web analytics

Photos de voyage : conseils, astuces et réflexions…

49
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Est-ce le climat, est-ce le fait d’oublier le quotidien, ou l’excitation de l’inconnu ? J’ai toujours eu cette impression qu’en voyage, les lumières sont plus belles, les couleurs plus rares, les gens plus singuliers et la vie plus intense ! Je ne réussis mes photos qu’en voyage, ou presque…

Si depuis quelques années mon métier de reporter m’a permis de voyager un peu, c’est bien la passion des voyages et de la découverte qui ont fait de moi un photographe… Et je suppose que c’est aussi le cas de beaucoup d’entre vous.

Ultimes conseils pour photographes voyageurs

En quelques pages, je vais tenter de vous livrer quelques astuces personnelles et conseils de terrain pour les photos de voyage, que vous aurez sans doute l’occasion de mettre en pratique cet été. Modestement je vais également tenter de vous donner envie d’emmener plus souvent votre appareil en voyage…

Prayers flag, Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

 

 

Prévoyez un systèmes de portage pratique si vous partez en trek. Car il n’est guère pratique de poser à terre son sac à dos et la courroie du boîtier devient rapidement pénible sur l’épaule… Une courte sangle accrochée aux bretelles du sac à dos par un mousqueton peut être une solution.

C’est pourquoi je commencerais volontiers cet article avec un conseil de bon sens, mais un brin provocateur… Réduisez vos dépenses en objectifs professionnels, en écrans de grandes marques et en reflex haut de gamme dont souvent les prix n’ont d’égal que la liste des fonctions inutiles… Et investissez à la place dans des billets d’avion ! Vous obtiendrez au bout du compte, de bien meilleures photos…

fille_rouge_16b_blog_1078px

Jeune femme Hmong de montagnes du Vietnam rencontrée dans la forêt. Remarquez la faible profondeur de champs générée à grande ouverture par le EF 70-200 mm f/2.8 L.

 

 

Il est en effet possible de réaliser des images de niveau professionnel avec de minuscules reflex à 600 euros et leurs modestes optiques en kit (dont la légèreté s’avère d’ailleurs pratique en voyage) ; ainsi qu’avec d’excellents reflex de 6 ou 8 megapixels – stars d’avant-hier – que l’on trouve d’occasion pour 150 à 300 euros. Leurs performances, certes en retrait par rapport aux derniers modèles, ne vous empêcheront pas de vous trouver « au bon endroit au bon moment », de faire des rencontres, de tourner votre viseur dans la bonne direction et de cadrer correctement !

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

Le matériel se démode rapidement, mais pas les souvenirs de voyage. Il me semble même que leur saveur se renforce avec le temps, ne me laissant qu’un seul regret ; ne pas avoir voyagé plus jeune à une époque où j’en avais tout le temps…

 

 


Préparer son voyage, c’est déjà partir un peu…

Préparer un voyage est toujours pour moi un grand plaisir… Et je voyage déjà un peu dans ma tête, au moment d’acheter les guides et les cartes précieuses, qu’il ne sera pas toujours facile de trouver sur place. Parfaitement connaître son itinéraire permet de faire rapidement face aux imprévus, de prendre les bonnes décisions sur les lieux à visiter, les endroits ou dormir… Pour cela, je fais un saut à L’Astrolabe, une libraire Parisienne spécialisée dans le voyage (oups, elle est fermée actuellement), ou au Vieux Campeur qui propose un large choix de cartes.

L’avantage des boîtiers experts est qu’ils peuvent êtres dissociés de leur grip afin de voyager plus léger. Ce que ne permettent pas les boîtiers professionnels qui restent monolithiques alors que l’on utilise une infime partie de leur puissance.

Sauf cas exceptionnels, je n’emporte au final qu’un ou deux guides (souvent le Routard et le Lonely Planet), afin de ne pas trop me charger. Tous proposent des informations générales, de précieux conseils de savoir vivre et surtout un petit lexique dans la langue locale qui dépannera de temps en temps… Apprendre quelques mots peut s’avérer utile. Pas forcément pour se faire réellement comprendre, mais plus simplement pour établir le contact, ce qui est nécessaire avant de réaliser des portraits.

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

 

 

Quelques recherches sur Internet me donnent une idée de ce qu’il sera intéressant de photographier et plus encore de ce qu’il sera intéressant d’éviter ! Il n’est pas obligatoire d’aller refaire pour la dix millionième fois le « Cliché » que l’on trouve déjà dans tous les dépliants. Enfin, c’est à voir au cas par cas : il serait tout de même idiot d’aller au Pérou sans faire de photos au Machu Picchu…

Pas facile d’évaluer la qualité de construction d’un boîtier rien qu’à son look. Certains appareils d’aspect “ plastique ” se révèlent increvables au fil des années. Alors que d’autres plus lourds accumulent les pannes. Aucun problème en tout cas avec mon EOS 5D qui a passé le test des rizières Chinoises et des jungles Philippines sans aucun problème…

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

 

 

Vous pouvez voyager en cherchant simplement à réaliser de belles images et en photographiant tout ce que vous croisez d’intéressant… C’est très plaisant, mais il ne ressort pas forcément grand-chose de ces déambulations. Par contre, en vous concentrant sur un thème particulier, vous passerez peut-être à un niveau supérieur.

Si vous avez cette motivation, travaillez comme un auteur et préparez votre sujet autour de thématiques précises : minorités ethniques, architectures locales, parcs nationaux… Vous pouvez même vous intéresser à des sujets extrêmement pointus : une forme de pêche particulière, un animal protégé, un métier qui n’existe pas chez nous, la préparation du plat national et de ses variantes dans tout le pays…

Autant de centres d’intérêt qui vous inciteront à sortir des sentiers battus et seront le prétexte à faire de vraies découvertes, de chaleureuses rencontres et d’authentiques portraits… Vos photos raconteront une histoire et ne seront pas de simples clichés touristiques !

 

 


Quel appareil pour voyager ?

Il n’est pas toujours facile de décider quel appareil photo emporter en voyage, on est évidemment tenté de privilégier les « poids légers » et les « tailles mannequin »… Mais l’on apprécie guère de devoir faire des compromis en ce qui concerne la prise en main ou la qualité du viseur !

Certains voyageurs se rabattent sur les APN compacts ou les bridges. Mais pour ce qui me concerne, il n’en est pas question, j’ai trop de choses à reprocher à ce type d’APN… En voyage, point de salut hors des boîtiers reflex. Du moins si l’on veut faire des photos, car ramener des souvenirs c’est autre chose !

C’est notamment, la question du viseur sur laquelle il ne faut pas transiger. Le viseur est d’autant plus important en voyage, que l’on fait souvent des photos toute la journée et que l’on est parfois contraint de garder ses lunettes de soleil sur le nez. Depuis 2005, je me suis habitué aux viseurs du Full frame. Le Canon EOS 5D fut pour moi une véritable révélation au cours d’un voyage de deux mois aux Philippines. La vie m’avait semblé soudain plus belle et colorée à travers sa magnifique lucarne !

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

 

 

Pour voyager, j’apprécie aussi beaucoup les EOS 450D et EOS 40D pour leurs excellents capteurs CMOS, leurs caractéristiques particulièrement équilibrées et leurs vastes gammes optiques… J’aime aussi beaucoup les Nikon D300 et D60 pour leurs paramétrages pointus, leur prise en main, leurs viseurs et le fantastique AF-S VR DX 18-200 mm f/3.5-5.6… Les Olympus E-520 et E-420 pour leur légèreté, leurs caissons étanches et quelques optiques intéressantes comme le ED 7-14mm f/4.0. Les Pentax K20D et K10D pour leurs optiques « pancake » super compactes et leur fiche technique impressionnante…

Et j’en oublie quelques autres, car nous avons réellement l’embarras du choix côté reflex en 2008 (consultez mon Guide des reflex 2008 qui détaille les spécificités de chaque gammes). Mais tout bien considéré, je reviendrais probablement toujours à mon EOS 5D (ou à son successeur)…

Pour son viseur, sa qualité d’image, son capteur full-frame, son poids raisonnable, sa fiabilité et ses performances en haute sensibilité qui font oublier l’absence de flash ! Il n’a toujours pas de réel concurrent, deux ans et demi après sa sortie (CF la prise en main de l’EOS 5D faite en 2006).

