Catégorie : LA PENSEE PHOTO DU JOUR

000 - A LA UNE
39
Ce qui compte c’est l’objectif ! Pas l’appareil… (1/3)

J’ai toujours conseillé à mes élèves de dépenser davantage d’argent, dans leurs objectifs, que dans leurs boîtiers… Par exemple s’offrir un 70-200 mm f/4 : voilà un bien meilleur investissement à envisager…

Plutôt que de dépenser la même somme dans un nouvel appareil. Faites l’expérience : achetez un 70-200 mm f/4 (même d’occasion). Puis montez-le sur un vieux reflex, vous constaterez qu’il en sortira de meilleures photos que si vous aviez acheté un nouvel appareil (à quelques exceptions près évidement).

A suivre dans le prochain épisode, d’autres galeries d’exemples, réalisés avec certains de mes objectifs favoris… Parmi lesquels, le 70-200 mm f/4 bien entendu. Ou le Sigma 24 mm f/1.4 Art… Ou encore le petit Voigtlander 20 mm f/3.5. A suivre ici…

Ce qui compte c’est l’objectif : partie 2

Ce qui compte c’est l’objectif : partie 3

De plus, les bons objectifs sont des investissements généralement plus pérennes, qui perdent moins de valeur avec le temps, que les boîtiers (qui se démodent si vite)…

Vérifiez en occasion : les reflex vieux de 5 ans deviennent quasiment invendables (il faut dire que pas mal de gens achètent des boîtiers dont ils ne se servent quasiment jamais, donc les bonnes occasions ne manquent pas). Alors que les « bons » objectifs conservent une bonne cote durant plusieurs années… Lire la suite.

000 - A LA UNE
15
Utilisez mieux notre moteur de recherche !

Je profite d’une petite amélioration de notre moteur de recherche, pour vous inviter à l’utiliser plus souvent et de façon plus rationnelle ! Par exemple : pensez à utiliser des guillemets pour les mots composés, car ça change tout : « Canon EF 24 »

Utilisés entre guillemets, les termes « Canon EF 24-70 » donnent 27 résultats : on y trouvera ce que l’on cherche facilement. Par contre, sans les guillemets la recherche sur Canon EF 24-70 donne 146 résultats. Allez-y : essayez, c’est en haut à droite ! 

Si vous recherchez le terme « Sony bashing » en utilisant des guillemets, vous n’aurez comme résultats que les  occurrences comprenant les deux mots séparés par un espace : ce qui donne trois résultats seulement, dont le présent article que vous lisez… (résultats élégamment surlignés de jaune, vous avez vu ? Je me suis pris la tête pour changer la couleur) : Lire la suite…

000 - A LA UNE
131
Pourquoi le Canon EOS 6D MarkII me plait beaucoup !

Le Canon EOS 6D MkII vient d’être révélé et ressemble exactement à ce à qui avait été révélé : ses caractéristiques ne seront donc pas une grande surprise pour nos lecteurs fidèles. En ce qui me concerne, je suis très satisfait de cette annonce.

Il faut dire que son prédécesseur fut l’un des boîtiers les plus agréables que j’ai jamais eu le plaisir d’utiliser en voyage, je n’ai utilisé quasiment que lui entre 2012 et 2015 (relire mon Test Terrain du Canon EOS 6D au Japon)… après avoir revendu mon Canon EOS 5D MkIII (dont je n’avais pas vraiment besoin, mais qui était sorti avant l’EOS 6D)…

Certes, depuis aout 2015 : le Canon EOS 5DsR (que j’ai adopté pour partir au Kenya en été 2015) s’est avéré plus performants le terrain à tous les ponts de vue que le Canon EOS 6D (relire mon test terrain du Canon EOS 5Ds R au Kenya)… Mais le prix a payer pour cela, fut assez élevé : le poids et l’encombrement de mon reflex principal ont sensiblement augmenté lors de ce « passage de relais ».

Et pour tout vous dire, depuis aout 2015 : mon « petit » Canon EOS 6D m’a beaucoup manqué… Sa simplicité légendaire, sa fiabilité exemplaire, sa sobriété remarquable et son GPS intégré : tout cela était un vrai bonheur. On peut même signaler la taille raisonnable de ses fichiers RAW de seulement 20 Mix, qui pèsent beaucoup moins lourd que les 50 Mpix dont je profite actuellement (même si les aperçus dynamiques de Lightroom permettent d’amortir le choc en ce qui concerne la fluidité en Développement)…

Oui, j’avais adoré utiliser mon « petit » EOS 6D première version, durant ces trois ans… Et le pilote d’ULM au Kenya, qui ma l’a racheté pour l’utiliser en survolant la brousse, en est toujours très content je crois. D’autant que le GPS lui est spécialement utile…

