web analytics

Premier « test terrain » du génial Canon EOS R6

191
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

 

 

Scoop : en avant-première, j’ai pu me faire prêter un Canon EOS R6 de présérie accompagné du téléobjectif RF 600 mm f/11 IS STM et du Multiplicateur RF 1.4x. bien avant leurs présentations officielles. Je ne vous cacherais pas qu’en l’absence de grand voyage cet hiver, cet essai a été pour moi, un des grands bonheurs photographiques de l’année 2020… Aussi je vous invite à découvrir ci-dessous mon « test terrain » réalisé en Savoie.

Voici le nouveau Canon EOS R6 disponible dès maintenant pour 2 699 € TTC boîtier nu et en kit avec le RF 24-105 mm STM : 3 059 €… Avec lequel j’ai pu m’amuser une semaine avant sa présentation officielle.

Et bien je vais vous dire : je me suis régalé avec cet appareil « joueur » qui est du pur plaisir, typique des gammes intermédiaires de Canon, destinées aux amateurs experts. Oui, c’est un coup de cœur, tant tout est naturel, instinctif, bien fini, bien conçu… Si vous ne l’avez pas déjà lu, vous pouvez relire mon Test du Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS.

 

Canon s’est surpassé au niveau de l’ergonomie et je n’avais pas eu autant de plaisir à découvrir un nouvel EOS, peut-être depuis l’EOS 6D (en 2012) qui m’avait agréablement surpris par sa facilité et sa légèreté. On sent presque immédiatement si un appareil est « bien né »… Et je crois franchement que c’est le cas de cet EOS R6. La marque rouge, vient d’ailleurs de publier une liste des fonctionnalités, améliorations et modifications apportées aux EOS R6 et R5, par rapport à l’EOS R : cette liste est impressionnante : canon.com. Mais voici déjà une partie des caractéristiques de l’EOS R6 (nous rentrerons dans les détails ensuite) :

 

  • ProcesseurDIGIC X
  • Capteur stabilisé (IBIS*)Gain jusqu’à 8 vitesses (avec objectifs RF stabilisés)
  • Résolution20,1 Mpixels avec filtre passe-bas

 

  • Sensibilité ISO : de 100 à 102.400 ISO. Extension de 50 ISO à 204.800 ISO
  • Vitesses d’obturation : de 1/8.000 sec à 30 sec
  • Synchro Flash : 1/200 sec. avec obt. mécanique. 1/250 sec. avec obt. électronique
  • Cadence maxi avec obturateur mécaniqueUltra silencieux. Max. Environ 12 im./sec
  • Cadence maxi avec obturateur Électronique : Environ 20 im./sec
  • Cadence maintenue : sur plus de 1000 images en format JPEG (sur cartes SD UHS-II)
  • Cadence maintenue : sur plus de 240 images en format RAW
  • Intervallomètre : « interval Timer »

 

  • Autofocus Détec. VisagesSél. Automatique des visage et suivi sur 1.053 zones AF
  • Nombre de collimateursSél. Manuelle d’un collimateur sur 4.968 positions
  • Détection des yeuxDétection des visages et des animaux

 

  • Modes de mesureEn temps réel avec le capteur d’image, mesure sur 384 zones.
  • Bracketing mise au pointIncompatible avec le Bracketing d’exposition
  • Anti scintillementDétectés à une fréquence de 100 ou 120 Hz.

 

  • Type de viseurOLED de 0,5 pouce
  • Nombre de points3,69 millions de points
  • Couverture (vert. / horiz.)Environ 100 %
  • AgrandissementEnviron 0,76x
  • Relief oculaireEnviron 23 mm (depuis le centre de l’oculaire)

 

  • ÉcranClear View LCD II de 7,5 cm (3,0 pouces), env. 1,62 millions de points
  • Écran monochrome LCDNon

 

 

  • VidéoVidéo MP4 : UHD 4K, Full HD.
  • Vidéo haute fréquenceFull HD à 100 im/s. ou 119,9 im/.s [10]
  • Extraction photo : JPEG/HEIF de 8,3 Mpix d’une vidéo UHD 4K

 

  • Double lecteur de carteSD / SDHC / SDXC et UHS-II
  • Nouveau design : Plus « rond » et meilleure prise en main, poignée plus épaisse

 

  • Ajout du sél. de modesClassique par Molette : PASM + C1, C2, C3 + Fv
  • Ajout de la Roue codeuseAjoutée en plus de la molette arrière haute (pour les ISO)
  • Ajout d’un JoystickSa rapidité est paramétrable
  • Ajout d’un bouton avantProgrammable (testeur de PDC)
  • Ajout du senseur IR : pour télécommande RC-6

 

  • Interface ordinateurConnecteur USB-C Gen. 2 USB 3.1
  • Wi-Fi : LAN sans fil (IEEE802.11a/b/g/n) (2,4 GHz)
  • BluetoothPrise en charge du Bluetooth 4.2. L’EOS R5 en Bluetooth 5.0.
  • Wi-Fi (sauvegarde) : Transfert vers image.canon (service gratuit)

 

  • BatterieLP-E6 NH à 2130 Mha (compatible avec LP-E6 de 1600 Mha)
  • AutonomieAvec LCD : env. 510 clichés. Avec viseur env. 380 clichés

 

  • Protection du capteurpar l’obturateur lors de l’extinction (possible de désactiver)
  • ProtectionRésistant aux projections et poussières (similaire à la gamme EOS 6D)
  • Obturateur silencieux : conçu pour un minimum de 300.000 déclenchements

 

  • Dimensions (L × H × P) : 138,4 × 97,5 × 88,4 mm
  • Poids (boîtier) : Environ 598 g (680 g avec carte et batterie)

 

 

Comme je sais que vous n’avez pas la patience de lire mes articles en commençant par le début : voici d’abord mes conclusions ! Je suis comme vous lorsque je lis un test… Je commence toujours par lire la dernière page : les conclusions…

 

  • Construction et Finition - 91%
    91
  • Prise en main et ergonomie - 96%
    96
  • Discrétion, compacité, silence et poids - 82%
    82
  • Visée électronique - 86%
    86
  • Qualité d'image - 87%
    87
  • Réactivité et vitesse - 96%
    96
  • Fonctionnalités - 90%
    90
  • Gamme optique - 95%
    95
  • Pertinence du prix - 86%
    86

Ce coup-ci Canon passe à la vitesse supérieure

Il existe des appareils dont on rêve comme le Canon EOS R5 qui peut filmer en 8K et affiche 45 Mpixels, mais que la plupart des gens ne peut pas s'offrir (pas immédiatement en tous cas)... Et il existe des appareils que l’on peut s’offrir et qui font très bien le job, comme ce nouveau Canon EOS R6. Ou comme en son temps, le petit reflex EOS 6D qui avait marqué son époque en 2012 : par sa légèreté (pour un reflex), sa robustesse et son excellente qualité d’image avec son capteur de 20 Mpixels.

Ne négligez pas les avantages d’un capteur d'une résolution "raisonnable" de 20 Mpixels, avec des fichiers RAW extrêmement légers. Ceux du Canon EOS R6 ne pèsent que 12 Mo environ, grâce à la compression sans perte de qualité des .CR3. Alors que chaque .CR2 de mon Canon EOS 5DsR (50 Mpixels) pèse... en moyenne 60 Mo ! Vous imaginez tout ce que cela implique : en termes de taille des disques durs, ou de temps de transfert.

A notre époque où il faudrait penser à l’avenir de la planète, la résolution « raisonnable » de cet EOS R6 est finalement « bien dans l’air du temps ». Je ne crois pas que Canon l'ait pensé pour ça dès le début, mais rien ne vous empêche d'y penser tout de même. Il ne me semblait pas en 2012, que les 20 Mpixels de mon EOS 6D étaient insuffisants pour imprimer des tirages de 90 cm. En 2020 : les 20 Mpixels de l’EOS R6 sont encore meilleurs et devraient me suffire également.

La plupart des photographes n’ont vraiment pas besoin de plus de 20 Mpixels (notamment les photojournalistes pressés d'envoyer leurs images via le net)... Si certains photographes, ont toutefois besoin d’une résolution supérieure (ils ont leurs raisons), il existe heureusement d'autres solutions pour eux. Notamment l'EOS R5 de 45 Mpixels.

Ce nouvel hybride EOS R6 est celui de la maturité chez Canon. Il est extrêmement agréable, silencieux, polyvalent et devrait séduire les passionnés de sport et de photo animalière, avec son nouvel AF très performant, son obturateur mécanique extrêmement discret à 10 im/sec, et sa vitesse impressionnante de 20 im/sec avec l'obturateur électronique dans un silence total... Sans oublier une prise en main exemplaire, qui ne vous fera jamais regretter les appareils reflex.

Le passage vers le monde des objectifs RF ne devrait plus vous effrayer, car l’offre est désormais plus généreuse, avec notamment quelques objectifs d’entrée de gamme intéressants comme le RF 85 mm f/2, ou l’incroyable RF 600 mm f11 IS STM que j’ai pu essayer (lien vers le test terrain à venir)... Ou encore quelques modèles d’autres marques, comme le Samyang 14 mm f/2.8 RF autofocus (lien vers le test à venir) : une petite merveille pas très coûteuse qui décuplera votre créativité notamment en street photo...

Essayez ce Canon EOS R6 en boutique avec le minuscule RF 35 mm f/1.8 IS STM pour commencer : vous allez probablement en tomber amoureux !

.

 

 

89.9 %

 

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous en commentaires

Exclusif : Terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM et du RF 1.4x

 

 


Premières sensations et finitions En sortant l’EOS R6 du carton, j’ai été surpris par sa légèreté… Une fois équipé de cartes et batterie, il ne pèse que 680 gr. C’est un gabarit moyen avec : 138 mm en largeur. 97,5 mm en hauteur. Et 88 mm en profondeur… Qui donne la sensation d’être « à peine plus épais » que l’EOS R qui pourtant pesait quasiment le même poids (652 gr avec sa batterie et une carte).

Ces lignes plus rondes et sa poignée un plus généreuse, procurent un grand confort. Je rassure ceux qui imaginaient que l’EOS R6 serait une sorte de descendant de l’EOS RP : ce n’est pas ça du tout. On repère immédiatement pas mal de nouvelles touches intelligemment placées : spécialement le fameux Joystick AF qui fait son retour… La traditionnelle « Roue codeuse » plate à l’arrière (qui ne fait pas disparaître la molette arrière « haute » par défaut attribuée à l’ISO).

Une touche programmable à l’avant (testeur de profondeur de champs). Et aussi une touche « RATE » à gauche… Le bouton de mise sous tension ON/OFF est également beaucoup plus « sensible » et plus efficace à manipuler, même dans le noir… C’est parfait ! Nous reparlerons de tout ça, plus bas.

 

Le revêtement caoutchouté de la poignée est plus doux que celui de l’EOS R et la texture granitée du boîtier est très réussie. Petite déception en constatant que l’écran tactile orientable (de 1,62 Mpixels) est un peu moins large que celui de l’EOS R (de 2,1 Mpixels). On s’en remettra, car il reste très lisible en extérieur. Bien entendu pas de flash embarqué. Dommage pour un appareil polyvalent, destiné aux « amateurs experts ».

Le petit écran monochrome supérieur de l’EOS R a disparu et laisse sa place à une Molette des Modes classiques, qui n’est pas verrouillable. Mais son crantage est très ferme, je suppose donc qu’elle ne se déréglera pas facilement (à vérifier sur le long terme). L’avantage est que le changement de Mode se fait un peu plus vite… Oubliées donc les expérimentations ergonomiques de la « Touch Bar » et de la Molette des Modes « virtuelle » (qui nécessitait de regarder l’écran) du premier EOS R.

 

A noter que l’on retrouve une vraie position « Vidéo » sur cette Molette des Modes… Sur l’EOS R on se souvient du passage « peu intuitif » vers les modes Vidéo Avancés : qui nécessitait de cliquer sur le bouton Modes puis sur la Touche Info. Rien de tel sur l’EOS R6 : on tourne la molette et c’est tout… Toutefois, je vous conseillerai de bien ajouter à vos Menus Personnalisés Verts (lire en détail plus loin) : un raccourci vers le Menu de sélection du Mode d’obturation en Vidéo (qui permet de choisir entre Expo Auto ou Manuel).

Bref avec le retour de ces « grands classiques » issus de la tradition ergonomique des reflex EOS : on se sent beaucoup plus « à la maison » qu’avec l’EOS R. Qui on s’en souvient, avait surpris les puristes avec quelques audaces ergonomiques, plus ou moins justifiées…

 

 

 


Une prise en main exceptionnelle… La poignée bien creusée de l’EOS R6 est un régal lorsqu’on se promène appareil en main (avec un sticker noir pour cacher son nom) : comme celle de l’EOS R mais en mieux… J’ai utilisé l’EOS R avec le RF 35 mm f/1.8 ultra léger qui permet d’apprécier le gain de poids face à un reflex. L’ensemble est parfait ce coup-ci : Canon reste vraiment le champion du design et de l’ergonomie…

Je l’ai aussi testé avec le traditionnel RF 24-105 mm f/4L IS USM qui « pique un peu du nez » en comparaison avec le RF 35 mm. Mais heureusement la poignée est très bien conçue et l’ensemble est très agréable. Même si un 24-105 mm f/4 restera toujours forcément plus long et lourd qu’un RF 24-70 mm f/4 (dont on rêve).

 

Et enfin, j’ai aussi beaucoup testé l’EOS R6 avec l’incroyable téléobjectif « grand public » RF 600 mm f/11 IS STM (dévoilé aujourd’hui)… Et c’est stupéfiant à quel point l’ensemble reste léger et maniable… Y compris en cadrage vertical, sans poignée Grip (dont je n’ai pas eu d’exemplaire à tester)… Lire notre test terrain de cet étonnant produit, qui trouvera certainement un public amateur de voyages :

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous en commentaires

Exclusif : Terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM et du RF 1.4x

 

Astuce : pour mieux profiter de l’EOS R6, je l’ai utilisé sans courroie de cou : que j’ai remplacé par un « sling » léger, dont je décroche souvent l’appareil… Je le tiens le plus souvent à la main : juste sécurisé par une fine dragonne de poignet, comme un APN compact. C’est plus agréable en street photo, ça permet d’exploiter l’écran orientable avec plus de créativité… Car je ne suis pas « coincé » par la sangle de cou. Si vous voulez vraiment utiliser votre hybride et son écran orientable de façon créative : supprimez la sangle autour du cou. Et adoptez un « sling » …

Passons maintenant aux deux nouveautés des EOS R6 et R5 qui les distinguent du premier EOS R (ce dernier restant en vente aux alentours de 1900 €relire ici mon : Test terrain du Canon EOS R avec le RF 35 mm f/1.8 IS STM). Je veux parler du double lecteur de cartes… Et bien entendu : du capteur stabilisé. Notez que nous utiliserons parfois le terme IBIS* abréviation de « In Body Image Stabilisation ».

Une image bien nette, réalisée en JPEG (on ne peut encore développer les RAW dans Lightroom) au coucher du soleil (à contre-jour) avec le Canon EOS R6 et le nouveau téléobjectif « de voyage » : Canon RF 600 mm f/11 IS STM… A f/11 (puisqu’il n’existe qu’une seule ouverture), au 1/250 sec et à 1250 ISO. Cliquez pour zoomer : vous constaterez que c’est incroyablement « propre » y compris dans les « ombres » que j’ai un peu « débouché ». C’est assez impressionnant cette qualité d’image.

 

 


Arrivée de la stabilisation « combinée » des objectifs et du capteur Les Canon EOS R5 et R6 sont donc les premiers Canon à disposer d’un capteur stabilisé en mesure de « collaborer » avec la stabilisation embarquée des objectifs. Des fuites nous l’avaient laissé penser dès la présentation du premier EOS R et du RF 50 mm f/1.2 L USM, qui était dépourvu de stabilisation… Un indice évident que celle-ci serait (bientôt) assurée par de futurs boîtiers : et les voici !

Ce n’était pas que la stabilisation uniquement intégrée dans les objectifs IS était inutile, ni « inefficace »… Bien au contraire : elle l’est diablement ! Jusqu’à 5 stops dans certains cas. En effet, il faut rappeler que les dispositifs de stabilisation des objectifs « IS » ont l’avantage d’être optimisés : objectifs par objectifs. On ne stabilise pas un 35 mm IS, avec le même dispositif qui est nécessaire pour un 200-400 mm.

 

Mais lorsque la technologie IS des objectifs travaille en interaction avec l’IBIS* il devient possible d’aller encore plus loin. Jusqu’à gagner 8 « stops » avec les objectifs RF montés sur les EOS R5 et R6 : c’est incroyable… Par contre, lorsque l’on utilise des objectifs EF (de reflex) dotés de technologie IS sur les EOS R5 et R6 avec la bague d’adaptation : le gain est plus modeste, mais il est effectif tout de même.  Probablement autour de 5 stops selon les modèles (je n’ai pas fait de tests).

Et bien entendu (en bonus) : un capteur stabilisé permet de stabiliser des objectifs dépourvus de tout système de stabilisation… Notamment des modèles anciens ou exotiques, assez appréciés des bidouilleurs et des photographes aux moyens financier modestes. Du coup faut-il en conclure que le premier EOS R de fin 2018 (dépourvu de IBIS*) serait totalement démodé ? Et bien je ne le crois pas… Car en choisissant autant que possible des objectifs stabilisés (les modèles IS sont innombrables en gammes EF et RF), leur stabilisation reste suffisante pour l’immense majorité des situations.

 

Depuis le temps que je fais des images avec une stabilisation dans les objectifs uniquement : je vous garantis que cela n’a jamais été un obstacle… Au prix ou l’on trouve l’EOS R désormais, on peut hésiter : il est devenu une excellente affaire avec sa résolution généreuse de 30 Mpixels. Par ailleurs, si vous maîtrisez le choix de la sensibilité ISO selon les circonstances (selon la quantité de lumière disponible) et si vous révisez un peu vos connaissances de base de la photo, (notamment la règle du « un sur la focale » qui consiste pour simplifier : à ne pas descendre en dessous du 1/50 sec au 50 mm), vous comprendrez qu’il est facile de réaliser des images nettes, sans « objectif stabilisé »… Et sans IBIS*.

 

 


La stabilisation du capteur : en cours de tests – J’ai réalisé quelques essais peu scientifiques avec le RF 35 mm IS STM… Assis sur une chaise les coudes le long du corps : j’ai constaté que quasiment toutes mes images sont nettes à main levée, même en posant 1 sec.

Et j’ai même réussi quelques images nettes : en posant 1,33 sec. En posant 2 sec à main levée avec le RF 35 mm IS STM à f5.6, il m’arrive aussi de faire quelques photos nettes. Ce chapitre est encore « en cours » de rédaction : je compléterais bientôt avec d’autres essais. (…)

 

 


La stabilisation du capteur vous sera-t-elle, indispensable ? Indéniablement l’IBIS* apportera beaucoup de sécurité aux photographes qui s’inquiéteront moins souvent de leur vitesse d’obturation : spécialement les débutants qui n’ont jamais appris la règle du « un sur la focale ». Je dirais que ce sont en priorité ceux-là, qui en profiteront… Sans être une « révolution », l’arrivée de l’IBIS* s’avèrera être un « atout » bien pratique.

Pour les utilisateurs experts et pro, cette « double-stabilisation » apportera un confort et des possibilités décuplées dans des situations spécifiques (qui ne sont pas aussi fréquentes qu’on l’imagine). Ils ne vont donc pas s’en plaindre, d’autant que cet IBIS* est très bien implémenté et tire parti des décennies d’évolution des objectifs IS, qui sont très nombreux dans leurs besaces (en EF, en EF-S et en RF)…

L’arrivée de l’IBIS* dans les EOS R, est aussi une bonne nouvelle pour les utilisateurs de reflex EOS en général et pour le marché d’occasion… Les acheteurs potentiels seront rassurés de savoir que « stabilisé ou non », ce petit objectif d’occasion profitera d’une stabilisation sur leur (prochain) EOS R… Du coup, l’héritage des gammes EF depuis 1987 va peut-être connaitre une nouvelle jeunesse : je pense par exemple aux milliers de zoom EF 70-200 mm f/4 non stabilisés de première génération… En parfait état de marche ! Ou à ce merveilleux petit EF 100 mm f/2 USM de 1991, ultra piqué et si léger avec lequel je me suis régalé. Sans oublier les « légions » de petits EF 50 mm f/1.8 : un des objectifs les plus vendus au monde…

 

 


Arrivée du double lecteur de cartes L’ajout d’un second lecteur de carte mémoire sur les EOS R5 et EOS R6 est aussi une nouveauté intéressante, qui rassurera les utilisateurs anxieux… Même si la peur des débutants de perdre leurs fichiers, touche (un peu) à l’irrationnel… Ce second lecteur de carte est plutôt un détail pour moi, qui n’ai jamais perdu la moindre photo en utilisant un slot unique durant 20 ans. Soit plus de 600.000 RAW engrangés sur une seule carte, puis copiés sur mon Mac… Sans jamais la moindre perte.