 

Ecrire des articles de fond (test terrain) prend énormément de temps… Mais c’est ceux-là qui vous intéressent le plus (et moi aussi). Je ne sais combien de temps je pourrais continuer à enrichir ce blog (qui existe depuis plus de 10 ans) sans rémunération directe. En effet, depuis que le Mensuel Déclic Photo a disparu, l’écriture des « tests terrain » n’est plus financée en quelque sorte).

Paypal-Donate-Button-Image

Donc pour « garder le rythme », je compte un peu sur « l’investissement » sur ce blog, que vous pourriez faire par vos dons via Paypal. Merci d’avance et bonne lecture…

 

 

 

Avec un boîtier expert coûtant moins de la moitié d’un boîtier pro, je n’hésite pas à prendre certains risques pour ramener des images. Embarquer dans un zodiac, prêter mon appareil à n’importe qui, ou le glisser dans un sac étanche…

Est-il véritablement besoin de détailler la question du marketinguissime mode Live View ? Un gadget peu économe qui s’avère inutilisable dès que le soleil montre le bout de son nez, écran orientable ou pas. Sacrifier un viseur correct pour disposer d’un autofocus spécialement dédié au Live View à la place, en voilà une drôle d’idée !

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

 

 

La tropicalisation était jusqu’à présent une caractéristique coûteuse, mais elle débarque progressivement sur quelques modèles Experts (le Pentax K10D en fut pionnier). Elle peut s’avérer ponctuellement utile en voyage, sans toutefois être vraiment obligatoire… Je m’en suis d’ailleurs toujours passé jusqu’à présent.

Sur des lieux très visités comme le Machu Picchu, le Taj Mahal, ou même certains monastères de la vallée de l’Indus (ici le monastère de Chemrey), débrouillez-vous pour être parmi les tout premiers visiteurs très tôt le matin, afin d’échapper à la foule et disposer d’une belle lumière…

 


Photos de voyage : deux petits reflex valent mieux qu’un gros !

Bien que leurs viseurs soient exceptionnels, il n’est guère pratique de voyager avec un Canon EOS 1D, un Nikon D3 ou un Olympus E3. Il me semble inutile de s’encombrer de matériels aussi, coûteux, lourds, encombrants et repérables (à l’exception du cas particulier des Safaris photo, avec de longs téléobjectifs). Plutôt qu’un unique boîtier professionnel, j’ai toujours préféré voyager avec deux reflex experts (ou amateurs), aussi légers que possibles. En cas de panne (elles sont rarissimes heureusement), tout n’est pas perdu.

Vibert / Actionreporter.com

 

 

L’autre avantage est que j’évite de changer d’optiques trop souvent, ce qui limite le « risque poussières ». Un détail important dans certains environnements comme le désert ou la jungle… Je transporte un boîtier sur chaque épaule, montés avec des optiques complémentaires. Les caractéristiques des modèles experts se sont toujours avérés êtres à la hauteur de mes besoins et depuis la sortie des modèles 2008, cette classe d’appareil est arrivée à un tel niveau de perfection que l’on peut s’interroger : mais que reste-t-il aux Grands ? Sony l’a bien compris et cible son excellent Alpha 700, pile sur le segment occupé par le Canon EOS 40D, afin de séduire les amateurs autant que les professionnels.

J’apprécie d’utiliser deux boîtiers à l’ergonomie proche. Comme l’EOS 5D et l’EOS 40D, (ou même le petit EOS 450D qui est une grande réussite). L’EOS 5D et l’EOS 40D ont l’avantage d’être très complémentaires, l’un grimpant à 6,5 images/sec avec un coefficient x1.6, l’autre offrant la magie du Full-Frame…

Je choisis deux modèles qui utilisent si possible les mêmes poignées Grip (afin de n’en emporter qu’une seule), les mêmes types de cartes, les mêmes batteries et les mêmes chargeurs… Je ne garderais donc pas ce merveilleux petit EOS 450D à cause de sa batterie et de ses cartes SD incompatibles avec mes autres EOS. Dommage je l’aime beaucoup, notamment ses images de 12 megapixels qui sont d’une qualité exceptionnelle.

Costa Rica, Amérique Centrale, Central America

Un petit objectif macro n’est pas inutile en voyage, pour photographier des fleurs exotiques par exemple, ou de l’artisanat local…

 

 

Économiser sur les boîtiers, me permet d’investir dans de meilleurs optiques, ce qui me semble plus important… Comme un sympathique lecteur de mon blog l’a justement fait remarquer : « les boîtiers passent, les optiques restent ». Ainsi, mon EF 70-200 mm f/2,8 L IS USM acheté en 2001 n’a pas pris une ride et reste le meilleur de sa catégorie en 2008. Si, comme Arthur Rimbaud, vous revenez malade et ruiné d’un voyage au long cours, vous pourrez toujours revendre quelques optiques… À condition d’en avoir pris soin ! Voilà pourquoi, je passe des heures à découper précisément des bandes de « gaffer », que je colle aux endroits stratégiques afin de les protéger des rayures !

 

 


Quelles optiques pour voyager ?

Sur mes deux boîtiers, je monte deux zooms aussi complémentaires que possibles. Par exemple un EF 16-35 mm f/2,8 LII USM et un EF 70-200 mm f/2,8 L IS USM afin de varier plus souvent les points de vue et disposer d’une grande plage de focale sans sacrifier la qualité d’image… Car les scènes intéressantes disparaissent aussi vite qu’elles apparaissent, ne vous laissant jamais le temps de changer d’optique.

Le large choix d’optiques chez Canon et Nikon est un atout certain pour les voyageurs (lire notre comparatif canon EOS 40D, versus Nikon D300 sur le lemondedelaphoto.com). Si je travaille de préférence avec de lourds objectifs Série L ouvrant à f/2.8, c’est surtout à cause du capteur Full-frame très exigeant de l’EOS 5D. Sans lui, j’opterais certainement pour des optiques un peu plus légères. Si vous ne possédez pas de boîtier Full-frame, préférez des optiques conçues pour les petits capteurs (EF-S ou DX) qui sont souvent plus légères.

Camels in Nubra Valley, Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

 

 

Pour un professionnel « en commande » à l’autre bout du monde, travailler avec deux boîtiers est une sécurité indispensable. En argentique j’utilisais un Canon de la série 1 (EOS1n), secondé d’un boîtier intermédiaire (EOS 5 puis EOS 3)… Mais depuis mon passage au digital en 2001 j’ai cessé d’investir dans les EOS 1D et je trouve mon bonheur (y compris en sport) avec les modèles experts ou d’entrée de gamme comme l’EOS 450D.

Faute de place, je ne détaillerais pas ici les gammes de tous les fabricants et je me contenterais de quelques suggestions dans la gamme Canon. À vous de dénicher les modèles équivalents dans le catalogue de votre marque, ou chez Tamron, Sigma et Tokina qui proposent d’excellents modèles souvent très peu coûteux.

Le zoom EF-S 17-85 mm f/4,5-5,6 IS USM est une excellente solution intermédiaire, mais je lui préfère de loin l’EF-S 17-55 mm f/2,8 IS USM qui est encore meilleur (il mériterait presque le label Série L). Si je dois voyager léger, je laisse mon exceptionnel EF 24-70 mm f/2.8 L USM à la maison et j’emporte à la place mon petit EF 50 mm f/1.8 II. Une increvable optique fixe en plastique, qui m’avait coûté moins de mille Francs (à l’époque) et qui dispose toujours d’une excellente qualité optique. Je n’hésite pas à lui faire prendre tous les risques, mais je ne parviens pas à lui faire rendre l’âme…

Enfin, comment se passer du génial zoom grand angle EF-S 10-22mm f/3.5-4.5 USM qui n’a pas de réels concurrents à l’exception du très pertinent Sigma 10-20mm F4-5,6 DC EX.
Travaillant le plus souvent en Canon, je regrette de ne pas disposer du fantastique AF-S VR DX 18-200 mm f/3.5-5.6G IF-ED stabilisé de Nikon. Hyper polyvalent, il peut se suffire à lui-même d’autant que sa qualité optique est très acceptable en regard des services qu’il rend ! Signalons aussi le Nikon AF-S DX 12-24 mm f/4G ED-IF bien utile en voyage…

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

Le problème du photographe en trek est de courir devant les autres pour les photographier de l’avant ou de côté… Evitez les gens qui marchent de dos, cela ne donne jamais grand chose !

