Browsing: NOS MEILLEURS ARTICLES

000 - A LA UNE
36 Le Sigma 24-70mm f/2.8 DG HSM OS Art n’est pas trop gros

Pour moi, le plus important dans l’encombrement de l’équipement Full Frame que j’utilise , ce n’est pas la taille du boitier… Mais la taille et le poids du zoom trans-standard, qu’il faut considérer en tout premier. C’est pour cela, que je préfère le Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM, à la version f/2.8 non stabilisée.

En outre l’économie financière réalisée, me permet d’acheter un ou deux objectifs fixes à f/1.4 qui sont capable de produire des images que aucun zoom à f/2.8 ne permet d’obtenir)… Alors, justement : je me demandais quelle taille aurait le nouveau Sigma 24-70mm f/2.8 DG HSM OS Art stabilisé (très attendu) qui arrivera très bientôt dans les boutiques… La réponse est rassurante et se trouve ici chez CameraSize.com ! Ouf, il ne sera pas trop gros… Lire la suite.

 

Décidément, j'adore Sigma !
000 - A LA UNE
14 Prise en main Panasonic GX800 : petit et si pratique

J’avais adoré voyager avec le minuscule Panasonic Lumix GM1 (ça date déjà un peu)… Voici aujourd’hui le Panasonic Lumix GX800 (lien Panasonic) que j’ai pu tester rapidement et qui est une sorte de GM1 amélioré…

Ou de petit GX80 qui se serait glissé dans le corps d’un GM1 (relire : Panasonic GX80 enfin un hybride efficace)… Merci à Philippe de la Boutique Camara de Paris 9em qui me l’a prêté… Vous trouverez le GX800 à la boutique, ainsi que d’autres petits boîtiers sympa (et quelques occasions). La (petite) boutique n’a pas tout le catalogue des objectifs Micro 4/3 en stock, mais elle peut tout avoir en 24h… Demandez-leur l’objectif que vous aimeriez coller à ce petit Panasonic GX800…

Si petit et si pratique : s’il n’existait pas il faudrait l’inventer ! Même si ce modèle est obligatoirement vendu avec son minuscule zoom stabilisé 12-32 mm, qui fait tout son charme et qui est étonnamment bon, pour sa taille.. En partie grâce à cet objectif étonnant, le GX800 est très petit : très pratique, assez réactif, pas trop cher et même assez joli : l’idéal pour partir en vacances, relire : Quel appareil compact pour l’été ?.

Evidement, pour ce prix (relativement serré) : on ne dispose toujours pas de viseur intégré (aussi mauvais soient-ils, les EVF ça dépanne). Et oui : nous sommes encore en 2017… Mais d’ici un ou deux ans, espérons que tous les appareils de ce prix intégreront un viseur (espérons).

Pas de griffe porte flash non plus : c’est un peu moins explicable cela, car un petit viseur optique aurait pu s’y greffer. Ou un flash tout simplement (celui intégré est minuscule)… Ou mieux encore : une petite torche LED (puisque il film en 4K)…

Grosso modo : on le tient beaucoup plus facilement en main que le GM1 (relire : Panasonic GM1 mon compact préféré est un hybride). Le principal progrès par rapport à mon vieux GM1, c’est la prise en main améliorée grâce à l’écran arrière orientable vers le haut, qui faisait franchement défaut sur le GM1. On peut glisser son pouce dessous et ainsi, mieux tenir l’ensemble grâce à cet appui. J’avais déjà apprécié ce type de prise en main sur le Canon G7X… Ce qui aurait tendance à vous faire multiplier les cadrages en contre plongée (attention aux habitudes répétitives).

Ergonomie Panasonic : toujours un peu tortueuse… A noter que l’écran tactile est assez efficace et agréable… Du moins une fois habitué à l’interface un peu confuse (et inutilement chargée) de Panasonic. Ce n’est pas un Canon (si vous voulez être confortable et des Menus facile à comprendre, alors prenez le Canon EOS M5). Attention, si vous achetez ce modèle à l’étranger : en Asie pas de Français dans les menus, qui ne sont déjà pas si facile à décoder ! Juste de l’Anglais, du Chinois, du Japonais, etc…

Les boutions sont toujours aussi petits. Et pas si lisibles que ça, notamment dans la version noire du boîtier… Je crois qu’il vaut mieux choisir la version Silver (si vous avez plus de 50 ans et peut-être besoin de lunettes).

