000 - A LA UNE
9 Hong Kong en 1952 par Werner Bischof de Magnum

C’est grâce à Zolimacitymag.com (un site Hongkonguais en Anglais vraiment très intéressant, que je visite assez régulièrement), que je découvre une exposition (au F11 Photo Museum) présentée en ce moment à Hong Kong : 

Elle est consacrée au grand Werner Bishof de Magnum,  qui avait photographié Hong Kong en 1952… Et c’est un fantastique voyage, dans le temps, notamment pour qui connait Hong Kong aujourd’hui. Je vous recommande la visite de la galerie concernée chez Magnum : Lire la suite…

 

... inspiration !
000 - A LA UNE
2 Utilitaire RAID de retour depuis Sierra Mac OS 10.12

Rappelez-vous de ces catastrophes : Apple a massacré Utilitaire Disque dans El Capitan et Disk Utility crée une fenêtre « non redimensionnable »… version de cet indispensable logiciel d’ou le support du RAID avait disparu (comment ont-ils osé ?).

On avait trouvé une solution (provisoire pour 10.11 seulement) : Restaurer l’ancien Utilitaire disque sur OSX El Capitan, mais qui ne fonctionnait plus dans Mac OS X 10.12… Heureusement, on avait un indice qui nous avait redonné un peu d’espoir : Le RAID peut-être de retour dans macOS 12 Sierra ?Lire la suite.

 

Le pire n'est jamais certain...
000 - A LA UNE
53 Après un zoom trans standard quel second objectif ?

Voilà une grande question, que s’est déjà posé tout photographe débutant… Et même tout photographe expert, dans la variante : « en plus de mon zoom trans-standard, quel (s) objectif (s) emporter sur le terrain » ?

Je vais modestement tenter de vous donner ma vision des choses dans la cadre du reportage en voyage… Mais il peut évidement exister d’autres vision des choses que celle-ci. Déjà, avant même de parler d’un second objectif, revenons rapidement à la question du premier objectif…

Généralement je choisi par soucis de polyvalence : un zoom équivalent à 24-70 mm f/4 (en 24-36 mm). Car il représente le meilleur compromis qualité, polyvalence, poids, encombrement : spécialement le Canon EF 24-70 mm f/4 stabilisé, qui reste sans aucun équivalent chez d’autres marque (le troisième à droite ci-dessous – A comparer au 24-70 mm f/2.8 Nikon à droite, que je considère trop encombrant pour voyager confortablement. Même reproche au 24-120 mm et 24-105 mm).

Mais certains préféreront éventuellement comme objectif de base, un autre type de zoom (plus long, ou même plus large comme le Sigma 24-35 mm, ou plus qualitatif avec une ouverture à f/2.8 constante). Ou encore un objectif fixe : il y a les fans du 35 mm, du 50 mm, ou même du 40 mm (que je préfèrerais si on m’obligeait à me contenter d’un seul unique objectif). Relire : Qu’y a-t-il dans mon sac photo ?

L’objectif fixe unique : c’est aussi une solution très formatrice, mais très exigeante et tellement moins pratique qu’un zoom… Je dois vous dire que c’est avec un objectif fixe, que j’ai appris et pratiqué la photo durant mon enfance… Jusqu’à ce que j’ai une vingtaine d’année et que ça m’a plutôt réussi. Aurais-je apris de la même façon avec un zoom ? Je ne sais pas…

Petite précision technique avant de commencer : toutes les focales que je vais évoquer ci-dessous, le sont en « Full Frame » : équivalent 24×36. Car pour moi, la « vraie photo » en 2016 : c’est « au Full frame » et rien d’autre… Notamment car on ne manque pas de solutions performantes et presque économiques en Full Frame pour débuter « sérieusement ». Par exemple : le Canon EOS 6D (à prix cassé en attendant son remplaçant), ou le Nikon D750 (sous réserve de trouver le bon zoom trans-standard)…

Et beaucoup de boîtiers d’occasion, comme les Canon EOS 5D MkIII, ou même MkII (bien que un peu dépassé en 2016, je l’ai utilisé avec bonheur durant plusieurs années et réalisé des images fantastiques avec). Mais vous pouvez aussi débuter en APS-C ou en Micro 4/3 :

> Alors, si vous optez pour un boitier à capteur APS-C : vous devrez diviser les focales dont je parle par x1,5 (et par x1,6 pour Canon), afin de connaitre la focale que vous devez acheter en APS-C. Par exemple : il faudrait un 16 mm en APS-C, pour obtenir le 24 mm dont je parle ci-dessous.

