web analytics

Résultats : Canon EF 24-70 (212)

000 - A LA UNE
24
Pourquoi le Nikon DL 18-50 mm f/1,8-2,8 fera un carton

Il est certains nouveaux appareils, dont on serait quasi certain « dès le premier regard » qu’ils rencontreront le succès… On peut évidement se tromper. mais allez, je me lance : voici les raisons qui selon moi, feront du Nikon DL 18-50 mm un succès (relire Nikon DL en grand angle et standard, les 2 font la paire

Vous vous demandez peut-être pourquoi, je ne crois pas beaucoup au succès du Pentax K-1 (au delà du cercle étroit des Pentax fans), en dépit d’une fiche technique séduisante ? Alors que dans les 5 minutes (sans même avoir lu la fiche technique), j’étais déjà certain que le Nikon DL 18-50  était un appareil « attendu » bien au delà du cercle des Nikonistes ? C’est assez indéfinissable en fait : c’est le feeling ! Et lorsque c’est confirmé par la fiche technique, alors il faut l’expliquer plus en détail :

Car c’est un compact, indépendant de toutes gamme optique – Par exemple, les utilisateurs de Canon EOS « un peu déçus » par l’offre compact de Canon (Canon G5X et G7X II), pourront l’acheter… Ce qui n’est pas la même histoire avec les appareils à optiques interchangeables (il y a toujours un frein psychologique, parfois injustifié à changer de « monture »).

nikon-dl-compared_together

Car son range focal est novateur et unique pour un compact – Depuis combien d’années rêvions nous d’un compact à zoom « Ultra Grand angle » ? Ou même d’un objectif fixe Ultra Grand angle… Devinez quel est l’objectif que j’utilise le plus avec mon Panasonic GM1 ? C’est le zoom 7-14 mm (Testé : ultra grand angle Panasonic 7-14mm f/4 ASPH G). Car c’est juste super pratique… Et que le petit compact qu’on sort à table ou dans une réunion, un festival, doit pouvoir viser large. Voir très large…

Car l’ouverture reste « assez correcte » – Il ne s’agit pas d’un équivalent évidement à un « vrai » zoom f/1.8-2.8 tel que sur un full frame évidement. Elle doit subir un coefficient (probablement) équivalent au coefficient permettant de passer du capteur 1 pouce au Full frame. Mais ça reste assez correcte pour autant. Reportez-vous aux courbes ouverture / focale ici (en bas de la page)…

Car il est stabilisé (et possède un filtre ND 3 IL) – Et même grâce à une nouvelle technologie combinant le décalage de l’objectif habituel (pour les photos) et une stabilisation électronique combinée à la stabilisation de l’objectif (pour la vidéo).

On dispose aussi d’un filtre ND de 3. IL. L’obturateur classique monte à 1/1600 sec. Et un obturateur électronique grimpe au 1/16000 sec. Pas de problème pour shooter dans l’axe du soleil.

Car il a un pare soleil qui « déchire sa race », oupsss – J’avais déjà expliqué il y a longtemps (à l’occasion d’un test terrain de l’Olympus X-Z1), la difficulté à trouver un pare-soleil efficace pour un compact… Pourtant un pare-soleil est indispensable en reportage et en voyage pour protéger votre lentille avant. Surtout en street photo, ou dans les environnements poussiéreux, si vous vous promenez le compact en permanence prêt à déclencher. Personne n’avait semble-t-il suffisamment pensé à ce problème (pour les zoom) avant Nikon.

 

Car il a un capteur 1 pouce et que ça suffit bien  – Ce qui compte c’est le cadrage (d’ou la proposition de deux zooms complémentaires sur les deux modèles de DL), pas le capteur dont l’importance sur l’intérêt de votre photo sera totalement négligeable façons à la pertinence du cadrage et de la réactivité…

Alors il y aura toujours quelqu’un pour rapprocher à Nikon de ne pas utiliser un capteur Micro 4/3, ou même APS-C… Oui, d’accord, on peut toujours rêver de capteurs plus grands. Mais il existe aussi une question de prix et de taille. Soyez conscient qu’il n’existe absolument aucun compact équivalent équipé d’un capteur Micro 4/3. Encore moins en APS-C… Et certainement pas en full frame : ni à ce prix… Ni dans cette taille. Ni avec ce range focal. Ni équipé d’un zoom…

Car il sera réactif (on peut le supposer) – Si les Nikon 1 n’avaient pas que des qualités, ils avaient au moins la qualité d’être réactifs… Notamment grâce à cet AF hybride (mi contraste, mi détection de phase sur la capteur) disposant de 105 collimateurs. Nikon annonce 20 im/sec avec suivi AF en rafales (sûrement un peu optimiste, mais même la moitié sera bien).

Car il est beau tout simplement – Pas de rétro design inutile et clinquant ici… Cet appareil ressemble à une outil : efficace et sobre. Le but est visiblement l’efficacité, pas la frime… Lire la suite…

Nikon_DL_6

APN : Pentax
117
Le full frame Pentax K-1 dévoilé

Imaging-resource.com publie une prise en main du Pentax K1, le très attendu Full frame Pentax. Qui va peut-être sauver Pentax de l’oubli ou la stratégie exclusivement APS-C l’a bunkerisé depuis 10 ans. Enorme challenge en perspective, quand même…

Ce Full frame haut de gamme sera proposé à 1799 USD (1999 € boîtier nu). Il sera accompagné de 2 zooms. D’abord le HD PENTAX-D FA 15-30mm f/2.8ED SDM WR, proposé à 1500 USD (et 1699 €) en avril.

