Browsing: CONSEIL : Prises de vues

ACTU : matos photo, divers
12 Comparatif de zoom et téléobjectifs à 400 mm

Vous pensez vous équiper avant de partir en Safari ? Alors lisez bien ce comparatif réalisé par LensRentals, entre télés et zooms à la focale de 400 mm. C’est toujours passionnant (relire : Lensrentals consacre son top 10 de la décennie) ! En conclusions :

« I don’t think we really did too much here today except to have some fun and confirm, in numbers, what most people already know. The 400mm f/2.8 lenses, if you can afford one and don’t mind carrying it, are amazing. Canon’s new 400mm f/4 DO IS II is also superb, at least as good as the 300mm f/2.8 IS II with a teleconverter.

Canon’s 100-400 IS II is, from an MTF standpoint, the best zoom at 400mm, but the Nikon 200-500 and both the Sigma and Tamron 150-600s are also really good, far less expensive, and have greater range. The Nikon 80-400 VR II is not quite as good at 400 as the competition. »     Lire la suite…

 

... viser loin !
000 - A LA UNE
51 Qu’y a-t-il dans mon sac photo ?

Voilà un article que j’aurais pu écrire il y a longtemps… mais, mieux vaut tard que jamais. Je vais donc vous décrire  le contenu « type » de mon sac photo, en expliquant à chaque fois le pourquoi de tel ou tel choix de boîtier ou d’objectif.

Evidement, j’ai plusieurs sacs photos « types »… Nous allons détailler d’abord le « gros sac » : pour les « vrais voyages » qui valent le coup… Autrement dit, pour les « vrais photos » pour lesquelles j’ai une « obligation de résultat », c’est le sac qui intéressera les « vrais photographes », malheureusement, il est obligatoirement assez lourd celui-ci ! Je ne crois pas qu’on puisse faire « à coup sur » de la belle image, sans « investir » un peu de temps, de fatigue et d’énergie… Pour transporter au moins un full frame et deux ou trois objectifs. Je ne crois pas que l’on puisse tout miser sur son « oeil » et son intelligence. ce serait présomptueux ! Oui, le matos (les objectifs surtout) ça compte aussi… 

Sac a dos Lowepro Fast pack video Ouvert 702

Ensuite on parlera du petit sac du week end : le « sac à hybride » pour le petit voyage tranquille, pour la ballade photo les mains dans les poches en « amateur »… Pour faire des photos souvenirs, lorsqu’il n’y a aucun enjeux particuliers et pas de risque à être lent et imprécis. Relire : « Mon nouveau sac Lowepro Dslr Video Fastpack 250 aw ».

_MG_1701-Modifier_blog_0702px

Un boitier principal Full frame : le Canon EOS 5DsR : on commence avec mon reflex principal. En dehors du full frame point de salut, même si entre l’an 2000 et 2005 il m’a bien fallut vivre en APS-C… Mais les deux n’ont rien à voir. J’ai choisi la plus haute résolution du moment et la polyvalence rassurante du Canon EOS 5DsR depuis sa disponibilité en aout 2015. Oui, c’est vrai qu’il est un peu plus lourd (et plus cher), que mon précédent réflex : le génial petit EOS 6D qui m’a accompagné durant trois ans.

Mais cet upgrade valait vraiment le coup… Car cet Canon EOS 5DsR est le meilleur reflex que j’ai jamais eu la chance d’utiliser. Pour vous convaincre qu’il est une vrai merveille, relisez tout ça : Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya. Je ne l’utilise pas toujours à sa résolution maximum de 50 Mpix, mais parfois j’opte pour le fichier mRAW de 28 Mpix, qui est une taille idéale.

A noter que si j’avais été Nikoniste, j’aurais probablement opté pour le Nikon D750 qui est extrêmement équilibré et possède plein de qualités. Il possède par exemple cet écran orientable qui fait défaut au Canon. Et il n’est pas plus lourd que mon petit EOS 6D… Et si j’avais été « Sonyiste » qu’aurais-je choisi ? Il est probable que… je serais passé en Canon : pour le viseur optique, pour les objectifs, pour l’autonomie, pour la colorimétrie, etc…

Un boitier de secours APS-C : le Canon EOS 100D : c’est mon second reflex, pour sortir léger… Evidement je l’ai débarrassé de toutes sangles du cou, qui ruinerait la compacité : je l’utilise avec une minuscule dragonne de poignet pour APN compact…

 J’ai toujours utilisé un second boîtier à capteur APS-C en complément du full frame, afin de donner un peu d’allonge à mes objectifs… Cet EOS 100D est vraiment minuscule et vraiment très agréable à utiliser… Mais il sera probablement bientôt remplacé dans mon sac par son successeur. Car la différence de résolution (18 Mpix contre 50 Mpix) devient trop importante avec son cousin full frame.

