Catégorie : NOS MEILLEURS ARTICLES

000 - A LA UNE
15
Mes conseils pour photographier les zombies

Réglages AF, réglages d’expo, choix des objectifs et de matos divers : voici tous mes conseils pour mieux photographier les zombies, en préservant votre sécurité… J’animerais d’ailleurs ce dimanche une conférence à 16h au Salon de la photo : « l’Art de photographier les zombies ».

Car il faudra vous y faire : les zombies vont progressivement envahir nos rues. Êtes-vous préparés en cas d’invasion zombie ? Il ne sera bientôt plus possible de les éviter, ni de les fuir (quoique certaines zones puissent être préservées)… Pour aller ou d’ailleurs, sur une planète totalement zombéifiée ? Alors mieux vaut apprendre tout de suite à vivre avec les zombies, à les photographier (vite et bien) et à y échapper. Les zombies studies : un véritable domaine scientifique. Je suis heureux d’apporter ma modeste contribution, en vous aidant à mieux les photographier, sans vous faire mordre !

Vos expériences et témoignages sont bienvenus en commentaires.

 


Viseur optique ou viseur électronique ? Utilisez absolument un viseur optique pour surveiller votre sujet en permanence, car le « retards » d’affichage de la plupart des viseurs électroniques risquent de vous coûter la vie… Ne parlons même pas des EVF qui par défaut affichent l’image dans le viseur après chaque déclenchement. De nombreux utilisateurs novices y ont laissé la peau car ils ignoraient que cet affichage pouvait se désactiver évidement… Mais souvent le désactiver ne suffit pas : la visée reste figée un dixième de seconde, ce qui peut s’avérer fatal.

Le viseur électronique ne sera supérieur au viseur optique que la nuit, dans le noir complet, ce qui ne sert à rien ! D’une part : il n’y a généralement rien d’intéressant à photographier, dans les situations ou l’on ne distinguerait rien du tout à travers un classique viseur optique…

D’autre part si vous êtes dehors en pleine nuit alors qu’il y a des Zombies dans le coin : c’est que vous êtes déjà mort ! Ou que vous êtes déjà vous-même un zombie qui ne supporte pas la lumière du jour…

En cette fin 2015, nous en sommes encore à la préhistoire du viseur électronique (Votre viseur électronique est-il… « dépassé » ?) : il est encore bien trop tôt pour s’en équiper !

 


Quel objectif choisir ? Utilisez de préférence deux zooms, dont un trans-standard… Idéalement montés sur deux boîtiers, car en présence de zombie il est délicat de changer rapidement d’objectifs (d’autant que les zombies sont attirés par tous les bruits métalliques à cause d’une mutation de leur oreille interne).

the-walking-dead-saison-2-serie-creee-par-frank-darabont-en-2010-10542725jlnjy_1713

Je recommanderais le 24-70 mm f/4 L IS USM de Canon, qui est plus léger (ce qui permet de fuir plus vite) et plus performant que ses homologues d’autres marques, pour un encombrement réduit : une merveille ! Après avoir utilisé ces dernières années plusieurs zoom trans-standard de diverses marques (24-70 mm f/2.8, 24-105 mm f/4 et 24-120 mm f/4), celui-ci est mon préféré de très loin.

 


Choisissez bien votre 70-200 mm f/2.8 : il vous sauvera la vie ! Un 70-200 mm f/2.8 me semble également obligatoire car les photo de zombie les plus intéressantes le sont à « l’heure bleu », lorsque la lumière décline… Certes le Canon est très cher, mais il est le plus performant de loin. Il n’existe pas de 70-200 m f/2.8 en monture Sony E.

Quand au Nikon, il est « dépassé technologiquement » et si vous souhaitez réaliser un portrait de zombie sans vous approcher trop près, vous serez coincé ! Car à la plus courte distance de mise au point, cet antique Nikon 70-200 mm f/2.8 s’avère être un 60-135 mm (avec des conséquences importantes sur le grossissement, notamment si vous comparez au Canon).

Tragique découverte pour ceux qui croyaient avoir acheté un 70-200, de découvrir qu’ils possèdent un 60-135 mm. C’est le phénomène dit de « focus breathing », dont je vous parlerais un jour (j’ai un article en préparation depuis 2 ans là-dessus)… Et certains 70-200 mm en souffrent plus que d’autres. Lire chez photo.net :

0000_SCREEN_JFV 274

Rabattez vous éventuellement sur les version f/4 des deux marques, si vous manquez de budget, mais oubliez tous les zoom télé à ouverture glissante. A signaler que Nikon se rattrape avec le Nikon 70-200 mm f/4 qui est spécialement réussi (avec un grossissement bien supérieur à la version f/2.8). Mais attention aux projections d’hémoglobine, car il n’est pas tropicalisé (étonnamment). Lire la suite

COUPS DE GUEULE !
11
Restaurer l’ancien Utilitaire disque sur OSX El Capitan

Bonne nouvelle, il semblerait qu’une bidouille permette de faire fonctionner à nouveau la version précédente de Utilitaire Disque, sur OSX 10.11 El Capitan (j’avais découvert qu’Apple l’interdit). Je vais essayer cette bidouille et vous tiendrais au jus…

C’est par ici, chez : justus.berlin ! Un grand merci à Justus (researcher, app developer, coffee addict) qui vit à Berlin. Attention, il y a quelques risques (modérés), la manip se fera à vos risques et périls. Moi je tente, car je ne supporte pas la nouvelle version !

0000_SCREEN_JFV 210

Relire à ce sujet notre coup de gueule : Apple a massacré Utilitaire Disque dans El Capitan… et  Disk Utility crée une fenêtre « non redimensionnable »

Alors, voilà : ça a marché en 5 minutes ! J’ai récupéré un Utilitaire Disque version Yosemite, renommé et visible dans mon Dock (il est placé dans mon dossier Applications). Il semble parfaitement fonctionnel et peut même être lancé en même temps que le nouvel Utilitaire Disque de EL Capitan.

0000_SCREEN_JFV 214

 

Evidement, quelques précautions seront nécessaires avant de l’utiliser avec des disques contenant des données… Il faudra tester si tout est « normal »… Mais je ne vois pas vraiment de raisons pour qu’il ne fonctionne pas correctement. Lire la suite !

APN : Canon
17
Prise en main express des Canon G5 X et Canon G9 X

Merci à Philippe de la petite boutique Camara Paris 9 (donnez le mot de passe Photoetmac pour avoir une remise ;-) de m’avoir laisser essayer le Canon G5X qui vient d’arriver en rayon… C’est une prise en main rapide : donc pas de conclusions hâtives. 

