Résultats : "Canon EF 24-70" (36)

000 - A LA UNE
58
Après un zoom trans standard quel second objectif ?

Voilà une grande question, que s’est déjà posé tout photographe débutant… Et même tout photographe expert, dans la variante : « en plus de mon zoom trans-standard, quel (s) objectif (s) emporter sur le terrain » ?

Je vais modestement tenter de vous donner ma vision des choses dans la cadre du reportage en voyage… Mais il peut évidement exister d’autres vision des choses que celle-ci. Déjà, avant même de parler d’un second objectif, revenons rapidement à la question du premier objectif…

Généralement je choisi par soucis de polyvalence : un zoom équivalent à 24-70 mm f/4 (en 24-36 mm). Car il représente le meilleur compromis qualité, polyvalence, poids, encombrement : spécialement le Canon EF 24-70 mm f/4 stabilisé, qui reste sans aucun équivalent chez d’autres marque (le troisième à droite ci-dessous – A comparer au 24-70 mm f/2.8 Nikon à droite, que je considère trop encombrant pour voyager confortablement. Même reproche au 24-120 mm et 24-105 mm).

Mais certains préféreront éventuellement comme objectif de base, un autre type de zoom (plus long, ou même plus large comme le Sigma 24-35 mm, ou plus qualitatif avec une ouverture à f/2.8 constante). Ou encore un objectif fixe : il y a les fans du 35 mm, du 50 mm, ou même du 40 mm (que je préfèrerais si on m’obligeait à me contenter d’un seul unique objectif). Relire : Qu’y a-t-il dans mon sac photo ?

L’objectif fixe unique : c’est aussi une solution très formatrice, mais très exigeante et tellement moins pratique qu’un zoom… Je dois vous dire que c’est avec un objectif fixe, que j’ai appris et pratiqué la photo durant mon enfance… Jusqu’à ce que j’ai une vingtaine d’année et que ça m’a plutôt réussi. Aurais-je apris de la même façon avec un zoom ? Je ne sais pas…

Petite précision technique avant de commencer : toutes les focales que je vais évoquer ci-dessous, le sont en « Full Frame » : équivalent 24×36. Car pour moi, la « vraie photo » en 2016 : c’est « au Full frame » et rien d’autre… Notamment car on ne manque pas de solutions performantes et presque économiques en Full Frame pour débuter « sérieusement ». Par exemple : le Canon EOS 6D (à prix cassé en attendant son remplaçant), ou le Nikon D750 (sous réserve de trouver le bon zoom trans-standard)…

Et beaucoup de boîtiers d’occasion, comme les Canon EOS 5D MkIII, ou même MkII (bien que un peu dépassé en 2016, je l’ai utilisé avec bonheur durant plusieurs années et réalisé des images fantastiques avec). Mais vous pouvez aussi débuter en APS-C ou en Micro 4/3 :

> Alors, si vous optez pour un boitier à capteur APS-C : vous devrez diviser les focales dont je parle par x1,5 (et par x1,6 pour Canon), afin de connaitre la focale que vous devez acheter en APS-C. Par exemple : il faudrait un 16 mm en APS-C, pour obtenir le 24 mm dont je parle ci-dessous.

> Et diviser par x2 pour le micro 4/3. Par exemple il faudrait un 12 mm en micro 4/3, pour obtenir le 24 mm dont je parle ci-dessous.

> Tout ça sans oublier de faire la division équivalente pour la profondeur de champs (relative à une ouverture donnée) : afin de connaitre l’équivalent que l’on obtiendrait en Full Frame… Par exemple il faudrait une ouverture de f/1.4 en micro 4/3, pour obtenir un résultat équivalent à une ouverture de f/2.8 en 24×36 dont je parle ci-dessous…

Ci-dessous : une image réalisée au 24-70 mm f/4, qui m’a permit de réagir très vite alors que je n’avais pas de recule, ni le temps d’organiser la scène :

Premier cas de figure : vous souhaitez vous limiter à deux objectifs seulement  –  Et bien dans ce cas-là, mon choix irait sans doute vers une focale fixe un peu longue et à grande ouverture si possible… Par exemple un 85 mm à f/1.4, ou f/1.8. Ou encore vers ce merveilleux petit EF 100 mm f/2 (dès 450 €) : si léger, performant et compact.

Il est aussi possible d’opter pour un 100 mm f/2.8 macro, ou un 135 mm f/2 macro. Ce type d’objectif ne servant pas seulement à la macro (que je pratique pas), mais devient aussi un fabuleux objectif à portraits.

On peut aussi opter pour un télé-zoom pas trop lourd, comme le 70-200 mm f/4. Mais les résultats ne sont pas comparables à ceux par exemple d’un 85 mm f/1.4.

Pas mal de gens vous recommanderont un 50 mm ou un 35 mm f/1.4… Pourquoi pas, mais c’est un peu une tarte à la crème de la photo. Je trouve ça assez chiant les photos faites au 35 ou au 50 mm. En tous cas, vous verrez moins la différence entre votre zoom en position 35 ou 50 mm et ce second objectif, que si vous optez pour un « petit télé » comme un 85 mm (surtout si vous le choisissez à f/1.4). Lire la suite…

000 - A LA UNE
21
Dual Pixel RAW révélations autour du Canon EOS 5D MkIV

Jusqu’alors totalement inconnu, le site nokishita-camera.blogspot.fr (remarquez la curieuse extension .fr) livre aujourd’hui de nouvelles informations très spectaculaires autour de la nouvelle technologie RAW Dual Pixels, qu’embarquerait le Canon EOS 5D MKiV.

J’ai demandé une traduction Automatique en Français de la page de nokishita-camera.blogspot.fr. Ce qui donne à peu près ceci (après correction approximative de ma part) : 

Double Pixel RAW : enregistre à la fois l’image normale en RAW et les informations de parallaxe (informations de distance au sujet). Le logiciel « Digital Photo Professional » propose (en post traitement) une fonction «Dual Pixel RAW Optimizer » qui permet ces trois fonctions :

– Micro-ajustement du Focus : utilise les informations de profondeur (enregistrées par le Dual Pixel), pour affiner la position de la netteté maximale et la résolution de l’image.

– Bokeh Shift : permet de changer la position du flou (repositionne le point de vue de bokeh de premier plan pour un résultat plus agréable).

– Ghosting Réduction : permet de réduire l’incidence des parasites (ghost) et des reflets (flare).