Avec l’EOS 6D Mark II annoncé en ce 29 juin, Canon propose une évolution raisonnable et logique : à environ 2109 € le boîtier nu, ce nouveau modèle sera probablement un best seller. Un « sésame », qui permettra à beaucoup d’amateur de passer à la photo Full Frame… C’est à dire : à la « vraie photo ». Et je sais que lorsque j’écris « vraie photo » : certains s’énervent et se sentent même « mis en cause »…

Mais vous pourrez argumenter tant que vous voudrez : on ne fait pas les mêmes photos en Full Frame qu’en APS-C… Ce n’est pas pour rien que presque tous les pro travaillent (quasiment exclusivement) en format Full Frame (appelez-le plein format, ou 35 mm, si vous préférez)… Et parfois aussi en APS-C (un peu). Mais c’est seulement « en complément » de leur Full Frame. Moi aussi, je ne me passerais jamais d’un second boîtier en APS-C (je l’ai souvent écrit ici) : mais en tant que « second boîtier ».

Pour moi, l’idée que APS-C et Full Frame se vaudraient, est un « mythe », tout simplement ! Un mythe, fabriqué par des constructeurs qui aimeraient bien vous le faire croire, ceci pour l’unique raison qu’ils sont incapables de livrer pour un cout de fabrication (et de vente) raisonnable : une alternative commercialement viable, à ce que seuls savent faire Canon et Nikon jusqu’à présent… (et aussi un peu Sony, Leica et Pentax, mais dans une moindre mesure).

Pour le moment : proposer un Full Frame du calibre de l’EOS 6D MarkII à 2105 €, accompagné d’une telle gamme optique (comportant de nombreuses optiques financièrement très accessibles qui restent très performantes, en dessous de 200 €) : et bien seuls Canon et Nikon en sont capables… C’est dommage, mais c’est une réalité incontournable.

Pentax et Sony n’en sont peut-être pas si loin… Mais on ne pourra sérieusement comparer leurs offres, que le jour ou leurs gammes optiques : seront équivalentes à celles de Canon et Nikon (et financièrement tout autant accessibles). Mais objectivement, autant Sony que Pentax en sont encore loin : tant en terme de rapport qualité prix, que de diversité des objectifs disponibles…

Si vous êtes conscient de cela et si vous pensez comme moi, que ce sont les objectifs qui « contribuent » le plus à votre réussite : alors cet EOS 6D Mark II est probablement l’un des meilleurs reflex, de 2017… que vous puissiez placer derrière les objectifs que vous aurez choisi !

Rappelez-vous qu’il faut d’abord choisir « ses objectifs » en fonction de votre style ou de vos ambitions photographiques (chez Canon, Nikon, Sigma, ou qui vous voulez)… Puis ensuite : trouver le boîtier adapté, qu’il suffira de placer derrière… On ne choisi pas un reflex d’abord, devant lequel on placera « n’importe quel objectif ». Car les boitiers passent (de plus en plus vite), mais les objectifs restent : 10 ou 15 ans au moins…

Mais laissons cela et passons à l’analyse de cet EOS 6D Mark II… Je vais d’abord vous expliquer ce que je trouve génial (en début d’article) et pourquoi je ne vois pas beaucoup de raisons de « dépenser plus » !

Et plus bas, je décrirais quelques « réserves » et critiques quoi peut lui faire… Donc, si vous êtes su genre pressé et « râleur » (à voir toujours le verre à moitié vide) : alors descendez directement en bas de l’article… Et n’oubliez pas de laisser vos commentaires en bas de l’article. Lire la suite…

000 - A LA UNE
30
Pratique : moins de 5 secondes pour déclencher !

En reportage, en voyage, en sport et dans pas mal de circonstances : si vous souhaitez saisir la vie, « l’instant décisif » : il vous faudra être prêt à déclencher en moins d’une seconde…  Revue de quelques détails, qui n’en sont pas !

Relisez d’ailleurs avant tout : quelques bêtises que l’on entend régulièrement… Ceci fait, passons maintenant en revue quelques « réglages » et « actions » qu’il faudra savoir réaliser en moins de 2 seconde ! On commence par le plus simple et le plus évident :

1 – Prise en main et visée en moins d’une seconde : il faudra en moins d’une seconde être capable de porter votre reflex au niveau de l’oeil, cadrer instantanément et « déclencher d’instinct »… Relire : Mes 20 conseils pour améliorer vos photos de rue.

