web analytics

23.000 photos de la collection Albert-Kahn accessibles

11
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Les collections d’Autochromes d’Albert Kahn sont désormais accessibles en ligne ici : collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr. Les « Archives de la Planète » : la plus grande collection de photos couleurs sur plaque de verre du début du XXe siècle…

C’est en 1909 que le millionnaire et philanthrope Albert Kahn se lance dans ce projet : créer des archives photographiques en couleur de tous les peuples de la planète. Il envisage d’utiliser le tout nouveau procédé de l’Autochrome, seul moyen, à l’époque, de prendre en photos en couleurs réelles. Et baptise son entreprise : « Archives de la Planète ». Des équipes de photographes, dont il finance les missions sur ses deniers, parcourent la planète pour fixer les images d’un monde qui ne va pas tarder à disparaître.

« Albert Kahn avait le sentiment d’être à un tournant et sa vocation était vraiment de consigner la réalité du monde à cette époque et agir sur cette époque. » Dix ans de travail ont été nécessaires pour numériser et documenter ces archives de la Planète. On s’y promène par thème ou par géolocalisation et d’ici la fin de l’année la totalité des 70.000 autochromes du fond Albert Kahn devraient être en ligne. 

0000_SCREEN_JFV 1 198

La carte permet d’explorer les collections par pays… Par exemple (au hasard) : le Japon ici… Bon, relative déception : on découvre que les fichiers ne sont téléchargeables que en seulement 800 pixels de large ! Ce sont de vignettes en fait…

Relire aussi : Livre, Albert Kahn : le monde en couleurs 1908-1931.

Groupe d'enfants de la campagne, Matsumoto, Japon, août 1926, (Autochrome, 12 x 9 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 56 173 XS

Groupe d’enfants de la campagne, Matsumoto, Japon, août 1926, (Autochrome, 12 x 9 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 56 173 XS

Théâtre Nô, personnages de la pièce «Ema» , Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 56 509 S

Théâtre Nô, personnages de la pièce «Ema» , Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 56 509 S

Résidence de la famille Asaka : femmes de la suite de la princesse Asaka (Nobuko), Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 68 651 XS

Résidence de la famille Asaka : femmes de la suite de la princesse Asaka (Nobuko), Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 68 651 XS

Résidence de la famille Kitashirakawa (intérieur), la princesse Kitashirakawa (Fusako), ses trois filles (prénommées Mineko, Sawako et Taeko) et leur cousine, la princesse Takeda Ayako, Takanawa, quartier de Minami, arrondissement de Shiba, Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 70 812 XS

Résidence de la famille Kitashirakawa (intérieur), la princesse Kitashirakawa (Fusako), ses trois filles (prénommées Mineko, Sawako et Taeko) et leur cousine, la princesse Takeda Ayako, Takanawa, quartier de Minami, arrondissement de Shiba, Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 70 812 XS

Geisha et maïko, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 12 x 9 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 71 005 XS

Geisha et maïko, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 12 x 9 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 71 005 XS

Le temple Rokuonji : le Temple du pavillon d'or (Kinkaku-ji), Kyôto, Japon, avril 1926, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 55 102 XS

Le temple Rokuonji : le Temple du pavillon d’or (Kinkaku-ji), Kyôto, Japon, avril 1926, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 55 102 XS

Le Mont Fuji (Fuji-san) se reflétant dans le lac Shôji (Shôji-ko), Environs du village de Shôji, Japon, hiver 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 56 832 X

Le Mont Fuji (Fuji-san) se reflétant dans le lac Shôji (Shôji-ko), Environs du village de Shôji, Japon, hiver 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 56 832 X

Sanctuaire Anamori Inari (?) : entrée du sanctuaire, Ôta-ku, Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 70 934 X

Sanctuaire Anamori Inari (?) : entrée du sanctuaire, Ôta-ku, Tôkyô, Japon, 1926-1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Roger Dumas, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 70 934 X

Portrait du chef Justin Aho entouré de ses femmes, Abomey, Dahomey (actuel Bénin), Afrique, 8 mars 1930, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Frédéric Gadmer, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 63 638 S

Portrait du chef Justin Aho entouré de ses femmes, Abomey, Dahomey (actuel Bénin), Afrique, 8 mars 1930, (Autochrome, 9 x 12 cm), Frédéric Gadmer, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 63 638 S

Groupes de femmes, Meknès, Maroc, 3 juillet 1926, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Georges Chevalier, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 49 931 S

Groupes de femmes, Meknès, Maroc, 3 juillet 1926, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Georges Chevalier, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 49 931 S

Gendarmes druzes, Suweida, Syrie, 13 octobre 1921, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Frédéric Gadmer, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 29 530 S

Gendarmes druzes, Suweida, Syrie, 13 octobre 1921, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Frédéric Gadmer, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 29 530 S