Aye… Voilà qui va révolutionner un peu les choses ! C’est éventuellement un mini Lytro qui va être embarqué dans ce reflex pour la première fois… Et va peut-être me faire échanger mon Canon EOS 5Ds R contre ce nouveau Canon EOS 5D MkIV… Lire la suite.

Canon_EOS_5d_MKIV_ profile_702

000 - A LA UNE
38
Qu’y a-t-il dans mon sac photo ?

Voilà un article que j’aurais pu écrire il y a longtemps… mais, mieux vaut tard que jamais. Je vais donc vous décrire  le contenu « type » de mon sac photo, en expliquant à chaque fois le pourquoi de tel ou tel choix de boîtier ou d’objectif.

Evidement, j’ai plusieurs sacs photos « types »… Nous allons détailler d’abord le « gros sac » : pour les « vrais voyages » qui valent le coup… Autrement dit, pour les « vrais photos » pour lesquelles j’ai une « obligation de résultat », c’est le sac qui intéressera les « vrais photographes », malheureusement, il est obligatoirement assez lourd celui-ci ! Je ne crois pas qu’on puisse faire « à coup sur » de la belle image, sans « investir » un peu de temps, de fatigue et d’énergie… Pour transporter au moins un full frame et deux ou trois objectifs. Je ne crois pas que l’on puisse tout miser sur son « oeil » et son intelligence. ce serait présomptueux ! Oui, le matos (les objectifs surtout) ça compte aussi… 

Sac a dos Lowepro Fast pack video Ouvert 702

Ensuite on parlera du petit sac du week end : le « sac à hybride » pour le petit voyage tranquille, pour la ballade photo les mains dans les poches en « amateur »… Pour faire des photos souvenirs, lorsqu’il n’y a aucun enjeux particuliers et pas de risque à être lent et imprécis. Relire : « Mon nouveau sac Lowepro Dslr Video Fastpack 250 aw ».

_MG_1701-Modifier_blog_0702px

Un boitier principal Full frame : le Canon EOS 5DsR : on commence avec mon reflex principal. En dehors du full frame point de salut, même si entre l’an 2000 et 2005 il m’a bien fallut vivre en APS-C… Mais les deux n’ont rien à voir. J’ai choisi la plus haute résolution du moment et la polyvalence rassurante du Canon EOS 5DsR depuis sa disponibilité en aout 2015. Oui, c’est vrai qu’il est un peu plus lourd (et plus cher), que mon précédent réflex : le génial petit EOS 6D qui m’a accompagné durant trois ans.

Mais cet upgrade valait vraiment le coup… Car cet Canon EOS 5DsR est le meilleur reflex que j’ai jamais eu la chance d’utiliser. Pour vous convaincre qu’il est une vrai merveille, relisez tout ça : Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya. Je ne l’utilise pas toujours à sa résolution maximum de 50 Mpix, mais parfois j’opte pour le fichier mRAW de 28 Mpix, qui est une taille idéale.

A noter que si j’avais été Nikoniste, j’aurais probablement opté pour le Nikon D750 qui est extrêmement équilibré et possède plein de qualités. Il possède par exemple cet écran orientable qui fait défaut au Canon. Et il n’est pas plus lourd que mon petit EOS 6D… Et si j’avais été « Sonyiste » qu’aurais-je choisi ? Il est probable que… je serais passé en Canon : pour le viseur optique, pour les objectifs, pour l’autonomie, pour la colorimétrie, etc…

Un boitier de secours APS-C : le Canon EOS 100D : c’est mon second reflex, pour sortir léger… Evidement je l’ai débarrassé de toutes sangles du cou, qui ruinerait la compacité : je l’utilise avec une minuscule dragonne de poignet pour APN compact…

 J’ai toujours utilisé un second boîtier à capteur APS-C en complément du full frame, afin de donner un peu d’allonge à mes objectifs… Cet EOS 100D est vraiment minuscule et vraiment très agréable à utiliser… Mais il sera probablement bientôt remplacé dans mon sac par son successeur. Car la différence de résolution (18 Mpix contre 50 Mpix) devient trop importante avec son cousin full frame.

Auparavant, pour « grossir au maximum » et m’approcher d’un sujet, j’avais intérêt à monter mon 70-200 sur l’EOS 100D (18 Mpix), plutôt que sur l’EOS 6D (20 Mpix). Désormais avec l’EOS 5DsR, j’ai plutôt intérêt à laisser le 70-200 sur le gros capteur de 50 Mpix et à recadrer dans l’image en post traitement. Du coup, je n’utilise plus aussi souvent l’EOS 100D que j’en avais l’habitude…

Mais je ne sais pas encore par quoi je le remplacerais, probablement durant l’hiver 2017. Peut-être par un Canon EOS 6D MkII : nous verrons lorsqu’il arrivera, s’il est toujours aussi compact et s’il dispose de suffisamment de pixel (28 Mpix serait bien). A moins que le futur EOS 150D soit sufisamment intéressant (s’il gagne l’AF et le capteur de 24 Mpix de l’EOS 80D par exemple, sans prendre trop de poids).

A moins que justement cet EOS 80D, finisse par me tenter (car son prix baissera bientôt)… Pourquoi pas, car il est déjà extrêmement pratique vu son prix raisonnable. Enfin, j’aimerais vraiment retrouver un second boîtier équipé d’un GPS (comme l’était l’EOS 6D).

Un petit objectif full frame fixe « pancake » : le Voigtlander 20 mm f/3.5 : celui-ci je m’en sers principalement pour les images sous-marines, car il rentre pile-poil dans mon sac Ewa Marine… Donc je ne l’emmène pas si souvent que ça en voyage, je l’ai parfois utilisé lorsque je veux voyager (très) léger. Mais la mise au point manuelle reste plus lente et plus aléatoire qu’un bon AF (même si l’on maitrise bien l’hyperfocale, ça reste moins pratique). Bon, il ne coutait pas très cher, alors je le garde… Relire : Je le veux : Voigtländer Color-Skopar 20 mm (Canon EF).

Un petit objectif APS-C fixe à tout faire : le Canon EF-S 24 mm f/2.8 STM : monté sur le petit EOS 100D ce merveilleux petit pancake donne un 38 mm f/2.8. Il est piqué, pas cher et super discret… Indispensable pour se promener les mains dans les poches en ville. Relire : Le successeur du Canon EOS 100D en aout ?