Pour cela votre appareil doit rester en permanence en position « On » et allumé (avec la mise en vaille automatique réglée sur 5 minutes), jamais éteint… D’ailleurs, je n’éteins jamais mon appareil, chaque soir je le laisse dans mon sac en position veille : les batteries ne se vident pas (seule exception, lorsque j’utilise le GPS Interne, je préfère l’éteindre si je ne l’utilise pas quelques heures). Lire la suite…

A RELIRE CET ETE (BEST OF)
45
Voyage photo Hong Kong du 05 au 13 janvier 2018

Les dates du prochain voyage photo à Hong Kong seront : du vendredi 05 au samedi 13 janvier 2018. Détails et programme ici ! Si vous n’avez jamais participé à un voyage photo, commencez par celui-ci. Ou par le Japon peut-être ?

Notre agence de voyage agrée vous proposera un vol international au départ de Paris. Chaque jour seront proposé des visites sur des spots photographiques connus ou moins connus, au cours desquelles vous profiterez de l’expérience et des conseils d’un photographe professionnel, formateur expérimenté. Jean-François Vibert est aussi un grand connaisseur de l’ancienne colonie Britannique, qu’il explore chaque année depuis plus de 11 ans avec son épouse Sharon, qui à grandi à Hong Kong et sera notre guide dans les ruelles les plus secrètes de la ville et de ses alentours. « Au travers de nos promenades photographiques, notre objectif sera de communiquer à de petits groupes conviviaux de 6 à 8 personnes, nos « savoir-faire » issus d’une expérience du reportage et de la photo de voyage.

Asia, Asie

000 - A LA UNE
8
Projets 365 : une photo « chiante » par jour ?

Que pensez-vous des « Projets 365 » ? Moi, je n’en pense que du mal… Mettre en ligne une photo par jour : voilà le genre d’idées mégalomanes et un peu débiles que le web et les réseaux sociaux ont tendance générer !

Oui, ça me fait penser à ce genre de choses : tournez l’objectif vers l’avant… pas vers vous. Ou encore à ce genre de chose : Il y a beaucoup mieux à faire en voyage ! Oui, vouloir poster une nouvelle photo par jour, cela risque surtout de donner des photos très ennuyeuses (pour les autres)… A la limite, rien ne vous interdit de vous astreindre à cette discipline à vous-même. Mais surtout gardez ces photos « pour vous » et n’assommez personne avec ;-)

Au final vous perdriez votre temps et risquez même de vous « dégouter » de faire des photos… Car il y a clairement des jours ou il n’y a rien à photographier ! Ces jours-là, il vaut mieux passer du temps à trier correctement les archives de certaines journées exceptionnelles, que vous avez eu la chance de vivre et photographier. Lire la suite…

Japon Asie, Japan Asia

000 - A LA UNE
6
Photojournalisme un mythe occidental s’effondre-t-il ?

Il y a 5 ans déjà, Ruben Salvadori, anthropologiste et photographe s’est intéressé à la « fabbrique des images » à Jerusalem Est, ou il était venu couvrir les tensions. Mais il y a trouvé un autre sujet d’étude tout aussi passionnant : les photo journalistes eux-même.

Et la façon dont sont « fabriquées » certaines images des conflits : Photojournalism Behind the Scènes (il y a un film tout à fait passionnant à visionner). On savait déjà que l’on peut faire dire n’importe quoi à une photo. Mais l’on découvre aussi avec une certaine stupeur (qui ne surprendra vraiment que ceux qui ne connaissent rien à ce métier), que dans certains cas : certaines photos sont fabriquées tout simplement pour alimenter un marché prêt à les diffuser : « This is what we have to create if we want to sell. »

Ruben_Salvadori_photojournalism

On peut même se poser cette question… Si personne n’était présent pour les photographier (voir les motiver) : certains évènements violents (qui génèrent ces belles photos), existeraient-ils ? La question prend tout son sens, au fur et à mesure que les années passent… Lire la suite.

APN : Sony
13
Franchement… j’ai du mal avec les Sony (en général)

La semaine dernière j’ai donné 7 heures de cours de prise en main du Sony RX-100 MkIV, à un photographe pro expérimenté. Il possédait cet appareil depuis un an, mais en était encore à se battre avec les menus, réglages et l’ergonomie générale.

