Browsing: CONSEIL : Prises de vues

000 - A LA UNE
35 Pourquoi prendre… de 500 à 1000 photos par jour ?

Lorsque je reviens d’un beau voyage (tous les voyages ne sont pas obligatoirement réussis), je fais le compte de mes images et je divise, par le nombre de jours passés…

Et je constate en général : que pour un « beau voyage », j’aurais pris entre 500 et 1000 photos par jour. Vous trouvez que c’est beaucoup ? Et même, beaucoup trop ? Certains s’étonnent qu’il me soit nécessaire de shooter autant que cela, pour parvenir à un résultat qui me plaise… Surtout depuis le temps que je fais de la photo ! Et bien je suis persuadé que c’est pourtant nécessaire et plus les années passent et plus je prends de photos. Cela faisait longtemps que j’avais envie d’expliquer : pourquoi je crois il est nécessaire de shooter « autant que cela »… Voici mes raisons : 

1 – La créativité est comme un « muscle » : qu’il faut entrainer… Et c’est en essayant et en essayant encore : que vous trouverez de nouveaux angles, de nouveaux cadrages et de nouvelles idées. Ne me faites pas croire que c’est « dans la tête », que l’on peut « visualiser » une idée de photo… Non, c’est en tentant de la réaliser : en vrai grandeur.

Certes, après quelques années de cet entrainement : vous serez peut-être capables (comme moi) de « réaliser virtuellement » des images dans votre tête. En sachant exactement ce que donneront tel ou tel choix de focale, d’ouverture et de correction d’exposition… Mais pour arriver à ce stade de maitrise : il faut avoir pris des milliers d’images pendant des années. Et ce n’est pas parceque j’ai une vague idée de ce que donnera la photo, que je m’épargne la peine de la faire, quand même… Il y aura toujours une différence entre ce que l’on croit que la photo sera : et ce qu’elle est vraiment.

2 – Le jour ou vous serez face à une situation urgente, au moins vous serez prêt à déclencher… Vos réglages, vos cadrages, votre choix de focal, tout cela sera devenu un automatisme : un travail d’instinct ! Car vous vous serez beaucoup entrainé (à raison de 1000 photos par jour, éventuellement inutiles pour 99% d’entre elles). Tout ça, pour le jour ou vous serez face à un véritable sujet intéressant !

Et ce jour là, vous verrez que votre entrainement aura servi à quelque chose. Car vous serez beaucoup plus efficace, rapide et créatifs, que quelqu’un qui aura déclenché de façon trop mesurée lorsqu’il n’y avait pas grand chose à photographier.

Par ailleurs votre workflow sera fluide et bien rodé : cartes mémoires disponibles, batteries et batteries de secours pleines, procédure de déchargement et de sauvegardes : rien ne vous surprendra… Vous serez comme un soldat capable de démonter et remonter son arme dans le noir. Lire la suite…

 

... shootez plus et triez mieux, il en restera forcément quelque chose
000 - A LA UNE
54 Street photo : 50 mm, 35 mm ou 28 mm ?

Cela fait plaisir de voir Kai Wong revenir aux basiques… et à Hong Kong, dans cette nouvelle vidéo ! Plus précisément dans le quartier de Sham Shui Po – Wikipedia, un de mes quartiers préférés pour la street photo…

D’ailleurs : notre prochain stage photo à Hong Kong c’est du 06 au 14 janvier (et il reste deux places). La question du jour : 50 mm, 35 mm ou 28 mm, quelle est la meilleure focale pour la street photo (si vous devez choisir un fixe)… Lire la suite.

 

... quelle focales fixe ?
000 - A LA UNE
44 Témoignage d’une pro contre les hybrides, en usage pro

Témoignage d’une photographe pro (c’est trop rare ce genre de témoignage), qui explique pourquoi elle n’envisage pas d’utiliser un hybride, dans le cadre de ses reportages professionnels : Why I Can’t Use a Mirrorless Camera Professionally.

A lire, car c’est intéressant et même un peu surprenant : « I charge a premium for my clients to hire me to come shoot their luxury weddings. In some level, if I show up with a little, mirrorless camera, I feel like I’m not meeting their expectations.  » Mmmm….

En conclusion elle précise tout de même : « Do I think photographers like Miguel Quiles that shoot with mirrorless cameras produce work that’s any less professional than others like Moshe Zusman who uses and teaches with DSLRs? No, absolutely not. They’re both professionals producing beautiful imagery. It’s a personal business decision for me; I don’t think I’m ever going to be able to use a mirrorless system for professional use. » Alors, les hybrides ? Pas rassurants pour les clients ?

