Browsing: CONSEIL : Prises de vues

000 - A LA UNE
13 Utilisez mieux notre moteur de recherche !

Je profite d’une petite amélioration de notre moteur de recherche, pour vous inviter à l’utiliser plus souvent et de façon plus rationnelle ! Par exemple : pensez à utiliser des guillemets pour les mots composés, car ça change tout : « Canon EF 24 »

Utilisés entre guillemets, les termes « Canon EF 24-70 » donnent 27 résultats : on y trouvera ce que l’on cherche facilement. Par contre, sans les guillemets la recherche sur Canon EF 24-70 donne 146 résultats. Allez-y : essayez, c’est en haut à droite ! 

Si vous recherchez le terme « Sony bashing » en utilisant des guillemets, vous n’aurez comme résultats que les  occurrences comprenant les deux mots séparés par un espace : ce qui donne trois résultats seulement, dont le présent article que vous lisez… (résultats élégamment surlignés de jaune, vous avez vu ? Je me suis pris la tête pour changer la couleur) : Lire la suite…

 

Rechercher, c'est trouver ! Mais choisir, c'est renoncer...
000 - A LA UNE
33 Le Sigma 24-70mm f/2.8 DG HSM OS Art n’est pas trop gros

Pour moi, le plus important dans l’encombrement de l’équipement Full Frame que j’utilise , ce n’est pas la taille du boitier… Mais la taille et le poids du zoom trans-standard, qu’il faut considérer en tout premier. C’est pour cela, que je préfère le Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM, à la version f/2.8 non stabilisée.

En outre l’économie financière réalisée, me permet d’acheter un ou deux objectifs fixes à f/1.4 qui sont capable de produire des images que aucun zoom à f/2.8 ne permet d’obtenir)… Alors, justement : je me demandais quelle taille aurait le nouveau Sigma 24-70mm f/2.8 DG HSM OS Art stabilisé (très attendu) qui arrivera très bientôt dans les boutiques… La réponse est rassurante et se trouve ici chez CameraSize.com ! Ouf, il ne sera pas trop gros… Lire la suite.

 

Décidément, j'adore Sigma !
000 - A LA UNE
11 Cadrez plus serré ! Si le patron l’exige…

Du bon usage de la bonne focale… Zoomez serré, si vous voulez laisser croire qu’il y a du monde. Et évitez le grand angle ! Surtout si on vous le demande gentiment…

Une leçon à retenir pour les photographes de presse débutants à lire chez Arrêt sur ImageInvestiture / foule : la com’ de Macron préférait les plans serrés. Regardez ce plan large : étonnant comme c’est vide et c’est ça qui n’a pas plu (mais c’est pourtant la vérité) : Lire la suite…

 

... grosses ficelles !
000 - A LA UNE
31 Encore une photo présidentielle ratée !

Encore une photo présidentielle ratée. On se souvient bien du scandale de la photo de Hollande (Depardon a (mal) photographié le président en argentique)… Ce coup-ci c’est la photo du gouvernement qui est ratée !

Une belle démonstration d’amateurisme photographique, avec notamment une ministre invisible ! Pas sympa au moment ou la « paritée » est de mise… Le plus drôle (ou le plus tragique) : c’est que cette ministre invisible est : Marlène Schiappa (secrétaire d’État chargée de l’égalité des femmes et des hommes) !

Ahahah, vraiment ça ne s’invente pas… En 2057 quand elle montrera à ses petits enfants cette photo de l’année ou elle avait été ministre, elle pourra toujours expliquer que « en 2017, la photographie en était à ses débuts ! On n’était jamais vraiment sur d’être visible sur la photo » !

Heureusement dans pas longtemps, le (ou la) photographe officielle qui a commis cette merveille inoubliable, aura une nouvelle occasion de se rattraper, puisque ce gouvernement changera bientôt. D’ici là, il (ou elle) aura peut-être le temps de venir prendre un cours de photo à la maison ;-)

Une focale trop courte qui fait disparaitre le dernier rang à l’horizon : les gens y sont minuscules et invisibles… « cette image décrédibilise les personnes et la photographie, un art né en France », peut-on lire sur Facebook… Lire la suite…

 

la "grande rigolade" recommencer...
000 - A LA UNE
30 Pratique : moins de 5 secondes pour déclencher !