Auparavant, pour « grossir au maximum » et m’approcher d’un sujet, j’avais intérêt à monter mon 70-200 sur l’EOS 100D (18 Mpix), plutôt que sur l’EOS 6D (20 Mpix). Désormais avec l’EOS 5DsR, j’ai plutôt intérêt à laisser le 70-200 sur le gros capteur de 50 Mpix et à recadrer dans l’image en post traitement. Du coup, je n’utilise plus aussi souvent l’EOS 100D que j’en avais l’habitude…

Mais je ne sais pas encore par quoi je le remplacerais, probablement durant l’hiver 2017. Peut-être par un Canon EOS 6D MkII : nous verrons lorsqu’il arrivera, s’il est toujours aussi compact et s’il dispose de suffisamment de pixel (28 Mpix serait bien). A moins que le futur EOS 150D soit sufisamment intéressant (s’il gagne l’AF et le capteur de 24 Mpix de l’EOS 80D par exemple, sans prendre trop de poids).

A moins que justement cet EOS 80D, finisse par me tenter (car son prix baissera bientôt)… Pourquoi pas, car il est déjà extrêmement pratique vu son prix raisonnable. Enfin, j’aimerais vraiment retrouver un second boîtier équipé d’un GPS (comme l’était l’EOS 6D).

Un petit objectif full frame fixe « pancake » : le Voigtlander 20 mm f/3.5 : celui-ci je m’en sers principalement pour les images sous-marines, car il rentre pile-poil dans mon sac Ewa Marine… Donc je ne l’emmène pas si souvent que ça en voyage, je l’ai parfois utilisé lorsque je veux voyager (très) léger. Mais la mise au point manuelle reste plus lente et plus aléatoire qu’un bon AF (même si l’on maitrise bien l’hyperfocale, ça reste moins pratique). Bon, il ne coutait pas très cher, alors je le garde… Relire : Je le veux : Voigtländer Color-Skopar 20 mm (Canon EF).

Un petit objectif APS-C fixe à tout faire : le Canon EF-S 24 mm f/2.8 STM : monté sur le petit EOS 100D ce merveilleux petit pancake donne un 38 mm f/2.8. Il est piqué, pas cher et super discret… Indispensable pour se promener les mains dans les poches en ville. Relire : Le successeur du Canon EOS 100D en aout ?

Un zoom compact à tout faire : Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM : il s’agit de l’objectif « standard » et polyvalent… Quel progrès par rapport à mon précédent EF 24-105 mm f/4 L IS USM. Ou même face au Nikon 24-120 mm f/4 que j’ai souvent utilisé (trop encombrant et aux performances optiques décevantes)…

canon_ef_24-70mm_f4l_is_usm-small

Ce Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM est actuellement unique au monde : il dispose d’un excellent piqué (parfaitement compatible avec 50 Mpix, je vous assure), il est plus compact et plus léger que les autres 24-70 mm. Il est équipé d’une position macro bien agréable et d’un loquet de verrouillage qui faisait défaut sur le Ef 24-105 mm. Enfin, cet objectif n’est pas trop coûteux (dans les 900 €)… C’est l’objectif qui manque vraiment dans la gamme Nikon par exemple.

Je le recommande donc à quiconque désire passer au full frame sans se ruiner. L’économie réalisée par rapport à un 24-70 mm f/2.8, vous permettra de vous offrir 2 à 3 objectifs fixes f/1.4 (qui permettent de réaliser des images qu’aucun zoom ne peut réaliser). Un bon calcul en terme de polyvalence, de rendu et de poids (car vous n’êtes pas obliger d’avoir tout en permanence dans votre sac). Ci-dessous, mon EF 24-70 mm f/4, monté sur l’EOS 6D (en été 2014 en Islande), vous voyez : les deux sont très compacts. Lire la suite…

_1110118_blog_1078px

 

en photo : pas la choix... il faut "porter" !
000 - A LA UNE
28 Le NIKKOR 70-200 mm f/2.8G ED VR Ⅱ bientôt remplacé ?