Ce Canon G5 X est vraiment un bel objet avec ses petits liserés rouges (reprenant le code couleur « Pro », des objectifs série L)… Il est très compact, bien fini et bien assemblé. Canon a vraiment fait un effort du côté du design, qui est une de leur grande force. Esthétiquement, c’est une vrai réussite je trouve : il ressemble à un outil efficace, pas à un gadget…

En passant, c’est également le cas, pour le minuscule G9 X qui est encore plus réussi esthétiquement et s’affirme comme le digne successeur de la série S.

_1160947_blog_1078px

Prise en main : c’est excellent ! On a presque l’impression de tenir un petit reflex, vous allez adorer ça. Il ne glisse pas des mains, on l’utilisera donc (de préférence) avec une simple dragonne de poignet…

Il sera bien pratique en week end, car il rentre dans une poche. Un volet vient protéger l’objectif qui s’escamote et ne dépasse pas trop. Le repose pouce procure un appui très stable… A l’avant le grip (épais pour un compact), tient bien sous les doigts. C’est exactement ce qui manque au Sony RX100…

La nouvelle molette avant est volumineuse et tombe bien sous l’index de la main droite. C’est la première fois que l’on trouve une telle molette avant sur un compact… Elle est très facilement paramétrable Modes par Modes. La bague rotative autour de l’objectif est déjà bien connue… Elle est suffisamment large pour être pratique. On lui attribuera volontiers le zoom par focales entières (24, 28, 35, 50, 75, 100 mm) : c’est à régler pour chaque Mode de prise de vue.

Il reste possible de zoomer classiquement du bout de l’index, grâce au curseur situé devant le déclencheur : ce qui facilite l’usage à une main… Et parfois je dois avouer que ça me manque un peu sur le Panasonic GM1. qui possède une bague de zoom manuelle que j’apprécie beaucoup (car c’est ce qui reste le plus rapide) et qui est préférable à un zoom motorisé… Mais il est des jours ou l’on est un peu feignant pour y mettre les deux mains, dans ce cas le zoom motorisé c’est sympa !

Un molette des modes bien ferme à gauche, une molette de correction d’expo également ferme, sous le pouce… Le G5 X se comporte « en gros » comme un Canon G7 X (testé ici) et ça me convient bien…  Lire la suite…

_1160935_blog_1078px

 

000 - A LA UNE
72
Apple a massacré Utilitaire Disque dans El Capitan

Aujourd’hui, coup de gueule « spécial » : je suis vraiment très en colère contre Apple, car cela concerne l’intégrité même de nos données. En changeant radicalement l’Utilitaire Disque dans El Capitan OSX 10.11, Apple peut conduire certains photographes à mettre en danger l’intégrité de leurs données…

En effet dans OS X 10.11 El Capitan, le nouvel Utilitaire Disque version 15.0 (1150), ne supporte plus du tout les disques RAID (y compris ceux crées par les précédentes version du même logiciel) ! C’est déjà horrible ça… Mais ce n’est pas tout, comme vous allez le lire plus bas…

disk-utility-hero-100563378-large

C’est même dingue ! Et je m’étonne que très peu (aucun) des sites d’actu Mac que je lis en Français et en Anglais, n’en aient parlé pour l’instant Pourtant ce qui se passe est extrêmement grave… Je viens d’ouvrir une question dans l’Apple Support Communities : 

https://discussions.apple.com/message/29174087#29174087

Suite à l’article que vous êtes en train de lire, j’ai viens d’apprendre d’une source chez Apple, qu’un dossier relatif à cette question « RAID et Utilitaire Disque », vient d’être ouvert.

0000_SCREEN_JFV 172

Ci-dessus, copie d’écran du nouvel utilitaire disque : il n’y a plus d’onglet RAID !

Je suis particulièrement sensible à cette disparition, car je connais de nombreux photographes professionnels qui utilisent des disques RAID internes (à tord ou à raison, là n’est pas la question). Moi-même, j’ai durant plusieurs années stocké mes images sur deux Disques RAID (en miroirs), bien rangés dans mon Mac Pro. Ils étaient constitués de 4 disques identiques…

Je ne le fais plus depuis quelques années, c’est vrai… Car Lightroom offre des solutions de sauvegardes des catalogues assez rapides, qui me permettent de me passer de ce type de configuration RAID. J’irais jusqu’à dire que les disques RAID ne sont plus aussi indispensable aux photographes, qu’il l’ont étés. Ajoutons aussi que les nombreux systèmes de stockages externes RAID, gèrent le RAID à leur façons…

Mais ce n’est pas une raison (non vraiment pas), pour « éliminer » sans avertissement la gestion du RAID en Interne via une interface graphique dans une application majeure du système. D’ailleurs, je connais encore pas mal de professionnels équipés ainsi… Ils vont apprécier la nouvelle ! 

D’autant que le support du RAID n’est pas abandonné en lui-même, puisqu’il reste supporté, « à la ligne de commande »… 

What the fuck ? Ais-je bien entendu : « le RAID est supporté « à la ligne de commande » ? C’est l’inverse de la philosophie du Mac ça… Faudra-t-il mémoriser la commande : « diskutil » ? Non merci, ça ne m’intéresse pas de revenir 15 ans en arrière. S’il faut être ingénieur diplômé pour gérer ses RAID sur Mac, c’est totalement inacceptable !

Vous trouverez ici (developer.apple.com) le Mode d’emploi de la Gestion du RAID à la ligne de commande… Voici un petit exemple ! Bon courage : 

Command Line RAID

 

 


Je ne suis pas le seul à être choqué ! Mais nous sommes peu nombreux…

Avec OS X 10.11 El Capitan, Apple à donc « massacré » l’un des logiciels les plus critique de votre Mac : « Utilitaire disque » n’est plus que l’ombre de lui-même… Impossible d’adopter OSX 10.11 sur mon Mac Pro dans ces conditions. Cette version me semble inutilisable (pas seulement à cause de l’abandon du RAID). D’ailleurs, je vous invite à un peu de lecture :

Macperformanceguide.com/blog : OS X El Capitan: Disk Utility “designed by morons” design ethic + RAID Support Removed + Wanton Bugs

Macperformanceguide.com/blog : Apple Kills Off RAID Support in OS X El Capitan, Leaving Users Dangling in the Wind: SoftRAID is the Solution Now

Avant d’aller plus loin : est-il possible de copier la version de ce logiciel indispensable, d’une version précédente (celle de Yosemite est numéroté 13), vers votre dossier Application ? Ou de restaurer une copie précédente via Time Machine ? j’ai essayé : mais évidement ça ne marche pas : El Capitan refuse d’utiliser une ancienne version de Utilitaire disque, c’est un désastre ! 

