web analytics

Coups de pieds pour tous, photographier n’est jamais neutre

41
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Voilà des images difficiles à regarder… On se met à la place des photographes et caméramens, qui se sont fait aggresser dimanche en marge de la manif pour tous, alors qu’ils ne faisaient – en principe – que leur métier.

Ces images sont même relayées par des sites photo étrangers (lire Petapixels : Photographers Attacked During Riots in Paris)… On rêve : « Riots », comparé aux évènements du PSG ! Déjà que certains touristes n’osent plus venir en France pour des raisons de sécurité, voilà qui ne va pas améliorer notre image de marque.

0000_screen_ 2013-05-28 à 00.39.43 copie

Mais, appuyons sur « pause » et interrogeons-nous cinq minutes. Est-ce finalement, si incompréhensible que des photographes et des caméramens se fassent agresser par des casseurs, en fin de manif ?

Reprenons du début : photographier n’est jamais neutre, c’est toujours donner « un point de vue » sur les choses… Un « point de vue » qui n’est pas neutre. Qui par nature, ne peut être neutre car photographier c’est choisir de montrer une fraction de la réalité. Jamais la réalité elle-même. C’est chose impossible…

Selon l’objectif que vous utilisez, ou plus simplement selon le cadrage que vous réalisez, une scène pourra dire une chose, ou son contraire. Vous pourrez glorifier votre sujet, ou le ridiculiser… Un photographe peut facilement donner d’un évènement, l’interprétation qu’il souhaite… Il possède de fait, un immense pouvoir.

Par exemple, photographiez une manif de loin pleine de couleurs et en légère plongée au télé. Vous donnerez facilement l’impression qu’il y a un million de personnes (selon les organisateurs) !


0000_screen_ 2013-05-27 à 22.23.13 copie

Mais photographiez la fin de ce cortège, d’un coin de rue au grand angle en fin de manif, sous une lumière terne… et vous donnerez l’impression qu’il ne s’agit que de quelques centaines de personnes, vétues de noir et pas très sympa. Et encore, on ne parle ici ni de retouches, ni de photoshoperies…

Mettez en avant ou montrez en boucle des images de casseurs en fin de manif et vous donnerez une certaine idée de cet évènement. Une image partielle, qui pourra éventuellement être très éloignée de la réalité globale vécue par les manifestants et organisateurs… La presse dispose ainsi du pouvoir de totalement transformer le ressenti, qu’aura le public d’un mouvement. La presse peut « retourner l’opinion ».

 

Je ne parle pas seulement ici de ce qui s’est passé dimanche, je n’y était pas… Mais connaissant bien les techniques journalistiques (de prise de vue et au delà), j’évite toujours de me faire une idée définitive d’un évènement, avant d’avoir analysé plusieurs sources contradictoires qui le relatent…

Comme on dit : il faut « recouper plusieurs fois l’information ». Et autant que possible en incluant des médias étrangers, car ils apportent souvent une analyse plus froide et plus objective des sujets exagonaux, sur lesquels nous manquons de recule…

Par conviction, ou par simple goût du sensationnel (ce qui est plus grave), il est probable que les médias Français n’aient pas été idéalement objectifs, dans leur couverture des différentes Manifs pour tous… C’est mon ressenti.

Cette couverture « partisane », explique donc ce que l’on voit sur cette vidéo, me semble-t-il… L’hostilités des manifestants à l’égard de tout ce qui porte micro, camera et objectifs, peut se comprendre facilement. Mais la brutalité des casseurs, en aucuns cas ne peut être excusée pour autant.

De leur point de vue, la presse est considérée comme complice et alliée objective du camps adverse… A tord ou à raison ? A raison je suppose… Les médias en étaient d’ailleurs pleinement conscients et avaient pris certaines précaution, anticipant l’hostilité des manifestants.

Ces manifestants sont convaincus que le but des médias couvrant leur défilé, est de décrédibiliser systématiquement leurs convictions. A tord vraiment ? Et de les assimiler autant que possible, à des homophobes, ou des ringards, ce qu’il ne sont pas dans leur immense majorité… Voir à des casseurs.

Pour ces manifestants là, (mais pas que pour ceux-là d’ailleurs), les medias ont depuis longtemps abandonné leur rôle d’observateurs neutres… Ils sont devenus donc des agents actifs d’un combat idéologique, donc des cibles potentielles.

Allez d’ailleurs faire un reportage dans certaines banlieues et vous comprendrez qu’un photographe de presse est assimilé à un représentant d’une classe sociale adverse ! Un représentant du camp d’en face, exactement comme un flic, un médecin du SAMU, un postier, ou un pompier…

Il est vrai, que à quelques exceptions près (le Figaro qui s’en tient à une prudente neutralité), la presse n’a pas été neutre sur l’affaire du mariage gay. Elle a pris le parti des pro mariages, tournant souvent en dérision les anti mariages.

