000 - A LA UNE
21 Le Micro 4/3 va-t-il mourir ? Oui, je crois…

Je suis persuadé moi-même que le Micro 4/3 est mourant… Enfin : pas complètement mort. Mais le M4/3 disparaitra petit à petit, jusqu’à disparaitre totalement peut-être d’ici 10 à 15 ans. J’ai déjà expliqué pourquoi à de nombreuses reprises.

Notez bien, que ce n’est pas ce que je souhaite (ce que je souhaite n’est pas la question) : mais juste ce qui me parait logique… Et comme souvent je ne suis pas le seul. Voici l’avis de Tony Northrup. Quel est votre avis ?

 

... c'est un beau roman, c'est une belle histoire !
APN : Canon
26 Test terrain : Canon EOS R mieux que le Nikon Z6 ?

Jared Polin a publié un (très) long test du Canon EOS R que j’ai intégralement regardé (c’est vraiment très, très long et ne suis pas certains que ça vous intéresse tout du long)… Mais les conclusions sont très intéressantes : il a adoré cet appareil.

Bien plus que l’EOS 6D MkII, visiblement… Et peut-être même un peu plus que le Canon EOS 5D MkIV (du moins pour un usage polyvalent). C’est notamment les objectifs RF qui l’ont bluffé. Et plus encore la parfaite réactivité des objectifs EF montés sur cet appareil grâce à la bague d’adaptation Canon. Visiblement les quelques défauts de cet appareil (absence de Eye EF en continu, ou carte SD unique), n’ont pas été totalement rédhibitoires. Si ce modèle n’est pas encore parfait : on peut être rassuré sur le fait que de prochains modèles feront mieux, voir beaucoup mieux : Canon est. sur la bonne trajectoire…

Visiblement il a été plus impressionné par le Canon EOS R que par le Nikon Z6 (qui semble avoir déçu un peu certains observateurs). C’est encore une fois au niveau des objectifs que Canon a frappé très fort et on attend avec impatience la suite… Lire la suite.

 

La course est relancée ?
000 - A LA UNE
6 Lightroom CC sera embarqué dans le Zeiss ZX1

Un appareil photo avec Lightroom CC ? Ce sera possible avec le Zeiss XZ1 (CF minisite) et c’est une double première : premier boîtier Full Frame numérique chez Zeiss et premier boitier avec Lightroom CC : une sacrée bonne idée…

Autre originalité, ce boitier n’embarque pas de carte mémoire, mais stock tout en interne (espace de 512 Go), jusqu’à 68.000 Raw (en format DNG)… Ou 50.000 JPEG environ Le capteur Full Frame de 37 Mpix affiche une sensibilité allant de 80 à 51.200 ISO. Et l’objectif est un 35 mm f/2 T* Distagon.

Disponibilité en 2019, prix inconnu, mais attendez-vous au pire… On retient toutefois la très bonne l’idée ! Quel constructeur plus traditionnel (je veux dire moins cher que Zeiss) osera s’en emparer ?

PS : avez-vous regardé le film de présentation du Zeiss XZ1 ? Mais quel ennui ! Encore cette esthétique urbaine bleuâtre, triste et chiante… Depuis 10 ans j’ai l’impression de voir toujours le même film, les mêmes ambiances identiques, partout et tout le temps. Et quel sérieux ! Les vidastes et photographes qui produisent ce genre de film sont-ils toujours aussi sérieux ? Dans leur vraie vie ? Boooouh… et ben ça donne pas envie de rentrer dans leur monde triste et chiant… Lire la suite…

 

il fallait y penser ! une très bonne idée...
000 - A LA UNE
34 Qu’ai-je appris en 25 ans de photo pro ? Partie 2/2

La première partie de cet article avait connu un certain succès (Qu’ai-je appris en 25 ans de photo professionnelle 1/2) voici un petit complément, avec quelques points auxquels je n’avais pas pensé initialement mais qu’il me semble indispensable d’ajouter.

Dans cette seconde partie, je vais notamment essayer de partager quelques « enseignements » plus pratiques et plus professionnels, que j’ai tiré de mon expérience de terrain… Quelles « leçons » ai-je tiré de toutes ces années à vivre, mais parfois aussi « à survivre » de la photo ? Certains constats sont assez difficiles et risquent de décourager les aspirants photographes dont la conviction est la plus fragile. Tant pis, je préfère leur dire la vérité que de contribuer à les « envoyer dans le mur »… Je vais peut-être leur rendre service en les décourageant.

Il est certain que si j’avais eu 25 ans en 2018 plutôt qu’en 1992 (année de mes débuts) et bien je n’aurais probablement pas la moindre chance de devenir photographe… En 2018, la société telle qu’elle est (en France) offre beaucoup moins de chance (qu’en 1992) de faire ce que vous voulez faire de votre vie. Oui, j’en suis absolument certain. Vos commentaires et témoignages sont les bienvenus en bas de l’article.