> Et diviser par x2 pour le micro 4/3. Par exemple il faudrait un 12 mm en micro 4/3, pour obtenir le 24 mm dont je parle ci-dessous.

> Tout ça sans oublier de faire la division équivalente pour la profondeur de champs (relative à une ouverture donnée) : afin de connaitre l’équivalent que l’on obtiendrait en Full Frame… Par exemple il faudrait une ouverture de f/1.4 en micro 4/3, pour obtenir un résultat équivalent à une ouverture de f/2.8 en 24×36 dont je parle ci-dessous…

Ci-dessous : une image réalisée au 24-70 mm f/4, qui m’a permit de réagir très vite alors que je n’avais pas de recule, ni le temps d’organiser la scène :

Premier cas de figure : vous souhaitez vous limiter à deux objectifs seulement  –  Et bien dans ce cas-là, mon choix irait sans doute vers une focale fixe un peu longue et à grande ouverture si possible… Par exemple un 85 mm à f/1.4, ou f/1.8. Ou encore vers ce merveilleux petit EF 100 mm f/2 (dès 450 €) : si léger, performant et compact.

Il est aussi possible d’opter pour un 100 mm f/2.8 macro, ou un 135 mm f/2 macro. Ce type d’objectif ne servant pas seulement à la macro (que je pratique pas), mais devient aussi un fabuleux objectif à portraits.

On peut aussi opter pour un télé-zoom pas trop lourd, comme le 70-200 mm f/4. Mais les résultats ne sont pas comparables à ceux par exemple d’un 85 mm f/1.4.

Pas mal de gens vous recommanderont un 50 mm ou un 35 mm f/1.4… Pourquoi pas, mais c’est un peu une tarte à la crème de la photo. Je trouve ça assez chiant les photos faites au 35 ou au 50 mm. En tous cas, vous verrez moins la différence entre votre zoom en position 35 ou 50 mm et ce second objectif, que si vous optez pour un « petit télé » comme un 85 mm (surtout si vous le choisissez à f/1.4). Lire la suite…

 

... une décision difficile !
APN : Fujifilm
14 Un problème avec les fichiers JPEG et RAW de Fuji ?

Voici un article (X-Trans: The Promise and the Problem) qui risque de jeter « comme un froid » auprès de ceux qui ont cru longtemps, que les Fuji produisaient de meilleurs images que les autres appareils, grâce à leur fameux capteur X-Trans….

Ce que je n’ai jamais constaté personnellement (sois dit en passant). Ce que j’ai pu constater par contre (et vous aussi peut-être), c’est que la réduction du bruit chromatique sur les JPEG produits par l’appareil est plus forte chez Fuji que chez les autres constructeurs, ce que l’on ne peut malheureusement désactiver… Le résultat du coup, ce sont des vissages parfois un peu « cireux » car « déssaturés » dans des zones pourtant vitales : comme les joues… Les exemple donnés sont parlants : ce que l’auteur appèle un effet « cireux », trop lisse pour être réaliste disons… Lire la suite

 

... trop "cireux", pour être vrai ?
000 - A LA UNE
33 Pourquoi prendre… de 500 à 1000 photos par jour ?

Lorsque je reviens d’un beau voyage (tous les voyages ne sont pas obligatoirement réussis), je fais le compte de mes images et je divise, par le nombre de jours passés…

Et je constate en général : que pour un « beau voyage », j’aurais pris entre 500 et 1000 photos par jour. Vous trouvez que c’est beaucoup ? Et même, beaucoup trop ? Certains s’étonnent qu’il me soit nécessaire de shooter autant que cela, pour parvenir à un résultat qui me plaise… Surtout depuis le temps que je fais de la photo ! Et bien je suis persuadé que c’est pourtant nécessaire et plus les années passent et plus je prends de photos. Cela faisait longtemps que j’avais envie d’expliquer : pourquoi je crois il est nécessaire de shooter « autant que cela »… Voici mes raisons : 

1 – La créativité est comme un « muscle » : qu’il faut entrainer… Et c’est en essayant et en essayant encore : que vous trouverez de nouveaux angles, de nouveaux cadrages et de nouvelles idées. Ne me faites pas croire que c’est « dans la tête », que l’on peut « visualiser » une idée de photo… Non, c’est en tentant de la réaliser : en vrai grandeur.

