web analytics

Dernière vision d’une « utopie du progrès » ?

21
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

On arrête pas le progrès, par exemple depuis l’invention de l’informatique ses prouesses nous étonnent et nous ravissent… Tout particulièrement l’invention d’Internet et l’impact qu’il a aujourd’hui sur la vie quotidienne de ceux qui y ont accès. Pourtant, on se demande si l’on ne vivrait pas dans le même temps, la fin de l’âge d’or… iCloud c’est bien joli, mais avouez:  ça ne fait pas rêver non plus !

La fin d’une certaine « utopie du progrès ». Car paradoxalement, à quoi sert Internet pour la majorité des humains ? A s’échanger des vidéos débiles sur Facebook ? Ou a rechercher le vrai visage de la plaignante de l’affaire DSK ? Il est totalement sidérant et désespérant d’apprendre que la pathétique affaire DSK est dorénavant le second évènement médiatique mondial, après le 11 septembre…

Et pendant que certains chercheurs traquent les particules élémentaires, découvrent les mystères du cosmos le plus profond, ou révèlent l’origine du vivant… d’autres spécialistes s’alarment et annoncent que nous sommes au début d’un inévitable déclin énergétique. Certains scientifiques l’expliquent (mais ceux-là n’intéressent pas tous les médias) : pour l’instant RIEN n’a été découvert, qui semble capable de remplacer à moyen terme le pétrole comme source d’énergie principale.

Rien n’est pour le moment capable de l’égaler en terme de « quantité brute d’énergie ». Il n’est pour l’instant pas d’énergies renouvelables qui tienne, si ce n’est comme apport complémentaire… Pas plus que d’énergie nucléaire d’ailleurs. Pas l’ombre, du début de la queue d’une solution, pour alimenter le puits sans fond de la demande énergétique mondiale. Même pas une idée, mis à part la fusion nucléaire, absolument utopique. Et si un jour on la maitrisait ce serait probablement trop tard.

Pour les futurologues réalistes (ou les moins optimistes, comme vous voulez) les pénuries d’électricité, les accidents de type Fukushima, les problèmes de sècheresse, de production agricole, de nutrition, d’eau et les catastrophes environnementales, seront le quotidien des prochaines générations… J’ai peut-être trop lu de science fiction depuis mes 15 ans, mais pour pas mal de spécialistes : nous allons vers un inéluctable déclin. C’est un petit film qui m’inspire ces réflexions ce soir…

Pour le première et la dernière fois : la navette spatiale américaine amarrée à l’ISS, aura été filmé depuis un autre vaisseau (un Soyouz Russe)… La fin d’un mythe. La fin d’une épopée (devenue tragique), qui aura tenu en haleine une génération.

Et la fin de l’utopie de la conquête spatiale probablement… Car le quasi abandon de la course à l’espace par les pays démocratiques est probablement le signe que l’humanité n’a plus tout à fait les moyens, des ambitions qu’elle affichait dans les années 70. Donc savourez ces quasi images de « science fiction », car vous ne les verrez probablement, plus jamais… Demain sera peut-être moins enthousiasmant, sans le rêve d’une nouvelle frontière.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

21 commentaires

  1. Par contre le voyage privée dans l’espace a de beaux jours devant lui. Et oui des riches de plus en plus riches ça ouvre de nouveaux marchés.

  2. Oui, tu parles !
    La conquête spatiale, c’était le rêve d’aller sur mars…
    La on nous propose le rêve du fric, du fric et du fric ! Tu pârles d’un reve

  3. Il y a des solutions mais qui manquent de financement ou sont étouffées (ou les brevets rachetés par les grandes compagnies pétrolières) cf le dernier magazine nexus par exemple

  4. Ca y est JF, je viens de lire ton article et tu as reussi à me fouttres les boules des le début de la journée.
    Sans faire du « c’etait mieux avant », il est vrai que l’espoire et le quotidient des années 2000 n’est pas follichon.