Le AFS NIKKOR 70-200 mm f/2.8G ED VR Ⅱ (sorti en 2009) sera-t-il bientôt remplacé ? Nikonrumors le suppose… Et moi je considère que c’est absolument urgent ! Et que cela aurait du être fait il y a très longtemps, car ce modèle est vraiment dépassé…

Notamment face au 70-200 mm f/4 et surtout face au Canon équivalent. Nous en parlions récemment ici Canon contre Nikon : ou en sont-ils en 2016 ? et là : Quelques bêtises que l’on entend régulièrement… En cause : d’abord le piqué, relativement décevant ( http://goo.gl/2EYBi8 ) comme le soulignait Tony Northrup dans sa vidéo en s’appuyant sur les mesures de DxO.

Ensuite (et c’est encore plus grave) : le fait que ce 70-200 mm, se transforme en 60-135 mm ( ! ) à la plus courte distance de mise au point, à cause du « Focus Breathing » (bobatkins.com). C’est à dire à la plus importante distance de mise au point, notamment pour le reportage, le mariage, le portrait… Tony Northrup l’explique dans une vidéo (allez directement à 7,55) youtube.com. Alors que le phénomène de focus breathing (qui existe sur toutes les optiques) est quasi nul sur le Canon EF 70-200 mm f/2.8 L IS USM II…

AF-S-NIKKOR-70-200mm-f-2.8G-ED-VR-II_front

Cette caractéristique est juste catastrophique sur le Nikon 70-200 mm f/2.8  : les conséquences (en portrait spécialement), sont un « grossissement » insuffisant : http://photo.net/nikon-camera-forum/00cysZ. A quoi sert d’acheter un 70-200 mm pour qu’il se transforme en 60-135 mm (et c’est bien le cas, tous ces sites le démontrent) ?

Voilà en fait la focale réelle de votre Nikon 70-200 mm f/2.8 aux différentes distances de prise de vue : bythom.com. « For those that are concerned about reach, here’s the full table of approximate focal lengths reached at 200mm » : Lire la suite…

  Marked 200 mm is really :
1.4 m 134 mm
2 m 147 mm
3 m 164 mm
5 m 176 mm
10 m 186 mm
Infinity 192 mm

 

Préhistorique : le NIKKOR 70-200 mm f/2.8G ED VR Ⅱ ?
CONSEIL : photos décryptées
48 Quelques bêtises que l’on entend régulièrement…

J’en aurais entendu des bêtises sur la photo depuis toutes ces années ! Sorties la plupart du temps de la bouche des photographes eux-même… souvent avec une assurance assez déconcertante.

Rapide passage en revue des deux ou trois tartes à la crème bien gratinées… qui me viennent immédiatement à l’esprit ! Mais je suis sur que vous ne manquerez pas de compléter ce début de collection en commentaires.

1 – Le matériel ne compte pas, c’est l’oeil du photographe qui fait tout… Bien entendu que l’oeil du photographe est essentiel : c’est l’évidence même. Mais la photo est un domaine très technique aussi. Et sans le matériel adapté à la situation (ou à l’idée que se fait un photographe d’une image qu’il désire réaliser), alors : pas de photo ! En photo : le matériel compte aussi…

Un cas extrêmement courant est la street photo : un matériel trop lent est un réel handicape… Par exemple un hybride à viseur électronique dont l’affichage souffre d’un léger décalage (même s’il n’est que d’1/100 sec). Ces Viseurs électroniques qui interrompent la visée lors des rafales (y compris les courtes rafales de 3 à 5 images, qui sont les plus fréquentes) : pour moi voilà un réel obstacle entre la scène et le photographe, qui va être géné pour déclencher à « l’instant décisif ».

Une mauvaise ergonomie peut également être un handicape : ce moment ou vous êtes encore en ISO Auto et ne parvenez pas à revenir instantanément à 50 ISO face à un contre jour violent, à cause d’une ergonomie de l’appareil mal conçue, ou mal comprise… Celui qui peut faire cette manipulation du bout de l’index sans quitter la scène de l’oeil dans le viseur, possède l’avantage de la réactivité.

