Browsing: TEST : Test de terrain

ACTU : matos photo, divers
8 GrafiLite, une lampe lumière du jour pratique

J’ai pu essayer cette petite lampe lumière du jour : GrafiLite dont le tarif est assez accessible (82 €)… Elle rendra de fiers services à quiconque a déjà tenté d’imprimer une image, ou même « fait tirer » ses images et souhaite les vérifier, après le coucher du soleil.

Généralement on se met près de la fenêtre, encore faut-il avoir une fenêtre… et selon la météo ça change un peu votre image (mais vous ne vous en rendez pas compte). Si l’on souhaite évaluer l’écart entre un tirage et l’affichage du moniteur, on est également embêté : souvent il y a une distance ou un angle peu pratique entre la fenêtre et le moniteur. C’est là que la lampe « Lumière du jour » est indispensable.

Certes, il existe des produits plus professionnels (ici ou ) répondant à des normes strictes, mais leurs tarifs sont beaucoup plus costauds. La GraphiLite  existe aussi en double pack, ce qui permet d’éclairer une plus grande surface. Déployez-là pour l’allumer. Ensuite elle peut se déployer complètement.

Le tube de rechange coûte 19 € (ça va) et dure 10.000 heures. Une semelle métallique vissée comportant des trous pour des visses murales, ce qui permet de la positionner sur un mur éventuellement. Vous pouvez ainsi bénéficier d’un bureau éclaté à la lumière du jour. Ce qui est plus « dynamisant » pour travailler, notamment pour travailler des photos ! Lire la suite…

_1170070_blog_1078px

 

... affichez les "vraies" couleurs !
APN : Canon
20 Prise en main express des Canon G5 X et Canon G9 X

Merci à Philippe de la petite boutique Camara Paris 9 (donnez le mot de passe Photoetmac pour avoir une remise ;-) de m’avoir laisser essayer le Canon G5X qui vient d’arriver en rayon… C’est une prise en main rapide : donc pas de conclusions hâtives. 

Ce Canon G5 X est vraiment un bel objet avec ses petits liserés rouges (reprenant le code couleur « Pro », des objectifs série L)… Il est très compact, bien fini et bien assemblé. Canon a vraiment fait un effort du côté du design, qui est une de leur grande force. Esthétiquement, c’est une vrai réussite je trouve : il ressemble à un outil efficace, pas à un gadget…

En passant, c’est également le cas, pour le minuscule G9 X qui est encore plus réussi esthétiquement et s’affirme comme le digne successeur de la série S.

_1160947_blog_1078px

Prise en main : c’est excellent ! On a presque l’impression de tenir un petit reflex, vous allez adorer ça. Il ne glisse pas des mains, on l’utilisera donc (de préférence) avec une simple dragonne de poignet…

Il sera bien pratique en week end, car il rentre dans une poche. Un volet vient protéger l’objectif qui s’escamote et ne dépasse pas trop. Le repose pouce procure un appui très stable… A l’avant le grip (épais pour un compact), tient bien sous les doigts. C’est exactement ce qui manque au Sony RX100…

La nouvelle molette avant est volumineuse et tombe bien sous l’index de la main droite. C’est la première fois que l’on trouve une telle molette avant sur un compact… Elle est très facilement paramétrable Modes par Modes. La bague rotative autour de l’objectif est déjà bien connue… Elle est suffisamment large pour être pratique. On lui attribuera volontiers le zoom par focales entières (24, 28, 35, 50, 75, 100 mm) : c’est à régler pour chaque Mode de prise de vue.

Il reste possible de zoomer classiquement du bout de l’index, grâce au curseur situé devant le déclencheur : ce qui facilite l’usage à une main… Et parfois je dois avouer que ça me manque un peu sur le Panasonic GM1. qui possède une bague de zoom manuelle que j’apprécie beaucoup (car c’est ce qui reste le plus rapide) et qui est préférable à un zoom motorisé… Mais il est des jours ou l’on est un peu feignant pour y mettre les deux mains, dans ce cas le zoom motorisé c’est sympa !

Un molette des modes bien ferme à gauche, une molette de correction d’expo également ferme, sous le pouce… Le G5 X se comporte « en gros » comme un Canon G7 X (testé ici) et ça me convient bien…  Lire la suite…

_1160935_blog_1078px

 

 

Le premier de sa lignée...
000 - A LA UNE
46 Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 1)

Il y a trois ans de cela, j’avais publié un test terrain du Nikon D800 réalisé au Kenya (qui a vu un nombre de lectures impressionnant)… C’est au tour du Canon EOS 5Ds R de passer le test terrain au Kenya. A lire ici en plusieurs partie (patience pour la suite, que je publiais au fur et à mesure) :

Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 2)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 3)
Fiche technique : Caractéristiques du Canon EOS 5Ds R
Canon EOS 5Ds R : fichiers JPEG et RAW à télécharger

 

… et relire notre présentation initiale du Canon EOS 5Ds.