On a tout passé en revue : absolument tout… Il a fallut 7h pour tout décortiquer avec pas mal d’exercices d’application. Sans déconner : n’importe quel photographe expérimenté devrait immédiatement être en mesure d’être « suffisamment à l’aise » avec n’importe quel appareil… Mais là ce n’était pas le cas ! Et c’était bien la faute de l’appareil : je vous l’assure…

Sans parler du viseur électronique éjectable, qui avait la fâcheuse habitude de s’éjecter tout seul dans son sac… et de vider la batterie (pour ça j’ai rien pu faire). Je lui ai montré aussi qu’il existait désormais un réglage personnalisé, pour éviter que l’appareil ne s’éteigne à chaque fois que l’on rentre le viseur (comportement par défaut). Nous avons personnalisé au mieux tous les boutons configurables et notamment la touche Fn, en limitant à une seule ligne (au lieu de deux) la liste des fonctions accessibles. Car trop d’options, nuisent aux décisions rapides…

Voilà pour ce soir, une petite histoire (assez remarquable) à propos du Sony A6300 : qui démontre exactement « tout le mal », que je pense de la plupart des appareils photo Sony : The Worst Thing About the Sony a6300 – A great product with a major flaw… Il semblerait que vous n’ayez pas vraiment besoin du Sony A6300 ! Vous avez besoin d’un vrai appareil photo.

Bref, les Sony, c’est souvent assez chiant à utiliser et à configurer… Avec ces petits boutons minuscules, on a plutôt l’impression de se battre avec des « gadgets électroniques de salon », plutôt que d’utiliser de vrais appareils photos. Mais ils sont par ailleurs très performants, ce que je reconnais bien évidement : j’avais d’ailleurs acheté le premier Sony RX100… Avant de le revendre au bout de un an seulement (alors que je traine mon Pansonic GM1 depuis trois ans sans avoir envie de le lâcher).  Lire la suite.

000 - A LA UNE
14
Pensez à (re) plonger régulièrement dans vos archives

Régulièrement j’essaye de me réserver quelques heures, le dimanche ou lors d’un trajet en avion pour me replonger dans mes archives. Car il y a plein de choses à faire avec un oeil neuf. Déjà, je m’applique à attribuer quelques mot-clés supplémentaires…

Je m’y astreint pendant une bonne demi-heure à chaque fois avant de commencer, c’est un peu comme une punition… Car appliquer des mots-clés, est un travail qui devrait se faire un peu « tout le temps » avec du recul. En plus de se faire au fur et à mesure de la production, bien entendu. J’essaye aussi de mettre quelques légendes, si j’en ai le temps : Photo sans légende = une photo fichue !

Ensuite, je vérifie si les images que j’avais mises en avant à l’époque (avec 4 ou 5 étoiles), sont vraiment les meilleures de leurs séries. Ce n’est pas toujours le cas, spécialement si je remonte 10 ans en arrière. Je découvre que certaines images que j’avais adoré à l’époque, me paraissent finalement banales aujourd’hui… Je m’en suis lassé, ce qui est assez normal. Attention à ne pas « écarter » des images intéressantes, au seul prétexte que vous vous en êtes lassé : car ce ne serait pas obligatoirement le cas de personnes qui les découvriraient aujourd’hui. Lire la suite…

Prayers flag, Ladakh Himalaya Inde. Photo : Vibert / Actionreporter.com

000 - A LA UNE
12
Il y a beaucoup mieux à faire en voyage !

Vous êtes impressionnés par cette réalisation ? Un an de voyage résumé en Time-lapse… Oui, c’est assez chouette techniquement, bien que pas trop original (on a déjà vu ce concept en beaucoup plus rigolo : le mec qui dansait). 

Mais je trouve ça très con… Lorsque vous imaginez le temps qu’ils ont du passer à se mettre en scène, à se photographier eux-mêmes et à mettre en point leur film… Ce temps aurait été plus utile et enrichissant, s’ils l’avaient passé à aller  la rencontre de gens, à photographier d’autres personnes qu’eux-même.

Un an de voyage ? Il y a mieux à faire que de faire ça… Le « temps » pendant lequel vous voyagez est trop précieux (dans tous les sens du terme), pour être gaspillé. Lire la suite…

000 - A LA UNE
30
Sociotypes : quel photographe êtes-vous ? Partie 2

Voici la seconde partie de nos portraits de photographes, « caricaturaux » mais amusants j’espère ! Certains sont inspirés de mes amis et connaissances… qui se reconnaitront sans doute.

Alors ne prenez pas la mouche les amis : ces portraits sont des « mélange » de plusieurs personnages, dont vous ne partagez que quelques « traits » seulement ! Ce n’est pas vous… Dans tous les cas : rien de méchant bien entendu, même si je pointe quelques détails assez juste je crois. J’espère que ces portraits amusants vous aideront à vous y retrouver… et peut-être même, à chasser certains de vos travers ? Je suis moi-même un petit peu tous ceux-là à la fois…

Commencez par lire la première partie ici et la troisème là. La 4 em partie là. Et il y aura probablement une cinquième partie, car d’autres idées me sont venues entre temps !