Ensuite le HD PENTAX-D FA 28-105mm f/3.5-5.6ED DC WR. Un zoom polyvalent d’entrée de gamme, qui sera proposé aux alentours de 400 USD (et 599 €) en avril. Lire la suite…

pentax-k-1-1_702_B

000 - A LA UNE
7
Coup de gueule d’un « futur ex utilisateur » de Sony

Le commentaire du jour à été posté à la suite de notre présentation du Sony Alpha 6300 : 425 collimateurs AF ! Notre lecteur est très déçu par le successeur de l’Alpha 6000 (et moi je suis très surpris de son prix élevé…

Qu’en pensez-vous ? C’est en tous cas un argumentaire très argumenté, auquel je souscrit concernant la pauvreté de l’offre en optiques chez Sony… Je propose de poster vos commentaires plutôt ici, (pour plus de lisibilité)… La parole à OMEGARED972 :

« Pour moi les annonces Sony du jour sont une énorme déception ! Je suis ( fus ? ) un grand défenseur de la cause Sony, depuis les débuts de leur gamme Nex et la sortie du fameux Nex 7 que je possède ! Je louais leur volonté d’innovation par rapport à canon/nikon, qui ne font que sortir des mises à jours de leurs boîtiers existants. Et la, je suis désolé, mais le divorce est plus que proche !

Le seul point positif de cette annonce pour moi est pourtant paradoxalement celui qui n’évolue pas, à savoir la résolution du capteur qui reste à 24 Mpx ! Ouf ! Pas besoin de plus ! La course aux millions de pixels fait une pause et c’est tant mieux … Mais pour tout le reste je suis désolé : mais ce n’est qu’un A6000S (Apple a fait des émules )… Car à un moment donné il faut arrêter le foutage de gueule :

1 – Pas de stabilisation boîtier

2 – Pas d’écran tactile

3 – Ergonomie du boîtier et dessign boîtier identique, pas de joystick pour piloter les 425 collimateurs (ne servent donc qu’à l’AF-C puisque cette densité et cette rapidité sont contrebalancées par l’impossibilité de les sélectionner facilement )

4 – L’EVF ne fait que se « remettre au niveau », du Nex 7 sorti il y a des années en améliorant juste le taux de rafraîchissement.

5 – Presque tripler le prix de vente par rapport au A6000 pour une simple upgrade capteur, ça fait cher le gramme de Silicium !

6 – Mais surtout grand Dieu pas un seul objectif APS-C annoncé depuis des années ! En dehors du 55-200 mm livré en kit aux performance plus que moyennes qu’y a-t-il dans la gamme Sony ? RIEN ! On pourra toujours parler des deux 18-200 mm, mais ils sont beaucoup trop lourd et encombrant pour l’un et de qualite optique insuffisante pour l’autre ! Une seul objectif macro de 30mm pas extraordinaire… Et un Zeiss 16-70 mm qui n’est bon, que pour 1 exemplaire sur 4 ! Lire la suite…

Sony_alpha_6300_04

APN : Sony
15
Trois nouvelle optiques Sony en monture FE

Voici une nouvelle gamme en monture FE destinée aux Sony A7 (notamment). Trois références coûteuses, dont les classiques 24-70 mm f/2.8 (non stabilisé malheureusement)… et 70-200 mm f/2.8 (stabilisé, qui faisaient défaut aux A7 jusqu’à alors.

Soulagement ? Oui et non, il faudra voir (tout de même) : car ces objectifs restent très couteux… Lorsque l’on voit ce qu’on peut obtenir d’un zoom Sigma 85 mm de 700 € (certes équipé d’un moteur AF déjà ancien), pas mal de gens risquent d’hésiter avant d’investir 2000 € dans le 85 mm de Sony… Il faudra qu’il soit totalement exceptionnel !

0000_SCREEN_JFV 610

Il faut croire que Sony avait conscience de son « problème d’objectif », ce qui explique peut-être cette nouvelle nomenclature, pour faire oublier le passé ? On a pas énormément d’infos pour le moment… Rendez-vous sur leur site : sony.fr/electronics/objectifs-g-master pour les détails…

FE 70-200 mm F2.8 GM OSS (1480 g). Stabilisé. Distance de mise au point mini de 96 cm (mieux que le Canon équivalent, qui ne s’approche qu’à 120 cm). Le rapport d’agrandissement est très bon lui aussi (un facteur déterminant sur un 70-200 mm) avec x 2.5 (mieux que le Canon encore, qui ne grossi qu’à x2.1 donc)… Voilà une bonne nouvelle pour les Sonyistes, enfin ! Prix NC.

L’occasion pour moi de rappeler à quel point de 70-200 mm f/2.8 de Nikon (de 2009) est dépassé, avec une distance mini de mise au point de… 140 cm, c’est très mauvais ! Et un rapport de grossissement maxi de 1,83 seulement. Ce qui fait de lui un 135 mm et non un 200 mm (à la plus courte distance de mise au point). C’est peu dire, que l’arrivée de ce nouveau Sony à f/2.8 le met sérieusement en danger… Il sera peut-être remplacé bientôt (espérons le, car Nikon peut mieux faire).  Lire la suite…

0000_SCREEN_JFV 607 

000 - A LA UNE
30
Sociotypes : quel photographe êtes-vous ? Partie 2

Voici la seconde partie de nos portraits de photographes, « caricaturaux » mais amusants j’espère ! Certains sont inspirés de mes amis et connaissances… qui se reconnaitront sans doute.

Alors ne prenez pas la mouche les amis : ces portraits sont des « mélange » de plusieurs personnages, dont vous ne partagez que quelques « traits » seulement ! Ce n’est pas vous… Dans tous les cas : rien de méchant bien entendu, même si je pointe quelques détails assez juste je crois. J’espère que ces portraits amusants vous aideront à vous y retrouver… et peut-être même, à chasser certains de vos travers ? Je suis moi-même un petit peu tous ceux-là à la fois…

Commencez par lire la première partie ici et la troisème là. La 4 em partie là. Et il y aura probablement une cinquième partie, car d’autres idées me sont venues entre temps !