Il suffit de procéder « comme il faut » : toujours formater sa carte avant une prise de vue et ne jamais effacer d’images depuis l’ordinateur. Utiliser des lecteurs de carte « de marque ». Éviter les obscurs produits chinois à bas prix trouvés sur Amazon (relire nos articles à propos des lecteurs de cartes divers : Lexar, etc.…)

Toutefois, on ne va pas se plaindre de ce progrès : au moins les appareils équipés de double lecteur de carte sont-ils plus faciles à revendre d’occasion… Rappelons au passage que Nikon avait lui aussi équipé ses Z6 et ses Z7, d’un unique lecteur de carte. Et à ma connaissance, personne ne s’est plaint jusqu’alors d’avoir perdu des images avec des Z6 et Z7, pas davantage qu’avec l’EOS R de première génération. Passons…

Le Canon EOS R6 se contente de deux lecteurs identiques : SD/SDHC /SDXC UHS-II. Alors que l’EOS R5 panache : une CFexpress (pour la vidéo 8K c’est nécessaire) et une SD/SDHC /SDXC UHS-II.

 

 


Un capteur de 20 Mpixels, est-ce suffisant ? Voilà une question qui peut faire débat… Et on ne va pas l’éviter ce débat, car beaucoup de photographes avancés regretteront cette résolution limitée à 20 Mpixels, à la place des 30 Mpixel de l’EOS R initial, qui ne déméritait pas… Moi qui travaille depuis 2015 avec les 50 Mpixels de l’EOS 5DsR, je ne vous cacherai pas que je serai plutôt fan du Canon EOS R5 de 45 Mpixels.

Et j’ai d’ailleurs pu constater que le télé RF 600 mm f/11 IS STM (qui est stabilisé) m’a donné plus de détails avec l’EOS R de 30 Mpixels, qu’avec l’EOS R6 de 20 Mpixels… Rien de surprenant. Du moins en plein jour, lorsque je n’étais pas obligé de monter trop la sensibilité ISO. Car dans la pénombre : la stabilisation intégrée au capteur de l’EOS R6 devrait permet de descendre un peu plus bas en vitesse, afin de moins augmenter l’ISO : ceci pour mieux préserver les fins détails de l’image…

 

Je ne suis pas allé jusqu’à faire des tests (fastidieux) pour déterminer la formule qui permettrait de préserver le plus de détail, en fonction de la quantité de lumière disponible : entre l’EOS R de 30 Mpixels sans IBIS* ? Ou l’EOS R6 de 20 Mpixels avec IBIS* ? D’autant que la question du traitement du bruit dans Lightroom complique les choses, sans oublier la taille du tirage envisagé. Je suppose que sur un tirage A3+ (il faut ça au minimum pour comparer), l’EOS R l’emporterait en plein jour pour 90% des situations, grâce à ses 30 Mpixels.

Et que l’EOS R6 ne l’emporterait (grâce à l’IBIS) que dans des conditions de lumière vraiment très faibles (mais faibles à quel point ?)… Toutefois, dans tous cas, ce serait l’EOS R5 qui écraserait tout le monde, en combinant l’avantage de ses 45 Mpixel et de l’IBIS*. Contrairement à une idée répandue, même à haut ISO : davantage de pixels procurent toujours plus de détails, car on peut corriger le bruit… Et l’échelle de ce bruit étant plus petite, il est moins visible.

Par contre, ne négligez pas les avantages d‘une résolution plus modeste (plus raisonnable). Ainsi avec l’EOS R6 vous profiterez de RAW plus léger, auxquels s’ajoute la compression sans perte des .CR3. Des fichiers plus rapides à copier vers l’ordinateur. Plus légers à traiter dans Lightroom… Plus rapide à sauvegarder vers vos disques. Plus rapides à uploader vers le Cloud (pour ceux qui préfèrent Lightroom Cloud à la place de Lightroom Classic). Et même plus vite uploadés sur : image.canon (lire nos explications en fin d’article).

 

CANON EOS R6 – JPEG + RAW – 20 Mpixels

    • CR3 : 17,7 Mo
    • JPG : 3,1 Mo

CANON EOS R6 – JPEG + RAW COMPRESSE – 20 Mpixels

    • CR3 : 6,6 Mo
    • JPG : 3,1 Mo

CANON EOS R – JPEG + RAW – 30 Mpixels

    • CR3 : 26,5 Mo
    • JPG : 5,5 Mo

CANON EOS R – JPEG + RAW COMPRESSE – 30 Mpixels

    • CR3 : 11,7 Mo
    • JPG : 5,5 Mo

 

 


Qualité d‘image : avez-vous besoin de plus de 20 Mpixels ? Avec le recul, les images (sans recadrage fort) que j’ai réalisées à partir de 2012 avec les 20 Mpixels de l’EOS 6D : ne me semblent pas « ridicules » aujourd’hui. Y compris sur des tirages de 90 cm de large… Ajoutons par ailleurs que la différence entre 20, 22, ou 24 Mpixels, n’est pas facilement visible en dessous de 90 cm imprimés. Et quasi invisible sur un A3+.

En effet, ce que je peux vous garantir (d’expérience), c’est qu’avec un capteur Full Frame de 20 Mpixels (de bonne qualité) : vous pourrez imprimer des tirages de 1,5 mètres de côté « sans problème »… Mais si j’insiste. D’ailleurs avec seulement 10 Mpixels en 2010, j’avais fait réaliser des tirages de 1,5 m de côté, qui furent exposés au Salon de la photo (et vous êtes peut-être nombreux à les avoir vu à l’époque). Personne n’avait jamais regretté leur manque de piqué, ni de pixels !

Et c’était à l’époque avec des capteurs APS-C, beaucoup moins performants (vraiment beaucoup moins), que le nouveau capteur de 20 Mpixel de l’EOS R6. Donc, ne vous inquiétez donc pas trop de cette résolution de 20 Mpixels : vous ne serez probablement pas handicapés ! Sauf à vouloir recadrer vos images « comme un fou », ce que certains voudront faire en photo animalière : mais ce seront des cas assez particuliers…

Une image bien nette, réalisée en JPEG (on ne peut encore développer les RAW dans Lightroom) avec le Canon EOS R6 et le nouveau téléobjectif « de voyage » : Canon RF 600 mm f/11 IS STM… A f/11 (puisqu’il n’existe qu’une seule ouverture), au 1/500 sec et à 400 ISO. Piqué impressionnant, si l’on considère le prix modeste de ce téléobjectif et sa compacité.

 

Et si vous êtes vraiment parmi ces photographes experts ayant besoin de 45 Mpixels : alors l’EOS R5 est là pour vous (il est un peu plus cher bien entendu)… Mon conseil à ces photographes : ne négligez pas les derniers EOS R (malgré l’absence d’IBIS*) : car au prix « cassé » où on les trouve, ils restent d’assez bonnes affaires je trouve. Surtout si vous connaissez la règle du « un sur la focale ». C’est un fait, leur capteur de 30 Mpixels procure un petit peu plus de « détails », que celui de l’EOS R6.

Détail de l’image précédente affichée à 100% dans Lightroom (copie de l’écran Retina 15 » de mon MacBook Pro) : cela vous laissera apprécier ce que donnent 20 Mpixels. Mais aussi cet étonnant RF 600 mm f/11 IS STM… C’est piqué ! Cliquez pour zoomer…

 

On remarque la fonction de « recadrage APS-C » (déjà présente sur l’EOS R), qui permet de n’utiliser que le centre du capteur (comme s’il était de format APS-C). Sur l’EOS R6, la résolution passe alors de 10 Mpixels, à 7 Mpixels (seulement). Sur l’EOS R5 cette fonction ramène la résolution de 45 Mpixel à 17 Mpixels. Sur l’EOS R, on passait de 30 Mpixels à 13 Mpixels. Contrairement à un reflex Full Frame : dans ce mode, la totalité du viseur reste utilisable et affiche l’image décadrée

 

 


Améliorez la colorimétrie des RAW de vos Canon EOS R5, EOS R6, EOS R et EOS RP : dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce à 4 Profiles que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur » qui ne me convenait pas. Découvrez mes profiles à Télécharger ici !

 

 

 

 

 


Une vitesse en rafale spectaculaire Pour ceux qui en ont besoin, c’est du pur bonheur dans un silence étonnant… Imaginez : 12 im/sec avec obturateur mécanique. Et même 20 im/sec avec obturateur électronique 100% silencieux (d’ailleurs pensez à ajouter le raccourci Obturateur électr. à vos Menus Verts personnalisés). A cette vitesse, les possibilités en photo de sport sont incroyables. Évidemment, si l’on profite de cette cadence infernale à ce prix raisonnable : c’est un peu grâce à la résolution limitée à 20 Mpixels.

Ce qui me surprend, c’est à quel point le son de l’obturateur mécanique est doux sur l’EOS R6, (comparé à l’EOS R). Par contre je regrette de ne pas disposer de davantage de réglages de cadences moyennes. Nous avons le choix entre :

  • Vue par vue
  • Rafale lente
  • Rafale rapide
  • Rafale ultra rapide : 12 im/sec
  • Obturateur électronique (à activer via les menus) : 20 im/sec
  • Retardateur 2 sec.
  • Retardateur 10 sec.

Il faudrait que Canon fasse un effort sur les options fines de réglages de cadence en rafale. Souvent je trouve la vitesse rapide : trop rapide pour le sujet photographié (ce qui conduit à prendre trop de photos, qu’il faudra décharger, stocker, trier)… Pendant que la cadence moyenne, n’est pas assez rapide.

Actuellement les options de cadences proposées sur l’EOS R6, ne sont pas à la hauteur des cadences exceptionnelles de ce boîtier (jusqu’à 20 im/sec). Cela fait des années que je me plains de cela, mais le problème augmente, au fur et à mesure que les cadences s’accélérèrent… Reconnaissons que Nikon offre plus de cadences intermédiaires : mieux adaptées à diverses situations…

En tous cas : si vous estimez qu’une cadence de 20 im/sec, ne serait pas « assez rapide » pour vous… Et bien vous pourrez toujours extraire des images JPEG (ou HEIF) de 8,3 Mpixels de vos séquences vidéo UHD 4K à 30 im/sec.

Si seulement j’avais pu profiter d’un tel matériel, lorsque j’étais jeune photographe de snowboard, dans les années 90… Je repense à toutes les images incroyables que j’ai ratées, car l’action parfaite se déroulait précisément entre deux images, prises en rafale à seulement 4 ou 5 images /sec.

 

Astuce : si vous devez enchaîner régulièrement des rafales de plusieurs dizaines de RAW en cadence haute vitesse : désactivez la Correction du Vignettage, la Correction d’Aberration Chromatique, la correction de Diffraction et la Correction Géométrique des objectifs… Cela mobilisera moins de puissance et le Buffer sera moins vite saturé. De toute façon, ces paramétrages ne sont pas exploitables par Lightroom en RAW. Ils n’intéressent que les utilisateurs de JPEG. Et ceux qui développent les RAW avec le logiciel Canon DPP.

Pour disposer de la vitesse maximum en rafale, pensez aussi à désactiver le RAW Dual Pixel. A noter que cette fonction n’est pas proposée sur l’EOS R6, mais sur l’EOS R son réglage se trouve dans la première colonne des menus Rouge, deuxième ligne. Pour mémoire nous avions expliqué le principe des RAW Dual Pixels ici : Dual Pixel RAW du Canon EOS 5D MkIV. Et là : Lightroom supportera les Dual Pixels RAW. Et encore ici : Les Canon Dual Pixels RAW possèdent d’autres secrets.

 

 


Des prises de vue 100% silencieuses : Spécificité des hybrides, on peut déclencher dans un silence absolu avec l’obturateur électronique… Sur l’EOS R, il fallait désactiver préalablement le Bracketing d’Exposition, car il interdisait d’activer l’obturateur électronique. Mais sur l’EOS R6 il n’est plus nécessaire de le désactiver par avance… Car ce choix de l’obturateur électronique désactive automatiquement le Bracketing (sauf lorsqu’une séquence est encore en cours). Lorsque vous reviendrez à l’obturateur Mécanique, vous constaterez avec bonheur que votre précédent réglage de Bracketing d’exposition, sera automatiquement réactivé. Bien vu.

Le Flash, le HDR, la prise de vue en Mode Anti scintillement (Mode Anti Flickr) et le RAW Dual Pixel (non proposé sur l’EOS R6), restent incompatible avec l’obturateur électronique. Une alerte sur l’écran vous l’expliquera d’ailleurs au moment où vous tentez de les activer. Bien vu encore…

On remarquera en plus des positions Obturateur Mécanique et Obturateur électronique (silencieux) : une nouvelle option disponible sur les EOS R5 et R6 : Obturateur Électronique Premier Rideau (qui est activée par défaut). Celui-ci permet de faire progresser la vitesse de Synchro-flash au 1/250 sec (elle était précédemment de 1/200 sec sur l’EOS R).

 

 


Ajout du Bracketing de mise au point : ce n’est pas quelque chose que j’ai l’habitude d’utiliser, mais c’est extrêmement pratique, spécialement avec des objectifs à grande ouverture (f/1.2, ou f/1.4). On peut paramétrer le nombre de photos prises, la longueur de plage de décalage de mise au point… C’est très efficace, l’opération se fait dans un silence total car cette fonction bascule le Mode d’obturation sur l’Obturateur électronique. Quand on la désactive, l’obturateur revient à son réglage précédent (bien vu)…

Ci-dessous, 6 images choisies dans une rafale de 20, soit 1 seconde de shoot à main levée (j’ai éliminé la plupart de celles dont le point est fait à l’arrière plan). Toutes les images sont à 1/400 sec, à f/4 et à 50 ISO. Avec le EF 85 mm f/1.4 L IS USM monté sur la bague d’adaptation…

 

Je ne détaille pas plus cela, car ça devrait faire l’objet d’un article futur : c’est passionnant. A noter que l’EOS RP bénéficiait de la fonction sous le nom « Canon Focus Bracketing » : un intéressant article… Mais pas l’EOS R malheureusement. Toutefois on espère une mise à jour Firmware qui lui autoriserait peut-être cette fonction (puisque Canon DPP 4.1 la supporterait pour les EOS RP, EOS R et EOS 5D MkIV).

Si le sujet vous intéresse, lire : Le Canon Focus Bracketing sur le Canon EOS RP. Et aussi cet article ancien (qui n’est pas démodé) : Fusionnez différentes zones de netteté avec Photoshop.

 

 


Les Modes Autofocus One-shot et Ai-Servo Les évolution successives du Firmware de l’EOS R entre 2018 et 2019 nous avaient carrément bluffés. Les Autofocus des Canon EOS R6 et R5 profitent de ces progrès et continuent de progresser, avec un nombre impressionnant de 1053 collimateurs qui semblent extraordinairement réactifs (précédemment 143 collimateurs sur l’EOS R).

Les EOS R5 et R6 apportant par ailleurs quelques petites innovations comme la reconnaissance des yeux des animaux. A ce sujet pensez à ajouter à votre Menu Personnalisé Vert : le Menu de sélection de Types de sujets à détecter, qui propose trois options : Personnes, Animaux, ou Pas de priorité… On sait que le système de détection des yeux accrochera les yeux des chats, des chiens et des oiseaux. Canon EOS R5 : démo de reconnaissance des yeux de animaux.

J’ai pu attraper furtivement le chat et le chien du voisin, pour tester le Mode de suivi de l’oeil des animaux… Vraiment, cet Autofocus Dual Pixel est devenu totalement redoutable ! Jugez plutôt sur pièce… Vous ne le saviez pas : mais j’ai une chaine Youtube (en sommeil depuis des années). Je me dis souvent que je devrais « me mettre » à Youtube, pour faire comme tout le monde. Si vous vous abonnez à ma chaine : je vais peut-être commencer à y penser !

 

On a aussi testé le Mode Détection de l’oeil des Animaux avec le chien du voisin qui passait par là… Un peu moins coopératif, mais cela n’a pas empêché l’AF Dual Pixel de bien s’en sortir :

 

Petit conseil : n’oubliez si vous avez sélectionné la priorité aux yeux des animaux dans les sous-Menus Autofocus…  de revenir à la priorité pour les êtres humains ! Car ça marche mieux si l’on sélectionne un Mode ou l’autre selon les cas. Comme dans la vidéo ci-dessous… Il s’agit d’un test rapide de suivi du visage, que vous avez déjà vu partout certainement (désolé pour le cadrage un peu moyen et le « bouger »).

 

La plage de luminosité utile de l’AF a été augmentée sur l’EOS R6 : de -6.5 à +20 IL (précédemment de -6 à +18 IL sur l’EOS R). Et la méthode de sélection « Collimateur Spot » a été ajoutée. On apprécie également de nombreuses améliorations ergonomiques : la plus évidente d’entre elles, étant les Joystick servant à déplacer les collimateurs, dont la vitesse de déplacement peut être ajustée selon trois niveaux (j’ai choisi le plus rapide).

Comme sur l’EOS R, il n’existe plus de Mode Ai-Focus (comme Artificial Intelligence), qui était l’ancien « mode par défaut » sur les reflex. Un Mode qui est appelé AF-A chez Nikon (A comme Automatique)… Il s’agissait en quelque sorte d’un Mode One-Shot (AF mémorisé) capable de basculer automatiquement en Mode Ai-Servo (AF suivi) dès que le sujet se mettait à bouger (je résume pour aller vite).

C’était un mode assez rassurant pour ceux qui ne comprenaient pas bien la différence entre le On-Shot et le Ai-Servo (ils sont nombreux). Toutefois, je crois qu’avec les nouveaux systèmes de détection des personnes et des yeux (en Mode Ai-Servo), ce sera désormais le Ai-Servo (AF suivi) qui s’imposera comme nouveau « mode par défaut » et sera peut-être le plus utilisé par les débutants, tant il est devenu efficace et simple.

Il me semble possible, que les jeunes générations de photographes n’apprennent plus forcément la vielle méthode traditionnelle du « Focus and Recompose » (pointé et décadrer). Telle qu’on la pratiquait depuis la fin des années 80… Car l’intelligence artificielle de l’AF Suivi (Ai-Servo, ou AF-C chez d’autres marques) sera bien plus rapide et efficace pour déterminer « ou faire le point » : en exploitant la sélection automatique parmi l’ensemble des collimateurs. Relire notre article : Oubliez un peu ce bon vieux collimateur unique.

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous en commentaires

Exclusif : Terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM et du RF 1.4x

 


Les Méthodes de sélection des collimateurs AF Si vous avez bien compris le principe de ces deux Modes AF : alors il ne vous reste plus qu’à choisir parmi les huit « Méthode de sélection des collimateurs ». Qui ressemblent aux méthodes que l’on trouve sur les reflex Canon (peu de changement par rapport à l’EOS R qui n’en proposait que 7 : il manquait « Collimateur Spot »). Je précise avant tout, que la couverture des collimateurs est impressionnante : 90% en largeur et 100% en hauteur. Et 100% en hauteur et largeur (pour la détection des visages).

En temps normal (probablement pour la moitié de mes images) j’utilise très souvent la Première Méthode de la liste : la « Sélection Automatique des Collimateurs sur toute la zone ». Car elle donne accès au suivi du visage en Mode Ai-Servo. C’est réellement très pratique et facile, notamment en portrait… Les utilisateurs débutants ou de niveaux intermédiaires (parfois peu à l’aise avec l’AF classique des reflex) y prendront goût et risquent de ne plus pouvoir s’en passer. Autrement dit : ne plus jamais vouloir de reflex…

On n’a pas tous la chance d’avoir un EF 85 mm f/1.4 L IS USM sous la main… Mais on a tous une maman ! Patiente, pour tester le suivi AF Auto des yeux.