 


Incorruptible : le « reporter de guerre » :  le seul matos auquel il tienne vraiment c’est son téléphone satellite, pour le reste il s’en fout un peu il n’est pas « matérialiste »… Du moment que ce soit « lourd et solide » : au point de pouvoir « planter des clou » avec la semelle de son boîtier. Autrement dit : aucune chance qu’il choisisse autre chose qu’un Canon EOS 1Dx, ou qu’un Nikon D4 / D5…

Son matos : Les seuls objectifs qu’il emporte sont les suivants : un 16-35 mm f/2.8 utilisé pour 40 % des vues… Un 24-70 mm f/2.8 (et encore celui-ci il pourrait presque s’en passer car il ne sert que 20% du temps) et son 70-200 mm f/2.8 (utilisé 40% du temps)…

Canon_EOS-1DX_702

Si vous lui parlez d’APN hybrides, ou de viseurs électroniques… il vous rigolera probablement au nez et vous passerez pour un « photographe de salon » ! Et il aura un peu raison… Si vous lui parlez politique, il évitera certainement le sujet, il a « vu trop de choses ». Si vous lui parlez photo, il vous parlera peut-être de sa jeunesse (et là c’est assez intéressant)…

Son obsession : ramener le « scoop de sa vie » ou faire « la plaque à cent-mille » (je parle encore en Francs), telles « étaient » ses obsessions… Avant ! Mais ça c’était « avant » car désormais il n’a plus vraiment d’obsessions.

Sauf peut-être de savoir ce que deviendront ses « archives » : toute une vIe de reportages autour du monde. Autrefois Sigma… Ensuite Corbis… Et désormais Chinoises, mais distribuées par Getty.

Ses travers : il ne progresse pas beaucoup en photo, car ce qui compte « c’est autre chose » : la technique ne l’a jamais intéressé… A titre d’exemple, je connais un photo reporter célèbre, qui a reçu des prix internationaux (je ne dirais pas son nom, mais il se reconnaîtra) : il persiste à n’utiliser que le collimateur central de son EOS 1D et n’a jamais voulu se apprendre « d’autres techniques AF plus modernes »…

Et il trouve que ça marche assez bien comme ça : depuis son premier reflex Autofocus et depuis qu’il « à fait l’Afghanistan », dans les années 80.

Ses réussites : parvenir à vivre encore de la photo en 2016… Alors là, chapo mon pote ! Je ne sais pas comment tu fais : vu les tarifs auxquelles se vendent les images aujourd’hui. Après avoir été distribuées par Getty (par exemple), il ne te reste plus que 35% de la vente initiale (Hors Taxes). Toujours est-il qu’il continue, malgré tout.

Soit, il a mis beaucoup d’argent de côté dans les années 80 (qu’il aurait planqué ailleurs, mais c’est pas moi qui lui en voudra pour ça) ? A moins que cette « race de gars » se faisant plus rare, ils sont finalement peu nombreux à se partager le gâteau (qui n’est pas gros) ? Lire la suite…

000 - A LA UNE
31
Sociotypes : quel photographe êtes-vous ? Partie 1

Je connais bien la photo… et je connais bien les photographes depuis le temps que j’en fréquente (et notamment depuis 12 ans que j’en forme à Lightroom et auparavant à View Media Pro). Alors pour le fun (juste le fun)…

Voici quelques portraits « caricaturaux »… Et amusant j’espère ! Retrouvez quelques types de photographes, dont certains sont inspirés de mes amis et connaissances… Qui se reconnaitront sans doute ! Ne prenez pas la mouche : certains portraits sont le « mélange » de plusieurs personnages, dont vous ne partagez que « quelques traits » seulement…

Et vous êtes vous-même, probablement « le mélange » de plusieurs de ces portraits. Dans tous les cas : rien de méchant surtout (même si je pointe quelques détails assez juste). J’espère que ces portraits amusants vous aideront à vous y retrouver un peu. Et peut-être même, à améliorer certains de vos travers ?

Je sais que suis moi-même un petit peu tous ces photographes à la fois… (à deux ou trois exceptions près). C’est pour cela, que j’ai pondu ces lignes aussi rapidement ! Allez, c’est pour le fun :

La seconde partie est ici… et la troisème là. La 4 em partie là.