La bonne nouvelle (pour ceux comme moi, qui possèdent déjà un GM1 et n’auraient pas envie de le revendre), c’est que les batteries du GX800, sont identiques à celles du GM1. En y réfléchissant : je ne crois pas que cette bonne nouvelle concerne grand monde, finalement. Car un GX800, n’est pas un EOS 5D sensé cohabiter avec un « boîtier de secours ».

Par contre le choix d’une carte Micro SD à la place de la traditionnelle carte SD : me fait un peu râler… C’est tellement petit et si facile à perdre une carte Micro SD (par chance j’en avait une chez moi)… Mais peut-être l’idée est-elle de pouvoir copier facilement les images de la carte Micro SD vers un smartphone ou une tablette profitant d’un logement Micro SD (pas votre iPad, ni votre iPhone évidement). Ce qui séduira peute-tre certains marchés, notamment en Asie… Lire la suite…

 

... ce qui est petit est joli !
ACTU : matos photo, divers
9 Matos incontournable que j’emmène en voyage photo

Cette petite liste « à la Prévert » pourrait servir de « pense bête » avant le départ, par exemple lors d’un de nos voyages photo (destinationphoto.com). Bien entendu, il y a plusieurs façon d’envisager l’équipement idéal pour un voyage photo…

Mais voici déjà la mienne… Avant de lire ceci, faite un détour par : Qu’y a-t-il dans mon sac photo ? mais aussi par : Match : reflex Full Frame à viseurs optiques 2016.

Disque SSD 2,5 pouces de stockage (nu) – En voyage, si le SSD Interne de mon Macbook Pro est plein (il l’est), j’utilise exclusivement des SSD externes pour stocker les originaux (et c’est vrai que j’ai besoin de place car je shoot pas mal) : un système idéal combiné aux « aperçus dynamiques » de Lightroom.  Placez ce disque SSD (achetez-le nu),  dans un boitier USB3 de type Storeva Klik (24,99 €).   Lire la suite…

 

une bonne préparation est indispensable
000 - A LA UNE
31 Pratique : moins de 5 secondes pour déclencher !

En reportage, en voyage, en sport et dans pas mal de circonstances : si vous souhaitez saisir la vie, « l’instant décisif » : il vous faudra être prêt à déclencher en moins d’une seconde…  Revue de quelques détails, qui n’en sont pas !

Relisez d’ailleurs avant tout : quelques bêtises que l’on entend régulièrement… Ceci fait, passons maintenant en revue quelques « réglages » et « actions » qu’il faudra savoir réaliser en moins de 2 seconde ! On commence par le plus simple et le plus évident :

1 – Prise en main et visée en moins d’une seconde : il faudra en moins d’une seconde être capable de porter votre reflex au niveau de l’oeil, cadrer instantanément et « déclencher d’instinct »… Relire : Mes 20 conseils pour améliorer vos photos de rue.

Pour cela votre appareil doit rester en permanence en position « On » et allumé (avec la mise en vaille automatique réglée sur 5 minutes), jamais éteint… D’ailleurs, je n’éteins jamais mon appareil, chaque soir je le laisse dans mon sac en position veille : les batteries ne se vident pas (seule exception, lorsque j’utilise le GPS Interne, je préfère l’éteindre si je ne l’utilise pas quelques heures). Lire la suite…

 

... mieux "saisir l'instant décisif"
000 - A LA UNE
57 Pour progresser : cherchez les contre-jours

Je me souviens de conseils que l’on donnait aux photographes débutants dans mon enfance : évitez les contre-jours… Il est vrai que bien exposer une image à contre jour, en argentique dans les années 70 relevait du « coup de bol ».

Par volonté de contradiction, j’ai pourtant souvent essayé les contre-jours à l’époque argentique… En me plantant la plupart du temps ! J’essayais de me débrouiller comme je pouvais pour échapper aux erreurs d’exposition : en braketant systématique (avec 3 diaph d’écart) pour commencer (du moins à partir de 1992 lorsque j’ai eu un Canon EOS)… Ensuite en ajoutant du flash « fill-in » parfois (lorsque le sujet le permetait). Ou même un réflecteur pour déboucher le premier plan avec plus ou moins de succès… Mais ce que je n’ai pas compris tout de suite, c’est qu’il fallait mieux « accepter le contraste », pour l’exploiter. C’est d’ailleurs pour cela que la « dynamique » de mon capteur m’importe peu : il y en a toujours assez !

