieux, tjs 10 fps, avec une vitesse de lecture du capteur qui semble assez faible d’après DPreview, ce qui laisse craindre une forte tendance au roller shutting (tjs d’après eux)… Mais attendons des tests plus poussés.

    D’accord avec JF, on peut espérer que le futur R6 II ne restera pas scotché à 20 MP
    En attendant (2023/2024 ?), je pense rester chez Canon (j’ai un 6D) avec un R6, plutôt que tenter l’aventure d’un switch chez Sony…

    • Gros RS sur l’A7 4. Confirmé par Undone (qui adore le boîtier sinon).

      Le R6 reste plus adapté pour de la photo d’action. 12 fps contre 6, ça pique pour Sony.

      Mais pour le reste des styles photo, l’A7 4 est très complet, il ne lui manque pas grand chose. Et la compensation de breathing en vidéo est une super idée.

      • Oui, c’est une sacrée bonne idée en effet ;-)

        Pour le reste rien de très surprenant quand même…

        Sony revient à niveau pour l’ergonomie et la prise en main.

        Mais pour les Menus, je ne crois pas qu’ils y soient encore parvenus totalement.

        En tous cas, la compétition est relancée, mais ce boitier arrive avec 1 an de retard !

        • Oh, tu sais, personne n’est à un an près. Et Sony a beaucoup d’arguments à faire valoir face à Canon (dont le parc optique, bien plus développé en natif, sauf pour les zooms pro, les optiques Sigma/Tamron, etc).

          Dont des focales fixes aussi compactes que quali. Ça me tenterait fortement, en Sony.

          Par contre, l’A7IV remet Sony dans la course au couteau-suisse sous 3000 balles, et la concurrence c’est sain.

  3. Pas mal ce nouveau Sony! Ça va attirer des gens qui voulait passer en Canon et n’ont pas accès aux objectifs du même calibre que chez Sony ( pas trop chers avec des marques tierces actives)…

  4. L’annonce du Sony A7IV est, pour moi, moins impressionnante que le Sony A7III, à cause du prix du lancement et qu’il est plus orienté vidéo.

    Toujours pas de nouvelles de Tamron (17-70mmf2.8 ou 35-150mmf2-2.8) et des nouveaux objectifs de Samyang et Sigma (28-70mmf2.8) chez Canon ?
    On juge le succès d’une monture par rapport à la variété d’objectifs et le nombre d’opticiens tiers.

    • « On juge le succès d’une monture par rapport à la variété d’objectifs et le nombre d’opticiens tiers. » -> Ah, première nouvelle.. C’est Pentax qui va etre heureux de l’apprendre (Monture K), et ne parlons meme pas de Zeiss avec son M42! Ou alors vous parlez de la monture L-Mount (Sigma, Pana, Leica entre autre) ou du m4/3?
      C’est surtout que Canon comme Nikon bloquent a fond leur monture, et font comme les imprimantes: on laisse filer le prix du hardware (imprimante, rasoirs…) pour se refaire sur les prix des « consommables » (Lames, encre, optiques…)

  5. 10fps mais en RAW compressé. Pour du RAW sans pertes, c’est 5-6 fps.

    Soit la moitié de ce que le R6 propose. L’A7 IV n’est pas aussi balaise en photo d’action pure que son concurrent le R6.

    C’est le seul point noir que je peux voir sur cet appareil photo (avec la 4K60fps cropée, mais bon si on veut filmer à fond faut prendre un A7S III et son faible rolling shutter), sur le reste c’est clairement un beau couteau suisse qui va envoyer son prédécesseur vers une retraite bien méritée. Et 33MPx, c’est un chouette sweet spot pour 95% des photographes.

    C’est chouette de voir que Sony propose des boîtiers qui se bonifient avec le temps. La concurrence n’en sera que meilleure.

  6. Le format HEIF de Sony n’est pas le format HEIC d’Apple. Les Mac ne savent pas le ire nativement (il est considéré comme un raw). Par contre, il est analogue aux fichiers HIF de Canon.
    C’est un format du même type que le HEIC (nouveau codage plus efficace de type HEVC) mais il est sur 10 bits par couleur. Il est surnommé « jpg HDR ». En terme de conservation des nuances, il est proche d’un raw.
    https://support.d-imaging.sony.co.jp/support/ilc/heif/01/en/index.html
    https://www.luzphotos.com/actu/format-heif-en-photo

    • Merci pour ces précisions ! Il est vrai que je n’ai fait que survoler la question…

      Il faudra peut-être se poser la question du coup : ces fichiers HEIF et HEIC valent-ils vraiment le coup ? Et peut-on (doit-on) envisager de passer àç un flux de travail basé dessus, de préférence aux RAW, dans le but d’alléger nos disques dur ?

      A vérifier… Il faudra entreprendre quelques tests !

      • Cela reste un codage avec pertes, même si il est plus performant.
        Il peut probablement remplacer les flux basés sur du jpg, mais probablement pas le flux de travaux plus ambitieux.

      • Le HEIC/F est très proche du JPG en terme de qualité d’image et de latitude de traitement (très faible). Il est par contre plus léger à qualité égale.

  7. « Mais visiblement ce Sony A7 IV revient très fort dans dans la course (du coup, on est assez inquiet pour les Nikon Z)… »

    Quelle course ? la course au marketing ?