 

 

Difficile de faire de l’ombre aux gammes optiques de Canon et de Nikon dans le cœur des voyageurs… Pentax et Samsung disposent de quelques atouts avec leurs excellents viseurs à Pentaprisme et leurs optiques « pancake » qui ont l’avantage de vous laisser travailler manuellement à l’hyperfocale, les boîtiers étant stabilisés.

La gamme Sony est également en plein renouvellement, avec des boîtiers également stabilisés. Olympus joue la carte de la compacité avec son minuscule E-420, son E-520 (ce dernier étant stabilisé) et quelques optiques extra plates. On rêve d’ailleurs qu’Olympus utilise un jour son capteur 4/3 pour inventer enfin Le véritable compact haut de gamme, celui que tous les photographes nomades attendent vainement depuis des années. Un peu dans l’esprit du Sigma DP1 mais en beaucoup plus abouti…

N’oublions pas le Leica M8 qui garde ses partisans. Pourquoi pas, il faut avouer que c’est du beau matériel… Mais on s’interroge lorsque l’on songe au nombre de voyages que l’on peut s’offrir pour le prix d’un seul Leica M8 et de quelques optiques. N‘y aurait pas un peu de snobisme chez les utilisateurs de Leica M8 ?

 
 

Du côté des accessoires…

Ne négligez pas les accessoires qui facilitent la vie du voyageur. J’emporte plusieurs batteries et deux chargeurs (on les oublie parfois dans les chambres d’hôtel). J’ai remarqué que les batteries se déchargent assez lentement lorsqu’elle ne sont pas utilisées. Une dizaine de jours après la charge, elles restent encore opérationnelles et utilisables pour plusieurs jours. Si je voyage loin de toutes prises électriques (trek d’altitude), je n’hésite donc pas à en emporter 6 ou 7 (bien chargées) dans mes bagages.

Pour l’anecdote, c’est à l’intérieur de la trappe de batterie, que je colle une minuscule étiquette (initialement prévue pour les caches de diapo) portant mes coordonnées. J’en place une également sur mes batteries, sur mes cartes mémoire et au dos de mon ordinateur. J’ai pris cette habitude depuis qu’une pochette de films égarée dans le Grand Sud Marocain, m’a été gentiment retournée par la Poste quelques mois plus tard. Des miracles sont toujours possibles…

Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

 

 

Je laisse les poignées grip à la maison, car je les trouve bien encombrantes en regard des petits avantages qu’elles apportent en voyage. Elles ne me servent en fait que pour le sport et par grand froid. Pour ce qui est du trépied, je m’en passe également… Cela fait tout ça de moins à transporter (j’en ai pourtant acheté un extra léger). Il faut dire qu’avec les performances des capteurs récent en haute sensibilité et la stabilisation qui se généralise, la profondeur de champs et la vitesse minimale sont de moins en moins un problème… Je me débrouille avec un mini trépied de poche en acier, ou tout simplement en calant mon appareil avec de petits cailloux. Je prends soin de relever préalablement le miroir et d’utiliser le retardateur pour déclencher…

Je n’oublie pas d’emporter du papier optique pour les lentilles et un mini kit de nettoyage du capteur, que je n’ai jamais eu besoin d’utiliser en voyage (mais sait-on jamais)… C’est à peu près tout, je ne me charge que de l’essentiel ! Car il reste encore à préparer les bagages « informatiques »…

Les professionnels de la photo de voyage apprécient les boîtiers Experts. Outre leur légèreté, ils restent relativement accessibles financièrement, il est donc possible de les renouveler tous les 18 mois, afin de suivre leurs progrès technologiques. Alors que l’on hésite souvent à renouveler ses appareils pro, faute de les avoirs suffisamment amorti.

 


Comment stocker ses photos en voyage ?

Voilà souvent la question que se posent les voyageurs au long cours… Pour simplifier, vous aurez le choix entre trois stratégies : partir les mains dans les poches en emportant un maximum de cartes mémoires, utiliser un videur de carte, ou vous charger d’un ordinateur portable.

La première solution est tout à fait envisageable si vous ne partez pas trop longtemps, d’autant que le prix des cartes mémoires chute d’années en années… Malheureusement cette chute est compensée par la taille des images qui augmente elle aussi régulièrement, les reflex gagnent quasiment 2 megapixels tous les 18 mois ! Ce problème de poids devient d’autant plus préoccupant que le format RAW passe dans les mœurs et comme si cela ne suffisait pas, Canon et Nikon proposent maintenant des RAW sur 14 bits au lieu de 12 bits (en option chez Nikon) qui sont encore plus lourds.

Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

 

 

Si vous tenez à voyager sans ordinateur, je vous conseillerais donc de ne pas utiliser de boîtiers de plus de 10 megapixels et de ne réserver le format RAW qu’à 50% de vos images environ (pour les lumières difficiles et les images très intéressantes). D’ailleurs, certaines des photos qui illustrent cet article (même les double pages) avaient été réalisées au format JPEG (à l’époque) avec des EOS 10D et 20D de 6 ou 8 megapixels seulement… Mon avis est que monter au-delà de 12 megapixels est vraiment inutile et même un peu ridicule si l’on songe à l’exploitation qui sera faite des photos par la suite.

Le problème de stocker les images uniquement sur des cartes mémoires, est que l’on ne dispose d’aucune sauvegarde durant le temps du voyage… C’est alors qu’un disque dur autonome peut entrer en scène. J’avais utilisé un disque PD70X lors d’un voyage de deux mois au Ladakh, il avait parfaitement fonctionné, mais je ne m’en servais que comme sauvegarde.

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

 

 

Je ne suis pas un très grand fan de ces engins, qui coûtent encore assez chers et dont les fonctionnalités sont encore trop limités à mon goût. Voilà pourquoi neuf fois sur dix je me charge d’un ordinateur portable (un Mac évidemment), qui me permet d’éditer mon reportage au fur et à mesure de sa progression, de supprimer les images ratées, de faire des sauvegardes sur un disque externe et même de graver des DVD de sauvegarde ou des CD pour offrir quelques souvenirs au hasard des rencontres…

L’un des nombreux avantages de voyager avec un ordinateur (avec une ou deux batteries supplémentaires) est que dans avion je prépare dans Expression Media ou Lightroom (soit l’un, soit l’autre) mes Groupes de mots-clefs et de métas donnés pour chaque régions traversée (je m’aide pour cela d’un Guide afin de respecter l’orthographe)…

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

 

 

Il me suffira ensuite lors de chaque déchargement de carte (quotidiens ou presque) d’appliquer automatiquement ces Groupes de métas données et de saisir quelques légendes rapidement. Faire ce travail « à chaud » s’avère un gain de temps énorme. Car les lieux, les gens et les événements sont encore tout frais. Alors qu’une fois de retour 2 ou 3 semaines plus tard, tous les détails se seront envolés !

> Ultimes conseils pour photographes voyageurs

> page suivante…

 

 

Ecrire des articles de fond (test terrain) prend énormément de temps… Mais c’est ceux-là qui vous intéressent le plus (et moi aussi). Je ne sais combien de temps je pourrais continuer à enrichir ce blog (qui existe depuis plus de 10 ans) sans rémunération directe. En effet, depuis que le Mensuel Déclic Photo a disparu, l’écriture des « tests terrain » n’est plus financée en quelque sorte).

Paypal-Donate-Button-Image

Donc pour « garder le rythme », je compte un peu sur « l’investissement » sur ce blog, que vous pourriez faire par vos dons via Paypal. Merci d’avance et bonne lecture…

 

 

Voilà pourquoi je rêve d’un Ultra portable performant et peu coûteux, capable de faire tourner ces deux logiciels (Expression Media étant de loin le moins gourmand). Pour faire mon bonheur, il suffirait que l’on puisse y connecter simultanément un lecteur de carte et un disque dur USB (ou mieux Fire Wire). Il est désolant que l’excellent Macbook Air d’Apple soit handicapé par son unique port USB et sa batterie inamovible.