0000_SCREEN_JFV 179

 

Est-ce la même démarche de « nivellement par le bas », que l’on voit à l’oeuvre chez Apple… Et qui a déjà conduit récemment un groupe de stagiaires (?) chez Adobe, à « massacrer sans avertissement » le dialogue d’importation élaboré de Lightroom, en voulant le simplifier pour notre bien et le bien de futurs utilisateurs débutants ? Lire la suite !

APN : Canon
47
Votre viseur électronique est-il… « dépassé » ?

Depuis plusieurs années, alors que les viseurs électroniques commencent à se démocratiser financièrement, j’explique qu’il ne faut pas s’y précipiter trop vite. Car les modèles actuels sont encore « assez mauvais » et vous sembleront totalement dépassés voir « ridicules », d’ici peu…

Aujourd’hui, Leica annonce son Leica SL équipé d’un viseur de 4,4 Millions de pixels (précisons que ce n’est pas ce dernier qui est la cause principal du prix de ce boîtier)… Vous verrez : on dira dans quelques années en essayant un EVF génération 2015, « mais comment pouvait-on viser avec de telles « daubes » ?

Allez ! Je me suis amusé à faire un petit comparatif de quelques viseurs en service actuellement et présentés après janvier 2014, que je tenterais de le tenir à jour, au fur et à mesure que des viseurs enfin performants pointeront leur bout de nez. Ce tableau vous permettra de savoir à quel point votre EVF est dépassé. Je n’ai pas inclus tout ce qui est inférieur à 1,44 Mpix, dont il vaut mieux se débarrasser…

Modèle Résolution EVF Grossissement Intégré Annoncé
         
Leica SL 4,40 Mpix 0,80 x Oui 20/10/2015
Leica Q (Typ 116) 3,68 Mpix   Oui 10/06/2015
Leica D-Lux (Typ 109) 2,76 Mpix   Oui 15/09/2014
Leica T (Typ 701) 2,36 Mpix 0,70 x Optionnel 24/04/2014
         
Canon G5 X 2,36 Mpix   Oui 13/10/2015
Canon G1 X MkII 2,36 Mpix   Optionnel 12/02/2014
         
Sony RX1 R II 2,36 Mpix 0,74 x Oui 14/10/2015
Sony A7 S II 2,36 Mpix 0,78 x Oui 11/09/2015
Sony A7 R II 2,36 Mpix 0,78 x Oui 10/06/2015
Sony RX100 Mk IV 2,36 Mpix 0,59 x Ejectable 10/06/2015
Sony RX100 Mk III 1,44 Mpix 0,59 x Ejectable 15/05/2015
Sony A7 – A7 II – A7 S – A7 R 2,36 Mpix 0,71 x Oui 20/11/2014
Sony Alpha 6000 1,44 Mpix 0,71 x Oui 12/02/2014
         
Fujifilm X-T1 IR 2,36 Mpix  0,77 x Oui 03/08/2015
Fujifilm X-T10 2,36 Mpix 0,62 x Oui 18/05/2015
Fujifilm X-30 2,36 Mpix 0,65 x Oui 26/08/2014
Fujifilm X-T1 2,36 Mpix 0,77 x Oui 28/06/2014
 Fujifilm X-100 T 2,36 Mpix   Hybride 10/09/2014
         
Panasonic Lumix GX8 2,36 Mpix   Orientable 16/07/2015
Panasonic Lumix GM5 1,16 Mpix   Oui 15/09/2014
Panasonic Lumix LX100 2,76 Mpix   Oui 15/09/2015
         
Olympus OM-D E-M10 II 2,36 Mpix   Oui 25/08/2015
Olympus OM-D E-M10 1,44 Mpix   Oui 29/01/2014
Olympus OM-D E-M1 2,36 Mpix   Oui 10/09/2013
         
Samsung NX1 2,36 Mpix   Oui 15/09/2014

 

Leica est en forme depuis un ou deux ans et c’est à nouveau Leica, qui innove et utilise le viseur électronique le moins « arriéré » du plateau… Il faut dire que la « visée », chez Leica, c’est important et ils ne pourraient pas se permettre d’utiliser un viseur « médiocre ». Ainsi, ce Leica SL, utilise un viseur électronique SXGA+ Seiko Epson Corporation, affichant pas moins 4,41 Millions de Pixels.

Viseur de 4,4 Mpix du Leica SL (2015)
Résolution SXAG, 4.4 MP
Taille 0.66″
Pupille de sortie 20 mm
Champ de vision 37°
Grossissement × 0.80 (avec un objectif 50 mm à l’infini, −1 dpt)
Recouvrement cadre 100 %
Correction dioptrique − 4 to +2

 

Il devrait ridiculiser la plupart des actuels viseurs, tous issus du même fabricant semble-t-il (Seiko Epson Ultimicron) proposant 2,36 Mpixel seulement (1.400 x 1.050 pixels). Ce qui n’est pas encore suffisant pour me résoudre à utiliser un tel dispositif, en dehors d’un compact expert à moins de 700 € (par exemple un éventuel successeur au Panasonic Lumix GM5).  Lire la suite.

Viseur Epson 2,36 Mpix (2014) L3F04X-80300C
LCD type TN mode, organic alignment layer
Color display system Color filter (RGB stripe)
Effective pixels 1024 x RGB x 768 (XGA)
Panel size (diagonal) 0.48 inch (1.2 cm)
Pixel pitch 9.6 μm (3.2 x RGB) x 9.6 μm
Color space 92% of sRGB
Backlight Yes
Surface luminance 520 cd/m2
Displayable colors Approx. 16.77 million colors

 

000 - A LA UNE
9
Mes Sugrus sont arrivés… et ça marche !

Un petit mot rapide juste pour vous confirmer que Sugru c’est génial… Livraison en quelques jours, j’ai ouvert un petit paquet (il y en a 3 séparés dans un pack), ce qui m’a permis de réaliser ces deux premières manipulations :

Un appui pour le pouce sur mon Panasonic GM1 et un gainage pour une allié de Macbook Air, qui commençait à se déchirer. J’ai laissé sécher 24h et ça à l’air de tenir assez bien… Evidement, je ne suis pas certain que l’appui pour le pouce du GM1 tienne plusieurs années (on verra bien). Car la surface était quasiment lisse, je l’avais nettoyé à l’Acétone par prudence pour faciliter l’accroche. Je vous tiendrais au courant… En tous cs, ç change totalement la prise en main !

IMG_3502_blog_0702px_larg

IMG_3499_blog_0702px_larg

Lire la suite…

APN : Canon
52
Gamme optique ou dynamique, quel est votre choix ?