  5. C’est de la poésie noire que tu nous sert ce soir. Mais de la poésie quand même.
    Et entièrement d’accord oui.
    Dire que la génération d’aujourd’hui n’a pas vécu le « sans internet », les k7, la TV noir et blanc, les be-bop… On pouvait encore s’enthousiasmer et rêver comme tu le dis.
    Alors qu’actuellement, les gens fonctionnent en colectionneurs… de voyage, de données, de photos prises ou volées sur le net, d’ami, de vidéo connes, de rank google ou facebook…
    Mais c’est là ou les photographes et les créatifs peuvent encore faire rêver les gens…

  6. La seule chose qui nous pousse individuellement et donc collectivement à avancer c’est l’espoir… ca l’a toujours été, et ca le sera toujours.
    tout ce que tu cites n’est là que pour recréer l’espoir, pousser au renouveau de l’homme. Mais ceci n’a rien à voir avec la photo… Même si j’aime debussy

  7. Jean-François,
    « Car paradoxalement, à quoi sert Internet pour la majorité des humains ? A s’échanger des vidéos débiles sur Facebook ?  »
    Ne serait-ce pas oublier un peu vite le rôle joué par Facebook ou Twitter dans les révolutions au moyen orient par exemple ? Je trouve pour ma part qu’internet a redéfini les interactions entre humains de manière radicale. Je ne sais pas si c’est un progrès, mais c’est un changement très important.
    Pour l’aspect innovation, mon sentiment est que les orientations de la recherche sont aujourd’hui déterminée par le secteur privé qui bien sûr n’agit pas dans un esprit humaniste, mais de rentabilité financière avant tout (bien qu’on puisse nuancer cela). Je crois vraiment que beaucoup de progrès majeurs sont à notre portée dans les 50 prochaines années, mais il faudra une gouvernance (européenne ? mondiale ?) forte pour les faire émerger et contourner la pression des lobbys.
    Je ne crois pas à un déclin du savoir, bien au contraire, je crois plus à un manque de vision, et coordination globale qui empêche les vrais progrès d’émerger.
    Qu’en pensez-vous ?

  8. « La chute de Ben Ali et Moubarak était préparée depuis des années en sous-main par les services occidentaux qui ont manipulé la jeunesse et financé ce qui était nécessaire. »
    Un début de preuve qui transformerait cette affirmation péremptoire teintée d’aigreur en début d’argument ?
    Non parce que tout le monde a pu voir les jeunes du Maghreb s’organiser sur les réseaux sociaux et dépassé ainsi le mur de la peur qui les tenait depuis des années, mais personne n’a vu les service occidentaux agissant en sous-main. Alors tu vas me dire que, justement, si on ne les a pas vu c’est bien qu’ils s’est agit d’opérations secrètes. Ça me rappelle cette blague de cours de récré sur les hippopotames qui se peignent le ventre en bleu pour pas qu’on les voit voler. Vous avez déjà vu des hippopotames voler ? Eh bien c’est la preuve que ça marche.
    Bref, pour revenir à l’humeur du jour. C’est effectivement une réflexion que tout le monde peut se faire. Je suis toujours frappé par cette comparaison : dans les années 60, il a fallu dix ans aux ingénieurs occidentaux pour envoyer des types sur la Lune et pour faire voler le Concorde. Le tout avec une puissance de calcul cumulé équivalente à celle d’un iPhone.
    Aujourd’hui on abandonne peu à peu les vols habités, le Concorde a été mis au rencard sans successeur, et on voit qu’un groupe comme EADS, qui concentre le meilleur de l’ingénierie européenne, a toutes les peines du monde à concevoir un truc comme l’A400M qui est un gros avion à hélices. Ce malgré 40 ans d’évolution informatique.