Attitude révoltante du point de vue d’une partie des Français, assimilés à cette « France moisie », cette France « provinciale » dans le mauvais sens du terme. Ou cette France « catho », moquée au cinéma dans « La vie est un long fleuve tranquille », qui nous avait tous fait mourir de rire…

Finalement ces images malheureuses, ne sont guères surprenantes, si l’on comprend tout ce contexte… Pour la France d’en bas, tout ce qui vient de la « France d’en haut » (que ce soit dans la presse, en politique, jusqu’à la palme d’or de Cannes ce dimanche), semble être ligué contre elle, pour lui imposer sa « pensée unique ».

Pour autant, je ne veux pas dire qu’il faudrait s’abstenir de prendre parti lorsque l’on est journaliste… Qui pourrait d’ailleurs imaginer que le travail d’un photographe de presse, ou d’un journaliste, puisse être neutre ? Ce n’est pas le but… On ne fait pas ce métier sans quelques convictions à la base. Sans être un peu engagé, d’un côté ou de l’autre. *

Tout ce que je veux dire, c’est que le traitement qu’a réservé la presse à cette France des « anti », ne m’a pas semblé équitable ces derniers mois. Et qu’il ne faut donc pas s’étonner, de ce que l’on voit sur cette vidéo…

On s’est acharné à dresser deux France, l’une contre l’autre, je ne sais pourquoi… Pour faire oublier l’actualité économique désastreuse et l’absence d’initiatives concrètes peut-être ? Histoire de tenir au moins une petite promesse ? Ou par goût de la revanche, par idéologie gratuite, par désire d’humiler l’autre : le ringard, le provincial et le catho ? Sur un sujet totalement secondaire d’ailleurs, qui ne méritait qu’une petite loi visant à établir un contrat civile équitable… Voilà le résultat de ce « changement de civilisiation » ! Et ce n’est probablement qu’un début…

* En effet, selon certains sondages et selon le « ressenti » de l’homme de la rue : une grande majorité des journalistes sont « de gauche »… 74 % des journalistes votent à gauche ! – Revue Médias… Et la plupart des photographes de presse que je connais personnellement, affirment être « de gauche ». C’est tout à fait leur droit, mais il faut alors comprendre la réaction de ceux qui dans le pays ne le sont pas. 

0000_screen_ 2013-05-27 à 22.12.01N

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

41 commentaires

  1. Le sondage veut pas dire grand chose selon moi, quel profil de journaliste ont étaient sondés? celui qui écrit dans un petit journal local? ceux qui bossent dans les grands groupes?… un Film a voir sur les journalistes « les nouveaux chiens de garde »

  2. Oui, enfin, c’est pas bien difficile il suffit d’ouvrir les yeux… et les oreilles !
    Par exemple de regarder 28 min sur Arte, pour avoir chaque jour sa petite dose d’idéologie bobo-gaucho ;-)
    Plateau exclusivement composés de gens d’accords entre eux, cette émission est caricaturale de ce qu’on entend sur certains plateaux de télé. Jamais le moindre contradicteur…
    Au moins sur le plateau de Frédéric Tadei, c’est un peu plus équitable.

  3. On ne lit pas ce genre de choses tous les jours… et c’est bien dommage, car c’est la stricte vérité.
    La presse n’est pas là pour nous informer, mais pour faire la promotion d’une idéologie bien pensante, qui sert les intérêts du marché et du capitalisme
    Jours après jours, éditions après éditions…
    La gauche libertaire et la presse, sont les premiers serviteurs du libéralisme, sans foi ni lois.

  4. Mariage gay, consomation, individualisme exacerbé, effacement des valeurs ancestrales et de la famille : même combat… On pourra bientôt s’acheter des enfants ! La presse s’en fera l’écho avec enthousisame vous verrez.

  5. Oui, enfin ! l’analyse est bonne, je suis d’accord, mais ce qui me frappe quand même Beaucoup, c’est le nombre de Photographes qui sont derrière leur boitiers et qui ne font rien pour aider leur « collégues » bien au contraire, ça shoot a tout va pour avoir « l’image »….a quel prix « l’Image » ?, au vu du nombre de photographes présent sur cette scene ( video ) si tous avaient chargés en même temps que les agrésseurs je ne pense pas que certains photographe auraient reçu autant de coups ! et je dis bien sur cette « scene », il doit donc y en avoir beaucoup plus autour !
    Bel esprit !! pffff…

  6. « La gauche libertaire et la presse, sont les premiers serviteurs du libéralisme, sans foi ni lois. »
    Hum parfois quand je lis le mot libéralisme j’ai envie de prendre un savon et de laver la bouche du mec qui l’a employé à tord.
    Votre phrase, en plus d’être mal ponctuée, est ridicule. Avez vous vraiment l’impression qu’une « gauche » (socialiste, communiste, etc..), libertaire (cad contre l’expansion des libertés, donc antagoniste à libéral étymologiquement) puissent servir la doctrine doublement opposée à leurs idées ?
    Je pense donc marco que vous utilisez des mots qui vous dépassent dans l’unique but de tapiner large pour un parti politique dont la seule évocation en 2 lettres me fout la gerbe.