Je vous invite à relire la dernière partie de mon test du Canon Eos 5Ds R, ou il est question de dynamique… j’y expliquais (en hyper résumé), que la dynamique je m’en tapait un peu ! Car n’importe quel capteur full frame possède bien assez de dynamique…

… pour faire parfaitement tout ce que j’ai besoin d’en faire ! Oui, mais voilà : sur internet, les amateurs de forums et de discussions enflammées sur les capteurs (mais pas sur la photo), ne parlent que de dynamique ! C’est un peu à qui aura « la plus grosse » dynamique, c’est à ça que se résume le débat… Pourquoi ? Et bien tout simplement car il est bien plus facile de mesurer la dynamique que de comparer des objectifs (ce qui demande un peu plus de métier).

Voilà d’ailleurs ce que Dpreview a entrepris de faire : comparer la dynamique du Sony A7R II, du Canon EOS 5Ds, du Nikon D810 et de quelques autres… (mais ils savent aussi mesurer les objectifs) :

Réalisez une image sous exposée de (3 diaph) et ré-exposez-là dans Lightroom (de 3 diaph), jusqu’à retrouver une vue exposée normalement (mais dégradée)… Dans la vie réelle de photographe, cette situation ne se présente quasiment jamais (sauf si vous ne savez vraiment pas utiliser votre appareil, ce qui est finalement le cas de pas mal « d’amateurs d’informatique » ayant découvert la photo numérique récemment).

Cette « manip » toute bête permet de mesurer quel capteur est le meilleur à ce petit jeux inutile… On a pu ainsi constater que les capteurs Sony, sont un peu meilleurs à cela… Et voilà ce que ça donne : 

A gauche : un Sony A7RII, avec une meilleure dynamique… mais un objectif pas terrible visiblement (FE 55 mm F1,8 ZA, 769 € et bien trop cher pour ce qu’il fait et le poids qu’il pèse, comme beaucoup d’objectifs Sony). Je ne crois pourtant pas, qu’ils aient choisi délibérément le pire chez Preview…

Et à droite : un Canon Eos 5Ds avec une dynamique un peu moins bonne (largement suffisante à mon avis)… mais avec un bon objectif pas cher (EF 85 mm f/1.8 à  partir de 375 €) ! La légère (ou forte) granulation constatée, sera corrigée dans Lightroom, à moins qu’on y échappe en exposant à peu près juste (1 diaph de précision est à la porté de n’importe quel débutant en mode P)…

0000_SCREEN_JFV 102

Alors, à votre avis ? De la dynamique, ou de l’objectif : que devez-vous privilégier ? Moi, je m’assois sur la question de la dynamique (et sur toute sensibilité supérieure à 3200 ISO)… Mais vous, que choisissez vous ?

Lire la suite !

000 - A LA UNE
36
Calendrier 2016 de sortie des prochains Canon EOS

Il y avait longtemps que je n’avais mis à jour un calendrier provisionnel (hypothétique) du renouvellement des reflex Canon EOS. Pour ce qui concerne Nikon, j’avais fait le même genre de prévisions par le passé, mais avec moins d’assurance car le rythme de renouvellement des Nikon est plus chaotique.

Avouons aussi, que le sujet ne m’intéresse pas autant… Du moins tant que Nikon n’aura pas fait de réels progrès en colorimétrie (ahhh, ces ciels violets qui ne sont jamais assez cyans) ! Et tant que la marque ne renouvellera pas ce vieux 70-200 mm f/2.8 (qui se transforme en 160 mm à la plus courte distance de mise au point)… Et tant que Nikon ne propose aucun zoom 24-70 mm f/4, efficace, stabilisé, léger et accessible (à moins de 1000 €)…

Trois handicapes, qui ne m’encouragent guère à vous suggérer d’acheter un reflex Nikon full frame en ce moment. Mais revenons plutôt aux prochains Canon (au passage, petit tableau récapitulatif des sorties des gammes de reflex Canon EOS… par ici) :

 


Je suppose que l’EOS 6D représente désormais une (entrée de) gamme full frame, compacte et spécifique à lui tout seul. Lire notre passionnant test terrain au Japon… Voilà déjà 3 ans qu’il existe… Son remplacement me semble imminent. On attend évidemment un nouvel AF (il est toujours équipé de l’ancien AF à 11 collimateurs (efficace, mais un peu frustrant)… Une montée du capteur à 24 Mpix serait souhaitable :

EOS 6D (22 MP) : 17 septembre 2012 (longévité de 36 à 42 mois ?)

> EOS 6D MkII (24 à 28 MP ?) : septembre 2015 à septembre 2016 ?

Canon EOS 6D


Depuis le premier EOS 5D de 2005 (qui avait fait un carton mondial et son successeur l’EOS 5D MkII qui avait révolutionné la vidéo Full HD), les reflex Canon les plus attendus sont certainement ceux de la série EOS 5D… En cette fin 2015, tout le monde espère impatiemment un remplaçant à l’EOS 5D MKIII. Je pense qu’il ne devrait pas trop tarder :

EOS 5D (13 MP) : 22 août 2005 (longévité de 36 mois)

EOS 5D MkII (21 MP) : 17 sept. 2008 (longévité 42 mois)

EOS 5D MkIII (22 MP) : 2 mars 2012 (longévité 36 à 42 mois ?)

> EOS 5D Mk4 (24 à 32 MP) : entre mars 2015 et mars 2016 ?

Canon EOS 5D MkIII 702


Il faut dire qu’entre temps, une nouvelle gamme est née : c’est l’EOS 5Ds qui apporte l’ultra haute résolution de 50 Mpix (dix ans après le premier EOS 5D qui faisait seulement 13 Mpix). Je ne crois pas qu’il faille s’attendre à un renouvellement de celui-ci avant au moins trois ou quatre ans… Lire la suite.

000 - Grand large
32
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 3)

Dernier volet de notre test terrain du Canon EOS 5Ds R au Kenya. Aujourd’hui on parle de qualité d’image, de correction du bruit, de Lightroom, des objectifs… avant d’en arriver à notre conclusion. Le début du test est à lire ici en plusieurs partie :

Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 1)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 2)
Fiche technique : Caractéristiques du Canon EOS 5Ds R
Canon EOS 5Ds R : fichiers JPEG et RAW à télécharger

… et relire notre présentation initiale du Canon EOS 5Ds.


