web analytics

Les 20 erreurs les plus gênantes avec Lightroom (partie 2)

14
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Suite de notre article : Les 20 erreurs les plus gênantes avec Lightroom (relire la partie 1), cette partie 1 comprend une grande introduction qui rappelle les grosses différences qui existent entre « Lightroom Classic » et « Lightroom » tout court.

Lightroom tout court : c’est le nouveau nom de Lightroom Mobile, rappelles-vous ! Mais j’ai comme une intuition que ça va bientôt changer à nouveau (on en parlera à ce moment là)… Donc, je vous conseil vraiment de commencer votre lecture par le début… Place à la suite : avec les 10 bêtises suivantes, à ne pas commettre avec Lightroom ! L’occasion de rigoler un peu ?

 

Je vous invite avant de commencer, à vous inscrire à mon Groupe Facebook : Apprendre Lightroom et gérer votre photothèque.

 


Erreur n° 10 – pousser trop fort le curseur Clarté « globalement » : en terme de Développement, je crois que l’utilisation abuse du Curseur Clarté (plus de 10 points) sur l’ensemble de la surface de l’image est (statistiquement) le tout premier défaut à corriger chez une majorité de personnes. Ci-dessous, voici n bel exemple des « dégâts » de l’outil Clarté, poussé « à fond » :

 

A la place, essayez un peu (avec tout autant de modération) le Curseur Texture qui est apparu récemment… Mais pas trop fort hein ! Si vous photo est nulle : c’est qu’elle est nulle… Le curseur Texture n’y peut rien : pas plus que le curseur Clarté !

 

Si vous tenez absolument à utiliser l’outil « Clarté », alors essayez de vous limiter à une application par zone. Sur l’exemple ci-dessus, vous constatez l’effet du curseur Clarté sur un filtre localisé (combiné à d’autres curseurs pour aider à la visualisation de la zone) :

 

 


Erreur n° 11 – utiliser le curseur Saturation globalement : même remarque concernant le Curseur Saturation… La plupart du temps les images sont déjà suffisamment saturées (et contrastées) en sortant de l’appareil photo. ce qu’il fallait faire : c’est vous lever plus tôt pour bénéficier de la « belle lumière » avant 11h du matin…

 

Poussé au delà de 5 ou 15 points : l’effet du curseur Saturation est tout simplement catastrophique ! On voit l’effet ci-dessus avec un curseur poussé à 50 points (juste pour rire). Au passage : c’est la même remarque pour la « dé-saturation sélective (ne dé-saturer que certaines couleurs) qui se pratique dans l’outil TSL… L’effet est assez ridicule : une photo nulle restera dans tous les cas une photo nulle…

Si vous aimez les couleurs saturées, oubliez les curseurs ! A la place, repartez dehors pour faire plus de belles photos avec de belles lumières.

 

 


Erreur n° 12 – abuser de la fusion HDR : on ne pouvait passer sous silence l’utilisation ridicule qui peut être faite de la Fusion HDR. Je vous ai concocté un exemple de HDR « raisonnable » à gauche (avec les images brutes en RAW dans le Film Fixe en bas à gauche)…

Et l’exemple déraisonnable et « moche », est celui de droite ! Déboucher exagérément les ombres est une pratique déjà ridicule sur un RAW Classique, mais c’est encore pire et plus catastrophique sur un fichier HDR. Ci-dessous, une série de copies virtuelles permet de comparer « avant / après »… Allez, oublions ces égarements en HDR. Et passons rapidement au point suivant !

 

 


Erreur n° 13 – ne pas appliquer suffisamment de netteté de nombreux photographes n’osent pas pousser suffisamment le curseur de netteté, car ils se contentent d’observer leurs images à 100% : exactement comme en 2006… Rappelez-vous que 2006 : c’était une époque ou les appareils ne proposaient que 8 à 12 Mpixels en moyenne.

Alors que nous sommes en 2019 et que vos appareils proposent : de 24 à 32 Mpixels en moyenne (voir 45 ou 50 Mpixels)… Donc, si vous observez vos images à 100% dans ce cas une netteté « normale » (adaptée à un tirage de taille standard) : pourrait (à tord) vous sembler « excessive » à l’écran…

Votre erreur est de ne pas observer votre image (je ne parle évidement que des RAW de plus de 24 Pixels) également (ou dans un premier temps) : à un grossissement de 50%… Car ce qui devrait intéresser les photographes : c’est la netteté (réelle) de l’image : lorsque elle est rapportée à une taille d’impression donnée. Par exemple un tirage en A3+ qui est ma référence habituelle : la taille de tirage pour laquelle j’optimise mon réglage de netteté habituellement…

Les photographes ne devraient pas considérer l’apparence de la netteté « rapporté à une taille d’affichage » : seulement un affichage à 100%… Car cet affichage spécifique, ne dit rien de la netteté réelle de votre image (qui est relative à la largeur de l’image imprimée à une taille donnée).

 

Ajoutez à tout cela l’arrivée des écran Retina depuis quelques années : qui complique beaucoup les choses… Ou plutôt : qui « rétabli » un peu les choses.

Vous constaterez en effet que sur un écran Retina : vous voyez à écran en zoom 100% dans Lightroom : à peu près la même proportion de votre image, que lorsque vous la visualisez à 50% sur un écran « Non Retina » de même taille… Oui ?

Donc on est « sauvé » ! Sur votre nouvel écran Retina : vous vérifiez désormais votre netteté, exactement comme si vous étiez affiché à 50% sur votre écran précédant qui était « non Retina »… Oui, je sais : c’est un peu compliqué !