Le contact réel avec vos clients reste primordial : j’avais naïvement imaginé à partir des années 97, et 98, lorsque j’ai lancé mon premier site de photographe, que j’aurais moins besoin de me déplacer pour aller montrer mes images à mes clients (principalement des iconographes de magazines à cette époque). J’ai même pensé que je n’aurais plus besoin de me déplacer du tout ! Grave erreur… Il faut continuer à rencontrer « physiquement » vos clients, si vous voulez qu’ils continuent à vous acheter des photos… Car ils achètent autant « la personne que vous êtes » que vos photos.

Certes, il ne sera plus nécessaire de réaliser des impressions grand format : un bon iPad Pro, rend vos images encore plus belles. Mais quelques impressions de très bonne qualité, peuvent éventuellement êtres utiles, ne serait-ce que vous maitrisez toute la chaine graphique. Et de façon à démontrer que vos images « tiennent » le choc de l’impression. Car vos clients (eux aussi), savent bien qu’une photo peut « faire illusion » sur l’écran (magnifique) d’un iPad Pro.

Dans certains cas, l’impression d’une planche contact (également envoyée sous forme de JPG ou de PDF qui pourra être distribuée), peut elle aussi faciliter la décision, notamment dans le cadre d’un travail d’équipe. Car tout le monde ne dispose pas d’un bon logiciel de classement et d’affichage d’images.

Envisagez de perdre 10% à 20% de vos clients, à cause de vos tarifs élevés. Comment déterminer le juste niveau pour les tarifs, de vos prestations ou de vos tirages ? Voilà une question qui obsède beaucoup de professionnels débutants… Pourtant, ce n’est pas si compliqué.

Il me semble que le juste tarif, est celui qui sera accepté par vos clients. Et c’est lorsque vous commencez à perdre quelques clients (de 10 à 20% éventuellement), c’est là que vous savez que vous avez atteint le montant maximal à ne pas dépasser.

Au delà d’un certain taux de perte : c’est votre chiffre d’affaire qui sera mis en danger. En dessous : c’est vos prix qui ne sont pas assez élevés : car si 100% de vos clients sont satisfaits de vos tarifs, alors il est évident que vous n’êtes pas assez cher…

Ensuite : il y a des tas de cas particulier ! Par exemple, si vous travaillez dans le Luxe et que vos clients (potentiels) sont des Emirs du Golf, alors peu importe que 90% des clients refusent vos devis : il suffira d’une ou deux belles ventes par an, pour que votre business reste prospère. Mais cela n’est pas donné à tout le monde… Lire la suite.

 

conseils au professionnels... débutants !
000 - A LA UNE
000 - A LA UNE
58 Qu’ai-je appris en 25 ans de photo professionnelle ?

Je réalise que cela fait 25 ans, que j’évolue dans le monde de la photo professionnelle, ou dans des univers proches (presse, édition, web, formation photo et Lightroom) ce qui m’a permis de vivre de mes photos et de mon savoir faire dans ce domaine.

Du coup, je me suis posé cette question : « qu’ai-je vraiment appris en 25 ans de photo professionnelles » ? La suite est à lire par ici : Qu’ai-je appris en 25 ans de photo pro ? Partie 2/2. Pas inutile de faire un peu le point… Voici quelques idées qui me sont venues, un peu en vrac… Je ne vous les présente pas forcément, par ordre d’importance, mais plutôt par associations d’idées ! J’espère que tout cela vous intéressera… Et donnera peut-être lieux à quelques débats, ou témoignages dans les commentaires.

Ce qui survit aux années : ce sont les portraits, pas les paysages : rien de plus facile que de photographier des paysages…  Quitte à y consacrer beaucoup de temps, tout le monde est capable de réussir quelques bons paysages : c’est finalement très facile et cela ne demande pas énormément de talent., mis à part celui se trouver « au bon endroit, au bon moment » (ce qui. est tout de même un talent, c’est vrai)… Mais d’ici quelques décennies : tout le monde oubliera vos photos de paysages, même les plus belles (y compris vous). Ce qui restera par contre : je crois que ce sont les portraits.

Ne craignez pas d’abimer vos appareils, ce ne sont que des outils ! Les pires photographes, sont peut-être ceux qui sont obsédés par la protection de leur matériel : au point qu’ils en oublient de… « regarder autour d’eux ». Achetez du matériel « moins cher » et accordez-lui moins d’attention. Quitte à l’abimer un peu plus vite et à en changer un peu plus souvent… Décontractez-vous : lorsqu’il y a des débats matériels, il n’y a pas mort d’homme !

Le matériel photo est tout de même très costaud en général. Quelques gouttes d’eau sur l’appareil, ne font généralement rien de mal. Un objectif à la lentille un peu rayée, prendra d’aussi bonnes images que si il était neuf. Un appareil à l’état de surface un peu abimé, se revendra un peu moins cher, certes… Mais vous ne regretterez pas trop ce petit « déficit » : si en contre partie, vous avez pu prendre de meilleures images… En étant un peu moins concentré sur sa protection.