 

Sinon, j’aime aussi utiliser la dernière Méthode (n°8 dans l’ordre d’affichage) : la « Sélection Zone large horizontale » qui limite un peu la zone couverte : à une fraction du cadre proche de celle couverte par mes reflex en mode « tous collimateurs actifs ». Cela permet de cadrer en plaçant les collimateurs sur le sujet, tout en évitant les éléments parasites inévitables dans les coins et en bas au premier plan.

 

 


Personnaliser les « 8 Méthodes de sélection des collimateurs » – Comme sur les reflex et sur l’EOS R précédent, on peut changer de Méthode de Sélection de Collimateurs AF rapidement, grâce à une touche de son choix. Préférez la Touche M-Fn située à l’avant de la poignée, à côté du déclencheur. Attention, pour cela il faut impérativement la paramétrer (donc abandonner son attribution par défaut qui est peu utile). Rendez-vous dans les Menus orange : 3em col. et 3em ligne.

Évitez donc le paramétrage par défaut (DIAL FONC) qui est un système « multi paramètres » trop alambiqué (même si on peut le simplifier en le limitant à ses paramètres préférés). A la place attribuez « Sélection direct de Méthode AF » à la touche Mfn. D’ailleurs Canon aurait dû le choisir par défaut : essayez et vous verrez !

Autre astuce : si vous voulez passer plus rapidement d’une méthode à l’autre : désactivez deux ou trois des huit Méthodes de l’EOS R6. Car franchement : huit Méthodes c’est beaucoup trop… Pour cela, rendez-vous dans le 4em onglet Violet (couleur dédiée aux menus de l’Autofocus). Puis cinquième ligne : « Limiter méthodes AF ». Personnellement j’ai désactivé les Méthodes : 2, 4 et 7. Voici le détail des Huit Méthodes

 

  1. Suivi Ne pas décocher cette Sélection Automatique qui permet le suivi des visages et des yeux.
  2. Collimateur unique classique Celui-ci ne peut être désactivé.
  3. AF Spot Je décoche, car utile pour une extrême précision (oiseaux entre les branches par exemple).
  4. Élargir Zone AF Je la désactive (il fallait bien en choisir une).
  5. Élargir Zone AF : Autour Soit 9×9 points. Comme la précédente en plus large.
  6. Zone AF Soit 9×21 points. Un cadre carré un peu plus large
  7. Zone large Horizontale Soit 31×9 points. Un large rectangle horizontal très pratique en paysages.
  8. Zone large AF Verticale Soit 9×21 points. Je l’ai désactivée, mais elle peut être utile en cadrage vertical.

 

Il ne me faut désormais que 4 pressions de l’Index sur M-Fn pour faire défiler toutes les méthodes de sélections de collimateurs (il en reste 5 actives, vu que j’en ai désactivé 3)… C’est bien plus rapide et agréable comme ça : car on est appelé à changer très souvent de Méthode de Sélection de Collimateurs.

A noter que déjà sur mes reflex, je désactivais déjà une ou deux méthodes (depuis que l’on a découvert ce type d’AF apparu avec l’EOS 7D MkII). Ultime remarque : ce type de personnalisation de la touche Mfn n’existe pas exactement à l’identique sur le petit EOS RP malheureusement.

Située entre le déclencheur et la Molette avant : la Touche Mfn est celle que j’utilise le plus (en dehors du déclencheur)… En effet : changer de « Méthode de Sélection de Collimateur » est ce qui m’occupe le plus lorsque je fais des images… Ensuite, vient probablement la Correction manuelle d’Exposition.

 

 


Spécificités (avancées) de l’Autofocus Dans le cas de l’AF One-Shot, il est possible de régler la priorité du déclenchement… Soit Priorité est donnée à la vitesse de déclenchement pour la première image (quitte à ce que la mise au point ne soit pas parfaite)…

Soit Priorité est donnée à la mise au point (quitte à ralentir un tout petit peu la vitesse de déclenchement). Personnellement, moi qui shoote généralement en rafale haute vitesse : je préfère que le déclenchement de ma première image soit ultra rapide, même si la mise au point n’est pas terminée à 100%… Le but est de ne jamais rater une image, qui surgirait par surprise. De toute façon, la seconde image venant après sera bien nette : car entre la première et la seconde image, l’AF a tout le temps de finaliser sa mise au point.

Si l’on fait ce réglage (en donnant la Priorité au Déclenchement) mais que l’on désire tout de même que sa première image soit parfaitement nette à coup sûr (par exemple lorsqu’il n’y a pas de situation d’urgence) : il suffira de marquer un très léger temps d’arrêt, après avoir appuyé à mi-course sur le déclencheur (une fraction de seconde est suffisante)… Et l’on déclenchera (éventuellement) après avoir entendu le bip de confirmation en One-Shot (que je considère utile), afin de donner un peu de temps à l’AF de finir son travail…

Autre détail spécifique aux EOS R, je recommanderais de désactiver « la recherche du point en permanence ». Cela se passe dans le premier Onglet des Menus Violets (ceux de l’AF) : descendez jusqu’à AF Continu et choisissez désactiver. Remarque : ne confondez pas cette option avec le Mode AF Suivi nommé Ai Servo chez Canon, ce qui correspond à AF-C (Continu) chez d’autres marques. Car il s’agit de tout autre chose. Le but de cette option est d’interdire à l’objectif de faire le point en permanence à la façon d’un appareil compact. Je préfère désactiver cette mise au point permanente pour économiser la batterie.

Une fois cette option désactivée, la recherche du point ne se fera que lorsque vous appuyez à mi-course sur le déclencheur… Ce qui ressemble davantage au comportement d’un reflex.

Dernier point : j’ai activé la mémorisation de la position des collimateurs en fonction de l’orientation du boîtier, qui est disponible ici comme sur les reflex EOS. Cela fonctionne correctement avec mes objectifs EF montés sur la bague, exactement comme avec les objectifs RF.

 

 


Le viseur de 3,69 Mpixel est confortable Si vous n’aviez pas apprécié la résolution assez modeste du viseur de l’EOS RP, rassurez-vous : le nouvel EOS R6 profite d’un magnifique viseur, identique à celui de l’EOS R.

 

  • Type : Viseur électronique couleur OLED de 0,5 pouce
  • Nombre de points : 3,69 millions de points
  • Couverture (vert. / horiz.) : Environ 100 %
  • Agrandissement : Environ 0,76x
  • Relief oculaire : Environ 23 mm (depuis le centre de l’oculaire)
  • Correction dioptrique  : -4 à +2 m-1 (dioptries)
  • Fréquence : 119.88 fps (contre 59.94fps pour l’EOS R)

 

Il est juste un peu moins bon (3,69 Mpix), que celui de l’EOS R5, qui est un cran plus sophistiqué (5.76 Mpix)… Mais on trouve pas mal d’option pour personnaliser son affichage. Et c’est très bien comme ça : car je déteste les viseurs encombrés ! Pensez à booster sa luminosité au maximum (il faut pour cela regarder dedans et réaliser le réglage par les Menus en même temps… Ce qui n’est pas super pratique d’ailleurs).

A noter que la fréquence de balayage de le EVF est 119.88 fps pour les EOS R5 et R6 (contre 59.94fps pour l’EOS R). La forme de l’oculaire a été légèrement modifiée par rapport à l’EOS R, pour mieux s’adapter à la forme de l’arcade sourcilière et assurer une meilleure protection contre les reflets extérieurs…

Concernant les viseurs électroniques : on peut considérer que l’on est parvenu à une « certaine maturité » en 2020… Même si l’on sait que la résolution continuera à progresser dans les années à venir. Toutefois, il ne faudrait pas que les progrès de la résolution des viseurs se fassent au détriment de la fréquence d’affichage.

 

 


Un écran arrière assez confortable : Certes l’écran tactile orientable (de 1,62 Mp) de l’EOS R6, est un peu moins large que celui de l’EOS R (2,1 Mp). Mais on s’en remettra car il reste bien lisible en extérieur. Les amateurs de vidéo (et de photo) adorent ce type d’écran totalement libre qui autorise les selfies et le « Vlogging ». Un bon écran totalement orientable, change un peu la façon de prendre des photos, notamment lorsque l’on dispose d’un Autofocus aussi flexible.

L’écran de l’EOS R6 est très bien défini, très fin, ses couleurs magnifiques… Un vrai régal. L’autre avantage de ce système articulé sur le côté, c’est que l’on peut le replier face cachée ce qui permet de le protéger des rayures… Personnellement pour la street photo, j’aurais peut-être préféré un écran dans l’axe de la visée, basculant verticalement, car c’est plus discret dans la rue… Mais l’écran de côté autorise davantage de contorsions dans tous les sens, donc j’y trouve finalement mon compte.

L’interface tactile est probablement la mieux conçue du marché : très réactive et précise… On peut naviguer sans peine dans les Menus du bout des doigts : ceux qui ont découvert la photo avec un smartphone apprécient cela… Moi je préfère utiliser les molettes pour naviguer horizontalement et verticalement, car j’y suis habitué et ça va plus vite… La molette avant, nous déplace « latéralement » d’une colonne à l’autre. La molette arrière (de retour sur l’EOS R6) nous déplace « verticalement » d’un onglet à l’autre. Pensez à la Touche Info, pour passer plus vite d’un groupe de Menus (d’une couleur), au groupe suivant (autre couleur).

Dans les Menus Rouges, on peut activer le « Déclenchement tactile directement par toucher de l’écran », c’est très facile pour les débutants venant d’un smartphone, l’Autofocus s’activant à l’endroit touché. Personnellement je ne l’utilise pas, car on a trop tendance à déclencher sans le vouloir. Et comme par ailleurs l’AF est fantastique, il me semble que ça ne présente pas tellement d’intérêt… Mais rien n’est interdit !

L’écran arrière, est bien suffisant pour ce que je veux en faire… En extérieur, j’aurai tendance à booster sa luminosité au maximum. Quand à la luminosité (interne) du viseur : je l’utilise toujours au Maximum… Même si cela altère forcément un peu la fidélité de l’exposition simulée. Ce n’est pas grave : c’est bien plus confortable comme ça.

 

 


L’absence d’écran monochrome supérieur Et bien je dois me faire une raison, moi qui aime depuis toujours utiliser ces petits écrans supérieurs monochromes (qui permettent d’économiser un peu les batteries et de shooter très discrètement). Mais c’est probablement la question stratégique du prix de vente, qui aura eu raison de celui-ci sur ce modèle EOS R6. Toutefois, l’EOS R5 conserve le sien…

Il est vrai que plus l’écran principal orientable devient efficace et agréable à utiliser en toutes circonstances, moins l’écran monochrome est indispensable (sauf pour les vieux de la vieille)… L’écran monochrome présentait beaucoup avantages que nous avons souvent évoqués, mais que les jeunes générations ne perçoivent plus forcément… Bon, c’est comme ça : les choses changent, la photo évolue aussi.

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous en commentaires

Exclusif : Terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM et du RF 1.4x

 


Ergonomie : retour de la roue codeuse arrière, disparition de la Touch-Bar Voilà par contre une « base structurelle » de l’ergonomie des anciens reflex EOS (depuis 1987), qui revient sur le devant de la scène. Et c’est vrai qu’elle nous avait beaucoup manqué sur l’EOS R… C’est le retour de la fameuse « roue codeuse » plate, appelée aussi « molette secondaire » par Canon.

Sur le précédent EOS R je trouvais que la molette arrière (utilisée en tant que Molette secondaire) placée trop « en haut » du boîtier, ce qui obligeait à tenir le boîtier un peu différemment. Ce n’était pas catastrophique, mais légèrement déstabilisant, lorsque l’on travaillait en même temps avec deux boîtiers : un reflex EOS 5D et un EOS R. Voilà qui est plus simple désormais… On dispose donc de trois molettes en tout, puisque la Molette arrière « du haut », reste à sa place…

On notera aussi (sans en faire des tonnes) la disparition de la « Touch-Bar » apparue sur le premier EOS R et qui ne reviendra probablement ( ? ) jamais… Et on ne regrettera pas ! Même si ça présence n’était en rien gênante, une fois « désactivation ». Cette tentative d’innovation n’avait pas été une grande réussite : si seulement Apple pouvait avoir la même « sagesse » et retirer sa propre Touch-Bar des prochains Macbook Pro… Pour nous rendre les traditionnelles « Touches de Fonctions » !

 

 


Les progrès de l’ergonomie : Joystick, molettes et boutons programmables Canon ajouté l’habituel Joystick de pilotage des collimateurs (que l’on trouve même sur le petit reflex APS-C EOS 90D). Bonne surprise, j’ai découvert un nouveau menu qui permet de régler la vitesse de déplacement des collimateurs (3 choix de vitesse). Je l’ai paramétré au plus rapide et ça rend le Joystick très agréable à utiliser (une joie)…

 

Autre touche qui fait son « retour » le bouton « RATE » ! Qui permet de noter directement les images et que j’utilise systématiquement lors de mes prises de vue (bien entendu les étoiles sont reprises dans Lightroom)… En son absence (sur l’EOS R), il fallait passer par la touche SET, ce qui était un peu moins agréable. La touche AF-On fait également son retour (elle est personnalisable)…

Par contre, je regrette l’absence d’un bouton dédié spécialement à la Cadence de déclenchement : vu la vitesse en rafale, cela aurait été bien… Et un bouton dédié à la Balance des Blancs aurait été bien aussi. Mais dans les deux cas, on passera par le Quick Menu (auquel on s’est habitué).

Canon a aussi ajouté quelques options supplémentaires pour la personnalisation fine des touches programmables, ce qui sera apprécié des experts affûtés. Alors qu’avec le premier EOS R, j’avais dû me battre pour le plier à mes habitudes, sur cet EOS R6 j’ai fait très peu de changements. Car finalement presque tout me convenait par défaut. J’ai tout de même modifié :

 

  • Touche Mfn : changement direct des méthodes de sélection des collimateurs (indispensable).
  • Touche AF-ON : alternance directe entre One-Shot à Ai-Servo (j’essaye pour le moment).
  • Touche SET : retour du collimateur au Centre (conseillé).

 

Petite précision : comme sur tous les reflex Canon EOS depuis 1987, la Roue Codeuse plate à l’arrière est attribuée à la correction Manuelle d’Exposition, ce qui ne vous surprendra pas. Et il y a même un bouton Lock sur le haut du capot, qui sert à la bloquer / débloquer. Donc en comptant : la Molette Avant, la Molette arrière (du haut) et la roue Codeuse Plate, on se retrouve avec trois molettes en tout. Parfait !

La touche ISO dédiée (qui était absent de l’EOS R) s’est donc naturellement « réincarné » dans la Molette Arrière de l’EOS R6 (la molette du haut)… Pour la petite histoire, je rappelle que l’on pouvait contourner cette absence, de diverses façons :notamment par une « tape » sur l’écran tactile (le bouton ISO dans le coin en bas à droite, ce qui nécessitait parfois une ou deux pressions sur INFO, pour afficher le bon écran).

Cela fonctionne toujours évidement… Mais on préférera tourner directement la Molette arrière (du haut) avec le pouce afin de modifier directement l’ISO, c’est tellement direct… Évidemment pour cela, il faut préalablement que la mesure d’exposition soit réveillée (par une pression à mi-course le déclencheur)…

Astuce : si vous patientez trois secondes sans toucher le déclencheur, la mesure d’expo « s’endort ». Dans cette situation (et seulement dans cette situation), la molette (du haut toujours) permet alors d’activer et désactiver l’ISO Automatique. Il faut mieux le savoir, car en dehors de cette situation, vous pourrez tourner cette molette dans tous les sens : vous ne trouverez jamais la position « ISO Auto »…

 

 


La Bague d’objectifs personnalisable On peut toujours personnaliser la Bague de réglage cerclant les objectif RF (également dans les menus orange). On en avait déjà parlé, je lui avais attribué la « Correction d’exposition » sur l’EOS R. Mais la nouveauté sur l’ESO R6, c’est qu’il faut désormais presser en même temps la Touche de Correction d’Expo du pouce, par sécurité… Très bien !

Je dois vous avouer que j’ai tellement l’habitude de corriger mon Exposition avec mon pouce sur la Roue Codeuse, que je ne penserai probablement jamais dans l’action, à utiliser ma main gauche posée sur la bague de l’objectif pour faire ça. Mais d’autres prendront peut-être cette nouvelle habitude dès leurs débuts…

 


Le Mode Priorité flexible (Mode FV), donnez-lui sa chance ? Ou pas ? Vous savez que je ne suis pas facile à convaincre en matière de gadgets : c’est avec circonspection que j’avais découvert le Mode « Priorité Flexible » sur l’EOS R. Mais comme ce n’est pas tous les jours qu’un nouveau Mode fait son apparition, il fallait s’y intéresser… Ne serait-ce que pour saluer une tentative (supplémentaire) de faciliter un peu le travail des photographes.

De son petit nom « Flexible Priority Auto Exposure mode » ; le Mode Fv est en seconde position sur la liste des Modes (qui sont classés : du plus amateur au plus « pro »). Le Mode Fv étant situé entre le Mode « Tout Auto » et le Mode « P » cela devrait renseigner sur sa simplicité d’emploi (précipitez-vous à la page 140 du Mode d’emploi de l’EOS R, disponible ici en pdf. Mais qui ne propose que 2 pages pour l’expliquer).

De quoi s’agit-il ? Dans ce Mode, vous pouvez régler indifféremment la Vitesse, l’Ouverture et la Sensibilité : manuellement ou automatiquement. Et combiner ces réglages (flexibles) avec la correction d’expo.

La différence avec la Priorité Ouverture par exemple : c’est que dans ce dernier Mode, vous choisissez d’abord l’Ouverture… Mais qu’ensuite : la Vitesse vous est « imposée par l’appareil », en quelque sorte. Alors qu’en Priorité Flexible vous conservez tout de même la possibilité d’Imposer une Vitesse, une Sensibilité et même une correction Manuelle d’Expo : après avoir choisi une Ouverture.

Vous ne comprenez rien ? Pas de panique… En pratique, commencez sélectionner Fv via la Molette des Modes. Lorsque ce Mode Fv est sélectionné : la molette arrière sert à « sauter d’un paramètre à l’autre »… Ce qui permet à la molette avant de modifier le paramètre sélectionné.

La première fois que vous l’utilisez (ou après l’avoir réinitialisé) : les trois paramètres (Vitesse, Ouverture, ISO) sont tous les trois en Mode Auto (Auto est reconnaissable car les valeurs sont soulignées à l’écran). Mais dès que vous modifiez l’un des paramètres : il n’est plus en Auto… Mais « fixé » par vous.

Si vous ne Modifiez qu’un seul Paramètre, cela revient donc à se retrouver en Priorité Vitesse, ou Priorité Ouverture… Ou même en Priorité Sensibilité (comme un Pentax K10 de 2006)… Et si vous Modifiez les trois Paramètres : vous finirez en Mode Manuel en quelque sorte.

Si l’on désire atteindre ce niveau de contrôle (relativement avancé), il me semble tellement plus simple d’apprendre à utiliser le Mode Manuel : pour modifier la Vitesse avec la Molette Avant. Pour modifier l’Ouverture avec la Molette arrière. Et pour modifier la sensibilité comme on préfère… Il est donc probable que le Mode Fv finisse sa carrière au cimetière des bonnes idées… que l’on aura trouvé trop pénible d’adopter… Pour sa défense : un petit article de Canon USA ici et une petite Vidéo explicative Canon par là… J’ai aussi trouvé cette longue prise en main approfondie du Mode Fv, par un photographe qui aura été plus patient que moi pour l’expérimenter. Peut-être vous conviendra-t-il mieux qu’à moi.

 

 


Peu de nouveautés marquantes dans les Menus Canon propose depuis 19 ans déjà : les « meilleurs Menus de tous les appareils photos »… C’est pour moi une évidence totale. Rassurez-vous ils ne changent en rien. Ainsi, du Canon G5X MkII, à l’EOS 5D MkIV, en passant par ce nouvel EOS R6 : un seul et unique système de Menus toujours identiques. Qui permet de toujours s’y retrouver très facilement !