Ne soyez pas trop obsédé par le contrôle « du bruit »

Je rencontre beaucoup de photographes qui n’impriment jamais leurs photos, mais ne supportent pas le moindre moutonnement lorsqu’ils les observent à 100%… Ce qui les conduit à « lisser » exagérément leurs images et à perdre d’indispensables sensations de matières et de textures… C’est le piège classique qui consiste à zoomer à 100% à l’écran, ce qu’il conviendrait de réserver à d’ultimes vérification et qu’il faudrait éviter le reste du temps.

Canon EOS 5D top 1078

Lors de mes cours de Lightroom, j’explique aux photographes qu’il faut « afficher d’abord les images à 50% pour vérifier que l’on a ajouté assez d’accentuation… Puis, monter à 100% pour vérifier que l’on en a pas ajouté trop »… Dans le doute, imprimez à la taille souhaitée pour vérifier si la netteté est suffisante (et la plupart du temps : elle ne l’est pas). Ensuite vérifiez si le bruit est acceptable.

Lorsque votre image compte plus de 40 MPixels, cette bonne pratique est encore plus nécéssaire : évitez d’évaluer la montée du bruit systématiquement à 100 %…  Rappelez-vous que la taille relative du bruit, décroit au fur et à mesure que la résolution augmente. Car la structure du bruit reste constante à l’échèle des pixels : si le nombre de pixel augmente, alors le bruit devient « relativement » plus petit… Donc à taille constante d’impression : moins visible. Pour le comprendre, encore faut-il faire quelques impression de temps en temps. Ce que beaucoup de photographe ne font plus.

_FVL8968_blog_0702px_larg

Certes lorsque la résolution augmente, le capteur génère plus de bruit, au fur et à mesure que la taille des photosites diminue. Mais il est évident à chaque nouvelle génération d’appareils photo que «l’augmentation du bruit» causée (dans l’absolu) par la diminution des performances des photosites, est compensé par tout ce que l’on gagne en réduisant « la taille relative » de ce bruit…

Cette baisse de performance est aussi compensée par les progrès des capteurs qui années après années, conservent des performances assez constantes, malgré des photosites de plus en plus petits. La taille des photosites de l’EOS 5Ds R est de 4,14 µm, ce qui reste acceptable (taille équivalente à l’EOS 760D, qui est équipé d’un capteur APS-C de 24 Mpx). A propos du bruit de l’EOS 5Ds : consultez cette page intéressante

_FVL7623_blog_0702px_larg


Pour lutter contre le bruit, faites des progrès dans Lightroom !

La haute résolution est encore plus intéressante en RAW, à condition de bien l’exploiter dans Lightroom, en adaptant son post traitement au cas par cas selon la sensibilité ISO et le sujet. Lightroom permet aussi de corriger le bruit par zones (si nécessaire) tout en renforçant la netteté dans d’autres zone. Tout ceci est d’autant plus intéressant que l’on possède une forte résolution, capturant plus de détails… Même avec des objectifs peu performants, nous y reviendrons plus bas ! En effet, tous les objectifs (même les pires) progressent grâce à la haute résolution, notamment si l’on maitrise « un peu » Lightroom.

_FVL9012_blog_0702px_larg

Il faut aussi se rappeler qu’une fois imprimée, une photo semblera plus « douce » qu’à l’écran… Car l’encre d’impression se mélange toujours un peu à l’échèle microscopique, lissant un peu le bruit… Pour paraître bien nette « imprimée », votre photo devra donc être vraiment « très nette » à l’écran ! Trop nette éventuellement… Cela est encore plus vrai avec de hautes résolutions, de plus de 36 Mpix.  Lire la suite…

000 - A LA UNE
33
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 1)

Il y a trois ans de cela, j’avais publié un test terrain du Nikon D800 réalisé au Kenya (qui a vu un nombre de lectures impressionnant)… C’est au tour du Canon EOS 5Ds R de passer le test terrain au Kenya. A lire ici en plusieurs partie (patience pour la suite, que je publiais au fur et à mesure) :

Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 2)
Test terrain : Canon EOS 5Ds R au Kenya (partie 3)
Fiche technique : Caractéristiques du Canon EOS 5Ds R
Canon EOS 5Ds R : fichiers JPEG et RAW à télécharger

 

… et relire notre présentation initiale du Canon EOS 5Ds.

 


La prise en main : exceptionnelle

L’introduction est à lire ici. Entrons directement dans le vif du sujet… Le premier contact avec l’EOS 5Ds ne vous déroutera pas si vous connaissez les EOS 5D MkIII et les EOS 6D : c’est juste un plaisir ! Le revêtement de la poignée est ultra confortable, même lorsque l’on transpire en plein midi sous le soleil dans une jeep en attendant que les lions finissent leur sieste… Il y a longtemps que Nikon ne domine plus Canon en matière de finition et de confort de prise en main. Saisissez-le : c’est évident.

Je trouve l’ergonomie générale quasiment parfaite et j’ai adoré l’utiliser chaque jour pendant trois semaines. On ne chipotera que sur quelques menus détails. Le seul vrai regret est l’absence de la nouvelle « gâchette d’AF » apparue sur l’EOS 7D MkII (ce qui tendrait à démontrer que cet EOS 5Ds était dans les cartons depuis fort longtemps). Mais on peut personnaliser la touche M-fn pour améliorer le pilotage de l’AF.

La prise en main est très « sûre », y compris avec l’encombrant Sigma 120-300 mm f/2,8 DG OS HSM, qui s’est révélé fantastique lors de ce Safari. Je suppose d’ailleurs que l’utilisation avec des gants fins en hiver, ne posera pas de problèmes particuliers. C’est après un détour par ce genre de boîtiers, que l’on comprend à quel point la plupart de hybrides sont souvent très mal dessinés (à titre d’exemple, il aura fallu à Sony trois versions de A7 successives, pour trouver enfin une place à peu près convenable au déclencheur).

_FVL8395_blog_0702px_larg

Face à la Vallée du Rift, qui a vu nos ancêtres lointains « se lever » pour devenir des « hominidés »… Image prise par l’EOS 5Ds R. Je tiens mon EOS 6D à la main, monté avec le petit 70-200 mm f/4, qui parait presque minuscule… Les deux font la paire. J’ai aussi l’EOS 100D dans le sac à dos, il sert de bouchon d’objectif au EF 14 mm f/2.8 L. Vitesse 1/160 sec, Ouverture f/9, Sensibilité 100 ISO. Correction exposition -1/3 IL. Focale 24 mm. Objectif EF 24-70 mm f/4 L IS USM.

