web analytics

6 commentaires

    • Oui, oui… Il faut préciser que le titre de l’article est trompeur (quel amateurisme de la part de ce site)

      Canon va bien entendu CONTINUER À PRODUIRE DES OBJECTIFS EF POUR REFLEX !

      Ils n’ont jamais dit qu’ils arrêtaient la production… Simplement qu’ils ne développeraient pas de NOUVEAUX MODELES (sauf si le marché le demandait)…

      Logique puisque les modèles actuels couvrent tous les besoins ou presque. Et qu’ils doivent développer les nouvelles gammes RF

      Ils vont donccontinuer à alimenter le marché en objectifs neufs bien entendu : la production ne s’arrête pas…

      Le traduction à l’origine du titre cet article est tout simplement faux ! Du grand n’importe quoi ;-)

      Rassurez-vous !

  1. Putain le bruit de la rafale a 16 images secondes…. c’est un truc de malade !!!!
    c’est ouf quand même mécaniquement d’arriver a aller aussi vite !

    en tous cas sur le hockey le suivit sur le visage est top !!

  2. Je regardais par curiosité.

    On parle de 2.7 kg de matos et près de 10000€ d’investissement pour l’appareil avec son 70-200 f2.8….

    C’est vraiment de l’utra pro !

    Quand aux rafales à 16 images par seconde, la séance en post production doit être une vraie galère ?! j’aimerais bien avoir le témoignage d’un photographe de sport pour savoir comment il traite une telle masse de photos.

    • Oui, trier avec un workflow classique est une vraie galère. Tu as rapidement mille à deux mille photos par heure en compétition.

      Maintenant, pour certains pros, par exemple aux JO, la post-prod est très différente. Le boîtier est relié à une station de travail (par exemple en ethernet avec du RJ45, qui est une spécificité des monoblocs 1D/D5, ou en wifi), et c’est une autre personne qui trie, quasi en temps réel. Souvent, on shoote en JPEG directement (ceux du boîtier sont très bons, et meilleurs chaque génération), ou maintenant en HEIF, et on peut publier dans la foulée.

      Pour ceux qui shootent à l’ancienne, en revanche, oui c’est la mierda. C’est là où déjà faut un ordi de brute en stockage (du SSD M.2 avec une énorme bande passante), et un logiciel de tri/catalogage de qualité. Si j’en crois JF, Lightroom propose un regroupement automatique des séries en rafale, par exemple, qui fait gagner du temps.

      Pour la post-prod elle-même, soit JPEG/HEIF direct du boîtier, soit des traitements assez légers et surtout automatisés. Perso une fois que mon set-up est calé, je passe maximum une minute par photo en post-prod classique (avec un D750 sur DXO). Si j’avais une réactivité meilleure pour mon ordinateur, ça me prendrait 20 secondes max.

      Au final, la photo de sport en rafale, ça apprend à trier et traiter vite et simplement. C’pas plus mal.

      • Effectivement, c’est une autre façon de gérer le flux photo… Je ne suis qu’un photographe amateur mais quand il m’arrive de faire des photos en rafale avec mes enfants, je passe mon temps à faire des allers et retour sur quelques photos pour choisir celle avec la « meilleure » expression.

        Je ne pensais pas qu’il y avait un assistant en temps réel derrière les photographes sportifs.

        JF, si vous avez des connaissances dans le domaine, un petit retour serait top !

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.