Catégorie : 000 – Grand large

000 - A LA UNE
21
Photos de paysages : pensez au téléobjectif

Une des grandes idées reçus en photo de paysage, c’est qu’elles devraient être prises systématiquement au grande angle. Ou a une focale précise : au 24 mm, au 35 ou au 50 mm). Non, il n’y a évidement pas de focale « spécifique » à la photo de paysage.

Personnellement je suis même assez fan des paysages photographiés au 70-200 mm. Le paysage au téléobjectif : c’est choisir une « portion » de ce que l’on voit… En gardant le meilleur et en éliminant le moins intéressant.

Ce que l’on fait d’ailleurs bien plus facilement avec un zoom télé, qu’avec un télé fixe, même si il est évidement toujours possible de recadrer dans une image initialement cadrée trop large (ou qui englobe des éléments gênants).

Mais le recadrage, c’est toujours moins bien, que le bon cadrage du premier coup. Même d’un point de vue philosophique… Petite remarque au passage : ne cadrez jamais « pile poil » toutefois ! Gardez plutôt 5% à 10 % de marge autour de la photo idéale. Vous serez bien content de bénéficier de cette petite marge de sécurité, pour un grand tirage, ou si vous devez redresser un peu l’horizon en post traitement. Les photographes expérimentés sont plus souvent embêtés par des photos cadrées trop serrées, que trop larges (contrairement aux débutants, qui cadrent souvent trop large).

J’ai donc fait une petite recherche parmis mes images de paysages préférées : sur toutes celles ayant une focale supérieure à 80 mm… Histoire de démontrer que le paysage aux longues focales : c’est aussi très intéressant ! J’ai commencé par créer une collection dynamique, affichant toutes les images dont la note est égale à 5 étoiles, dont la Focale était supérieure à 70 mm. Ce qui m’a donné 3.329 images (sur partant d’un total de 510.098 photos, c’est à dire toute ma photothèque). Lire la suite…

000 - A LA UNE
3
Lightroom Classic CC : nouveaux masques de gamme

Nouveauté marquante de Lightroom Classic CC (et de Camera Raw 10, le développeur RAW inclus dans Photoshop) : voici une nouvelle méthode de sélection, basée sur la plage de tonalité ou la plage de couleur… Et j’adore ça !

Nommé « Masque de gamme de Couleur », ou « Masque de gamme de Tonalité », cet outil rappel vaguement la fameuse sélection par « Plage de couleurs » de Photoshop, qui est dans ce logiciel la méthode de sélection que j’utilise la plus souvent. Vous le trouverez dans le coin inférieur de tous les outils localisés : Pinceau, Filtre radial et Filtre Gradué.

Ici peu importe la forme que vous donnerez à votre sélection localisée. A l’intérieur de la zone que vous avez dessiné : seules les plages de couleurs sélectionnées (tel ou tel type de rouge / orange par exemple), ou de tonalité sélectionnées (la tonalité est le fait d’être plu ou moins foncé) seront affectées par les modifications demandées (les curseurs que vous avez bougé). Un exemple super simple :

1 – Prenons une image prise dans une ruelle sombre de Jaipur au Rajasthan… Après avoir légèrement travaillé l’exposition générale et la luminosité globale des tons chauds dans TSL, imaginons que je désire remonter la saturation et la luminosité du vêtement de la femme de gauche. Je ne peux aller beaucoup plus loin avec les outils s’appliquant à la totalité de l’image, je vais donc utiliser un outil localisé :

2 – Je sélectionne une zone « à la louche », ce qui est rapide avec le Filtre Radial. Ici je le fais avec le filtre radial, mais j’aurais pu aussi prendre le Pinceau (le Filtra gradué n’est pas une bonne idée dans ce cas, mais cela aurait marché aussi). Pour plus de lisibilité, j’adopte ici un contour non progressif… Mais c’est juste pour être bien lisible : vous constatez que le bleu du mur est également impacté (ce qui n’est pas le but) :

3 – C’est là que je vais sélectionner les couleurs qui m’intéressent : le rouge et l’orange… Les réglages de mon Filtre radial s’appliqueront uniquement à ces couleurs, que j’ai sélectionné avec la pipette. Il reste un peu de contour visible sur le mur… Mais je pourrais atténuer cela de trois façons.

