Search Results: "Canon EF 24-70" (31)

ACTU : matos photo, divers
25 Officiel : Canon EF 24-70mm f/4 L IS USM et 35mm f/2 IS USM

Bonne nouvelle pour les Canonnistes, le très attendu zoom trans standard Canon EF 24-70mm f/4 L IS USM (stabilisé et pas exagérément cher) est annoncé ! Plus léger (600 g contre 805 g pour le 24-70 mm II et 670 g pour le 24-105 mm f/4) et plus court que ce deux-là, mais toujours en diamètre 77 mm. Comparaison de taille instructive chez Dpreview

0000_screencopy_JFV_ 2012-11-06 à 12.48.47

Avec une distance de mise au point minimum de 38 cm, il offre un grossissement macro de x0,7, que ne proposent pas le 24-105 mm f/4 (dont la distance de mise au point est de 45 cm). Un bouton permet de passer en Mode macro. 

0000_screen_ 2012-11-06 à 01.33.57

Cette optique idéale pour l’EOS 6D (en kit éventuellement), concurrencerait ainsi le AF-S 24-85mm f3.5-4.5G VR proposé en kit avec le Nikon D600. Sa présentation est accompagné d’un EF 35 mm f/2 IS lui aussi tant espéré… Lire la suite…

 

000 - A LA UNE
36 Ce qui compte c’est l’objectif ! Pas l’appareil… (1/3)

J’ai toujours conseillé à mes élèves de dépenser davantage d’argent, dans leurs objectifs, que dans leurs boîtiers… Par exemple s’offrir un 70-200 mm f/4 : voilà un bien meilleur investissement à envisager…

Plutôt que de dépenser la même somme dans un nouvel appareil. Faites l’expérience : achetez un 70-200 mm f/4 (même d’occasion). Puis montez-le sur un vieux reflex, vous constaterez qu’il en sortira de meilleures photos que si vous aviez acheté un nouvel appareil (à quelques exceptions près évidement).

A suivre dans le prochain épisode, d’autres galeries d’exemples, réalisés avec certains de mes objectifs favoris… Parmi lesquels, le 70-200 mm f/4 bien entendu. Ou le Sigma 24 mm f/1.4 Art… Ou encore le petit Voigtlander 20 mm f/3.5. A suivre ici…

Ce qui compte c’est l’objectif : partie 2

Ce qui compte c’est l’objectif : partie 3 (à venir)

De plus, les bons objectifs sont des investissements généralement plus pérennes, qui perdent moins de valeur avec le temps, que les boîtiers (qui se démodent si vite)…

Vérifiez en occasion : les reflex vieux de 5 ans deviennent quasiment invendables (il faut dire que pas mal de gens achètent des boîtiers dont ils ne se servent quasiment jamais, donc les bonnes occasions ne manquent pas). Alors que les « bons » objectifs conservent une bonne cote durant plusieurs années… Lire la suite.

 

Ne vous trompez plus (ou trompez-vous moins... )
ACTU : matos photo, divers
66 Nikon D850 annoncé : 45 Mpix et 153 collimateurs

Plus de deux ans et demi après le Canon EOS 5Ds, c’est Nikon qui rejoint (presque) le club des reflex à 50 Mpixels (ne chipotons pas pour 5 Mpix), avec l’annonce de ce Nikon D850 : un monstre de puissance qui sera plus polyvalent que l’actuel Canon EOS 5Ds (lequel sera mis à jour probablement en 2018)…

Et qui affrontera en fait le Canon EOS 5D MkIV présenté en aout 2016… Je ne vais pas me lancer dans une analyse et une comparaison complète (vu que je reste en Canon et que je ne vois pas trop de raison d’en changer), mais disons que Nikon a rempli la barque à raz bord, en ajoutant tout ce qu’il était possible d’ajouter à ce reflex (au jour d’aujourd’hui), en terme de fonctionnalités.