Aujourd’hui en numérique tout est plus facile… Les fichiers RAW (même les pires, comme ceux des compacts) disposent d’une dynamique tellement immense (plus que suffisante)… L’écran est là pour vous permettre de vérifier vos images immédiatement. Le bracketing est extrêmement facile à mettre en oeuvre (plus facile chez canon que chez Nikon soit dit en passant). On peut choisir de « braketer » sur 2, 3, 5 ou 7 vues… Et bien entendu la correction manuelle d’exposition est plus accessible à tous.

Et enfin pour compléter cet ensemble d’outils très puissants : Lightroom est là pour vous aider à faire le tri (surtout si vous prenez 1000 images par jour, dont parfois un bon tiers à contre jour, en ce qui me concerne – Pourquoi prendre… de 500 à 1000 photos par jour ? )… Et en post traitement, il est devenu facile « d’ajouter un peu » les contrastes. Ce qui n’est pas un « petit détail » dans cette histoire. Mon conseil du jour est donc : osez le contre jour. Il en restera toujours quelque chose…

Donc, ne craignez pas de rater : au contraire c’est en ratant que l’on progresse… La photo doit rester « instinctive », elle nécessite un certain « lâcher prise ». Dernier conseil : si vous voulez pratiquer confortablement l’Art du contre jour : fuyez les viseurs électroniques, totalement incapables de restituer « ambiance d’un contre jour » au moment du cadrage.

Sélection de quelques images « à contre jour », que j’ai réalisé lors de nos derniers voyages photos… Ou j’enseigne à qui s’y intéresse « l’Art du contre jour » : www.destinationphoto.com…  Par ici pour lire la suite.

 

un "conseil photo"...
A RELIRE CET ETE (BEST OF)
17 Voyage photo Hong Kong du 05 au 13 janvier 2018

Les dates du prochain voyage photo à Hong Kong seront : du vendredi 05 au samedi 13 janvier 2018. Détails et programme ici ! Si vous n’avez jamais participé à un voyage photo, commencez par celui-ci. Ou par le Japon peut-être ?

Notre agence de voyage agrée vous proposera un vol international au départ de Paris. Chaque jour seront proposé des visites sur des spots photographiques connus ou moins connus, au cours desquelles vous profiterez de l’expérience et des conseils d’un photographe professionnel, formateur expérimenté. Jean-François Vibert est aussi un grand connaisseur de l’ancienne colonie Britannique, qu’il explore chaque année depuis plus de 11 ans avec son épouse Sharon, qui à grandi à Hong Kong et sera notre guide dans les ruelles les plus secrètes de la ville et de ses alentours. « Au travers de nos promenades photographiques, notre objectif sera de communiquer à de petits groupes conviviaux de 6 à 8 personnes, nos « savoir-faire » issus d’une expérience du reportage et de la photo de voyage.

Asia, Asie

 

... une véritable initiation à l'Asie !
COUPS DE COEUR
0 Reste 3 places pour la Birmanie et 2 pour Hong Kong

Dépêchez vous, il ne reste que 3 places pour notre voyage photo en Birmanie du 03 au 16 mars 2017 (limité à 6 participants). Et seulement deux places pour Hong Kong du 06 au 14 janvier (8 participants).

Ne dépensez pas tout votre argent dans votre matos photo : à la place, offrez-vous un beau voyage photo (avec un pro). Vous en apprendrez beaucoup plus et ramènerez beaucoup plus de belles images, qu’en restant à la maison (avec votre matos tout neuf)… Des question ? Posez-les moi

Relire aussi : Photos de voyage : conseils, astuces et réflexions  –  Mes 20 conseils pour améliorer vos photos de rue  –  Qu’y a-t-il dans mon sac photo ?   –  Ultimes conseils pour photographes voyageurs

Asia, Asie

 

des question ? posez-les moi...
000 - A LA UNE
92 Photographes : oubliez ces très mauvaises habitudes !