On retrouve les couleurs par thèmes : Rouge pour les réglages de prise de vue, Violet pour les réglages AF, etc… Et on retrouve bien entendu toujours les Menus Personnalisables Verts (apparus en 2015 sur le Canon EOS 5DsR), qui permettent de créer et nommer jusqu’à 5 onglets.

 

Découvrez ci-dessus, comment je les ai configurés pendant ma période de test de l’appareil. Mes Menus personnalisés sont regroupés en 5 familles : j’ai tenté de regrouper (à peu près) logiquement les menus qui m’intéressent le plus. Certains sont là temporairement (je découvre seulement l’appareil).

 

  1. PRIORITAIRE : ceux que j’utilise le plus souvent
  2. AUTOFOCUS : comme son nom l’indique
  3. AFFICHAGES : tout ce qui concerne la revue des images
  4. PERSONNALISE : un peu un fourre-tout des personnalisations
  5. VIDEO & LIVEVIEW comme son nom l’indique

 

Je vous rassure : il est inutile pour la plupart des gens de configurer autant de « raccourcis »… Mais lorsque je test un nouvel appareil, je dois vérifier des tas de fonctionnalités. Et nous disposons avec l’EOS R6 de quelques nouveautés : par exemple le « Bracketing de M.AP. », que j’ai donc ajouté à mes Menus personnalisés… C’est comme me faire « un pense bête » directement dans l’appareil.

On trouve aussi de petites nouveautés intelligentes : par exemple un Menu « QR Code », qui (depuis l’EOS R) permet d’accéder instantanément au Mode d’emploi de l’appareil en ligne, via le navigateur de votre smartphone… Intelligent c’était apparu sur l’EOS R premier du nom… L’expérience pourrait être encore meilleure si l’on arrivait directement à la page du Manuel en français. Mais on arrive en fait, sur le portail de tous les Manuel Canon : il faudra donc quelques clics, pour naviguer jusqu’à la bonne page et télécharger un .pdf… C’est pas mal de le conserver dans son téléphone.

Pour les utilisateurs de flash, signalons l’arrivée d’options de Mesure TTL dans le Menu « E-TTL Balance », qui propose les options : Ambiance, Standard, Flash Priority. Et aussi des priorités de Mesure TTL avec les options : E-TTL Face Priority, Évaluative, Moyenne. Ce qui permet de prendre en compte la détection des visages lors de l’exposition au Flash.

 

 


Qualité d’image superbe : je ne perdrais pas mon temps ici à comparer la qualité des RAW à 3200 ISO au niveau du pixel… Et encore moins à prendre des images en sous exposition de 5 IL, pour ensuite les remonter de 5 IL dans Lightroom… Car tout cela n’a vraiment aucun intérêt.

Le capteur de l’EOS R6 serait un cousin proche de celui de l’EOS 1DX MkII (également 20 Mpix). Il est plus ou moins dans la tradition des précédents EOS, avec quelques améliorations (probablement). Tous les reflex et hybrides Full Frame depuis quelques années proposent une qualité d’image (maîtrise du bruit et plage dynamique) qui est très largement au-dessus de mes besoins. Et probablement des vôtres également…

Si à 3 200 ISO vous ne trouvez pas votre bonheur avec cet EOS R6 : c’est probablement que vous ne maîtrisez suffisamment pas les « bases de la photographie »… Et je vous invite à venir faire un petit stage photo avec moi ( contactez moi ) pour apprendre à régler vitesse, ouverture et sensibilité correctement… Je vous apprendrai aussi à réussir des photos à contre-jour, à réussir des images de nuit. Bref, à faire les bons réglages et exploiter les Modes d’Expositions…

La qualité des images de l’EOS R6 est juste magnifique : les couleurs comme d’habitude chez Canon, sont riches, naturelles avec une mention spéciale pour les rouges, oranges et les teintes chairs : spécialement réussies en style d’Image Standard.

Généralement lorsqu’on développe les RAW dans Lightroom en choisissant le Profile d’entrée « Appareil Photo Standard » (anciennement Camera Standard), les couleurs correspondent à nos attentes.

Comme je n’ai pas encore pu ouvrir les RAW de l’EOS R6 dans Lightroom (qui doit être mis à jour) : nous verrons cela bientôt… Cette partie de l’article, sera mise à jour un peu plus tard.

J’ai remarqué un nouveau Menu « Clarté » dans le troisième Menu Rouge (il est en dehors des Menu Style d’image dont il semble être indépendant). Je n’ai pas encore pu vérifier si il est pris en compte par Lightroom sur les RAW. Les JPEG sont (définitivement) modifiés, part un effet qui ressemble à celui de « Clarté » dans Lightroom. Un « micro contraste » assez marqué… Je ne vous le conseil donc pas forcément, si vous aimez les images « naturelles ».

Par ailleurs grâce à la puissance du nouveau processeur DIGIC X, la netteté peut être poussée plus loin sur les EOS R5 et R6, que sur l’EOS R. Les paramètres par défaut des Styles d’images ont étés modifiés par rapport à l’EOS R. Pour la même raison, les EOS R5 et EOS R6 supportent désormais l’optimisation des objectifs Canon grâce au « Digital Lens Optimizer », ce qui n’était pas disponible sur l’EOS R.

Une image bien nette, réalisée en JPEG (on ne peut encore développer les RAW dans Lightroom) avec le Canon EOS R6 et mon EF 85 mm f/1.4 L IS USM monté sur la bague d’adaptation EF/RF… Au 1/100 sec, à f/1.4 et à 100 ISO. On reconnaît bien les « rouges Canon ». La colorimétrie semble dans la tradition des EOS (un peu plus que la colorimétrie de l’EOS R qui était un peu différente).

 

 


Innovation plus utile qu’il ne paraît : les fichiers « compressés » C-RAW  En effet, ils vous feront économiser beaucoup de place sur vos disque durs… Et vous permettront de faire quelques économies sur le budget stockage / sauvegarde. Et ceci : aucune perte de qualité… Absolument aucune !

Rappelons, que tous les appareils Canon récents depuis le minuscule EOS M50 vous donnent le choix de shooter dans les diverses taille et compression de JPEG bien entendu… (relire notre Prise en main du petit Canon EOS M50). En RAW 14 bits classique non compressé (comme avant). Mais aussi dans le nouveau format C-RAW compressé (sans perte) qui allège beaucoup vos fichiers.

Dans les deux cas, l’extension de fichier est .cr3. Les .cr3 compressés sont presque deux fois moins lourd que les .cr3 non compressé. Si vous shootez beaucoup comme moi (entre 500 et 1000 photos par jour les « bons jours ») : alors cet argument « d’économie » d’espace est vraiment fantastique. Un avantage concret et pratique en faveur du Canon EOS R… Relire : Canon prépare un nouveau format RAW : le .cr3.

 

J’ai fait quelques mesures pour comparer le « gain de poids » entre le RAW Classique et le RAW compressé avec le capteur de 20 Mpixels de l’EOS R6… Et face au même paysage avec le même objectif : j’ai aussi « pesé » les JPEG et les RAW du Canon EOS R de 30 Mpixels (en RAW compressé ou non)… Afin de prendre la mesure de l’économie de poids que l’EOS R6 permettra sur vos disques durs…

 

CANON EOS R6 – JPEG + RAW – 20 Mpixels

    • CR3 : 17,7 Mo
    • JPG : 3,1 Mo

CANON EOS R6 – JPEG + RAW COMPRESSE – 20 Mpixels

    • CR3 : 6,6 Mo
    • JPG : 3,1 Mo

CANON EOS R – JPEG + RAW – 30 Mpixels

    • CR3 : 26,5 Mo
    • JPG : 5,5 Mo

CANON EOS R – JPEG + RAW COMPRESSE – 30 Mpixels

    • CR3 : 11,7 Mo
    • JPG : 5,5 Mo

 

 


Équipements divers : GPS, batteries, etc… Malheureusement, il n’y a pas de GPS embarqué dans l’EOS R6 (il équipait pourtant l’EOS 6D). Alors ça : c’est vraiment dommage, j’aurais bien volonté abandonné le WIFI et le Bluetooth pour profiter du GPS à la place… Comme je suis un « voyageur », J’adorais la présence du GPS sur l’EOS 6D et sur l’EOS 6D MkII (un argument en faveur de ce dernier, si vous en cherchiez).

Quel dommage de ne pas le retrouver ici, c’est probablement à cause d’un problème d’autonomie (les reflex on encore quelques années d’avance sur les questions d’autonomies). A ce propos : excellente nouvelle car les batteries LP-E6 NH (compatibles avec LP-E6 et LP-E6N) restent quasi identiques à celles des EOS 5D, limiter le nombre de chargeurs différents et de batteries en voyage, voilà une très bonne chose…

A noter que la poignée Grip BG-R10 accueillera deux batteries et coûtera 399 €. Elle sera commune aux EOS R5 et R6 (merci). Disponible le 30 juillet.

Remarque en passant : j’ai d’ailleurs trouvé un panneau LED très pratique, qui utilise ces mêmes batteries Canon LP-E6 (j’en possède 4 ou 5) : il s’agit du Kaiser StarCluster Flächenleuchte 327.

On remarquera le volet de protection anti poussière (c’est l’obturateur tout simplement), qui se referme et protège le capteur lorsque l’on éteint l’appareil et qu’on retire l’objectif. Tout simplement génial : comment personne n’y avait pensé avant ? Un nouveau Menu nous permet de choisir si l’obturateur doit être remonté, ou descendu lorsque l’on éteint l’appareil. Peut-être car certains préféreront éventuellement risquer un peu de poussière sur le capteur, plutôt que de risquer de poser les doigts sur l’obturateur éventuellement ?

Parlons un peu du flash : les Canon EOS R restent compatibles avec le très performant système de pilotage à distance des Flash Canon E-TTL II, exactement comme les reflex de la marque… Aucun des concurrents de l’EOS R ne possède de flash pop-up et c’est dommage, Canon n’aurait-il pu innover de ce côté-là ? Les ingénieurs devraient être capables de miniaturiser suffisamment un tel dispositif, jusqu’à le loger dans le prisme de l’EOS R6. D’autant qu’il n’existe plus de prisme « optique »…

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous en commentaires

Exclusif : Terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM et du RF 1.4x

 


Les progrès de la vidéo Je laisserai ce chapitre aux spécialistes, je vais faire très court n’étant pas un grand utilisateur de vidéo… L’appareil « vraiment révolutionnaire » est bien entendu le Canon EOS R5 : si vous cherchez à vous lancer dans le Cinéma Hollywoodien en 8K. Sur l’EOS R5 vous trouverez tous les Modes d’exposition vidéo : Priorité Vitesse, Ouverture, Programme et Manuel, ainsi que les Modes « Custom ».

Alors que l’EOS R6 ne propose que le Mode Automatique (P) ou Manuel… C’est d’ailleurs ce Mode manuel avec l’ISO Auto que je choissi généralement lorsque je filme avec mes EOS (depuis l’EOS 5D MkII en 2008)… Je vous conseillerai d’ajouter à vos Menus Personnalisés Verts (lire plus bas), un raccourci vers le Menu de sélection du Mode d’obturation Vidéo, qui permet de choisir entre ce Mode Automatique (P) et Manuel.

La correction d’exposition peut se faire par paliers de 1/8 de IL, c’est nouveau et c’est bien mieux… Le Rolling shunter est parait-il « très modéré », ce que l’on doit au capteur de 20 Mpixels : l’EOS R6 est donc prêt pour les scènes « qui bougent »…

A noter que l’on retrouve une vraie position « Vidéo » sur la Molette des Modes… On se souvient du passage peu « Intuitif » vers les Modes Vidéo Avancés sur l’EOS R (qui nécessitait de cliquer sur Modes, puis sur la Touche Info). Rien de tel sur l’EOS R6, on tourne la molette et c’est fait !

L’EOS R5, ne doit pas occulter les progrès de l’EOS R6, avec son format 4K 50p (sur 10 bits en interne) natif et la double stabilisation (capteur + objectif) qui est spectaculaire… Ses progrès sont également importants, par rapport à l’EOS R qui imposait un « Crop » important.

Si le 4K ne souffre d’aucun « recadrage » sur l’EOS R5, par contre l’EOS R6 n’utilise que 94% de la surface de son capteur en 4K. Ce qui introduit un minuscule « recadrage » de facteur 1,07x. Négligeable en pratique.

Les caractéristiques Vidéo en 4K très intéressantes, ne doivent pas faire oublier la durée maximum d’enregistrement en 4K, avant l’arrêt automatique de la séquence en cours pour cause de surchauffe… Les EOS R5 et R6 ne tourneront pas très longtemps dans tous les modes en 4K. Et pour filmer certains sujets, il faudra peut-être en emporter deux… Et peut-être les refroidir avec des ventilateurs externes ou d’autres dispositifs (ce qui est une option validée par Canon).

Avant d’attaquer un projet vidéo, il faudra vous rapporter à la documentation fournie par Canon. Dont voici un extrait, qui est très clair.

Canon EOS R6
Resolution/frame-rate Max recording time at 23°C Recommended scenes.
4K/60p 30 minutes Independent films shooting action or with the option of slow motion at high resolution.
4K/30p 40 minutes General purpose.

 

 

 


Une excellente application Bluetooth / WiFi pour Smartphone… J’ai testé pas mal d’applications de connexion Bluetooth / WiFi pour appareils photos : et je dois dire qu’à chaque fois c’est « la prise de tête ». Il faut être très patient… Jusqu’au moment où beaucoup de gens renoncent et laissent tomber !

Apparue avec l’EOS R, la nouvelle Application Canon Camera Connect (testée sur mon iPhone XS) est un peu plus convaincante et conviviale que la moyenne… La première connexion est guidée pas à pas. J’ai ainsi réussi à connecter mon EOS R à mon iPhone dès la seconde tentative : ce qui est au-dessus de la moyenne.

Une fois la connexion Bluetooth établie, on peut éteindre son EOS R, il sera (en principe) reconnecté la prochaine fois… (en laissant votre connexion WIFI du smartphone libre : ce qui est vital si vous voulez envoyer des images). Mieux, si vous laissez votre EOS R en Mode veille dans votre sac, il pourra être « réveillé » par votre application… Ce qui permettra d’explorer / visualiser le contenu de la carte, de télécharger certaines images en basse définition, ou même en haute résolution

On dispose aussi d’une fonction de pilotage de l’appareil à distance : pour prendre des photos, ou des vidéos. La plupart des réglages sont accessibles (Mode AF, balance des Blancs, etc…). C’est une belle réussite au final. Même si je suppose qu’une minorité des acheteurs d’un appareil de ce type, utilisent vraiment ces fonctionnalités pour le moment… Mais cela viendra peut-être. Signalons que le Bluetooth est en norme 4.2 sur l’EOS R6. Alors qu’il passe en 5.0 sur l’EOS R5.

 

 

  


Un petit « plus » : le WIFI connecté au programme Cloud de Canon Voici un nouvel atout à ne pas négliger. Le système de Cloud image.canon est innovant et totalement gratuit pour tout acheteur de Canon EOS R5 ou R6. Mais aussi pour tout possesseur de n’importe quel autre Canon équipé de WIFI. Relire notre article : « image.canon » le Cloud de Canon est ouvert.

J’ai pu le tester depuis avril… Le principe est de faire grâce au WIFI, une copie de sauvegarde de vos RAW et JPEG : depuis la carte mémoire dans l’appareil directement vers votre espace Cloud. Tout cela sans manipulations et sans que ce soit « compliqué ».

Attention : le service image.canon doit (d’abord) être compris comme un système de sauvegarde immédiate et temporaire : puisqu’il propose un stockage gratuit de 30 jours… Ne le confondez pas avec un système d’archivage permanent : car ce n’est pas le but (même si des options pour cela existent bien entendu)…

Pour vos images les plus précieuses : le système de « Cloud » image.canon doit servir à réaliser une première sauvegarde de sécurité : immédiatement pendant (ou juste après) la prise de vue… Ceci, bien avant de réaliser l’habituelle copie des images manuellement (via un lecteur de carte) vers un disque dur classique.

Ce qui reste une opération nécessaire et que vous ferez (forcément) avant la fin des 30 jours de stockage gratuit. Cette copie manuelle sur disque dur classique reste indispensable et de votre responsabilité : comme avant ! Sans oublier la sauvegarde du disque dur, vers un second disque dur (ceci est encore une autre histoire)… Mais au moins : en cas de perte ou de vol de votre appareil photo (pendant un événement sportif par exemple) : les photos réalisées avant la catastrophe, n’auront pas disparu pas avec l’appareil disparu !

Je trouve ça très intelligent comme principe. Notamment pour les personnes travaillant dans l’évènementiel, la photo de mariage, le sport. L’info était passée inaperçue, occultée par l’annonce des fonctionnalités vidéo du Canon EOS R5, mais ce service de stockage Cloud a été ouvert en avril 2020 (en français dès sa création). Allez tester ça : image.canon. Par ici les Questions Fréquentes en français.

 

 


Il est temps maintenant de passer aux conclusions… Mais avant de conclure, ne négligeons pas de lister les petits reproches que l’on peut faire au Canon EOS R6. Et qui concernent le Canon EOS R5 aussi (pour certains d’entre eux). Mais ce sera à vous de les « pondérer » en fonction de votre pratique personnelle… Et de mesurer à quel point une fonctionnalité manquante, sera un réel handicap pour vous, ou un « petit détail anecdotique » très secondaire.

 

Premier petit regret : j’aurais aimé disposer immédiatement d’un autre type de zoom compact intermédiaire à f/4 constant… Typiquement un RF 24-70 mm f/4 qui pourrait être « plus court » et un peu plus léger que le RF 24-105 mm f/4. Ce dernier est une vraie réussite d’une polyvalence incroyable, mais il reste plus encombrant qu’un hypothétique « RF 24-70 mm f/4 L IS USM ».

Par ailleurs le très « accessible » zoom d’entrée de gamme RF 24-105 mm f/4-7.1 STM, n’est pas USM et pourrait sembler un peu « sous-dimensionné » pour un public d’amateurs experts, assez exigeants…

Second (petit) regret : même si je sais que pour la plupart des photographes n’ont pas vraiment besoin de plus de 20 Mpixels, moi j’aurais bien apprécié 28 ou 30 Mpixels. Il faut dire que c’est mon métier et que je suis vraiment bien équipé question informatique (ce qui n’est pas le cas de tous les photographes amateurs).

Troisième reproche : utilisateur de reflex depuis le début les années 90… (et même au-delà si je remonte au Minolta SRT101 que j’avais utilisé enfant), je suis toujours un peu frustré lorsque je porte l’appareil au niveau de l’œil, tout simplement pour cadrer une scène (sans forcément vouloir déclencher)… Et que je me retrouve face à un écran noir, si l’appareil est éteint… Même si l’appareil était allumé et en veille : il lui faut tout de même une petite fraction de seconde avant de se « réveiller » : ce qui m’embête toujours un peu (même si je me suis habitué à force)… Les constructeurs devraient équiper les hybrides à EVF, de détecteurs de mouvements (accéléromètres) afin d’allumer « plus tôt » le viseur. Dès que l’on empoigne l’appareil.

Quatrième (petit) souci idiot : les bouchons arrières des objectifs RF et EF sont… incompatibles ! Et cela devient vite un petit bordel, lorsque vous mélangez dans votre sac : RF et EF avec des bagues d’adaptation pour compliquer les choses… Je vous conseille de leur coller des stickers colorés, ou d’inaugurer une façon logique de les ranger. Car dans la panique d’une prise de vue impliquant des changements d’objectifs, cela peut faire perdre du temps…

 

 


En conclusion : un appareil spécialement réussi – Repensez aux appareils photo de 2005 (il y a tout juste 15 ans) et mesurez l’immensité du chemin parcouru… Rendez-vous compte de tout ce que l’on peut faire aujourd’hui en termes d’ergonomie, d’autofocus, de vitesse en rafale et de vidéo : avec un boîtier de ce prix, dont les progrès technologiques sont réellement incroyables. Y compris si on le compare avec son prédécesseur immédiat l’EOS R (relire mon Test terrain du Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS STM, un modèle qui reste intéressant au prix ou on le trouvera bientôt).