 


« Le photographe acheteur compulsif » : je commence par lui, car de nombreux photographes lecteurs de ce blog se reconnaitront probablement (en plus de vous reconnaitre dans d’autres catégories)… Je souffre moi-même un peu de ce travers ! L’acheteur compulsif est souvent un dévoreur de blog (voir blogueur lui-même), un amateur de tests-terrain, un décrypteur de fiches techniques…

fujifilm-x70_front

Et pourtant malgré toutes ses lectures et ces torrents d’information : parfois il craque bêtement ! Sans réfléchir, juste parceque l’appareil est « superbe »… De retour à la maison, il se fait engueuler par sa femme, du coup il doit l’inviter au restaurant (ou pire : l’emmener en week end) pour se faire pardonner. Ce qui augmente d’autant le prix de son matériel.

Son matos : son « matos actuel » n’est pas encore au top du top… Mais son prochain reflex, son prochain objectif et son prochain compact, lui permettront (c’est certain) de passer au « niveau supérieur »…

Birmanie, bur-mə, Burma, bɜrmə, mjænˈmɑ, Myanmar, Pyidaungzu Myanma Naingngandaw, Pyidaunzu Thanmăda Myăma Nainngandaw, Republic of the Union of Myanmar, République de l'Union du Myanmar, the Republic of the Union of Myanmar, Union de Birmanie, Union du Myanmar, ပြည်ထောင်စု သမ္မတ မြန်မာနိုင်ငံတော်, ဗမာ et မြန်မာ

Birmanie Ubein Bridge…

Son obsession : s’il rate ses images, c’est toujours la faute de son matériel qui n’est jamais assez parfait, assez rapide, surtout l’AF qui n’a pas assez de collimateurs…. Il croit pour résumer : que le matériel « fait le photographe », mais oublie d’aller faire des photos… Il ferait mieux d’acheter un billet d’avion. Ou de s’offrir une « petite formation » pour progresser.

Ses travers : il est passé chez Fuji il y a deux ans car le capteur « X-Trans » est fantastique… Mais aujourd’hui il veut tout revendre, pour passer en Sony A7 RII (pas facile à revendre tout ce matos Fuji finalement)… A moins qu’il ne revienne en Canon, pour les 50 Mpixels de l’EOS 5Ds R ? En fait : il hésite… Au fait, le prochain Full Frame de Pentax : il arrive quand ? Car il veut revenir au viseur optique : trop déçu par les EVF finalement, dont il ne soupçonnait pas les petits défauts

Ses réussites : il possède toujours le matériel le plus adapté en fonction des circonstances… Par exemple, pour le week end, il ne prend que son Panasonic GF7 et le Ricoh GR II… S’il part une semaine, il prendra ses deux reflex et trois objectifs (sauf que pour le 85 mm f/1.4 : il hésite un peu à cause du poids). Et s’il part un mois entier, il emporte tout : sept objectifs, deux reflex, un hybride et deux compacts. Et là, c’est la merde : car ça ne rentre pas, il faut acheter un nouveau sac !

De coup il ne reste plus grand chose pour le budget voyage… « Le tour du Japon ce sera pour l’an prochain » : en attendant on va juste aller aux Iles Canaries : sa femme a trouvé une promo d’enfer : hôtel all inclusive, pour 800 € la semaine  avec le billet »… Il pourra toujours faire des photo de la piscine !

 


Le « photographe Geek » : il ne connaissait rien à la photo il y a seulement cinq ans… Mais tout ce qui est informatique le touche : de l’aspirateur robot programmable par un smartphone… A la Go Pro (qu’il fixe à l’avant d’un Velib, ce dont personne n’a rien à foutre).

Son matos : il avait acheté « au Salon de la photo » le dernier Samsung NX-1 qui est un excellent « COI » filmant en 4K (tu comprends, en dessous du 4K la vidéo c’est pourri). Mais en apprenant que Samnug arrêtait (peut-être) la photo : il l’a déjà revendu sur le forum « Hardware.fr »… En fait il n’y connait rien en photo ! Mais comme Samsung avait la cote pour les smartphones : il a pensé que ça serait cool (les « review » étaient enthousiasmants. Notamment l’essai d’un Youtubeur connu… âgé de seulement 19 ans).

Samsung-NX1-Camera

Il a commandé (hyper pas cher sur un site de Hong Kong), le nouveau Sony RX1 MkII : en transite depuis 1 mois, il doit être bloqué à la douane… Mais c’est pas grave : en ce moment il fait des photos géniales, avec son Smartphone capable de shooter en RAW qu’il peut transférer à sa Surface Pro via NFC…

Son obsession : vivre dans le futur ! Au risque d’oublier le présent… Ah si, au fait : il a une question pour vous « les photographes pros » : il aimerait bien vendre des images grâce à Fotolia… Comment booster ses ventes ? Car pour l’instant il n’a gagné que 25 euros… C’est pas grand chose, mais c’est un « début » : quand il aura pu acheter du matériel professionnel, il gagnera sa vie grâce à Fotolia.

