web analytics

BenQ SW2700PT : un excellent écran 27 pouce à 699€

33
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

L’arrivée de BenQ en France bouleverse la donne sur le marché des écrans « photo » en 27 pouces, en proposant des caractéristiques que l’on ne trouvait que sur des écrans autrefois beaucoup plus cher… (beaucoup trop chers même) !

Durant trois semaines. j’ai essayé ce BenQ SW2700 PT, que l’on trouve à 699 € chez Amazon ici. ou ici à 699 € en boutique et en ligne chez Le Cirque. Ou encore ici (avec une offre spéciale pour les membres de la FPF)… A ce prix on pourrait se dire : ou est le piège ? Après trois semaines d’essai, je n’ai pas vraiment trouvé de « piège », c’est donc « une affaire »… La diagonale est de 27 pouces (69 cm), ratio 16/9em, c’est classique et la résolution de 2560 x 1440 pixels, supérieure au Full HD.

_1170083_blog_1078pxC’est bien assez pour de la photo (je ne lorgne pas encore sur les modèles 5K, ce sera pour beaucoup plus tard)… Avant de passer à la calibration, il faut monter votre écran… Facile, tout s’emboite sans outil. Même le support de pied, qui présente l’avantage de ne pas être trop encombrant sur le bureau. L’ajustement vertical est « sans efforts » : le poids de l’écran (étonnamment léger) est parfaitement compensé…

 

 


Installation matérielle : comment peut-on imaginer travailler sur un écran d’iMac (qui ne pivote pas et ne se règle pas verticalement)… Un écran fixe : c’est la catastrophe assurée pour vos vertèbres cervicales…

Ici, la colonne de soutien verticale propose un grand débattement. Elle est même graduée (pour noter la bonne hauteur et la retrouver)… Ainsi, l’écran peut être levé « assez haut » : au niveau des yeux (au maximum 19 cm entre la table et le bas de l’écran). Ce qui permet de travailler (éventuellement) avec votre portable posé sous l’écran (photo suivante) :

_1170111_blog_1078px

Le portable disposé devant (ou sous) l’écran : j’ai testé et ça marche bien… Notament avec le Mode « Double Ecran » de Lightroom… Disposez la grille en bas : les raccourci « g » et « maj. g » servent à alterner la position de la vue Loupe et de la vue grille. Ci dessus par exemple : c’est « Maj g » (l’écran principal étant attribué au 27 pouce, l’écran du Macbook devenant « l’extension » (écran secondaire).

Connectez la souris au Hub USB3 de l’écran, cette disposition vous dispensera d’acheter un clavier. Vous aurez trois câbles à brancher : le Mini Display (fourni), le cable USB 3 et l’alimentation. Inutile d’investir dans un Hub Thunderbolt (encore un truc inutile comme sait bien générer l’univers Apple).

L’écran peut aussi descendre très bas au niveau de la table, pour quasiment « reposer sur son pied ». Intéressant pour certains espaces de travail trop hauts (genre table d’architecte) : il peut descendre à seulement 5 cm (entre la surface de la table et le bord inférieur de l’écran).

_1170097_blog_1078px

Utile aussi lorsque par exemple, vous souhaitez poser provisoirement un Macbook Pro « à côté » de l’écran (c’est souvent le cas, lorsque je reçois des clients en formation Lightroom : je les branche sur un écran calibré pour qu’ils comprennent ce que ça change et « redécouvrent leurs photos »)…

Si vous ne disposez pas d’un support pour élever ce portable « à hauteur » de l’écran, il faut descendre l’écran (et l’orienter perpendiculairement à l’axe de votre regard). Ainsi, en mode « écran étendu », vous diminuez la différence d’altitude entre les deux.

 

 


Finition : Le « grain anti reflet » de la surface est très fin (CF photo). Vous constaterez juste un très léger satiné… Mais il est assez fin pour ne pas « troubler » la sensation de netteté apparente des photos (comme certains écrans mats un peu trop granuleux). On peut voir ci-dessous le reflet de la fenêtre « cassé » par ce fin « dépoli satiné », dont c’est la fonction.