 

les hybrides : ça "fait pas" pro ?
000 - A LA UNE
42 Photographes : oubliez ces très mauvaises habitudes (2)

Suite de notre précédent article : Photographes : oubliez ces très mauvaises habitudes (partie 1), qui avait connu un certain succès… N’hésitez pas à enrichir cette petite collection de « défauts », avec vos propres remarques en commentaires.

Et on commence avec le commentaire de Carl, que j’ai trouvé si judicieux que j’ai préféré le recopier ici (car j’aurais pu l’écrire moi même). C’est à propos de photos de rue :

Cessez de croire qu’il suffit de basculer une « photo de rue » en noir et blanc. « Il me semble que la « photo de rue » est un genre particulièrement malmené. en ce moment Beaucoup s’imaginent que, pour faire de la « photo de rue » : il suffit de prendre une photo de personnes banales, faisant quelque chose de banal, dans un lieu banal ! Et de tourner ça en noir et blanc. Et on se retrouve avec des tas de photo de personnes anonymes, déambulant sur des trottoirs vers on ne sait où ni pourquoi, en regardant leur téléphone, sans aucune expression… Il y a juste trop de photos de rue en ce moment !

Qui ne sont visiblement que des instantanés pris au téléobjectif, de gens ne faisant rien de particulier ni d’intéressant : seulement traités en N&B… Bref, tu pourrais faire un article sur ce seul sujet !  Et même si tu fais mention (ici) spécifiquement de photographier des clochards au téléobjectif,  pour moi le problème est beaucoup plus large et ne s’applique pas juste au clochard. Car la photo de rue, ce n’est pas « juste n’importe quoi » dans une rue, auquel on ajoute un traitement N&B !  » – Merci à Carl.

_mg_2130-2_blog_1200px

Ne restez pas bloqués sur un Collimateur AF Unique : Osez faire confiance à la Sélection Automatique du collimateur (Tous Collimateurs actifs), avec priorité au sujet le plus proche ! Vous serez beaucoup plus rapides ainsi (plutôt c’est l’appareil qui sera beaucoup plus rapide que vous)…

L’utilisation d’un collimateur unique doit être réservé à des situations particulières, ou l’on a tout son temps (longues focales, grande ouverture, portrait par exemple)… Dans 80% des circonstances je conserve la sélection Auto des collimateurs (tous collimateurs actifs), en AF-S (One-Shot) les deux tiers du temps… C’est un de mes secrets pour rester réactif et ne jamais louper « l’instant décisif ».

Arrêtez avec les désaturations sélectives ! Une image en noir et blanc, avec juste les talons d’un modèle rouge… C’est trop ringard : arrêtez avec ça, c’est nul ! Oui, mais qu’est-ce que le « ringard » au fait… Et bien, c’est quelque chose qui ne surprend plus personne, que l’on a vu… Et revu ! Jusqu’à l’écoeurement ! Comme le filtre « softness », autre exemple de « ringardise ».

Arrêtez les filles nues vautrées en talons sur des rochers pointus : D’une façon générale, je me suis toujours étonné que des photographes s’épuisent à faire s’assoir (ou se coucher) des filles nues dans les positions les plus inconfortables et incongrues possibles (personne ne se tient comme ça en vrai)… Et bien entendu ça se passe toujours sur les surfaces les plus hostiles : rails de chemin de fer, rochers pointus, murets en béton brut bien poussiéreux… C’est du pure sadisme ! Lire la suite…

 

la photo, c'est moins facile que vous ne le pensez !
000 - A LA UNE
87 Photographes : oubliez ces très mauvaises habitudes !

Lorsque je voyage avec des élèves photographes (voir nos voyages photos), je repère assez vite les mauvaises habitudes, que beaucoup acquièrent (sans s’en rendre compte) en travaillant trop souvent seuls dans leur coin…

Je vous propose en ce beau dimanche : un petit florilège de mauvaises habitudes que vous aurez tout intérêt de combattre pour réaliser des progrès. Dans les conseils possible : il y a ce qu’il faut faire… Et ce qu’il fait cesser de faire ! Après cette première partie, lisez la suite ici : Photographes : oubliez ces très mauvaises habitudes (partie 2).

Cessez de croire que le mode M donne du talent : ne perdez pas votre temps avec le mode M, utilisé en toutes circonstances sans réflexion… Le Mode M est à réserver à des cas particuliers : studio, images nocturnes, circonstances ou la lumière ne change pas. Et quelques autres.