Ses travers : Il est un peu le « pendant masculin » de la blogueuse de mode (ci-dessous) : il est actif sur Flickr, Tumblr, 500 Pix, Vimeo, Youtube, etc… Il n’imprime jamais une image, mais compte des milliers de followers qui ne regardent jamais ses images (ne les regarde « pas vraiment » disons)… Vu que ces milliers de followers, suivent eux-même des centaines d’autres photographes !

Comment pourraient-ils regarder autant de photos chaque jour ? Tout en en faisant eux-même… et en postant eux-même des dizaines de photo chaque jour ? Ces réseaux sociaux de photographie, ne seraient-ils que de grands « halls de gares » ? Ou des milliers de personnes se croiseraient sans se voir, mais « hurleraient » pour se faire entendre ? Ce qui les empêcheraient d’ailleurs, d’entendre leurs voisins…

Ses réussites : le monde entier peut accéder aux 250.000 images qu’il a réalisées depuis trois ans sur son compte Flicker ! Sa mère s’y est connecté pour lui faire plaisir, mais elle n’y comprend rien…

 


La « blogueuse de mode » : ses amis photographe masculins, la prennent un peu pour une « cruche » ! Mais ils ont tord, car elle a un certain talent (mine de rien, c’est vrai)… Contrairement à pas mal d’hommes : elle fait preuve d’une certaine sensibilité, elle est attentive aux couleurs, aux formes et aux gens.

En tous cas, ses photos ont énormément de succès et grâce à Instagram, 500 pix, Tumblr et Facebook (etc..), elle cumule plus de followers que tous les autres photographes de cette page, réunis (excepté le geek, avec qui elle est en couple. Mais chacun son appart, pour l’instant)…

Son matos : euuuuh, elle a oublié le nom de la marque ! « Je peux changer les objectifs et il y a un écran pour prendre les photos, c’est tactile, c’est génial… Au fait, je devrais acheter quoi comme objectifs, pour faire des photos de gâteau et de « latte Art » ?

0000_SCREEN_JFV 524

Son obsession : vivre de sa passion. Oui, mais quelle est cette passion ? « Euuuu… comment dire, je voudrais faire un truc par moi-même, tu vois ? Quelque chose d’enrichissant, j’aimerais lancer un site de recettes sans gluten, par exemple. Que j’illustrerais avec mes photos…

Ou alors un guide de tous les coffre shop « sans gluten » de Paris, vu que ma première idée : les « bars à cupcakes » c’est déjà fini ». Elle finira « attachée de presse », ou pire : « community manager »… A moins que « Youtoubeuse » soit la voie royale ?

Ses travers : une amie osera-t-elle lui dire : « arrête avec les photos de ton chat sur Facebook et surtout les gros plan de tout ce que tu mange… ma chérie » !

Ses réussites : les marques lui envoient des tas d’échantillons de maquillage et d’accessoires de mode… Sauf que pour les revendre sur le bon coin : ça commence à devenir difficile et à prendre du temps… « Il y a des tas de gens pas trop sympas, qui te tutoient directement et te demande si tu te déplace dans le « neuf trois »… et ne savent même pas écrire en Français ». Lire la suite !

000 - A LA UNE
21
Cartier-Bresson « avoir le moins de matériel possible… »

Intéressant de ré-écouter cette vieille interview de Henri Cartier-Bresson… Tellement de choses ont changé ! Et pourtant rien n’a changé… Quand on lui demande pourquoi il n’utilise jamais de flash de nuit, il répond presque étonné :

« Par respect de ce qu’on voit… Enfin de la lumière telle qu’elle est ! De la réalité… ç’a m’a parut monstrueux le système des flashs. C’est absolument inutile, la pellicule est bien assez rapide, les objectifs aussi, bien assez lumineux »… ahah ! Lorsqu’on sait qu’il devait travailler à 25 ASA (on ne disait pas ISO à l’époque)…

Je suppose qu’il rigolerait tout doucement en lisant nos échanges à propos d’une meilleurs dynamique ! Gamme optique ou dynamique, quel est votre choix ? Quel bonheur d’entendre ça… Lire la suite.

LA PENSEE PHOTO DU JOUR
1
Citations de Willy Ronis… et oui !