 


Incorruptible : le « reporter de guerre » :  le seul matos auquel il tienne vraiment c’est son téléphone satellite, pour le reste il s’en fout un peu il n’est pas « matérialiste »… Du moment que ce soit « lourd et solide » : au point de pouvoir « planter des clou » avec la semelle de son boîtier. Autrement dit : aucune chance qu’il choisisse autre chose qu’un Canon EOS 1Dx, ou qu’un Nikon D4 / D5…

Son matos : Les seuls objectifs qu’il emporte sont les suivants : un 16-35 mm f/2.8 utilisé pour 40 % des vues… Un 24-70 mm f/2.8 (et encore celui-ci il pourrait presque s’en passer car il ne sert que 20% du temps) et son 70-200 mm f/2.8 (utilisé 40% du temps)…

Canon_EOS-1DX_702

Si vous lui parlez d’APN hybrides, ou de viseurs électroniques… il vous rigolera probablement au nez et vous passerez pour un « photographe de salon » ! Et il aura un peu raison… Si vous lui parlez politique, il évitera certainement le sujet, il a « vu trop de choses ». Si vous lui parlez photo, il vous parlera peut-être de sa jeunesse (et là c’est assez intéressant)…

Son obsession : ramener le « scoop de sa vie » ou faire « la plaque à cent-mille » (je parle encore en Francs), telles « étaient » ses obsessions… Avant ! Mais ça c’était « avant » car désormais il n’a plus vraiment d’obsessions.

Sauf peut-être de savoir ce que deviendront ses « archives » : toute une vIe de reportages autour du monde. Autrefois Sigma… Ensuite Corbis… Et désormais Chinoises, mais distribuées par Getty.

Ses travers : il ne progresse pas beaucoup en photo, car ce qui compte « c’est autre chose » : la technique ne l’a jamais intéressé… A titre d’exemple, je connais un photo reporter célèbre, qui a reçu des prix internationaux (je ne dirais pas son nom, mais il se reconnaîtra) : il persiste à n’utiliser que le collimateur central de son EOS 1D et n’a jamais voulu se apprendre « d’autres techniques AF plus modernes »…

Et il trouve que ça marche assez bien comme ça : depuis son premier reflex Autofocus et depuis qu’il « à fait l’Afghanistan », dans les années 80.

Ses réussites : parvenir à vivre encore de la photo en 2016… Alors là, chapo mon pote ! Je ne sais pas comment tu fais : vu les tarifs auxquelles se vendent les images aujourd’hui. Après avoir été distribuées par Getty (par exemple), il ne te reste plus que 35% de la vente initiale (Hors Taxes). Toujours est-il qu’il continue, malgré tout.

Soit, il a mis beaucoup d’argent de côté dans les années 80 (qu’il aurait planqué ailleurs, mais c’est pas moi qui lui en voudra pour ça) ? A moins que cette « race de gars » se faisant plus rare, ils sont finalement peu nombreux à se partager le gâteau (qui n’est pas gros) ? Lire la suite…

00 - A conserver privé (brouillons)
14
Mes 20 conseils pour améliorer vos photos de rue

A force de lire un peu tout et n’importe quoi à propos de « street photo », je me suis dit qu’il fallait que je donne « mes conseils » pour la « photo de rue » dont certains ne relèvent que du bon sens. Mais un petit rappel de bon sens peut être utile…

Ces conseils s’appliqueront d’ailleurs à de nombreux domaines, car la « street photo », c’est un peu « la photo » en général… J’ai essayé de trouver dans ma Bibliothèque Lightroom quelques images pour les illustrer au mieux. Revenez dans quelques temps sur cette page, car je devrais trouver d’encore meilleurs exemples d’illustration… Lire la suite (en pleine largeur).

 


1 – Approchez vous… « encore plus près » : oui, comme disait Robert Capa (de son vrai nom, Endre Erno Friedmann) : « Si ta photographie n’est pas bonne, c’est que tu n’étais pas assez près ». Ce conseil s’applique notamment aux débutants qui ont tendance à ne pas assez « se déplacer »…

Toutefois il faut savoir nuancer selon les circonstances et ne pas prendre ce conseil systématiquement au pied de la lettre. Il faut dire que ce conseil date d’une époque ancienne, ou il n’existait pas de 18-200 mm. Mais si vous travaillez entre le 24 et le 35 mm (spécialement si vous utilisez un objectif fixe), pensez à vous approcher si vous le pouvez… Vous reculerez ensuite !

_MG_8728_blog_1078px

 


2 – Travaillez plus vite (donc avec un vrai reflex) :  si vous utilisez un compact (ça m’arrive), évitez autant que possible le viseur électronique : travaillez plutôt à l’écran à bout de bras, ce qui est plus discret par ailleurs… Désactivez tout affichage de l’image après la prise de vue (surtout s’il ralenti l’appareil) et tout réglage ce qui pourrait diminuer la réactivité de votre appareil.

Quelque soit le matériel, il doit être fulgurant de rapidité afin de saisir « l’instant décisif » cher à Cartier-Bresson. Il doit être aussi capable d’enchainer des dizaines d’images en rafale, si cela s’avère nécessaire (donc disposer d’un buffet confortable). Pour l’instant (fin 2015) et selon « ma vision » de choses et mon expérience avec diverse hybrides, cette exigence exclu à peu près tout autre chose qu’un reflex traditionnel…

J’utilise évidement des compacts aussi en complément de mon reflex, ceci depuis très longtemps (cela remonte au Canon G9). Après de très nombreux modèles (divers Canon S et G, Sony RX100, Fuji X10, Olympus XZ-1, etc…), je conserve un Panasonic GM1 depuis deux ans ! Un record de longévité… Que j’ai choisi car il est peu coûteux et relativement réactif. Il me permet d’emporter trois optiques vraiment minuscules, qui possèdent toutes une bague de zoom manuelle (et non motorisée), ce qui est tellement plus rapide… Il présente certains avantages, oui ! Mais je « sens » maigres tout, que je ne suis jamais aussi efficace qu’avec un vrai reflex…

_MG_0125_blog_1078px

 


3 – Luttez contre votre timidité : il faut du culot pour prendre des photo face aux gens, sans se cacher ni se démonter… N’ayez pas peur, allez amicalement vers vos « sujets » il est rare que ça se passe mal.

