web analytics

Reporter sans frontières, une campagne écrite avec les pieds !

10
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Je viens de découvrir la nouvelle campagne de RSF et je suis plutôt estomaqué par tant de maladresse… Jugez plutôt : 

Premier constat : ça commence très mal avec l’arrachage d’une page de magazine. Un geste qui ne serait compréhensible, que dans le cas ou il symboliserait la « main invisible » d’un tyran martyrisant la presse… Mais ce n’est pas du tout le cas ici ! Cette main qui arrache une page de journal : c’est le « personnage principal » du clip (le héro du clip). Autrement dit, la « main de RSF » à laquelle on nous demande implicitement de nous identifier… Drôle de message et complet contre sens. On aurait pu penser que la « main de RSF » « cherche à protèger les pages de media, au lieu de les déchirer, les plier, les martyriser. Mais le pire est à venir…

Secondement : Le rôle de la presse n’est certainement pas de « réduire au silence » un leader politique (ce qui est littéralement le cas ici), y compris lorsque l’on est pas d’accord avec lui ! Et même s’il s’agit du pire d’entre eux (d’ailleurs Ahmadinejad serait-il forcément le pire ? Pourquoi lui et pas un autre ?)… Réduire « l’adversaire au silence » est généralement l’ambition du totalitarisme : pas de la presse. L’ambition de la presse, c’est exactement l’inverse : informer, expliquer, analyser, décrypter. Mais en aucuns cas censurer, ce que met en scène cette publicité !

Image_3-4 Troisièmement : Le rôle de la presse n’est pas non plus de caricaturer et déformer la réalité dans un but partisan : ce qui est fait ici (littéralement)… Les visages de Kadafi, Kim Jong-il et Ahmadinejad sont transformés et caricaturés, dans le but de les rendre plus ignobles qu’ils ne sont. Etait-ce bien nécessaire ? 

Les médias nous manipule-t-ils quotidiennement de la même façon ? Voilà tout ce que cette campagne risque de suggérer, brouillant l’image des journalistes et semant le trouble et le doute, quand à leur neutralité et à leurs buts.

Déjà qu’on nous a fait le coup avec « l’occident contre l’axe du mal ». On nous a aussi fait avaler la « vrai fausse » existence des armes de destruction massives… Maintenant on nous ressert une caricature des « méchants dictateurs » dont il faudrait déchirer l’image, ce qui tombe juste très mal en ce moment ! Avec de tels messages (aussi simplistes et ridicules), on risque de se méfier de tout à la longue ! Se méfier de toutes ces « bonnes consciences », suspectées de chercher à nous manipuler…

Quatrièmement : Ce clip transforme tout simplement Mahmoud Ahmadinejad en victime : une incroyable inversion des rôles ! Les partisans des dictateurs en question (il en existe quelques uns dans leurs pays), auront beau jeux de dénoncer « la main invisible » d’une presse occidentale orientée, tentant de les réduire au silence… Absolument contre productif et incroyablement maladroit.

Cinquièmement : le slogan à la fin du clip me semble choquant, « Seule une presse libre peut leur faire mal » ! Le rôle de la presse (soit-disant) libre… et plus généralement du sois-disant « monde libre » est-il de faire mal ? Vraiment ? Et « faire mal » à qui précisément ? RSF a-t-il seulement pensé une seconde que certains citoyens Coréens, Iraniens et Lybiens, pourraient éventuellement se sentir visés à travers leurs dirigeants, en tant que citoyens Coréens, Iraniens et Lybiens ? Les gens qui voyagent, savent bien que tout n’est pas si simple sur place…

En tant que journaliste (plutôt ex journaliste, puisque j’ai lâché ma carte de presse), je suis plutôt révolté par une telle campagne et je la dénonce… Je ne sais pas si je suis le seul. Il faudrait peut-être conseiller à RSF de s’adresser à une vrai agence de pub ! Car les « artistes » qui ont réalisé celle-ci, l’on écrite avec les pieds, sans penser plus loin que le bout de leur nez… Voilà certainement ce qu’on répondrait à des étudiant, s’ils pondaient un tel clip dans une école de communication.

  • PS : Pour notre concours sur l’annonce de mardi. Continuez à apporter vos réponses ici.
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

10 commentaires

  1. Mais est-ce une maladresse ? Ou finalement est-ce voulu ! Ils veulent peut-être dire exactement ce que tu as décrypter. Ils disent tout haut ce qui se fait tout… haut maintenant.
    Pas pour rien que j’ai pas la TV…

  2. Alors si c’est cela… je ne suis plus journaliste (ne pas confondre journalisme et propagande).
    Je crois qu’il s’agit plutôt d’une incroyable maladresse. Les concepteurs de la compagne ne doivent pas être journalistes…

  3. Effectivement, le message passe mal dans cette vidéo. Je perçois les images de la même manière que celle décrite dans cet article.

  4. moyens techniques limités, créativité discutable… moyens intellectuels également fort limités !
    Ils n’ont trouvé que ça ? Pas terrible…

  5. jean-francois le

    J’ai travaillé longtemps en pub. J’ai quitté le vacuum. Très bonne analyse. Encore une fois ils ont accroché sur l’image et non pas le contenu ou le discours. C’est d’ailleurs un milieu ou il n’y a pas de carence de petits cons.

  6. c’est franchement nul .., voir je dirai du gros n’importe quoi …, pour moi RSF perd toute sa credibilite avec des clips de ce genre et je ne crois pas en une maladresse quelconque a ce niveau …, ce clip a du etre vue et revue des centaines de fois avant publication.

  7. là, JF, je te suis à 300 %.
    C’est du n’importe quoi cette campagne. Effectivement, la première réaction qui m’est venue c’est incroyable, mais c’est effectivement, que l’on pose cet enfoiré en victime… Un comble tout de même !
    Des gros nuls les mecs qui ont signé le BAT pour cette campagne.
    N’importe quoi.

  8. C’est vrai que c’est très clairement la mise en scene d’une manipulation de l’image au sens propre qui est effectivement particulièrement mal venue… De quoi tous nous chiffonner !

Leave A Reply




⬆︎ GO TO TOP ⬆︎