web analytics

Modifications du règlement du concours Nikon

8
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Une rapide info ce soir, pour vous informer que Nikon a modifié le règlement du Concours photos Mynclub que nous avions relevé récemment. C’est par un courrier de son directeur pour la France, que Nikon l’a annoncé. Extrait :

 » (…) je souhaiterai vous confirmer que Nikon soutient de façon forte la photographie professionnelle en France. Bien évidemment notre premier rôle est de développer et de produire et de réparer les appareils photos qui sont au jour le jour les outils de travail des photographes professionnels, mais nous allons plus loin.


Nous soutenons de nombreux événements qui permettent à des professionnels de faire connaître leur travail : Le festival de Montier en Der, le grand prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre, Les promenades photographiques de Vendôme, les photographies de l’année, pour ne citer que quelques exemples.


Nous soutenons aussi au jour le jour les professionnels qui nous sollicitent en mettant à leur disposition une équipe NPS (Nikon Professional Service), qui les assiste sur un certain nombre d’événements (Festival de Cannes, Grand Prix de Monaco, semaine de la mode, 24 heures du Mans, …) mais qui est également disponible pour discuter avec eux au jour le jour de leurs problèmes. 
Nous allons prochainement ouvrir à Paris un Espace Pro qui aura pour vocation de faciliter les rencontres entre Nikon et les professionnels.



C’est dans ce contexte que je souhaiterai que soit interprété le concours My Nikkor. Il a manifestement heurté certain d’entres vous. Je m’en excuse en mon nom et au nom de Nikon.


Cependant il convient de ne pas lui donner une importance démesurée. Il ne s’agit en aucun cas de la nouvelle stratégie de communication de Nikon, mais d’une simple action d’animation de la communauté MyNclub.


Notre but est de donner une tribune a quelques amateurs passionnés et talentueux. La campagne dans laquelle seront reprises leurs photos aura lieu uniquement en France et uniquement dans la presse spécialisée photo et uniquement en fin d’année.


Nous avons néanmoins reçu clairement les messages et les interrogations suscitées par cette opération et nous seront plus prudent dans l’avenir pour éviter ce genre de situation.

 Je reste à votre disposition si vous souhaitez des éclaircissements complémentaires.

 Bien cordialement.



Benoît de DIEULEVEULT - 
Directeur de la division Image 
Nikon France. « 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

8 commentaires

  1. Lol, si personne n’en avait parlé Nikon n’aurait rien modifié, ce genre de situation devient vraiment pathétique et très énervante, comment tenter de prendre les gens pour des cons et ensuite se remettre dans le droit chemin quand il y a trop de bruit.. Vive le rabattage :)

  2. La différence :
     » Cette autorisation n’est valable que pour la France et pour une durée de un an à compter de la date de signature de la présente autorisation.  »
    Avant c’était pour le monde entier…

  3.  » Cette autorisation n’est valable que pour la France et pour une durée de un an à compter de la date de signature de la présente autorisation.  »
    Donc seulement les français se font avoir?

  4. Un concours n’oblige personne à participer. Maintenant si l’on juge que le 1er prix vaut la cession de droit, c’est l’avis du participant. Qui dit gagnant, dit aussi perdants… donc si l’on ne veut pas céder ses droits… il suffit de ne pas participer.
    Je suis comme vous, assez interloqué par tous ces concours où l’on acquiert à peu de frais des images. autrefois on critiquait le libre de droit qui devait tuer les photographes… il semblerait que ce libre de droit soit encore trop cher !!!

  5. « il semblerait que ce libre de droit soit encore trop cher !!! » Il coute beaucoup plus cher a Nikon d’organiser un « Concours Marketing » que de payer du libre de droit.
    Mais je suis d’accord que les professionnelles n’ont aucun intérêt à participer… a mois qu’il ai encore quelque chose a prouvé.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.