Trouvez « votre sujet » ou « votre style »… Le plus difficile est de trouver votre propre style : le jour ou vous aurez réussi cela, vous serez devenu un « vrai photographe ». Autrement dit, le jour ou en voyant une de vos photos, quelqu’un se dira peut-être : « tiens, cela pourrait être une photo de Toto »… Pour trouver « son style » : il est important de « creuser » un certain sillon et de ne pas trop se « disperser ». Et c’est tellement difficile : qu’à 50 ans, je ne crois pas avoir trouvé le mien…

Jamais il n’a été si simple d’être photographe ! Vous ne vous rendez pas compte, à quel point il est devenu « simple et facile » de faire des photos…  A l’époque du film : prendre des photos était une « autre histoire ». Pas seulement à cause du matériel photo. et des films. Mais aussi à cause de tout le reste… Parfois, je me demande comment je parvenais à voyager dans les années 90 : sans Booking.com, sans GPS, sans téléphone portable, sans internet… Et surtout, sans ordinateur et sans emails !

Je me souviens de quelques aventures mémorables qui me sont arrivée aux Philippines en 1998, ou au Vietnam en 1996… Et qui malheureusement, ne seraient plus « possibles » aujourd’hui. Oui parfois je ne peux m’empêcher de penser que c’était « mieux avant ». Surtout lorsque. je vois des hordes de touristes irresponsables et irrespectueux « massacrer » certains endroits. Je n’ai vraiment pas honte de le penser et même pas peur de l’écrire : « c’était mieux avant ». Lire la suite…

 

Arrêtez-vous ! Et réfléchissez...
000 - A LA UNE
34 DxO PhotoLab 2 : le temps du renouveau

Tout d’abord, de bonnes nouvelles : l’entreprise de Boulogne semble sortie de ses ennuis. La situation financière de l’entreprise DxO semble revenue à la normale, elle est notamment dégagée de la tutelle de l’administrateur judiciaire. Ouf !

DxO OpticsPro, devient donc DxO PhotoLab 2. Un changement de nom qui dénote une ambition plus large, ainsi DxO ne sera plus seulement l’exceptionnel outil de traitement RAW que nous connaissions bien. Mais aussi un gestionnaire d’image complet… Après l’intégration des fameux « U Point » (techno de retouche locale, récupérée suite à l’acquisition de Nik Softwear), 
DxO PhotoLab 2 améliore son outil 
DxO ClearView… Mais surtout (et c’est ce qui nous intéresse le plus ici) : il ajoute un gestionnaire d’images plus ambitieux : nommé DxO Photothèque.

Le logiciel est immédiatement disponible en téléchargement sur le site de DxO  : http://shop.dxo.com. Prix spécial de lancement jusqu’au 18 novembre :

  • DxO PhotoLab 2 Essential Edition : est disponible pour 99,99 € (au lieu de 129 €)
  • DxO PhotoLab 2 Elite Edition : est disponible pour 149,99 € (au lieu de 199 €)

 

J’encourage vraiment nos lecteurs, à acheter cette version du « renouveau » : même si vous utilisez déjà un autre logiciel (comme Lightroom). Car d’une part vous profiterez d’un « regard différent » qui peut enrichir votre pratique. D’autre part, vous contribuez à conserver en France un savoir faire digital, extrêmement rare et précieux et aussi quelques emplois très spécialisés.

Car il n’existe plus grand chose d’intéressant dans notre pays (inventeur de la photographie) dans le domaine du logiciel et de l’ingénierie photo… (oui, c’est désolant). Alors je vous demande (si vous le pouvez) : d’encourager DxO en achetant cette nouvelle version. Il me semble que ce logiciel grâce à son explorateur, dispose d’un vrai potentiel et va connaitre un vrai renouveau…

Je précise aussi que DxO n’est pas sur abonnement. Si vous êtes allergique à ce principe (je ne le suis pas personnellement), alors DxO fait partie des (rares) solutions crédibles, à se poser comme alternative aux produits Adobe. Lire la suite…

 

Pas d'abonnement... (mais pas de Collections pour le moment)
000 - A LA UNE
35 Découvrez le Canon EF 100 mm f/2.8L IS USM Macro

Le Canon EF 100 mm f/2.8L IS USM Macro est un de ces comment dire… « Objectifs mythiques ». Que l’on ne peut oublier après y avoir gouté. Pourtant, je n’utilise pas le mien aussi souvent qu’il le mériterait… et je m’en veux un peu !

Car à chaque fois que je le sors, je ramène quelque chose de spécial.  Cet article du Blog de Lenrental devrait vous donner envie de découvrir cet objectif fabuleux. Et ci-dessous, voici quelques images que j’ai prise avec ce fabuleux objectif : vos témoignages à propos de ce genre d’objectifs, sont bienvenus ! Lire la suite…

 

Incontournable...
1 2 3 4 5 471