_1170092_blog_1078px

 

 


Bascule facile et poignée magique : je n’avais jamais remarqué ça sur mes précédents écrans. Mais celui-ci dispose d’une poignée magique en haut de la colonne. Elle permet de le transporter plus facilement d’une table à l’autre (plus facilement que tous les autres modèles que j’ai possédé jusqu’à présent).

C’est tout simplement très pratique, rien que pour le positionner au bon endroit sur votre bureau… La main gauche attrape la poignée, la main droite se glisse sous le support de pied : et hop, même Sharon avec ses « petits bras » le décolle du bureau !

 

Notre écran BenQ peut aussi basculer facilement en Mode Portrait (contrairement à mon Dell U2711). Ce qui est pratique pour accéder aux différentes connectiques (sous l’écran)… Mais aussi utile pour travailler dans Lightroom en double écran (avec un des deux en vertical). Je rappel le raccourci : « maj. g » pour envoyer la grille sur l’écran secondaire que je place souvent verticalement à droite (ci-dessous) :

L’affichage en double écran d’Adobe Lightroom est extraordinaire, la vue grille bascule au choix de l’écran de gauche à droite, ce qui permet d’utiliser un second écran en mode portrait pour afficher ses images verticales.

Puis tapez « g », pour revenir à la position classique : grille à gauche sur l’écran principal (ci-dessous) :

L’affichage en double écran d’Adobe Lightroom est extraordinaire, la vue grille bascule au choix de l’écran de gauche à droite, ce qui permet d’utiliser un second écran en mode portrait pour afficher ses images verticales.

Depuis la version Lightroom 2 (en 2008), l’affichage en double écran est extraordinaire : la vue grille bascule au choix de l’écran de gauche à droite. Ce qui permet d’utiliser un second écran en mode portrait pour « mieux afficher » les images verticales.

 


Connections efficace et lecteur de SD en USB3 à 85 Mo/sec : sur le côté gauche, vous trouverez deux ports USB 3.0 et un lecteur de carte SD. Et sous l’écran se trouve les connexions suivantes : 

  • Arrivée secteur
  • Port USB servant à la télécommande
  • Sortie audio Mini jack
  • Entrées vidéo : DVI + HDMI + DisplayPort
  • Prise d’arrivée de l’USB 3.0 (venant de l’ordinateur)
  • Par contre : pas de connectique VGA (ce n’est pas très grave, car ce type de connection date un peu).

 

0000_SCREEN_JFV 597Je n’utilisais pas les lecteurs de carte SD intégrés aux écrans, jusqu’alors. Mais celui-ci est en USB3… J’ai mesuré une vitesse de lecture de 85 Mo/sec (avec Blackmagic Disk Speed test).

C’est à dire exactement la même vitesse que le lecteur intégré à Mon Macbook Pro. Ou que mon lecteur externe Lexar USB3 (SD + CF). Il ne faudra donc pas hésiter à l’utiliser ! Notamment si vous possédez un autre lecteur de carte USB3 : vous pourrez décharger plusieurs cartes d’un coup avec Lightroom, relire ceci).

Ultime raffinement : une petite télécommande filaire ronde (USB), se place à la base du pied (ou à côté si vous préférez). Elle permet de naviguer plus facilement dans les Menus OSD, par ailleurs très bien conçus. Pourquoi pas, c’est pratique pour ceux qui désirent vérifier la calibration parfaite de leur écran, tous les deux ou trois mois…

Elle permettra aussi de basculer rapidement d’un profile colorimétrie à un autre (lire plus bas), voir en Mode Monochrome (utilisé discutable).

 


Calibration Hardware d’usine : dès l’allumage on a une belle sensation d’uniformité… Je n’ai pas les moyens de la mesurer, mais à l’oeil : l’écran semble très régulier y compris dans les coins.