  7. Si comme vous l’indiquez, et je partage cette affirmation, »Une Photo n’est jamais neutre puisqu’elle donne un point de vue sur les choses » on peut dire que selon les standards graphiques de la photo enseigné dans les écoles ,y compris L’école nationale, et les concours plus ou moins thématiques on formate une manipulation de l’opinion ,voire on essaie d’imposer par médias interposés,une forme de pensée unique.
    L’instrumentalisation de l’opinion est elle au cœur de la médiatisation?
    A propos c’est quoi un journaliste de gauche et c’est quoi un journaliste de droite ?

  8. Bonjour,
    Votre article porte une analyse qui me semble remettre en question le travail de journaliste et son honnêteté intellectuelle.
    Vous annoncez qu’il faut croiser les sources d’information un fait afin d’avoir une vue purement objective d’un sujet. Parfait, je suis entièrement en phase avec votre opinion.
    Mais, vous croyez que les partisants d’une manif, ceux qui ont fait l’effort et qui ont pris le temps de venir pour hurler leur mécontentement dans la rue, ont fait cette démarche intellectuelle calme et sereine ?
    A vous lire, je vous propose comme solution, d’instaurer un temps de parole calculé et contrôlé par le CSA, comme aux présidentielles, pour les faits majeurs ? Ainsi, les citoyens pourraient être informés des positions de tous les camps, à égalité de temps de parole sur la télévision.
    Mais, je suis sûr que là, beaucoup crieraient à l’absence de liberté, à un contrôle autoritaire de l’état via le CSA, non ?
    Nous, citoyens, éduqués, sommes conscients que les images peuvent dire tout et son contraire (cf arretsurimage.net).
    A charge d’internet (pro et amateur), de proposer des avis différents de la TV ‘classique’, de croiser les informations, de dialoguer et par conséquent d’élever le niveau.
    A charge des citoyens de passer plus de temps à lire et à confronter les avis, et à le donner de manière calme et sereine.
    Bien à vous,

  9. « A charge d’internet (pro et amateur), de proposer des avis différents de la TV ‘classique’, de croiser les informations, de dialoguer et par conséquent d’élever le niveau.  »
    mon cher Marc, depuis les années 50 , les moyens de communication n’ont cessé de s’améliorer, se répandre, d’aller plus vite, d’entrer dans tous les foyers, dans tous les attache-case et puis finalement, dans toutes les poches.
    Est-ce pour autant que l’Homme moderne est plus intelligent, plus sage, plus instruit, plus à l’écoute de son prochain, plus autonome, plus solidaire ?
    je n’en ai pas l’impression… mais alors pas du tout.
    Malgré tous les outils modernes de communication, malgré la généralisation de l’école (l’instruction), les avions, les trains, etc, et bien on a toujours environ la moitié des américains qui pensent que Dieu a tout créé en une petite semaine par exemple…
    Vous ne me croyez pas ? => internet….
    Tiens, d’ailleurs un papier fort à propos sur slate.fr et c’est ici =
    http://www.slate.fr/lien/73045/qi-baisse
    Pour revenir à notre propos et aux photo-journalistes, je crois que JF et moi-même pouvons un peu parler du sujet puisque nous avons été au coeur… et j’ai même coupé en deux ma carte de presse en 2006, de rage et surtout de honte…

  10. « Coups de pieds pour tous, photographier n’est jamais neutre » ou comment justifier le l’agression de journalistes…

  11. L’école nationale …de la photographie tu veux dire ? Parce qu’on est hors jeu là ! Il faut y être passé pour comprendre. Les standarts ne sont pas forcéments deux que l’on croit.

  12. Si vous avez un peu de temps, je vous recommande le billet e Maître Eolas qui décortique ces questions du mariage pour tous d’un point de vue juridique :
    http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/05/11/Du-mariage-pour-tous-%283e-partie%29-%3A-apres-la-bataille
    Quant à savoir pourquoi beaucoup de journalistes sont « de gauche »… Hè bien, ça revient à se demander pourquoi il n’y a pas plus de gens de droite qui choisissent d’être journaliste !
    Il suffit donc de voir quelles sont les spécificités du métier, ses avantages et ses inconvénients, et l’ont comprendra sans doute mieux pourquoi ont y trouvent plus de « bobo-socialos » que « cathos-fachos »…
    Cela étant, j’aurais tendance à penser qu’on trouve plus de vieux journalistes de droite dans des magazines de décoration, de voitures de sport ou de voile, et plus de jeunes journalistes encartés écolos dans les magazines dédiés aux sports et à la randonnée, aux sciences sociales ou à l’environnement…

  13. On peut comprendre mais ne pas cautionner pour autant.
    C’est peut-être idiot mais qu’en est t’il du droit à l’image dans ce contexte ?
    Si les manifestants disent, on ne veut pas être photographier et que les photographes ne leur répondent pas et continuent (du genre : j’en ai rien a faire, faut que je fasse mon beurre), on peut comprendre la réaction des manifestants sans cautionner l’utilisation de la violence (même si j’ai du mal à croire que parler tranquille fera changer d’avis les photographes…)

