web analytics

Un système de stockage Raid eSATA / FW800 / USB2

45
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Bon ça y est les 12.841 images du Cambodge sont rapatriés dans la base Lightroom de mon MacPro (364 Go en comptant les 317 petites séquences vidéo)… Du coup mon disque RAID interne de 1,5 To est quasi plein (RAID 1 = miroir de deux disques 1,5 To). Il me faudra donc penser à agrandir mon espace de stockage d’ici au prochain reportage (sans oublier les disques de sauvegarde qui devront aussi enfler).

Drobo_RAID L’occasion de me (re) pencher sur la question d’un éventuel stockage RAID externe… Ce coup-ci, ce serait peut-être plus intéressant que le remplacement de mes disques RAID Interne (tant qu’il n’existe pas de disques de 2,5 ou 3 To).

J’avais utilisé une solution de ce genre (RAID externe) il y a plusieurs années (mais il n’existait pas de sSATA à l’époque juste du FW 800). Toutefois, je trouvais ce boîtier bien trop bruyant et l’arrivée du MacPro avec ses 4 emplacement internes avait réglé le problème, me permettant de monter un RAID 1 interne particulièrement silencieux…

Toujours est-il qu’aujourd’hui la disponibilité du eSATA et l’engorgement de mes 4 emplacements internes à changé (un peu) la donne. J’ai repéré sur le site de Macway la gamme Drobo S qui existe (aussi) en triple connexion : eSATA, FW800 et USB2 (je ne passerais plus de la vitesse du eSATA). Quelqu’un l’aurait-il déjà testé ? Apparemment il ne s’agit pas d’un RAID 5 classique mais d’un système Beayond RAID permettant des disques de capacité différentes…

Un investissement certes : 699 € boîtier nu et jusqu’à 1319 € avec 7 To de disque à l’intérieur (dont 5,44 To utiles). Mais le système étant extensible, on peut envisager une capacité intermédiaire pour commencer : par exemple 5 To pour 1259 € (3,63 To utiles)… Voici par ailleurs un panorama des solutions chez Macway entre 350 et 1250 €. On ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs et la petite dame à l’air convaincante, bien qu’elle parle « l’américain » un peu vite…

MAJ : J’avais pas bien fait gaffe, mais on me précise à l’instant, que les prix que j’ai indiqué sont en fait une promotion de lancement de ces nouveaux DROBO (valable aujourd’hui seulement. Ensuite les prix s’échelonneront de 749 à 1419 €). Toutefois spécialement pour Macandphoto, Macway nous propose un code promo qui étend cette promotion jusqu’à dimanche soir :  » DROBO5 « .

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

45 commentaires

  1. Salut Jean François,
    J’ai un Drobo FW 800 à quatre baies depuis environs un an.
    Comme précisé sur leur site, c’est une solution entièrement automatisée. C’est très pratique, il n’y a aucune maintenance.
    J’ai commencé avec deux disques durs Western Digital Caviar Green 1 To auxquels j’ai rajouté plus tard deux Samsung 500 Go issus d’un disque dur externe Macway AluIce 1 To dont le bridge SATA/FireWire a lâché. Tout s’est passé à chaud et exactement comme indiqué sur leur site. No problem.
    Au début j’ai formaté le disque pour qu’il ait une capacité de 2 To, lorsque j’ai rajouté les deux disques Samsung, le Finder a continué de voir un volume de 2 To. Par contre, le logiciel Drobo Dashboard voit bien les 3 To.
    Mes données sur le Drobo n’ayant pas atteint les 2 To, je ne sais pas encore quelle sera la réaction du Finder lorsque je déposerais des fichiers qui dépasserons cette limite.
    L’engin est bruyant et chauffe beaucoup, mais ce n’est pas vraiment étonnant. Cependant, la surface extérieure reste à température ambiante et peut être touchée sans précaution particulière. Lorsque j’éteins mon mac le Drobo fini de se refroidir, se met en veille seul mais se met à souffler de temps en temps. Il vaut mieux passer par le logiciel Drobo Dashboard pour l’éteindre.
    Après un mois débranché, j’ai rallumé le Drobo sans problème mais il a été un petit peu plus long à se remettre en route qu’après un arrêt court genre coupure de courant.
    Je l’utilise comme disque principal pour mes RAW sous Lightroom ou pour de la vidéo HD sous Final Cut Pro.
    J’ai viré tous mes autres disques durs et leur câbles.
    Bref j’en suis assez content.
    Yann