Vibert / Actionreporter.com

 

 

Que dire enfin de son prix si peu démocratique… Autant dire que je suis impatient de découvrir les prochains EeePC d’Asus, Wind de MSI et UMPC 2133 d’HP (lire la rubrique Ultra Portable de Macandphoto.com). Je suppose que dans un proche avenir, l’outil du photographe voyageur sera à chercher du côté de ces Ultras Portables accessibles et très polyvalents (ils accèdent au Net et supportent toutes sortes de logiciel), plutôt que du côté des disques durs autonomes videurs de cartes.

 

 


Sauvegardez, sauvegardez… Surtout en voyage !

Si vous voyagez plus de trois ou quatre semaines, prenez le temps de faire quelques sauvegardes en cours de route… La meilleure façon de voyager l’esprit tranquille est éventuellement d’envoyer par la poste une copie de vos images sur DVD, vous pouvez également confier une enveloppe à la réception d’un grand hôtel, ou encore a d’autres voyageurs retournant en métropole… Une autre solution est de déposer vos meilleures images sur un serveur FTP, ou directement sur votre ordinateur connecté à distance. Encore faut-il pour cela trouver une connexion extra rapide, car passer plusieurs Giga de cette façon est vraiment très long !

Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

 

 


Préserver l’homme et le matériel du décalage horaire.

Arrivés sur place et vous ressentirez peut-être les effets du décalage horaire. Pour un photographe, le « Jet lag » présente au moins un avantage, il aide à se lever tôt pour profiter des plus belles lumières… Du moins lorsque l’on voyage vers l’Ouest (Antilles, Amériques) !

Mais lorsque l’on part vers l’Est, le problème est différent, luttez contre le sommeil dès votre arrivée et résistez absolument à toute envie de sieste… Prévoyez si nécessaire un somnifère léger pour les premiers soirs, histoire de bien dormir et ne pas accumuler de fatigue. Car il faut savoir se reposer lorsque l’on voyage, voilà pourquoi je préfère voyager moins souvent qu’avant, mais un peu plus longtemps afin de mieux en profiter.

Jeunes novices du monast√®re isol√© de Lingshet situ√© √† 5 jours de marche de la première piste carrossable. Canon EOS 30D et zoom EF 16-35mm f/2.8L USM. Mode Priorité vitesse, 40e de seconde, f/10. Sensibilité, 200 ISO.

Jeunes novices du monastère isolé de Lingshet situé à 5 jours de marche de la première piste carrossable. Canon EOS 30D et zoom EF 16-35mm f/2.8L USM. Mode Priorité vitesse, 40e de seconde, f/10. Sensibilité, 200 ISO.

 

 

Toujours à propos de décalage horaire il est vital de modifier la date et l’heure de vos appareils au moindre changement de fuseau horaire, sans oublier de les synchroniser entre eux. Sans quoi vous aurez du mal à vous y retrouver lorsque vous demanderez un classement par dates de toutes les images dans votre catalogueur. J’apprécie d’ailleurs l’option que propose Expression Media (iView Media Pro) lors de l’importation depuis une carte : « Mettre la date du fichier à la date de prise de vue »…

En cas de problèmes de dates de Clichés, il sera toujours possible de modifier après-coup les données EXIF de vos images. Mais c’est peu pratique et fastidieux… Si Lightroom et Expression Media peuvent s’en charger (plus ou moins) je préfère utiliser un petit logiciel gratuit existant sur Mac : ShootShifter qui offre un peu plus de précision. Vous trouverez certainement l’équivalent gratuit sur PC.

En voyage, le plaisir et l’envie de photographier sont comme par magie, chaque matin renouvelé… Un sourire, un regard, ou un paysage rapportés du bout du monde ne se démodent jamais. Contrairement aux appareils qui prennent ces photos… Baie de El Nido à l’Ouest de Palawan aux Philippines.

South America, Peru, Vibert / Actionreporter.com

 

 

 


Une fois sur place, par où commencer ?

Une fois arrivé sur place, il est toujours intéressant de recruter un Guide, surtout au début du voyage lorsqu’on est encore un peu désorienté… La dépense vaut le coup, au moins pour quelques jours et vous pourrez vous concentrer sur vos photos ! Vous pourrez ensuite partir à la découverte du pays par vous-mêmes, une fois que vous aurez appris quelques mots, acquis une notion des prix pratiqués (transports, repas, logements) et compris les us et coutumes du pays.

Karsha monastery

Monastère de Karsha à l’entrée de la Vallée du Zanskar

 

 

Dans le même ordre d’idée si vous faites un trek en montagne, renseignez-vous toujours sur le prix d’un porteur qui vous aidera à transporter plus d’objectifs et d’accessoires durant la journée et même éventuellement votre ordinateur (contrairement à vous un Sherpa n’est pas à 2 kg près)… À vous les joies du vidage de cartes à 4000m d’altitude, pendant la pause au col à midi (le soir au bivouac vous serez trop fatigués). Pour quelques Euros par jour, vous ferez un heureux et disposerez d’un interprète personnel, d’un assistant efficace et même d’un modèle… Avec un peu de chance, votre porteur vous invitera même dans sa famille pour un dîner traditionnel, une chance supplémentaire de passer un moment chaleureux et de réaliser des images authentiques

Les enfants fascinent les photographes et les appareils photos fascinent les enfants, surtout depuis qu’ils sont numériques ! Le plus difficile une fois qu’ils se sont vu sur l’écran LCD, est de détourner leur attention pour retrouver une ambiance naturelle… J’évite donc de leur montrer trop vite les photos réalisées.

Justement rappelez-vous que les portraits sont tout aussi importants que les paysages… Si vous voulez vraiment dépeindre les endroits que vous traversez, vous devrez oser aller à la rencontre des autochtones pour les photographier. Un bon Portrait, ce n’est pas forcément un sujet auquel on demande de poser face à l’appareil, mais plus souvent une image saisie sur le vif. De trois quarts, de côté, ou même de dos lorsque la personne ne s’y attend pas ! Au photographe d’anticiper et de se placer par rapport à son sujet dans son environnement familier.

Pérou, non loin du Canyon de Colca.

Pérou, non loin du Canyon de Colca.

 

 

Mais rappelez-vous que l’on ne vole pas de photos, ceci est un autre métier. Vous devrez dialoguer, comprendre, échanger et même séduire ! Selon les circonstances, votre amitié vous sera rendue (souvent), mais ceci n’est jamais certain. Rien n’est d’ailleurs jamais dû aux voyageurs, l’hospitalité n’est pas une obligation, ce qui la rend toujours plus touchante et précieuse…

Les enfants sont une irrésistible source d’inspiration pour les photographes, mais sachez ne pas exagérer notamment dans les pays pauvres. N’échangez jamais bonbons ou stylos contre une photo ! On sait que les résultats sont catastrophiques à long terme. Dans certains villages pauvres, les enfants spécialisés dans le harcèlement des touristes rapportent plus à la maison que les adultes qui travaillent aux champs. N’encouragez jamais ces travers qui découragent toute forme d’économie traditionnelle et provoquent la déscolarisation systématique des enfants.

Je n’hésite jamais à engager un guide lorsque j’arrive dans un pays pour la première fois. Il me sert d’interprète personnel, d’assistant photo et même de modèle. Chameaux dans la vallée de la Nubra.

Je n’hésite jamais à engager un guide lorsque j’arrive dans un pays pour la première fois. Il me sert d’interprète personnel, d’assistant photo et même de modèle. Chameaux dans la vallée de la Nubra.

 

 

 


Une fois de retour…

Pensez à partager vos images avec les personnes rencontrées sur le chemin, sans oublier vos guides locaux et porteurs. Du côté des logiciels, vous aurez l’embarras du choix pour trier et ajuster vos images, les présenter sous forme de slide show, de tirages, d’albums reliés, de galeries Web… Mais ceci est une autre histoire !

« Je reviendrai, avec des membres de fer, la peau sombre, l’œil furieux : sur mon masque, on me jugera d’une race forte. J’aurai de l’or : je serai oisif et brutal. Les femmes soignent ces féroces infirmes de retour des pays chauds. Je serai mêlé aux affaires politiques. Sauvé. » Arthur Rimbaud, Une saison en enfer.