  14. Aucun problème de « droit à l’image » : à partir du moment où l’on s’expose clairement dans la rue (espace public), il n’y rien qui empêche quiconque de prendre des photos ou des vidéos et de les diffuser – je vois mal un manifestant invoquer une « atteinte à son image » parce qu’on le montrerait en train de rosser un photographe ou balancer une bouteille (car il s’agit bien d’eux, ici).
    On eut invoquer le « droit à l’image » quand il y a « atteinte à l’image » et quand il y a exploitation commerciale non autorisée de l’image d’une personne. Dans le cadre des médias d’information, cette notion d’exploitation commerciale ne s’applique pas, il me semble.
    Les manifestants ne veulent pas d’une loi qui est déjà votée (ont-ils bien compris le principe du jeu démocratique?) et en plus, il ne veulent pas être photographiés ni filmés?
    Ils voudraient pas aussi qu’on leur paie la baby-sitter et le taxi pour rentrer après la manif’ ?

  15. C’est ce qu’on fait en période de campagne électorale…
    C’est la preuve qu’il est vital de le faire… et on ne le fait pas pour rien ! Seulement pour garantir la démocratie.
    Idéalement ce devrait être le cas toute l’année… Mais pour des raisons pratiques, c’est évidement impossible.
    On devrait aussi introduire davantage de proportionnelle à l’assemblée (une des rares propositions de François Hollande qui me semble vraiment intéressante… mais qui n’est pas encore tenue. ET ne le sera probablement pas).

  16. Analyse très juste !
    Nottez aussi qu’avec l’âge, pas mal de journalistes passe d’une gauche écervelé ;-) à une droite recroquevillée…
    Et des pages actu, aux pages bagnoles !

  17. Moi je trouve votre intervention envers ce lecteur un peu trop virulente et pas sympa du tout. Cela me fait penser à une « gocho bobo » qui joue la bisounourse indignée …..ce que vous n’êtes certainement pas Madame.
    Moi aussi depuis quelques temps j’ai envi de gerber à l’évocation d’un parti politique à deux lettres …on à le choix car ce n’est pas forcement le même que vous.
    Ceci dit, l’article de VIBERT est très courageux et remarquable de vérité …c’est rare dans les médias ou sur internet d’aller à contre courant de la pensée unique.