 


La prise en main : exceptionnelle

L’introduction est à lire ici. Entrons directement dans le vif du sujet… Le premier contact avec l’EOS 5Ds ne vous déroutera pas si vous connaissez les EOS 5D MkIII et les EOS 6D : c’est juste un plaisir ! Le revêtement de la poignée est ultra confortable, même lorsque l’on transpire en plein midi sous le soleil dans une jeep en attendant que les lions finissent leur sieste… Il y a longtemps que Nikon ne domine plus Canon en matière de finition et de confort de prise en main. Saisissez-le : c’est évident.

Je trouve l’ergonomie générale quasiment parfaite et j’ai adoré l’utiliser chaque jour pendant trois semaines. On ne chipotera que sur quelques menus détails. Le seul vrai regret est l’absence de la nouvelle « gâchette d’AF » apparue sur l’EOS 7D MkII (ce qui tendrait à démontrer que cet EOS 5Ds était dans les cartons depuis fort longtemps). Mais on peut personnaliser la touche M-fn pour améliorer le pilotage de l’AF.

La prise en main est très « sûre », y compris avec l’encombrant Sigma 120-300 mm f/2,8 DG OS HSM, qui s’est révélé fantastique lors de ce Safari. Je suppose d’ailleurs que l’utilisation avec des gants fins en hiver, ne posera pas de problèmes particuliers. C’est après un détour par ce genre de boîtiers, que l’on comprend à quel point la plupart de hybrides sont souvent très mal dessinés (à titre d’exemple, il aura fallu à Sony trois versions de A7 successives, pour trouver enfin une place à peu près convenable au déclencheur).

_FVL8395_blog_0702px_larg

Face à la Vallée du Rift, qui a vu nos ancêtres lointains « se lever » pour devenir des « hominidés »… Image prise par l’EOS 5Ds R. Je tiens mon EOS 6D à la main, monté avec le petit 70-200 mm f/4, qui parait presque minuscule… Les deux font la paire. J’ai aussi l’EOS 100D dans le sac à dos, il sert de bouchon d’objectif au EF 14 mm f/2.8 L. Vitesse 1/160 sec, Ouverture f/9, Sensibilité 100 ISO. Correction exposition -1/3 IL. Focale 24 mm. Objectif EF 24-70 mm f/4 L IS USM.

J’ai toujours préféré le design « plus arrondi » des Canon, moins gênant, moins carré, moins « accrocheur » lorsqu’on rentre ou sort son reflex rapidement d’un sac à dos par exemple. Le Canon EOS 5Ds (qui hérite bien entendu du mode silencieux des son ancêtre), sait même se faire « relativement discret » pour la street photo : débarrassez vous de la courroie de cou, ajoutez une minuscule courroie de poignet et équipez le d’un « pancake » comme le EF 40 mm f/2.8 STM, ou le récent EF 50 mm f/1.8 STM et c’est une petite merveille.

_FVL7423_blog_0702px_larg

Même s’il est un peu plus gros qu’un EOS 6D, franchement il n’est pas si gros… Face à un Sony A7R II qui est lui équipé d’optiques relativement encombrantes (contrairement aux objectifs Canon), l’ensemble ne parait pas « énorme ». Calculez le poids total d’un sac équipé de trois optiques « pro » dans les systèmes Canon EOS et Sony A7, et vous arriverez quasiment au même poids à la fin…

La finition des Canon est vraiment superbe depuis 3 ou 4 ans… Cet aspect « granité » est particulièrement adapté aux voyages salissants : les boîtiers se rayent moins facilement qu’à l’époque de l’EOS 5D MkII à la texture plus lisse. Lire la suite.

canon_eos_5ds_r_face 702

 

 

 

Polyvalent, l'EOS 5Ds R est un appareil, "de tous les jours"...
APN : Canon
62 Canon EOS 5Ds R fichiers RAW et JPEG à télécharger

Il y a 3 ans de cela, j’avais publié un test du Nikon D800 réalisé au Kenya (qui a vu un nombre de lectures impressionnant). C’est au tour du Canon EOS 5Ds R de passer le test terrain au Kenya, à lire ici en plusieurs partie (patience pour la suite, que je publierais les articles au fur et à mesure) : 

Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 1)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 2)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 3)
Fiche technique : Caractéristiques du Canon EOS 5Ds R

 

… et relire notre présentation initiale du Canon EOS 5Ds.