Soyez également conscients de l’impact que vos trajets en avion ont sur cette nature qui paradoxalement est souvent le but de nos voyages… J’ai récemment pris l’habitude de compenser les émissions carbone causées par mes billets d’avion sur le site actioncarbone.org. Si cet article vous a donné envie de voyager, j’espère qu’il vous donnera aussi l’envie de faire ce minuscule geste pour l’environnement. À cette condition, voyagez sans entraves, tant que vous le pouvez et tant que cela reste possible…

 

Ultimes conseils pour photographes voyageurs

 

 

 

Ecrire des articles de fond (test terrain) prend énormément de temps… Mais c’est ceux-là qui vous intéressent le plus (et moi aussi). Je ne sais combien de temps je pourrais continuer à enrichir ce blog (qui existe depuis plus de 10 ans) sans rémunération directe. En effet, depuis que le Mensuel Déclic Photo a disparu, l’écriture des « tests terrain » n’est plus financée en quelque sorte).

Paypal-Donate-Button-Image

Donc pour « garder le rythme », je compte un peu sur « l’investissement » sur ce blog, que vous pourriez faire par vos dons via Paypal. Merci d’avance et bonne lecture…

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

49 commentaires

  1. Bien cet article… un bonheur te retrouver JEFF loin des polémiques à 2 balles qui créent de l’audimat :) Merci pour cet excellent article.

  2. Oui enfin là pour le coup, c’est moi qui monte au créneau, j’aime pourtant bcq ton travail et tes articles que je trouve riche en conseils, mais ca n’empeche pas de pouvoir critiquer hein ! ;o)
    Bref je me lance donc..
    Cet article est un copier coller de celui du monde de la photo (version papier) de juin.
    Ce n’est pas trop grave dans ce sens là.. car ici la consultation est gratuite.. et l’acheteur du magazine (moi même) ne se sens pas « léser ».. ( c’est un grand mot.. j’ai pas trouvé autre chose..)
    mais plus embêtant j’ai aussi eu cette impression en lisant ton livre sur le 450D que j’ai fini hier soir, car il y a dans ce livre bcq de similitudes (c’est peu dire..) avec tes précédent bouquins et des copier coller à 100% d’articles qu’on trouve ici même. ou sur le site du monde de la photo..
    et par conséquent je suis resté sérieusement sur ma faim, limite degouté de l’avoir acheté trés franchement.. 25€ pour qq chose que j’ai déja lu (et gratuitement.. mais ça c’est pas le plus important..)
    dommage donc.. alors garder tes articles pour la presse payante.. ou pondre des articles originaux à chaque fois peu importe le support (ce serait bien ! ;o) ), je ne sais pas quoi dire..
    Mais bon je tenais à le dire. ca le fait moyen..
    Amicalement.

  3. Beaucoup de conseils et de petits trucs très intéressants (j’aime beaucoup l’astuce de préparer à l’avance ses groupes de tags sous LR), merci.
    « Je commencerais volontiers cet article avec un conseil de bon sens, mais un brin provocateur… Réduisez vos dépenses en objectifs professionnels […] »
    De mon côté, je terminerai avec une remarque provocatrice : surprenant de lire ce paragraphe, puis juste en dessous la légende de la photo : « Remarquez la faible profondeur de champs générée à grande ouverture par le EF 70-200 mm f/2.8 L. »
    :-)

  4. Très intéressant.
    Dans ma démarche actuelle pour trouver un successeur au D80, je lorgne du coté du D90 et biensur du très réputé D300. Mais (il y a toujours un Mais!) parmi les avantages du D90 (compacité, légèreté entre autres) il y a aussi le prix plus léger qui me permettrait de me payer une meilleure optique, et/ou pourquoi pas, voyager un peu.
    Alors, je casse ma tirelire pour un bolide qui me servira chez moi, ou je pars en voyage + léger?
    Cet article apporte incontestablement de l’eau à mon moulin!

  5. Hello Toto ! Je te réponds rapidement (toujours en voyage)…
    Si tu as vraiment lu mes deux Guide : celui de l’EOS 400D et celui de l’EOS 450D, le nombre de différences est tout de même énorme (qu’à regarder le nombre de pages)…
    Pour ce qui est commun aux deux guides (le second est une mise à jour du premier) : tout à été plus ou moins amélioré et ré-écrit entre les deux version (c’est mine de rien un très long travail)…. Afin d’être plus lisible et compréhensible. Beaucoup plus détaillé aussi.
    Ensuite il y a pas mal de nouveauté : le nombre de conseils nouveaux est proportionnel (à peu près) à ce que Canon à amené de nouveau entre les deux modèles… C’est beaucoup me semble-t-il. ET cela justifie le passage d’un modèle à l’autre il me semble.
    Enfin pour ce qui concerne le chapitre sur la photo de voyage : c’est un bonus gratuit dans le bouquin (et sur ce site aussi)… Ce texte a été écrit à l’origine pour Le Monde de la Photo (mais il n’y avait pas assez de place pour le publier intégralement si je me souviens bien). Une fois paru dans le magazine, il est offert « cadeau » en version longue, dans le livre et ici-même… Pas lieux de s’en plaindre me semble-t-il ?

  6. J’adore la phrase:
    « Réduisez vos dépenses en objectifs professionnels, en écrans de grandes marques et en reflex haut de gamme… »
    Illustrée par une image prise au 70-200mm f/2.8 L
    T’es un champion JF !!
    Tant que c’était pas la version « IS »…

  7. Oui Bob, petite précision : j’ai écrit exactement ceci :
     » Réduisez vos dépenses en objectifs professionnels, en écrans de grandes marques et en reflex haut de gamme dont souvent les prix n’ont d’égal que la liste des fonctions inutiles…  »
    … le sens est très différent ! Cela veut dire que le matos est moins important que les billets d’avions ! C’est tout… Maintenant si tu peux t’offrir les deux c’est encore mieux.
    Mais pour faire des photos de voyage, le plus important est bien de voyager !
    Enfin, je suis professionnel, donc j’achète le meilleur matos, normal… Mais tout le monde n’a pas besoin de consentir les mêmes investissements qu’un pro !

  8. Salim, oui c’était évidement la version L IS, la plus chère ;-)
    Mais c’est mon métier, donc je ne lésine pas… Ce que je veux dire (au risque de me répèter) : c’est que si tu te prive de billet d’avion pour t’offrir du matos de pro : t’as tout faut ! ! !

  9. Affûté le JF aujourd’hui
    Ça répond au 1/4 de tour…
    Cool, détends-toi, t’es en vacances, non ?
    Continue de nous faire rêver, j’adore ce que tu fais
    ————–
    Salim, dit Bob

  10. « … Ce que je veux dire (au risque de me répèter) : c’est que si tu te prive de billet d’avion pour t’offrir du matos de pro : t’as tout faut ! ! ! »
    Moi j’adhère à 100 % !!!!

  11. Pour ma part je laisse effectivement mon 1d mark III à la maison pour les voyages. et … je prends les M, 7 et ou 8 et les summicrons!! histoires de faire d’autre photos… et j’ai horreur des culs de bouteilles pour ma part je trouve qu’il est préférables de prendre une ou deux bonne optiques voir même des fixes. que de couvrir du 14 au 300 mm avec des optiques mollassonnes… sans oublier le fait de ce bouger un peu pour faire la photo c’est mieux! Adopter un regard, une distance par rapport au sujet sans jouer sur les effets optiques et sincèrement cela donne le tournis d’avoir des images prises du 14 au 300!
    Mais l’horreur pour moi en voyage, c’est bien de voir les touristes photographes qui photographient les gens comme des animaux au zoo. la je dis non un peu de respect! les groupes n’ont pas le temps de parler avec les gens et bon nombre s’imagine que volé une photo et préférable que de la construire. j’ai même développer une aversion pour les « mauvais amateurs » (à ne pas confondre avec le bon amateur photos sic.) qui mitraillent tout ce qui bouge enfants, monuments, animaux dans une boulimie de photos jusqu’à l’écœurement.
    La photographie de voyage est un exercice difficile, il faut savoir ne pas prendre de photos, avoir du recul et être patient ce qui manque souvent à certain! En effet il y a la découverte, l’excitation de l’ailleurs, de l’exotisme! il est bien plus « jolie » de photographier une cérémonie sur une plage à Bali que de photographier la messe du village c’est certain! d’autant plus que ces mêmes personnes ne font cela que lors de leurs voyages…

  12. Juste un petit post, pour te dire merci, c’est quand même rare d’entendre qu’un « vieil » appareil est entièrement capable de remplir sa mission surtout lors de moments magiques.
    Je l’ai dis avec mes mots ici,
    http://www.zebigshow.com/2008/09/03/je-crois-quil-est-temps-de-passer-chez-canon/
    et là,
    http://www.zebigshow.com/2008/09/04/comment-reussir-sa-photo-a-coup-sur/
    Et même si ta rhétorique est bien meilleure, c’est toujours rassurant d’être d’accord avec un professionnel.