  18. Ce billet est dégueulasse.
    J’ai arrêté de vouloir poster des commentaires sur les prises de positions du maitre des lieux dans le domaine de l’économie, mes connaissances étant a priori aussi limitées que les siennes.
    Mais là, je peux pas rester sans rien dire. Non mais JF, franchement, j’ai l’impression d’entendre le café du commerce commenter un viol en radotant que la victime l’a quand même un peu cherché en s’habillant comme une pute (comprendre en mini-jupe).
    Quand je lis des trucs comme:
    « Ces manifestants sont convaincus que le but des médias couvrant leur défilé, est de décrédibiliser systématiquement leurs convictions. A tord vraiment ? Et de les assimiler autant que possible, à des homophobes, ou des ringards, ce qu’il ne sont pas dans leur immense majorité… Voir à des casseurs ».
    Donc les gentils manifestants, militant pour une société saine et sûre, seraient mécontents d’être assimilés à des casseurs, et du coup se transforment… en casseurs et agresseurs de journalistes? Tout à fait crédible.
    On sait très bien qui sont ces types, des allumés qui appartiennent à des mouvements extrémistes, ouvertement racistes, homophobes, et qui comme tous les extrêmes ne peuvent que détester la presse libre. On est quand même dans un pays où la leader du FN peut affirmer sans faire réagir qu’on devrait « faire disparaître » une chaine de télé (en l’occurence Canal+).
    Bien sûr ces types représentent une infime partie des manifestants.
    Ou ça encore:
    « Attitude révoltante du point de vue d’une partie des Français, assimilés à cette « France moisie », cette France « provinciale » dans le mauvais sens du terme ».
    Et l’attitude révoltante qui consiste à traiter celui qui pense différement de « petit gaucho-bobo-parisiano-snobinard »? Parce que c’est exactement ce qui se passe dans l’autre sens, ouvre un peu les yeux. Je suis personnellement pour l’ouverture du mariage aux couples homos (je me refuse a employer le terme de « mariage pour tous », completement trompeur) et je n’ai jamais pu avoir une conversation sérieuse avec un anti: ou je me fais taxer de gauchiste de merde, bobo parisien (moi qui habite à Paris de 6 mois seulement, et qui vit sous le seuil de pauvreté…) ou je me retrouve face à des arguments du type l’homosexualité est interdite par la bible/coran/etc, c’est sale, c’est contre-nature (phrase qui fait quand même bien rire le biologiste que je suis).
    Tu sembles regretter qu’on ait dressé les Français les uns contre les autres. Je suis entièrement d’accord. Mais qui a fait ça? Les journalistes, vraiment? La gauche, qui a eu le courage (ça fait bizarre, pour une fois…) de donner les même droits à tous ses citoyens? Ou les politocards de droite, qui se sont employés à assimiler les homos à des pédophiles et des zoophiles, à prétendre que c’était la porte ouverte à la polygamie, à la GPA (alors que ça ne figue absolument pas dans le texte et que le gouvernement avait pris position contre dès avant les débats), à parler de « parent 1 » et « parent 2 » remplaçant les mots père et mère dans le code civil (ce qui est complètement faux)?
    Oui, il y a des problèmes bien plus importants, et d’ailleurs les homos aussi veulent du boulot. Mais justement, si tous les efforts doivent être tournés vers l’amélioration de la situation, pourquoi déposer plus de 5000 amendements, dont 99% sont destinés uniquement à faire de l’obstruction, et à cliver voir à pourrir le débat (cf zoophilie et inceste, plus haut). Pourquoi réclamer un référendum, alors que dans ce cas la constitution ne le permet pas?
    Pourquoi ne pas passer à autre chose? Pourquoi ne pas manifester pour l’emploi, pour la reprise économique, pour le désendettement?
    Au lieu de ça, on manifeste pour empecher certains citoyens d’avoir les mêmes droits que d’autres. Mais c’est bien sûr le camp d’en face qui est injuste, et qui fait du déni de démocratie.
    Pour finir, tu fais une grave erreur d’appréciation. Le mariage pour les couples homos n’est surement pas « un sujet secondaire qui mérite une petite loi et un contrat d’union civil », mais une avancée majeure dans la lutte contre les discriminations. C’est un sujet important, qui rétablit une injustice profonde, sans léser personne. J’ai vu des vieux homos qui avaient connus la dépenalisation de l’homosexualité (1982 en France), son retrait des listes des maladies mentales par l’OMS (1990), puis l’adoption du PACS qui pleuraient de joie, qui se sentaient fier d’être Français, et d’être reconnus comme tel.
    A tous ceux qui se sont mariés, qui ont pu exprimer leur amour de cette manière, qui ont pu inscrire dans leur mémoire ce qui a surement été un des plus beaux jour de leur vie (je suis pas marié mais on m’a raconté ;) ), vous assumez vraiment de priver quelqu’un de ça, juste en raison de son orientation sexuelle? Et si oui, vous pensez franchement ce n’est pas de la discrimination?
    Bref, JF tu as ton opinion sur le sujet, je suis tout à fait prêt à en discuter, même autour d’une petite bière, mais surement pas si c’est pour me faire traiter exactement de la même manière que celle que tu dénonces dans l’autre sens.

  19. Quand David Pujadas demandait à Xavier Mathieu (de chez conti)si il regrettait la dégradation de la sous-préfecture de Compiègne, etait-ce la aussi une réaction partisane d’un journaliste de gauche ?
    Mon cher JF Vibert qui voulez « nous réveiller », assurez vous d’abord de ne pas êtres vous même en train de dormir !
    Droite et gauche, cela fait quelques temps déja que cette notion ne subsiste que dans les cerveaux les plus ramolis, ceux la même qui croient encore à la valeur de leurs votes.
    Cela fait bien longtemps que les médias sont à L’UNIQUE service du grand capital, comme toute la classe politique de ce fichu pays.

  20. Ce qui me choque encore plus, c’est de voir des photographes continuer à photographier la scène sans porter assistance à celui qui se fait tabasser ! Nul, voir même + !

  21. @ Victor
    Ne déforme pas mes propos STP !
     » Donc les gentils manifestants, militant pour une société saine et sûre, seraient mécontents d’être assimilés à des casseurs, et du coup se transforment… en casseurs et agresseurs de journalistes ?  »
    Oui, c’est exactement ça… Sauf que je n’ai jamais écrit « gentils manifestants » ! Je dit « ces manifestants », ou « ces casseurs »… sans les juger positivement.
    Et sans présumer du fait qu’ils aient raison ou tord ! Je me contente de préciser le fait que ces manifestants là (bien au delà des casseurs), pensent tout simplement : que la presse travail objectivement pour le camps d’en face.
    C’est ce qu’il pensent eux… pas ce que je pense moi (quoique, objectivement comment nier que la presse était globalement pour le mariage gay, exception faite du Figaro)…
    Mais pour ou contre, ce n’est pas le débat d’aujourd’hui. Je me contente de parler des violences contre les photographes. Je ne veux surtout pas ouvrir le débat sur le mariage gay ici !
    Tout ce que je dis, c’est qu’il sont – très logiquement – hostiles à la presse… (eux, pas moi ! )
    Et je ne les excuse certainement pas…
    Car ce n’est effectivement pas bien de casser des journaliste en fin de manifs !
    C’est déplorable et dégueulasse. Tout ce que tu voudra… Nous sommes bien d’accord la dessus.
    Mais c’est très « explicable », si tu veux bien comprendre. Pour les casseurs : la presse est « l’ennemie » et l’instrument de communication qui permet au pouvoir de faire passer cette loi.
    Ce qui est difficilement contestable non ? La presse s’est engagé pour… Très clairement. La presse à cherché à convaincre le bienfondé de cette loi. Très clairement…