 

 


Erreur n° 14 – Se jeter sur tous ces Preset inutiles (et payants) téléchargés d’Internet : tous ces Presets de Développement pour Lightroom, sont totalement ridicules, moches et inutiles… Une belle arnaque ! Oubliez ça et enregistrez vos propres « recettes » : avec le temps vous apprendrez à les améliorer vous-même… Lightroom offre des fonctions très pratiques de rangement et d’organisation de vos Preset dans la colonne de gauche du Module de Developpement.

 

 


Erreur n° 15 – Négliger l’importance de la vue « Avant Après » : … On peut utiliser des copies virtuelles pour comparer diverses versions… L’utilisation du raccourcis « Maj s » en Module de Développement est indispensable… Quoi ? il n’existe aucun équivalent chez Capture One ? Mais comment peuvent-ils s’en passer de ce raccourcis indispensable ?

 

 


Erreur n° 16 – Oublier de copier / coller vos paramètres de développement pour gagner du temps  : … On ne peut travailler raisonnablement sur Lightroom que si l’on apprend à copier / coller des ensembles d’ajustements d’une image à d’autres images…

Cela permet de travailler plus vite et plus rationnellement… Alors bien entendu cela n’empêche pas de travailler image par image également : lorsque nécessaire. Mais la photo : c’est rarement « une seule photo » : ce sont plus souvent des « séries ».

 

 


Erreur n° 17 – créer des ajustement localisés trop visibles : rien de pire qu’un bel ajustement localisé bien visible… Qui jette le doute sur toute vos photos. Il me semble que les ajustement ne sont réussis, que si ils restent invisibles. Je ne dis pas que je ne tombe pas parfois dans ce travers… Heureusement le flux de travail me permet de revenir régulièrement sur d’anciennes photos. Le travail dans Lightroom n’est jamais totalement terminé. C’est ça la magie… Heureusement qu’il y a les copies virtuelles pour me permettre de sauvegarder des étapes intermédiaires.

 

 


Erreur n° 18 – ne jamais imprimer la moindre image : il est bien dommage de ne jamais prendre le temps de vérifier son travail (et notamment la qualité des ajustements de netteté et de correction du bruit), sur un tirage de grande taille…

Je ne le fais plus très souvent malheureusement (sauf parfois à l’occasion d’une publication dans le presse écrite, mais elle se font de plus en plus rares). Reste que je l’ai fait beaucoup au cours des années précédentes : et il m’en reste une « expérience » qui est irremplaçable. Je « sais » ce que ce que je vois à l’écran : va « donner » sur un tirage papier… Car je l’ai déjà fait.

 

 


Erreur n° 19 – négliger les Collections publiques de Lightroom Web : Lightroom Web est un fantastique moyen de faire connaitre ses photos… Publiquement, ou à l’attention de quelques personnes seulement, que vous invitez par mail à consulter votre galerie « partagée ».

Passer à côté de Lightroom Web : c’est un peu passer à côté d’un iceberg dont vous ne soupçonnez pas l’ampleur de la partie cachée ! Contrairement au Titanic qui a rencontré un iceberg fatal : je crois que cet iceberg là, est passionnant… Il implique bien entendu de souscrire à un abonnement.

Mais la question de l’abonnement franchement : elle ne me gène pas… Lorsque l’on prend en compte le prix des mises à jour payante d’autres logiciel en licence classique : on se rend compte que si l’on veut rester avec des version « à jour » : cela ne revient pas moins cher.

Au moins l’abonnement à Lightroom vous donne-t-il accès à un outil fabuleux : Lightroom Cloud ! Qu’il serait dommage d’ignorer…

 

 


Erreur n° 20 – négliger de lire l’aide de Lightroom : un Menu Aide a toujours été à votre disposition dans toutes les versions de Lightroom… Il vous permet d’accéder à l’Aide en Ligne. Essayez : et vous verrez ! On y trouve le plus souvent la solution (même si : pas toujours)… Vous arriverez sur cette page :

https://helpx.adobe.com/fr/lightroom-classic/user-guide.html

Parmi ces pages d’aide : une est consacrée aux raccourcis clavier spécifiquement.

Si après une petite recherche dans l’Aide en Ligne, vous n’avez pas trouvé la solution : posez votre question dans notre Groupe Facebook : Apprendre Lightroom et gérer votre photothèque à cette adresse :  facebook.com/groups/lightroomclassic/

 

 

Je vous invite avant de commencer, à vous inscrire à mon Groupe Facebook : Apprendre Lightroom et gérer votre photothèque.

 

 


Commencez par lire la première partie de notre article : Les 20 erreurs les plus gênantes avec Lightroom (relire la partie 1)

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

14 commentaires

  1. Pingback: Les 20 erreurs les plus gênantes avec Lightroom (partie 1) - photoetmac.com

  2. Merci pour ces conseils utilisables sur tout logiciels de retouches!

    Grand merci pour tout ces partages sur la photos en plus de tes belles images.

  3. Très très très d’accord avec toutes ces remarques sur la post-prod. La seule post-prod qui vaille c’est celle qu’on ne remarque pas.

  4. J’aurai aimé savoir ce qui vous pensez du réglage suivant pour la netteté pour un capteur FF de 24 MPx.
    Texture à 50
    netteté à 100
    Détails à 12
    Rayon à 0,5
    A priori j’ai moins de bruits que par exemple
    Texture 0
    Netteté 72
    Rayon 0,7
    Détails à 35

  5. Hello Jean-François,
    Super ce guide des 20 « pires » erreurs sur LR, merci!
    On pourrait aussi rajouter de laisser tomber le curseur d’ajout de vignetage ;-P

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.