 

Voici pour commencer quelques fichiers RAW et JPEG du Canon EOS 5Ds à télécharger… Pour vous donner une idée de ce que la bête a dans le ventre.

Depuis le test terrain du Nikon D800 réalisé au Kenya, pas mal d’eau a coulé sous les ponts… De nombreux utilisateurs avaient étés refroidis par le nombre élevé de photos floues qu’ils réalisaient avec leur Nikon D800 (un problème qui ne m’avait pourtant pas marqué, lors de mon propre test terrain). Il s’est finalement avéré que la résolution n’en était pas la raison principale… Mais plutôt qu’un problème d’amortissement de l’ensemble miroir obturateur était en cause (semble-t-il corrigé sur le D810).

Canon EOS 5Ds R Face

Sachant cela, pourquoi ne pas se laisser tenter par les 51 Mpix des Canon EOS 5Ds ? D’autant que Canon a spécifiquement soigné l’amortissement du miroir (peut-être alerté par les déboires du D800 ?), relire notre présentation initiale du Canon EOS 5Ds

_I7A0370_blog_0700px_larg

Alors ? Quels progrès ont été réalisés par Canon durant cette période, si l’on prend ce Nikon D800 comme référence ? Quels sont les atout et les inconvénients de ce nouveau reflex à la résolution record de 50 Mpix (ou 28 Mpix, ou même 18 Mpix, selon la taille de RAW que vous choisissez) ?

Et question subsidiaire, ce reflex est-il éventuellement comparable au Pentex 645Z essayé récemment, dont le prix est double ?

Mes première impressions sont en tous cas extrêmement positives… Pour peu qu’elle soient nettes ( ! ), il est totalement jouissif de « zoomer avant » dans l’image de très haute résolution que vous obtenez à l’écran…

Appuyez du pouce, sur le bouton central de la molette arrière (que je vous conseille de configurer à cet effet, car c’est génial). Vous serez alors totalement subjugué, par les détails que vous y découvrirez ! Par exemple son propre reflet dans l’œil d’un animal qu’on vient de photographier !

Pour cela, notez bien ce conseil que je préfère vous livrer immédiatement : optez d’entrée de jeux pour le « Picture Style Détails fins »… Ou alors personnalisez un autre « Picture Style »… Par exemple « Faithfull » ou « Standard », en augmentant la netteté au maximum, en baissant le rayon au minimum et le seuil au niveau 1 (accentuation plus forte), ou 2 (accentuation plus douce). Ce Canon est le premier appareil photo capable de personnaliser ces réglages extrêmement importants, un peu à la façon de Photoshop.

Je tenterais enfin de répondre à cette question : le Canon EOS 5Ds peut-il être considéré comme un reflex polyvalent ? Au delà du studio, d’un Safari photo ou d’un domaine photographique ou la résolution de l’image prime sur tout le reste… En faveur de « l’argument polyvalence », citons la capacité de l’EOS 5Ds à fabriquer « aussi » des fichiers RAW de seulement 28 Mpix. Notamment lorsque la très haute résolution n’est pas nécessaire (donc la plupart du temps). Il me semble que 28 Mpix est une résolution assez polyvalente…

Avant de rentrer dans les détails je vous propose sur cette page, quelques fichiers RAW a télécharger histoire de vous mettre dans l’ambiance. Il s’agit d’images réalisées à main levée, sans pied, ni précautions particulières (afin d’évaluer les risque de flou de bouger).  Lire la suite…

 

 

 

... faites vous votre idée !
000 - Grand large
17 Une prise en main « rare » : le Pentax 645 Z, du lourd !

Prise en main inhabituelle aujourd’hui sur notre site, plutôt consacré aux reflex légers et aux petits hybrides… J’ai essayé récemment le Pentax 645 Z  (parcourez sa fiche d’identité sur le site Ricoh) : un moyen format de 51 Pixels au ratio 4/3, successeur du Pentax 645 D de 40 Mpix…

Qui s’utilise un peu comme un reflex et sait s’échapper des studios… C’est aussi l’un des moyens formats les plus « abordables » : à 7990 € il est beaucoup moins coûteux que les Hasselblad et PhaseOne. PENTAX 645 Z : FICHIERS RAW À TÉLÉCHARGER.

Alors, ce « petit » moyen format, fait-il la différence, par rapport à un reflex Full frame de type Nikon D800, Sony Alpha 7R, ou Canon Eos 5Ds ? C’est vraiment ce que je voulais savoir… Avant de vous livrer mes impressions, je vais commencer avec une anecdote… A peine ai-je commencé à faire quelques images dans la rue avec ce beau jouet, qu’un jeune homme s’approche de moi !

