Browsing: COUPS DE COEUR

APN : Canon
28
Voyage : matos pas cher en cas de perte de votre reflex

Imaginez cette situation désolante : vous vous êtes offert un super voyage de trois semaines à l’autre bout du monde… Mais à peine arrivée : on vous dérobe votre sac photo en sortant de l’aéroport. Ou encore : panne irréparable de votre reflex.

Mais avec un peu de chance, vous vous trouvez dans un pays ou le matériel photo n’est pas cher : à Hong Kong par exemple (ici pas de taxes, pas de gilets jaunes)… La location ? N’y pensez pas trop : ça reste finalement assez cher et c’est plus compliqué…

La meilleurs solution est encore de racheter un « petit appareil photo de secours« , que vous utiliserez le temps du voyage et revendrez sur Leboncoin.fr, dès votre retour. Du matériel pas cher, léger et efficace… Mais surtout du matériel facile à revendre en France ! Tout ça, ressemble à un petit reflex Canon, pardi…

Alors je sais que l’on trouve aussi de bonnes affaires en Nikon. par exemple le Nikon D750 qui est un excellent choix. Mais je n’ai jamais crée de liste des objectifs fixes, peu coûteux. Il en existe (mais un peu moins qu’en Canon) toutefois : il en existe suffisamment… Ceci dit : le marché d’occasion du reflex Nikon me semble peut-être moins intéressant (pour les vendeurs) qu’en Canon. A vérifier… Alors, voici ma sélection de matériel « de secours » : à acheter en urgence à l’étranger en cas de pépin.

Ricoh – GR II : 556 € https://amzn.to/2SN9sXR

Canon Powershot G7 X Mark II : 598 € – https://amzn.to/2RllBqk

Canon – Powershot G5 X : 599 € – https://amzn.to/2QDKEQ0

Canon EOS 6D MkII + EF 24-105 mm : 2.100 € https://amzn.to/2RDaNTH

Canon EOS 6D MkII (nu) : 1.506 € – https://amzn.to/2Rj4TYG

Canon EOS 6D (nu) : 1.018 € https://amzn.to/2D2c0fj

Canon EF 35 mm f/2.0 IS USM : 499 € – https://amzn.to/2RixxJb

Canon EF 28 mm f/2,8 IS USM : 475 € – https://amzn.to/2RGy9I7

Canon EF 24 mm f/2,8 IS USM : 445 €  https://amzn.to/2Cehsd4

Canon EOS M50 + EF-M 15-45 mm : 598 € – https://amzn.to/2RnUF9m

Canon EOS 200D (nu) : 482 € –  https://amzn.to/2C8k5xc

Canon EOS 800D (nu) : 699 € – https://amzn.to/2RlVu2k

Canon EF-S 24 mm F/2,8 STM (équiv. 38 mm) : 161 € – https://amzn.to/2CgHMDs

Histoire de pouvoir tout de même « sauver les meubles », ne pas gâcher votre voyage : et faire tout de même de bonnes photos ! N’oubliez pas de relire ceci : Ce qui compte c’est l’objectif… Pensez « objectif » surtout : la qualité du boitier est presque accessoire. Lire la suite…

000 - A LA UNE
43
Test : Capture One 12, le vétéran se défend bien

Je n’avais pas eu l’occasion de mettre à jour mon logiciel Capture One depuis plus d’un an. Il était donc urgent que je me replonge dans Capture One 12 (sorti en novembre 2018), pour évaluer les progrès réalisés. Et le comparer à Lightroom Classic CC 8.1

Mais aussi le comparer aux quelques alternatives nouvelles, dont nous avons parlé récemment : relire notre point de situation : Existe-t-il de vraies alternatives à Lightroom ?… Comme le très étonnant ON1 Photo Raw 2019 (relire notre test), que je considère comme une authentique alternative à Lightroom. Mais aussi le plus modeste (mais étonnant lui aussi) Skylum Luminar 3 avec Bibliothèque (lire notre test). Ou encore le moins connu : Alien Skin Exposure X4 (relire notre test). Mais aussi le « vétéran » DxO PhotoLab 2 (relire notre test), qui a gagné un timide « Explorateur de fichiers » très récemment.

Bien entendu, Capture One 12 et Lightroom Classic CC sont les logiciels de traitement les plus réputés et complets. Capture One 12 est aussi le plus cher : au minimum 349 € sans abonnement. Ou alors sur abonnement : à 18,30 € / mois.