  13. Bonjour,
    Très intéressant article, comme toujours. Merci beaucoup.
    Je suis assez d’accord avec ce qui a été dit.
    Pour le voyage, je pense qu’il vaut mieux partir hors des sentiers battus (quand c’est possible) et d’engager un guide. Les voyages en groupes, j’en ai fait ; ce n’est pas idéal pour photographier, et bien souvent on n’est pas là au bon endroit. J’avoue que ça fait effectivement meute de touristes qui photographient les animaux du zoo. Mais bon, quand on ne parle pas la langue du pays, et que l’alphabet n’est pas le nôtre, le voyage organisé facilite le séjour.
    Côté matériel, deux réflex (non pro bien sûr) me semble l’idéal. Et un petit compact pour saisir quelques bons moments.
    A quoi bon acheter des tas d’objectifs, on se prive pour se les payer, on n’a plus les sous pour partir, et on a peur de se les faire piquer après.

  14. Re ! ;o)
    J’imagine bien le travail sous jacent que l’ecriture de ce genre de bouquin induit, c’est clair, mais j’ai trouvé que ce livre sur le 450, (tout bon qu’il est ), était surtout un condensé du guide des reflex, d’une mise a jour du 400D effectivement et d’articles que tu avais diffusé ici meme en bonus avant la sortie.. (et ça effectivement rien à dire, juste merci de le faire partager..)
    Paradoxalement, ca donne donc trés envie de l’acheter.. et ca déçoit un poil car on retombe du coup sur du déja lu.
    D’ou ma (legere) deception. arf on(je) n’est jamais content..
    Vivement le prochain donc ! ;o)
    Et bravo encore pour toutes ces belles photos..
    Perso ce sont tes photos des Philippines et du Ladak qui m’ont pousser a passer du compact au reflex..
    PS : en passant, dans le livre tu parle d’un site sosnumerique (qui est rédirigé actuellement sur macandphoto), est ce que tu prévois un nouveau blog prochainement ?

  15. Jean-François, cela faisait bien longtemps! Décidément Bali t’inspire.
    C’est vrai qu’il y a des vérités qu’il faut de temps en temps se répéter!Merci.

  16. Pour le matériel, je ne saurais que dire. Si ce n’est que le prix sacrifié des entrées de gamme pose parfois quelques soucis : le 400d est trop petit pour mes mains et son viseur est étriqué. Dans le confort d’utilisation, il n’y a pas que le poids, à mon avis, il y a aussi l’ergonomie générale. pour avoir goûté à un 40d prêté, je pleure souvent la (relative) pauvreté de mon boîtier.
    Je voudrais juste apporter une autre pierre à ta démarche, avec tout le respect que je dois à la qualité de ton travail : il y a d’innombrables lieus pas si loin de chez nous qui permettent des photos magnifiques. la démarche est la même : se renseigner, chercher le point de vue, le sujet, la lumière… je cherche à mettre en place pour la fin septembre une soirée photo à Paris avec des amis, remonter la Seine du pont du garigliano sur la rive droite jusqu’au square du vert galant. Au menu, les tours du 15eme, la statue de la liberté, la tour eiffel, la maison de la radio, les ponts, les invalides… rien que d’y penser, j’en salive d’avance. le nombre d’échanges pour préparer cette promenade est tout simplement impressionnant, pour quelque chose qui devrait etre banal.
    Le voyage, ca commence quant on claque la porte de la maison :-)

  17. Enfin quelqu’un de humble. C’est rare de trouver cela dans le domaine de la photo. On nous fait croire qu’il faut être un pro, être artiste voir même scientifique pour faire une belle tof.
    Je me demande comment ils font pour prendre une photo d’un événement spontané.
    Ils sont tellement forts qu’en 1/100ème de seconde, le gus est capable de règler son APN aux petits oignons avant d’appuyer sur le bouton et sortir une photo digne d’être exposée au muselum :))
    Ha la modestie

  18. Impayable, décidement ce JF
    Réflexion pour réflexion, j’échange la mien mienne! au tabasco!
    Jiheffe, tu écris :
    [ Soyez également conscients de l’impact que vos trajets en avion ont sur cette nature qui paradoxalement est souvent le but de nos voyages… J’ai récemment pris l’habitude de compenser les émissions carbone causées par mes billets d’avion sur le site actioncarbone.org. Si cet article vous a donné envie de voyager, j’espère qu’il vous donnera aussi l’envie de faire ce minuscule geste pour l’environnement. À cette condition, voyagez sans entraves, tant que vous le pouvez et tant que cela reste possible… ]
    « Nouveaux terrorisme » le même que celui très « Bushien » de « l’axe du mal », la même « mécanique » , avec « en prime » la cupabilisation, la marque des « prêtres » q’ils soit psys, curés, ou touts autres « impuissants » ( » le pouvoir dernier degré de l’impuissance » , dixit Gilles Deleuze…).
    Alors le Jiheffe il culpabilise avec ses trajets en navions qui puent du pot, et il « achète » sa rédemption avec des ticket « carbone » pour sauver la planêteuh!
    mais précise = « autant se gaver avant que… »
    Nous avons là tout le « résultat » de = YAB, N.Mulot, Al GOREt = « neurasthénie nihiliste instillée! céfoutu!…
    Alors mes frères, « profitons » avant que… et avec cette « belle culpabilité qui sert de drap de conscience » moralisons à tour de bras!
    mais… consommons! et surtout ne « refléchissons pas « , restons bien dans les « slogans », « postures » et re-surout, ne sortons pas du cycle infernal des « impuissants » = culpabilisations, rédemptions! « repentance » ,ne sortons pas de l’obscurantisme!
    Ainsi, les têtes plates le resteront !
    Doit-on en rire ou pleurer ?
    Rions d’un grand rire Rabelaisiens, avec un arrière gout de « désabusion » cF Nino Ferrer) …
    Attention JF, je ne te culpabilise pas! ni te fait « procès » (beurrk!)
    En gros = tu achète ton « pardon » et le droit de consommer… vie le « ticket carbone »
    Mais MERDE! JF, assume! et rends toi compte du ridicule de ce genre de morale-chamalow!
    Cela est très « pervers » = ous orme de responsabilisation et reflexion cela instille le contraire : dé-responsabilisation par l’absence de vraie questionnement, de « mesure » et « démission » par – encore – l’achat !
    CARBONE! le NOUVEAUX TERRORISME!
    c’est DINGUE! les premières leçons de l’écologie c’est JUSTEMENT que les cause sont pas uniques ! et la défiance envers toute schématisation brute et primaires!
    Pour le reste, on va pas chialer parce que tu offre et de bon conseil le reste (ton expérience de terrain réele), même si cela existe en version payante et papier, hihi!
    Manquerait plus qu’ont’ en fasse « procès » , comment ça ? c’est déjà fait ? ;o)
    Hop, c’était ma « morale-tasbasco » qui – finalement – ne vaut guère mieux…