    « ON » risque d’être inquiet pour les Sony et les Canon lorsque Nikon dévoilera son boitier pro mirrorless la semaine prochaine….

    • Bof. Si le Z9 est aussi bon que ce que Nikon espère, on sera surtout rassuré que Nikon revienne dans la course niveau autofocus. (Qui est — à mon sens — le gros défaut de Nikon, qui a sinon très bien réussi son virage mirrorless avec des boîtiers super agréables à l’usage, et une qualité d’image qui déboite.)

      C’est tout ce qu’on souhaite, une concurrence saine et solide. Trois acteurs c’est un bon nombre je trouve, pour ça.

      • Après le lancement de Z 9, on devrait avoir des nouveaux firmwares pour les Z 6II et Z 7II.
        Ils doivent simplifier les modes d’autofocus (vers un système plus intuitif basé sur le système de menus d’autofocus du Z 9, à découvrir) et être plus performants.
        A voir ce que cela changera dans la réalité… pour le moment il ne faut pas voler la vedette au Z 9.

      • Même si il ne sera pas mien, je suis content de constater que Nikon n’ait pas adopté pour son boitier pro (Z9) cette saloperie d’écran sur rotule, mais pour moi la meilleure option: l’écran à bascule selon deux axes (idem que chez Fuji). Ce genre de choix industriel dans l’intérêt du photographe prouve que Nikon ne sacrifie pas l’innovation et le développement au marketing amateur pas cher.

        • Ah voilà un avis que je partage d’autant plus joyeusement qu’il est beaucoup trop rare !

          Les écrans tiltables type Z6-Z7 sont élégants et discrets, une visée dans l’axe, parfaitement fonctionnels aussi en vidéo, mais ne permettent pas une utilisation sérieuse en mode vertical. Les écrans articulés (R6, A7iv et plein d’autres) facilitent grandement le cadrage vertical mais sont pénibles à mettre en place rapidement, gênent les connexions, ne sont pas discrets, déportent le regard.
          Les « double-tiltables » sont presque parfaits en terme de compromis (Fuji XT jusqu’au XT-4… Fuji GFX, Nikon Z9).

          Je vois souvent des avis en faveur des écrans articulés qui invoquent le vlogging… C’est une des nuisances de pas mal d’influenceurs Youtube qui prennent leurs cas pour une généralité : sur 100 photographes combien font des selfies ?… 1, 2 ?

  8. J’ai moi même comparé l’aF du z7 II au canon R5. Pas de différence en terme de précisIon, mais ça, c’est le minimum, donc je ne le retiendrai pas comme une qualité puisque c’est le béaba. C’est en terme de reconnaissance, de suivi de l’af en mode continu et de couverture du champ que Nikon est en retard sur Canon. En portrait ou en paysage ou photo de rue, ou de mariage, ça ne se voit pas trop, mais en photo animalière et en sport, si vous comptez sur l’autoficus du Z, vous allez rater beaucoup de photos. Donc effectivement il faut espérer que le Z9 comble le retard.

    • Avant de faire des généralités, il faudrait préciser les choses. Suivant les optiques, ça change bcq le suivi AF sans parler de la stab enclenchée ou non. Je travaille avec un Z6 II tous les jours et 24-70 Z, 70-200 V3 et 300/2.8 dernière version. Ca suit sauf sur des sujets peu contrastés et du gros contrejour (un spot en pleine face par exemple). Alors oui j’ai plus de déchets qu’avec mon D5 mais il est silencieux et c’est un gros plus. Le gros défaut des mirrorless est double aussi bien chez Canon et Nikon. La batterie ne tient pas plus de 4h si on transmets et retouche dessus. Le banding est présent sur certains éclairages artificiels (néons, les) qq soit la marque et les promoteurs des nouveaux boitiers n’en parlent jamais. C’est curieux….
      Quant au suivi 3D, oeil, voiture, vélo et j’en passe c’est du gadget marketing. Quand on sait faire de la photo, on a franchement pas besoin de ce genre de truc qui plantera forcément à un moment donné. L’IA est à la mode…
      Quant au Z9, il est costaud sur le papier mais les videos promo de Nikon et de youtubeurs qui ne connaissent rien ne montrent pas grand chose et surtout pas la réalité du terrain (tenue de la batterie suivant la météo, facilité de transmission, montée en iso, navigation menus, pilotage flash, banding…).

  9. Ben…. j’ai un Z7 II que j’ai utilisé avec la bague sur un 500 f/4 FL ou un 120-300 2,8. Le suivi Af est moins efficace que sur le R5 muni d’un bague et d’un 200-400 et je trouve moins fiable que sur le D5.
    Tout à fait d’accord que quand on sait faire fonctionner l’af d’un D5, on rate pas beaucoup d’images, même sur des sujets aux mouvements inattendus ou qui changent rapidement de place, mais sincèrement, le suivi de l’œil est un vrai confort, un petit plus qui fait que l’on peut mieux se concentrer sur la composition. En plus l’af se fait sur toute la plage. Par exemple quand on prend un flamant en cadrage vertical à pleine ouverture, on reste au point même quand l’œil vient près du bord du cadre. Pas que du marketing, un vrai plus à mon avis.

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