Mais ça peut arriver bien entendu (ça m’est arrivé parfois. A Tokyo, il a fallu s’éclipser d’une ruelle pleine de Yakuza pas contents)… Il faut s’y préparer avec un peu de courage, ne pas se fâcher (jamais) et savoir « désamorcer » les situations conflictuelles d’un sourire désarmant (si possible). Avec beaucoup d’humilité, de gentillesse et de calme…

Toujours préparer une excuse bidon dans sa tête : « non, non, je ne vous prenait pas en photo Monsieur, c’est juste pour ma collection de photos de coqs » ! C’est un peu pour vous rassurer vous-même et ça permet d’ouvrir la discussion et lorsque vous serez amis : vous ferez autant de photos que vous voudrez…

Il faut aussi savoir s’arrêter avant d’emmerder vraiment le gens ! Il faut se mettre à leur place et les respecter. Souvent lorsque je regarde certains photographes amateurs, agresser les « locaux » dans certains pays (comme il ne le feraient jamais chez eux), je me dits « mon dieu, les pauvres »…

Bref, voilà probablement l’aspect le plus difficile de la « street photo » et cela demande de l’expérience et de la sensibilité. Je me souviens, que je ne me trouvais pas très bon dans cet exercice, avant d’avoir eu 40 ans… 

Asia, Asie, Indonesia, Indonésie, Bali

 


4 – Faites vous de nouveaux amis et photographiez vos amis : souvent vos nouveaux amis vous inviteront à voire quelque chose d’inattendu… Et l’on s’ennuie vite à faire des photos tout seul ! Surtout au bout de 15 ou 20 ans…  Lire la suite (en pleine largeur).

_MG_8604_blog_1078px

ACTU : matos photo, divers
19
Excellents cadeaux de Noëls pour photographes

Si vous deviez offrir (ou vous offrir), du matériel photo à Noel, n’hésitez pas à passer par les liens ci-dessous… de façon à aider votre blog préféré à passer l’hiver. Il est vrai que nous avons du changer de serveur et le nouveau est très performant (vous aviez remarqué), mais aussi relativement coûteux.

Donc pour éviter que ce blog ne me coûte plus qu’il ne rapporte, je vous invite lors de vos achats : à suivre les liens ci-dessous (ou ceux de notre  boutique : photoetmac.com/shop).

Les plus convaincus peuvent faire un don Paypal ici. Merci par avance de votre contribution à l’existence d’une information libre, d’un point de vue différent… et totalement indépendant de tout « annonceur ».

Paypal-Donate-Button-Image

Avant de passer à quelques produits que je vous recommande personnellement, revisitez cette page datant de décembre 2014 et qui reste 100% valable Quelques objectifs coups de coeurs incontournables… Et cette autre, très intéressante aussi car certains de ces modèles sont désormais soldés à prix massacrés : mes compacts experts 2014 préférés. Enfin, par curiosité notre palmarès des meilleurs reflex 2014

 


Le meilleur reflex pro du moment : Canon EOS 5Ds R : cet appareil est quasi imbattable sur tous les terrains (ou presque). Il est encore cher, c’est sûr… Mais il bâti comme un tank et serez tranquille pour les 5 prochaines années, vu sa résolution. Canon EOS 5Ds : 2599 €. Mon test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya.

EOS 5Ds face

 


Le meilleur hybride du moment : Sony A7RII : je ne l’achèterais pas pour voyager et j’ai plein de reproches à lui faire (gamme optique, viseur électronique, autonomie, ergonomie, AF et même réactivité)… Mais si vous tenez absolument à passer en hybride (au risque de le regretter et de revenir au reflex comme certains) : prenez celui-ci, car il écrabouille les autres… Sony A7R II avec objectif 4141 €.

Sony_A7RII_Big

Lire la suite…

APN : Canon
23
Boîtiers : l’intégration verticale sera la clé du succès

Quelle est la clé du succès actuel de Canon, sur le marché du reflex et du matériel expert ? L’intégration verticale des compétences : c’est un fait, Canon est une des rares marque à maîtriser totalement la fabrication de ses capteurs (jusqu’à 50 Pixels), de ses boîtiers et de ses optiques…

Tout comme Apple est le seul constructeur informatique capable de mener de front le développement de deux systèmes d’exploitations (OS X et iOS), tout en concevant elle-même ses smartphone et ses ordinateurs… C’est cette intégration verticale qui permet l’innovation : si Apple n’avait pu concevoir ensemble le matériel et le logiciel, Apple n’aurait pas inventé l’iPhone… 

Sony fabrique les meilleurs capteurs et des boîtiers désormais d’assez bon niveau (quoique perfectibles, ils n’égalent pas totalement les Canon ou Nikon et restent dépendant des viseurs électroniques décevants toujours fabriqués par Epson et vendu à tous les constructeurs)… Mais il manque toujours à Sony, l’expertise de Canon ou Nikon dans les objectifs… Et si Sony possédait ce savoir faire très rare, les Sony A7 disposeraient effectivement de la bonne dizaine d’objectifs spécifiques (professionnels et d’entrée de gamme) qui leur manquent encore, deux ans exactement après leur présentation… Mon idée est que si Canon a tenté de racheter Sigma, c’était qu’ils craignaient que Sony ne le fasse.