 

L’ergonomie est mon premier coup de cœur : c’est le retour à une ergonomie classique et éprouvée, qui permettra aux utilisateurs de reflex de retrouver leurs marques. Et même un peu plus : puisque l’on dispose désormais de trois molettes… Alors que les reflex EOS (même professionnels) n’en possédaient que deux.

L’ajout de la seconde carte mémoire : rassurera les utilisateurs anxieux… Même si c’est un peu un détail pour moi, qui n’ai jamais perdu la moindre photo en utilisant un seul slot durant 20 années (soit plus de 600.000 fichiers RAW engrangés sur une seule carte, puis copiés sur mon Mac sans jamais la moindre perte).

La stabilisation du capteur : elle permet un gain jusqu’à 8 Stops lorsqu’elle est combinée à l’IS d’un objectif RF… L’IBIS* fait donc passer un « cap technologique » aux EOS R. Et même un « cap psychologique » pour certains photographes. En effet je suppose que pour des raisons un peu irrationnelles, certains utilisateurs potentiels d’EOS R y renonçaient (à tort), faute de capteur stabilisé… Sans qu’ils comprennent vraiment en quoi cela les désavantagerait, ou ne les désavantagerait « pas trop », ou « pas souvent » ! Car il y avait toujours un tonton photographe, ou un expert auto-proclamé sur un forum quelconque, pour leur expliquer que l’IBIS* manquait à la fiche technique. Et que c’était forcément une catastrophe.

Mais c’est du passé puisque les capteurs IBIS* sont là et qu’ils savent travailler avec nos objectifs stabilisés… Tant mieux ! D’une part l’IBIS* améliorera (un peu) les performances des experts dans certaines situations… D’autre part l’IBIS* rassurera (beaucoup) les débutants qui ne maîtrisent pas le choix des vitesses d’obturation. Il ne faudrait pas toutefois que ces progrès les découragent d’apprendre la règle du « un sur la focale ». Ce serait dommage.

Tous les « petits plus » : qui rendent cet EOS R6 très attirant et qui sont nombreux… Je pense évidemment à la vitesse en rafale. Au double lecteur de carte… A l’ergonomie désormais exemplaire… A la protection du capteur par l’obturateur lors de l’extinction (qu’il est possible de désactiver)… Mais aussi au Bracketing de Mise Au Point : ce sera à vous d’inventer ce qu’il sera possible de faire avec… Ou même à la vidéo 4K sans facteur de recadrage. Même si je ne suis pas trop pressé d’encombrer mes disques durs avec des séquences en 4K (je persiste à filmer en Full HD). Mais il y aura des utilisateurs pour cela…

 

Vous aurez donc compris pourquoi j’ai finalement décidé d’attribuer 5 étoiles méritées et une note finale très élevée à ce nouveau Canon EOS R6, disponible dès maintenant pour 2 699 € TTC boîtier nu et en kit avec le RF 24-105 mm STM : 3 059 €… Une somme que je trouve plutôt acceptable, compte tenu de sa fiche technique très complète et du plaisir que l’on a, à travailler avec.

PS : Canon vient de publier une liste des fonctionnalités, des améliorations et des modifications apportées aux EOS R6 et R5, par rapport à l’EOS R original : cette liste (ici) est impressionnante : downloads.canon.com. Vous pouvez d’ailleurs relire mon Test du Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS.

 

 


 
  Tout bon… Moins bien…  

 

 

  • Qualité d’image, piqué et dynamique
  • La vitesse en rafale impressionnante
  • La stabilisation du capteur

 

  • Le viseur (assez confortable pour 2020)
  • La qualité de finition et de construction
  • Le double lecteur de cartes SD

 

  • L’excellente ergonomie. Roue codeuse arrière
  • La très bonne prise en main
  • L’écran orientable latéral (selon les uns)

 

  • L’AF devenu vraiment très efficace
  • L’ergonomie de l’AF en progrès (Joystick)
  • La qualité de l’interface tactile

 

  • Le buffer confortable
  • Fichiers .CR3 compressés 40% plus légers
  • La protection tout temps

 

  • Le Mode 100% silencieux
  • Le Bracketing de Mise au Point
  • La vidéo en 4K rattrape la concurrence

 

  • Le Bluetooth et le WIFI bien implémentés
  • Le service gratuit Canon.image
  • Les excellentes app. smartphone / iPad

 

 

 

 

  • Résolution 20 Mpix modeste (pour certains)
  • Absence de touche Cadence rafale dédié
  • Disparition de l’écran monochrome supérieur

 

  • L’écran orientable latéral (selon les autres)
  • Résolution d’écran moindre que l’EOS R
  • Pas de GPS intégré (comme sur l’EOS 6D)

 

  • Pas de flash pop-up (idem concurrents)
  • On aurait rêvé qu’il soit un peu plus compact
  • Le Mode Fv : bonne idée mal implémentée ?

 

  • Bouchons arrières RF et EF incompatibles
  • Un Kit RF 24-105, mais pas deKit 24-70 mm f/4
  • Peu d’objectifs légers (hormis RF 35 et 85 mm)

 

  • Durée de séquence en 4K limité à 30 / 40 min.

 

 

 

 

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous en commentaires

Exclusif : Terrain du Canon RF 600 mm f/11 IS STM et du RF 1.4x

 

  • Construction et Finition - 91%
    91
  • Prise en main et ergonomie - 96%
    96
  • Discrétion, compacité, silence et poids - 82%
    82
  • Visée électronique - 86%
    86
  • Qualité d'image - 87%
    87
  • Réactivité et vitesse - 96%
    96
  • Fonctionnalités - 90%
    90
  • Gamme optique - 95%
    95
  • Pertinence du prix - 86%
    86

Ce coup-ci Canon passe à la vitesse supérieure

Il existe des appareils dont on rêve comme le Canon EOS R5 qui peut filmer en 8K et affiche 45 Mpixels, mais que la plupart des gens ne peut pas s'offrir (pas immédiatement en tous cas)... Et il existe des appareils que l’on peut s’offrir et qui font très bien le job, comme ce nouveau Canon EOS R6. Ou comme en son temps, le petit reflex EOS 6D qui avait marqué son époque en 2012 : par sa légèreté (pour un reflex), sa robustesse et son excellente qualité d’image avec son capteur de 20 Mpixels.

Ne négligez pas les avantages d’un capteur d'une résolution "raisonnable" de 20 Mpixels, avec des fichiers RAW extrêmement légers. Ceux du Canon EOS R6 ne pèsent que 12 Mo environ, grâce à la compression sans perte de qualité des .CR3. Alors que chaque .CR2 de mon Canon EOS 5DsR (50 Mpixels) pèse... en moyenne 60 Mo ! Vous imaginez tout ce que cela implique : en termes de taille des disques durs, ou de temps de transfert.

A notre époque où il faudrait penser à l’avenir de la planète, la résolution « raisonnable » de cet EOS R6 est finalement « bien dans l’air du temps ». Je ne crois pas que Canon l'ait pensé pour ça dès le début, mais rien ne vous empêche d'y penser tout de même. Il ne me semblait pas en 2012, que les 20 Mpixels de mon EOS 6D étaient insuffisants pour imprimer des tirages de 90 cm. En 2020 : les 20 Mpixels de l’EOS R6 sont encore meilleurs et devraient me suffire également.

La plupart des photographes n’ont vraiment pas besoin de plus de 20 Mpixels (notamment les photojournalistes pressés d'envoyer leurs images via le net)... Si certains photographes, ont toutefois besoin d’une résolution supérieure (ils ont leurs raisons), il existe heureusement d'autres solutions pour eux. Notamment l'EOS R5 de 45 Mpixels.

Ce nouvel hybride EOS R6 est celui de la maturité chez Canon. Il est extrêmement agréable, silencieux, polyvalent et devrait séduire les passionnés de sport et de photo animalière, avec son nouvel AF très performant, son obturateur mécanique extrêmement discret à 10 im/sec, et sa vitesse impressionnante de 20 im/sec avec l'obturateur électronique dans un silence total... Sans oublier une prise en main exemplaire, qui ne vous fera jamais regretter les appareils reflex.

Le passage vers le monde des objectifs RF ne devrait plus vous effrayer, car l’offre est désormais plus généreuse, avec notamment quelques objectifs d’entrée de gamme intéressants comme le RF 85 mm f/2, ou l’incroyable RF 600 mm f11 IS STM que j’ai pu essayer (lien vers le test terrain à venir)... Ou encore quelques modèles d’autres marques, comme le Samyang 14 mm f/2.8 RF autofocus (lien vers le test à venir) : une petite merveille pas très coûteuse qui décuplera votre créativité notamment en street photo...

Essayez ce Canon EOS R6 en boutique avec le minuscule RF 35 mm f/1.8 IS STM pour commencer : vous allez probablement en tomber amoureux !

.

 

 

89.9 %

 

 


 

Écrire des articles de fond (test terrain) prend énormément de temps… Mais c’est ceux-là qui vous intéressent le plus (et moi aussi). Je ne sais combien de temps je pourrais continuer à enrichir ce blog (qui existe depuis plus de 10 ans) sans rémunération directe. En effet, depuis que le Mensuel Déclic Photo a disparu, l’écriture des « tests terrain » n’est plus financée en quelque sorte).

Paypal-Donate-Button-Image

Donc pour « garder le rythme », je compte un peu sur « l’investissement » sur ce blog, que vous pourriez faire par vos dons via Paypal. Merci d’avance et bonne lecture…

 

 


 

 

 

 

 


Améliorez la colorimétrie des RAW de vos Canon EOS R5, EOS R6, EOS R et EOS RP : dans Lightroom Classic (sur Mac et PC), dans Lightroom (Cloud) et dans Adobe Camera Raw (Photoshop) grâce à 4 Profiles que j’ai développé afin de remplacer « Adobe Couleur » qui ne me convenait pas. Découvrez mes profiles à Télécharger ici !

 

 


 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

191 commentaires

  1. En tout cas, il me plait bien… Et 20mp c’est parfait :)
    Et 24-105 je préfère. 24-70 c’est trop court pour mon utilisation.

    Reste à voir le prix (au besoin, j’attend l’année prochaine que ça baisse…)

    • Oui, c’est plus polyvalent ! Si l’on s’en tient à un seul objectifs spécialement…

      Mais on peut aussi préférer « plus léger » (si l’on emporte un 70-200 mm notamment dans son sac, ou un 85 mm…)

      Il faudrait « les deux » ! Idéalement…

  2. Excellent test. Pas sûr de trouver mieux.

    Très bon appareil photo en perspective.

    Pas sûr que le terme amateur expert utilisé soit approprié par rapport au prix identique au 5D mark IV.

    Points un peu décevants :

    – Autonomie de 320 photos avec le viseur du R6. Pas encore au niveau de Sony, surtout avec une cadence de 20i/s.

    – Écran LCD moins bon que celui du R.

    – Je préfère la stratégie produit des Nikon, plus claire. Le Z6 est un Z7 avec un capteur de 24MP (à 95% identique). La gamme R est « illisible » selon moi.

    – Il y a des avancées et des régression par rapport au R.

    – Le R6 est vendu en kit avec 24-105mm STM, mais aucun kit officiel avec le R, qui est moins cher. Ce kit est inadapté avec le R6, selon moi.

    – Le R6, outre le 20MP, a un moins viseur Oled et écran LCD que le R5. sensibilité AF différente, abscence d’écran supérieur…

    Trop de différence pour un R5 et R6 et aucune place en terme de numérotation pour un 20/24/30MP plus haut de gamme.

    Ils vont l’appeler comment R6s ? Un R6 qui se serait appelé R7 aurait été plus approprié.

    Sinon, il donne envie.

    • Michel Laplace-Toulouse le

      Merci JF, comme d’habitude, une superbe test, particulièrement complet. De quoi nous faire rêver en ces temps de disette.
      Agréablement surpris par le qualité de l’image du capteur et de ce tele de 600mm un peu alien (pour moi qui suis toujours 3 générations en retard;-)

  3. ah c’est vrai, le même en 26/28 millions de pixels aurait été parfait ! vu la conjoncture, les 4500 € du magnifique R5 donne quand même un peu à réfléchir…

  4. Super!
    Ça a pas du être facile de voir tous les débats sur ces appareils et objectif, d’avoir pu en tester un mais avec interdiction d’en parler :)

  5. Un retour sur une ergonomie classique qui ne désorientera pas les utilisateurs Canon de longue date . Les utilisateurs des 5D seront ravis et moi même d’ailleurs.

    C’est super de retrouver sur l’EOS R6 le joystick AF et la roue codeuse (et y compris sur le nouveau R5). La définition est dans une bonne moyenne et l’utilsateur la déterminera lui même en fonction de ses besoins ( 20 pour le R6 , 45 pour le R5).

    Il bénéficie d’un capteur stablisé, d’un très bon viseur électronique (visiblement le même que le R) et la compatibiltée avec 2 cartes SD , la batterie de l’appareil et la même que les boitiers précédents.

    Bref sans s’étendre sur le test (que le talent de Jean-François fait très bien) c’est un excellent boitier sur le papier qui pourra être utilisé par l’amateur averti photo ou bien le « pro » qui ne sera pas particulièrement intéressé par la vidéo de folie du R5.

    Un boitier exellent avec les avantages de l’hybride , à mons sens il est parfait pour un très grand nombre de photographes experts J’ai hâte de pouvoir le prendre en main !!

    Merci JF pour le test complet . Cest une belle surprise !

  6. Il faut envie cet appareil. Après de là à remplacer mon mark iv ? Pas sûr.

    Par contre je pige pas, c’est quoi l’intérêt de proposer un RAW compressé si ça ne change strictement rien ?

    Je suppose qu’il doit y avoir un truc qui change à la marge. Les ingénieurs canons ne sont pas couillons au point de laisser deux formats si c’est 100% pareil.

  7. Petit filou tu avais le R6 et tu nous la cachait lol.

    Ou sinon test très complet, difficilement de trouver mieux, merci pour le temps passer a écrire ton compte rendu.

    Beaucoup vont hésiter entre le R6 et le R, même moi je suis perdu.

    Juste une question JF, comme je shoote souvent en JPEG est-ce qu’il y’a une différence entre le R et le R6 et lequel est le meilleur?

    Merci pour ta futur réponse.

    • Je pense que c’est le R6, grâce au format HEIT qui est une petite révolution dans l’imagerie. C’est le successeur du Jpeg.

    • Baaaah en JPEG : non la différence ne sera pas énorme… si on parle uniqueme de la qualité d’image.

      Il reste un léger avantage « résolution » pour l’EOSR (qui commencera à se voir à partir de tirages au delà de 90 cm en moyenne)… ET encore : cela dépendra d’autres facteurs (ISO, objectifs, etc…)

      Par contre : tu aura bien plus d’images réussies (que tu ne va pas rater) avec l’EOS R6 (avec la stabilisation, l’AF, la rafale, et tout le reste)….

  8. Une tuerie cette offre Canon, il n’y a pas d’autres mots !

    Il manque juste un UGA et un 70-200 F/4 (qui arrive) & en 2 ans la transition a l’hybride aura été mené de main de maitre.

    Une chose intéressante est que beaucoup d’innovations (ergonomique et caractéristiques) sont vraiment « pensée photo », utile tout de suite et pas simplement des gadgets.

    Petite inquiétude pour Nikon, dont les rumeurs de Maj des z6 et z7 semblent faire pale figure a coté de canon et de ce que va surement proposer Sony bientôt.

    • L’ultra grand angle pas cher et compact existe quand même… (enfin, pas encore chez Canon) :

      C’est le petit Samyang 14 mm f/2.8 RF (autofocus) que je suis en train de tester.

      Test terrain bientôt publié ! pas cher et efficace… Je vous le recommande !

    • olivier olivier le

      @Kevin

      « Petite inquiétude pour Nikon, »

      Dépend des usages un Nikon Z6 garde tous son attrait l’offre Nikon est loin d’être largué ne pas exagérer .

      • Oui il a l’air tres bien ce petit Samyang ;)

        Le Z6 n’est pas largué évidement ! et les optiques Z sont sympa (manque aussi un 70-200 f/4).

        C’est juste que Nikon ne semble pas en mesure de suivre la cadence imposé par les autres qui proposent des MAJ consistantes de leurs appareils régulièrement (je ne dis pas que c’est forcément une bonne chose, mais c’est la réalité).

  9. Vous exagérez qd même hein :)
    Après avoir râlér comme un putois contre les capteurs pas assez définis (le capteur m43 de 20Mpix en 2020, mais c’est une honte !…etc) et contre les EVF pas encore assez au point (définition, lag…etc), et bien quand c’est Canon qui sort un tel produit, hop vos râleries s’envolent comme par magie et vous devenez mesuré, tolérant… etc :)
    Tss, mais bon, on vous connait, on vous aime bien qd même, sinon on reviendrait pas vous lire ici :)
    Mais faut pas reprocher aux lecteurs de vous trouvez légèrement Canon fanboy quand même hein parfois :)

    • Ahah ! Mais 20 Mpix en M4/3 : il faut quand même rester conscient, que cela n’a rien à voir…

      As tu bien regardé (en zoomant à 100% l’image fait à 1250 ISO ? ? ? ) Elle est parfaite : pas un grain de bruit… Et c’est un JPEG !

      Si Panasonic (désormais leader du Micro 4/3) est passé au Full Frame : ce n’est pas par hasard tout de même…

      Allez : bonne lecture !

      • Heureusement que c’est un JPEG, si c’était un RAW on aurait du mal à zoomer à 100% sur des données numériques! Pas un grain de bruit sur un JPEG avec un 20MP FF à 1250ISO si l’option réduction de bruit est activée ce n’est pas étonnant, rien à voir avec le fait que ce soit un JPEG…

        Et justement, si 20MP en mFT n’a rien à voir, raison de plus pour ne pas se plaindre qu’il n’y en ait pas plus sur un mFT, en revanche raison de plus pour se plaindre qu’il n’y en ait pas plus sur un FF ;) .

  10. Je rentre du travail. Je suis venu directement sur le site car j’avais hâte d’avoir des informations.. même sommaire pour le R6… Je ne pensais pas avoir dès aujourd’hui un test détaillé… Chapeau pour la réactivité.. Il me reste à tout lire.. une belle soirée en perspective..

  11. Je sent que ce petit r6 va venir remplacer mon 5d3.
    Ça fait un moment que je me tâte à passer à l’hybride et que j’attendais du canon pour profiter pleinement de mes ef L.
    Le R et Rp étaient de bon prémices mais be m’avaient pas convaincu.
    Le dernier point qui me retient c’est le viseur électronique. Il faut que je vois ce que ça donne dans l’action et en studio…
    Mais il me fait rudement envie et ça fait 9 ans que ça ne m’étais pas arrivé avec mon 5d3 actuel.
    Toi qui est fan de la visée optique Jean François, tu pense quoi du fait d’abandonner mon 5d3 pour ce R6 ?

    • Salut Gil, content de te lire ici… Toujours passionné de photo j’espère !

      Sans hésiter : vends ton EOS 5D MkIII très vite ! ! !
      Avec l’EOS R6, ça y est : le temps de la bascule totale est arrivé… les reflex sont désormais démodés.

      D’autant qu’il existe déjà ton Samyang 14 mm préféré ;-)

      • J’attends de poser les mains dessus en magasin pour me « rassurer » et surtout tester le comportement d’un EVF avec des flash studio que j’utilise très souvent.

        Mais comme je fais beaucoup moins de mariages qu’avant, je risque de faire revente groupé de mon 5D2 et 5D3 pour le remplacer par ce R6 !

        Je sent que je vais regretter un peu mon viseur optique mais la supériorité apporté par ces hybrides niveau AF et ne plus avoir à s’énerver sur les micro-réglages d’AF qui m’on gaché le plaisir au début de mon 5D3 vont quand même grandement changer les choses.

        Sinon oui toujours passionné de photo même si moins actifs sur les réseaux …. 3 gamins depuis l’achat de mon 5D3 ça change le temps dispo en photo lol.