  2. Attention, on ne peut comparer que ce qui est comparable ! Disque externe et NAS ne répondent pas aux même besoins…
    Ce qui me semble très intéressant ici, c’est la connexion eSATA directe (ou au moins FW800), qui rend l’utilisation extrêmement fluide pour héberger un catalogue Lightroom (ou Aperture) et le stock d’image…
    Un NAS avec une connexion ethernet est plus lent me semble-t-il (les spécialistes me corrigeront, quelle est la vitesse du Gigabit ?) et je ne suis pas sur que ce soit suffisant… Par ailleurs on ne peut héberger un catalogue Lightroom sur un disque réseau (qu’en sera-t-il sur un NAS je n’ai jamais testé ?).
    l’intérêt du DROBO est de permettre à des utilisateurs de iMac de bénéficier de la sécurité du RAID (et éventuellement de se passer de l’achat d’un MacPro et de ses 4 emplacements de disque).

  3. Bonsoir Jean-François,
    j’avais regardé ce Dobro il y a 2 mois au moment de l’achat d’un système de sauvegarde. Mais finalement je me suis allé du coté des NAS, le DS509+ de Synology, qui offre plus de flexibilité pour une utilisation à partir de plusieurs ordinateurs grâce au réseau. Même si le débit est moins grand qu’une connexion e-sata, la possibilité de l’utiliser en mode time machine sur mac, le fonctionnement en ftp ou smb et le fait qu’il soit autonome (accès à distance bien pratique) en font une arme redoutable. En plus on trouve plein de modèles en fonction du nombre de disques que l’on veut mettre. Mais je pense que cela n’est intéressant qu’en mode Raid 5.
    Bonne continuation,
    Tom

  4. Merci Tom. Peux-tu vérifier (si tu as 5 minutes), d’essayer de créer un catalogue Lightroom sur ton NAS ? Je ne sais si c’est possible, mais c’est pour moi extrêmement important que catalogue et média soient stockés sur le même RAID…

  5. Je viens de voir vos nouveaux commentaires après avoir poster le mien, donc pour infos, j’obtiens des débits de 40mo/s en mode FTP et 30mo/s en SMB pour ce qui de l’écriture, en lecture un peu plus 50mo/s en FTP et 40mo/s en SMB. Je suis relié à un routeur Netgear en gigabit mais sans mode jumbo frame. Je n’utilise pas lightroom donc je n’ai pas testé l’utilisation en direct dans ce mode donc à tester. Pour ma part, c’est vraiment un outil de sauvegarde en plus de mon disque de travail mais qui me permet de ne garder sur mon disque de travail, que les travaux récents.

  6. Alors je viens d’essayer avec la beta de lightroom 3, mais effectivement il me dit « Lightroom Catalogs can not be opened on network wolumes, removable storage or read only volumes ». Donc c’est problématique pour cette utilisation …

  7. Pour information, cela vient d’une limitation de Lightroom du à l’utilisation d’une base de donnée SQLite. De mon coté, l’utilisation avec Iview et photoshop fonctionne à merveille, la nouveauté ne joue pas en faveur du réseau, c’est bien étrange en ces temps-ci :)

  8. Oui, c’est ce que je pensais…
    Par contre tu peux conserver la base de donnée sur un disque local, et indexer sans problème des média situés sur un disque réseau. Un peu moins pratique en ce qui concerne la sauvegarde.
    Mais tu peux aussi avoir un disque local en RAID 1 (interne dans le cas d’un MacPro) et la base de donnée en sécurité… en les médias sur un NAS (en Raid 1 aussi).
    Un poil plus compliqué, ce qui me ferait préférer la solution Dobro (pas si couteuse en tenant compte de la triple interface).