Doit-on s’inquiéter pour une marque, lorsqu’elle reste incapable de concevoir et fabriquer elle-même un des maillons essentiels de la chaine photographique ? Oui, évidement… Déjà car ses profits sont amputé automatiquement, par tout ce qui doit être acheté à l’extérieur. Combien gagne Sony, à chaque fois que Nikon vend un D7200, ou un D810 ?

C’est peut-être pour cela que Nikon souhaite ne plus dépendre de Sony (qui avait acheté « l’héritage photographique » de Minolta), pour la fourniture de ses futurs capteurs comme une rumeur le suggère depuis hier : Nikon Samsung : partenariat stratégique à venir ?

Il se trouve justement que aujourd’hui Samsung a officiellement nié cette hypothèse (ce qui ne prouve rien dans un sens, ni dans l’autre), mais peu importe, nous verrons bien en janvier ce qui se passera : 

« Samsung’s statement on this is as follows : Media reports that Nikon is allegedly buying our NX technology are not true. »

Doit-on s’inquiéter lorsque Pentax pour son futur reflex Full Frame, n’a d’autre choix que de « déguiser », un 24-70 mm f/2.8 crée et fabriqué par Tamron ? Oui, éventuellement…

Car les marque qui se portent bien, sont celles qui ont réussi une « certaine intégration verticale ». Fuji semble être de celles-ci : héritant d’une certaine « culture de la photo » (Historique de Fujifilm) et d’une image de marque forte, Fuji fabrique ses propres boîtiers, ses propres objectifs, ses propres capteurs et le fait savoir… Construisant « sa légende ».

Dans le même temps : tous les photographes « passionnés » du monde (les seuls susceptibles d’investir 2000 ou 3000 € dans des reflex et objectifs), savent que Nikon est depuis 15 ans incapable de fabriquer ses propres capteurs et ce n’est pas sans conséquences.

« Héritage photographique » et image de marque, qui ont certainement fait défaut à Samsung, pourtant capable de concevoir un boîtier NX1 diablement efficace, mais dont la gamme optique était certainement trop modeste… L’alliance avec Nikon (si elle se confirmait, ce qui reste encore hypothétique), semblerait donc relativement logique, les deux firmes étant très complémentaires en terme de savoir faire et « d’image »… Une alliance rappelant quelque peu (mais de loin), celle nouée par Olympus et Panasonic lors de l’annonce du « Micro 4/3 ».  Lire la suite…

APN : Nikon
4
Nikon Samsung : partenariat stratégique à venir ?

D’après mirrorlessrumors.com, les choses pourraient bouger dans le monde de la photo. Elles ne peuvent d’ailleurs que bouger… Car pour de nombreux fabricants (dont Samsung), les choses ne peuvent rester longtemps en l’état (relire quel est l’état actuel et La part de marché discrète, des APN hybrides).

Si c’était vrai, cela serait tout à fait passionnant. Samsung que l’on pensait vouloir se retirer (carrément) de la photo numérique suite aux rumeurs sur l’arrêt de ses modèles haut de gamme NX dans plusieurs pays (Samsung se retire de la photo… en Allemagne), aurait en fait vendu son activité NX (mirorless), à Nikon d’après les informations de mirrorlessrumors.com… C’est à dire toutes sa technologie « mirorless » NX.

Mise à jour : Samsung dément la vente de ses hybrides NX.

Il faut dire que Nikon semblait un peu en panne d’innovation depuis quelques temps et nous nous en faisions l’écho régulièrement (Nikon innove : en lançant… un musée !  –  AF-S Nikkor 24-70mm F2.8E ED VR : plus lourd, trop cher  –  Nikon n’a plus la cote, pour Goldman Sachs).

La marque jaune avait totalement raté son offensive en matière de boîtiers mirorless avec la gamme Nikon One (boudée par la presse et le public malgré une campagne de communication intense), car basés sur des capteurs Sony de 1 pouces bien trop petits, que Sony préfère d’ailleurs réserver à des compacts (Qualité des RAW du Nikon 1 J5 : pas terrible  –  Jobs explique comment les compacts Nikon sont nuls)… Erreur d’analyse de la part de Nikon, qui a visé beaucoup trop « grand public » et mal anticipé le phénomène « smartphone », qui a totalement sapé le marché du compact grand public…

Pendant ce temps, Sony connait un succès relatif avec ses Sony A7 à capteurs full frame dans le très haut de gamme (un marché peu bousculé par la généralisation des smartphones photo)… Les A7 auraient-ils « sauvé » le business photo de Sony ? Ce que Nikon ne peut laisser faire sans réagir : car à ce rythme sa place de « second » (derrière Canon) sera en jeu à moyen terme.

Cette « alliance » éventuelle (si elle se confirmait lors du CES en janvier), serait accompagné d’un nouveau partenariat stratégique autour de l’utilisation par Nikon des capteurs Samsung (réputés excellents, ce que je n’ai jamais eu l’occasion de vérifier moi-même). Nikon ne pouvant continuer à utiliser des capteurs Sony et ainsi « enrichir » son compétiteur et poursuivant le plus dangereux : une situation très inconfortable qui m’avait toujours semblé paradoxale… Lire la suite…

Nikon F

000 - A LA UNE
15
Mes conseils pour photographier les zombies

Réglages AF, réglages d’expo, choix des objectifs et de matos divers : voici tous mes conseils pour mieux photographier les zombies, en préservant votre sécurité… J’animerais d’ailleurs ce dimanche une conférence à 16h au Salon de la photo : « l’Art de photographier les zombies ».