D’abord en ajustant mon Filtre plus près du sujet visé. Ensuite en ajoutant un peu de contour progressif. Enfin, en ajustant le curseur Niveau de l’outil « Masque de gamme » : je suis descendu ici à 10 point seulement – Lire la suite…

000 - A LA UNE
14
Hong Kong Janvier 2020 : réservez c’est le moment

C’est le moment pour vous décider à réserver votre place : pour notre voyage photo du mois de janvier 2020 à Hong Kong (précisément du vendredi 10 au samedi 18 janvier 2020). Infos et réservations sur le site de notre partenaire Nature du Monde. Le prix est de 3444 € (vol, hébergement et la plupart des repas inclus). Il y aura quelques nouveautés pour cette nouvelle édition (mais là : on garde la surprise)…

Me contacter ici (ou en commentaires) pour toutes questions (y compris questions matos, ou achats éventuellement, même si c’est devenu moins intéressant désormais : il reste de bonnes affaires)…

Il est évidement possible d’acheter votre billet d’avion vous-même si vous préférez. Mais ce ne devrait pas être beaucoup plus intéressant, que si notre agence s’en charge (en tous cas c’est comme vous préférez).

Faites vous plaisir : ce voyage photo à Hong Kong est un excellent moyen de progresser en photo, vu qu’il y a moins de déplacement que dans un voyage itinérant : cela veut dire plus de temps consacré à la photo : les sujets à Hong Kong sont infiniment variés ! Vous en garderez un très bon souvenir, d’autant qu’on y mange bien : Hong Kong est un sacré dépaysement…

Chaque jour seront proposés des visites sur des spots photo connus, ou moins connus. Au cours desquelles vous profiterez de l’expérience et des conseils d’un photographe professionnel, formateur expérimenté.

Jean-François Vibert est aussi un grand connaisseur de l’ancienne colonie Britannique, qu’il explore chaque année depuis plus de 11 ans avec son épouse Sharon, qui à grandi à Hong Kong et sera notre guide dans les ruelles les plus secrètes de la ville et de ses alentours.

« Au travers de nos promenades photographiques, notre objectif sera de communiquer à de petits groupes conviviaux de 6 à 8 personnes, nos « savoir-faire » issus d’une expérience du reportage et de la photo de voyage. Lire la suite…

000 - A LA UNE
40
Lightroom Classic CC : optimisez ses performances

Vous avez réalisé (j’imagine), la mise à jour de votre Lightroom 6 (ou CC anciennement), vers Lightroom Classic CC ? Petit listing des nouveautés qui permettent d’accélérer cette évolution du « vrai Lightroom » pour ordinateurs…

Adobe a fait quelques efforts pour améliorer la réactivité globale du logiciel. Personnellement je ne trouvais pas Lightroom 6 (et CC) « très lent »… Mais c’est parceque je sais « tout ce qu’il fait » et que je sais très bien l’utiliser. Notamment, je comprend parfaitement ce qui peut ralentir la machine sur laquelle je travail… Et à quel moment Lightroom exige beaucoup de ressources, je sais donc m’en accommoder au mieux… Mais (sauf à avoir suivi mes formations), ce n’est pas le cas de beaucoup d’utilisateurs.

Avec cette version, Adobe a fait des efforts pour simplifier la vie de ceux qui « ne savent pas trop » optimiser leur utilisation du logiciel. On sent ainsi que le lancement de l’application est légèrement plus rapide, (sans que cela soit très révolutionnaire, c’est juste un peu mieux). Et cela fera plaisir à tout le monde.

