web analytics

Prise en main du génial Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS

23
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Avec ce fabuleux Canon RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS, voilà disponible le dixième objectif présenté en un an par Canon pour ses hybrides Full Frame EOS R.

Jamais (à ma connaissance), une marque n’avait proposé autant d’objectifs majeurs en si peu de temps (relire Le Canon RF 24-240 mm coutera 899 $) ou encore : Canon RF35 mm f/1.8 Macro IS testé par DPreview). Et c’est d’autant plus remarquable qu’il ne s’agit pas d’objectifs de « seconde zone », conçus vite fait pour combler des trous ; mais de véritables prouesses technologiques pour la plupart d’entre eux.

Devinez quoi : ces derniers jours, j’ai eu la chance de pouvoir essayer tranquillement (enfin presque) les deux nouveaux objectifs : le RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS et aussi le RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM (lire cet autre article Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM )… Et avec un modèle (et même hier au Studio Harcourt) : le résultat est vraiment étonnant.

Sur cette image que j’ai réalisé dans un environnement de bureau (avec des néons et deux petits flashs un à l’avant et un autre en contre jour) : admirez la douceur des arrières-plans… Evidement si vous voulez absolument que les deux yeux soient net, il ne faudra pas se mettre si près à f/1.2. Mais fermer un peu jusqu’à f/2 peut-être. Toutefois, la netteté sur un seul des deux yeux ne me gène pas trop personnellement.

 

 


Mes premières sensations de prise en main… Cet objectif est assez gros et assez lourd (1195 gr), oui… Mais il est très bien équilibré (une caractéristiques commune à tous les objectifs de la gamme RF)… Donc, si vous êtes habitués à travailler avec un 70-200 mm f/2.8 (de 1,4 kg), ou avec n’importe quel 85 mm, alors il ne sera pas difficile de le prendre en main, car son centre de gravité est beaucoup moins avancé… C’est l’un des avantages immédiatement perceptibles de la monture RF.

J’ai trouvé que l’usage de la bague de correction (personnalisable) est spécialement utile avec un tel objectif, car on est moins enclin à changer de prise en main, afin d’accéder à d’autres boutons…

Se reposer sur le « suivi de l’oeil » (en mode Ai Servo et Méthodes : Tous les collimateurs actifs) lorsque l’on travail à f/1.2 (donc une profondeur de champ microscopique) : c’est désormais « un must »… Spécialement depuis la dernière mise à jour des EOS R et EOS RP. Avec le recul, vous pouvez d’ailleurs repenser à cet article : Oubliez (un peu) ce bon vieux Collimateur AF Unique.

La construction, la finition, la protection tout-temps : tout cela est « superlatif ». Ce 85 mm est sans doute le plus magnifique objectif que j’ai jamais pu prendre en main…

Comme vous les savez déjà : j’adore les 85 mm (tous ! Y compris le minuscule EF 85 mm f/1.8 USM). Mais, celui-ci est de loin le plus extraordinaire… Relire : J’ai testé le Sigma 85mm F1.4 DG HSM Art : grandiose !  Ou plus ancien : Sigma 85 mm f/1.4 et Canon EOS 5DsR : ça pique !

Sur cette image que j’ai réalisé (elle aussi) dans un environnement de bureau (avec des néons et deux petits flashs un à l’avant et un autre en contre jour) : admirez la douceur des arrières-plans…

 

 


Pour qui ? Cet objectif ravira les portraitistes comme vous l’avez deviné… Mais aussi les photographes de mariage, les photographes corporates qui doivent prendre des gens en photos sur leur lieux de travail (par exemple)… Car ces arrières plans spécialement doux, permettront de « sauver la situation », dans toutes sortes d’environnements avec lesquels on ne sait pas trop comment « s’en sortir » : une situation que j’ai moi même expérimenté avec les photos qui illustrent cet article).