Certes, après quelques années de cet entrainement : vous serez peut-être capables (comme moi) de « réaliser virtuellement » des images dans votre tête. En sachant exactement ce que donneront tel ou tel choix de focale, d’ouverture et de correction d’exposition… Mais pour arriver à ce stade de maitrise : il faut avoir pris des milliers d’images pendant des années. Et ce n’est pas parceque j’ai une vague idée de ce que donnera la photo, que je m’épargne la peine de la faire, quand même… Il y aura toujours une différence entre ce que l’on croit que la photo sera : et ce qu’elle est vraiment.

2 – Le jour ou vous serez face à une situation urgente, au moins vous serez prêt à déclencher… Vos réglages, vos cadrages, votre choix de focal, tout cela sera devenu un automatisme : un travail d’instinct ! Car vous vous serez beaucoup entrainé (à raison de 1000 photos par jour, éventuellement inutiles pour 99% d’entre elles). Tout ça, pour le jour ou vous serez face à un véritable sujet intéressant !

Et ce jour là, vous verrez que votre entrainement aura servi à quelque chose. Car vous serez beaucoup plus efficace, rapide et créatifs, que quelqu’un qui aura déclenché de façon trop mesurée lorsqu’il n’y avait pas grand chose à photographier.

Par ailleurs votre workflow sera fluide et bien rodé : cartes mémoires disponibles, batteries et batteries de secours pleines, procédure de déchargement et de sauvegardes : rien ne vous surprendra… Vous serez comme un soldat capable de démonter et remonter son arme dans le noir. Lire la suite…

 

... shootez plus et triez mieux, il en restera forcément quelque chose
000 - A LA UNE
41 Il abandone le Micro 4/3 et repasse au Full Frame

Intéressant témoignage ici d’un photographe pro Anglais (ex ambassadeur Olympus), qui fini par abandonner le Micro 4/3, pour « repasser » au Full Frame… Il explique pourquoi.

Le Micro 4/3 est pourtant fantastique en terme de performances / taille / poids… Mais son erreur je crois a été de penser (il y a plusieurs années), que le Micro 4/3 pouvait totalement se « substituer » à un capteur Full Frame (et je me fais la même réflexion concernant le passage à un capteur APS-C)… Ces deux formats, ne devraient être envisagés je crois : que comme « complément » au Full Frame ! Lorsqu’il s’agit de « sortir léger », ou que la motivation n’est plus vraiment là… Lire la suite.

 

... micro 4/3 : trop beau pour être vrai ?
000 - A LA UNE
7 Deux Leica M3 portant le même numéro ?

Incroyable histoire d’un gars qui achète deux Leica M3 parfaitement authentiques, qui portent le même numéro de série (confirmé par le SAV Leica, incapable d’expliquer comment ça peut arriver)… C’est étrange non ?

A mon avis : il s’agit bien du même exemplaire qui serait passé par un trou noir… et revenu du futur. Du coup il rencontre son double. Normal c’est un Leica : des appareils capables de trucs extraordinaires on vous dit.

 

... crédible ?
000 - A LA UNE
37 Le Fuji X-T20 annoncé à 899 € boîtier nu

Voici donc logiquement le Fuji X-T20 annoncé à 899 € boitier nu et 1199 € en kit avec le zoom XC 18-55 mm : c’est le petit frère du Fuji X-T2, dont il hérite du capteur de 24,3 Mix (dépourvu de filtre passe-bas)… Et le successeur du précédent X-T10 (qui ne m’avait pas totalement convaincu par son ergonomie).

Ici, il y a du mieux : avec un AF amélioré qui passe de 49 à 91 collimateurs… Fiche technique ici. Et même l’arrivée de la vidéo 4K. Un package très intéressant pour un prix relativement raisonnable, il faut le souligner (même si celui du X-T10 à sa sortie était plus bas). Voilà qui va obliger Canon à baisser un peu plus vite que prévu le prix de son EOS M5 ! Lire la suite.

 

Fuji à la conquête du grand public...
1 2 3 4 5 431