  22. Je redis les choses en moins de mots : ces photographes ont pris des coups, parceque ces casseurs là (casseurs + d’extrême droite, ce qui est doublement pas sympa), pensent que la presse est (globalement) de gauche et engagée dans un combat idéologique qui les oppose…
    Ce qui est vrai non ?
    Je n’excuse en rien, je ne légitime en rien… J’explique juste ce qu’il s’est passé !
    Une chose très simple en fait. Une grande partie de l’opinion (qui va au delà de la droite et regroupe aussi l’extrême gauche), pensent que les journalistes « bossent pour le camps d’en face »…
    D’ailleurs, est-ce vraiment si faux ?
    Sur ce cas précis : la presse (prise globalement toujours), a plutôt joué un rôle actif dans la promotion de la loi Taubira… C’est bien ce que j’ai cru ressentir.
    Donc la réaction hostile des casseurs est une conséquence facile à comprendre (mais j’insiste : ça ne s’excuse pas la violence et ne la justifie en aucuns cas bien entendu)…
    Je précise encore : que je ne prends pas parti pour les uns ou les autres… ( ! ) Mais je rappel juste qu’il s’agit d’une guerre idéologique.
    Que dans cette guerre la presse a choisi un camps… Et que dans tous confit, il y a des coups (heureusement ce n’était que quelques petits coups de pieds, rien de très grave, ça aurait pu dégénérer comme la fête du PSG, qui a été 100 fois plus violente).
    Et je suppose que ce n’est qu’un début…

  23. Youpi Victor Savio !
    Sinon je ne vois pas bien l’idée du photographe qui arrête de shooter pour rentrer dans une baston de manif sous-prétexte qu’un jeune loup n’a pas gardé ses distances ou fait marcher un peu mieux son regard périphérique…
    Je crois voir sur la vidéo « un gentil manifestant sûrement pas homophobe oh non » qui fait un peu le service d’ordre en bousculant gentiment l’abruti sur la fin. C’est bien c’est son son rôle, celui du photographe c’est de photographier, même quand c’est moche. Non?

  24. Il me semble que la presse et les médias étaient « pro-mariage gay » dans le sens où ils s’étonnaient surtout qu’il y ait une telle opposition idéologique à quelque chose qui finalement ne retire rien à personne et permet simplement à une frange de la population de vivre un peu plus facilement. Il suffit de voir que ce type de loi est passée comme une lettre à la poste dans d’autres pays européens de culture assez proche pour comprendre la stupéfaction de certains face au raz-de-marée protestataire qu’à déclenché cette loi.
    Ma conclusion, c’est qu’une partie de la droite dure était désemparée par son basculement dans l’opposition et par le fiasco de la primaire UMP. Elle a tenté de rebondir et de se reconstruire en se désignant un « ennemi commun » : cette loi « pro-gay » promulguée par une « ministre noire » (n’ayons pas peur des mots).
    Le parti-pris pro-mariage gay de la presse et des médias « de gôche » (comme on aime à dire) n’étant à mon sens qu’une réaction (salutaire) qui visait à contrebalancer le déferlement de protestations et de manifestations orchestré par les opposants à la loi…
    Je le répète : allons voir comment ça s’est passé dans les autres pays et on constate que nulle part il n’y a eut autant de ramdam et d’opposition… Pour le coup, j’ai un peu honte pour la France, son archaïsme et son repli sur soi…
    Elles sont où, les Lumières ?

  25. Une ? Bon si vous voulez … j’oublie ce que j’ai entre les jambes..
    Gocho bobo ? haha car on est forcement « Gocho bobo » avec faute d’orthographe quand on ne supporte pas les fascistes ? Alors Joseph (mon dieu ! vous devez avoir la mémoire courte… ) sache que je ne suis pas un « Gocho bobo » mais plutôt libéral sur tout les plans, et que en effet je ne tolère pas les menteurs ultra radicaux.

  26. Jeff là je trouve que tu abuses un peu. Des casseurs s’en sont pris à des journalistes. Ok c’est un fait.
    Vouloir analyser le pourquoi du comment je trouve ca un peu capilo-tracté. Ces mecs, les casseurs sont là pour foutre la merde. Journalistes ou pas ils cassent par définition.
    Vouloir justifier les exactions de ces trous du culs par le fait que la presse a pris parti, je trouve ça limite. Ces mecs ne veulent qu’un truc : taper, ils adorent ça, ils vivent pour ça…
    Les photos permettent de les reconnaitre, d’ou l’agression des photographes. Chercher plus loin des justifications, c’est leur accorder trop de capacité intellectuelles.

  27. Si je résume c’est normal que les reporters se fasse donner des coups de pieds car ils sont de gauche ?
    J’ai du mal à saisir la motivation de cet article.