Mais le reste du temps, le Mode M vous aidera surtout à rater cet « instant décisif » qu’il est urgent de saisir, avant que l’instant ne s’envole… Car le Mode M c’est trop lent !

La photo est d’abord « affaire de réactivité » et votre voisin qui travail en Mode P, est beaucoup mieux armé pour être réactif ! Par contre je vous engage à essayer de temps à autre : le Mode M avec ISO Auto, qui peut s’avérer intéressant. Par exemple en vidéo, mais pas seulement…

Landscape, Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

Ci-dessus : image datant de 2005 : prise en JPEG au Canon EOS 20D + zoom Canon EF 70-200 mm f/2.8 L IS USM. Données de prise de vue : 1/60 sec – f/14 – 100 ISO (correction d’expo -2/3 IL) – A main levée…

Ne massacrez plus les arrières-plans : Depuis que les appareils réalisent le point quasi automatiquement et que l’exposition n’est plus le « premier soucis du photographe » (comme à l’époque des diapositives) : je dirais que la « médiocrité » de nos arrières plans est devenu la toute première cause de « nos photos ratées » !

A trop se concentrer sur leur sujet, la plupart des photographes débutants, oublient de prendre en compte l’arrière plan dans leur cadrage… Mon conseil, ouvrez les yeux, pensez « arrière plan », déplacez vous verticalement et latéralement en permanence. Et surtout : fuyez l’utilisation du pied qui est un véritable frein à l’expérimentation et à la composition (lire plus bas)…

_mg_5314_blog_1400px

Ci-dessus : Canon EOS 6D + Sigma 24 mm f/1.4. Données de prise de vue : 1/80 sec – f/1.4 – 50 ISO – Correction Manuelle d’expo : -1/3 IL.

Arrêtez la mesure spot lorsqu’elle est inutile : ceux qui utilisent la mesure Spot sont assez souvent des adeptes du Mode M par ailleurs… Des photographes qui adorent se « prendre la tête » inutilement et feraient mieux de s’intéresser à leur sujet, plutôt qu’à l’exposition !

Beaucoup de gens se font avoir, après avoir basculé (ponctuellement) en mesure spot, pour un portrait par exemple (croyant travailler comme les pro)… Ils oublient ensuite de revenir sagement à la mesure multizone (mesure Auto par défaut). Et réalisent des images trop claires ou trop foncées, leur spot étant pulsé par hasard sur tel ou tel arrière plan…

Parenthèse : heureusement pour les « fans de mesure spot », dans les Canon EOS pas trop anciens, on peut demander que l’appareil affiche une alerte dans le viseur dès que vous êtes en mesure Spot (et aussi dans d’autres cas : lorsque vous êtes en Monochrome par exemple). Fin de la parenthèse !

La mesure Spot, n’est vraiment pas adaptée à la prise de vue polyvalente « au quotidien »… Au mieux, vous le savez et perdez votre temps à mémoriser l’exposition (ce qui est long et représente une opération de trop, lorsque le sujet risque de s’envoler)… Alors qu’une mesure multizone la plus automatique possible, fait parfaitement l’affaire dans 99% des circonstances. Et vous pêrmet de vous concentrer sur ce qui compte vraiment : votre sujet, l’instant « décisif » et votre composition…

La solution : apprenez à utiliser la correction manuelle d’exposition : c’est bien plus rapide… Lire la suite !

 

... concentrez vous sur "ce qui compte" !
000 - A LA UNE
92 Réparez la colorimétrie défaillante ( ! ) de vos… Nikon

Cela fait plus de 10 ans que j’explique à qui veut l’entendre, que les choix colorimétriques de Nikon sont assez discutables : que leur « bleu du ciel » n’est pas assez « cyan » comme il devrait être… mais presque « bleu outremer » : presque « violet » !