  9. « Le rôle joué par Facebook ou Twitter dans les révolutions arabes est l’une des plus belles fumisteries jamais propagées ces derniers temps, et il n’y a guère que les gogos et les masses bêlantes qui y croient. »
    Et bien, on sent beaucoup de rancoeur dans ce propos. Les démocraties occidentales elles-même (Sarkozy et Obama dans leurs discours notamment) ont reconnues qu’elles avaient loupé le coche par rapport à ces révolutions. Nostalgie d’une époque ou la France avait encore une prise sur ce qui se passe au moyen-orient ?
    Où sont les preuves de ce que tu avances ? Et surtout pourquoi ? Qu’aurais-t-on eu à gagner, à provoquer ces révolutions par le biais d’opérations « secrètes » ? Les régimes Ben-Ali/Moubarak était bien plus confortables et faciles à manipuler…

  10. Ah oui le web et la presse. Très intéressant. J’y ai d’ailleurs appris qu’aucun avion ne s’était écrasé sur les tours jumelles, qu’Obama n’est pas américain, que les OVNI de Roswell ont été capturés par la CIA et que Marylin Monroe est toujours en vie, qu’elle se cache avec Elvis et Kennedy sur une île du Pacifique.
    Comme quoi, l’info était là, sous mes yeux, et je ne la voyais pas, aveugle que j’étais.
    Je ne connais pas trop mal le contexte de l’A400M, ayant été impliqué dans le développement d’un des modules. J’ai pu voir la gabegie que générait le fonctionnement européen associé à un monstre industriel.
    Alors même si les techno derrières ne sont pas toute simple, il n’en reste pas moins que le constat est troublant : au tournant du troisième millénaire, alors qu’ils disposent de moyens de modélisation des milliards de fois plus poussés que leurs prédécesseurs, la fine fleur de l’industrie européenne peine à concevoir un avion de transport.
    On compare cela aux 10 ans de développement du Concorde, à la règle à calcul et en partant de zéro, et on se dit que le niveau baisse.

  11. Non mais arrêtez !!! C’est la sinistrose là… JF tu viens de me foutre le cafard !
    De tout temps, des scientifiques ont crié au loup pour attirer l’attention médiatique sur eux en prêchant le sensationnalisme, et pourtant rien ne s’est passé… D’autre plutôt que de perdre leur temps à rechercher la gloire, s’échinent à bosser (je sais de quoi je parle, mon père en faisait partie) comme des fous, et eux font avancer les choses.
    Il nous reste quoi ? Une 30 ene d’années de pétrole ? Regardez en 30 ans ce qu’a accompli l’humanité !! A cette époque là nous n’allions qu’a peine dans l’espace, l’informatique était à ces balbutiements, les énergies alternatives existaient encore moins…
    S’il est une chose certaine, c’est la capacité de l’homme à s’adapter à son milieu, à son environnement… Ayez confiance.
    Moi aussi j’ai été baigné dans la science fiction, de quoi vous plaignez vous ? 1984, le meilleur des mondes, on est en plein dedans !! (Ahah ;) c’est une private joke)
    Décidément vous avez mal lu vos classiques ! Si les états n’ont plus les moyens d’aller dans l’espace, ca sera au tour des sociétés privées de se gaver des richesses spatiale, avec ou sans les conséquences sociales qui en découleront.
    Hier soir sur france 2 j’ai vu un docu qui m’a fait un peu rigoler, on voyait des américains qui rêvaient de devenir des cyborgs, d’autres qui voulaient des gamins blonds aux yeux bleu, grands, athlétiques, et qui demandaient à leur savant fou de médecin de sélectionner leurs oeufs en conséquences. Je vous laisse imaginer les conséquences d’une telle révolution à l’échelle planétaire sur la population mondiale, entre ceux qui pourront se payer ca et ceux qui ne pourront pas… Bienvenue à Gattaca…
    Le danger est bien là, pas dans le manque d’énergie, nous avons les moyens, le temps et les ressources pour réduire la consommation et les besoins de nos machines, l’économie est là pour ca, mais plutôt dans une sorte de darwinisme technologique qui sera lié à la richesse et à l’envie de perdre une partie de son humanité pour conserver sa place dans un monde devenu sur-compétitif. La vraie menace c’est ca, la mutation technologique de l’humanité.