Création des Aperçus Standard en parallèle de l’importation des images : il y a eu de légers changements à ce niveau, puisque les deux opérations critiques peuvent se faire en parallèle (alors qu’avant : la création des aperçus ne démarrait qu’après la fin de l’importation des photos)… Une préférence permet de régler ce comportement : laissez cocher « Créer les aperçus standard en parallèle » (intéressant, surtout si vous disposez d’un ordinateur rapide)…

Je vous conseil de Décocher cette option : afin de conserver le contrôle, de ce qu’il se passe… Je la trouve pour ma part plus « gênante » qu’intéressante.

Vu que l’on importe pas des images « en permanence »… Et que cela ne durait pas si longtemps que ça finalement (l’importation ne représente que quelques 2 ou 3 % du temps total, que l’on passe sur Lightroom). Lire la suite…

000 - A LA UNE
10
Petite mise à jour de mon site vibertphoto.com

Juste un petit lien vers mon site vibertphoto.com, qui vient de subir un petit lifting, façon « flat design »… Il est toujours réalisé grâce à la plateforme Photodeck, que je vous recommande : pratique, efficace et super configurable…

Donnez moi votre avis… J’ai choisi des polices plus fines (qui sont certainement moins lisibles, je sais), mais c’est pour donner plus de place aux photos. Car c’est cela qui compte non ?

000 - A LA UNE
33
Ce qui compte c’est l’objectif ! Pas l’appareil… (2/3)

J’ai toujours conseillé à mes élèves de dépenser plus d’argent, dans leurs objectifs, que dans leurs boîtiers… Seconde partie de notre revue d’objectifs remarquables… lire :  Ce qui compte c’est l’objectif : partie 1 et la partie 3 ici… et 4 ici.

Le Canon EF 70-200 mm f/4 L IS (1179 €) monté sur un simpliste Canon EOS 100D (469 €) pour certaines images. Achetez un 70-200 mm f/4 et placez le sur votre vieux boîtier : il en sortira de bien meilleures photos, que d’un nouvel appareil (à quelques exceptions près)… Je n’ai jamais pu me passer d’un 70-200 mm à ouverture contante.

Alors certes : les versions f/2.8 sont exceptionnelles… Mais très lourdes et assez (ou très) couteuses. Et l’on peut déjà faire tellement de choses avec un simple 70-200 mm f/4.

Le Sigma 85 mm f/1.4 (ancien modèle à 800 €) et le Canon 85 mm f/1.8 US (378 €)Ces deux-là ce sont mes deux coups de coeur ! Je possède les deux, mais je ne peux n’en emporter qu’un seul à la foi en voyage (et c’est dur de choisir lequel prendre)… Le modeste Sigma 85 mm F1,4 DG EX HSM f/1.4 (bien que déjà dépassé techniquement), vous éblouira… spécialement en contre jours. Si vous êtes à la recherche d’effets bokeh à moindre coût : c’est celui qu’il vous faut…

Beaucoup plus léger et encore moins cher, le petit Canon 85 mm f/1.8 US (378 €) est l’objectif dont le rapport « étonnement / prix » est le plus favorable du monde… SI vous êtes fauchés mais avez tout de même quelques ambitions photographiques : alors il est pour vous !

Il va bien falloir que je me débarrasse du Sigma, si un jour j’achète le nouveau Canon EF 85 mm f/1.4 L IS USM : le premier 85 mm stabilisé pour reflex. Lire : Canon EF 85 mm f/1,4 L IS USM : merveille accessible Un 85 mm stabilisé : ça va être quelque chose d’extraordinaire… C’est certain : il me le faudra !