En reportage, en voyage, en sport et dans pas mal de circonstances : si vous souhaitez saisir la vie, « l’instant décisif » : il vous faudra être prêt à déclencher en moins d’une seconde…  Revue de quelques détails, qui n’en sont pas !

Relisez d’ailleurs avant tout : quelques bêtises que l’on entend régulièrement… Ceci fait, passons maintenant en revue quelques « réglages » et « actions » qu’il faudra savoir réaliser en moins de 2 seconde ! On commence par le plus simple et le plus évident :

1 – Prise en main et visée en moins d’une seconde : il faudra en moins d’une seconde être capable de porter votre reflex au niveau de l’oeil, cadrer instantanément et « déclencher d’instinct »… Relire : Mes 20 conseils pour améliorer vos photos de rue.

Pour cela votre appareil doit rester en permanence en position « On » et allumé (avec la mise en vaille automatique réglée sur 5 minutes), jamais éteint… D’ailleurs, je n’éteins jamais mon appareil, chaque soir je le laisse dans mon sac en position veille : les batteries ne se vident pas (seule exception, lorsque j’utilise le GPS Interne, je préfère l’éteindre si je ne l’utilise pas quelques heures). Lire la suite…

 

... mieux "saisir l'instant décisif"
000 - A LA UNE
56 Pour progresser : cherchez les contre-jours

Je me souviens de conseils que l’on donnait aux photographes débutants dans mon enfance : évitez les contre-jours… Il est vrai que bien exposer une image à contre jour, en argentique dans les années 70 relevait du « coup de bol ».

Par volonté de contradiction, j’ai pourtant souvent essayé les contre-jours à l’époque argentique… En me plantant la plupart du temps ! J’essayais de me débrouiller comme je pouvais pour échapper aux erreurs d’exposition : en braketant systématique (avec 3 diaph d’écart) pour commencer (du moins à partir de 1992 lorsque j’ai eu un Canon EOS)… Ensuite en ajoutant du flash « fill-in » parfois (lorsque le sujet le permetait). Ou même un réflecteur pour déboucher le premier plan avec plus ou moins de succès… Mais ce que je n’ai pas compris tout de suite, c’est qu’il fallait mieux « accepter le contraste », pour l’exploiter. C’est d’ailleurs pour cela que la « dynamique » de mon capteur m’importe peu : il y en a toujours assez !

Aujourd’hui en numérique tout est plus facile… Les fichiers RAW (même les pires, comme ceux des compacts) disposent d’une dynamique tellement immense (plus que suffisante)… L’écran est là pour vous permettre de vérifier vos images immédiatement. Le bracketing est extrêmement facile à mettre en oeuvre (plus facile chez canon que chez Nikon soit dit en passant). On peut choisir de « braketer » sur 2, 3, 5 ou 7 vues… Et bien entendu la correction manuelle d’exposition est plus accessible à tous.

Et enfin pour compléter cet ensemble d’outils très puissants : Lightroom est là pour vous aider à faire le tri (surtout si vous prenez 1000 images par jour, dont parfois un bon tiers à contre jour, en ce qui me concerne – Pourquoi prendre… de 500 à 1000 photos par jour ? )… Et en post traitement, il est devenu facile « d’ajouter un peu » les contrastes. Ce qui n’est pas un « petit détail » dans cette histoire. Mon conseil du jour est donc : osez le contre jour. Il en restera toujours quelque chose…

Donc, ne craignez pas de rater : au contraire c’est en ratant que l’on progresse… La photo doit rester « instinctive », elle nécessite un certain « lâcher prise ». Dernier conseil : si vous voulez pratiquer confortablement l’Art du contre jour : fuyez les viseurs électroniques, totalement incapables de restituer « ambiance d’un contre jour » au moment du cadrage.

Sélection de quelques images « à contre jour », que j’ai réalisé lors de nos derniers voyages photos… Ou j’enseigne à qui s’y intéresse « l’Art du contre jour » : www.destinationphoto.com…  Par ici pour lire la suite.