Il est « neuf » évidemment ! Et c’est le genre de chose qui évolue avec le temps. Impossible de dire aujourd’hui comment cette caractéristique évoluera au bout de 4 ou 5 ans, ce qui est la « durée de vie » que l’on peut espérer d’un tel produit. Garder un écran photo, plus que 5 ou 6 ans, me parait assez dangereux

L’éclairage provient de diodes blanches sur 10 bits (au lieu de 8 sur d’autres écrans). La dalle AHVA couvre 99% de l’espace Adobe RGB. La technologie AHVA (Advanced Hyper-Viewing Angle) est proche de l’IPS et propose des angles de vision confortables (178°/178°). Le temps de réponse est de 5 ms et la fréquence de rafraîchissement maximale est de 60 Hz. Il ne s’agit pas d’un écran adapté aux jeux vidéo…

Lors de l’allumage de l’écran, vous pouvez sélectionner dans les préférences système de OSX le profile d’usine, qui apparait dans l’Utilitaire Moniteur > Couleur. Déjà à cette étape, l’écran semble relativement neutre et adapté à ‘l’usage photo ». Je peux en juger « à l’oeil » à mon fond d’écran habituel : mais attention, ne vous fiez pas trop à vos yeux car ils vous trompent. Comme 100% des écrans « sortis de la boite » sans configuration, il est par défaut « trop lumineux » pour la retouche photo…

_1170093_blog_1078pxMais il semble déjà tellement mieux qu’un écran d’iMac, qui « sort de sa boîte » tel un diable de la colorimétrie :  à quelque chose comme 9000 Kelvin (c’est incroyablement froid) et à la luminosité fantastique de 350 cd (vous pouvez éclairer votre cuisine avec ça et couper des légumes).

Alors qu’il faudrait « cibler » pour une utilisation photo polyvalente : quelque chose comme 6500 Kelvin et 120 cd… Rappelons que les « Ayatollahs » de la couleur recommandent 5000 K et 80 cd, ce qui oblige à travailler dans une pièce sombre (mais jamais complètement noire).

 


Calibration avec une sonde : un « trou » dans la casquette est prévu pour passer la sonde… Bien vu, une glissière permet de fermer le trou, en temps normal (la visière est d’ailleurs très bien conçue en général : facile à monter et pas « bancale »). L’iintérieur est couvert de feutre noir anti statique, qui absorbe très bien les reflets éventuels.

J’ai réalisé une première calibration en utilisant la sonde i1 Display Pro et son logiciel… Pas de problème.L’affichage me semble idéal et conforme à celui de mes autres écrans calibrés.

_1170106_blog_1078px

 


Utilisation du logiciel Palette Master Element, fourni par BenQ. Le logiciel fourni avec l’écran pilote la X-Rite i1 Display Pro (et d’autres sondes comme la Datacolor Spyder 4). A noter que le CD livré dans la boîte ne contient que la version PC… Mais, comme il est de toutes façons indispensable de télécharger la « dernière » version, ça ne change pas grand chose… C’est donc à télécharger par ici, en versions Mac et PC :

http://www.benq.com/product/monitor/sw2700pt/downloads.

Le Menu OSD de l’écran (OSD signifie « On Screen Display ») permet de mémoriser deux (ou quatre ?) profiles de calibration différents, utile si vous travaillez avec deux types de clients. Par exemple un premier plus exigeant (plus chaud et moins lumineux) adapté à l’impression. Et un second plus « polyvalent (et moins exigeant), par exemple adapté au web et à l’utilisation courante…

Vous pouvez basculer de l’un à l’autre rapidement : d’une seule pression sur un bouton (un des boutons sous l’écran, ou en utilisant l’accessoire USB qui se place à la base du pied). J’ai choisi d’enregistrer ma calibration dans l’emplacement : « Personnalisé 2 ».