Car il faudra vous y faire : les zombies vont progressivement envahir nos rues. Êtes-vous préparés en cas d’invasion zombie ? Il ne sera bientôt plus possible de les éviter, ni de les fuir (quoique certaines zones puissent être préservées)… Pour aller ou d’ailleurs, sur une planète totalement zombéifiée ? Alors mieux vaut apprendre tout de suite à vivre avec les zombies, à les photographier (vite et bien) et à y échapper. Les zombies studies : un véritable domaine scientifique. Je suis heureux d’apporter ma modeste contribution, en vous aidant à mieux les photographier, sans vous faire mordre !

Vos expériences et témoignages sont bienvenus en commentaires.

 


Viseur optique ou viseur électronique ? Utilisez absolument un viseur optique pour surveiller votre sujet en permanence, car le « retards » d’affichage de la plupart des viseurs électroniques risquent de vous coûter la vie… Ne parlons même pas des EVF qui par défaut affichent l’image dans le viseur après chaque déclenchement. De nombreux utilisateurs novices y ont laissé la peau car ils ignoraient que cet affichage pouvait se désactiver évidement… Mais souvent le désactiver ne suffit pas : la visée reste figée un dixième de seconde, ce qui peut s’avérer fatal.

Le viseur électronique ne sera supérieur au viseur optique que la nuit, dans le noir complet, ce qui ne sert à rien ! D’une part : il n’y a généralement rien d’intéressant à photographier, dans les situations ou l’on ne distinguerait rien du tout à travers un classique viseur optique…

D’autre part si vous êtes dehors en pleine nuit alors qu’il y a des Zombies dans le coin : c’est que vous êtes déjà mort ! Ou que vous êtes déjà vous-même un zombie qui ne supporte pas la lumière du jour…

En cette fin 2015, nous en sommes encore à la préhistoire du viseur électronique (Votre viseur électronique est-il… « dépassé » ?) : il est encore bien trop tôt pour s’en équiper !

 


Quel objectif choisir ? Utilisez de préférence deux zooms, dont un trans-standard… Idéalement montés sur deux boîtiers, car en présence de zombie il est délicat de changer rapidement d’objectifs (d’autant que les zombies sont attirés par tous les bruits métalliques à cause d’une mutation de leur oreille interne).

the-walking-dead-saison-2-serie-creee-par-frank-darabont-en-2010-10542725jlnjy_1713

Je recommanderais le 24-70 mm f/4 L IS USM de Canon, qui est plus léger (ce qui permet de fuir plus vite) et plus performant que ses homologues d’autres marques, pour un encombrement réduit : une merveille ! Après avoir utilisé ces dernières années plusieurs zoom trans-standard de diverses marques (24-70 mm f/2.8, 24-105 mm f/4 et 24-120 mm f/4), celui-ci est mon préféré de très loin.

 


Choisissez bien votre 70-200 mm f/2.8 : il vous sauvera la vie ! Un 70-200 mm f/2.8 me semble également obligatoire car les photo de zombie les plus intéressantes le sont à « l’heure bleu », lorsque la lumière décline… Certes le Canon est très cher, mais il est le plus performant de loin. Il n’existe pas de 70-200 m f/2.8 en monture Sony E.

Quand au Nikon, il est « dépassé technologiquement » et si vous souhaitez réaliser un portrait de zombie sans vous approcher trop près, vous serez coincé ! Car à la plus courte distance de mise au point, cet antique Nikon 70-200 mm f/2.8 s’avère être un 60-135 mm (avec des conséquences importantes sur le grossissement, notamment si vous comparez au Canon).

Tragique découverte pour ceux qui croyaient avoir acheté un 70-200, de découvrir qu’ils possèdent un 60-135 mm. C’est le phénomène dit de « focus breathing », dont je vous parlerais un jour (j’ai un article en préparation depuis 2 ans là-dessus)… Et certains 70-200 mm en souffrent plus que d’autres. Lire chez photo.net :

0000_SCREEN_JFV 274

Rabattez vous éventuellement sur les version f/4 des deux marques, si vous manquez de budget, mais oubliez tous les zoom télé à ouverture glissante. A signaler que Nikon se rattrape avec le Nikon 70-200 mm f/4 qui est spécialement réussi (avec un grossissement bien supérieur à la version f/2.8). Mais attention aux projections d’hémoglobine, car il n’est pas tropicalisé (étonnamment). Lire la suite

[related-posts]

LOGICIEL : Adobe Lightroom
9
Disponibles : Lightroom 6.2 et Lightroom CC 2015.2

Pas le temps de vous rédiger un article ce soir, mais Lightroom CC 2015.2 est disponible… Il y a pas mal de chose à dire sur cette mise à jour, mais on en parlera demain soir !

Il se pourrait que le menu mise à jour de Lightroom ou de Creative Cloud, ne vous la propose pas encore ce soir (question de quelques heures je suppose). Toutefois, si vous êtes vraiment impatient, vous pouvez la télécharger ici : pour Mac et PC.

0000_SCREEN_JFV 114

Attention, si vous êtes sur El Capitan OS X 10.11 patientez encore un peu en attendant qu’un petit bug concernant le nouvel « Ecran Ajouter des photos », soit réglé… Ou mieux encore : désactivez cette fichue nouveauté (dont à a rien à faire), en décochant cette préférence :

0000_SCREEN_JFV 107

Et dans ce cas : plus de bug, Lightroom CC 2015.2 est compatible avec OS X 10.11… A demain, pour l’étude des nouveautés. J’attends vos premières impression ici, notamment concernant le dialogue d’importation…

Détails en Anglais des nouveautés (en attendant demain) : lire la suite.

APN : Tamron
5
Tamron SP 35mm f/1.8 Di VC USD et SP 45mm f/1.8 Di VC USD

Années après années, Tamron monte en gamme… La marque s’était déjà faite remarquée avec un fantastique zoom transtandard f/2.8 stabilisé venant combler un vide chez Canon et Nikon : le Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD (environ 850 €). Qui est très apprécié (bien qu’un peu lourd à mon goût).