Un zoom compact à tout faire : Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM : il s’agit de l’objectif « standard » et polyvalent… Quel progrès par rapport à mon précédent EF 24-105 mm f/4 L IS USM. Ou même face au Nikon 24-120 mm f/4 que j’ai souvent utilisé (trop encombrant et aux performances optiques décevantes)…

canon_ef_24-70mm_f4l_is_usm-small

Ce Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM est actuellement unique au monde : il dispose d’un excellent piqué (parfaitement compatible avec 50 Mpix, je vous assure), il est plus compact et plus léger que les autres 24-70 mm. Il est équipé d’une position macro bien agréable et d’un loquet de verrouillage qui faisait défaut sur le Ef 24-105 mm. Enfin, cet objectif n’est pas trop coûteux (dans les 900 €)… C’est l’objectif qui manque vraiment dans la gamme Nikon par exemple.

Je le recommande donc à quiconque désire passer au full frame sans se ruiner. L’économie réalisée par rapport à un 24-70 mm f/2.8, vous permettra de vous offrir 2 à 3 objectifs fixes f/1.4 (qui permettent de réaliser des images qu’aucun zoom ne peut réaliser). Un bon calcul en terme de polyvalence, de rendu et de poids (car vous n’êtes pas obliger d’avoir tout en permanence dans votre sac). Ci-dessous, mon EF 24-70 mm f/4, monté sur l’EOS 6D (en été 2014 en Islande), vous voyez : les deux sont très compacts. Lire la suite…

_1110118_blog_1078px

CONSEIL : photos décryptées
48
Quelques bêtises que l’on entend régulièrement…

J’en aurais entendu des bêtises sur la photo depuis toutes ces années ! Sorties la plupart du temps de la bouche des photographes eux-même… souvent avec une assurance assez déconcertante.

Rapide passage en revue des deux ou trois tartes à la crème bien gratinées… qui me viennent immédiatement à l’esprit ! Mais je suis sur que vous ne manquerez pas de compléter ce début de collection en commentaires.

1 – Le matériel ne compte pas, c’est l’oeil du photographe qui fait tout… Bien entendu que l’oeil du photographe est essentiel : c’est l’évidence même. Mais la photo est un domaine très technique aussi. Et sans le matériel adapté à la situation (ou à l’idée que se fait un photographe d’une image qu’il désire réaliser), alors : pas de photo ! En photo : le matériel compte aussi…

Un cas extrêmement courant est la street photo : un matériel trop lent est un réel handicape… Par exemple un hybride à viseur électronique dont l’affichage souffre d’un léger décalage (même s’il n’est que d’1/100 sec). Ces Viseurs électroniques qui interrompent la visée lors des rafales (y compris les courtes rafales de 3 à 5 images, qui sont les plus fréquentes) : pour moi voilà un réel obstacle entre la scène et le photographe, qui va être géné pour déclencher à « l’instant décisif ».

Une mauvaise ergonomie peut également être un handicape : ce moment ou vous êtes encore en ISO Auto et ne parvenez pas à revenir instantanément à 50 ISO face à un contre jour violent, à cause d’une ergonomie de l’appareil mal conçue, ou mal comprise… Celui qui peut faire cette manipulation du bout de l’index sans quitter la scène de l’oeil dans le viseur, possède l’avantage de la réactivité.

Par contre celui qui doit sortir l’oeil du viseur pour  tourner une molette à l’ancienne située sur le haut de l’appareil côté gauche, va perdre 5 précieuses secondes, durant lesquelles la scène a changé.

Japon Asie, Japan Asia

2 – J’ai choisi un Nikon, car les objectifs sont meilleurs – Voilà une belle légende urbaine… Chez Nikon comme chez tous les fabricants : il y a de bons objectifs et des mauvais… Nikon, n’est pas « globalement » meilleur, ou plus mauvais qu’un autre fabricant… Par contre il y a des photographes qui sont meilleurs que d’autres, pour choisir dans leur monture : les meilleurs objectifs.

Par exemple chez Nikon, ne choisissez pas le 70-200 mm f/2.8, qui est ancien et dépassé par rapport à celui de Canon. Mais préférez le Nikkor 70-200 mm f/4, qui est plus récent et meilleur que celui de Canon. 

Conclusion : si il vous faut absolument un 70-200 mm f/2.8, passez en Canon, ou attendez que Nikon mette à jour le sien. 

Mais si il vous faut absolument un 70-200 mm f/4, alors préférez peut-être le Nikon (quoique, d’autres critères peuvent vous faire hésiter : parmi lesquels le pire est l’absence d’un 24-70 mm f/4 stabilisé chez Nikon, alors que celui de Canon est fantastique et sans équivalent sur le marché). Lire la suite…

APN : Canon
7
Test AF des 24-70 mm f/2.8 : le Sony est derrière…

Petit match « de terrain » des zoom 24-70 mm f/2.8 full frame en vidéo, par the Camera Store : un peu long, mais intéressant… Il confirme ce que l’on pensait déjà. D’abord avec un petit test d’autofocus… Il n’y a rien de plus bête que de suivre un VTT descendant vers vous, avec l’AF en Suivi Continu.

J’ai fait ça des milliers de fois, pas que avec des VTT… Une situation extrêmement courante : que ce soit un vélo, une voiture, ou tout simplement vos enfants qui courent vers vous… A ce jeux là, Nikon (d’abord) et Canon sont devant. Et Pentax (enfin Tamron, puisque le Pentax n’est qu’un Tamron) suit d’assez près, juste derrière (mais testé sur un APS-C. Les testeurs ne disposaient pas du K-1 Full frame malheureusement, donc les choses sont un peu faussées pour Pentax qui est défavorisé). 

Et comme on le savait déjà : c’est l’hybride Sony A7 RII qui est le moins bon, forcément handicapé par un AF hybride… On savait depuis longtemps « pourquoi » aucun photographe de sport ne passait à l’hybride : voilà c’est confirmé par un test tout simple et tout bête sur le terrain. Un test absolument pas « extrême », qui reproduit seulement le « quotidien » de la grande majorité des photographes…

Question piqué : le Canon domine avec une homogénéité que les autres n’ont pas : on peut utiliser toute la plage focale sans arrière pensée : il est très bon partout et tout le temps… C’est l’impression que j’avais eu en l’essayant face au Mont Fuji il y a deux ans au Japon… Et c’est super appréciable. Le Sony est le meilleur au 70 mm, mais pas le plus homogène cependant (c’est embêtant ça pour la polyvalence)… Et le Pentax (le Tamron) est derrière. Quand au Nikon : les coins sont très décevants, même si le centre est très bon. Le Sony et le Canon (second) produisent le plus beau bokeh… Lire la suite…

000 - A LA UNE
94
Match : reflex Full Frame à viseurs optiques 2016

Quel reflex full frame ? Le passage au full frame est-il raisonnable financièrement ? Faut-il revendre ses reflex et objectifs APS-C avant de passer au tout full frame… L’arrivée du Pentax K-1 révolutionne-t-elle l’offre amateur-expert ?