Ensuite pour la création de votre calibration, le logiciel propose trois « Modes pré réglés » de calibration, qui peuvent être évidemment personnalisés (lire notre prochain article à ce propos…). Par exemple,  j’ai évité le Mode « Graphisme » : basé sur un réglage à 5000 Kelvin (que je trouve horriblement chaud, même si c’est la température qui serait théoriquement recommandé pour respecter la théorie). Il existe aussi un « Mode Webmaster », que je n’ai pas testé.

J’ai opté pour le premier Mode  : le « Mode Photographe », qui est basé sur une température à 6500 Kelvin (c’est mon choix en général). Par contre je n’ai pas utilisé la « cible » à 160 cd (candela, CF Définition) proposée par ce Mode. Ce qui est un peu trop lumineux (d’après les experts) pour de la retouche photo. Le risque : que vous trouviez vos noirs « un peu clairs » et manquant de densité… Ce qui vous conduit donc à corriger vos images en les assombrissant exagérément. Résultat : vos images imprimées seront « trop denses » et les noirs sans nuances.

Parenthèse : c’est le même phénomène de « compensation », qui pousse certains utilisateurs à « exagérément réchauffer » leurs photos, à cause de leur écran « trop froid » sorti d’usine (pour des raisons marketing : briller et attirer l’oeil des clients dans les « showrooms » des grandes surfaces)… Pire : ceci est amplifié par le fait qu’ils travaillent dans un bureau éclairé par des lampes à incandescence trop « oranges » : ce qui par contraste fait paraitre leur écran encore plus bleu. Du coup, ils compensent en « réchauffant exagérément » les photos, CQFD. Fin de la parenthèse.

Une cible à 120 cd (ce que j’ai choisi) est plus recommandable que les 160 proposés par le logiciel : tout en restant « assez polyvalente » : cela « passe », même dans une pièce bien éclairée. Attention, l’idéal étant théoriquement de 100 cd voir 80 cd (selon les « Ayatollahs » de la retouche photo). Mais je trouverais ça vraiment sombre dans l’environnement dans lequel je travaille.

On remarquera que dans ce Mode de calibration Hardware, le bouton « physique » de réglage de la luminosité de l’écran est désactivé. Ce qui est une très bonne chose : puisqu’un profile d’écran donné, n’est valable que pour la luminosité ciblée, décidée pendant sa création. Après une caractérisation d’écran par une sonde, il ne faudrait plus changer la luminosité « matérielle » d’un écran. C’est pourquoi BenQ la « bloque ».

0000_SCREEN_JFV 593

La procedure de calibration avec ce logiciel a été beaucoup plus longue (de longues minutes) qu’en utilisant le logiciel fourni avec la i1Display Pro (sa dernière version est très optimisée et rapide).

Je ne sais si c’est une question d’optimisation du logiciel (possible), ou peut-être à cause du temps nécessaire pour écrire le Profile dans la Table LUT interne de l’écran (je suppose pourtant que le logiciel i1 le fait aussi) ?

0000_SCREEN_JFV 591Il s’agit d’une calibration Hardware (également enregistrée dans l’écran), ce qui veut dire que vous changez de Mac, vous allez retrouver la calibration réalisée sur votre précédente machine. Le logiciel vous demande d’ailleurs de connecter en USB votre écran lors du lancement, comme vous le constatez ici :

 

 


Ma conclusion : Ma philosophie en matière d’écrans, a toujours été de privilégier un affichage « suffisamment qualitatif », mais d’éviter de « dépenser trop »… Car on sait bien que dans les prochaines années, les écrans continueront à progresser. Donc au delà de 1000 € l’écran : je considère cela comme « déraisonnable ». Il vaut mieux mettre de l’argent dans vos objectifs.

Car, autant l’affichage de vos photos pourra s’améliorer avec le temps (en changeant d’écran dans 2 ou 3 ans ou même avant)… Autant les photos prises avec un mauvais objectifs aujourd’hui : resteront dans leur état d’origine et ne pourront pas être « améliorées plus tard ». 