Toutefois signalons que contrairement à Lightroom : Capture One reste disponible en licence classique (sans abonnement)… Ce que beaucoup de photographes apprécient. Même si l’investissement initial de 349 € est conséquent…

Et correspond à 29 mois de location de Lightroom Classic CC (accompagné de Photoshop et de l’offre Cloud Lightroom CC et Portfolio). Quasiment deux ans et demie d’abonnement, période au cours de laquelle Lightroom bénéficie d’amélioration très régulières : tous les 2 ou 3 mois (c’est l’intérêt d’un système sur abonnement (CF : la liste des updates de début 2018 et de fin 2018).

N’oubliez pas que pour bénéficier des mêmes mises à jour (plus espacées) sur Capture One sans abonnement : vous devrez régulièrement acheter des mises à jour (qu’il ne faut pas oublier de comptabiliser dans le prix de la licence classique)… Mais le principe de l’abonnement est un autre débat !

Avant de rentrer de le vif du sujet, j’en profite pour vous inviter à relire : Lightroom Classic CC ou LR CC quelle formule choisir ? Et surtout le test de Excire : le plug-in qui dope la recherche dans Lightroom un article qui en dit long sur le potentiel du système de « plug-in » de Lightroom. Enfin, cliquez ici pour lire nos quelques articles à propos de Capture One.

Importation du catalogue Lightroom…  Commençons par évoquer ce que j’aime bien dans Capture One, nous verrons ensuite ce qui me gène, ou me déplait… Je préfère prendre les choses dans cet ordre là, afin que tout le monde lise jusqu’au bout et que éventuellement l’on ne m’accuse pas d’être « partial ».

J’ai juste l’habitude de donner mon avis de façon très explicite « sans prendre de gants »… Car mon site ne dépend pas de l’humeur des « annonceurs », ce qui est souvent le cas de sites d’information high tech… Ce qui modère obligatoirement leur ligne éditoriale (ça je vous le garantis).

Ultime remarque préalable (qui n’est pas un petit détail) : vous trouverez ici la liste des formats RAW supportés qui est disponible. On remarque les dernier Nikon Z6 et Z7, ainsi que le Canon EOS R… Bien joué. Souvent Lightroom est plus rapide que Capture One, mais ce dernier s’en sort tout de même très bien.

Au lancement de Capture One 12, vous aurez le choix entre deux mode de travail : le « Mode Session ». Ou le « Mode Catalogueur » : que je préfère utiliser bien évidement et que je vous recommande… L’éditeur a trouvé là une façon élégante d’échapper au paradoxe du « logiciel catalogueur »…

Car un « catalogueur » est indispensable pour les utilisateurs avancés désirant garder la trace des disque externes de stockage (par exemple). Mais un tel « catalogueur » est aussi plus « intimidant » pour les débutants. Ce sera à vous de voir, mais je ne parlerais dans cet article que du « Mode catalogueur ».

Point très intéressant pour les utilisateurs de Lightroom : un Plug-in d’importation des catalogues Lightroom est proposé par Capture One… Sont pris en charge : les Collections, les mot-clés et les Métadonnées, ainsi que quelques paramètres de Développement : comme le Recadrage, la Balance des blancs, la Saturation (il est précisé : couleurs et exposition sont approximatives)…

Cela marche plutôt bien concernant la partie Bibliothèque. Mais ce n’est pas toujours convainquant pour les Développement, toutefois ce n’est pas trop grave. Disons, que « c’est déjà ça » et cela vous fera gagner pas mal de temps… Il est vrai que ON1 Photo RAW est bien plus ambitieux concernant l’importation des catalogues Lightroom. Mais je ne saurais dire à quel point cela fera la différence en pratique, il faudrait quelque. semaines de tests intenses pour s’en rendre compte : ON1 Photo Raw 2019 (relire notre test).

Certaines choses originales que j’apprécie dans l’Interface : immédiatement j’ai trouvé plutôt agréable la possibilité d’afficher une « marge » de taille réglable (dans les préférences) autour de la photo, afin de mieux l’isoler de l’interface… C’est un petit détail, qui aide à mieux « voir » ses images. Toutefois, quel dommage de n’avoir pas pensé à nous permettre de régler aussi la luminosité de cette marge.  Du noir, au blanc…

Car pour le reste il faudra se contenter de ce « sempiternel gris anthracite » qui a envahi tous les logiciels photos. Que c’est énervant ça ! Lire la suite…

000 - A LA UNE
13
Excire : le plug-in qui dope la recherche dans Lightroom

Le Plug-in Excire de reconnaissance de formes est encore loin de remplacer la création manuelle de mot-clés : pas encore assez malin pour ça. Mais il est déjà assez futé pour compléter et enrichir automatiquement vos mot-clés. C’est génial !