Essayons d’y voir plus clair dans l’offre actuelle, en nous limitant aux modèles à viseur optique… Je vous propose de comparer (d’abord) les fiches techniques. Puis les zoom trans-standard (en bas de la page)… Comparer exclusivement les fiches techniques à la loupe, n’est évidement pas la façon la plus intelligente de choisir son appareil photo. Mais cette étape reste pourtant obligatoire… avant de faire vos comptes !

Visitez aussi ce tableau récapitulatif des sorties des gammes de reflex Canon EOS… qui permet de constater que le nombre de gammes et de modèles d’EOS est plutôt en expansion. Ainsi que notre calendrier prévisionnel du renouvellement des prochains Canon EOS.

Bookmarkez cette page photoetmac.com/2016/02/comparfullframe : elle sera actualisée à la sortie des prochains reflex…

Faire vos comptes… sans oublier de compter les objectifs ! Attention au prix des objectifs ! On n’achète pas un reflex Full frame, pour se contenter du zoom de base non (dans ce cas restez sagement à l’APS-C) ?

trois_reflex_fullframe_comparatif_Canon_Nikon_Penstax_702

Je ne me suis pas lancé dans le chiffrage de la « triplette populaire » : 16-35 mm + 24-70 mm + 70-200 mm (à vous de le faire) ; par contre je me suis penché sur l’offre des zoom trans-standard (en bas de la page). Et des fantastiques objectifs fixes à f/1.4 de Sigma, considérés comme des « Must »… J’ai aussi indiqué les prix « de la rue », qu’il conviendra peut-être de mettre à jour d’ici quelques mois.

A noter que les EOS 6D MkII et EOS 5D MkIV sont attendus dans l’année 2016… Et ils vont probablement bouleverser ce tableau. Je reviendrais compléter ces colonnes le jour de leur annonce. On attend évidement un AF « nouvelle génération » sur l’EOS 6D MkII qui profitera des raffinements arrivés sur les EOS 7D MKII et EOS 5Ds, par exemple. N’oublions pas que les EOS 6D et 5D MkIII sont sortis il y a 4 ans déjà… Peut-être faut-il mieux attendre leurs successeurs ?

Pentax K-1

Nikon D750

Nikon D810

Canon EOS 6D

EOS 6D MkII

EOS 5D MkIII

EOS 5D MkIV

EOS 5Ds / R

36,4 Mpix 24,3 Mpix 36,1 Mpix 20,2 Mpix 22,3 Mpix 30,4 Mpix 50,6 Mpix
fév. 2016 sept. 2014 juin 2014 sept. 2012 mars 2012 aout 2016  fév. 2015
1 990 € 1 947 € 3 190 € 1 509 € 2 497 € 4 100 € 3 590 €

 

A ce moment, le choix que vous avez fait d’un boîtier (uniquement sur la base de son prix, nu), sera peut-être amené à être remis en question, face à l’offre des objectifs du moment (les constructeurs sortiront de nouvelles optiques en 2016).

En effet : on devrait « d’abord » choisir les objectifs dont on a besoin (en étudiant les gammes optiques disponibles chez les trois marques), puis choisir l’appareil à placer devant : « ensuite »…

Car on garde un 70-200 mm pas loin de 10 à 15 ans… Par contre les boîtiers sont appelés à être changés plus souvent. D’une part car ils sont plus fragiles. Ensuite, car ils se « démodent » très vite en numérique, contrairement à une bonne optique.

Dans cet esprit, lisez donc cet article (en anglais), qui vous amènera peut-être à changer de point de vue sur le Pentax K-1, qui possède une des fiches techniques les plus généreuses.. Mais qui pourrait vous coûter « plus cher » dès qu’il s’agira de choisir un ensemble d’objectifs cohérents : « Once you’ve bought a couple of lenses for your Pentax K-1, that reasonably $1800 has turned into a much bigger investment.« 

N’oubliez pas : l’important ce sont les objectifs pas les boîtiers… Dernier point, j’ai exclu de cette page les hybrides Sony A7 à viseurs électronique. Ceux qui veulent un viseur optique, ne s’y intéresseront pas… (du moins tant que les  viseur électroniques seront ce qu’ils sont en 2016). Lire aussi cette liste des petits défauts du Sony A7R II, histoire de vous laisser tenter « en connaissance de cause ».

Ceux qui veulent absolument utiliser un viseur électronique, n’ont pas besoin de guide d’achat : tous les viseur électroniques font 2,36 Mpix et sortent de la même usine… Allez directement chez Sony, choisir le modèle correspondant à votre budget (puisque Sony ne connait aucun concurrent à ses hybrides full frame A7). Voici d’ailleurs un petit rappel des prix des divers modèles de Sony A7 … Lire la suite

000 - A LA UNE
19
Nikon AF-S 24–70mm f/2.8E ED VR : accident industriel ?

Les tests s’enchainent et la plupart des testeurs sont très déçu par le récent Nikon AF-S 24–70 mm f/2.8E ED VR (stabilisé) proposé à 2374 €. Plus lourd, trop cher, trop long (avait-on écrit)… et même moins piqué que son prédécesseur ?

Alors : est-ce un ratage complet ? Ce serait vraiment catastrophique, car il s’agit du zoom de base des professionnels… Un petit tour chez DxO Labs devenu une nouvelle référence (depuis que DxO Marks s’est mis à jour avec le Canon EOS 5Ds R comme référence pour le piqué) vous en apprendre un peu plus :

Nikon 24-70mm f/2.8E Conclusion: Disappointing DxOMark scores : « Overall sharpness is down compared to its predecessor and slightly worse at the critical setting of f/2.8. While chromatic aberration has been improved slightly, it’s still far from good at the wider focal lengths. »

Pour Focus numérique (que je trouve souvent, un peu trop tendre avec Nikon) : « La qualité optique n’est absolument pas au niveau de ces ambitions. Le niveau de piqué et surtout le comportement de l’objectif sont très décevants. On en attendait beaucoup plus de Nikon. D’un point de vue optique, le nouveau Tokina et le Tamron font mieux. » Si eux écrivent ça, après avoir testé deux exemplaires différents, tant ils ont été surpris des mauvais résultats : c’est que ça craint vraiment pour ce modèle !