Canon a d’abord voulu convaincre les professionnels en leur proposant ce que la marque sait fabriquer de meilleur. Je suis d’accord : cela met à rude épreuve les nerfs des « amateurs » qui visent plutôt des focales fixes pas trop coûteuses, à l’image du magique petit RF 35 mm f/1.8. Et qui rêvent d’un RF 85 mm f/1.8… Patience : tout le monde se dit bien, qu’il ne devrait pas tarder !

Toutefois ce timing permet éventuellement à Canon de prendre un peu plus de temps… pour développer de nouvelles technologies qui équiperont les prochains boitiers EOS R (relire Grand test du Canon EOS R , mais aussi : Canon EOS R à l’épreuve des sommets au Pakistan, ou Focus Bracketing sur le Canon EOS RP.

Relire aussi : Les progrès de l’AF du Canon EOS R en Firmware 1.4.0 (une évolution qui va intéresser beaucoup de monde… et notamment vous qui aimez utiliser les grandes ouvertures pour vos portraits), mais patience, nous en reparlerons dès que l’on aura des nouvelles, de futurs Canon EOS en série R…

 

 


Quel est le secret de ce « bokeh » fabuleux ? Ce second RF 85 mm f/1.2 L IS USM DS, est globalement identique à son frère jumeau (présenté au printemps : Les secrets du Canon RF 85 mm f/1.2 L USM)… Mais « ponctuellement » très légèrement différent. Son secret est de proposer un « bokeh » d’une nature « visuellement » très différente…

Le terme DS signifie « Defocus Smoothing », que l’on traduirait par « défocalisation adoucie »… La transition net-flou est très progressive. Pour simplifier beaucoup les choses : disons que les contours des « taches de bokeh » situées à l’arrière plan (mais aussi celles à l’avant plan), seront très douces… Avec des contour très progressifs (à droite), au lieu d’être bien nets (à gauche) :

 

Ceci du moins tant que l’on est proche de l’ouverture maximale. Car l’effet « bokeh aux contours dégradés » (appelons-le ainsi), disparait progressivement au fur et à mesure que l’on s’éloigne de f/1.2. Pour disparaitre totalement à partir de f/2.8 ou f/3.5. Un peu plus bas, nous allons expliquer pourquoi, tout en expliquant comment cet effet est obtenu et vous allez tout comprendre.

Pour obtenir cet effet Canon dépose une fine couche de surface légèrement opaque (traitement DS) sur, les « bordures extérieures » d’une lentille (non, non : absolument aucun rapport avec ceci et encore moins avec cela)…

Et ceci : des deux côtés de la lentille, (c’est important comme nous allons le voir plus bas). Cette couche fine de surface sert donc à bloquer (un peu) de la transmission de la lumière : uniquement sur les bords de la lentille. J’estimerais (?) que pas plus de 10% du diamètre est touché (environ).

Contrairement à un objectif normal pour lequel à l’ouverture maximale : toute la surface de cette lentille transmet normalement la lumière : ici à l’ouverture maximale, la lumière est progressivement bloquée (estompées) sur la bordure extérieure. Et c’est cela qui produit un contour « flou » sur les « boules de bokeh ».

Une parenthèse, pour essayer de mieux comprendre : c’est le même phénomène qui dessine des boules de bokeh « octogonales » avec les objectifs équipés de diaphragme à huit lamelles…

Ici la couche opaque et dégradée produit l’effet que produiraient des lamelles de diaphragmes qui deviendraient progressivement transparentes (si cela pouvait exister). Et même : Canon aurait pu aussi dessiner une bordure avec une forme en dents de scie (imaginons) : cela aurait dessiné des boules de bokeh avec des contours crénelés… Il existe d’ailleurs des gadgets permettant de tels effets et l’on peut se fabriquer sois-même des accessoires pour cela. Fin de la parenthèse.

 

 


Aucun effet au delà de f/3.5 : revenons à notre 85 mm : au fur et à mesure que l’on ferme le diaphragme : les bords de la lentille ne sont plus utilisés pour transmettre l’image. C’est en effet la fermeture du diaphragme (les lamelles) qui masque la zone traitée par la couche DS et fait qu’elle n’est plus utilisée..