C’est une bonne nouvelle que l’arrivée de ce Plug-in Excire désormais en Français, qui produit des mot-clés… en Français ! Cela me donne une excellente occasion de reparler des mot-clés hiérarchique de Lightroom (il y avait longtemps) : un système génial et inégalé, dont je suis devenu (un peu) un spécialiste…

… notamment aux dires des quelques photographes professionnels, sociétés ou institutions qui font régulièrement appel à mes connaissances pour optimiser leurs catalogues Lightroom et leurs thésaurus de mot-clés : ainsi en 2018 je suis intervenu auprès de Yan Arthus Bertrand, Patrick Robert, l’Opéra de Paris, Décathlon et quelques autres. Si vous arrivez sur cette page : c’est que vous avez peut-être besoin d’aide ou de conseils à propos des mot-clés ? Vous êtes bien tombés : contactez-moi

Certains de mes clients, possèdent des catalogues Lightroom dépassant le million d’images : ce qui veut dire, plusieurs milliers de mot-clés à gérer… Ce qui serait totalement impossible sans l’aide des mot-clés hiérarchiques. J’espère donc que le présent article, vous donnera un peu envie de vous replonger dans vos mot-clés, ou même vous donnera l’idée de venir suivre une Formation Lightroom avec moi, au cours de laquelle je vous formerais à l’utilisation optimale de ces fameux mot-clés (entre autres)…

N’oubliez pas (toujours à propos de mot-clés), de relire cet article récent (qui m’avait demandé un peu de travail) et qui vous sera éventuellement précieux : Thésaurus Lightroom Régions et Communes Françaises. Vous y trouverez une démonstration de la puissance des mot-clés hiérarchiques de Lightroom.

Alors, qu’est-ce que Excire précisément ? Excire est un plug-in pour Lightroom payant (mais pas trop cher vu le travail qui est fait), qui utilise l’intelligence artificielle pour « lire » vos photos pour y reconnaitre des formes, des visages, des couleurs. Ce qui lui permet d’appliquer automatiquement des mot-clés aux photos.

Une version d’essai est proposée ici : Excire Search Pro Trialversion qui vous permettra de bénéficier de toutes les fonction de Excire Search et Excire Search Pro gratuitement pendant 30 jours… N’hésitez pas à faire un essai sur un petit groupe de photos. Si vous êtes convaincu : il existe deux versions payantes :

La version de base Excire Search Mac et PC ne coute que 39 €. Elle est 100% fonctionnelle, mais ne permet de pas d’importer les mot-clés générés et utilisés par le logiciel, dans votre « Liste de mot-clés » personnelle de Lightroom (en vue par exemple, de les modifier à votre guise, ou de les exporter).

Ensuite : la version « Excire Search Pro Mac et PC » coute 99 € (79 € en promotion jusqu’a fin janvier) … Celle-ci permet d’intégrer les mot-clés crées par Excire, dans la liste des mot-clés de Lightroom. Ce qui fait toute la différence et « boost » le potentiel du plug-in, nous y reviendront plus bas… A noter qu’il  reste possible d’upgrader plus tard : depuis Excire Search de base vers Excire Search Pro pour 40 €.

>>> Lire la suite…

000 - A LA UNE
58
Test de ON1 Photo Raw 2019 : l’alternative à Lightroom

Je vous parlais récemment de Skylum Luminar 3 (proposé à 69 € Test de Skylum Luminar 3)… Voici aujourd’hui un test de ON1 Photo RAW 2019 : qui coute 99,99 $ et qui logiquement en offre (beaucoup plus) que Luminar 3.

Consultez d’ailleurs la liste impressionnante des nouveautés de la version 2019. Et la liste complète de toutes les fonctions du logiciel… Si Skylum Luminar 3 était la première version du logiciel à proposer le « catalogage » de photothèque, ce ON1 Photo RAW 2019 est plus ancien (je le test depuis deux ans) et plus confirmé dans ce domaine du « catalogage », un type de logiciel totalement indispensable aux photographes.