D’ailleurs jetez un oeil à cette boutique Tamron sur Amazon.fr… La marque est également réputé pour son Tamron 150-600mm SP f/5-6.3 Di USD‎, dont les résultats sont étonnants en regard d’un prix serré tournant aux alentours de 1000 € (poussant Sigma à proposer un modèle très similaire le Sigma Contemporary 150-600 mm F5-6.3 DG OS HSM). J’ai pu observer ces deux objectifs de près au Kenya récemment, que demander de plus pour environ 1000 € ? Ce sont deux objectifs exceptionnels par leur rapport qualité / prix.

Signalons enfin le récent Tamron SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD (aux alentours de 1100 €) qui a étonné, tant les zooms grand angles stabilisés sont rares… Caractéristique commune à tous ces objectifs : s’ils sont disponibles en montures Canon et Nikon, aucun n’existe en monture Sony E (mais éventuellement en Sony A, promise à un oublie à moyen terme je le crains).

Aujourd’hui deux optiques fixes stabilisées ambitieuses et tropicalisées sont annoncées pour fin septembre pour les reflex full frame : le Tamron SP 35mm f/1.8 Di VC USD et le Tamron SP 45mm f/1.8 Di VC USD. Toutes deux profitent d’un design modernisé assez réussi (inspiré par Sigma peut-être ?) et seront construites au Japon… On ne connait pas encore les tarifs. Lire la suite…

f012e_sideview_20150623-2-75991 

  P 35mm f/1.8 Di VC USD SP 45mm f/1.8 Di VC USD
Montures Full-Frame: Canon EF, Nikon F, Sony A Full-Frame: Canon EF, Nikon F, Sony A
35 mm/APS-C 35mm / Nikon 52.5mm / Canon 56mm 45mm / Nikon 67.5mm/ Canon 72mm
Ouverture Maxi f/1.8 f/1.8
Ouverture Mini f/16 f/16
Angle de vue 63° 26′ 51° 21′
Dist. mini de MAP 20 cm 29 cm
Agrandissement 1:2.5 1:3.4
Autofocus Oui Oui
Stabilisation Versions Canon et Nikon Versions Canon et Nikon
Construction 10 éléments / 9 groupes 10 éléments / 8 groupes
Lamelles Diaphragme 9, circulaires 9, circulaires
Diamètre de filtre 67 mm 67 mm
Taille (D x L) Canon: 80.4 x 81.3 mm
Nikon: 80.4 x 78.7 mm
Canon: 80.4 x 91.4 mm
Nikon: 80.4 x 89.0 mm
Poids Canon: 479 g
Nikon: 451 g
Canon: 539 g
Nikon: 519 g
APN : Sony
29
Les Objectifs E qui manquent aux Sony A7

Je viens de mettre à jour l’article d’hier soir (Liste des objectifs adaptés aux Canon EOS 5Ds et 5Ds R), en listant les objectifs E, qui manquent à la gamme Sony A7… Répondez en commentaires à ce sujet, sous l’article d’hier de préférence !

Il ne manque pas seulement des références de focales (dans l’absolu). Mais il manque surtout d’excellents objectifs financièrement accessibles (pour les jeunes auxquels j’enseigne la photo par exemple). Je pense surtout à eux, lorsque j’explique que choisir un Sony Alpha est une assez mauvaise affaire financière pour un étudiant en photo ! Et que les avantages qu’il en retirera ne pèsent pas lourd… 

Quel objectif chez Sony, remplacera un 100 mm f/2 à 450 € (le connaissez-vous celui-ci, il date de 1991), ou le Ef 85 mm f/1.8 (seulement 350 €) ? Tous deux compatibles 50 Mpix… Comment trouver un 24 mm pas cher mais excellent, en monture E ? Le marché de l’occasion (trop jeune) est quasi inexistant en monture E… That is Ze question… La photo ne doit pas être un sport réservé aux riches.

Pensez que l’on trouve l’EOS 6D à partir de 1666 €… Et l’exceptionnel EF 24-70 mm f/4 L IS USM à moins de 900 € ! Ajoutez un Canon EF 50mm f/1.8 STM à 157 €… Si vous ne pouvez vous offrir le 24-70 mm f/4, vous avez des tas d’optiques fixes excellentes à moins de 500 € chacunes (notamment dans la liste de celles qui sont suffisamment bonnes pour l’EOS 5Ds R)… Vous comprenez ce que je veux dire ?

APN : Sigma
31
Sigma 24-35 mm f/2 DG HSM Art : lumineux

La série Art de Sigma fait de plus en plus d’adeptes et cela s’explique : la qualité optique est au rendez-vous, la finition somptueuse, le design agréable… Et surtout Sigma a des idées et propose des solutions originales, par exemple ce zoom full frame « court », mais très grand ouvert !

Ce Sigma 24-35 mm f/2 DG HSM Art est un peu court pour servir de zoom standard « à tout faire », certes… Mais il est vrai qu’avec un 24-70 mm, pas mal de photographes réalisent la moitié de leurs images entre 24 et 35 mm, peut-être 10% entre 35 et 60 mm… et quasiment 40% au 70 mm.

0000_SCREEN_VIB_ 409

 

Partant de là, pourquoi ne pas s’offrir un « meilleur » 24-35 m, plus lumineux et disposant d’une distance de mise au point plus courte de 28 cm seulement ? Et passer ensuite directement au 70-200 mm f/2.8 , ou au 85 mm f/1.4 (celui de Sigma est justement excellent) ? Avec un excellent 50 mm f/1.4 entre les deux… Ce n’est pas une idée idiote.

Cet objectif est éligible au « Sigma Mount Conversion Service », (Système de changement de monture) qui permet de transformer une version Canon en Nikon (et inversement), par retour en SAV (généralement 200 €)… Et compatible avec le dock USB Sigma servant à le paramétrer (encore une excellente idée Sigma accessible à partir de 49 €).