  9. JF à raison, le NAS c’est surtout fait pour partager des données entre plusieurs utilisateurs via les protocoles réseaux des diverse machines. Du coup, chaque échange doit passer par le « langage » de ses protocoles réseaux puis convertit en instruction native au NAS. Tout cela prend du temps et surtout en terme de temps d’accès, ainsi vers un NAS en pratique on a des temps d’accès qui flirtent avec les 20ms au lieu de 8 ms pour un DD interne, eSATA ou 10/12 en FW 800/USB 2.0.
    Pour un catalogue lightroom/aperture ces temps d’accès sont rédhibitoires
    Les taux de transferts, en pratique sur les meilleurs NAS eux plafonnent à une 40taine de Mo/s (je parle de perfs réelles).
    Les systèmes RAID tels le Drobo, se comportent comme des disque durs externes, ils n’ont pas a être partagé et donc sont bien plus performants puis qu’ils n’ont pas à s’occuper de la couche réseau et de gérer le partage.
    De plus ils fonctionnent avec tous les logiciels, car nombre de logiciels pour se prémunir des lenteurs des protocoles réseaux refuse de travailler avec des volumes réseaux.
    En gros on peut dire qu’un NAS c’est parfait pour partager, un système RAID c’est pour travailler. Et le Drobo par sa simplicité d’utilisation et ces capacité d’extension de la capacité sans reformatage en est le plus pratique

  10. Lightroom réseau. Je crois que l’utilisation doit se faire comme suit; le catalogue est créé et utilisé sur l’ordi principal et les photos peuvent résider ailleurs (NAS, SMB, etc.)
    Le catalogue Lightroom contient les meta (modifs, keywords…) et la base de données les aperçus. Je n’ai pas testé mais si ça fonctionne avec un disque externe…

  11. Lightroom réseau (suite).
    Et bien l’essai est concluant. Lightroom reconnait et utilise un répertoire sur un Mac Mini ou j’ai copié quelques photo en Raw. La connexion se fait en wifi via une borne airport extreme.
    Toutefois, si je déconnecte le serveur, je ne peu plus modifier la photo. Bon, c’était un essai!

  12. Jean François… Tu fais trop de photos ! Je le pense sincèrement.
    Le soucis c’est pas le RAID ou Drobo ou MacMini, c’est la tendinite de l’index droit qui te guette.
    Je suis certain que tu gagnerais à être plus sélectif. Le nombre de photos rentrée dans LR n’est pour rien dans ton « niveau photographique » et la valeur de ce que tu produits.
    Et pour la note positive, merci pour ton blog toujours passionné et altruiste.