J’ai toujours préféré le design « plus arrondi » des Canon, moins gênant, moins carré, moins « accrocheur » lorsqu’on rentre ou sort son reflex rapidement d’un sac à dos par exemple. Le Canon EOS 5Ds (qui hérite bien entendu du mode silencieux des son ancêtre), sait même se faire « relativement discret » pour la street photo : débarrassez vous de la courroie de cou, ajoutez une minuscule courroie de poignet et équipez le d’un « pancake » comme le EF 40 mm f/2.8 STM, ou le récent EF 50 mm f/1.8 STM et c’est une petite merveille.

_FVL7423_blog_0702px_larg

Même s’il est un peu plus gros qu’un EOS 6D, franchement il n’est pas si gros… Face à un Sony A7R II qui est lui équipé d’optiques relativement encombrantes (contrairement aux objectifs Canon), l’ensemble ne parait pas « énorme ». Calculez le poids total d’un sac équipé de trois optiques « pro » dans les systèmes Canon EOS et Sony A7, et vous arriverez quasiment au même poids à la fin…

La finition des Canon est vraiment superbe depuis 3 ou 4 ans… Cet aspect « granité » est particulièrement adapté aux voyages salissants : les boîtiers se rayent moins facilement qu’à l’époque de l’EOS 5D MkII à la texture plus lisse. Lire la suite.

canon_eos_5ds_r_face 702

 

 

000 - Grand large
8
Une prise en main « rare » : le Pentax 645 Z, du lourd !

Prise en main inhabituelle aujourd’hui sur notre site, plutôt consacré aux reflex légers et aux petits hybrides… J’ai essayé récemment le Pentax 645 Z  (parcourez sa fiche d’identité sur le site Ricoh) : un moyen format de 51 Pixels au ratio 4/3, successeur du Pentax 645 D de 40 Mpix…

Qui s’utilise un peu comme un reflex et sait s’échapper des studios… C’est aussi l’un des moyens formats les plus « abordables » : à 7990 € il est beaucoup moins coûteux que les Hasselblad et PhaseOne. PENTAX 645 Z : FICHIERS RAW À TÉLÉCHARGER.

Alors, ce « petit » moyen format, fait-il la différence, par rapport à un reflex Full frame de type Nikon D800, Sony Alpha 7R, ou Canon Eos 5Ds ? C’est vraiment ce que je voulais savoir… Avant de vous livrer mes impressions, je vais commencer avec une anecdote… A peine ai-je commencé à faire quelques images dans la rue avec ce beau jouet, qu’un jeune homme s’approche de moi !

Il m’interpelle assez énervé : « vous avez pris une photo ? Et je suis dessus » ? Je réponds en souriant pour « désamorcer » cette situation bien connue… que oui en effet ! Il est bien sur ma photo, que j’ai fait « de cette rue »… Mais que bien entendu, je ne le prenais pas en photo « lui » et surtout qu’il ne s’inquiète pas… Sans même répondre, il tourne les talons et s’en va un peu honteux !

_1160810_blog_0702px_larg

Voilà donc le premier effet d’un appareil « visiblement » professionnel : vous ne passerez plus inaperçu (suis-je jamais passé inaperçu d’ailleurs ?)… Avec ce Pentax et ses optiques, vous passerez encore moins inaperçu ! Nul doute que lors d’un évènement, ou d’un mariage : armé d’un tel objet, vous apparaitrez comme « le plus pro » de tous les photographes présents ! Et blague à part, il existe des tas de circonstance ou cela s’avèrera assez utile… Pour convaincre un client de vous faire confiance !

 


Caractéristiques –  Avant la prise un main, commençons par un petit récapitulatif des caractéristiques marquantes, car ce genre de matériel est assez peu connu. Honneur au viseur optique, réellement confortable bien qu’affichant 98% du champs seulement. Considérer ce qui est hors du champs du viseur comme un peu de sécurité…

Les deux optiques que j’ai utilisée sont énormes (et à grande ouvertes) ce qui laisse passer beaucoup de lumière dans le viseur. On voit large et clair et ça fait aussi partie du plaisir de photographier. Le verre dépoli est interchangeable un oeilleton en caoutchouc large (non visible ci-dessous) est proposé… Et un niveau électronique est même disponible dans le viseur (ainsi qu’en visée Live View sur l’écran). 

_1160853_blog_0702px_larg

La seule mauvaise surprise, ce sont les collimateurs AF réellement petits et complètement perdus aux centre… On est confronté immédiatement à ce qui apparaitre comme un des points faibles du boîtier (toutefois pour qui a connu les modules AF des reflex professionnels des années 90, rien de trop insurmontable)…  Lire la suite.

0000_SCREEN_VIB_ 412_702

 

000 - Grand large
45
Testé : ultra grand angle Panasonic 7-14mm f/4 ASPH G

S’il n’existait qu’une seule bonne raison d’utiliser un hybride micro 4/3 en complément d’un reflex, je crois bien l’avoir découverte… Et ce serait probablement : l’incroyable zoom ultra Grand angle «orthoscopique» Panasonic Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH (de son vrai nom).

Il s’agit de l’objectif micro 4/3 le plus étonnant et le plus extrème qui soit… Probablement le plus sexy aussi ! Un objectif injustement méconnu, sorti en 2009 déjà… et dont vous n’avez pourtant pas souvent entendu parler. A relire : 

Mes objectifs micro 4/3 préférées, partie 1 : les grand angles et zoom grand angle.

Mes objectifs micro 4/3 préférées, partie 2 : zooms télé (stabilisé), +/-  équivalents à 70-200 mm.

Mes objectifs micro 4/3 préférées, partie 3 : Objectifs fixes  et Premiums

Il semblerait que Panasonic n’ait jamais assuré la promotion qu’il mérite, alors qu’il présente d’indéniables qualités : ouverture constante (f/4), bonne qualité d’image (globalement), poids de 300 grammes seulement et encombrement hyper réduits (vu la plage focale couverte)… Prix (parfois) raisonnable, du moins comparé à ses paires en APS-C et full frame.

Specifications Panasonic Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH
Focale 14-28 mm (équivalent full frame)
Ouverture f/4 (soit environ f/8 en équivalent full frame)
Nombre de lamelle du diaphragme 7 lamelles arrondies
Construction 16 elements en 12 groupes dont 2 lentilles aspherical et 4 ED
Distance minimale de mise au point 25 cm
Dimensions 74 x 83 mm
Poids 300 grammes

Alors certes, il existe l’Olympus M.Zuiko 9-18mm f/4-5.6 ED (moins cher), mais l’angle de champs ne rivalise pas. Nous ne comparerons donc pas… Pas davantage de comparaison avec le M.ZUIKO DIGITAL ED 7-14mm f/2.8 PRO plus cher (dans les 1299 €) et plus lourd : 534 gr. (spécifications sur le site d’Olympus, diamètre 7,89 cm, longueur 10,58 cm). On est ici dans l’univers pro avec une ouverture constante à f/2.8. Mais à ce tarif autant viser le full frame non ?

Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH B


Plus léger, plus compact, car micro 4/3.

Presque tout le monde sait que l’on n’achète pas un micro 4/3, pour s’emmerder avec un viseur électronique. Les viseurs électroniques restent même l’un des principaux handicapes de ce système : en 2015 les meilleures EVF sont toujours de véritables horreurs : je ne comprends pas ceux qui prétendent le contraire… Dès que l’on travaille en plein soleil, on est « à l’ouest »… Et après quelques jours d’utilisation l’oeil se fatigue, à cause de la faible luminosité du viseur qui reste bien plus sombre qu’une scène ensoleillée ! Pas la peine d’insister davantage…

_1130243_blog_1078px

Par contre on achète bien volontier un APN micro 4/3 (ce que j’ai fait en complément de mes reflex), pour profiter de la taille réduite des optiques Micro 4/3 : vous aviez déjà été bluffé par le zoom 12-32 livré en kit avec les Panasonic GM1, GM5 et GF7, dont la taille microscopique est hallucinante ? Vous serez encore plus impressionné par la taille de ce zoom ultra grand angle (du moins si vous connaissez déjà le zoom 14-24 mm de Nikon, ou le dernier né de Canon).

_1130202_blog_1078px

Le capteur étant moins large (ratio 4/3 plus carré), le cercle optique peut être plus petit : la surface des lentilles est donc utilisée de façon plus optimisée (moins de gaspillage de verre et d’espace). L’idéal pour « gaspiller moins de cercle optique », serait même d’avoir un capteur carré. Ou mieux encore : rond ! Dans ce cas 100% de la surface des lentilles serait utile.  Lire la suite !

LOGICIEL : Adobe Lightroom
55
Présentation de Lightroom 6 – Part 1 Bibliothèque

Chaque annonce d’une nouvelle version de Lightroom est un rendez-vous incontournable pour la communauté photographique. Huit ans après sa première version que nous réserve Lightroom pour cette version 6 ? Revue en 3 parties…

Première partie : la Bibliothèque… Ensuite, le Développement sera traité dans le seconde partie (ici et  également). Et les Autres Modules dans la troisième partie.

En tant que beta testeur officiel, j’ai la chance de travailler sur cette version 6 de Lightroom depuis de nombreux mois. J’ai pu suivre de près l’évolution des nouvelles fonctionnalités, notamment la fonction « phare » de Lightroom 6 (Lightroom CC), la reconnaissance des visages… Elle sera utile aux photographes amateurs, mais aussi aux reporters de presse, aux photographes de mariage ou d’événementiel. Avant de commencer, un lien pour télécharger le version d’essai, toujours gratuite 30 jours :

Téléchargement Lightroom 6 / LR CC : http://www.adobe.com/fr/products/photoshop-lightroom.html

Quelques bugs subsistent lors de l’utilisation de l’application Creative Cloud servant à mettre à jour Photoshop CC, ACR et Lightroom CC… Rares, mais on les a croisé ! Voilà pourquoi Adobe a continué à proposer (discrètement) des liens directs… Que voici pour Mac et PC.

Précisons qu’il est toujours possible d’acheter Lightroom en boite (130 € Licence perpétuelle). La mise à jour depuis une version précédente est à 74,40 €. L’achat en ligne de la licence définitive est toujours possible ici : lien achat version complète et lien achat mise à jour (sélectionner « Mise à jour »).

L’offre sur Abonnement (offre Lightroom CC spécial photographe à 11,99€ / mois), n’a rien d’obligatoire, mais est intéressante… A noter qu’elle est 2 € (par mois), moins chère désormais.

Par contre, c’est la seule qui vous donne accès au génial Lightroom Mobile et Lightroom Web, dont l’avenir semble plein de promesse. Nous ne sommes actuellement, qu’à la préhistoire de Lightroom Mobile.

0000_SCREEN_VIB_ 317

 

Pour plus de clarté, la version « boite » licence perpétuelle de Lightroom resté nommée Lightroom 6. Alors que la version sur abonnement a été renommée Lightroom CC. Ce qui évitera certaines confusions, notamment au moment de l’achat… A noter que de nouvelles fonctions devraient enrichir régulièrement Lightroom CC, qui n’arriveront que plus tard dans la version en boîte.

Parenthèse : j’ai eu un élève qui avait acheté d’abord Photoshop CC… en ignorant l’offre spéciale photographe et en ignorant que Lightroom lui conviendrait mieux ! Il a ensuite découvert Lightroom 5 et l’a acheté en licence définitive (n’ayant plus besoin de Photoshop)… Puis il s’est intéressé à Lightroom Mobile, essayé avec intérêt pendant 30 jours. Mais ni son Photoshop CC, ni son Lightroom « en boîte », ne lui donnait droit à Lightroom Mobile ! Grace à ce nouveau « packaging » cela ne devrait plus arriver…

Je vous propose de découvrir les nouvelles fonctions de LR6 dans l’ordre logique : d’abord les fonctions se rapportant au classement et à la gestion de photothèque. Ensuite le développement (Partie 2) et les autres Modules (Partie 3)… Et commençons par lister les nouveautés  :

 

Principales nouveautés de Lightroom 6 / Lightroom CC
 
Bibliothèque : arrivée de l’outil reconnaissance des visages
Bibliothèque : améliorations diverses (collections, dialogue d’importation)…
 
Développement : outil Fusion Panoramas
Développement : outil Fusion HDR
Développement : ajout du pinceau en filtre gradué et filtre radial
Développement : possibilité de déplacer les épingles des « coups de pinceau »
 
Module Cartes : changement du moteur d’affichage
Module Diaporama : améliorations diverses (musiques, rythme auto, translation)…
Module Web : ajout des galeries HTML5 et disparition du flash
 
Performances : utilisation de la carte Graphique (GPU) en Module Développement
Performances : réglage auto de la Taille des aperçus selon la taille de l’écran
Performances : mise au pause des processus et Activity Center
Performances : compression des sauvegardes (allègement par 4)
Performances : améliorations diverses (vitesse imports, exports)…
 
Lightroom Mobile : améliorations diverses et Lightroom Web
Tactile : Optimisation de l’interface pour écrans de PC Tactile

 

 

La liste des nouveauté peut éventuellement sembler plus courte cette fois-ci, que lors de mise à jour précédente. Notamment si l’on compare avec la version 5 qui avait apporté les indispensables aperçus dynamiques (indispensables du moins pour qui travail en déplacement) et le filtre radial, qui a constitué une petite révolution dans la façon de travailler la lumière avec Lightroom…

suite de la partie 1…

LOGICIEL : Adobe Lightroom
9
Revue de Lightroom 6 – Part 2 Développement

Seconde partie de notre revue de Lightroom 6, passons au développement… Retrouvez les autres parties de notre revue de détail par ici : Partie 1 et Partie 3.