Cela va jusqu’aux boutons lumineux, une chose intéressante pour ceux qui travaillent de nuit (mais ne se rappellent plus la position de principaux boutons, ce qui est tout de même rare), que l’on avait vu chez Olympus il y a longtemps (mais qui n’avait pas sauvé la gamme reflex de ce fabricant pour autant). 

 

Un beau (gros) bébé :  Du coup le poids du Nikon D850 reste assez important (1005 gr avec batterie), alors que son principal concurrent l’EOS 5D MkIV est 10% plus léger (890 gr avec batteries). Et dans ce genre de gamme, on aimerait quelques progrès…

D’autant que ce D850 a perdu le petit flash pop-up qui distinguait le D800 / D810, de ses concurrents Canon EOS 5D qui en ont toujours été dépourvus… C’était pourtant pratique pour piloter des flash à distance : il faudra acheter un accessoire désormais.

Le prix sera lui aussi à la hauteur (encore que l’on aurait pu craindre bien pire) : il est annoncé à 3799 €. Ce qui finalement n’a rien d’excessif : on peut imaginer qu’en d’autres temps Nikon aurait proposé un boîtier si « riche » à plus de 40000 €. mais il faut croire que Nikon a besoin de se refaire une santé financière et que ce boîtier doit être un outil de reconquête : il faudra absolument qu’il se vende, pour endiguer une certaine hémorragie des clients experts et pros depuis deux ou trois ans (en direction de Sony, de Canon, ou de Fuji).

A noter que l’on trouve le Canon EOS 5D MkIV en théorie exactement au même prix : 3798 € (mais en pratique parfois aux alentours de 3250 €, puisqu’il a été présenté il y a déjà un an, en aout 2016). Peut-être l’arrivée d’un concurrent aussi redoutable que le Nikon D850 fera-t-elle légèrement baisser prix de l’EOS 5D MkIV : ce serait une bonne nouvelle…

A souligner : des efforts de la part de Nikon – Au niveau de la fiche technique, saluons l’arrivée (enfin sur un reflex) d’un obturateur électronique 100% silencieux en visée Live View… Voilà un truc utile ! Ce que Canon devrait faire (d’autant qu’ils ont l’avantage de l’AF Dual pixels), vraiment ce serait bien… On ne pourra plus dire que les reflex Nikon sont bruyants (du moins à condition d’utiliser la visée Live)…

Cette nouvelle fonctionnalité, nous laisse espérer l’arrivée d’un hybride 24×36, peut-être en 2018 chez Nikon ? Si c’était le cas, en tous cas il est clair (avec ce D850) que cela ne signifierait pas pour autant, que Nikon baisserait les bras du côté des reflex…

Un capteur Retro Eclairé : pour la première fois sur un reflex – Nikon innove avec un capteur rétro éclairé, qui sera encore meilleur ! On n’a pas fini d’entendre « l’argumentaire de la dynamique », encore plus en faveur de Nikon… Vous savez ce que je pense de « l’argument dynamique » : c’est le genre de « qualité’ qui ne sert en rien à améliorer vos photos (sauf une photo sur 1000 dans certains cas spécifiques), mais c’est le truc à la mode. Fan de « dynamique » : c’est le Nikon D850 qu’il faudra acheter ! Fans de photos : étudiez le reste de la fiche technique pour vous décider ;-)

Un écran orientable « vers le haut », comme j’aime : bravo Nikon ! Si la dynamique m’en bouge à peine une sans réveiller l’autre… par contre un écran orientable « dans l’axe » (comme le Nikon D750 mais en mieux), me plait beaucoup ! Beaucoup plus que la solution adoptée par Canon de « bascule sur le côté » comme sur l’EOS 6D MkII, dont je ne suis pas fan (quand à l’EOS 5D MkIV, il n’a pas d’écran orientable, ce que je ne m’explique pas vraiment en 2017)… Lire la suite…

 

Nikon rassure ! Enfin...
000 - A LA UNE
13 Utilisez mieux notre moteur de recherche !