  13. Non, non détrompe toi Luc !
    Je sais très bien depuis que je fais des images professionnellement (début des années 90), que le nombre d’images intéressante reste proportionnel à la quantité globale d’images réalisée… (à condition d’avoir ses sens en alertes et mobilisés à 100% bien évidement).
    En plus d’une question de sensibilité, la photo est aussi une question de production et de puissance de travail, tout simplement. Plus tu fais d’images, plus tu as de chances de trouver des images originales… A condition évidement de consacrer ensuite le temps (proportionnel) nécessaire pour trier les images et repérer les plus intéressantes !
    Sur 10.000 images, je n’en retiens qu’une centaine environ, (c’est toujours la même moyenne plus ou moins au fil des reportages).
    Et si je compare la proportion de bonnes images que je sélectionnait en argentine, elle était à peu près la même qu’en numérique. Autrement dit, je suis convaincu qu’à cette époque ou je consommais entre 10 et 20 rouleaux par semaine (en me limitant), je passais à côté de certaines images, « faute d’oser les déclencher ». Résutat : les images étaient plus convenues, moins créatives (car toutes les images délicates ou difficiles n’étaient pas réalisés pour éviter le gaspillage).
    C’est un point très important ou le numérique à « révolutionné le créativité photographique :
    Car il faut aussi savoir « donner une chance » à des images auxquelles on ne croit pas trop au moment de déclencher… et les prendre quand même ! (tout en étant quasi certain qu’elles seront ratées car trop audacieuses ou trop difficiles). Cela arrive rarement, mais si par chance une des ces images « impossible » fonctionne (pas toujours pour les raisons qu’on espérait) : et bien cette image très originale « sort » immédiatement du lot pour devenir une image « rare » et intéressante.
    Voilà pourquoi je reste convaincu qu’un bon photographe doit shooter comme un « forcéné », pour se donner toutes les chances de trouver les images « différentes » qui sortent du lot.
    Attention, « shooter comme un forcéné », veut dire aussi « réfléchir » comme un forcéné ! ! ! Si l’on ne se sent pas épuisé à la fin d’une prise de vue, c’est certainement qu’on a pas assez réfléchit… Multiplier les points de vue, changer d’angle et d’objectif… en un mot faire 20 versions de chaque photos. Pour donner 20 chances à une idée d’être réalisée.
    La seconde moitié du travail consistera à choisir avec intelligence parmi ces 20 versions.

  14. Bonsoir JF,
    Je possède un Drobo connecté en FW800 à mon Mac Pro (même config que toi) et suis un gros utilisateur de Lightroom, toutes mes photos sont stockées dessus tandis que mon catalogue est stocké sur le Mac Pro (et backupé sur le Drobo) j’ai fait ce choix car le Drobo est vraiment super, tu n’a rien à te soucier, si tu veux plus de place tu changes un disques et basta mais par contre sont gros point noir à part le bruit du ventilo est sa vitesse, je me vois vraiment mal faire tourner mon catalogue dessus.
    SI tu souhaites j’ai fait un bench avec Zonebench pour comparer les perfs DD interne vs Drobo.
    N’hésites pas à me mettre un mail si tu veux plus d’infos

  15. Second commentaire pour spécifier qu’il existe un dispo s’appelant DroboShare qui permet de connecter un Drobo en gigabit ethernet afin de le « transformer » en NAS.

  16. Bonsoir JF,
    Drobo ou Raid protègent contre les défaillances disque.. mais pas contre toutes les autres menaces qui pèsent sur nos fragiles octets (cambriolage, incendie, foudre, virus..).
    Je suis plutôt partisan -et pratiquant- d’un solution de type Raid1, chaque disque ayant deux copies miroir, dont une en permanence hors site, avec rotation périodique.
    Par exemple avec ça :
    http://www.sonnettech.fr/product/fusion400quad.html
    + des disques + des docks Macway si nécessaire.
    et Softraid pour le logiciel
    http://www.softraid.com
    (+ Chronosync pour les sauvegardes incrémentales).
    Mes références incontournables en la matière (en anglais, malheureusement) :
    • u e-book sur les stratégies de sauvegarde :
    http://www.takecontrolbooks.com/backup-easy-mac
    • sur le flux de travail et les sauvegardes:
    http://www.thedambook.com/
    http://www.dpbestflow.org/
    http://www.amazon.fr/Digital-Photographic-Workflow-Handbook-Staying/dp/0240810953/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=english-books&qid=1266620977&sr=8-1
    Les derniers exposent également comment mettre au point un flux de travail sûr et pérenne, car indépendant du logiciel (Lightroom, Aperture et autres).