Le vieux pont de Mostar, Mostar, Bosnie-Herzégovine, 19 octobre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm),  Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 1 558

Le vieux pont de Mostar, Mostar, Bosnie-Herzégovine, 19 octobre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm),
Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 1 558

Femmes égrenant du maïs , Bibolje, Serbie, 29 avril 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 1 822

Femmes égrenant du maïs , Bibolje, Serbie, 29 avril 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 1 822

Camp de ravitaillement serbe à la sortie de la ville, Uskub ou Skopje, Macédoine, mai 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 1 856

Camp de ravitaillement serbe à la sortie de la ville, Uskub ou Skopje, Macédoine, mai 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 1 856

Chez le riche Serbe, trois filles de Smilevo et la petite fille de la maison en costume plutôt citadin, Monastir (actuelle Bitola), Macédoine, mai 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 2 059

Chez le riche Serbe, trois filles de Smilevo et la petite fille de la maison en costume plutôt citadin, Monastir (actuelle Bitola), Macédoine, mai 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 2 059

Le sanctuaire de Fatima Masoumeh, Qom, Perse, 28 juillet 1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Frédéric Gadmer, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 52 889 S

Le sanctuaire de Fatima Masoumeh, Qom, Perse, 28 juillet 1927, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Frédéric Gadmer, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 52 889 S

Un cavalier près d'un cours d'eau, Aux environs d'Ourga, Mongolie, 17 juillet 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),  Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 70 092 XS

Un cavalier près d’un cours d’eau, Aux environs d’Ourga, Mongolie, 17 juillet 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 70 092 XS

Relire aussi : Livre, Albert Kahn : le monde en couleurs 1908-1931.

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

11 commentaires

  1. merci pour ce lien. ça change des sempiternelles annonces consuméristes (achètes, achètes !)

    Intéressant de songer que toutes ces civilisations ont aujourd’hui disparues… en seulement 1 siècle !

    Alors qu’avant elles des milliers d’autres ont prospéré plusieurs siècles.

    Le système capitaliste est impitoyable et détruit tout (ressources, mais aussi cultures, langues et modes de vie), pour un profit maximal et aveugle qui ne profite qu’à une minorité.

    Les 2 guerres mondiales n’en sont que les manifestations les plus visibles, les révolutions industrielles et l’exode rural ont vidé les peuples de leur substance, de leur conscience du monde dans lequel ils vivaient en harmonie. Avec nos ordinateurs, nous sommes devenus des zombies décérébrés, insensibles et indifférents à ce qui se passe autour de nous.

    La différence aujourd’hui est que nous savons pourquoi nous allons disparaître, mais nous sommes impuissants à nous remettre en question radicalement pour changer le cours des choses. Et pourtant, nous y serons obligés si on veut survivre.

    L’autre question que pose ces autochromes est la pérennité de nos propres images, quelle valeur ont-elles et qu’en restera-t-il dans 5 ou 10 ans ? rien, évaporées.

    Mais là aussi on s’en fout non ?

    • Disparues ? Non pas toutes…

      La civilisation ancestrale Japonaise par exemple est toujours bien vivante et leurs traditions culturelles très ancrées.

      Certes chez nous c’est moins reluisant : « tout fout le camps », c’est vrai que notre civilisation ‘Française » (riche de tant d’influences au cours des siècle) est malheureusement en train de se dissoudre dans la mondialisation, une grande « fusion », une grande soupe ou tout se mélange (alors que auparavant tout apport extérieur nous enrichissait)…

      Et bien entendu des tas de traditions, de langues, de tribus et même de petite nations sont définitivement mortes, détruites et oubliées…

      Le progrès implique aussi des « destructions ». Mais les « destructions » de la mondialisation sont pour le moins massives… Le progrès est également « massif » (Internet par exemple), mais pas sur tous les plans malheureusement.

  2. Oui heureusement il y a quelques exceptions comme la société traditionnelle japonaise; puisse le prochain empereur contribuer à la préserver encore quelques années…

     

    Le livre « Effrondrement » de Jared Diamond décrit bien comment les civilisations disparaissent :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Effondrement._Comment_les_sociétés_décident_de_leur_disparition_ou_de_leur_survie

    (les désastres écologiques ne sont qu’une partie du problème)

     

    Quant à la sacro-sainte doctrine du Progrès, ses effets sont tout relatifs… rien qu’à observer comment internet a bouleversé les rapports sociaux en seulement 10 ans, il y a de quoi rester dubitatif.

  3. Un grand merci pour cette info !! La collection Albert Khan est exceptionnelle ; pouvoir consulter en ligne ces images – même sous forme de vignettes – c’est déjà formidable. Hop, un grand bol d’air frais culturel.

    J’apprécie beaucoup ces petites « surprises » que vous nous faites partager de temps en temps…

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.