J’ai apprécié : 

  • Calibration Hardware (passe d’un Mac à l’autre sans recalibrer)
  • Utilisable « sortie du carton » avec certificat pour chaque exemplaire
  • Couverture précise de l’Espace Adobe RVB (99% et même plus)
  • Qualité de fabrication : casquette, pied… poids contenu.
  • Grande latitude et facilité de réglage en hauteur
  • Bascule possible en Mode portrait
  • Astuces pratiques : la poignée de transport…
  • Proposé avec une télécommande USB « OSD Controler »
  • Menus OSD assez pratiques
  • Possibilité d’alterner entre plusieurs profiles de calibration
  • Le lecteur de carte SD en USB3 (testé à 85 Mo/sec)
  • Le logiciel  de calibration fourni
  • Le prix doux (à moins que ce soient les autres qui soient trop chers ?)

Les défauts : 

  • Pas adapté au jeux
  • Calibration proposée par défaut un peu trop lumineuse (160 cd)
  • Pas de prise VGA (ça ne dérangera pas grand monde).
  • Fiabilité inconnue (marque encore peu connue dans ce domaine)…

 

Premier écran photo très ambitieux, mais accessible
  • Construction et finition - 85%
    85
  • Colorimétrie - 90%
    90
  • Esthétique - 75%
    75
  • Ergonomie - 85%
    85
  • Fonctionnalités - 90%
    90
  • Pertinence du prix - 95%
    95

L’extrait

Après calibration l’écran BenQ SW2700 PT me semble quasi parfait, je ne vois pas grand chose à lui reprocher. Et surtout : je ne vois pas beaucoup de raison de « dépenser plus » pour un écran photo en 2016 !

A 699 € € ici (encouragez votre blog en suivant ce lien), BenQ vient d’envoyer un grand coup de pied dans la « petite fourmilière » du marché des écrans "Arts Graphiques". D’autant que la finition et la qualité de fabrication sont plutôt « très correctes ». Vous pouvez foncer !

86.7 %

 

 

PS : Je prépare par ailleurs, un article plus complet concernant la calibration des écrans…

 


Annexe 1 : Après calibration Hardware du couple BenQ + X-Rite i1Display Pro, comparons les profiles d’écran obtenu, avec les espaces sRVB et Adobe RVB 98. J’ai utilisé la visualisation en 3D de l’utilitaire Colorsync d’Apple…

0000_SCREEN_JFV 5891 / Profile obtenu pour le BenQ 2700PT (grille), face à l’espace Adobe RVB 98 (forme pleine) : on voit qu’il a été conçu pour coller au plus près à ces spécifications. Il est censé en reprendre 99% (car un fabricant ne peut garantir d’être exactement à 100%). Mais en fait on constate que l’espace de l’écran excède légèrement l’espace Adobe RVB en pratique (aux erreurs d’expériences près, disons qu’il est très proche) : 

 

 

0000_SCREEN_JFV 5902 / Profile du BenQ 2700PT (grille), face à l’espace sRVB (forme pleine) : aucun doute sur le fait que l’espace esRVB est un espace « plus étroit »… Que l’Adobe RVB 98 (qui a été conçu pour coller aux besoin de l’impression et de la conversion RVB vers CMJN) : 

 

 

0000_SCREEN_JFV 5883 / Profile du BenQ 2700PT (grille), face au Profile du Macbook Pro 13 Retina (modèle le plus récent) calibré par le même sonde (forme pleine) : on comprend tout l’intérêt de brancher un portable à un écran externe de qualité… Toutes les couleurs située dans le « vide » entre les deux profiles, ne peuvent être affichées sur votre écran de portable :

 

 

0000_SCREEN_JFV 5874 / Profile du BenQ 2700PT (grille), face au Dell U2711 (forme pleine) datant de 2011 : ce dernier semble légèrement décalé vers les couleurs chaude (rouges et violet) et épouse moins « régulièrement » l’espace Adobe RVB : 

 

 

 

 


Annexe 2 : Petite galerie photo : quelques détails intéressants…

La Photo n°1 : écran du logiciel de calibration fourni avec l’écran : Palette Master Element.