Mieux, l’éditeur propose avec cette version un « Plug-in » d’importation des catalogues Lightroom… Excusez du peu : migrer votre catalogue Lightroom, avec ses collections, ses collections dynamiques, ses copies virtuelles, ses mot-clés et même le développement (non destructif) de vos fichiers RAW ? Voilà qui est séduisant pour qui est allergique à l’abonnement…

Oui, vous avez bien lu : ON1 ambitionne même de « récupérer » la plus grande partie de vos ajustement RAW… C’est très fort ! Et nous y reviendrons plus bas…

Comme vous le savez, Lightroom Classic CC est mon outil de travail principal depuis 2006 et mon logiciel de traitement et de classement préféré (comme vous le savez si vous suivez l’actualité de ce logiciel que je couvre depuis 11 ans). C’est pour cela que je jugerais de la plupart des fonctions de ON1 Photo RAW 2019, en les comparant à celles de Lightroom qui est mon Benchmark personnel. Soyez prévenus.

On avait évoqué aussi récemment, le fait que DxO (qui coute 129 € et 199 € selon les versions), a lui aussi ajouté une gestion de dossiers à ses fonctions principales. Malheureusement, il me semble que cette fonctionnalité « d’Explorateur de Dossiers » est encore beaucoup trop timide pour le moment. Relire : DxO PhotoLab 2 : le temps du renouveau. Mais saluons tout de même cet effort : c’est un timide début…

Pas de version en Français malheureusement… Passons désormais aux choses sérieuses. Pour commencer une petite déception : il faudra s’accommoder de la langue de Shakespeare… Car ON1 Photo RAW 2019 n’existe qu’en Anglais actuellement, alors que Skylum Luminar 3 a fait l’effort de proposer aussi son logiciel en Français. Accompagné d’ un site en Français et d’un Manuel pdf en Français. Cela fera « toute la différence » pour certain d’entre vous…

Commençons par évoquer les fonctionnalités disponibles : ON1 Photo RAW 2019 est moins sexy dans son apparence que Luminar 3, mais il est beaucoup plus complet aussi… Oui, beaucoup plus ! Presque trop complet même et certaines fonctions mériteraient un certain « polissage » de leur interface…

Du coup, ON1 Photo RAW 2019 ambitionne (vraiment) de remplacer Lightroom, il s’adresse aux photographes « sérieux » possédant déjà un certain niveau d’expertise. Alors que Skylum semble plus accessible et aussi un peu plus « Fun »…

Surprise : un Plug-in d’importation depuis Lightroom : Avant de parler des questions d’interface, de Bibliothèque et de développement (plus bas), quelques lignes à propos de l’importation des catalogues Lightroom. Ce Plug In fonctionne « aussi bien » que l’on peut l’imaginer : c’est à dire pas à 100% (en ce qui concerne les Développements). C’est pas si mal sachant que c’est une première version.

Et c’est déjà un bel exploit de pouvoir en quelques clic, transférer ses collections, ses collections dynamiques, ses copies virtuelles et (une partie) de ses Développements vers ce nouveau logiciel. Tout n’est pas encore parfait : j’ai fait l’expérience avec un petit bout de mon catalogue (préalablement exporté depuis Lightroom sous forme d’un « Mini Catalogue ».

La récupération des Collections marche bien (ce que l’on constate ci-dessous) : pas de problème avec les Ensembles de Collections (Lightroom propose une arborescence dans les Collections, que ON1 Photo RAW 2019 récupère). Lire la suite…

000 - A LA UNE
12
Une version spéciale de Lightroom pour Moniteurs 49″ ?

C’est amusant ! LG annonce un moniteur géant de 49 pouces (soit deux 27 pouces cotes à cotes… Et regardez bien l’interface affichée sur cet écran : c’est Lightroom !

Mais s’agit-il d’une version spéciale de Lightroom ? Non… c’est un montage : ils ont dupliqué les panneaux de droite et gauche : histoire d’occuper toute la largeur de l’écran ! Trop large peut-être ? Est-ce bien raisonnable ? Mais ça ferait pas mal sur mon bureau… Lire la suite !

000 - A LA UNE
64
Le nouveau Mac Mini est devenu une « vraie bombe »

Information rapide à propos du Mac Mini présenté cette semaine qui bouleverse désormais la donne. Ce Mac mini est devenu l’un des Mac les plus puissants et l’un des meilleurs choix pour les photographes (qui n’ont pas tous besoin d’un portable).