  19. Impayable, décidement ce JF
    Réflexion pour réflexion, j’échange la mien mienne! au tabasco!
    Jiheffe, tu écris :
    [ Soyez également conscients de l’impact que vos trajets en avion ont sur cette nature qui paradoxalement est souvent le but de nos voyages… J’ai récemment pris l’habitude de compenser les émissions carbone causées par mes billets d’avion sur le site actioncarbone.org. Si cet article vous a donné envie de voyager, j’espère qu’il vous donnera aussi l’envie de faire ce minuscule geste pour l’environnement. À cette condition, voyagez sans entraves, tant que vous le pouvez et tant que cela reste possible… ]
    « Nouveaux terrorisme » le même que celui très « Bushien » de « l’axe du mal », la même « mécanique » , avec « en prime » la cupabilisation, la marque des « prêtres » q’ils soit psys, curés, ou touts autres « impuissants » ( » le pouvoir dernier degré de l’impuissance » , dixit Gilles Deleuze…).
    Alors le Jiheffe il culpabilise avec ses trajets en navions qui puent du pot, et il « achète » sa rédemption avec des ticket « carbone » pour sauver la planêteuh!
    mais précise = « autant se gaver avant que… »
    Nous avons là tout le « résultat » de = YAB, N.Mulot, Al GOREt = « neurasthénie nihiliste instillée! céfoutu!…
    Alors mes frères, « profitons » avant que… et avec cette « belle culpabilité qui sert de drap de conscience » moralisons à tour de bras!
    mais… consommons! et surtout ne « refléchissons pas « , restons bien dans les « slogans », « postures » et re-surout, ne sortons pas du cycle infernal des « impuissants » = culpabilisations, rédemptions! « repentance » ,ne sortons pas de l’obscurantisme!
    Ainsi, les têtes plates le resteront !
    Doit-on en rire ou pleurer ?
    Rions d’un grand rire Rabelaisiens, avec un arrière gout de « désabusion » cF Nino Ferrer) …
    Attention JF, je ne te culpabilise pas! ni te fait « procès » (beurrk!)
    En gros = tu achète ton « pardon » et le droit de consommer… vie le « ticket carbone »
    Mais MERDE! JF, assume! et rends toi compte du ridicule de ce genre de morale-chamalow!
    Cela est très « pervers » = ous orme de responsabilisation et reflexion cela instille le contraire : dé-responsabilisation par l’absence de vraie questionnement, de « mesure » et « démission » par – encore – l’achat !
    CARBONE! le NOUVEAUX TERRORISME!
    c’est DINGUE! les premières leçons de l’écologie c’est JUSTEMENT que les cause sont pas uniques ! et la défiance envers toute schématisation brute et primaires!
    Pour le reste, on va pas chialer parce que tu offre et de bon conseil le reste (ton expérience de terrain réele), même si cela existe en version payante et papier, hihi!
    Manquerait plus qu’ont’ en fasse « procès » , comment ça ? c’est déjà fait ? ;o)
    Hop, c’était ma « morale-tasbasco » qui – finalement – ne vaut guère mieux…

  20. Merci pour ce tres interessant article.
    Les conseils sont plutot judicieux meme si ils ne sont pas forcement applicables tout le temps.
    Moi j’adore voyager mais il y a tellement a voir que je pense pas forcement retourne plusieurs fois dans le meme endroit.
    De ce fait, il y a des passages obliges dans les endroits qui sont deja photographies 1000 fois dans des conditions bien meilleures que celles que l’on aura sur place.
    De plus voyageant en amoureux ou en famille, il y a forcement aussi le cote photo souvenir.
    Mais tous ces conseils permettront de ramener au milieu des cliches de vacances quelques belles photos surtout le fait d’inclure l’autochtone dans la photo (d’ailleurs il va falloir que je refasse certains voyages).
    Bien entendu, je ne parle pas des photos de vacances ou je photographie mes enfants car ce sont les plus belles :-)

  21. J apprecie de lire la tirade sur le mato pro pas indispensable,
    maintenant…tu n as plus qu a essayer un IMAC 24 et tu verras…tu diras aussi la meme chose pour le matos informatique:)

  22. Ton article m’a beaucoup plu!
    Je trouve tes avis quand au matériel très pertinents, bien plus que certaines « critiques » qui sont faites dessus.
    Tes clichés magnifiques donne cette envie de partir et suivre tes traces. Et comme le dis Biblio, il est possible de faire la même démarche même si on n’a pas cette possibilité d’aller très loin.
    Bonne continuation!

  23. J’ai mal lu peut être mais as tu parlé de filtres polarisants ? en utilises tu pour avoir des ciels bien bleus ? Si oui, il aurait été intéressant d’en parler. Félicitations pour cet article qui nous permet de suivre les meilleurs conseils d’un photographe pro voyageur…Vraiment super..

  24. Je viens de lire les post vous parlez vraiment trop de matos à mon goût,soyez amoureux de votre sujet et vous réaliserez de plus belles images, la photographie n’est qu’un prétexte à la rencontre de l’autre,homme femme paysage…
    Ne jalousez pas les pros qui ont des optiques de folies,Ne croyez pas que c’est Monsieur Canon ou Nikon qui résoudra votre déficit émotionnel.
    Soyez vif,curieux,allez au spectacle,musée,ciné,lisez.
    La rencontre est près de vous…
    Ne soyez pas « fauxtographe » mais « vraitographe ».
    DR. feelgood.

  25. La photo c’est comme l’amour, on n’a pas eu besoin de m’expliquer de a a z comment le faire, et pourtant ma première copine se rappelle encore après 40 ans.
    Faite des photos et faite l’amour :))

  26. Excellent, je decouvre avec joie que certaines de mes recentes acquisitions semblent etre de bons choix, comme le petit Canon 50mm f1.8 II (60 Euros a Hong Kong le mois dernier…) ou le 10-22 EFS F3.5-4.5 (465 Euros).
    J’ajouterais a ta liste mastos de voyage la protection silicone Armor qui habille mon 30D et le protege efficacement des petits chocs, frottements repetes, voire meme de la petite pluie, et offre en plus une excellente prise en main. Je ne peux plus m’en passer.
    Voila, desole Docteur Feelgood pour ces 2 paragraphes qui m’ont echappes des doigts ;-) Tu as raison, la photographie est avant tout une histoire de sensibilite, de « lecture », de ressenti de ce qui nous entoure, de feeling. J’ai toujours un peu de mal a faire des photos le 1er jour de mon arrivee dans un nouveau pays. J’observe, respire les lieux, m’impregne.
    Mais sans matos ad hoc, on revient frustré de n’avoir pu capturer la substantifique moelle… Mais d’un autre cote (et la, ca devient complique ;), comme le dis egalement JF, la course a l’armement doit avoir ses limites, et on peut faire de splendides photos tres inspirees et de grande qualite a partir de boitiers non-pro. Il suffit d’etre passionne. En temoigne ces photos prodigieuses faites a partir d’un « simple » 400D. Du grand art. Jettez un coup d’oeil sur cristaldegrive.com (et je vous assure que ce n’est pas de la pub, je ne connais pas ce type).
    Super JF, continue, j’adore ce que tu fais, photos comme blog (meme si je ne partage pas tout, comme ton avis sur LR & Aperture… oups ;-X), et bien le bonjour des Philippines (et de Sylvain) ! Je suis sur tes traces en photographiant ce superbe pays ;-)

  27. Salut à tous, salut à Bige (toujours en forme avec des point de vues pas tendres, mais intéressants tout de même. Bien que tu pourrais dire les même choses plus simplement je crois ;-)
    Merci pour tous ces commentaires ! Je répondrais un peu plus longuement dès que possible… Pour l’instant, je reprends l’avion !