Par contre celui qui doit sortir l’oeil du viseur pour  tourner une molette à l’ancienne située sur le haut de l’appareil côté gauche, va perdre 5 précieuses secondes, durant lesquelles la scène a changé.

Japon Asie, Japan Asia

2 – J’ai choisi un Nikon, car les objectifs sont meilleurs – Voilà une belle légende urbaine… Chez Nikon comme chez tous les fabricants : il y a de bons objectifs et des mauvais… Nikon, n’est pas « globalement » meilleur, ou plus mauvais qu’un autre fabricant… Par contre il y a des photographes qui sont meilleurs que d’autres, pour choisir dans leur monture : les meilleurs objectifs.

Par exemple chez Nikon, ne choisissez pas le 70-200 mm f/2.8, qui est ancien et dépassé par rapport à celui de Canon. Mais préférez le Nikkor 70-200 mm f/4, qui est plus récent et meilleur que celui de Canon. 

Conclusion : si il vous faut absolument un 70-200 mm f/2.8, passez en Canon, ou attendez que Nikon mette à jour le sien. 

Mais si il vous faut absolument un 70-200 mm f/4, alors préférez peut-être le Nikon (quoique, d’autres critères peuvent vous faire hésiter : parmi lesquels le pire est l’absence d’un 24-70 mm f/4 stabilisé chez Nikon, alors que celui de Canon est fantastique et sans équivalent sur le marché). Lire la suite…

 

... ajoutez votre témoignage !
000 - A LA UNE
18 7 raisons de ne pas passer aux APN hybrides

Excellent article en Anglais, ou le photographe Thom Hogan détaille les sept raisons pour lesquelles il reste fidèle aux reflex… Je n’aurais pas dit mieux, c’est à lire absolument : 7 Reasons Why I’m Still a Nikon DSLR User

Le passage à propos du viseur électronique et de son « lag » (retard d’affichage) est particulièrement juste… Personnellement le problème du viseur est ce qui me gène le plus, avant la question des objectifs. Et voici les sept raisons principales, détaillées dans l’article :  1 Viewfinder – 2 Lenses – 3 Battery Life – 4 Focus Speed and Accuracy – 5 Controls and Ergonomics – 6 Buffer Performance – 7 Neutralité. Lire la suite…

 

... il est encore trop tôt !
000 - A LA UNE
22 Matos photo : les pires fausses bonnes idées, partie 2

Surtout, avant d’aller plus loin : relisez bien mon introduction : Matos photo : les pires fausses bonnes idées, partie 1. Voici, la suite de notre revue « d’innovations », de caractéristiques à la mode, de gadgets, ou de « lubies photographiques »…

> Compter sur une tablette pour stocker et classer ses photos en voyage ! Les tablettes sont lentes, on y voit pas très bien les images, la colorimétrie est fantaisiste et la capacité de stockage est extrêmement limitée… Oubliez donc les tablettes pour stocker des photos en voyage : un point c’est tout…

Première solution : vous achetez davantage de cartes mémoires et attendez d’être rentré pour visualiser et sauvegarder tout ça… Seconde solution : vous utilisez un vrai ordinateur portable (certains modèles sont vraiment légers par exemple le Macbook 12″ d’Apple) et stockez vos images dessus (grâce à Lightroom par exemple). Sans oublier de réaliser des sauvegardes sur disques externes (en plus).

> Revenir à l’argentique ! Croyez-vous vraiment que si vous ne parvenez pas à « faire » de bonnes photos en numérique… Le fait de revenir à une technologie ancienne, vous aiderait à progresser ? Probablement pas…

Mon conseil : faites davantage de photos, multipliez les expériences. Peu importe l’appareil, peu importe la technologie… Choisissez la moins coûteuse, la plus efficace : donc certainement pas l’argentique ! Qui vous prendra énormément de temps et vous coutera très cher à la longue.

Argentique_1280px-Nikon_F

> La recharge par câbles USB « dans le boîtier » qui est livré sans chargeur : voilà encore un truc insupportable dont le seul intérêt est pour le constructeur de réaliser une petite économie. C’est très mesquin ! Et dire qu’il y a des testeurs sur Internet qui apprécient cela ! C’est peut-être qu’ils ne testent les appareils que par la fenêtre de leurs bureaux ? 