 

un "conseil photo"...
000 - A LA UNE
37 Pourquoi prendre… de 500 à 1000 photos par jour ?

Lorsque je reviens d’un beau voyage (tous les voyages ne sont pas obligatoirement réussis), je fais le compte de mes images et je divise, par le nombre de jours passés…

Et je constate en général : que pour un « beau voyage », j’aurais pris entre 500 et 1000 photos par jour. Vous trouvez que c’est beaucoup ? Et même, beaucoup trop ? Certains s’étonnent qu’il me soit nécessaire de shooter autant que cela, pour parvenir à un résultat qui me plaise… Surtout depuis le temps que je fais de la photo ! Et bien je suis persuadé que c’est pourtant nécessaire et plus les années passent et plus je prends de photos. Cela faisait longtemps que j’avais envie d’expliquer : pourquoi je crois il est nécessaire de shooter « autant que cela »… Voici mes raisons : 

1 – La créativité est comme un « muscle » : qu’il faut entrainer… Et c’est en essayant et en essayant encore : que vous trouverez de nouveaux angles, de nouveaux cadrages et de nouvelles idées. Ne me faites pas croire que c’est « dans la tête », que l’on peut « visualiser » une idée de photo… Non, c’est en tentant de la réaliser : en vrai grandeur.

Certes, après quelques années de cet entrainement : vous serez peut-être capables (comme moi) de « réaliser virtuellement » des images dans votre tête. En sachant exactement ce que donneront tel ou tel choix de focale, d’ouverture et de correction d’exposition… Mais pour arriver à ce stade de maitrise : il faut avoir pris des milliers d’images pendant des années. Et ce n’est pas parceque j’ai une vague idée de ce que donnera la photo, que je m’épargne la peine de la faire, quand même… Il y aura toujours une différence entre ce que l’on croit que la photo sera : et ce qu’elle est vraiment.

2 – Le jour ou vous serez face à une situation urgente, au moins vous serez prêt à déclencher… Vos réglages, vos cadrages, votre choix de focal, tout cela sera devenu un automatisme : un travail d’instinct ! Car vous vous serez beaucoup entrainé (à raison de 1000 photos par jour, éventuellement inutiles pour 99% d’entre elles). Tout ça, pour le jour ou vous serez face à un véritable sujet intéressant !

Et ce jour là, vous verrez que votre entrainement aura servi à quelque chose. Car vous serez beaucoup plus efficace, rapide et créatifs, que quelqu’un qui aura déclenché de façon trop mesurée lorsqu’il n’y avait pas grand chose à photographier.

Par ailleurs votre workflow sera fluide et bien rodé : cartes mémoires disponibles, batteries et batteries de secours pleines, procédure de déchargement et de sauvegardes : rien ne vous surprendra… Vous serez comme un soldat capable de démonter et remonter son arme dans le noir. Lire la suite…

 

... shootez plus et triez mieux, il en restera forcément quelque chose
A RELIRE CET ETE (BEST OF)
9 Voyage photo Hong Kong du 05 au 13 janvier 2018

Les dates du prochain voyage photo à Hong Kong seront : du vendredi 05 au samedi 13 janvier 2018. Détails et programme ici ! Si vous n’avez jamais participé à un voyage photo, commencez par celui-ci. Ou par le Japon peut-être ?

Notre agence de voyage agrée vous proposera un vol international au départ de Paris. Chaque jour seront proposé des visites sur des spots photographiques connus ou moins connus, au cours desquelles vous profiterez de l’expérience et des conseils d’un photographe professionnel, formateur expérimenté. Jean-François Vibert est aussi un grand connaisseur de l’ancienne colonie Britannique, qu’il explore chaque année depuis plus de 11 ans avec son épouse Sharon, qui à grandi à Hong Kong et sera notre guide dans les ruelles les plus secrètes de la ville et de ses alentours. « Au travers de nos promenades photographiques, notre objectif sera de communiquer à de petits groupes conviviaux de 6 à 8 personnes, nos « savoir-faire » issus d’une expérience du reportage et de la photo de voyage.

Asia, Asie

 

... une véritable initiation à l'Asie !
1 2 3 13