  17. Bonsoir Jean-François,
    Drobo ou Raid protègent contre les défaillances disque.. mais pas contre toutes les autres menaces qui pèsent sur nos fragiles octets (cambriolage, incendie, foudre, virus, effacement accidentel..).
    Je suis plutôt partisan -et pratiquant- d’un solution de type Raid1, chaque disque ayant deux copies miroir, dont une en permanence hors site, avec rotation périodique.
    Par exemple avec ça :
    http://www.sonnettech.fr/product/fusion400quad.html
    + des disques + des docks Macway si nécessaire.
    et Softraid pour le logiciel
    http://www.softraid.com
    (+ Chronosync pour les sauvegardes incrémentales).
    Mes références incontournables en la matière (en anglais, malheureusement) :
    • u e-book sur les stratégies de sauvegarde :
    http://www.takecontrolbooks.com/backup-easy-mac
    • sur le flux de travail et les sauvegardes:
    le site + le bouquin de Peter Krogh, référence en la matière :
    http://www.thedambook.com/
    le site de la Société Americaine des Photographes dédié au sujet, en collaboration avec La Librairie du Congrès Americain :
    http://www.dpbestflow.org/
    et le bouquin issu de ces travaux :
    http://www.amazon.fr/Digital-Photographic-Workflow-Handbook-Staying/dp/0240810953/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=english-books&qid=1266620977&sr=8-1
    Les derniers exposent également comment mettre au point un flux de travail sûr et pérenne, car indépendant du logiciel (Lightroom, Aperture et autres).

  18. Une bien belle bête ce Drobo S, dommage qu’elle soit aussi chère…
    Pour ma part, j’ai opté pour un WD My book Edition II avec une capacité de 2 disques de 500Go à 2 To. Une excellente connectique eSata, USB2, Firewire400&800 pour un prix bien plus raisonnable (env. 220€ pour la version 2$1To).
    Pour plus de connectivité, j’avais pensé à ça: http://www.youtube.com/iomegachannel#p/u/1/vJj5iEXFkOg

  19. Comme Yves Bourgadier, je stocke mes photos sur le Drobo et le catalogue sur le iMac. Et je Backup aussi le catalogue sur le Drobo.
    Et si le iMac est allumé, je peux partager mon Drobo sur le réseau sans DroboShare. Avec Mac OS X, c’est facile. Il suffit d’activer le partage de fichiers dans les préférences système. Après, la vitesse dépend du moyen de connexion. Wifi, Ethernet, ou Internet. Le iMac est branché en ethernet sur la Freebox.
    Pour la vitesse de transfert, on parle de fichiers RAW, pas de video HD non compressée. Le Firewire 800 est suffisant.
    Ma config’ : iMac 20″ à 2,66 GHz avec DELL FPW 2408 et Drobo FW 800 et Spyder 3 Elite. Lightroom, Photoshop et Photomatix
    C’est largement suffisant. Pas besoin de Mac Pro avec carte RAID ni d’écrans EIZO.
    Config’ à un prix abordable dont on peut changer les différentes parties sans se ruiner. Je pense à un iMac 27″ core i7 lorsque Apple aura résolu les problèmes (et peut être un iMac core2duo 27″ de base en écran externe pour remplacer le DELL)
    Yann

  20.  » Pas besoin de Mac Pro avec carte RAID ni d’écrans EIZO « … oui on est d’accord. J’utilise le RAID Logiciel de Mac OSX et ça marche idéalement, pas de soucis.
    Par contre avoir 4 baies en interne, c’est appréciable (d’autant qu’on peut refermer et cadenasser le MacPro)… ce qui me fera tjrs préférer le MacPro à l’Imac.
    Pas besoin d’écrans Eizo non p,us, ça c’est certain !

  21. JF, j’adore ton expression « shooter comme un forcené » , mais c’est tellement vrai.
    D’ailleurs demain pour moi, c’est coupe de france de big air à Meribel, tu aimerai je pense !!!

  22. Bonjour, J’ai un serveur Neatgear Raid1. Il avait aussi le problème de bruit de ventilateur. Il suffit de le changer pour un ventilateur performant. Vous pouvez très probablement envisager cette solution pour votre Dropbo. Choix d’un ventilateur performant et installation ici http://www.legallou.com/Mac/NASnetgearDuo/ChangeVentilo.html
    PS : Petit photographe amateur, un vieux Leica R5 et M8 maintenant, et utilisateur Lightroom, c’est toujours avec plaisir que je lis votre site.