  12. Gilles :
    « il n’y a guère que les gogos et les masses bêlantes qui y croient »
    Ceux qui ne sont pas d’accord avec toi sont donc des gogos ou des moutons… hum… Pas très ‘open minded’ comme réaction, mais bref… là n’est pas le sujet :
    Je suis curieux de lire tes sources sur ce que tu affirmes, peux-tu les publier ?

  13. @Pomme
    Comme quoi la perception du danger varie d’un individu à l’autre.
    Personnellement, les histoires de biogénétique et de sélection de la couleur des yeux, c’est typiquement du pipeau pour effrayer le populo, si vous me passez l’expression.
    Typiquement le genre de sujet médiatique à deux balles : on trouve trois gogos complétement allumés qui croient que la génétique va faire d’eux des surhommes et on en fait un sujet de société.
    Je reste convaincu que l’immense majorité des gens n’aura pas envie de se taper des techniques d’assistance à la procréation hyper lourdes pour choisir la forme de leur gosse. Ça restera une pratique marginale, réservé à quelques névrosés, les mêmes qui aujourd’hui inscrivent leurs gamins à des concours de beauté.
    Et quand bien même : « imaginez les conséquences le jour où tout le monde aura les yeux bleus ». Les conséquences sont évidentes : ceux qui auront des yeux marrons deviendront des sex-symbols. Donc tout ça s’essoufflera très vite.
    En revanche, pour revenir sur ta première partie, je me méfie des raisonnement par analogie : dans le passé les scientifiques ont trouvé des solutions aux problèmes donc ils en trouveront dans le futur.
    Raisonnement sympathique mais parfaitement anti-logique.
    Il faut partir d’une certitude absolue : un jour l’humanité disparaitra.
    C’est une certitude en vertu du principe que rien n’est éternel, que si l’épuisement des ressources énergétiques ne nous tue pas, on sait qu’avec l’évolution du système solaire la Terre ne sera plus vivable dans quelques centaines des millions d’années. Et même si on veut délirer en imaginant qu’on puisse survire à ça, l’Univers lui-même est voué à l’extinction, dans quelques dizaines de milliards d’années plus aucune étoile ne se formera.
    Si on reprend ton raisonnement à la lumière de cette certitude, alors il faut bien admettre qu’il arrivera un jour où les scientifiques super forts que tu décris n’auront pas de solution aux problèmes qui arriveront.
    La question est donc désormais, non pas de savoir si les scientifiques pourront résoudre tous les problèmes, mais quel sera le problème que les scientifiques ne sauront pas résoudre et qui amènera à un bouleversement de la civilisation, pour ne pas aller jusqu’à l’extinction de l’humanité?
    En l’état actuel des connaissances, l’épuisement des ressources fossiles est un candidat pour ce poste envié.

  14. Pomme a écrit :  » Regardez en 30 ans ce qu’a accompli l’humanité !!  »
    Justement, c’était grâce et uniquement grâce à cette énergie gratuite qu’était le pétrole…
    Sans pétrole, rien ne serait arrivé, rien n’aurait été inventé…
    Car sans pétrole pas d’agriculture intensive, pas de développement économique, pas d’élévation du niveau moyen d’éducation, pas assez d’ingénieurs, pas assez de chercheurs, pas de progrès…
    La clef de tout c’est l’énergie… Et sans énergie, c’est le déclin inéluctable !

  15. Exactement… ! ! ! (30 à 60 ans en comptant sur des découvertes de gisement miraculeuses)
    Sauf, que plus on va avancer vers le terme, plus il va être difficile de faire sereinement de la recherche fondamentale…
    On va dépenser plus de pétrole pour aller chercher du pétrole. Dépenser plus de pétrole pour faire la guerre, afin de sécuriser les réserves…
    Et à la fin, lorsqu’il n’y aura plus grand chose, l’énergie sera mobilisée par les services d’urgence, les armées… Il n’y aura plus d’énergie ni d’argent pour la recherche de solution.
    Bref : Mad max !