  28. Pour la photo du « tourné d’étoiles », j’atteste que ça a bien été fait avec le 400D, et 1heure de pose environ avec la télécommande vérouillée, un coup de flash dans la tente et un réveil pour ne pas oublier d’arrêter la pose ;)
    Vincent

  29. Je ne suis pas du tout convaincu par le conseil de changer l’heure et la date en fonction du fuseau horaire !
    L’avantage invoqué est le tri, mais justement, pour le tri, il est important que les timestamps se situent tous dans le même fuseau ! Par exemple, je fais quelques photos dans un état américain à 14h05. Je passe 30min plus tard dans l’état voisin qui a 1h de moins. Si je change l’heure de mon APN, et que je refais des photos, elles auront comme heure 13h35 ! Et c’est précisement le tri qui va partir en vrille. Tout risque d’être mélangé autour des changements de fuseaux.
    Et je ne parle même pas de la situation où on mélange des photos de plusieurs sources, de zones différentes, et qu’on veut les trier par moment de prise de vue…
    Les vraies solutions que je vois, plus ou moins réalisables:
    – La vraie solution probablement: ajouter le fuseau au standard EXIF. On pourrait le choisir sur l’APN, le faire écrire dans chaque photo, et lire par les logiciels. Le timestamp serait toujours en GMT.
    – toujours régler son APN à l’heure GMT et ajouter le fuseau dans Lightroom ou Expression Media après coup (avantage: le tri est toujours bon. Inconvénient: il faut une gymnastique ou des outils pour calculer l’heure locale)
    – utiliser GPSDateStamp du standard EXIF : http://www.cpanforum.com/threads/4790 (pas essayé, c’est juste le résultat d’une recherche Google rapide)
    Je dis ça car j’ai été moi même confronté au problème. Je continue à utiliser l’heure locale, mais je cherche autre chose, pour pouvoir faire un tri correct, et aussi éviter les casse-têtes quand on oublie de changer l’heure…

  30. Hello ! Oui dans ce cas précis (décallage d’une heure fréquants) je suis d’accord avec toi…
    Mais pour des décallages important de 6h ou plus, t’est plus ou moins obligé (d’autant que le problème que tu évoque disparait, sauf à disposer d’un appareil de télétransportation).
    En fait ce qui me pose problème c’est d’avoir des images de coucher de soleil avec une heure de 11h30 par exemple !
    En tous cas le pire est d’avoir deux boîtiers désynchronisés…

  31. Bonjour Jean-François,
    Merci de donner accès gratuitement à ces informations au bout d’un certains temps. Quoi de plus normal de les faire payer au départ….
    J’en profite pour te demander conseil : je dois partir en voyage de trois semaines au vietnam bientôt. Au réflexe argentique depuis plusieurs années, j’ai récemment fait le virage pour le numérique (canon 40d + sigma 18-50).
    Mes vieilles optiques sigma, n’étant pas totalement compatible, je me demandais dans quelles mesure, j’avais intérêt à prendre une autre optique type 100-300 ou 70-200 de chez canon, sigma ou tamron (budget max 600-800E). Dans l’absolu j’opte au moins pour une optique stabilisée, car j’ai été « horrifié » de voir ce « flou du bougé » aussi perceptible sur du numérique, comparé à ma pratique de réflexe argentique simple, sur lequel je n’avais pas ce genre de problème.
    Par avance, merci
    G*

  32. Quelle drôle de broderie sur le tablier de la fille sur la deuxième photo!
    J’imagine que cette croix n’a pas la même signification partout.

  33. Cette croix sur le tablier fait certainement parti de sa religion. Habitant en Thailande, je la vois aussi régulièrement, et renseignement pris cela fait effectivement parti de ses croyance

  34. Mise au point sur cette croix (appelé LE Svastika et non pas LA), ici :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Svastika
    et là :
    http://podcast.sondelespoir.com/le-svastika-un-symbole-bouddhiste-mal-connu/632/
    C’est donc un très ancien symbole ( que l’on peut voir sur le thorax) utilisé depuis des milliers d’années dans pratiquement toutes les civilisations humaines comme signe de bonne chance, de protection, comme une matérialisation de la vie et du changement des saisons dans une année.
    Il prend souvent une forme rayonnante à 4 branches souvent, mais on connaît des formes avec seulement trois branches, (comme dans la figure celte)
    A l’origine, il pouvait être une représentation du soleil et de la lumière comme énergie première, source de toute vie et de toute perpétuation de la vie. Il aurait pu représenter le feu.
    Ce terme svastika, qui d’ailleurs est masculin et non pas féminin comme on l’entend souvent est un mot sanscrit, un ancien langage de l’Inde, composé des syllabes « su » qui veut dire « bien », « asti » qui signifie « être » et « ka » qui termine le mot. Donc ça veut dire « qui est bien » , « cela est bien », mais aussi être heureux.
    Certains parlent du « su » , donc le bien , mais aussi de « vastu » , habitation, signifiant ainsi « maison heureuse », c’est à dire que ce symbole servait à attirer la chance sur la maison, les biens et les personnes.
    C’est aussi un signe de mouvement circulaire, de l’incessant mouvement de l’univers comme la terre en constante rotation, ainsi que le signe de la renaissance.
    On dit enfin que c’est le signe des grands éveillés tels les bouddhas et les bodhisattvas de hauts rangs.

  35. Mise au point sur cette croix (appelé LE Svastika et non pas LA), ici :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Svastika
    et là :
    http://podcast.sondelespoir.com/le-svastika-un-symbole-bouddhiste-mal-connu/632/
    C’est donc un très ancien symbole ( que l’on peut voir sur le thorax) utilisé depuis des milliers d’années dans pratiquement toutes les civilisations humaines comme signe de bonne chance, de protection, comme une matérialisation de la vie et du changement des saisons dans une année.
    Il prend souvent une forme rayonnante à 4 branches souvent, mais on connaît des formes avec seulement trois branches, (comme dans la figure celte)
    A l’origine, il pouvait être une représentation du soleil et de la lumière comme énergie première, source de toute vie et de toute perpétuation de la vie. Il aurait pu représenter le feu.
    Ce terme svastika, qui d’ailleurs est masculin et non pas féminin comme on l’entend souvent est un mot sanscrit, un ancien langage de l’Inde, composé des syllabes « su » qui veut dire « bien », « asti » qui signifie « être » et « ka » qui termine le mot. Donc ça veut dire « qui est bien » , « cela est bien », mais aussi être heureux.
    Certains parlent du « su » , donc le bien , mais aussi de « vastu » , habitation, signifiant ainsi « maison heureuse », c’est à dire que ce symbole servait à attirer la chance sur la maison, les biens et les personnes.
    C’est aussi un signe de mouvement circulaire, de l’incessant mouvement de l’univers comme la terre en constante rotation, ainsi que le signe de la renaissance.
    On dit enfin que c’est le signe des grands éveillés tels les bouddhas et les bodhisattvas de hauts rangs.

  36. Mise au point sur cette croix (appelé LE Svastika et non pas LA), ici :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Svastika
    et là :
    http://podcast.sondelespoir.com/le-svastika-un-symbole-bouddhiste-mal-connu/632/
    C’est donc un très ancien symbole ( que l’on peut voir sur le thorax) utilisé depuis des milliers d’années dans pratiquement toutes les civilisations humaines comme signe de bonne chance, de protection, comme une matérialisation de la vie et du changement des saisons dans une année.
    Il prend souvent une forme rayonnante à 4 branches souvent, mais on connaît des formes avec seulement trois branches, (comme dans la figure celte)
    A l’origine, il pouvait être une représentation du soleil et de la lumière comme énergie première, source de toute vie et de toute perpétuation de la vie. Il aurait pu représenter le feu.
    Ce terme svastika, qui d’ailleurs est masculin et non pas féminin comme on l’entend souvent est un mot sanscrit, un ancien langage de l’Inde, composé des syllabes « su » qui veut dire « bien », « asti » qui signifie « être » et « ka » qui termine le mot. Donc ça veut dire « qui est bien » , « cela est bien », mais aussi être heureux.
    Certains parlent du « su » , donc le bien , mais aussi de « vastu » , habitation, signifiant ainsi « maison heureuse », c’est à dire que ce symbole servait à attirer la chance sur la maison, les biens et les personnes.
    C’est aussi un signe de mouvement circulaire, de l’incessant mouvement de l’univers comme la terre en constante rotation, ainsi que le signe de la renaissance.
    On dit enfin que c’est le signe des grands éveillés tels les bouddhas et les bodhisattvas de hauts rangs.

  37. Mon avis est que monter au-delà de 12 megapixels est vraiment inutile et même un peu ridicule si l’on songe à l’exploitation qui sera faite des photos par la suite. 

    Un commentaire 8 ans après ? 5DS de 50 MP? ;)

  38. Vraiment magnifique ce que vous faites ! j’essaye d’aprendre la photographie afin d’alimenter mon blog de l’artisanat http://www.artisanat-marocain.ma/ avec des photos de poterie et de tapis, mais c’est tellement pas facile comme il parait d’un premier coup.

  39. Cet article a peut être dix ans, mais en dehors de l’aspect technique des modèles forcément dépassés, le reste est encore intéressant à lire…et surtout toujours aussi pertinents.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.