  23. Guillaume nous pass ce petit mail :
     » Salut, je viens de voir ton billet sur le stockage réseau. Je ne connais pas ces modèles diffusés par macway, donc je ne prononcerais pas.
    Par contre, je connais bien et en ai vu plusieurs tourner de manière intensive et ça fonctionne très très bien c’est ça:
    http://www.qnap.com/
    http://www.ldlc.com/fiche/PB00081090.html
    http://www.ldlc.com/fiche/PB00090366.html
    je connais celui-ci particulièrement bien :
    http://www.ldlc.com/fiche/PB00088995.html
    en version 8To
    Il est autonome, partageable en réseau, il fait serveur ftp ou autre si tu le désires, multi-plateforme et pas plus bruyant qu’un MacPro. Il tourne en débit réseau à environ 3Go/min (soit env.45-50Mo/sec ), ce qui est tout à fait correct !
    Voilà, très joli, ce que tu as fais au Cambodge.
    A bientôt
    Guillaume
    PS: je te confirme, que pour le moment le 5Dmk2 ne tourne qu’en 30i/s
    Lol

  24. AluIce et d’autres HD à bon prix sur Macway m’ont souvent lâché, je ne me fie plus à ces disques dont le contrôleur a très souvent fini par connaitre des ratés. Obligé de tout démonter pour récupérer le disque et l’utiliser dans un dock… j’aurais dépensé moins à acheter directement des HD :-)
    Le Drobo est vraiment une solution séduisante qu’un ami m’avait déjà signalé.
    Sinon les Lacie gamme Enterprise Class sont à signaler pour leur garantie de récupération des données pendant 5 ans:
    http://www.lacie.com/fr/products/product.htm?pid=11343

  25. Hello Christophe. Pour ma part jamais eu de soucis avec les Alu Ice que j’ai utilisé pendant des années (ni avec les disque qu’ils contenaient d’ailleurs d’abord en IDE puis en SATA). Je les conseillais même à mes amis et élèves pour leur bon rapport qualité prix.
    D’une façon générale, je n’ai du perdre qu’un ou deux disques externes depuis toutes ces années (je me souviens du dernier c’était un vieux Storeva Silverdrive d’entrée de gamme dont l’électronique à lâché après des années… Pas pu recycler le disque en le démontant car à l’intérieur j’ai trouvé un disque IDE).
    Mais depuis que les dock eSATA sont disponibles, c’est plutôt ça que je recommande, car ça revient moins cher dès lors qu’on a 3 ou 4 disques de stockage.

  26. D’ailleurs à signaler en promo (pour ceux qui ont besoin de la tripple interface) : Disque dur externe – AluICE 2 To 7200tr/min Extreme Quattro eSATA, FireWire 400 / 800 et USB 2.0 Ce qui fait le Go à 0,12 € (correcte)
    http://www.macway.com/fr/product/14656/aluice-2-to-7200trmin-extreme-quattro-esata-firewire-400-800-et-usb-20.html?bloc=technical
    Sinon encore moins cher au Go (0,08 €/Go), un gros machin de 3 To mais seulement en USB2 : Storeva AluBlack XL 3 To EcoGreen USB 2.0 – STOREVA
    http://www.macway.com/fr/product/14536/storeva-alublack-xl-3-to-ecogreen-usb-20.html

  27. Possible que j’ai la poisse avec les HD, j’ai eu pas mal de soucis ces dernières années :-)
    En tous cas, je vais m’équiper d’un Drobo S, je ferai un retour sur son utilisation.