 Nikkor_24-70mm_f28

Déjà que le « vieux » Nikon 70-200 mm f/2.8 est selon moi complètement « dépassé technologiquement » (vu qu’il s’agit en fait d’un 68-160 mm à la plus courte distance de mise au point)… Heureusement que Nikon possède encore quelques belles références par ailleurs (comme le 70-200 mm f/4 stabilisé, ou le très spécial et récent 300 mm f/4 stabilisé).

0000_SCREEN_JFV 524

Le plus grave selon moi : est qu’il n’existe chez Nikon, aucune proposition équivalente au Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM aux environs de 1000 € (qui fait quasi aussi bien que le Nikon f/2.8 stabilisé pour moins de la moitié du prix et beaucoup moins de poids)… Lire la suite.

000 - A LA UNE
28
DxO Marks mises à jour avec le Canon EOS 5Ds R

Jusqu’à présent le comparatifs d’objectifs DxOMarks Lens présentait un intérêt limité pour les Canonistes. Car il comparait des objectifs montés sur des boîtiers de résolution différentes (D800E de 36 Mpix et Canon EOS 5D MkIII de 22 Mpix). Petit à petit le labo Français met à jour ses test avec l’EOS 5Ds R.

Le travail n’est pas fini semble-t-il… Mais déjà cela change un peu la donne, lorsque l’on compare les résultat en terme de « netteté brute, mais aussi de « DxOMark Score’… Je me suis amusé à un peu d’exploration, en me limitant aux montures Nikon, Canon et Sony :

 


D’abord le tableau comparatif ( http://goo.gl/5cSNNc ) des meilleurs objectifs selon « l’indice composite » DxOMark, qui regroupe plusieurs qualités : la netteté, mais aussi les autres qualités optique (distortion, vignettage, abérrations chromatiques)… Pour le rapport qualité prix, c’est à vous de voir car il n’est pas pris en compte.

Sur ce tableau je repère une de mes optiques préférés : le Sigma 85mm F1.4 EX DG HSM Canon en douzième position ce qui est remarquable (ce 85 mm est la plus piquée des optiques « accessibles financièrement » disons aux alentours de 800 € sur Amazon)… Vous disposez du prix de lancement de l’objectif à condition d’élargir votre fenêtre.

0000_SCREEN_JFV 506

Sinon, il faudra aller au Sigma 50mm F1.4 DG HSM A Canon qui a le bon goût de rester sous les 775 € sur Amazon et de disposer d’un AF (indice de piqué de 40)… Lire la suite !

0000_SCREEN_JFV 488

APN : Canon
52
Gamme optique ou dynamique, quel est votre choix ?

Je vous invite à relire la dernière partie de mon test du Canon Eos 5Ds R, ou il est question de dynamique… j’y expliquais (en hyper résumé), que la dynamique je m’en tapait un peu ! Car n’importe quel capteur full frame possède bien assez de dynamique…

… pour faire parfaitement tout ce que j’ai besoin d’en faire ! Oui, mais voilà : sur internet, les amateurs de forums et de discussions enflammées sur les capteurs (mais pas sur la photo), ne parlent que de dynamique ! C’est un peu à qui aura « la plus grosse » dynamique, c’est à ça que se résume le débat… Pourquoi ? Et bien tout simplement car il est bien plus facile de mesurer la dynamique que de comparer des objectifs (ce qui demande un peu plus de métier).

Voilà d’ailleurs ce que Dpreview a entrepris de faire : comparer la dynamique du Sony A7R II, du Canon EOS 5Ds, du Nikon D810 et de quelques autres… (mais ils savent aussi mesurer les objectifs) :

Réalisez une image sous exposée de (3 diaph) et ré-exposez-là dans Lightroom (de 3 diaph), jusqu’à retrouver une vue exposée normalement (mais dégradée)… Dans la vie réelle de photographe, cette situation ne se présente quasiment jamais (sauf si vous ne savez vraiment pas utiliser votre appareil, ce qui est finalement le cas de pas mal « d’amateurs d’informatique » ayant découvert la photo numérique récemment).

Cette « manip » toute bête permet de mesurer quel capteur est le meilleur à ce petit jeux inutile… On a pu ainsi constater que les capteurs Sony, sont un peu meilleurs à cela… Et voilà ce que ça donne : 

A gauche : un Sony A7RII, avec une meilleure dynamique… mais un objectif pas terrible visiblement (FE 55 mm F1,8 ZA, 769 € et bien trop cher pour ce qu’il fait et le poids qu’il pèse, comme beaucoup d’objectifs Sony). Je ne crois pourtant pas, qu’ils aient choisi délibérément le pire chez Preview…

Et à droite : un Canon Eos 5Ds avec une dynamique un peu moins bonne (largement suffisante à mon avis)… mais avec un bon objectif pas cher (EF 85 mm f/1.8 à  partir de 375 €) ! La légère (ou forte) granulation constatée, sera corrigée dans Lightroom, à moins qu’on y échappe en exposant à peu près juste (1 diaph de précision est à la porté de n’importe quel débutant en mode P)…

0000_SCREEN_JFV 102

Alors, à votre avis ? De la dynamique, ou de l’objectif : que devez-vous privilégier ? Moi, je m’assois sur la question de la dynamique (et sur toute sensibilité supérieure à 3200 ISO)… Mais vous, que choisissez vous ?

Lire la suite !

000 - Grand large
32
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 3)

Dernier volet de notre test terrain du Canon EOS 5Ds R au Kenya. Aujourd’hui on parle de qualité d’image, de correction du bruit, de Lightroom, des objectifs… avant d’en arriver à notre conclusion. Le début du test est à lire ici en plusieurs partie :

Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 1)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 2)
Fiche technique : Caractéristiques du Canon EOS 5Ds R
Canon EOS 5Ds R : fichiers JPEG et RAW à télécharger

… et relire notre présentation initiale du Canon EOS 5Ds.


Ne soyez pas trop obsédé par le contrôle « du bruit »

Je rencontre beaucoup de photographes qui n’impriment jamais leurs photos, mais ne supportent pas le moindre moutonnement lorsqu’ils les observent à 100%… Ce qui les conduit à « lisser » exagérément leurs images et à perdre d’indispensables sensations de matières et de textures… C’est le piège classique qui consiste à zoomer à 100% à l’écran, ce qu’il conviendrait de réserver à d’ultimes vérification et qu’il faudrait éviter le reste du temps.