  28. Oui, enfin ce que tu dis là, c’est la propagande officielle ! Qu’on est pas obligé de gober tout cru… Comme on a gobé tout cru des tas de choses avant (Maastrich, l’Euro, etc…)
    Je ne tiens pas à ouvrir le débat sur le Mariage gay ici (surtout pas, par pitié) ! Mais dans les fait c’est peut-être un peu plus compliqué que ce point de vue très « bisounours »…
    Sur la base du raz de marée des manif, n’est-on pas obligé de faire le constat : que dans l’esprit de beaucoup de Français (de droite mais pas seulement), l’institutiion du mariage semble mise à bas ?
    Etait-ce nécessaire de provoquer tout ça, pour satisfaire la minorité d’une minorité (qui en principe s’en tape complètement du mariage) ? J’en doute, il était si simple de faire un contrat civil…
    N’y aura-t-il pas des problèmes sociaux, des dérives et des injustices entre enfants, liés à la GPA et PMA (éévidement la prochaine étape inévitable, car le cours Européenne des droits de l’homme, etc) ?
    Tout ça est donc beaucoup plus compliqué qu’on nous le raconte et les implications sont plus larges que vous le croyez sincèrement.
    On avait vraiment pas besoin de ça… vu l’état catastrophique du pays.
    Que de temps et de salive gaspillé !

  29. La motivation est juste d’expliquer que : très certainement dans l’esprit des « anti mariages », la presse semble avoir été partisane « pro mariage »… D’ou une certaine hostilité.
    C’est ce que j’ai cru comprendre !
    Et cela n’excuse pas et ne justifie pas les coups et l’agression d’une bande de casseurs en fin de manie…
    Mais cela met en lumière cette cassure qui se marque de plus en plus, entre une partie des Français (la France d’en bas) et cette France « d’en haut » (qui comprend les journalistes, les classe sociaux professionnelles favorisées)…
    C’est assez simple !
    Ma motivation est d’expliquer ce que je crois comprendre… Aurais-je tout compris de travers ? Peut-être : mais dans ce cas, nous sommes très nombreux à être un peu cons !

  30. Oups !!!! toutes mes excuses Monsieur Pomme, mais normalement Une Pomme c’est au féminin. Désolé pour mes fautes d’orthographe (vous semblez y attacher beaucoup d’importance) mais tout le monde n’a pas un niveau d’étude universitaire, surtout quand on commence à travailler à 17 ans. Moi non plus je n’aime pas les fascistes, les racistes et les menteurs, avec un peu d’expérience, je ne pense plus qu’ils se trouvent uniquement chez les ultras radicaux. A propos….je n’ai pas la mémoire courte si vous faites référence à la dernière guerre mondiale et aux NAZIS : abréviation de National Socialisme …. à l’origine un parti politique ouvrier….
    Ce pourquoi nous devons tous prendre soin de notre Pays, nos institutions et de nos libertés (individuelles et d’expression) et de ne pas tolérer les casseurs……tous les casseurs….

  31. Les médias ont aussi fait la promotion de la réforme des retraites, de la hadopi, le service minimum dans les transports,la réforme des régimes spéciaux … etc et j’en passe et des meilleurs.Ils ont aussi bien joué leurs rôle sous Sarko pour transformer les chaumeurs et rmistes en fainéants.
    Quand la droite est au pouvoir, les médias sont à droite, quand la gauche est au pouvoir, les média sont à gauche. Ce n’est pas de l’opportunisme, mais simplement la démonstration que le pouvoir politique est intimement lié (pour ne pas dire « ordonné par »)au pouvoir économique qui dirige ces groupes de presse.

  32. Chère Vibert, le mariage est à la base un contrat civil, il remonte à l’antiquité avant même que les religions chrétiennes ne l’adopte (ce qui ne date que du 7ième siècle avant JC), le mariage catholique n’est qu’une appropriation d’un contrat civil. Donc faire un contrat civil pour les homosexuel c’est autoriser le mariage aux homosexuel. Il faut un peux sortir des idées reçus des fois.

  33. Oui, enfin, chacun son avis sur cette question délicate hein ;-)
    On ne va pas refaire le débat, inutile ! Il est prouvé qu’il est impossible de convaincre un camp ou l’autre.
    Les positions sur le sujet resteront à jamais inconciliables ! Moi par exemple, tu me fera jamais croire en dieu (je suis ni catholique, ni croyant)… C’est même pas la peine d’essayer de me convaincre.
    Encore moins d’essayer de me convaincre que cette histoire de mariage gay est un progrès pour les droits de l’homme ! C’est un progrès pour le libéralisme, c’est tout…
    Pour faire progresser les droits de l’homme, il faudrait mieux s’intéresser aux conditions carcérales en Frances (abominables et indignes d’un pays civilisé), s’occuper des vieilles personnes abandonnées par leurs enfants et familles…
    Là : oui, ce serait de vrais combats pour les humanistes ! Mais la mariage gay, c’est plutôt une défaite pour le droit de l’enfant…
    Je siffle la fin du débat ! Chacun restera sur ses positions de toutes façons !
    Inutile d’en parler davantage.