Et paf ! Pourquoi pas une rasade de citations de Willy Ronis ce soir… Suite à la lecture de cet article, trouvé par hasard chez Télérama : Ce jour-là, moi, Willy Ronis (à lire absolument, si, si… ). C’est vrai que ça fait réfléchir. Essayez de vous rappeler de tout ça, au moment de déclencher :

La première citation, nous rappèlera que l’on doit toujours avoir un petit appareil photo sur soi. Même lorsqu’il n’y a rien à photographier… et que cet appareil devrait être le plus petit possible ! La taille maximale est selon moi le Panasonic GM5 (il me reste le GM1 et son petit zoom 24-36 mm), ou le Canon G7X :

« La quasi-totalité des images présentées sont des photographies de hasard, parce que mon appareil ne me quittait jamais et parce que la rue offre à l’esprit curieux un spectacle permanent. »

La seconde citation nous ramènera à un peu d’humilité… Car le plus souvent « la belle photo, n’est pas une photo banale de quelque chose d’extraordinaire, mais plutôt une photo extraordinaire de quelque chose de banal« … Non, non… ça c’est de moi (mais c’est bien aussi ;-)

« Je n’ai jamais poursuivi l’insolite, le jamais vu, l’extraordinaire, mais bien ce qu’il y a de plus typique dans notre existence quotidienne… »

J’aime bien la suivante aussi, qui nous rappel que les photos sont aussi des souvenirs, tout simplement :

« J’ai la mémoire de toutes mes photos, elles forment le tissu de ma vie et parfois, bien sûr, elles se font des signes par-delà les années. Elles se répondent, elles conversent, elles tissent des secrets. »

La citation suivante est une description assez fidèle, de ce qui se passe lorsque vous photographiez en ville :

« En général, je ne change rien à ce qui se passe, je regarde, j’attends. Simplement, à chaque photo, je suis impressionné par une situation, et j’essaie de trouver la bonne place où pouvoir placer mon instantané, pour que le réel se révèle dans sa vérité la plus vive. Il y a un vrai plaisir à trouver la place juste, cela fait partie de la joie de la prise de vue, et c’est quelquefois aussi un tourment, parce qu’on espère des choses qui ne se passent pas où qui arriveront quand vous ne serez plus là. » Lire la suite…

COUPS DE COEUR
15
Bonnes résolutions photographiques pour 2015

Et une année photographique de plus, au compteur de Photoetmac (déjà 10 ! )… Une année bien remplie, avec deux stages photos (animés à Hong Kong et au Japon, bonjour à nos amis ;-) Deux beaux voyages d’un mois : en Birmanie et en Islande.

Beaucoup de formations Lightroom et de sorties photo animées à Montmartre. Sans oublier une nouvelle version de Photoetmac, plus pratique et plus efficace notamment au niveau des commentaires (mais qui aura demandé beaucoup d’efforts et de temps au détriment du contenu, mais il fallait en passer par là).

L’arrivée de 2015 est l’occasion de penser à quelques bonnes résolutions photographiques… A respecter ! Ou à oublier dès le 2 janvier… comme toutes les bonnes résolutions ;-)

Résolution n°1 – Je ne dirais plus jamais de mal, des gammes d’objectif de Pentax et de Sony… Promis ! Je dirais plutôt qu’il existe pas mal de bons objectifs pour ces deux marques… (même s’il manque systématiquement ces optiques intelligentes, pas chères mais excellentes qui me semblent les plus utiles ;-)

Résolution n°2 – Je profiterais davantage de mes propres photos chez moi ! En commandant notamment davantage de livres chez Blurb (réalisées avec Lightroom)… Et réaliserais plus de tirages et d’encadrements (comme celles-ci). Que je proposerais aussi à la vente, sur mon propre site (me contacter).

IMG_2232_blog_0702px_larg

Résolution n°3 – S’il arrivait en 2015… alors, je résisterais aussi longtemps que possible, à l’attrait de la très haute résolution du probable Canon EOS 3D (peut-être 52 Mpix)… Je tenterais de résister un peu ! Mais je ne tiendrais probablement pas trop longtemps… On y est pas encore !

Résolution n°4 – Je me forcerais à utiliser plus souvent mes objectifs fixes ! Pour obtenir des images plus piquées encore que celles de mon excellent EF 24-70 mm f/4 L IS USM (vu que je suis résolu à réaliser davantage de grands tirages de 120 x 80 cm, comme indiqué dans le résolution n°2)… D’ailleurs, cela sera probablement nécessaire si je ne tiens pas la résolution n°3.

Résolution n°5 – Parceque je suis « bon prince », je donnerais une nouvelle chance à la prochaine génération de viseurs électronique, de faire ses preuve sur le terrain ! J’avais déjà donné sa chance au viseur de l’Olympus OM-D E-M1 et longtemps avant lui, à l’EVF2… sans oublier un essai rapide du Fuji X-T1. Espérons qu’il y aura la relève en 2015.

Lire la suite.