Lorsque je voyage avec des élèves photographes (voir nos voyages photos), je repère assez vite les mauvaises habitudes, que beaucoup acquièrent (sans s’en rendre compte) en travaillant trop souvent seuls dans leur coin…

Je vous propose en ce beau dimanche : un petit florilège de mauvaises habitudes que vous aurez tout intérêt de combattre pour réaliser des progrès. Dans les conseils possible : il y a ce qu’il faut faire… Et ce qu’il fait cesser de faire ! Après cette première partie, lisez la suite ici : Photographes : oubliez ces très mauvaises habitudes (partie 2).

Cessez de croire que le mode M donne du talent : ne perdez pas votre temps avec le mode M, utilisé en toutes circonstances sans réflexion… Le Mode M est à réserver à des cas particuliers : studio, images nocturnes, circonstances ou la lumière ne change pas. Et quelques autres.

Mais le reste du temps, le Mode M vous aidera surtout à rater cet « instant décisif » qu’il est urgent de saisir, avant que l’instant ne s’envole… Car le Mode M c’est trop lent !

La photo est d’abord « affaire de réactivité » et votre voisin qui travail en Mode P, est beaucoup mieux armé pour être réactif ! Par contre je vous engage à essayer de temps à autre : le Mode M avec ISO Auto, qui peut s’avérer intéressant. Par exemple en vidéo, mais pas seulement…

Landscape, Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

Ci-dessus : image datant de 2005 : prise en JPEG au Canon EOS 20D + zoom Canon EF 70-200 mm f/2.8 L IS USM. Données de prise de vue : 1/60 sec – f/14 – 100 ISO (correction d’expo -2/3 IL) – A main levée…

Ne massacrez plus les arrières-plans : Depuis que les appareils réalisent le point quasi automatiquement et que l’exposition n’est plus le « premier soucis du photographe » (comme à l’époque des diapositives) : je dirais que la « médiocrité » de nos arrières plans est devenu la toute première cause de « nos photos ratées » !

A trop se concentrer sur leur sujet, la plupart des photographes débutants, oublient de prendre en compte l’arrière plan dans leur cadrage… Mon conseil, ouvrez les yeux, pensez « arrière plan », déplacez vous verticalement et latéralement en permanence. Et surtout : fuyez l’utilisation du pied qui est un véritable frein à l’expérimentation et à la composition (lire plus bas)…

_mg_5314_blog_1400px

Ci-dessus : Canon EOS 6D + Sigma 24 mm f/1.4. Données de prise de vue : 1/80 sec – f/1.4 – 50 ISO – Correction Manuelle d’expo : -1/3 IL.

Arrêtez la mesure spot lorsqu’elle est inutile : ceux qui utilisent la mesure Spot sont assez souvent des adeptes du Mode M par ailleurs… Des photographes qui adorent se « prendre la tête » inutilement et feraient mieux de s’intéresser à leur sujet, plutôt qu’à l’exposition !

Beaucoup de gens se font avoir, après avoir basculé (ponctuellement) en mesure spot, pour un portrait par exemple (croyant travailler comme les pro)… Ils oublient ensuite de revenir sagement à la mesure multizone (mesure Auto par défaut). Et réalisent des images trop claires ou trop foncées, leur spot étant pulsé par hasard sur tel ou tel arrière plan…

Parenthèse : heureusement pour les « fans de mesure spot », dans les Canon EOS pas trop anciens, on peut demander que l’appareil affiche une alerte dans le viseur dès que vous êtes en mesure Spot (et aussi dans d’autres cas : lorsque vous êtes en Monochrome par exemple). Fin de la parenthèse !

La mesure Spot, n’est vraiment pas adaptée à la prise de vue polyvalente « au quotidien »… Au mieux, vous le savez et perdez votre temps à mémoriser l’exposition (ce qui est long et représente une opération de trop, lorsque le sujet risque de s’envoler)… Alors qu’une mesure multizone la plus automatique possible, fait parfaitement l’affaire dans 99% des circonstances. Et vous pêrmet de vous concentrer sur ce qui compte vraiment : votre sujet, l’instant « décisif » et votre composition…

La solution : apprenez à utiliser la correction manuelle d’exposition : c’est bien plus rapide… Lire la suite !

 

... concentrez vous sur "ce qui compte" !
1 2 3 4 14