  34. Cher Chris,
    Mes réponses.
    – « Est-ce pour autant que l’Homme moderne est plus intelligent, plus sage, plus instruit, plus à l’écoute de son prochain, plus autonome, plus solidaire ? je n’en ai pas l’impression… mais alors pas du tout.  »
    Depuis la fin de la deuxième guerre, on a eu, en France : le droit de vote pour les femmes (1944), la sécu (1945), le droit à la contraception (1967), le droit à l’avortement (1975), l’abolition de la peine de mort (1981)…
    Il me semble que votre impression est un peu pessimiste.
    – « on a toujours environ la moitié des américains qui pensent que Dieu a tout créé en une petite semaine par exemple »
    Les créationnistes sont 40% aux Etats-Unis et 9% en France (cf. Wikipédia).
    Cela signifie qu’une personne sur 10 (à peu près), dans votre entourage si vous habitez en France, croit cette chose. A vous de convaincre cette personne.
    – « Vous ne me croyez pas ? => internet »
    Cette réponse a été rédigée grâce à internet. Merci du conseil.
    Bien à vous,

  35. Ouai, j’ai lu ! Mais le gars qui réussi à caser des mots comme « moisissures argumentatives » dans un titre… je crois qu’on peut s’en méfier !
    ça cache forcément quelque chose…

  36. il ne cache rien du tout ce petit répertoire sympathique, c’est marqué en toute lettre que ces moisissures argumentatives sont « à utiliser sans modération lors des concours de mauvaise foi ». on ne peux pas faire plus clair :)
    quant à cet article, je dirai qu’une demi-excuse reste une excuse tout de même. Je comprends qu’on puisse en vouloir aux journalistes pour leur mauvaise foi(encore que les photographes ne font qu’envoyer l’image brute que le journaliste s’empressera de commenter, en quelque sorte le photographe est l’ouvrier du journalisme, la « France d’en bas » – pour reprendre vos termes – de la profession), mais leur chercher une excuse ne me semble pas pertinent.
    Je suis d’accord sur le fait que le photographe peut mettre l’accent sur un aspect ou un autre selon l’angle choisi et le cadre défini.
    Par ailleurs, je remarque plus généralement un rejet du photographe par les français en général, in et or manif. Une certaine méfiance qui provoque une réelle agressivité (cf photo des enfants, photo de rue, ect …).
    Ces gars d’extrême-droite ne représente que leur point de vue moisi et putride, mais leur réaction symbolise bien le rejet de l’image par la population. Nous en sommes gavés, et puis nous souhaitons la totale maîtrise de la notre. C’est un enjeu stratégique, l’image, à l’heure actuelle.
    Il est donc logique de voir ces jeunes gens dont les opinions politiques se rapprochent plus d’un mode totalitaire voire fasciste tabasser les photographes qui représente une menace potentielle pour leur image.
    Ne pas sous-estimer le fait que ces jeunes aiment la castagne aussi.
    Après, supposer que les journalistes sont tous des gauchistes, il n’y a un peu que je ne franchirai pas. C’est marrant, car moi, qui est plutot en faveur du mariage pour Tous, je pensais que les journalistes étaient plutôt en faveur de la manif pour tous.
    Leur comportement est donc tout à fait inexcusable. Non non ne me répondez pas encore une fois que vous ne les excusez pas : relisez votre texte initial encore une fois (mis dans le ton général du blog qui est très ancré à droite), il excuse clairement les loubards : dans le texte  » C’est tout à fait leur droit, mais il faut alors comprendre la réaction de ceux qui dans le pays ne le sont pas.  »
    Je ne vais pas non plus relever toutes les moisissures argumentatives de ce texte, c’est pour cela que je vous ai laissé le lien, vous pourrez très bien le faire vous-même.
    Cordialement

  37. Je suis d’accord avec certain de vos arguments…
    Par contre je ne crois pas être « de droite »… ET je ne suis pas « de gauche » non plus.
    Je suis pour la justice sociale, pour un « réalisme économique » plutôt libérale, dans le but de préserver au maximum nos acquis sociaux (car il faut que les entreprises survivent pour payer les impôts nécessaires au bon fonctionnement des services publiques…
    Pour les préserver, il faudra les amaigrir diablement, nos services public.
    L’état est actuellement tellement obèse, qu’il va crever et nous plonger dans la misère…
    Il faut donc, moins d’impôts, moins de fonctionnaires : en gros il faut tout casser pour tout reconstruire.
    Quand à ma position sur l’Europe : je pense qu’il faudra là aussi « faire table rase du passé » : tout changer… Il y a actuellement trop d’Europe, trop d’Euro, trop de normes…
    La souveraineté nationale a été beaucoup trop diluée et déléguée à Bruxelles, à des technocrates non élus, qui n’ont aucune légitimité démocratique…
    Ce n’est pas être de droite de dire ça ! C’est être réaliste et se battre pour la démocratie.
    A suivre….

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.