Par contre pour le photographe voyageur (ou le photographe en week end, tout simplement) : une fois que sa batterie est vide, il doit immobiliser obligatoirement son appareil pour la recharger ! Adieux les photos nocturnes… Alors qu’avec un vrai chargeur (et à condition de posséder une seconde batterie – tout photographe sérieux possède une seconde batterie) : on peut continuer à utiliser l’appareil, pendant qu’une des batteries est sagement placée dans le chargeur occupée à se recharger.  

> Les bagues d’adaptations : je n’en pense pas grand chose de bien ! Souvent elles coûtent assez cher… Et pourtant ne permettent pas de récupérer toutes les possibilités AF d’un système. Du moins en 2016… De plus, elles déséquilibrent l’ensemble boîtier objectif vers l’avant, l’ensemble devient relativement long, disgracieux et encombrant…

Je crois qu’il vaut mieux choisir astucieusement son système d’objectif d’abord et avant tout : donc la monture la plus richement dotée et diversifiée, ou celle qui vous donne accès à cet objectif unique au monde et indispensable, que vous souhaitez absolument utiliser… Puis ensuite : acheter l’appareil à placer derrière. Car c’est le choix des objectifs, qui compte largement plus que l’appareil.

Par contre j’aime bien le principe de certains objectifs Sigma Art récents, qui via un retour en SAV (relativement peu couteux), peuvent recevoir un élément arrière différent, adapté à une monture différente de celle que vous avez acheté initialement… Décidément, Sigma fait très fort : si seulement ils étaient aussi intelligent pour concevoir des appareils photos moins tarabiscotés ! Lire la suite…

Sigma_MC-11_side_adapter_Sony_E_702_vignet

 

Le diable se cache dans les détails...
000 - A LA UNE
4 Prise de vue : osez le contre jour

Ceux qui ont connu la photo argentique dans leur enfance « un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre »… se rappelleront peut-être le conseil que l’on donnait aux débutants à cette époque reculée :

Nos parents nous apprenaient, « ne prends pas de photo en visant vers soleil, tes photos seront cramées et l’on ne verra pas les visages ». C’était du bon sens et d’une certaine façon, le conseil reste valable si vous voulez réaliser le portrait de quelqu’un à coup sur… Les photographes amateurs, ne disposaient à l’époque d’aucun « moyen de retouche » et bien peu connaissaient la « correction manuelle d’exposition » : cadrer avec le soleil « en face » était donc la garantie d’une photo ratée.

Mais le numérique et le format RAW sont passés par là depuis… Et les photographes amateurs ne réalisent plus seulement des portraits : ils souhaitent aussi (et surtout) rendre compte d’une ambiance, d’un moment, d’une « atmosphère »… C’est ce qui a changé depuis que le numérique a rendu la photo si facile… et si abondante aussi.

Les photos simples sont devenues évidentes : faciles, banales, presque « inintéressantes ». L’ambition des photographes a évolué et le jugement (sévère ou indifférent) de ceux qui les regardent aussi.

Il est devenu si facile de réaliser un portrait en 2016, que nous acceptons désormais l’idée que la personne « ne soit pas immédiatement reconnaissable » : pour peu que l’image soit originale. Un portrait « différent » : bougé, en silhouette ou à contre jour, fera éventuellement plaisir à la personne photographiée car elle possède déjà pleins de portraits « classiques » d’elle-même…

Pour résumer : l’augmentation quantitative des photos, fait que nos goûts et notre intérêt pour les photos « différentes » a progressé… Et le premier moyen (quelque soit votre équipement) de sortir du lot : c’est d’oser le contre jour. Quelques exemples ci-dessous. Lire la suite…

Japon Asie, Japan Asia

 

...sortir du lot !
000 - A LA UNE
6 En photo tournez l’objectif vers l’avant… pas vers vous

Un très joli petit film ! L’Asie est encore plus jolie, avec un petit coup de « flare »… Juste un petit détail : cette façon de se mettre en avant et tourner l’objectif vers sois-même… au lieu de photographier le monde.

Que c’est immodeste… ça m’énerve chez les jeunes photographes et la génération « Selfie » (non, je ne suis plus vraiment un jeune photographe ;-)  « Selfies » incroyablement égocentriques. Ensuite, quel besoin d’appeler ça « Analog_Asia », alors que rien dans ce film, n’existerait sans le numérique ?   Lire la suite…

 

Génération Selfie... et nostalgie
1 2 3 4 5 14