Je profite d’une petite amélioration de notre moteur de recherche, pour vous inviter à l’utiliser plus souvent et de façon plus rationnelle ! Par exemple : pensez à utiliser des guillemets pour les mots composés, car ça change tout : « Canon EF 24 »

Utilisés entre guillemets, les termes « Canon EF 24-70 » donnent 27 résultats : on y trouvera ce que l’on cherche facilement. Par contre, sans les guillemets la recherche sur Canon EF 24-70 donne 146 résultats. Allez-y : essayez, c’est en haut à droite ! 

Si vous recherchez le terme « Sony bashing » en utilisant des guillemets, vous n’aurez comme résultats que les  occurrences comprenant les deux mots séparés par un espace : ce qui donne trois résultats seulement, dont le présent article que vous lisez… (résultats élégamment surlignés de jaune, vous avez vu ? Je me suis pris la tête pour changer la couleur) : Lire la suite…

 

Rechercher, c'est trouver ! Mais choisir, c'est renoncer...
000 - A LA UNE
18 Tamron et Sigma : plus de choix en 24-70 mm compacts

Ouf, il y aura bientôt davantage de choix en 24-70 mm compacts… Avec l’arrivé prochaine en rayon du Sigma 24-70mm f/2.8 DG HSM OS Art (ouf, il n’est pas trop gros) et l’annonce hier, d’un Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD G2 à 1199 $.

Et on sait que Tamron fait du bon boulot ces derniers temps : Tamron 70-200 f2.8 G2 meilleur que le Nikon 70-200 f2.8E ? Une bonne nouvelle pour les Nikonnistes (spécialement), qui étaient quand même très encombrés avec leurs monstrueux 24-70 mm f/2.8 (depuis le temps qu’on l’explique : Nikon AF-S 24–70mm f/2.8E ED VR : accident industriel ?). Visiblement la petite taille du Canon EF 24-70 mm f/4 a fait des émules du côté de Sigma et de Tamron…

Un petit détour par Camera Size, pour vous en convaincre et comparer les tailles des 24-70 mm respectifs : de Canon (à gauche le modèle stabilisé à f/4). De Sigma, Tamron et Nikon (trois modèles stabilisés à f/2.8). Lire la suite…

 

... enfin des zooms compactes pour vos Nikon
000 - A LA UNE
119 Pourquoi le Canon EOS 6D MarkII me plait beaucoup !

Le Canon EOS 6D MkII vient d’être révélé et ressemble exactement à ce à qui avait été révélé : ses caractéristiques ne seront donc pas une grande surprise pour nos lecteurs fidèles. En ce qui me concerne, je suis très satisfait de cette annonce.

Il faut dire que son prédécesseur fut l’un des boîtiers les plus agréables que j’ai jamais eu le plaisir d’utiliser en voyage, je n’ai utilisé quasiment que lui entre 2012 et 2015 (relire mon Test Terrain du Canon EOS 6D au Japon)… après avoir revendu mon Canon EOS 5D MkIII (dont je n’avais pas vraiment besoin, mais qui était sorti avant l’EOS 6D)…

Certes, depuis aout 2015 : le Canon EOS 5DsR (que j’ai adopté pour partir au Kenya en été 2015) s’est avéré plus performants le terrain à tous les ponts de vue que le Canon EOS 6D (relire mon test terrain du Canon EOS 5Ds R au Kenya)… Mais le prix a payer pour cela, fut assez élevé : le poids et l’encombrement de mon reflex principal ont sensiblement augmenté lors de ce « passage de relais ».