On ne peut malheureusement pas tout avoir : pas de stabilisation (pas trop grave entre 24 et 35 mm, juste un peu dommage) et c’est un « gros morceau » : pas moins de 940 gr… Il faudra que la qualité soit au rendez-vous pour justifier cet embonpoint. Par contre le pare soleil est fourni (et s’il est d’aussi bonne facture que celui du 24 mm f/1.4 Art, ce sera parfait). Lire la suite…

Focale 24–35 mm sur capteur Full frame
Stabilisation Sans
Autofocus Oui motorisation HMS circulaire silencieuse débrayable
Montures disponibles Canon EF et EF-S, Nikon (FX et Dx), Sigma SA
Ouverture maxi f/2.0
Ouverture mini f/16
Grossissement maxi x 0.23
Dist. mise au pt. mini 28 cm
Type de zoom zoom et mise au point interne
Diaphragme 9 lamelles arrondies
Construction optiques 18 éléments en 13 groupes, 
Elements spéciaux 1 élément FLD, 7 éléments de verre SLD, 2 éléments aspheriques
Echelle des distances oui
Echelle de prof. de ch. Non
Poids 940 gr
Diamètre 88 mm
Longueur 123 mm
Diamètre de filtre 82 mm
Pare soleil fourni Oui (LH876-03)
LOGICIEL : Adobe Lightroom
40
Mise à jour Lightroom 6.1 et Lightroom CC 2015-1

Petite mise à jour ce matin, pour Lightroom CC, ACR 9.1, Lightroom 6 (en boite) et LR Mobile 1.5. Tout le monde voit arriver le support de nouveaux RAW. Toutefois quelques fonctions sont réservées à la version sur abonnement, par exemple cette fonction « Correction du voile ».

Sur cette page, vous trouverez la liste des différences entre Lightroom 6 (en boite) et Lightroom CC (sur abonnement). Que les acheteurs de la version « en boîte » se rassurent, la « Correction du voile » (réservée à Lightroom CC 2015-1 et à Adobe Camera Raw 9.1), ne sert pas à grand chose (du coup elle est planquée dans l’onglet « effets »)… J’ai d’ailleurs cherché vainement des exemples effectifs et concrets de son utilité parmi mes photos, sans en trouver un seul ! On préférera largement corriger le voile avec d’autres techniques plus anciennes et plus efficaces (renseignez-vous sur mes formations Lightroom)…

Passons donc pudiquement sur cette fonction raté et passons aux choses très intéressantes : Spécialement : l’arrivée des curseurs « Noir » et « Blanc » dans les outils de retouche localisés : Filtre Radial et Filtre Gradué. Voilà qui est très intéressant pour gérer la « brillance » et le micro contraste des surfaces et des zones (ce qui permettra d’ailleurs de corriger efficacement le voile, soit dit en passant)… Démonstration ci-dessous sur un Filtre Radial : à gauche en utilisant le surfeur Hautes Lumières + Exposition… A droite en utilisant le surfeur « Blanc » : l’éclairage global est le même. Mais l’effet est différent ! Lire la suite

[related-posts]

ACTU : matos photo, divers
47
N’achetez pas ce Sony Carl Zeiss E 16-70mm F4 ZA OSS

Les Allemands de Photozone.de ne se sont pas laissé abusé, par le « champs de distorsion des réalités », qui affecte souvent le jugement de certains blogueurs (ou sites) lorsqu’il testent des boîtiers « à la mode », ou lorsqu’il s’agit de vanter le mérites de tel ou tel objectif « hors de prix »…

Objectifs conçu par des marques prestigieuses et anciennes qui ne sont plus « leaders » dans l’innovation Photographique depuis longtemps, ni dans la recherche en matière d’optique. Selon moi : une « vraie innovation », c’est par exemple un 11-24 mm f/4 ! Ou un 300 mm f/4 compact. Ou encore un 24-70 mm f/2.8 stabilisé… Ou même un 15-30 mm f/2.8 stabilisé. Ou encore un EF-S 24 mm f/2.8 hyper piqué avec mise au point à 15 cm, pour moins de 200 €… Voilà ce qu’est l’innovation ! Le reste est littérature…

Mais le « name dropping » fait vendre… Car il fait toujours son petit effet lors d’une discussion entre photographe : « ouais, j’ai craqué » pour le Jena 50 mm f/1.4 Biotar… Tu vois lequel ? Tu comprends un pro (comme moi), ne peut se permettre aucuns compromis »… Sous entendu : « Mec si tu ne connais pas cet objectif mythique, tes vraiment nul ».

0000_SCREEN_VIB_ 257

Sony et d’autres « électroniciens historiques » le savent bien et sont friands d’accords de « licence », voir de « recyclage » de « noms prestigieux » sensés engendrer ce fameux « champs de distortion de la réalité ».

Ceci aide parfois à masquer la misère et l’offre généralement calamiteuse (le cas de Sony) en « excellentes optiques polyvalentes, à prix mesuré ». Le genre d’objectifs « vraiment » utiles (ceux qui se vendent), que seuls les leaders de l’optique Japonaise (Canon, Nikon, Sigma, Tamron, Tokina… et même Olympus) sont capables de proposer (j’ai cité quelques exemples plus haut, que vous ne trouverez pas à « bon prix » dans les gammes Sony, quand bien même ils existeraient)…

Certaines marques « ancestrales » à consonance germaniques bénéficient du coup, d’une « aura » souvent jugée disproportionnées… en regard des performances réelles, ou du « supposé rapport performances / prix » qu’elles sont capables de présenter…

Ainsi, le site Allemand photozone.de, a « massacré le Carl-Zeiss Vario-Tessar T* E 16-70mm f/4 ZA OSS (854 € quand même) … Lire la suite !

1 9 10 11 12 13 14