Lire la suite…

000 - A LA UNE
38
Ce qui compte c’est l’objectif ! Pas l’appareil… (1/3)

J’ai toujours conseillé à mes élèves de dépenser davantage d’argent, dans leurs objectifs, que dans leurs boîtiers… Par exemple s’offrir un 70-200 mm f/4 : voilà un bien meilleur investissement à envisager…

Plutôt que de dépenser la même somme dans un nouvel appareil. Faites l’expérience : achetez un 70-200 mm f/4 (même d’occasion). Puis montez-le sur un vieux reflex, vous constaterez qu’il en sortira de meilleures photos que si vous aviez acheté un nouvel appareil (à quelques exceptions près évidement).

A suivre dans le prochain épisode, d’autres galeries d’exemples, réalisés avec certains de mes objectifs favoris… Parmi lesquels, le 70-200 mm f/4 bien entendu. Ou le Sigma 24 mm f/1.4 Art… Ou encore le petit Voigtlander 20 mm f/3.5. A suivre ici…

Ce qui compte c’est l’objectif : partie 2

Ce qui compte c’est l’objectif : partie 3

De plus, les bons objectifs sont des investissements généralement plus pérennes, qui perdent moins de valeur avec le temps, que les boîtiers (qui se démodent si vite)…

Vérifiez en occasion : les reflex vieux de 5 ans deviennent quasiment invendables (il faut dire que pas mal de gens achètent des boîtiers dont ils ne se servent quasiment jamais, donc les bonnes occasions ne manquent pas). Alors que les « bons » objectifs conservent une bonne cote durant plusieurs années… Lire la suite.

000 - A LA UNE
24
Appliquez des notes à vos photos dans l’appareil

Grande nouvelle : je viens d’apprendre un peu par hasard que l’on peut sur certains reflex Nikon récents (au moins les D500, et D5300), enfin appliquer des notes (de 1 à 5) aux photos dans l’appareil… Et même appliquer un label « à supprimer ».

A vérifier, si il est lu dans Lightroom en tant que label « Rejeté » (raccourci x) : ce serait parfait… Ouf, il était temps : car c’est pour moi totalement indispensable en cours de reportage ! Lire la suite…

000 - A LA UNE
5
Six vidéos de présentation de iOS11 (pour l’automne)

C’est calme en ce moment… L’occasion de jeter un oeil sur iOS11 qui débarquera à l’automne sur nos iPhone et iPad… Enfin, avec un Dock et un Finder ! Il commence à ressembler à ce que l’on aurait aimé avoir dès le début !

Une série de 6 vidéos intéressantes et rigolotes, un peu tout ce que l’on aime avec Apple (pour une fois je ne râle pas). Visitez également cette page de présentation de iOS11 chez AppleLire la suite…

000 - Grand large
6
Mise à jour de Lightroom 6.12 et CC 2015.12

Retour très progressif au suivi de l’actualité (heureusement calme en ce mois d’aout) : pour vous signaler cette petite mise à jour de Lightroom en 6.12 et CC 2015.12… Qui corrige heureusement le bug de la carte apparu sur la version précédente. 

Mise à jour classique par le Module Creative Cloud. A signaler aussi le support de nouveaux fichiers RAW, comme de tradition. Les plus notables étant les nouveaux Canon EOS 6D MkII, Canon EOS 200D et Nikon D7500… Bonne mise à jour !

000 - A LA UNE
9
Bientôt de retour… d’un repérage au Ladakh

Bientôt de retour à la civilisation : après avoir été quasiment totalement coupé d’Internet durant un mois… (en repérage pour un futur voyage photo au Ladakh : destinationphoto.com ).

Cette merveille naturelle bien cachée, n’était accessible qu’aux trekkers il y a quelques années, lorsque je m’avais photographié pour la première fois… Elle est désormais accessible par une (mauvaise) piste. Encore faut-il savoir laquelle ! Affaire à suivre…

000 - A LA UNE
36
Le Sigma 24-70mm f/2.8 DG HSM OS Art n’est pas trop gros

Pour moi, le plus important dans l’encombrement de l’équipement Full Frame que j’utilise , ce n’est pas la taille du boitier… Mais la taille et le poids du zoom trans-standard, qu’il faut considérer en tout premier. C’est pour cela, que je préfère le Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM, à la version f/2.8 non stabilisée.