        EN tout cas un grand merci pour ce test qui me conforte dans l’idée de sauter le pas vers l’hybride après avoir résisté un moment car je ne trouvais pas les produits complètement mature pour remplacer mon 5D3

  12. Merci JF pour ce test bien poussé, c’est très chouette à lire (même si tu abuses des guillemets sans raison ;-))
    J’ai un EOS RP, et là c’est carrément le R5 qui me tente. Les 2 appareils sont superbes. En revanche, comme mentionné plus haut, la cohérence de la gamme Canon ne tient pas : le R6, plus haut de gamme que le R, se retrouve avec moins de pixels. Pareil pour les définitions d’écran, c’est moins que sur le R ! C’est quand même pas très logique. Canon aurait-il été trop généreux sur les R et les RP ? Je suis bien content d’avoir 26 MP, et je me vois mal changer pour tomber à 20. Donc, en montant en gamme ce serait plutôt un R5 que je viserai :-)

    • Ah oui, c’est vrai ça : j’aurais une « tendance » à abuser des Guillemets ;-)

      Voire, une tendance « certaine » ! ! !

      Bien vu…

      Concernant les deux écrans : je les ai mis côte à côte . Bof : la différence de résolution en se voit pas… La différence de taille un peu. Pas « catastrophique »….

    • Les R et RP étaient des essais pour occuper le marché selon moi

      Les R5 R6 définissent la réelle segmentation de la gamme R

      Le R se retrouve à mi-chemin de la gamme définitive ce qui perturbe un peu la lisibilité pour l’instant mais ça ne va pas durer.

      Concernant la définition ça à rarement été le critère principal d’une gamme.

      Il suffit de voir la définition de 5D4 6D2 et 1DX3

      • Ahah ! Ne Jamais dire « Fontaine, je ne boirai pas de ton eau » ! ! ! Quand tu l’aura essayé, tu changera peut-être d’avis…

        De toutes façon, se balader 5h ou 6h en ville dans Hong Kong avec un 600 mm est impossible sans cette innovation. Et le gars qui veut faire des photos en villes au 600 mm en Full Frame (sans se ruiner le dos, ni le compte en banque) : il n’a pas beaucoup d’autres solutions. Je connais bien les 150-600 mm de Tamron et Sigma : c’est bien, mais c’est quand même plus encombrant : de mémoire autour des 2Kg et au dessus de 1000 € !

        Là : c’est carrément transportable : 949 gr et 750 €… Et c’est très piqué, vu le prix et vu le poids (surtout)… Je prépare mon test terrain, et éjecté dois faire d’autres images, pour convaincre des « conservateurs » comme toi ;-)

        Télécharge déjà cette photo de rose et regarde là à 100%, ou même 200% sur ton écran !

        Et tu me dira ensuite, si tu le trouve toujours ridicule ce 600 mm f/11 !

        Moi, pour 949 gr. et seulement 750 € : je saute dessus et je l’emmène en voyage ;-)

        • Mais f/11, je n’en veux même pas. Il ne sera réellement utilisable que dans certaines conditions de lumières, et d’arrières plans. C’est une optique de vitrine. Et excuse moi, mais un 600mm pour faire de la ville, comment dire… mdr.

          • Mais n’importe quoi !

            Tu vois bien que je l’ai utilisé entre 250 et 1250 ISO…

            Et que les résultats sont superbes…

            Tout le monde ne peut pas mettre 1500 € dans un 150-600 mm…

            Pourquoi des gens n’auraient pas le droit de faire des photos au 600 mm (très bonne 75% du temps) pour 750 € seulement ?

            • Peut-être parce que pour 1000€ les gens ont un 100-400 mFT qui ouvre à f/4-6.3, certes un peu plus lourd mais ils n’ont pas seulement un 600mm mais un équivalent 200-800, ou pour 700€ un 100-400 f/5-6.3 Sigma/Tamron qu’ils peuvent monter sur un APS-C et avoir un équivalent 150-600 (même avec l’équivalence d’ouverture ça reste intéressant, d’autant que ceux-là ne se cantonnent pas à une seule ouverture, sans parler de la distance de mise au point)…pour le coup Canon a une stratégie étonnante par rapport à ce qu’ils ont sorti avant, puisqu’ils ont d’abord sorti des gros mastodontes pros f/1.2 et zooms f/2.8 et que maintenant ils nous sortent du f/11.

              Et c’est un peu aberrant de dire que « tout le monde ne peut pas mettre 1500€ dans un 150-600 » sachant que tu as combiné ce 600mm a un boitier pour lequel tout le monde ne pourra pas non plus mettre 2700€ (pour ne parler que du R6), donc le prix d’un 150-600 n’est pas un argument…

      • Autre exemple à 1250 ISO (c’est au crépuscule les derniers rayons de soleil), au 1/250 sec et à f/11…

        Très honorable pour 749 € et 949 gr…

        Il y a plein de gens qui vont adorer je pense !

        D’autant qu’à 600 mm : f/11 procure déjà un joli bokeh. Et avoir son sujet net à f/5.6 : relève de l’exploit si il est à quelques mètres seulement !

      • Le piqué n’est pas du tout ridicule… avec seulement 20 Mpixels !

        Toujours à 1250 ISO au 1/1000 sec à f/11 (j’aurais du descendre un peu la vitesse, mais j’ai fait ça un peu vite et mal… descendre au 1/500 sec : cela aurait permis de descendre l’ISO à 650 ISO…)

        Pour autant : on ne voit pas la moindre trace de bruit à 1250 ISO (et c’est shooté en JPEG + RAW : je vous montre le JPEG… On regardera le RAW quand on pourra l’ouvrir dans Lightroom : ce sera encore mieux ! )…

        • Ce que j’ai écrit plus haut concernant la lumière et les arrières plans se confirme avec ces qq photos. Trop de compromis, peu d’intérêt. Je n’appelle pas cela de l’innovation, mais de la régression. Plus urgent à sortir chez Nikon et Canon : 70-200 f/4 et 70-300 f/4,5-f/5,6 (c’est mieux pour la ville ;-) )

    • Dans ce cas, une question. F11 sur le R6, ça donne quoi. Un beau bokeh (eq. à un 100mf1.8 ?), la diffraction ? Le tube à tirer, c’est une révolution technologique ? Je trouve l’idée intéressante
      C’est l’objectif amateur pour l’animalier.
      J’aurai préféré un 300mmf5.6-600mmf11.

      • C’est franchement une idée intéressante… Il faudrait l’essayer sur un safari au Kenya !

        Le bokeh n’est pas moche en plus !

        J’ai mis l’image en 5000 pixels, mais pas mal compressé le JPEG (5/11), pour que ça ne pèse pas plus de 1,5 Mo.

  13. Bonsoir, je suis mitigé par rapport à ces annonces. Le R6, désolé, non, en 2020, 20 mp, ça ne me convient pas. Idem pour l’absence de l’écran sur le Haut. Je possède le Canon EOS R (et les fantastiques 85 rf 1.2 et rf 35 1.8) et un Canon 5D markIII (avec bcp d’optique L) Je vais changer mon 5D mais franchement, le R5 me semble « trop » (si je le demande à mon employeur, je l’aurais mais je n’aime pas « exagérer ») et le R6 « trop peu ». Bref, là, je pense que je vais prendre un deuxième EOS R et mettre l’argent dans d’autres optiques RF.

    • Evidemment, ça sent l’enfume de Canon. As usual… surtout que le Z5 de Nikon arrive d’ici fin juillet au même niveau 35-40% moins cher.

    • Hello ! Oui, je comprends, Tu es tiraillé…

      Je pense que tu vas prendre l’EOS R5 au final ! Mais pourtant, l’EOS R6 ferait très bien l’affaire…

      C’est quand la dernière fois, que tue as imprimé un tirage en plus de 90 cm de large ? Il y a longtemps non ? Donc, les 20 Mpix, devraient suffire…

      Sinon, l’EOS R continue d’être pas mal (et pas cher)… avec ses 30 Mpixels (c’est la résolution idéale). Mais si tu en as déjà un : prends un EOS R6 sans hésiter…

  14. Alors ej vais ous donnez mon avis. A moi rien qu’à moi.

    J’ai un Eos R que j’ai eu à 1450 euros d’occasion quasi neuf en magasin avec 6 mois de garantie.
    Je l’aime meme si j’ai du me plier à son ergonomie durant 1 mois et ne pas toucher mon 5D entre temps.

    Est ce que je vais acheter un R6? NON. Un R5? surement dans une année.

    Et pourquoi?
    _J’aime les 30Mpix de mon R car avec la fonction crop *1.6 j’ai 2 focales avec chaque optiques fixes et je retrouve des grandissmeent que ‘lon a que sur des aps.
    Je m’explique. Le R c’est 30 mipx. E crop c’est 18.8 Mpix……..vs 20Mpix du R6 vs 22Mpix du Canon 5DIII…..

    Avec mon 24lII et le 50L j’ai un 35 et un 80mm avec lesquels j’ai la possibilité de faire de la macro….sans objectif macro. Meme le nouveau 85RF f2 n’a pas l’equivalent du rapport de grossissement du 50L EF en mode crop équivalent à 80mm.

    La rafale…..je ne l’utilise presque jamais.

    La 4K vidéo….je n’en ai pas l’utilite. Le 1080p même exporté à l’edit en 4k me va tres bien en qualité pour les medias internet que j’utilise MOI et pas dans mes reves.

    Le R6 aurait eu un capteur de 30Mpix la oui peut etre que la stabilisation capteur m’aurait intéressée….pour la vidéo uniquement. Cela fait 35 ans que je sais faire des photos sans et cela fonctionne. Je sui sde ceux qui savaient faire des photos en argentique alors…….

    La batterie LP E6H…que 13% de plus d’autonomie que la LP E6N qui meurt en moins de 4h sur le R. Vous allez pleurer avec le processeur et la stab capteur……

    Un boitier est un outils. On a le droit de rouler en Porche sur l’autoroute, mais cela ne sert à rien.

      • J’ai fait un test d’une journée avec un 24-70 RF vs mon 24-70 EF avec la bague.
        Et………..j’ai pas vu du tout la différence sur les images. Le 24-70 EF étant déjà très bon.

        Le 15-35 RF apporte t’il un vrai gap sur les images par rapport au 16-35 f2.8III? Sur le papier non car il est encore plus vigneté que le 16-35 qui deja vignette à mort. L’intérêt se trouve surtout sur le 15mm vs 16mm. Mais plus de 3000 euros le RF.

        Le 70-200 RF. La oui mais je n’utilise plus de 70-200 f2.8 depuis des années . F4 me suffit largement et on avait annoncé dans les rumeurs le 70-200RF ……qui finalement n’existe pas.

        Le seul et unique intérêt PHOTOGRAPHIQUE je pense de passer des optiques EF au RF est de pourvoir encaisser les 45Mpx du nouveau EOS R5. Quoique un certain nombre d’optiques EF listées à l’époque par Canon pour le 5Ds passent à cette définitions + les derniers L EF comme le 35 et le 85.

        Alors les optiques RF à 3000 euros pièce………..Il va pas s’en vendre des masses.

      • Avant l’important était les optiques. Maintenant l’important est le dernier processeur dans le boiter et l’AF qui va avec et les derniers algorithmes.
        Sur les vidéos officielles de Canon USA on voit le nouveau gap franchi sur l’af par rapport au dernier firmware du EOS R…..et c’est impressionnant. D’après ce que je vois on est au niveau du Sony alpha 9 et en suivi et en AI servo avec le nouveau suivi provenant de l’1Dx3.

        Rater une photo va vraiment être pour les nuls.

  15. merci de la revue! tu es bien chanceux petit cachotier.
    J’attends la réponse du berger à la bergère comme on dit. J’ai entendu parler du Z6s , et évidemment le Sony A7 IV qui devrait avoir une meilleur ergonomie.
    ça manque encore un peu d’objectif comparé à Sony et même Panasonic qui a Sigma avec eux.
    J’espère que ça va s’accélérer un peu …
    On vit une belle époque.
    Je reste un peu déçu des 20mpx.
    A voir cette fameuse qualité dont tu fais l’éloge.
    Vivement une petite prise en main.

  16. Bonsoir,

    J-F, moi justement c’est le 600mm qui m’interpelle. Je fais de l’animalier régulièrement et je me vois mal prendre cette optique qui n’ouvre qu’a F11 !

    Car à 6h00 du matin dans un sous-bois, déjà que je rage de mon Tamron 150-600 qui n’ouvre qu’a F6,3 (je rêve d’un 500 F4), je ne vois pas trop quelle type de photo il est possible de prendre avec un F11 et qui plus avec un multiplicateur x 1,4 qui le ramène à F13 ?

    A moins de prendre des photos de touristes à 6400 ISO ou plus ?

    Mais pour un beau poster en 50 x 70 à 100 ISO bien net : je le sens pas !

    EL.

    • Je pense que pour certaines situations, (et pour certains photographes) : mieux vaut un EF 600 mm f/11 de 949 gr (à 750 €)…

      Qu’un 150-600 mm f/6.3 de 2Kg, qui coute plus de 1000 € (ça dépend des modèles).

      Cela dépendra des circonstances et de ce que l’on accepte de porter sur le dos…

      Par exemple, je ne me serai pas vu transporter un objectif de 2kg de plus, lors de notre voyage en Sulawesi l’été dernier par exemple… (même en le mettant dans le sac de ma femme) !

      Alors que un petit télé de 949 gr : j’aurai pu lui faire une petite place (à condition de supprimer un autre objectif : mon Sigma 24 mm f/1.4 par exemple)… Tout ça pour faire des images différentes.

    • Avec le multiplicateur RFx1.4, ça porte l’ensemble en fait à un : 840 mm f/16…

      En plein jour j’ai travaillé à 500 ISO, au 1/250 sec et f/16 donc, cela donne ça ! Exemple ici en RAW sur l’EOS R.

      Bon, ça vaut pas le EF 200-400 mm avec son Extender intégré à 10.000 € bien entendu (que j’ai testé au kenya)…

      Mais vu le prix, je trouve le résultat plutôt génial ! Vraiment pas ridicule !

      En tous cas… Je ne vois pas d’autre solutions pour emporter un 840 mm (de 950 gr + le poids du RF 1,4x)… dans un petit sac à dos léger en montagne ;-)

  17. Tester ce boîtier en Focus Bracketing pour des proxiphotos en extérieur avec le 85 mm jusqu’au rapport G 0,5x est tentant. Je suis volontaire si c’est possible ;=)

  18. Merci beaucoup de ce Test encore très complet comme toujours avec toi mon ami Jeff.
    Que penses tu du Viseur EVF, y a t’il des améliorations sur les R5 et R6 ou est ce le même viseur que ceux des EOS R et RP ?
    D’avance merci de tes réponses et encore merci de ces Tests toujours agréable à lire et voir les belles Images …
    PS : Je ne passe pas directement à la conclusion, si je n’ai pas le temps de tout lire en une seule fois, alors j’y retourne ultérieurement, lol …
    Amicalement,
    Philgood

    • Hello ! Le viseur du RP est vraiment dépassé, désormais… On oublie !
      Trop vieux… pas très agréable. Le RP vient de prendre un coup de vieux (à oublier). Vu le prix de l’EOS R…

      Le viseur du R6 est le même que le R : vraiment pas mal… cela me convient !

      Celui du R5 est un peu mieux… (pas testé)

      • Meme en France, en Savoie au mois de mai (un coin que tu connais bien) j’ai eu un probleme de niveau d’eclairage dans l’EVF dy R. L’ecran orientable est tres luminueux et si on programme une touche en mode « éclairage boost » il est parfaitement utilisable en journée ensoleillée. Par contre l’EVF meme à fond d’éclairage est trop faible et c’est à loeil de suivre . Sans parler que sur le R il n’y a pas de photodiode qui règle automatiquement l’éclairage de l’EVF par rapport à l’éclairage ambiant. Donc je passe mon temps à changer son éclairage par default.

        Le jour ou Mr Covid ma me laisser retourner en haute montagne à l’étranger ou en Asie, la ou il faut des linettes de glacier dvant les yeux, je ne sais franchement pas si cela va etre utilisable avec l’evf.

        Sur les téléphones portables la valeur de l’éclairage en Cd est une valeur obligatoire dans les specs…..il faudrait que cela le soit pour les apn Hybride tout comme le point noir et le taux de contraste de l’EVF.

        • Il y a du vrai…

          Mais les avantages sont tellement évidents par ailleurs, que je crois que la plupart des gens « feront avec » la luminosité des EVF.

          Mais en effet : sur un glacier : ça risque d’être insuffisant (mais pas inutilisable pour autant)…

          Mais 90% des gens font des photos en ville

  19. Merci encore pour ce test réel juste le jour où il est dévoilé… après une 1ere lecture dans les transports et impatience aidant, j’ai téléchargé tes photos ce matin pour voir en grand sur mon ancien 30″ Apple… car toujours dubitatif avec ces 600/800mm f11 (j’ai mal à la tête) et f16 face le multiplicateur…même si mon sac à dos s’est considérablement allégé depuis 3 ans cela donne envie… tu aurais pu photographier des marmottes LOL un truc qui bouge… Hâte que tu reviennes sur Orleans pour démo et +… JE plaisante mais pourquoi pas comme la précédente occasion loupée taf oblige… Bref hâte de voir en Raw en téléchargement quelquepart des photos de ce boitier… reste l’œilleton numérique où mes yeux n’aimaient pas ni le R et surtout pas le RP… j’espère en progrès mais je vois l’avantage avec une connaissance chez les jaunes pour macro ou animaliers et autres ce que tu vois bien les réglages (enfin certains)… sinon dommage pour le GPS… un module à rajouter (autre que Ibidule…)… la suite nous attendons vivement ….

  20. Merci pour ce test. Je suis déçu par ces annonces. Je suis photographe, je fais de la photo, que de la photo, rien que de la photo. J’aimerai avoir un appareil photo qui offre le meilleur en terme de photographie, qui offre que de la photographie. Je ne veux pas d’un appareil avec ces gadgets (vidéo 4k, 8K, connection bluetooth/wifi) qui font considérablement augmenter le prix de l’appareil et que je n’utile pas. J’ai un 5DIII, je n’ai jamais utilisé la fonction vidéo. Combien de photographe utilise la fonction vidéo? Je comprends que Canon souhaite attirer les vidéastes. Je comprends et je vois sur les réseaux sociaux que les gens préfèrent aujourd’hui la vidéo à la photo (une vidéo sur insta donne mieux qu’une photo en paysage…). Mais un photographe, ce pourquoi un appareil photo existe, il veut faire de la photo, et il n’en a rien à faire de la vidéo. Au contraire, ça l’énerve de devoir payer cher ce gadget inutile pour lui. Photographes et vidéastes sont deux choses différentes.

    • En photo meme en 2020effectivement le 5DIII est loin d’etre dépassé. Et pour certaines de mes applications qui demandent une gestion de la batterie par obligation (plusieurs semaines sans accès à électricité), le 5DIII est un must meme par rapport au 5D5. Et sa qualité d’image est tres bonne (comme tous les reflexes d’ailleurs)

  21. Salut Jean François!

    Très bel appareil.
    Avec le 24-105 e le « vieux » 70-200 f4 non stabilisé-mais qui le devient (que j’ai adoré ), ça fait un kit « léger » et très polyvalent.
    Très tentant.

    Mais…. 20mbx, c’est peu pour un appareil qui devient un investissement de quelques années (3.000€ en kit c’est pas rien)
    Les photos à 20/18 mpx tiennent encore la route (je viens de faire des tirages a 60×50 avec des photos de 7Dmk1 et ça tiens tout-à-fait la route), mais à 30 il y à plus de flexibilité de crop et plus de pérennité.

    Quand la version à 28/30/32mbx arrivera, il y à de bonne chances pour que je fasse un retour sur canon… ;-)

  22. Merci pour ce retour rapide. Article complet et approfondi (comme d’habitude sur photoetmac). Heureux de constater que l’enthousiasme de Jean-François et a priori avec ce boitier son adhésion aux hybrides (et à l’EVF).
    Sur le boitier en lui-même, dommage que Canon se contente de 20mpx même si cela ne nuit pas à la qualité et favorisera une bonne gestion des ISO. Si je n’étais pas déjà équipé en hybride plein format, j’envisagerai très sérieusement le R6 (voir le R5) pour profiter du savoir faire de Canon (couleur notamment).
    Canon propose une approche cohérente et solide avec le marché des hybrides. Une offre alternative intéressante avec un excellent parc d’objectif en devenir. La concurrence devra maintenant tenir compte de cet acteur majeur sur ce segment du marché photo.
    La concurrence va réagir plus ou moins rapidement. Sony qui annonce un A7S3 très ambitieux (qui s’adresse aux vidéastes) avec notamment un EVF à plus de 8mpx et un système de refroidissement innovant (le R5 commence à faire débat sur ce point, le refroidissement étant un enjeu majeur en vidéo 4K/8K). Ces technologies seront très rapidement proposées dans un futur A7IV polyvalent (comme le R6). Nikon fera également peut être quelques choses, et Panasonic avec sa gamme S se décidera peut être à alléger ces boitiers et à les doter d’un AF digne (à noter que le S1 est très proche du R6, avec une vidéo 4K60fps, et un prix très agressif en ce moment).