Des « benchs » de Mac Mini un peu gonflés ont étés publiés (ici et ) sur Geek Bench et le placent au dessus du MacBook Pro 15″. Bien entendu : il faut y mettre un peu d’argent pour arriver à ce niveau et le configurer un peu (passer le processeur en Core i7 monter à 16 Go de RAM). Avec 1969 € (environ) vous obtenez une petite bombe transportable, moins couteuse qu’un MacBook Pro. Donc plus que jamais à recommander aux photographes, qui auront aussi le choix de l’écran (mate si possible). Lire la suite…

[related-posts]

000 - A LA UNE
36
Qu’ai-je appris en 25 ans de photo pro ? Partie 2/2

La première partie de cet article avait connu un certain succès (Qu’ai-je appris en 25 ans de photo professionnelle 1/2) voici un petit complément, avec quelques points auxquels je n’avais pas pensé initialement mais qu’il me semble indispensable d’ajouter.

Dans cette seconde partie, je vais notamment essayer de partager quelques « enseignements » plus pratiques et plus professionnels, que j’ai tiré de mon expérience de terrain… Quelles « leçons » ai-je tiré de toutes ces années à vivre, mais parfois aussi « à survivre » de la photo ? Certains constats sont assez difficiles et risquent de décourager les aspirants photographes dont la conviction est la plus fragile. Tant pis, je préfère leur dire la vérité que de contribuer à les « envoyer dans le mur »… Je vais peut-être leur rendre service en les décourageant.

Il est certain que si j’avais eu 25 ans en 2018 plutôt qu’en 1992 (année de mes débuts) et bien je n’aurais probablement pas la moindre chance de devenir photographe… En 2018, la société telle qu’elle est (en France) offre beaucoup moins de chance (qu’en 1992) de faire ce que vous voulez faire de votre vie. Oui, j’en suis absolument certain. Vos commentaires et témoignages sont les bienvenus en bas de l’article.

Le contact réel avec vos clients reste primordial : j’avais naïvement imaginé à partir des années 97, et 98, lorsque j’ai lancé mon premier site de photographe, que j’aurais moins besoin de me déplacer pour aller montrer mes images à mes clients (principalement des iconographes de magazines à cette époque). J’ai même pensé que je n’aurais plus besoin de me déplacer du tout ! Grave erreur… Il faut continuer à rencontrer « physiquement » vos clients, si vous voulez qu’ils continuent à vous acheter des photos… Car ils achètent autant « la personne que vous êtes » que vos photos.

Certes, il ne sera plus nécessaire de réaliser des impressions grand format : un bon iPad Pro, rend vos images encore plus belles. Mais quelques impressions de très bonne qualité, peuvent éventuellement êtres utiles, ne serait-ce que vous maitrisez toute la chaine graphique. Et de façon à démontrer que vos images « tiennent » le choc de l’impression. Car vos clients (eux aussi), savent bien qu’une photo peut « faire illusion » sur l’écran (magnifique) d’un iPad Pro.

Dans certains cas, l’impression d’une planche contact (également envoyée sous forme de JPG ou de PDF qui pourra être distribuée), peut elle aussi faciliter la décision, notamment dans le cadre d’un travail d’équipe. Car tout le monde ne dispose pas d’un bon logiciel de classement et d’affichage d’images.

Envisagez de perdre 10% à 20% de vos clients, à cause de vos tarifs élevés. Comment déterminer le juste niveau pour les tarifs, de vos prestations ou de vos tirages ? Voilà une question qui obsède beaucoup de professionnels débutants… Pourtant, ce n’est pas si compliqué.

Il me semble que le juste tarif, est celui qui sera accepté par vos clients. Et c’est lorsque vous commencez à perdre quelques clients (de 10 à 20% éventuellement), c’est là que vous savez que vous avez atteint le montant maximal à ne pas dépasser.

Au delà d’un certain taux de perte : c’est votre chiffre d’affaire qui sera mis en danger. En dessous : c’est vos prix qui ne sont pas assez élevés : car si 100% de vos clients sont satisfaits de vos tarifs, alors il est évident que vous n’êtes pas assez cher…

Ensuite : il y a des tas de cas particulier ! Par exemple, si vous travaillez dans le Luxe et que vos clients (potentiels) sont des Emirs du Golf, alors peu importe que 90% des clients refusent vos devis : il suffira d’une ou deux belles ventes par an, pour que votre business reste prospère. Mais cela n’est pas donné à tout le monde… Lire la suite.