Canon EOS 5D top 1078

Lors de mes cours de Lightroom, j’explique aux photographes qu’il faut « afficher d’abord les images à 50% pour vérifier que l’on a ajouté assez d’accentuation… Puis, monter à 100% pour vérifier que l’on en a pas ajouté trop »… Dans le doute, imprimez à la taille souhaitée pour vérifier si la netteté est suffisante (et la plupart du temps : elle ne l’est pas). Ensuite vérifiez si le bruit est acceptable.

Lorsque votre image compte plus de 40 MPixels, cette bonne pratique est encore plus nécéssaire : évitez d’évaluer la montée du bruit systématiquement à 100 %…  Rappelez-vous que la taille relative du bruit, décroit au fur et à mesure que la résolution augmente. Car la structure du bruit reste constante à l’échèle des pixels : si le nombre de pixel augmente, alors le bruit devient « relativement » plus petit… Donc à taille constante d’impression : moins visible. Pour le comprendre, encore faut-il faire quelques impression de temps en temps. Ce que beaucoup de photographe ne font plus.

_FVL8968_blog_0702px_larg

Certes lorsque la résolution augmente, le capteur génère plus de bruit, au fur et à mesure que la taille des photosites diminue. Mais il est évident à chaque nouvelle génération d’appareils photo que «l’augmentation du bruit» causée (dans l’absolu) par la diminution des performances des photosites, est compensé par tout ce que l’on gagne en réduisant « la taille relative » de ce bruit…

Cette baisse de performance est aussi compensée par les progrès des capteurs qui années après années, conservent des performances assez constantes, malgré des photosites de plus en plus petits. La taille des photosites de l’EOS 5Ds R est de 4,14 µm, ce qui reste acceptable (taille équivalente à l’EOS 760D, qui est équipé d’un capteur APS-C de 24 Mpx). A propos du bruit de l’EOS 5Ds : consultez cette page intéressante

_FVL7623_blog_0702px_larg


Pour lutter contre le bruit, faites des progrès dans Lightroom !

La haute résolution est encore plus intéressante en RAW, à condition de bien l’exploiter dans Lightroom, en adaptant son post traitement au cas par cas selon la sensibilité ISO et le sujet. Lightroom permet aussi de corriger le bruit par zones (si nécessaire) tout en renforçant la netteté dans d’autres zone. Tout ceci est d’autant plus intéressant que l’on possède une forte résolution, capturant plus de détails… Même avec des objectifs peu performants, nous y reviendrons plus bas ! En effet, tous les objectifs (même les pires) progressent grâce à la haute résolution, notamment si l’on maitrise « un peu » Lightroom.

_FVL9012_blog_0702px_larg

Il faut aussi se rappeler qu’une fois imprimée, une photo semblera plus « douce » qu’à l’écran… Car l’encre d’impression se mélange toujours un peu à l’échèle microscopique, lissant un peu le bruit… Pour paraître bien nette « imprimée », votre photo devra donc être vraiment « très nette » à l’écran ! Trop nette éventuellement… Cela est encore plus vrai avec de hautes résolutions, de plus de 36 Mpix.  Lire la suite…

APN : Nikon
31
AF-S Nikkor 24-70mm F2.8E ED VR : plus lourd, trop cher !

Voilà officialisé le nouveau vaisseau amiral « stabilisé » de la gamme d’objectifs professionnels Nikon : le AF-S Nikkor 24-70mm F2.8E ED VR. Son tarif sera de 2499 € à sa commercialisation fin août (ça tape quand même)… 

Par contre la mauvaise surprise est la prise de poids : car ce nouveau venu monte à 1070 gr, alors que le précédant modèle (Nikon AF-S Nikkor 24-70mm f/2.8G ED) ne pesait que 900 gr.

Que l’on compare avec le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM qui ne pèse que 805 gr… Que l’on compare aussi (et surtout) avec le Canon EF 24-70mm f/4L IS USM, qui ne pèse que 600 gr (presque la moitié) tout en embarquant un bouton de verrouillage du zoom et un mode Macro. Que l’on compare au Sony FE 24-70mm F4 ZA OSS Carl Zeiss Vario Tessar T* seulement 426 gr. Aille ! Je comprend que nombre d’adeptes des Sony A7 soient d’anciens Nikonistes à la recherche d’un trans-standard plus léger.

Plus que jamais les Nikonistes fauchés qui ont le dos en compote, se tourneront vers le TAMRON SP 24-70 MM F/2,8 DI VC USD (stabilisé également et qui ne pèse que 825 gr)… ou vers Canon !

arton11242-a54e4

 

Je crois qu’ils auraient mieux fait chez Nikon, de commencer par une version à f/4 (comme Canon l’a fait). Qui aurait été bien plus léger et aurait intéressé encore plus de monde (du moins je suppose). Mais ce sera probablement pour la suite… Quand à savoir si Canon doit se dépêcher de sortir une version f/2.8 stabilisée, c’est à voir. Car personnellement (dans l’hypothèse ou les f/2.8 seraient obligatoires), je choisirais sans hésiter la version non stabilisé de Canon à 805 gr… Plutôt que la version stabilisée de Nikon à 1070 gr. 

Et dans tous les cas, je choisis la version stabilisé de Canon à f/4, ne pesant que 600 gr ! Je vous assure : ça change la vie… Ce Canon EF 24-70mm f/4L IS USM est un tueur de 24-70 mm f/2.8.

Tant que Nikon restera incapable de proposer cette référence indispensable (que l’on trouve chez Sony en plus léger encore : Sony FE 24-70mm F4 ZA OSS Carl Zeiss Vario Tessar T* seulement 426 gr.), Nikon ne sera plus complètement dans la course…

Compatibilité Full frame
Focale 24–70 mm
Stabilisation Oui (4 crans)
Ouverture maxi f/2.8
Ouverture mini f/22.0
Lamelles de diaph. 9 lamelles arrondies
Eléments optiques 20 éléments en 16 groupes
Eléments spéciaux 3 asphériques, 2 ED, traitements nano crystal et fluorine
Distance de mise au point mini 0.38 m
Grossissement maximal x 0.27
Poids 1070 g
Diamètre 88 mm
Longueur 155 mm
Tropicalisation Oui
Type de Zoom Déplacement externe
Bouton de verrouillage Zoom Non
Diamètre du filtre 82.0 mm
APN : Nikon
15
Bombe ! Enfin un NIKKOR AF-S 24-70mm f/2.8E ED VR

Voilà une fuite qui fera certainement l’effet d’une « bombe » dans l’actualité du reflex (largement animée par Canon ces derniers temps, en conviendrez-vous ?)… tant ce zoom est « stratégique » dans l’équipement d’un pro.