Les Photo n°2, 3, 4, 5 : profiles d’écran (lire ci-dessous annexe n°1)

La Photo n°6, 7, 8 : le rapport de calibration sorti d’usine pour votre exemplaire de l’écran

La Photo n°9 : le pied et la colonne réglable en hauteur avant le montage.

Les Photo n°12 et 13 : exemples du Menu OSD.

Dernières Photo : position en Mode Portrait.

 

 


Annexe 3 : Caractéristiques techniques

DALLE
Technologie de dalle AHVA
Diagonale 27″ (69 cm)
Définition 2560 x 1440 (WQHD)
Format  Large (16:9)
Pitch 0,233 mm
Fréquence de rafraîchissement maximale 60 Hz
Angles de vision (H°/V°) 178°/178°
Luminosité (maximale) 350 cd/m²
Rapport de contraste natif 1000:1
Temps de réponse (gris-à-gris) 5 ms
Temps de réponse (noir-à-noir) 12 ms
Dalle anti-reflets Oui

 

SPÉCIFICITÉS COLORIMÉTRIQUE
Couverture Adobe RGB 99%
Profondeur des couleurs 10-bit

 

CONNECTIQUE VIDÉO
DVI DVI-D Dual-Link (x1)
HDMI HDMI (x1)
DisplayPort DisplayPort (x1)
Version DisplayPort DP 1.2

 

CONNECTIQUE DIVERSE
Prise casque Oui
Hub USB Hub USB 3.0 (x2)

 

ERGONOMIE
Inclinaison avant/arrière Oui
Rotation droite/gauche Oui
Pivot Oui
Détachable Oui
Montage VESA 100 x 100 mm
Réglable en hauteur 150 mm

 

CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES
Couleur cadre Noir
Dimensions sur pied 567 x 653 x 323 mm
Dimensions sans pied 445 x 653 x 323 mm
Poids avec pied 9,2 kg
Poids sans pied 8,3 kg
Accessoires et fonctions Fourni avec câble DVI, câble mini-DisplayPort vers DisplayPort et câble USB 3.0. Fourni avec casquette d’écran

 

CARACTÉRISTIQUES ÉNERGÉTIQUES
Bloc d’alimentation intégré Oui
Label énergétique Energy Star 6.0

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

33 commentaires

  1. Parfaitement d’accord avec votre philosophie de privilégier un affichage « suffisamment qualitatif », n’en déplaise à M. X (…. )

    Bref, merci pour cette prise en main très complète.

  2. Très alléchant ce moniteur ! Beaucoup de « spécialistes » ne jurent que par les moniteurs de marque Eizo ou Nec. JF, vois-tu une réelle différence avec tes photos sur un moniteur Eizo et celui d’un autre modèle dit « Arts Graphiques » ?

    Perso, à moins d’être graphiste ou retoucheur de photos pro, je préfère comme tu dis, mettre plus d’argent dans des nouveaux objectifs  ou un nouveau boitier, mais c’est juste mon simple avis de photographe amateur passionné.

    Et merci beaucoup pour ce test JF.

    A +

  3. Ah ouais, bien sympa et utile ce test. Je ne savais pas qu’on pouvait trouver une casquette a ce prix ! Malheureusement BenQ est tres cher au Japon au contraire de Dell, mais leurs hubs USB sont minables (j’ai change 4 fois d’ecran en 8 mois, ce n’est pas une blague). Et lorsque les Dell reconnaissent la calibration hardware, c’est uniquement via leur soft sous Windows, pas sous Mac.

     

    Bref : c’est une bien bonne idee de proposer d’autres marques adaptees a la photo !

      • Oui je parle des hub USB Dell qui sont nuls, alors que les prix des ecrans Dell sont parmi les moins cher ici. On ne peut pas tout avoir… Au passage je regarde la nouvelle mode : ces 25″ qui affichent 2560×1440, c’est pas mal si on en veut deux, ca prend moins de place sur le bureau et ca evite de passer a la 4K. J’ai tente les 2 ecrans 27″ mais c’etait trop encombrant pour moi.