000 - A LA UNE
36
Découvrez le Canon EF 100 mm f/2.8L IS USM Macro

Le Canon EF 100 mm f/2.8L IS USM Macro est un de ces comment dire… « Objectifs mythiques ». Que l’on ne peut oublier après y avoir gouté. Pourtant, je n’utilise pas le mien aussi souvent qu’il le mériterait… et je m’en veux un peu !

Car à chaque fois que je le sors, je ramène quelque chose de spécial.  Cet article du Blog de Lenrental devrait vous donner envie de découvrir cet objectif fabuleux. Et ci-dessous, voici quelques images que j’ai prise avec ce fabuleux objectif : vos témoignages à propos de ce genre d’objectifs, sont bienvenus ! Lire la suite…

000 - A LA UNE
13
De vive voix : la société DxO serait sortie d’affaire

Voici de bonnes nouvelles : cette semaine j’ai eu conformation (de vive voix) de la part d’un responsable de DxO, que l’entreprise de Boulogne semblait sortie de ses ennuis. La situation financière de l’entreprise DxO serait revenue à la normale…

Et elle serait notamment dégagée de la tutelle de l’administrateur judiciaire. Ouf ! De quoi espérer le meilleur pour de prochaines versions du logiciel Français.

Rappelons que récemment DxO avait été scindé en deux entités : DxO restant en charge des logiciels photo. Mais les tests d’appareils photo et smartphones sont gérés par une société différente (qui n’a pas souffert des mêmes ennuis) : DxOMark Image Labs.

000 - A LA UNE
137
A quel point les couleurs Sony sont-elles… moches ?

A chaque fois que je récupère des RAW d’appareils Sony, je trouve les couleurs « horribles » et fausses ! Si, si… « Horribles » ! Et fausses… Spécialement sur les portraits. Je sais, certains ne s’en rendent absolument pas compte…

J’en ai souvent parlé avec quelques amis qui voient la même chose que moi : et confirment que Sony a un gros problème de couleurs… Mais d’autres ne voient absolument rien : comme si ils étaient aveugles ! ! ! Ils ne voient pas du tout, que les visages sur les images prises avec des Sony manquent de « transparence » et manquent de « rose ». Ce rose qui est si typique de la carnation de la peau d’un visage en bonne santé.

Il y a chaque fois cet aspect « mat » à cause du manque de transparence : un peu comme si le modèle était couvert d’une bonne couche de fond de teint mat et jaune ! C’est pas du tout naturel… « Mat » et quelque peu jaune / orange oui, très facilement repérable sur la plupart des portraits faits avec un Sony. Ici à gauche par exemple (même si vous remontez de 1 ou 2 dixièmes de IL l’image de gauche, l’aspect mat persisterait :

Extrait de :  Is Sony’s Color Science Really That Bad ?

Et bien si vous ne le voyez pas : c’est tout simplement que vous n’avez pas le « sens de la couleur » : désolé les gars, mais c’est vraiment ce que je pense… Ceci dit rien n’interdit d’aimer ce rendu quelque peu artificiel.

Voyez-vous : « évaluer la couleur », c’est comme avoir l’oreille absolue en musique : tout le monde n’en est pas capable car tout le monde n’accorde pas la même attention aux couleurs (je suppose que tout le monde en serait capable, si seulement on sensibilisait les gens un peu plus tôt aux nuances de la couleur)… Certains, ne les regardent même pas : surtout les hommes, surtout les plus « techniciens » ! Je remarque lors de mes formations Lightroom que les femmes sont bien plus sensibles aux nuances des couleurs…

Et parfois il faut mettre ces « mauvaises couleurs » sous le nez des utilisateurs durant de longues minutes, avant qu’ils ne commencent progressivement (à force de comparaisons) à se rendre compte d’un problème de couleur… C’est une question d’éducation de l’oeil et non pas de « performances de l’oeil », car tout le monde possède des yeux suffisamment proches, pour être capables de comparer deux couleurs entre elles.

Même si chacun en fait une interprétation « légèrement personnelle » : cette interprétation reste très proche d’un individu à l’autre. Absolument tout le monde est capable de « comparer deux couleurs » entre elles, et ceci même si une minorité d’entre nous, ne voit pas exactement les mêmes couleurs : mais ceci n’est pas du tout un problème.  Bref : tout ça pour pointer un article passionnant traitant du sujet… Is Sony’s Color Science Really That Bad ? Cela promet des commentaires intéressants ! Lire la suite

1 2 3 4 5 64