  28. Pour ma part, j’ai un serveur personnel de Ve-hotech (http://fr.ve-hotech.com/index.php/apercu/specification), comparable à un NAS très haut de gamme en terme de débits, jusqu’à 8To de stockage configurables en RAID 1, 5 ou 10… il répond parfaitement à mes besoins (mais je n’utilise pas Lightroom!)
    Lien vers un test de cette solution:
    http://www.59hardware.net/dossier/boitier-externes-cle-usb-reseau/test-du-ve-hotech-vhs-4-:-bien-plus-qu%27un-nas%2c–un-home-serveur-tres-performant-200905148072/13.html
    Premier commentaire sur ce blog (il faut un début à tout!)… que je suis depuis quelques temps :)

  29. Merci pour ces précisions concernant l’impossibilité d’utiliser un catalogue LR sur un disque réseau car, étant confronté à une même problématique de manque de place, mon choix s’orientait jusque là plutôt vers une solution RAID+NAS comme le proposent Synologie ou QNAP par exemple afin d’allier les notions de:
    – Extension d’espace,
    – Réplication des données,
    – Déportation physique du stockage
    – Accessibilité
    Grâce à ce billet (et ces commentaires) on comprend dorénavant qu’il existe une contrainte toute bête liée au choix technologique qui est fait concernant l’emplacement de son catalogue.
    Par contre je considère (mais ce n’est qu’un avis personnel) que le fait de garder son fichier catalogue ainsi que son fichier « data » sur le disque de la station (surtout dans le cadre d’un portable) est somme toutes assez logique et sain. En effet, un passage chez Adobe avec toi JF m’a permis de confirmer qu’il était possible de continuer à voir ses miniatures et à affecter des mots-clefs à des photos en ne travaillant QUE sur ces deux fichiers (il faudra par la suite resynchroniser les méta-données), sans forcément avoir l’original en ligne.
    Ainsi il me semble pratique de conserver ces fichiers en local pour pouvoir travailler tout en étant déconnecté de son environnement de travail « fixe ».
    Pour mon modeste volume de photos je pense donc garder un choix orienté vers du NAS en utilisant le volume réseau comme emplacement de stockage pour mes originaux et comme emplacement de sauvegarde du catalogue (et du fichier « data »).
    Ce choix est fixé sur mes contraintes et besoins personnels et absolument par un choix universel adapté à tous mais peut être cela en aidera il quelques uns :)

  30. Oui, c’est comme ça que je fais en voyage (ce qui ne m’empêche pas d’avoir une copie du catalogue avec une copie des originaux sur disque de sauvegarde externe).
    Mais sur mon MacPro (à la maison), le catalogue est déporté sur disque RAID avec les originaux (il est donc en miroir lui aussi, pour plus de sécurité).
    Le NAS peut-être une solution (à condition d’y sauvegarder aussi une copie du catalogue, même si il ne sera jamais lancé depuis cet emplacement. C’est tout de même une sauvegarde.)

  31. Salut Jean-François,
    toujours un peu hors sujet par rapport au Nas-Drogbo-sauvegarde, j’ai lu ta réponse avec attention sur le fait d’engranger beaucoup d’images. Ton argument de la photo « délicate », osée qu’on ne ferait pas forcément en argentique (pas argentine ! rrroh le lapsus !) me paraît très pertinent.
    Tu me « rassures » aussi en rappelant la nécessité absolue d’être 100% concentré sur la prise de vue, on fait de la soupe sans intérêt sinon.
    Je trouve que cette concentration indispensable est plus productive quand elle ne se dilue pas sur des centaines de photos mais plutôt sur quelques dizaines. Je shoote autant en film qu’en numérique, et je gagne en qualité à adopter un comportement « peu d’images en étant bien concentré » autant en numérique qu’en argentique. De cette manière je suis en général à un rapport 1 sur 3 ou 1 sur 4 de photos retenues.
    En tout cas, je ne tiens pas à couper les cheveux en 4, c’est juste pour répondre au commentaire que tu as pris le temps d’écrire.
    A+. Luc