D’après « Digicam-info.com » Nikon s’apprêterait à sortir fin aout un AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8E ED VR… Jusqu’à présent, le coûteux Nikkor 24-70 mm f/2.8 était non stabilisé et plutôt ancien… Il faisait selon moi, pâle figure face au récent Canon EF 24-70 mm f/2.8 L USM II (coûteux et non stabilisé pourtant). 

0000_SCREEN_VIB_ 459

D’autant que son prix semble relativement injustifié face à la concurrence et notamment face au Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM, qui est stabilisé (et que j’utilise avec bonheur, tant j’apprécie sa compacité son mode macro et ses qualités)… Avec un 24-70 mm f/2.8 stabilisé, Nikon « revient » donc en quelque sorte dans la course à l’excellence, quitte à produire un objectif apparement lourd (probablement lourd)… et peut-être cher (on parle de 2,264 $).

Je crois qu’ils auraient mieux fait de commencer par une version à f/4 (comme Canon l’a fait), qui aurait été plus léger et aurait intéressé encore plus de monde (du moins je suppose). Mais ce sera pour la suite… Et ce sera maintenant à Canon de se dépêcher de sortir une version f/2.8 stabilisée !

nikon_200-500f56e_001

Accessoirement, Nikon sortira aussi un AF-S NIKKOR 200-500mm f/5.6E ED VR… Gros range focal, apparement accessible dès 1375 $ en septembre… Tout dépendra du prix réel, mais Nikon est assez bon dans ce genre de zoom extrêmes. Lire la suite !

000 - A LA UNE
59
Canon EOS 5Ds tout ce qu’il faut retenir !

Dans les jours qui viennent, tous les photographes ne parleront que de ces deux « bombes » révélées par Canon : les EOS 5Ds et EOS 5Ds R. Oubliez la fiche technique exhaustive… Que faut-il retenir, que faut-il en penser ?

Lire notre grand test de Lightroom 6 : le plus complet publié en Français à ce jour !

Il s’agit d’une sorte de révolution culturelle pour Canon, qui a été conservateur ces dernières années en terme de résolution (Canon EOS 5D MkIII à seulement 22 Mpix par exemple. j’ai toujours pensé que c’était un peu juste)…

Ces 50 Mpix, c’est révolutionnaire !

Alors que rappelez-vous : lors de la sortie de l’EOS 5D en 2005, Canon faisait office de leader dans la course au pixels. Les temps changent donc… D’une façon général, ce vendredi 6 février restera une date spéciale, car jamais Canon (à me connaissance), n’avait annoncé en même temps autant de produits novateurs… et il faut bien l’avouer : enthousiasmants !

Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 1)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 2)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 3)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 4)
Canon EOS 5Ds R : fichiers JPEG et RAW à télécharger

 

Canon Japon, vient de mettre à disposition des exemples de fichiers JPEG de l’EOS 5Ds : web.canon.jp. Ainsi que trois images de l’EOS 5D s R : web.canon.jp. Il faut bien le dire : affiché sur un 27 pouce dans Lightroom, ça déchire ! Lien direct vers cette image JPEG (17,4 Mb).

Les prix des EOS 5Ds et EOS 5Ds R :

Ils seront initialement proposés aux tarifs de 3599 € et 3799 €… Et seulement à partir de juin 2015 (çà c’est la très mauvaise blague de la journée qui va en quelque sorte « figer le marché quelques mois »). Et on imagine qu’un système de réservation à l’avance va se mettre en place chez les revendeurs pro, qui ne vont pas contribuer à la baisse rapide du prix ensuite.

C’est encore assez cher, mais il faut savoir que les prix chez Canon « fondent » plus vite que chez Nikon au cours des mois. Vu la richesse de l’offre en occasion et en anciens modèles (parfois neuf en fin de série), mais toujours performants (les EOS 5D MkII sont toujours très appréciés)… Toutefois ces deux « bêtes de course », pourrait voir leur tarif rester élevé plus longtemps, car la demande sera probablement très forte… d’Autant plus forte que l’attente aura été très longue.

Sont-ils fait pour… vos optiques ? Oui, bien entendu…

Tant que les tailles de RAW intermédiaires sont disponibles, il n’est pas nécessaire de trop « psychoter »… Et comprenez bien une chose : même avec une optique moyenne, 50 Mpix resteront 50 Mpix et permettront des choses que 20 Mpix ne permettront pas. Votre image sera toujours mieux avec 50 Mpix qu’avec 20 Mpix, même une mauvaise optique !  Comprenez bien que si votre objectif actuel permet un tirage A3, ou A2 sans problème : il le pourra toujours ( mais si, mais si ! ) avec un capteur de 50 MPix. L’image ne sera pas moins bonne : elle sera évidement meilleure, avec un meilleur potentiel d’amélioration du piqué (obligatoirement puisque les détails plus fins permettront une accentuation plus fine, et plus forte, sans que cela ne dégrade trop les détails).

Simplement il ne faudra plus la regarder à l’affichage 100% comme avant ! Mais à des tailles d’affichages de 1/2, ou même 1/3… Vos optiques ne seront pas moins bonnes. Elles seront meilleures sur un capteur de 50 Mpix, contrairement à ce qu’on raconte partout ! La seule chose que changera, c’est votre façon de regarder (il faudra adapter votre taille d’affichage).

Canon EOS 5Ds 702

Sont-ils fait pour vous ? Tout dépend de votre passion du détail…

Je dois dire que moi qui suis équipé d’un 27 pouce confortable (+un 24 en second écran vertical) et qui projète souvent mes images en formation sur de grands écrans, je suis irrésistiblement attiré par cette très haute résolution. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié les images réalisées avec le D800 au Kenya et les utilise souvent en formation.

Mais si vous ne réalisez pas souvent de grand tirages, ne possédez pas de grands écrans (cela viendra), ni ne « projetez » jamais vos images en grand… Alors, on peut se demander si les 20 Mpix d’un simple EOS 6D ne sont pas plus tentants ? Pour voyager, le grain de poids est « considérable ». Et j’ai récemment vendu un tirage de 120 x 80 cm, réalisé à partir d’un RAW de l’EOS 6D : je vous assure que 20 Mpix c’est déjà suffisant (du moins à 100 ISO avec une bonne optique).