  16. Vincent, ce n’est pas la volonté des individus qui décidera ou non d’une progéniture par eugénisme ou cybernétique, ca sera la pression sociale !! Les attributs physiques que je site, et que tu as pris à la lettre, n’etaient qu’une image…pour rappeler une histoire humaine pas si éloignées que ca…
    Imagine quand nous jouerons sur ces attributs et d’autres pour selectionner des castes travailleurs, intellectuels, politiciens, scientifiques des la naissance…
    Dans notre société l’individu n’a déjà pratiquement plus de libre arbitre, ca sera comment dans 30 ans !?
    Bon ensuite tu trolles un peu en brassant des généralités donc bon j’ai pas tres envie d’y répondre..

  17. C’est vrai que le coup de la sélection de castes de travailleurs par une société policière, c’est pas du tout des généralités, c’est pas du tout tarte-a-la-crème comme propos, ça fait pas du tout cinquante ans qu’on se fait peur avec ces fadaises. Tu es un visionnaire en fait.
    Soyons sérieux. Ce que tu décris est le fonctionnement d’un État totalitaire. Or, les États totalitaires n’ont pas attendu la biogénétique pour faire du mal à l’humanité (cf. l’histoire du XXe siècle).
    Comme toujours dans ces cas-là tu inverses les moyens et la volonté politique de le faire. C’est comme si tu disais que les travaux sur le gaz sont à l’origine des chambres à gaz, c’est tout simplement idiot.
    Mettre en place une société telle que tu la fantasmes ne passera pas uniquement par des petits travaux de laboratoire, ça ne pourra se faire que dans le cadre d’une société totalement différente de celle qu’on connait.
    Il aura d’abord fallu voter des loi qui obligent le contrôle génétique des populations, qui établissent un système de castes, qui abolissent la liberté de travailler, qui interdisent les rapports sexuels libres et j’en passe.
    Donc résumer ce risque à une affaire d’éprouvette est assez court à mon sens.
    Le réchauffement climatique et l’épuisement des ressources me paraissent en comparaison autrement plus proches de nous que le mode de société qui t’inquiète tant.
    Et tu seras mignon de plus dire que je trolle, ça m’agace.

  18. tout ce qui manque, c’est à notre nieveau que ça se passera: une prise de conscience de l’acte de consommer, et la modération des besoins qu’elle devra entrainer. Pour surfer sur le net, un PC, portable ne sont plus indispensables. Pour écrire un texte, un gros traitement de texte n’est plus justifié, donc Intel, donc Microsoft, donc AMD qui râlent, et des produits qui ne sont plus justifiés à part pour quelques gamers. Quand ces mêmes jeux seront accessibles sur des serveurs centralisés, avec des échanges de vidéos, par exemple, les machines (et la consommation) des consommateurs maigriront fortement

  19. Effectivement, on préfère filer des centaines de milliards pour « sauver » les banques. et par là un système absurde qui repose sur le dogme d’une croissance infinie qui ne peut nous mener qu’à la ruine. Tout cet argent aurait pu être intelligemment employé pour financer la recherche (agriculture sans pétrole, énergies renouvelables, nouveaux matériaux, exploration des océans, conquête spatiale). Mais la population active doit aujourd’hui payer son logement au-delà de ce qu’il devrait coûter (bulle immobilière) et payer les retraites d’une génération gâtée (baby-boomer). Ceci-dit, tout le monde est un peu coupable: les gens devraient se forcer à acheter des produits plus chers, mais fabriqués par leurs concitoyens et d’une façon respectueuse de l’environement. Acheter moins mais mieux, et boycotter les entreprises qui font de l’obsolescence programée.
    Pour ce qui est d’internet, qu’il serve en majorité pour des utilisations débiles ne me dérange pas: je suis heureux de savoir qu’il sert à côté à une minorité pour une utilisation intelligente. La majorité des iPod vendus servent certes pour beaucoup à écouter Lady Caca ou Justin Bridou-ber, mais permettent à d’autres d’apprécier Bach ou Mozart…

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