  32. merci pour ton commentaire…
    Disons qu’un professionnel (ayant des obligations de résultats) fera (s’il en est capable) : « plus d’images en étant 100% concentré »… Pour avoir encore plus de choix au moment de l’éditing (ce qui implique plus de travail).
    Evidement, si je suis trop fatigué (ou pas motivé), j’essaye de faire moins d’images.
    Au final tout dépend de ta capacité de concentration (et de ta créativité) : qui permet de faire « plus ou moins » d’images en restant au top ! On a tous une limite, mais avec beaucoup de pratique (et d’expérience), on peut repousser plus loin la limite… C’est aussi simple que ça !
    L’idée est de trouver « encore et encore » de nouvelles idées de cadrage, un nouveau point de vue… ET quand on croit avoir fait le tour du sujet, et bien un professionnel motivé, va recommancer sa prise de vue « du début » avec une autre focale (ce qui va doubler le nombre d’images au final et donnera plus de choix pour choisir « LA » photo de ce sujet)…
    Alors que sur le même sujet le photographe un peu prétentieux et moins expérimenté pensera avoir extrait « la substantifique moelle » du sujet et s’arrêtera là. Hors c’est une connerie, car il ne sait pas s’il aura une meilleur image en recommençant tout du début.
    J’ai remarqué, que lorsque je reviens photographier un sujet une seconde fois (le lendemain par exemple), j’ai souvent de meilleurs images. C’est bien la preuve que le premier jet n’est pas forcément le meilleur et que la photo c’est du travail (pas de l’instinct).

  33. personnellement je stocke tout sur un VHS-4 (4 baies de 2 To) Ve-Hotech.com … c’est un NAS. Les volumes sont vu comme des partages réseaux. C’est bien dommage de ne pas pouvoir utiliser LR avec.

  34. Salut à tous
    ce post semble intéresser beaucoup de photographes.En effet le NAS chez synology est à mon avis une excellent e solution sauf que le catalogue doit absolument être situé sur le disque de l’ordinateur enfin du moins avec lightroom car aperture 3 vient de résoudre ce soucis avec la MAJ 3.01 http://www.telechargementz.org/logiciels/132938-apple-aperture-301-update.html#axzz0k1JMArg6
    Vraiment dommage que ce soucis ne soit pas règlé avec LR3 à moins que nous avons pas d’infos et qu’adobe travaille dessus, mais pour un catalogeur c’est vraiment illogique et pénible de devoir faire la sauvegarde des cata tous les jours

  35. Je pense qu’un lacie 4big quadra est un bon rapport qualité prix par rapport au droboS , mais tout dépend des usages

  36. Merci pour ces précisions…
    Pour moi la solution optimale, c’est du RAID 1 dans le MacPro (en plus on a le choix de l’écran, que demander de mieux)
    On peut faire deux RAID1 de 2 To chacun si besoin… (4 disques de 2 To dans les baies 1 à 4)… ET le disque system sur un SSD SATA dans l’emplacement du lecteur optique !

  37. Salut JF,
    Effectivement le top pour bosser c’est un raid 1 pour le disque de travail et un ssd pour le system, mais si tu sauvegarde la vidéo et des milliers de photos tu seras vite plein dans le macpro, je pense qu’il faut se tourner vers un disque externe haute capacité 6to,4to en raid 5 pour être serein et en fonction des besoins.En ce qui concerne la connectique l’esata est l’idéal mais le gigabit ethernet le devient également et semble suffisant pour du stockage en terme de débit

  38. Salut pour avoir deja fait une sauvegarde du cat lightroom sur un disque reseau la lenteur est rédhibitoire. En effet plus les fichiers sont petits plus les debits des NAS et consorts se degradent. Comme le catalogue de ligtroom est constitué de plein de petits fichiers contenus dans plein de répertoires le débit en sauvegarde réseau ne permet pas la production mais juste la sauvegarde. Voila sans doute pourquoi lightroom empeche cette fonctionnalité cela ralentirait trop le programme. Peut être que la base de données d’aperture que je ne connais pas est organisée autrement.
    Super site
    laurent

Leave A Reply