  23. Question peut t’on transformer avec une touche sur le R6 Plein format FF (j’avais pas bien lu hier soir suite à mon message avec le 90D… oups), passer en mode x1,6 style APS-C ? pour multiplier les focales sans pertes et agrandir … je ne vois rien dans tes specs ni sur le site… Merci

    • Oui, oui… C’est possible ! C’est dans la Première Colonne des Menus Rouge : aller dans le menu : « Recadrage / Aspect »

      Mais cela n’a aucun intérêt je crois… Autant le faire en post traitement ! ?

      J’avais déjà utilisé ce Crop ça sur des reflex Nikon : mais je n’ai pas bien vu l’avantage qu’il y aurait par rapport à un Crop en post traitement…

      La différence, c’est que sur les reflex : une partie du viseur optique était grisée (et la vue était assez petite du coup).

      Alors que sur l’hybride : tout le viseur (et l’écran) sont utilisés pour afficher la vue « recadrée » : du coup c’est plus agréable à utiliser.

  24. Petite question supplémentaire qui n’est pas abordé dans le test Jean François.

    Quel est le comportement des objectif EF avec la bague d’adaptation ?

    Tout mon parc est actuellement en EF principalement L et je me demande si les performance seront dégradées dans le comportement de l’AF ?

  25. Pas mal cet appareil on dirait. Je commencerai à m’y intéresser sérieusement quand son prix aura sérieusement baissé et qu’il y aura enfin un 24-70 F4. Ça laisse le temps de voir ce que fera Nikon et d’économiser un peu. LOL

  26. Un truc très important que je viens de voir sur une des vidéos de Canon USA. Le mode AF spot est de nouveau existant sur les EOS R6 et R5.
    Ce mode de sélection du collimateur AF avait disparu de l’EOS R et c’était très chiant dans certaines situations ou je suis même obligé de passer en focus manuel.

    • Pas vraiment, la cible sera trop sombre (contre jour en vol) et déboucher à f/11 fera du dégât. J’ai déjà du mal à 600mm f/8 d’avoir qq chose de correct. Je préfère croper du 420 f/5,6. c’est plus clean.

      • Mais pas du tout… Avec un capteur de bonne qualité : des choses qui étaient impossibles deviennent possibles… Exactement comme le viseur électronique, rend l’utilisation d’une focale de f/11 possible (avec un viseur poptique cela aurait été trop sombre).

        C’est déjà le cas avec le capteur de 20 Mpix de l’EOS R6 qui est excellent : il permet de « déboucher » des images prises à contre jour, d’une façon qui n’était pas possible il y a quelques années…

        Et cet objectif est conçu pour les EOS R des prochaines années aussi : qui sait ce dont sera capable la prochaine génération de capteurs !

        Bref : si l’on veut voir le mal partout, évidement rien n’est bien !

  27. Bonjour et merci,
    Je reste dubitative sur la colorimétrie en revanche. Tu affirmés qu’elle est plus proche des eos que celle du R. Perso, je trouvais la colorimétrie du R plus convaincante que celle du RP, surtout pour les tons chairs. Tu peux développer sur cette différence de couleurs entre le R et R6 ?
    Aurelie

    • Pour le moment, je n’ai pas encore assez de recule… Et je n’ai pas mon EOS 5DRs ici sous la main pour comparer.

      Je n’ai que l’EOS R6 et l’EOS R.

      Et je ne peux parler que des JPEG. Car les RAW on ne peut pas encore les développer dans Lightroom. Et je n’ai pas encore réinstallé Capture One (j’imagine qu’il faudra aussi attendre une mise à jour).

      Tout ce que je peux dire, c’est que ça ne ressemble pas à l’EOS RP.

      Cela ressemblerait plutôt un peu plus à la couleur des reflex, qu’à celle de l’EOS R (qui était un peu plus froide). Mais franchement, je ne veux pas m’avancer trop, car je n’ai pas pu faire encore de portraits, ni beaucoup de test sur des couleurs…

      Tout ce que je peux dire c’est que les rouges avec les fleurs : sont magnifiques en JPEG !

      Donc à suivre.

      • Patrice Raveneau le

        Bonjour
        Quand vous dites que ça ne ressemble pas à la couleur des RP, que voulez vous dire ? Quel est la particularité de la colorimétrie du RP ? J’en ai un depuis peu et j’en suis plutôt content (avec le 24/240 qui est top je trouve)… Même l’EFV ne me pose pas de problème. J’ai vendu un Z6 pour prendre le RP et l’image de base, JPEG brute de capteur, me plait bien plus que celle du Z que je trouvais beaucoup trop dure et froide. Et comme je n’avais pas envie de passer trop de temps sur la post prod, j’ai préféré revenir chez Canon qui me donne d’entrée de jeu une image qui me plait… Merci.
        Patrice

        • L’image JPEG ne changera pas beaucoup de celle de l’EOS RP (et des Canon précédents)…

          C’est en RAW dans Lightroom qu’il y a une nuance : si vous adoptez le profile d’entrée Adobe Couleur, les couleurs sont différentes de « Appareil photo Standard » (que je préfère en général)…

          • Patrice RAVENEAU le

            Ah, OK. Mais je n’utilise pas lightroom pour le raw. Pas envie de payer un abonnement pour mon usage limité de photographe du dimanche après midi.. J’utilise DXOLab qui est simple, rapide et bon marché.

            • DxO ira très bien aussi…

              Même si le rendu couleur dans DxO n’est pas toujours proche du rendu Canon Standard (celui que vous voyez sur le JPEG et sur l’écran de l’appareil photo).

              Il est assez probable que DxO applique son profile Couleur « maison » par défaut, sans vous laisser le choix d’adopter le profile Canon Standard … A vérifier : je ne sais pas si ils les ont développés pour les EOS R (je n’ai pas regardé les RAW des EOS R dans DxO jusqu’à présent…)

              Lorsque l’on parle de « colorimétrie des appareils » : elle est propre à chaque fabricant de logiciel…

              – Il y a la colorimétrie proposée par l’appareil photo : par exemple Canon Standard (on la trouve définitivement appliquée sur les JPEG, ou « éditable » dans le RAW : à condition d’utiliser le logiciel du fabricant de l’appareil)…

              – Et ensuite la colorimétrie « maison » de chaque Logiciel (proposées par chaque éditeur)… Adobe à tout changé en 2017 et c’est bien mieux depuis. Par exemple « Profile Adobe Couleur » (avant Lightroom 7 c’était « Profile Adobe Standard » qu’il valait mieux éviter)…

              – Et enfin : la coulorimétrie « émulée du fabricant » que chaque éditeur de logiciel tente d’imiter de son mieux, pour son logiciel… Adobe fait ça très bien : part exemple « Profile Appareil Photo Standard » (ou camera Standard en anglais). D’autres éditeurs s’y sont mis un peu…

              • Perso, je trouve (et je ne suis pas la seule) qu’il y a une différence même entre les jpegs du r et du rp (pour la couleur de la peau): il y a eu quelques sites qui l’avaient mentionné à l’époque. JF, tu as du recul sur la différence entre les jpegs du R et celle du r6?
                Merci!

                • C’est un sujet compliqué, encore un peu tôt pour répondre définitivement…

                  Je trouve les couleurs des JPEG de l’EOS R6 absolument magnifiques en tous cas. Encore plus belle que l’EOS R (peut-être un peu moins froides). J’attend encore pour donner un avis final.

  28. Pourquoi n’avoir pas laissé 30MP comme que sur le R, c’est quand même étonnant, non? Surtout que le R6 est à 45MP, il y avait déjà une marge pour combler nos amis du marketing? A si, je pense savoir: c’est peut être pour vendre le successeur dans 2 ans lorsque la résolution deviendra vraiment dépassée? A 2 700€, ça ne leur aurait pas coûter bien plus cher de mettre 30MP, et avec un écran de rappel, la concurrence aurait été au tapis…

    • Non, c’est pour des question techniques (bien connues des spécialistes) : de conversion « pixels to pixels » : vers la vidéo 4K…

      C’est la façon de « redimensionner » les pixels, qui a dicté précisément le nombre de pixels du capteur des EOS R5 et des EOS R6…

  29. Merci pour ce beau CR bien fournie et complet comme d’habitude.
    Utilisateur de l’EOS R et pas fan non plus de la touch bar, je me permet de te glisser à nouveau la seule fonction que je lui ai attribué : la fonction « Rate » uniquement en mode lecture. Un touché : 1 étoile, 2ème touché: 2 étoiles, puis 3ème touché : retour à zéro, aucune étoile. ;-)

    Ce R6 donne envie, mais perso voici mes reproches :
    – plus lourd et plus volumineux que le R
    – « seulement » 20 Mpx
    – pas de GPS

    Quand au R5, mais gros reproche c’est un manque de pixels. J’attendais 50 Mpx à minima, je souhaitais un 60 ou 65 Mpx.

    Au final la gamme R n’est pas encore très lisible, Canon a procéder à tâtonner sur le R et RP avec des exotismes d’ergonomie. Mais les R5 et R6 n’apportant pas encore toutes les attentes des pros comme des amateurs, au final les R et RP gardent certains avantages qui séduiront encore certains acheteurs, notamment leur poids et encombrement plus réduit, ainsi que leur prix ;-)

    • pour l’avoir depuis une semaine…

      il est quasi impossible de dire quel est le plus volumineux ou le plus lourd, lorsqu’ils sont équipés du même objectif.

      C’est quasiment les mêmes en pratique : la différence de poids et de volume, est trop minime pour être perçue… (négligeable).

      Par contre la différence de prix avec l’EOS R, fait de ce dernier une assez bonne affaire. En effet !

    • Avec ses 45 Mpixels (de meilleure qualité et mieux « traités ») : et bien l’EOS R5 délivrerait (d’après des test de canon), délivrerait « un peu plus » de résolution que l’EOS 5D Rs (de 50 Mpixels, celui que j’ai).

      Ce que je constate aussi avec les 20 Mpixel de l’EOS R6 : c’est mieux et plus défini, que les 20 Mpixel d’un EOS 6D… plus piqué, plus beau !

      Exemple ci-dessous ! un JPEG (brut du Canon EOS R6) : à f/11, à 1250 ISO, au 1/125 sec (une vitesse très basse qui est autorisé par la stabilisation du capteur combiné à celle de l’objectif. Le nouveau Canon EF 600 mm f/11 IS STM.

      Au final : tout cela concours à plus de résolution, combiné aux objectifs RF excellents (bien que à résolution théoriquement égale)…

      • Il y a une petite erreur: l’IBIS ne fonctionne pas avec les RF 600mm et RF 800mm (voir site Canon).
        Merci pour ce super compte rendu et impatient de lire celui du RF 600mm :-)

  30. Hello,

    Je comprend que 20MP puisse être suffisant pour un grand nombre de d’expert fortuné. Mais moi je ne comprend pas vraiment comment c’est possible d’en être toujours là en 2020.

    C’est même pas même pas la résolution d’un 5DII sorti il y a plus de 10 ans !?

    En dehors du fait que que ça fait déjà très longtemps qu’on maitrise des capteur de 20MP, je trouve qu’il faut arrêter de dire que les pixelles ne servent à rien. Bien-sur que ça ne fait pas tout. Mais Quand tu tires tes images en grand format, c’est sacrement important ! C’est qu’aujourd’hui il semblerais que les photographe ne fasse plus de tirage…

    Je suis amené à faire des tirages 120x 80 et c’est clair que je cherche du pixel. Et là on nous vend une tonne de gadget (probablement complètement indispensable pour certains) qui ne me font ni chaud n froid avec un capteur 20MP pour 2600€. Voilà je trouve je suis déçu.

    Le R5 45 MP serait parfait… Mais encore plus de gadget vidéo qui ne m’intéresse pas le moins du monde.

    Reste encore à voir la dynamique de ce « prodigieux » capteur. Peut être que ça pourrais peser dans la balance.

    Du coup, j’ai pas fini de rééchantillonner mes images :D
    A moins que je switch chez Sony, qui semble soigner ces capteur avec plus d’intérêt que Canon. Un « bête » A7R II (moins de 1800€ sortie il y a 5 ans) propose du 42MP et une dynamique aussi importante qu’un 1D X Mark III. Franchement il est ou le problème chez Canon ?

    Je ne suis peut-être un photographe Has been et je ne sais plus ou est la vrais valeur de choses :D Ou peut être que je ne suis plus la cible de Canon. Peut être que je ne suis plus un public pour cette marque…
    Vous avez beau trouver tous les argument possible et inimaginable, (certain risible même) pour défendre cette résolution, moi je trouve ça révoltant.

    • 20 Mpixels, avec un capteur de nouvelle génération (en fait ce serait peut-être celui de l’EOS 1DX MkII) : c’est mon avis très largement suffisant pour de superbes tirages de 1m 20 ce côté… Voir plus !

      J’ai moi-même faith des tirages de cette taille avec beaucoup moins de pixels que cela… Et je ne parle pas des tirages magnifiques de mon ami Kyriakos Kaziras (j’en ai un chez moi d’un Ours Blanc, fait avec les 20 Mpixels de l’EOS 1Dx MkII)… Il fait dans les 1m20 de côté.

      D’ailleurs : autre exemple : j’ai fait ce tirage en 80 cm pour chez moi (qui existe aussi en 120 cm de large qui est resté longtemps exposé dans un Coffee Shop à Paris), et ça passe absolument sans aucun problème : on peut quasiment compter les poids des barbichettes des chèvres !

      Et ce n’était que le modeste Canon EOS 100D de 18 Mpixels (APS-C)… Avec le EF 70-200 mm f/4 ! Un capteur qui date un peu… (et beaucoup moins impressionnant que celui de l’EOS R6)…

      Donc, il ne faut pas trop s’inquiéter de n’avoir que 20 Mpixels : on sait que c’est un capteur Full Frame. Et ça : ça change tout par rapport à de l’APS-C de même résolution…

      PS : excusez le bordel dans mon salon ;-)

      PS : bon ensuite : si on veut 45 Mpix, ça existe aussi ! ! ! c’est l’EOS R5

      • Le R6 effectivement c’est bien le capteur du 1DXmarkII
        Après je pense que le progrès peut être d’avoir moins de résolution et de faire de grand tirage comme si on avait des capteurs avec plus de pixel. Maintenant il faut penser à la place que ça prend donc le défi c’est de faire de la qualité en prenant le moins de place possible.

      • Bonjour,
        article très intéressant

        J’ai un Canon EOS 5D MKIII, que j’adore … et c’est vrai que ca me fait bizarre d’avoir un peu moins de pixels … Mais c’est sûr que j’imagine bien que les pixels sont de « meilleure qualité ». Hors, recadrage, avec le 5DII, je suis très satisfait de la qualité des tirages en 60-90. Alors avec le R6 …

        (Mais pourquoi ils ont pas mis 25-30 Mp … ;) )

        Je mets le réflex le 24-70 f/2.8 de 1ere génération, vous pensez qu’on fait un gros bond en passant au RF ? (stabillisé, sympa, mais quand même 2500 euros …)

    •  » A moins que je switch chez Sony, qui semble soigner ces capteur avec plus d’intérêt que Canon. Un « bête » A7R II (moins de 1800€ sortie il y a 5 ans) propose du 42MP et une dynamique aussi importante qu’un 1D X Mark III. Franchement il est ou le problème chez Canon ?  »

      Ouais, et un autofocus aux fraises, aucune autonomie, un EVF ridicule, une construction en carton.

      Chez Sony, faut regarder les récents : A9, A73, A7R3, A7R4. Le reste, c’est des appareils très « prototypes », pas plus fiables que ça.

      Et la résolution ne fait pas tout, tout le monde n’en cherche pas non plus.

  31. Bonjour
    Merci pour ce test tout en détail et concret !
    Venant d’un 5D3 avec des objectifs en L, je n’ai pas regardé pendant plusieurs années les nouveautés.
    Seulement, je suis largué avec cette nouvelle gamme EOS R. J’ai compris que Canon sortait de nouveaux objectifs : RF mais qu’avec des bagues, on pouvait avoir les mêmes caractéristiques d’objectifs.
    Seulement, je vois qu’il existe 3 bagues, une bague standard, une bague personnalisable et une bague avec filtre intégré. Les prix sont différents bien entendu.
    Que conseillez-vous ?
    Je n’ai pas vu de bague fournie avec le R5, ni le R6.
    Faut-il en acheter pour chaque objectif ? Comment ça se passe à l’usage ?

  32. Avec 30 Mpix sur mon EOS R et même 24 Mpix sur mon 200D, je ne comprends pas que le R6 soit bridé à 20 Mpix. L’argument taille des fichiers ne tient plus avec le format CRAW et je préfère le potentiel de recadrage des 30 Mpix.

    • Ils recyclent le capteur du 1Dx III pour faire du R6 un « low light killer ». C’est un choix bien tranché, mais perso ça me gêne pas si ça permet d’avoir des perfs top of the line en montée en ISO, sensibilité, etc.

      Pour info, +50% de pixels en plus, ça ne change pas des masses en résolution linéaire, ça fait 22,5% de résolution linéaire en plus. Pour voir des détails deux fois plus fins, faudrait faire x4 en résolution. Donc si on a envie d’un boîtier de résolution faible, 20, 22, 24, 30 ou 32MPx ne font pas une différence titanesque. Par contre, 20 vs 45MPx, oui.

      • Ils auraient dû l’appeler R7, ça aurait laisser la place dans l’esprit d’un possible modèle intermédiaire à 30MP, stabilisé avec 4k sans crop, rafale de 12-20im/s.

        Les critiques se seraient effacées.
        Là tu dis que ce modèle n’existera pas d’ici 2-3 ans.

  33. Merci pour cet article très riche et très complet qui m’a convaincu d’opter pour le R6 vu que je ne suis pas intéressé par la vidéo, ni par par les impressions XXL.
    Le site Canon Japon montre une photo prise en iso102400 avec un R6 et un RF 24-105 f/4 : bluffant ! Tout à fait utilisable en affichage 540 x 340 px

    https://cweb.canon.jp/eos/lineup/r6/image-sample.html

    A confirmer avec boitier de production cela dit.

  34. Lorsque le bloggueur dit que 24mpx ce n’est pas suffisant, puis quelques temps après il dit que c’est génial. J’ai comme l’impression qu’il y a du fanboysme primaire. Pourquoi ce changement d’avis???

  35. Merci pour ce super première retour de Canon EOS R6.

    Petite question qui pourrais être intéressant, la bête a-t’elle un mode augmentant de la définition des images par déplacement du capteur, comme on peut trouver sur les derniers Pana S1/R ou certains Sony

    Je pense que cela pourrais être intéressant pour certain cas comme les photo de packshot, architecture , …

  36. Bien plus cher qu’un canon 6D à sa sortie? Dommage de faire autant grimper les prix. Cela risque de refroidir les experts qui n’ont pas envie de claquer 2 700 €? Le futur Z5 avec des caractéristiques proches pourrait s’échanger 1 000 € de moins… Avec le petit 24-70 F4, le banquier sera content.

  37. Petite question en passant, la nouvelle batterie LP-E6 NH est elle compatible avec l’EOS R et ajoute t’elle les 14% d’autonomie ?

  38. Une belle bête ce R6 pour un prix raisonnable.
    Je vais me le faire tester pour l’évaluer en photographie animalière par contre une chose m’interpelle pourquoi un 600 f11 c’est le f11 qui me pose question !!!

  39. Hello merci pour ce long article qui ne fait que réconforter le futur choix (maintenant il va falloir revendre le 5D3 !

    J’ai une interrogation, c’est quoi le mode movie cropping ? y a t il la même chose en mode photo? cela est-il en rapport avec les obj EF type APS-C ? Par exemple avec la bague RF-EF le boîtier fait il lui même le crop ?