    • Re il,semble souffrir d’un manque d’uniformité  dans les coins, et surtout cela dépend es modéles achetés c’est son défaut

  4. Merci pour ce test JF, très complet comme d’habitude, alors que je m’apprête à changer d’écran, j’ai un Eizo depuis 13 ans, je voulais regarder le 30 pouces BenQ BL3201PT, mais jamais trouvé le prix ?

  5. ok mais ne peut être pas oublier que l’on est pas forcement un photographe de mode qui shoot en moyen format avec une impression pour dior ou chanel ou que sais-je ou un philip plisson ou autre etc… qui ont effectivement peut etre besoin d’une débauche de matériel pour régler au pouième de nuance prés la couleur ou le rendu de leurs oeuvres.

     

    pour un simple amateur qui fait des tirages sur imprimante dédiée (canon pro-1)(mon cas) ou des livres photos ou  autres et bien avec un simple eizo (non art graphique) caractérisé avec une display 1 à 90cd/m² (bureau sombre) à 6000°k en gamma 2.2 (et 8 bits) et bien j’ai en tirage une représentation quasi identique tant en colorométrie que densité à mon écran calibré et tout ça pour des clopinettes (moins de 800 euros sonde comprise).what else?

    tout le monde n’a pas les mêmes besoins et pour un amateur éclairé ou certains pros, la solution de Mr vibert est plus que pertinente.

    pour un photographe avec reproduction d’oeuvre d’art ou équivalent certes il faut taper plus haut…

     

     

  6. J.F. le roi de la casquette :-) sur la tête ou sur l’écran casquette  – plaisanterie mise à part -BenQ fut mon premier 17 p après un 21 crt usé jusqu’à « l’os » à l’heure actuelle un Asus proart 24 PA 248Q pour le tout venant et en cas de doute je rallume mon vieux Eizo Flexscan 19P qui m’avait couté un bras , voir plus , à l’époque –  mon Asus je l’ai acheté suite à un test prometteur sur       » les numériques  » au niveau de la calibration  – son ergonomie est super et niveau  connectique pas mal non plus . et je suis  un peu concon mais j’aime bien quand le design est soigné ce qui est le cas de cet Asus  , un peu moins de 400€ à l’heure actuelle

    Ceci étant ce BenQ me fait de l’œil , Merci JF pour l’info et le test .

    PS: BenQ & Asus  drôles de noms ….

     

  7. Bonjour, j’ai une question (très) bête sans doute mais je n’ai jamais utilisé ce type d’écran : comment se connecte-t-on sur un mac book pro de 2012 (15″) avec thunderbolt, USB et HDMI

    Merci

  8. « je ne lorgne pas encore sur les modèles 5K, ce sera pour beaucoup plus tard »

    Pourquoi ? Vous défendez pourtant souvent les hautes résolutions dans les appareils photo.

    Pas intéressé par l’imac 5K ? Perso je me tâte maintenant que la 2e génération est sortie et corrige pas mal les lenteurs de la 1ère génération, je pense me le prendre pour la 3e génération (à l’automne prochain surement)

    • L’iMac est à proscrire selon moi…

      Trop dangereux : retour en SAV de l’ensemble en cas de problème.

      Ecran brillant (l’horreur), pied non réglable en hauteur (pas pratique, pas ergonomique)…

      Il vaut largement mieux un Macbook Pro (au moins il est mobile), avec un bon écran externe…

      En cas de soucis, facile de se déplacer à l’Apple Store (alors que l’iMac non)…

      ET l’histoire de la haute résolution : c’est pour utiliser la fonction zoom de Lightroom…. N’importe quelle résolution d’écran suffit à ajouter cette « troisième dimension » aux photos !