Et pour tout vous dire, depuis aout 2015 : mon « petit » Canon EOS 6D m’a beaucoup manqué… Sa simplicité légendaire, sa fiabilité exemplaire, sa sobriété remarquable et son GPS intégré : tout cela était un vrai bonheur. On peut même signaler la taille raisonnable de ses fichiers RAW de seulement 20 Mix, qui pèsent beaucoup moins lourd que les 50 Mpix dont je profite actuellement (même si les aperçus dynamiques de Lightroom permettent d’amortir le choc en ce qui concerne la fluidité en Développement)…

Oui, j’avais adoré utiliser mon « petit » EOS 6D première version, durant ces trois ans… Et le pilote d’ULM au Kenya, qui ma l’a racheté pour l’utiliser en survolant la brousse, en est toujours très content je crois. D’autant que le GPS lui est spécialement utile…

Avec l’EOS 6D Mark II annoncé en ce 29 juin, Canon propose une évolution raisonnable et logique : à environ 2109 € le boîtier nu, ce nouveau modèle sera probablement un best seller. Un « sésame », qui permettra à beaucoup d’amateur de passer à la photo Full Frame… C’est à dire : à la « vraie photo ». Et je sais que lorsque j’écris « vraie photo » : certains s’énervent et se sentent même « mis en cause »…

Mais vous pourrez argumenter tant que vous voudrez : on ne fait pas les mêmes photos en Full Frame qu’en APS-C… Ce n’est pas pour rien que presque tous les pro travaillent (quasiment exclusivement) en format Full Frame (appelez-le plein format, ou 35 mm, si vous préférez)… Et parfois aussi en APS-C (un peu). Mais c’est seulement « en complément » de leur Full Frame. Moi aussi, je ne me passerais jamais d’un second boîtier en APS-C (je l’ai souvent écrit ici) : mais en tant que « second boîtier ».

Pour moi, l’idée que APS-C et Full Frame se vaudraient, est un « mythe », tout simplement ! Un mythe, fabriqué par des constructeurs qui aimeraient bien vous le faire croire, ceci pour l’unique raison qu’ils sont incapables de livrer pour un cout de fabrication (et de vente) raisonnable : une alternative commercialement viable, à ce que seuls savent faire Canon et Nikon jusqu’à présent… (et aussi un peu Sony, Leica et Pentax, mais dans une moindre mesure).

Pour le moment : proposer un Full Frame du calibre de l’EOS 6D MarkII à 2105 €, accompagné d’une telle gamme optique (comportant de nombreuses optiques financièrement très accessibles qui restent très performantes, en dessous de 200 €) : et bien seuls Canon et Nikon en sont capables… C’est dommage, mais c’est une réalité incontournable.

Pentax et Sony n’en sont peut-être pas si loin… Mais on ne pourra sérieusement comparer leurs offres, que le jour ou leurs gammes optiques : seront équivalentes à celles de Canon et Nikon (et financièrement tout autant accessibles). Mais objectivement, autant Sony que Pentax en sont encore loin : tant en terme de rapport qualité prix, que de diversité des objectifs disponibles…

Si vous êtes conscient de cela et si vous pensez comme moi, que ce sont les objectifs qui « contribuent » le plus à votre réussite : alors cet EOS 6D Mark II est probablement l’un des meilleurs reflex, de 2017… que vous puissiez placer derrière les objectifs que vous aurez choisi !

Rappelez-vous qu’il faut d’abord choisir « ses objectifs » en fonction de votre style ou de vos ambitions photographiques (chez Canon, Nikon, Sigma, ou qui vous voulez)… Puis ensuite : trouver le boîtier adapté, qu’il suffira de placer derrière… On ne choisi pas un reflex d’abord, devant lequel on placera « n’importe quel objectif ». Car les boitiers passent (de plus en plus vite), mais les objectifs restent : 10 ou 15 ans au moins…

Mais laissons cela et passons à l’analyse de cet EOS 6D Mark II… Je vais d’abord vous expliquer ce que je trouve génial (en début d’article) et pourquoi je ne vois pas beaucoup de raisons de « dépenser plus » !

Et plus bas, je décrirais quelques « réserves » et critiques quoi peut lui faire… Donc, si vous êtes su genre pressé et « râleur » (à voir toujours le verre à moitié vide) : alors descendez directement en bas de l’article… Et n’oubliez pas de laisser vos commentaires en bas de l’article. Lire la suite…

 

... une "jeep" pour tout photographier !
1 2 3 4