  40. Jean-Michel DUMAY le

    Le génial CANON R6 ?
    Equipé en CANON depuis plusieurs années (boitier 5D avec une belle gamme d’objectifs) j’attendais l’hybride CANON avec impatience pour remplacer mon 5D vieillissant. J’ai découvert le R au salon de la photo 2018 et là grosse déception, pas de stabilisation, un slot etc …..J’ai attendu quelques mois dans l’espoir de la sortie d’un modèle plus performant, hélas rien. En avril 2019 je suis passé chez PANASONIC avec le S1 et je ne le regrette pas.

    Petite comparaison avec le R6 :

    – Résolution – S1 : 24,2Mpixels –
    R6 : 20Mpixels

    – Vitesse d’obturation – S1 : 1/8000 sec à 60 sec –
    R6 : 1/8000 sec à 30 sec

    – Synchro flash – S1: 1/320 sec –
    R6 : 1/200 ou 1/250 sec

    – Cadence maxi – S1 : 30 img/sec en 6K (18Mpix) –
    R6 : 20 img/sec (20Mpix)

    – Détection des yeux – S1 comme R6, mais avec possibilité de changer d’œil en appuyant sur le joystick sur le S1

    – Post-focus – S1 : oui – R6 ?

    – Viseur OLED – S1 : 5,76 millions pts avec 3 grossissements possibles –
    R6 : 3,69Mp seulement

    – Ecran – S1 : 3.2pouces 2.1Mp –
    R6 : 3 pouces 1.62Mp

    – Double lecteur de cartes – S1 : XQD ou CFExpress + SD USHII –
    R6 : 2 SD USHII

    – Obturateur – S1 : 400 000 déclenchements
    R6 : 300 000 déclenchements

    – Stabilisateur : S1 : 6.5 stops
    R6 : 8 stops

    – Ecran de contrôle – S1 : oui sur l’épaule droite
    R6 : non

    – Mode haute résolution – S1 : 96Mp
    R6 : ?

    – Rétroéclairage des touches AR : S1 : oui – R6 : ?

    – Convertisseur télé x1.4 et x2 – S1 : oui ce qui porte la focale du F4 – 24/105 à 208mm maxi (données EXIF LR)

    – L’objectif étant macro avec en natif un G=0.5, on obtient donc au final un G=1.
    R6 ?

    – Prise synchro flash – S1 : oui – R6 : ?

    – Poids – S1 : 899gr nu et 1797gr avec le 24/105. Ce qui ne me change guère de mon 5D: 1764gr avec le F2.8-28/70 ou 1697gr avec le F2.8-100mm macro ou 2377gr avec le F2.8-70/200 ou 1519gr avec le F4-16/35.De plus le boitier est bien proportionné par rapport aux objectifs.

    Si on veut du matériel plus léger, il faut regarder du côté du format 4/3 ou éventuellement APSC.
    R6 : 598gr avec un gabarit plus petit, mais les objectifs sont plutôt volumineux comme ceux du S1.

    Il y a beaucoup d’autres caractéristiques intéressantes sur le S1 (voir le manuel) et je ne parle pas de la partie vidéo ou PANASONIC n’est pas en reste.

    Autre point à ne pas négliger, le prix. Le R6 est lancé à 2699€ nu alors que le S1 est actuellement vendu 2100€ nu avec 3 ans de garantie et le V-Log offert ! Y a pas photo comme on dit.

    Concernant le RF 600mm F/11 aux caractéristiques limitées, il rappelle, comme l’a dit un intervenant, les catadioptriques des années 70, très compact eux.

    Pour ma part je préfère le nouveau F/5.6-6.3 – 100-400mm de SIGMA. Sur le S1, avec les convertisseurs x1.4 et x2 on obtient respectivement 560mm et 800mm. Si on veut une qualité supérieure on utilise le multiplicateur 1.4 ou le doubleur. En monture L le zoom coûte 1029€ et le multiplicateur 1.4 coûte 450€. Ce qui revient évidemment plus cher, mais avec des caractéristiques plus intéressantes. Les différents tests du zoom SIGMA le donnent excellent. Il faudrait faire un comparatif.

    Je visite entre autre ce site tous les jours et c’est vrai que les commentaires ne sont pas toujours « objectifs ». Heureusement il y a les photos et les conseils de JFV.

    • Bonjour et merci pour ce retour… Oui, il est intéressant cet Panasonic S1 !

      Mais trop lourd pour moi… 899 gr boitier nu : c’est rédhibitoire. Je ne lâcherait pas mes reflex, pour me retrouver avec des hybrides quasiment aussi lourd.

      Lorsque je regarde le zoom Panasonic LUMIX S Pro 70-200mm F4.0 O.I.S et qu eue vous qu’il pèse 985 g,…
      Soit plus ou moins le même poids que la version f/2.8 du RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM…

      Je me dit que ce n’est vraiment pas possible ! Mais c’est une question de goût : le poids devient petit à petit un problème en voyage (on devient un peu feignant avec les années). D’autant e l’on veut emporter de plus en plus d’objectifs. Ils ne doivent pas être trop lourds.

      Une petite précision : sur les EOS R, on peut aussi changer d’oeil (droite gauche), lors de la sélection Auto du Suivi de l’oeil.

  41. Nous avons tous des besoins et des opinions différents. Je trouve aussi à titre personnel que 20 Mp est un peu juste, c’est pourquoi j’ai précommandé le R5 ; j’aurais même apprécié plus de pixels, j’aime bien cropper pour mieux remplir le cadre de l’image avec un animal et voir tous les détails de poils, fourrures, plumes ou autres. Mais je ne suis qu’un amateur qui fait un peu de photo animalière et parfois de paysage pour son seul plaisir. Je ne fais aussi que de la photo et n’ai aucun intérêt pour la vidéo, je ne serai pas contre non plus un modèle avec uniquement des fonctions photos plus poussées et pas de partie vidéo.
    Avec les derniers modèles, ce que je regrette c’est qu’il n’y ait pas un modèle APSC (genre le R6) histoire de bénéficier des 60% de zoom en plus (et donc d’une meilleure qualité, meilleur autofocus etc), avec ou sans extender, comme je faisais en partant en voyage avec mon 5D IV (ou Eos R) et le 7D II, le gros zoom 200-400mm sur ce dernier pour avoir la plus grande « portée » et un 24-70mm 2.8 ou 70-200mm 2.8 sur le 5D IV (ou Eos R) selon l’occasion. Certes avec le 100-500mm sur le R5 et le 200-400mm sur le 7D II c’est assez complémentaire mais ayant de plus en plus d’objectifs RF (c’est l’avenir), je ne pourrai pas jongler entre les appareils en cas de besoin ou de problème.

  42. Bonjour Jean François !
    Je viens de lire la mise à jour de ton test et un point à attiré mon attention !
    Je vois que le viseur Electronique est passer de 60 à 120 fps.

    Toi qui à longuement testé celui du R qui est identique en dehors de ce taux de rafraîchissement , est ce que ce changement apporte une réelle différence quand tu met l’œil dedans ?

    • Ecoute, je passe de l’EOS R à l’EOS R6 tous les jours en ce moment, puisque j’ai les deux avec moi…

      J’utilise plutôt l’EOS R ces derniers jours, pour tester le RF 600 mm f/4 IS STM… (car on ne peut pas encore lire les RAW de l’EOS R6 dans Lightroom).

      Et bien je n’ai perçu aucune différence notable entre les deux viseurs. J’imagine que la fréquence peut jouer sur la fatigue visuelle, seulement si l’on fait 7h de photo par jour, tous les jours ! Et encore…

      Donc je ne crois pas que ce soit un argument de décision entre les deux.

      Il y a plein de gens qui savent très bien gérer leur choix de vitesse en fonction de la focale (afin d’éviter le flou de bouger) et qui n’ont pas besoin de rafales de 20 im/sec… Pour ceux-là : un EOS R d’occasion (ou neuf pas trop cher) : est un excellent choix je crois…

      • Merci pour ce retour Jean François !

        J’irais donc tester le viseur du R pour me faire une idée.
        Personnellement ce n’est pas la rafale qui m’intéresse sur ce R6 ( les 3imgs/sec en rafale silencieuse de mon 5D3 me suffisent déjà largement)
        Ce qui me plait dans ce boitier c’est de retrouver une bonne ergonomie avec un capteur polyvalent ( 20 mp me suffisent amplement) et surtout avec un AF fiable et performant !

        L’EOS R est super intéressant d’un point de vue prix mais son ergonomie ne me plait pas… Je garde mes boîtiers longtemps (en moyenne 9-10 ans) donc je n’ai pas envie de me trimbaler les errances ergonomiques de canon durant tout ce temps !

        Reste l question du prix que je trouve un peu cher, mais en attendant un tout petit peu ça devrait le faire !

        • Tu sais, l’ergonomie de l’EOS R n’est vraiment pas un soucis : je l’utilise régulièrement depuis un an et je m’y suis parfaitement habitué…

          Changements de méthode de Collimateurs dur la Touche Mfn…

          ISO dans le coin de l’écran (du pouce ça fait comme si il y avait une touche dédiée)… Pour le reste la Touche Q (Quick menu), lorsqu’il fait changer de WB, ou de vitesse en rafale… et pour le reste ? Quel reste ?

          Tout es là…

  43. Des années à adorer le joystick pour les collimateurs AF et la grande roue secondaire pour la correction d’expo …
    Pour moi la touche mfn me sert déjà à changer de mode af…
    Ça plus l’af qui est au top et ça sera définitivement le R6

    La photo n’est plus mon metier premier et la notion de plaisir dans l’utilisation de mon matériel redevient important. Le R ne me fais par « R »êver

    On est dans le domaine du futile presque tu me diras. Un R fait largement le taff j’en suis certain. Mais le R6 me fait envie et me donne la motivation de lâcher mon relfex

    • Tu peux affecter le changement de Mode AF à n’importe quelle autre touche (ce sera mieux)…

      La chose que l’on fait le plus souvent (plus souvent encore que la correction d’expo) : c’est de changer de méthode de Collimateur AF. Et vraiment cette Touche Mfn a (historiquement) été conçue pour cela, depuis le Canon EOS 7D MkII…

      Ensuite le correction d’expo : elle est attribuée par défaut à la Molette arrière (pour le pouce en haut du boitier) : franchement on s’y fait très bien… Position un peu différente du pouce par rapport à un reflex, mais en 10 jours on s’y habitue.

      Sans oublier que tu peux (en plus) la programmer pour la bague d’objectif…

      Je t’assure : tout cela marche très, très bien…

      Quand à la Touch Bar : je l’ai tout simplement désactivée… Inutile.

      C’est à mon avis dommage de faire une croix sur l’EOS R pour ces (tout petits) détails… Car il y a énormément de façon de programmer les touches. Il possède des RAW de 30 Mpix, d’une excellente tenue…

      Oui, l’EOS R6 est plus « sexy » question prise en main… Il y a plein de petites choses sympa en plus : vrai !

      Parmi lesquels, le bracketing de M.A.P. la rafale haute vitesse, etc… Mais si il y a un arbitrage à faire au niveau financier : pense à garder de l’argent pour les objectifs ! ! ! Comme le Samyang RF 14 mm f/2.8, le RF 85 mm f/2, le RF 35 mm f/1.8…

      Car la vraie merveille du système EOS R : ce sont ses objectifs !

      Du coup l’EOS R peut se justifier (selon le prix) !

  44. après réflexion et après avoir vu quelques petites démos il a certes l’air très bon (ce qu’aurait dû être les Eos R…) mais je le trouve trop cher. Sur certain points le Panasonic S1 fait mieux et il a déjà un an ou deux…. Je trouve mesquin de mettre un 20mpx et de ne pas sortir un boitier en magnesium , pour 2600€ ça fait mal… Et le kit avec le 24-105 ne me plait pas car ce n’est pas le L f4…
    Triste. J’attendrai encore un peu ou je passerai mon tour, encore une fois…

  45. Ben voilà, je suis tout perdu….Il y a un mois, je pensais passer chez Canon (je suis Fujiste pour le moment) via un EOS R. J’ai été un peu refroidi par la cadence des rafales (5 i/s, c’est un poil faible).

    Le R5 n’étant pas dans mes moyens, ni dans mes besoins (sauf à faire un caprice…), je me disais que pour passer au FF, le R ferait l’affaire. Puis la presentation du R6 m’a interpellé. Les bonnes montées en Iso, et les rafales stratospheriques allaient me convaincre, si ce n’était la damnée question des 20Mpx. Non pas que je fasse de gros tirages, mais j’aime me laisser la possibilité de cropper comme un cochon, notamment en animalier.

    Donc, je reste perdu.

    • Rassure toi : 20 Mpix est largement suffisant pour des tirages A2 ! ! !

      C’était quand la dernière fois que tu as fait un tirage de plus de 1m de large ?

      La résolution, entre 20 et 30 Mpix… n’est pas un argument très important.

      Sauf à aller à 45 ou 50 Mpix : là OK : ça fait la différence…

      Mais entre 20 et 24 Mpix par exemple : différence quasi nulle.

  46. Merci pour cette réponse éclairée Jean-Francois. Je vais donc attendre fin août et acheter un R6. J’espère qu’ils proposeront un kit avec une optique digne de ce nom.

  47. Bonjour jean François,
    Bravo pour cette description du R6 .
    Il me séduit mais par contre j ai une doute, peut on toujours monter des objectifs EF ( j ai un parc ) sur ce R6 ou R5 avec la bague du R et comment se compte l’ autofocus, les réglages etc….
    Si performances identiques que sur mon 5 D Mark III , pourquoi créer une gamme d’ objectifs RF si ce n est l’ encombrement de la bague d adaptation ? Question naïve.
    Merci .
    Bon été à tous.
    Olivier

  48. dommage que ce ne soit pas le cas sur le R5, qu’il soit en bluetooth 5 comme indiqué plusieurs fois ,c’est completement debile ,plus puissant mais surtout(apres verification),moins energivore,si encore c’etait une technologie qui venait de sortir et qu’ils n’aient pas eut le temps de l’intégrer ca serait comprehensible mais là c’est sortit en 2016 quand meme.
    apres petit detail mais pourquoi sur le R5 il n’y a pas de micro stereo mais seulement mono alors qu’il fait presque 2000€ de plus que le R6,car meme si on va dire que le r5 est prevu pour les pros,ca ne coute rien de faire un petit trou de plus comme le r6 pour avoir du tout intégré si on le souhaite.et pour terminer il aurait mieux fallut pour les deux nouveaux boitiers partir sur une nouvelle batterie et avoir une meilleure autonomie plutot que d’essayer d’ameliorer legerement une ancienne car la plupart des gens qui acheteront leur nouveau boitier le feront apres revente de leur ancien materiel mais bon…….
    en dehors de ça et au vue de tout ce que j’ai lu ici …et ailleurs ce sont vraiment des boitiers exceptionnels avec une ergonomie quasi parfaite comme dit JF que ce soit dans les menus mais aussi le boitier ,un autofocus de fou ,une stabilisation incroyable a priori etc….. ils ont fait fort ,c’est d’autant plus bete pour le BT5 et le micro ,des fois on se demande ….

  49. Bonjour à vous et un grand merci pour ce test très complet et très bien réalisé de ce Canon R6.
    Je voudrais vous poser une question que personne n’a abordée curieusement , et qui est importante pour moi. Possédant un RP , je suis personnellement perturbé par le fait que sur ce boitier la stabilisation des objectifs est constamment active dès la mise sous tension , contrairement aux réflexes classiques sur laquelle est ne s’active que durant l’appui sur la touche de déclenchement.
    Outre une consommation supplémentaire de la batterie , ceci provoque également une usure et surtout une fragilité du système de stabilisation lors des déplacements ou petits chocs courants inévitables. Est-ce la même chose sur le R6 ?
    Etant par ailleurs très intéressé par ce boitier , j’aimerais être fixé pour l’acheter en toute connaissance de cause.
    Merci beaucoup par avance.
    Très cordialement
    Michel Paris

    • Bonjour !

      Je ne suis pas trop inquiet personnellement, concernant la longévité du dispositif de stabilisation du capteur… (pas plus que je ne l’ai jamais été, pour le dispositif IS des objectifs).

      J’ai entièrement confiance en Canon pour avoir construit un dispositif très solide, dimensionné pour des usages « pro ». Il a été testé sur une longue période croyez moi !

      Par ailleurs, si Nikon, Sony, Pentax, Olympus, Panasonic et quelques autres, ont réussi à produire des capteurs stabilisés « solides » (et ils le sont, à ma connaissance) : je n’ai aucun doute sur le fait que Canon y parvienne lui aussi !

      En fait, je ne crois pas que ceci soit si compliqué que l’on pourrait se l’imaginer…

  50. Merci i beaucoup pour ce test, comme d’habitude . Je voulais savoir si tu avais testé le zébra ? On peut l’utiliser en vidéo mais aussi en photo ? Est ce que tu trouves que ça apporte quelque chose ?
    En tout cas test bien complet .

  51. Papy Boyington le

    Rater une photo nette faudra vraiment le faire exprès, faire une bonne photo sera toujours aussi rare comme d’habitude.

    Il a pas mal de similitude avec le 6D mais autant il n’y avait pas trop d’hésitation avec le 5d3 ne serait ce que sur l’af, autant aujourd’hui le R6 en donne beaucoup pour qui fait de la photographie.

    Le débat 20 mpx est sans intérêt, juste qu’il entérine une fois de plus que ce qui compte est la fiche technique pour les ignares.

    Après utilisant un 5d4, je pense que beaucoup ne savent pas utiliser leur boîtier, ce qui fait lien avec ma 1ere intuition sur les mpx.
    Ceux qui en parlent le plus en font le moins, le matérialisme comblant les manques plus profonds.

    Les objectifs RF sont très bons comme l’étaient les dernières générations d’EF. Après essai des 24-70, 15-35 et 70-200 je n’ai toujours pas compris le gain qui justifierait de revendre mon pack et de rajouter 4000 balles. Enfin si ça m’allègerait 2 fois, une première mon compte et la seconde mon sac…

    Merci pour la mention à l’environnement et le bon sens sur le poids du stockage.

    • « le matérialisme comblant les manques plus profonds. » : oui, nous sommes d’accord à ce propos…

      A mon avis la meilleure raison de passer des reflex aux EOS R : est la gain fantastique que permet le nouveau système AF ! Surtout après l’avoir bien compris, bien personnalisé et appris à l’utiliser.

      C’est un argument que l’on ne peut pas comprendre, avant d’avoir passé 1 mois oui 2 à utiliser ce système… C’est selon moi le premier argument pour migrer. Et il est bien plus important que la qualité des objectifs, que le gain de poids (même si celui-ci est important).

      Bonnes photos et bel été !

  52. Papy Boyington le

    J’essaierai ce R6 qui me semble bien né. Oui le gain de poids ne m’importe pas du tout, je passe actuellement des journées sous 45 degrés avec mon 5d4 et 70-200 f2.8 III sans en souffrir de quelque façon, le rendu et la productivité sont juste parfaits. Ce R6 me fait la même impression que toi, un rappel du 6D mais en mieux car il n’a aucun manque en photo. A l’époque j’avais pris le 6D en lui préférant régulièrement le 5d2 pour le 1/8000 et le 5d3 pour l’AF, aujourd’hui je vois pas ce qui empêche un détenteur de R6 de réaliser son projet à part son œil, son organisation et sa capacité d’exécution tout ça pour 2690€, pas mal du tout mais diable la visée optique d’un 5d4 ou 1d c’est quand même une partie du plaisir.
    Probablement que le R6 cohabitera (mais ces « rats » de Canon aurait pu mettre l’écran de rappel sur le capot).

  53. Un article super complet ! Merci pour ce super tour de ce petit bijou ! :) Je pense partir sur celui-là ! Je reviendrais juste sur la partie concernant la double slot SD C’est personnellement ce qui m’a fait attendre et m’a empêché de sauter sur l’EOS R à sa sortie. Quand on fait des prestations mariage, ça me parait indispensable. Pour avoir eu un ami photographe qui a perdu la moitié de ses photos après un mariage (carte SD illisible et aucune donnée récupérable), même si c’est un cas qui n’arriverait qu’une fois tous les 10 ans, ça la fou très très mal ! Chez Canon ça réduit vite champ des possibilités

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.