      • Pour le SAV je suis d’accord. Pour le reste bcp moins… ;)

        C’est ma config atuelle macbook + écran externe.  Sauf que je n’ai plus besoin de mobilité (sur le terrain, ayant déjà le matos photo à transporter, mieux vaut bcp de cartes mémoires que de s’embrrasser avec un portable je trouve, le tri des images est de meilleure qualité à tête reposée) et mon écran externe est un cinema display brillant (les écrans récents sont moins brillants que le miens et je trouve que les écrans mats manquent de vie/peps) et qui me convient parfaitement :)

        L’intérêt d’un écran 5K c’est surtout une plus grande impression de netteté (même trop je trouve comparé à une impression papier, ce qui me fait hésiter pour prendre ce type d’écran, mais apple ne propose plus que ça en imac 27 pouces…), ce qui permet de voir tout de suite si une image est nette sur l’oeil ou pas par exemple. Bcp plus facilement que sur un écran standard. L’autre intérêt que j’y vois c’est la vidéo 4K qui se démocratise.

        Bref si apple proposait une mac mini puissant (CG dédiée, quadcore), il pourrait convenir, mais sinon l’imac s’impose (et on y gagne un peu de fils qui trainent en moins). Bref pas simple et puis chacun a ses gouts/besoins.

        • Mon humble avis apres un an d’iMac 5K : j’aime le tout integre, j’ai deja suffisamment de fils qui trainent comme ca et mon bureau est plus propre. Je suis d’accord avec JF pour dire que c’est un peu risque en cas de panne, mais quand on peut avoir laptop (voyages, travail itinerant, pas forcement un foudre de guerre) + un desktop muscle ca me semble coherent. Au debut j’avais un peu peur devant les nombreux commentaires sur Lightroom ou Photoshop devenant tres lent lors de zoom et deplacements a l’ecran : honnetement aucune difference avec un iMac 2010 ou un PC recent.

          Mon bemol : j’ai une config moyenne (i5 et 32 Go) mais meme avec le tout dernier modele avec i7 et SSD de 1 To tout prend un peu plus de temps, ne serait-ce que la generation des apercus qui sont de plus grande taille… Sur des RAW Fujifilm que LR n’est pas tres bon a decrypter rapidement, je suis plus a l’aise sur un Macbook Pro rapide que sur mon iMac 5K. Et puis l’ecran brillant : chaque generation s’ameliore un peu, mais clairement il y a un manque d’uniformite et un bon ecran mat est tellement plus agreable.

          Malgre ces quelques defauts, honnetement ce n’est pas facile de revenir a une resolution normale quand on a goute a un iMac Retina : visuellement la lecture est tres agreable et ls fontes sont sublimees.

          • Il semble que l’imac retina 5K de fin 2015 (le dernier modèle sorti, donc pas celui que vous possédez) a amélioré un peu les perfs (plus de ralentissements avec Mission Control par exemple). Enfin on ne sait pas trop si c’est l’imac qui s’est amélioré ou MacOS (El Capitan), ou les 2…

            Perso si j’en prends un j’attendrais le modèle avec ports Thunderbolt3/USB3.1/USB type C, car je sens que ce petit connecteur va vite se généraliser.

  9. Bonjour,

     

    Merci pour ce test et  cet article tres interessant…! un bel objet en effet..

    certains sites laissent apparaître des défauts d’uniformité de la dalle sur ce modèle… ( luminosité +température de couleur! )

    Qu’en est il? Avez-vous un retour d’expériences…?

  10. Bonjour,

    J’ai lu attentivement votre article et il me conforte pour le choix de l’écran, BenQ SW2700PT Ecran PC AHVA/IPS 27″.

    Amateur photographe et non fortuné je choisis avec minutie les appareils que j’achète et je ne choisis pas les prix faciles… pour éviter d’être déçu.

    Mais à la lecture de nombreux blogs et articles (le vôtre et clair et précis) j’ai fait mon choix après 6 mois de réflexion.

    Par contre j’ai lu que vous faites de la formation pour le logiciel Ligtroom et là je suis carrément preneur. Alors comment faire ?

    Merci.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.