En outre l’économie financière réalisée, me permet d’acheter un ou deux objectifs fixes à f/1.4 qui sont capable de produire des images que aucun zoom à f/2.8 ne permet d’obtenir)… Alors, justement : je me demandais quelle taille aurait le nouveau Sigma 24-70mm f/2.8 DG HSM OS Art stabilisé (très attendu) qui arrivera très bientôt dans les boutiques… La réponse est rassurante et se trouve ici chez CameraSize.com ! Ouf, il ne sera pas trop gros… Lire la suite.

000 - A LA UNE
34
Encore une photo présidentielle ratée !

Encore une photo présidentielle ratée. On se souvient bien du scandale de la photo de Hollande (Depardon a (mal) photographié le président en argentique)… Ce coup-ci c’est la photo du gouvernement qui est ratée !

Une belle démonstration d’amateurisme photographique, avec notamment une ministre invisible ! Pas sympa au moment ou la « paritée » est de mise… Le plus drôle (ou le plus tragique) : c’est que cette ministre invisible est : Marlène Schiappa (secrétaire d’État chargée de l’égalité des femmes et des hommes) !

Ahahah, vraiment ça ne s’invente pas… En 2057 quand elle montrera à ses petits enfants cette photo de l’année ou elle avait été ministre, elle pourra toujours expliquer que « en 2017, la photographie en était à ses débuts ! On n’était jamais vraiment sur d’être visible sur la photo » !

Heureusement dans pas longtemps, le (ou la) photographe officielle qui a commis cette merveille inoubliable, aura une nouvelle occasion de se rattraper, puisque ce gouvernement changera bientôt. D’ici là, il (ou elle) aura peut-être le temps de venir prendre un cours de photo à la maison ;-)

Une focale trop courte qui fait disparaitre le dernier rang à l’horizon : les gens y sont minuscules et invisibles… « cette image décrédibilise les personnes et la photographie, un art né en France », peut-on lire sur Facebook… Lire la suite…

000 - A LA UNE
30
Pratique : moins de 5 secondes pour déclencher !

En reportage, en voyage, en sport et dans pas mal de circonstances : si vous souhaitez saisir la vie, « l’instant décisif » : il vous faudra être prêt à déclencher en moins d’une seconde…  Revue de quelques détails, qui n’en sont pas !

Relisez d’ailleurs avant tout : quelques bêtises que l’on entend régulièrement… Ceci fait, passons maintenant en revue quelques « réglages » et « actions » qu’il faudra savoir réaliser en moins de 2 seconde ! On commence par le plus simple et le plus évident :

1 – Prise en main et visée en moins d’une seconde : il faudra en moins d’une seconde être capable de porter votre reflex au niveau de l’oeil, cadrer instantanément et « déclencher d’instinct »… Relire : Mes 20 conseils pour améliorer vos photos de rue.

Pour cela votre appareil doit rester en permanence en position « On » et allumé (avec la mise en vaille automatique réglée sur 5 minutes), jamais éteint… D’ailleurs, je n’éteins jamais mon appareil, chaque soir je le laisse dans mon sac en position veille : les batteries ne se vident pas (seule exception, lorsque j’utilise le GPS Interne, je préfère l’éteindre si je ne l’utilise pas quelques heures). Lire la suite…

000 - Grand large
6
Voyage photo au Japon du 11 au 20 mai 2018

Ce rapide petit mot pour vous communiquer les dates de notre prochain voyage photo de 10 jours au Japon : du vendredi 11 au dimanche 20 mai 2018… Nous passerons par Tokyo (3 jours), Kyoto et ses environs (3 jours), puis Osaka (2 jours). Le prix hors vol international sera de 3165 € TTC sur la base d’un groupe de six (nombre de participants maximum). Sont inclus : tous les transferts, hôtels, petits-déjeuners et repas (à l’exception de 4 repas libres).