Il m’interpelle assez énervé : « vous avez pris une photo ? Et je suis dessus » ? Je réponds en souriant pour « désamorcer » cette situation bien connue… que oui en effet ! Il est bien sur ma photo, que j’ai fait « de cette rue »… Mais que bien entendu, je ne le prenais pas en photo « lui » et surtout qu’il ne s’inquiète pas… Sans même répondre, il tourne les talons et s’en va un peu honteux !

_1160810_blog_0702px_larg

Voilà donc le premier effet d’un appareil « visiblement » professionnel : vous ne passerez plus inaperçu (suis-je jamais passé inaperçu d’ailleurs ?)… Avec ce Pentax et ses optiques, vous passerez encore moins inaperçu ! Nul doute que lors d’un évènement, ou d’un mariage : armé d’un tel objet, vous apparaitrez comme « le plus pro » de tous les photographes présents ! Et blague à part, il existe des tas de circonstance ou cela s’avèrera assez utile… Pour convaincre un client de vous faire confiance !

 


Caractéristiques –  Avant la prise un main, commençons par un petit récapitulatif des caractéristiques marquantes, car ce genre de matériel est assez peu connu. Honneur au viseur optique, réellement confortable bien qu’affichant 98% du champs seulement. Considérer ce qui est hors du champs du viseur comme un peu de sécurité…

Les deux optiques que j’ai utilisée sont énormes (et à grande ouvertes) ce qui laisse passer beaucoup de lumière dans le viseur. On voit large et clair et ça fait aussi partie du plaisir de photographier. Le verre dépoli est interchangeable un oeilleton en caoutchouc large (non visible ci-dessous) est proposé… Et un niveau électronique est même disponible dans le viseur (ainsi qu’en visée Live View sur l’écran). 

_1160853_blog_0702px_larg

La seule mauvaise surprise, ce sont les collimateurs AF réellement petits et complètement perdus aux centre… On est confronté immédiatement à ce qui apparaitre comme un des points faibles du boîtier (toutefois pour qui a connu les modules AF des reflex professionnels des années 90, rien de trop insurmontable)…  Lire la suite.

0000_SCREEN_VIB_ 412_702

 

 

Pas si lourd qu'il n'en a l'air : comme moi !
000 - Grand large
64 Testé : ultra grand angle Panasonic 7-14mm f/4 ASPH G

S’il n’existait qu’une seule bonne raison d’utiliser un hybride micro 4/3 en complément d’un reflex, je crois bien l’avoir découverte… Et ce serait probablement : l’incroyable zoom ultra Grand angle «orthoscopique» Panasonic Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH (de son vrai nom).

Il s’agit de l’objectif micro 4/3 le plus étonnant et le plus extrème qui soit… Probablement le plus sexy aussi ! Un objectif injustement méconnu, sorti en 2009 déjà… et dont vous n’avez pourtant pas souvent entendu parler. A relire : 

Mes objectifs micro 4/3 préférées, partie 1 : les grand angles et zoom grand angle.

Mes objectifs micro 4/3 préférées, partie 2 : zooms télé (stabilisé), +/-  équivalents à 70-200 mm.

Mes objectifs micro 4/3 préférées, partie 3 : Objectifs fixes  et Premiums

Il semblerait que Panasonic n’ait jamais assuré la promotion qu’il mérite, alors qu’il présente d’indéniables qualités : ouverture constante (f/4), bonne qualité d’image (globalement), poids de 300 grammes seulement et encombrement hyper réduits (vu la plage focale couverte)… Prix (parfois) raisonnable, du moins comparé à ses paires en APS-C et full frame.

Specifications Panasonic Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH
Focale 14-28 mm (équivalent full frame)
Ouverture f/4 (soit environ f/8 en équivalent full frame)
Nombre de lamelle du diaphragme 7 lamelles arrondies
Construction 16 elements en 12 groupes dont 2 lentilles aspherical et 4 ED
Distance minimale de mise au point 25 cm
Dimensions 74 x 83 mm
Poids 300 grammes

Alors certes, il existe l’Olympus M.Zuiko 9-18mm f/4-5.6 ED (moins cher), mais l’angle de champs ne rivalise pas. Nous ne comparerons donc pas… Pas davantage de comparaison avec le M.ZUIKO DIGITAL ED 7-14mm f/2.8 PRO plus cher (dans les 1299 €) et plus lourd : 534 gr. (spécifications sur le site d’Olympus, diamètre 7,89 cm, longueur 10,58 cm). On est ici dans l’univers pro avec une ouverture constante à f/2.8. Mais à ce tarif autant viser le full frame non ?

Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH B


Plus léger, plus compact, car micro 4/3.

Presque tout le monde sait que l’on n’achète pas un micro 4/3, pour s’emmerder avec un viseur électronique. Les viseurs électroniques restent même l’un des principaux handicapes de ce système : en 2015 les meilleures EVF sont toujours de véritables horreurs : je ne comprends pas ceux qui prétendent le contraire… Dès que l’on travaille en plein soleil, on est « à l’ouest »… Et après quelques jours d’utilisation l’oeil se fatigue, à cause de la faible luminosité du viseur qui reste bien plus sombre qu’une scène ensoleillée ! Pas la peine d’insister davantage…

_1130243_blog_1078px

Par contre on achète bien volontier un APN micro 4/3 (ce que j’ai fait en complément de mes reflex), pour profiter de la taille réduite des optiques Micro 4/3 : vous aviez déjà été bluffé par le zoom 12-32 livré en kit avec les Panasonic GM1, GM5 et GF7, dont la taille microscopique est hallucinante ? Vous serez encore plus impressionné par la taille de ce zoom ultra grand angle (du moins si vous connaissez déjà le zoom 14-24 mm de Nikon, ou le dernier né de Canon).

_1130202_blog_1078px

Le capteur étant moins large (ratio 4/3 plus carré), le cercle optique peut être plus petit : la surface des lentilles est donc utilisée de façon plus optimisée (moins de gaspillage de verre et d’espace). L’idéal pour « gaspiller moins de cercle optique », serait même d’avoir un capteur carré. Ou mieux encore : rond ! Dans ce cas 100% de la surface des lentilles serait utile.  Lire la suite !

 

... comment voire large, lorsque l'on est petit !
APN : Canon
1 Une prise en main rapide du Canon EOS M3

Rapide prise en main du Canon EOS M3 de 24 Mpix (Relire Canon EOS M3 tout ce qu’il faut retenir). Un grand merci à Philippe, de la petite boutique Camara de Paris 9em… Alors ? Doit-on s’inquiéter, du côté de Sony, d’Olympus et Panasonic ?

Pas forcément, car cet hybride Canon ne m’a pas donné envie de lâcher mon EOS 100D, d’un côté… Pas plus, que de lâcher mon Panasonic GM1, de l’autre… Ni même de le préférer à un petit Canon G7X, qui est probablement le meilleur choix, si vous voulez rester vraiment léger et ne pas vous ruiner (il se vend comme des petits pains semble-t-il).

_MG_5384_blog_0702px_larg

J’ai été un peu déçu par la prise en main de ce nouvel EOS M3 : assez quelconque… Voir désagréable lorsque l’on vise avec l’écran orienté vers le haut (appareil au niveau de la poitrine). Elle a été conçue comme s’il s’agissait d’un reflex avec viseur : elle est confortable lorsque l’on porte le viseur à hauteur d’oeil. Dommage car il n’y a pas de viseur intégré, contrairement à ce que proposent le Sony Alpha 6000 ou le Panasonic GM5. Il existe heureusement un port, pouvant accueillir un viseur électronique optionnel (comme celui du G1X MkII) : le Canon EVF-DC1.  Lire la suite…

 

Un pas en avant, deux pas en arrière...
000 - A LA UNE
45 Meilleurs aspirateurs robots : mon choix

Vous demandiez-vous, s’il était enfin devenu raisonnable d’acheter un aspirateur Robot en 2015 ? La réponse est oui, je crois… Et je crois avoir trouvé la perle rare : il s’agit du Neato Signature (à seulement 339 € si j’ose dire).

En effet, j’ai été conquis par mon tout premier aspirateur robot : un Neato XV Signature dont le rapport qualité / prix me semble relativement imbattable. J’ai étudié tous les tests, cherché et enquêté durant des heures. Et voilà ma sélection finale : mon premier choix est le Neato Signature (que j’ai acheté et qui marche très bien). Mon second choix, un peu plus cher mais encore mieux : c’est le Neato Robotics BotVac 85.

0000_SCREEN_VIB_ 157

Ces deux là disposent d’une navigation intelligente, excellente si vos pièces sont compliquées : le robot ne se perd pas… S’il épuise sa batterie, il peut rentrer se recharger et reprendre ensuite le travail ou il l’avait laissé. La programmation et les menus sont parfaits et en Français. Lire la suite…

0000_SCREEN_VIB_ 154

 

L'aspirateur robot ? Oui, ça vaut le coup !
1 2 3 4 12