Ne craignez pas trop pour vos disques et le post traitement :

Je l’avais déjà expliqué à l’époque du Nikon D800, il est toujours possible de « s’arranger » avec le poids des fichiers… Et l’argument selon lequel votre configuration informatique sera sous-dimensionnée, ne tient pas (dans la plupart des cas). D’abord car il existe de nombreuses tailles de RAW et JPEG intermédiaires et réduites (mieux étagées que chez Nikon), qui permettent d’adapter la résolution à l’importance du sujet, du moins en attendant que vous upgradiez votre configuration de stockage…

Ensuite, Lightroom dispose depuis la version 5, des aperçus dynamiques. Qui permettent de travailler en stockant les originaux sur disques externes (USB3 bien entendu : pas cher et bien assez rapides ;-) Ces aperçus dynamique (qui « pèsent » tous 2560 x 1707 pixels) vous permettent de travailler aussi rapidement sur des fichiers de 50 Pix que des images de 4,4 Mpix ! Lire la suite

 

000 - A LA UNE
27
Mes coups de coeur matos : objectifs

Suite de nos coups de coeurs de Noël (relire la première partie qui listait mes compacts experts 2014 préférés et la seconde à propos de mes reflex fétiches 2014)… Voici maintenant quelques unes de mes optiques fétiches :

D’abord les full frame et APS-C (Canon et Nikon confondues, de la plus courte à la plus longue focale). Ensuite n’oublions pas quelques objectifs pour Micro 4/3 (relire pour plus de choix : Mes objectifs préférés pour M4/3). Evidement, je ne pointe ici qu’une infime sélection de toutes les optiques intéressantes. Il s’agit de mes coups de coeurs « personnels », j’ai donc fait l’impasse sur Fuji, Sony et Pentax, pour cause de gamme optiques trop étroites. Allez, c’est parti !

Samyang 14 mm f/2.8 : utilisation très spéciale pour ce grand angle orthoscopique bien piqué. Un sacré exercice de créativité, qu’il est intéressant de s’imposer. Histoire d’enrichir sa bibliothèque de quelques images différentes. Qui ne s’est jamais confronté au 14 mm, ne s’est jamais confronté à la peur du vide.

Samyang_AE_14mm_F28_AS_IF_UMC1

Il faudra trouver des premier plans, jouer avec la profondeur de champs, composer avec la lumière, avec les contre jours plus ou moins inévitables… Je vous le recommande, d’autant que si vous cherchez un 14 mm f/2.8 chez Canon, ou Nikon vous devrez dépenser beaucoup plus. Reste que la mise au point est manuelle, et que même au 14 mm, cela occasionne un peu de temps perdu… Relire : Test terrain du Samyang 14mm f/2.8

 


Nikon 14-24 mm f/2.8 : s’il existe quelques bonnes raison de préférer un Nikon, ce zoom grand angle très polyvalent en fait partie ! Alors que le EF 14 mm f/2.8 plus compact et plus qualitatif mais moins polyvalent, ferait partie des bonnes raisons d’acheter de préférer un Canon. Toujours est-il qu’on se désespère chez les rouges de voir arriver un tel zoom. Certes, il est assez encombrant et lourd, mais les photographes à qui il s’adresse n’en sont à ça près, lorsqu’il est monté sur un D810 ou un D4.

41yrmF4L6iL._SX300_

Je l’ai même utilisé sur le D7000, sur lequel il se transforme en 21-36 (le zoom grand angle idéal)… Investissez sans crainte, car ce genre de merveille, ne se démode pas. Relire : 16-35 mm f/2.8 + 70-200 mm f/2.8 = photo journalisme. Mais aussi : Nikon D750 le full frame le plus équilibré du moment. Et : Canon EF 14-24 f/2.8L à l’horizon ? Mais aussi : Impressions terrain : Nikon AF-S VR 16-35 mm f/4.

 


Canon EF-S 24 mm f/2.8 : présenté en même temps que l’EOS 7D MkII, ce fantastique pancake pas cher et très bien fini (équivalent 38 mm en 24×36), démontre que l’APS-C est encore plein d’avenir chez Canon (alors que chez Nikon on s’interroge beaucoup, en l’absence de successeur au D300s).

Lorsque l’on cherche l’équivalent à 200 € chez d’autres marques (dans la gamme Fuji, pour un X-T1 par exemple), force est de constater que cela n’existe pas… Je possède déjà le pancake EF 40 mm f/2.8 que j’apprécie beaucoup pour « sortir léger ». Alors l’idée de posséder l’équivalent pour APS-C m’enchante d’avance… Lire la suite…

000 - A LA UNE
51
Un débat récurent : zoom ou focale fixe ?

Il y a quelques jours, Anne m’a envoyé un mail pour me demander conseil quand à l’achat de ses objectifs. Voici d’abord sa question à propos d’une éventuelle focale fixe. Et ensuite ma réponse. Vous pourrez donner la votre en commentaire.

Il n’y a pas qu’une seule façon de voir la photo et autant de choix d’optiques que de photographes… « Bonjour Jean-François, je ne sais pas si tu te souviens de moi, j’avais suivi une formation avec toi. A l’époque j’étais équipée Pentax et alors très peu disponible dans ma vie pour approfondir la photo.Depuis peu, j’ai un boitier canon 6D et je suis en train de réfléchir quel objectif acheter. Après avoir pensé au Tamron 24-70 mm f/2.8, je penche maintenant pour deux fixes : un 35 mm et un 85 mm, ou 105 mm, grande ouverture.Pour photo portrait et reportage dans différentes conditions. Pour en venir à mes questions, as-tu écris sur ces objectifs et quels conseils me donnerais-tu ? Par avance merci et bonne journée. » Lire la suite…

Asia, Asie

Hello ! Les objectifs fixes, c’est très bien, notamment lorsqu’un professionnel veut des images hyper piquées pour faire une affiche 4×3. Ou lorsqu’un portraitiste veut absolument un arrière plan flou… (un 85 mm f/1.8, ou un 100 mm f/2 suffisent).

Vous n'allez peut-être pas aimer ça...
000 - A LA UNE
7
Enfin, un Canon EF 16-35 mm f/4 L IS USM

Il était temps que Canon renouvelle un peu son offre en grand angles en milieu et entrée de gamme. C’est chose faite depuis hier avec deux nouveaux modèles (dont ce Canon EF 16-35 mm f/4 L IS USM).

Il était temps que Canon renouvelle son offre en grand angles en milieu et entrée de gamme. C’est chose faite depuis hier avec 2 nouveaux modèles, dont ce Canon EF 16-35 mm f/4 L IS USM Full frame destiné en priorité aux boîtiers experts comme l’EOS 6D.

bonne nouvelle