Notre agence de voyage agréée vous proposera un vol international au départ de paris à Partir de 925 € TTC. Possibilité d’autres villes de départ : Genève, Bruxelles, Francfort, etc… nous consulter.

Et le plus important : inclus bien entendu, chaque jour l’assistance et les conseils photo de votre serviteur. Moment exceptionnel : lors de notre séjour à Kyoto, nous vous proposerons une séance photo avec une authentique Geisha : un privilège rare qui pourrait vous marquer… Partout lors de nos visites, nous irons à la rencontre des Japonais et des Japonaises, qui partagent souvent avec vous cette même passion pour la photographie…

Nous repasserons par les endroit que j’ai le plus aimés au Japon et que je connais bien… Et je vous ferai profiter de mon expérience pour les photographier, assisté en cela par Sharon qui s’occupera de notre logistique et par  notre guide local durant notre passage à Kyoto. Au delà d’un voyage photographique « avec un photographe », nous vous invitons à vivre une expérience humaine et culturelle, intense, surprenante, joyeuse et même envoûtante… Lire la suite…

000 - A LA UNE
56
Pour progresser : cherchez les contre-jours

Je me souviens de conseils que l’on donnait aux photographes débutants dans mon enfance : évitez les contre-jours… Il est vrai que bien exposer une image à contre jour, en argentique dans les années 70 relevait du « coup de bol ».

Par volonté de contradiction, j’ai pourtant souvent essayé les contre-jours à l’époque argentique… En me plantant la plupart du temps ! J’essayais de me débrouiller comme je pouvais pour échapper aux erreurs d’exposition : en braketant systématique (avec 3 diaph d’écart) pour commencer (du moins à partir de 1992 lorsque j’ai eu un Canon EOS)… Ensuite en ajoutant du flash « fill-in » parfois (lorsque le sujet le permetait). Ou même un réflecteur pour déboucher le premier plan avec plus ou moins de succès… Mais ce que je n’ai pas compris tout de suite, c’est qu’il fallait mieux « accepter le contraste », pour l’exploiter. C’est d’ailleurs pour cela que la « dynamique » de mon capteur m’importe peu : il y en a toujours assez !

Aujourd’hui en numérique tout est plus facile… Les fichiers RAW (même les pires, comme ceux des compacts) disposent d’une dynamique tellement immense (plus que suffisante)… L’écran est là pour vous permettre de vérifier vos images immédiatement. Le bracketing est extrêmement facile à mettre en oeuvre (plus facile chez canon que chez Nikon soit dit en passant). On peut choisir de « braketer » sur 2, 3, 5 ou 7 vues… Et bien entendu la correction manuelle d’exposition est plus accessible à tous.

Et enfin pour compléter cet ensemble d’outils très puissants : Lightroom est là pour vous aider à faire le tri (surtout si vous prenez 1000 images par jour, dont parfois un bon tiers à contre jour, en ce qui me concerne – Pourquoi prendre… de 500 à 1000 photos par jour ? )… Et en post traitement, il est devenu facile « d’ajouter un peu » les contrastes. Ce qui n’est pas un « petit détail » dans cette histoire. Mon conseil du jour est donc : osez le contre jour. Il en restera toujours quelque chose…

Donc, ne craignez pas de rater : au contraire c’est en ratant que l’on progresse… La photo doit rester « instinctive », elle nécessite un certain « lâcher prise ». Dernier conseil : si vous voulez pratiquer confortablement l’Art du contre jour : fuyez les viseurs électroniques, totalement incapables de restituer « ambiance d’un contre jour » au moment du cadrage.

Sélection de quelques images « à contre jour », que j’ai réalisé lors de nos derniers voyages photos… Ou j’enseigne à qui s’y intéresse « l’Art du contre jour » : www.destinationphoto.com…  Par ici pour lire la suite.

1 2 3 4 5 7