Dans la vue Grille de la Bibliothèque, vous remarquerez l’apparition de deux Menus contextuels : « Fusion de Photo > HDR » et  « Fusion de Photo > Panorama ». Alléluia ! Pour la première fois, Lightroom 6 est capable de travailler sur deux photos en même temps (tout cela en format RAW)…

Arrivée de l’outil de fusion Panorama

Pour la Fusion Panorama, le raccourci est « Ctrl m »… Y compris sur Mac, attention : j’ai bien écrit « Ctrl m ». Et pas « Cmd m ».

Il est aussi possible de lancer le processus directement en tache de fond, (en évitant l’étape du dialogue) : conservez la touche Maj enfoncée, lors de l’utilisation du Menu Panorama (Maj Ctrl m). Dans ce cas, ce seront les réglages utilisés précédemment qui seront appliqués.

Vous pouvez laisser Lightroom sélectionner automatiquement l’une des trois options : Panorama Sphérique, Panorama Cylindrique, Panorama Perspective

Dans cet outil (contrairement à l’outil HDR), vous pouvez régler préalablement les différentes images individuellement, avant l’application de la fusion… Par exemple chacune des images de notre exemple a été ajustée avec des réglages d’exposition et de Balance des blancs. Ils seront pris en compte sur le DNG final (l’image Centrale est prise comme référence en cas de réglages différents)

Et vous retrouvez vos réglages de Balance des blanc et d’exposition (par exemple), sur le panorama en DNG obtenue… Vous pourrez les ajuster à nouveau, avec les mêmes résultats potentiels, puisque le DNG fusionné est « une sorte de fichier RAW », conservant la dynamique des originaux.

C’est la que réside le progrès face à l’ancienne méthode qui consistait à exporter vers l’outil Fusion Panorama de Photoshop. Le résultat (récupéré en PSD ou Tiff), était beaucoup plus lourd et avait perdu une bonne partie de son potentiel d’ajustement.

Une correction des déformations de l’objectif est automatiquement appliquée avant la fusion. Si Lightroom ne reconnait pas l’optique, il vous demandera d’appliquer manuellement un profile avant la fusion :

correction auto panorama

 

Par contre si vous appliquez des filtres gradués et radiaux (épilptiques) sur les images sources ces réglages seront ignorés et perdus sur le DNG final. Rien ne vous empêche toutefois de réaliser un copié collé de vos filtres localisés (d’une des images source vers le DNG).

L’outil « suppression des défaut » est également ignoré lors de la création du Panorama. Donc corrigez vos taches et poussières (si vous avez un Nikon D600 par exemple), sur le DNG après la création du panorama.

015_fusion_panorama_01

Ces outils prennent en compte les fichiers RAW et enregistrent le résultat en DNG. Ils prennent en compte l’orientation préalable d’une image en Développement. Une alerte est prévue si le résultat atteint la taille de fichier maximum, permise dans Lightroom.

suite de la partie 2…

LOGICIEL : Adobe Lightroom
10
Présentation test Lightroom 6 – Part 3 Autres modules

Troisième partie de notre test Lightroom 6, passons à aux autres Modules… Retrouvez les autres parties de notre revue de détail par ici : Partie 1 et Partie 2.

 

Changement de moteur du Module Carte 

Il est désormais basé sur Chromium Framework et compatible avec écrans Retina. Outre un gain théorique en réactivité, vous ne remarquerez probablement que l’ajout des informations d’altitude. On aurait rêvé d’un peu plus (notamment quelques progrès ergonomiques)…

carte

 

Améliorations du Module Livres

Euh ? Rien de neuf ici ! Toujours aussi puissant, mais toujours pas si facile à apprivoiser au début… Je donne des cours n’oubliez pas ! Une après midi devrait suffire à vous mettre le pied à l’étrier. Ensuite, c’est le bonheur de commander ses livres chez Blurb.

La seule (minuscule) correction dans ce module (à ma connaissance) : désormais les réglages de texte (issus des métadonnées), sont sauvegardés avec les Livres.

 

Test Lightroom 6 Améliorations du Module Diaporama

C’était le grand oublié de la version 5 (qui n’avait vu aucune amélioration de ce Module). Dans Lightroom 6, celui-ci voit l’arrivée de Mouvement latéraux et de zoom… Vraiment jolis, bien que déjà vus ailleurs depuis fort longtemps…

Je trouve plus flatteur de régler le curseur « Panoramique et zoom » au plus faible (et vos photos seront moins recoupées)… Vous remarquerez que le zoom est alternativement un « zoom avant », puis un « zoom arrière », cela change sur chaque image…

060_diaporama_avec_zoom

C’est mieux que rien et cela redonne au Module Diaporama un peu aspect sexy qui lui faisait totalement défaut depuis le début (2006), il aura fallu 9 ans pour en arriver là !

suite de la partie 3…

000 - A LA UNE
13
Atelier développement : nouveaux outils de Lightroom 6

J’ai préféré mettre à part cette démonstration, afin de ne pas trop allonger notre présentation exhaustive des nouveautés de Lightroom 6, que vous pouvez retrouver ici :  Partie 1 : Bibliothèque.

Etape 1 : exemple d’utilisation du pinceau avec filtre radial. Sur cette vue de Hong Kong (réalisée pendant notre voyage photo de janvier), je souhaite ajouter du « voile atmosphérique » au centre… De façon à « éloigner » un peu l’horizon à la façon des peintres de la renaissance qui avaient découvert que des teintes plus froides, moins contrastées et plus claires à l’horizon donnaient un « effet de profondeur ».

0000_SCREEN_VIB_ 275

 

Etape 2 : Je choisi pour cela d’utiliser le Filtre radial (tellement plus rapide que le pinceau)… Raccourci « o » pour le visualiser :

0000_SCREEN_VIB_ 276

 

Etape 3 : J’active la fonction « Pinceau » (bouton de droite), en mode « Effacer » avec Masquage automatique. Cela me permet d’épargner les immeubles principaux au premier plan (je gomme les immeubles). Le Filtre ne s’applique donc qu’à l’arrière plan (ou je n’ai pas gommé). Je pourrais éventuellement finaliser la transition en bas de l’image avec un contour progressif au « Débit » réduit.

Lire la suite…

1 5 6 7 8 9 10