Et que souvent leurs « tons chairs », donnent aux plus jolies peaux ce petit air « maladif » un peu « jaunasse ou verdâtre », qui me permet de reconnaitre instantanément un portrait pris avec un Nikon ! Si, si… je vous assure. Ci dessous une image prise en RAW par notre ami Guy avec son Nikon D750 développée dans Lightroom : à gauche le bleu du ciel tel qu’il devrait être (pas loin de « Bleu de France« ). Et à droite : le bleu qui sort directement du Nikon en JPEG (proche du « bleu outremer« ) :

style-image-nikon-vs-colorcheker-06

Bref, les couleurs qui sortent des Nikon en JPEG : ça « ne me va pas du tout »… C’est peut-être une question personnelle et je conçois que vous pouvez préférer le bleu outremer pour vos ciel par grand beau temps… Mais je sais aussi que je ne suis pas le seul à rechercher un bleu : disons « plus réaliste »… Car le bleu du ciel devrait être vraiment bleu en temps normal, pas bleu violet…

Alors que je n’ai aucun problème avec les JPEG qui sortent directement des Canon en style d’image standard, ni avec les JPEG produits par les Fuji en mode Astia ou Provia. Précisons toutefois, que parfois je trouve certains bleu Olympus trop « cyans » (à l’inverse des Nikon)… C’est que j’ai toujours été assez sensible aux nuances de couleurs. Et j’y ai été plus sensibilisé encore à l’issu de mes études d’Art Appliqué et d’histoire de l’Art, durant lesquelles j’ai pu étudier la théorie des couleurs.

teintes_de_bleu_1078

Alors ? Comment expliquer que Nikon en soit encore à produire des couleurs fausses, en 2016 ? Alors que d’autres constructeurs (plus secondaires), parviennent à délivrer des couleurs beaucoup plus réalistes, tout en restant aussi flatteuses ? Et surtout que personne ne se plaigne de cette particularité propre à Nikon, en dehors de rares photographes pointus et exigeants : souvent des portraitistes et photographes de mariage.

Venez vous former : à la création de Profils Couleurs Personnalisés pour Lightroom, afin d’améliorer la colorimétrie des RAW de votre reflex. Formation de 5h sur un après midi : contactez-moi ici.


Beaucoup de gens, ne voient pas (ou ne regardent pas) les couleurs !

Et bien la principale explication : est d’abord que la plupart des photographes ne se rendent compte de rien du tout ! Ils ne voient pas que les couleurs qu’ils affichent à l’écran sont à ce point fausses. D’abord, faute de « vraiment regarder » et de comparer…

Car si l’on ne prête pas attention aux couleurs, on ne voit rien. Chez la plupart des gens, l’oeil ne les « mémorise » pas les, il peut seulement les comparer. Pourtant l’oeil peut s’éduquer. Le problème est que la couleur n’est pas une chose à laquelle les hommes font naturellement attention. Les femmes : un peu plus !

En cas de doute sur leurs couleurs, les photographes pensent d’abord à accuser leur écran (et ils ont 100% raison), car il n’est pas assez bien calibré la plupart du temps… Si vous travaillez sur un iMac ou un Mac portable non calibré, tout sera : un peu « plus bleu »… Un peu « plus violet »… Un peu plus « saturé et contrasté » qu’il ne devrait : dans ce cas impossible « d’évaluer » la justesse du bleu du ciel.

Dans ce cas : l’écran non calibré « cache » le problème lié au profile de l’appareil lui-même. C’est l’écran (faux), qui cache la forêt du « Picture Control » (faux lui aussi). Du coup personne ne pense à remettre en question les choix du constructeur de l’appareil…

style-image-nikon-vs-colorcheker-90

Il me semble pourtant que la différence entre un « bleu Nikon » (ci-dessus à droite) et un bleu « à peu près réaliste » est parfaitement visible pour tout le monde… J’ai réalisé cette image à côté de chez moi à Montmartre, en RAW + JPEG, avec un Nikon D800E réglé sur le « Picture Control Standard ». Lire la suite…

 

... changez de planète, revenez sur la terre !
ACTU : matos photo, divers
12 Comparatif de zoom et téléobjectifs à 400 mm

Vous pensez vous équiper avant de partir en Safari ? Alors lisez bien ce comparatif réalisé par LensRentals, entre télés et zooms à la focale de 400 mm. C’est toujours passionnant (relire : Lensrentals consacre son top 10 de la décennie) ! En conclusions :

« I don’t think we really did too much here today except to have some fun and confirm, in numbers, what most people already know. The 400mm f/2.8 lenses, if you can afford one and don’t mind carrying it, are amazing. Canon’s new 400mm f/4 DO IS II is also superb, at least as good as the 300mm f/2.8 IS II with a teleconverter.

Canon’s 100-400 IS II is, from an MTF standpoint, the best zoom at 400mm, but the Nikon 200-500 and both the Sigma and Tamron 150-600s are also really good, far less expensive, and have greater range. The Nikon 80-400 VR II is not quite as good at 400 as the competition. »     Lire la suite…

 

... viser loin !
1 2 3 13