 

C’est ce qui explique que « progressivement » avec la fermeture du diaphragme : l’effet DS de « bords estompés » disparaisse (exemple ci-dessus). Ainsi à la valeur de f/2.8 : l’effet devient presque invisible. Ensuite : au delà de l’ouverture de f/3.5, l’objectif DF se comporte exactement comme son frère jumeau sans traitement DS. Avec exactement la même qualité d’image : il est important de le souligner, le 85 mm f/1.2 DS, n’est pas un objectif « gadget »… Il reste un outil très professionnel et extraordinairement performant : probablement le plus piqué de tous les objectifs Canon, à l’égal de son frère jumeau.

 

 


Un effet « symétrique » grâce à un traitement à l’avant et à l’arrière des lentilles : il est à noter que pour une boule de bokeh qui serait située dans les angles de l’image cadrée : il est nécessaire que les deux côtés de la lentille soient « estompés » par le traitement… Ceci afin que l’effet soit symétrique. Car si un seul côté de la lentille ne l’était : alors l’effet ne se produirait que d’un côté de la « tache de bokeh ».

 

J’ai en fait un peu simplifié : car en vérité, le traitement DS n’est pas appliqué des deux côtés d’une seule lentille. Mais à l’avant d’un lentille située en avant du groupe. Et à l’arrière d’une autre lentille située à l’arrière du groupe. Comme on le constate sur cette coupe simplifiée de l’objectif :

 

 

 


Jusqu’à f/2.8 : une ouverture réelle maximale, très légèrement diminuée : en effet aux très grandes ouverture, lorsque une partie de la transmission de lumière est bloquée sur les bords des lentilles par le traitement DS, on constate une légère perte de luminosité de l’objectif, par rapport à ce qu’elle devrait être en l’absence de traitement DS  :

En pratique : si l’on règle le diaphragme sur f/1.2, alors la luminosité réelle correspondrait techniquement à un équivalent de f/2.1 (techniquement on parle de T2.1). On peut raisonnablement considérer que la transmissivité réelle (qui est de T3.2) à l’ouverture de f/3.5 : est tellement proche de de la nominale, que la perte de luminosité est « négligeable en pratique ». Considérons donc en pratique : qu’il y a perte de luminosité jusqu’à f/2.8, environ.

 

C’est ce qui explique peut-être, que Canon ne se soit jamais permis auparavant ce genre de traitement. Il fallait disposer d’un objectif déjà extraordinairement lumineux à la base et extraordinairement performant, comme l’est le RF 85 mm f/1.2.

Peut-être, serait-il en effet un peu plus gênant de priver de sa « précieuse ouverture maximale » : un objectif dont l’ouverture maximale ne serait que de f/1.8 par exemple… Ce qui signifierait réduire son ouverture maximale (réellement utilisable) à quelque chose proche de f/2.3 ? Ce qui serait peut-être moins bien accepté par les utilisateurs (d’un point de vue commercial) ? Simple supposition de ma part…

La courbe ci-dessus, permet de voir l’ouverture réelle comparée à ce qu’elle est sur l’objectif RF 85 mm f/1.2 classique. Le netteté (et le flou) restent quand à eux identiques entre les deux objectif, à une nuance près : la forme du bokeh sur ses bords. Puisque c’est le but de la manoeuvre.

Couper la tête du modèle : ce n’est évidement pas du tout « dans le style Harcourt » ;-) Mais je voulais expérimenter le suivi de l’AF sur l’oeil, jusqu’au bord du cadre… C’est pour ça que j’ai fait cette image.

 

 


Au delà de « l’effet DS », un objectif au plus haut niveau optique : Insistons sur le fait que le traitement DS ne fait perdre aucune de ses qualités à cet objectifs, à partir de f/2.8 ou f/3.5 : puisque la zone « estompée » sur les lentille n’est plus du tout utilisée. Vous pouvez faire confiance à Canon pour ne pas avoir « abimé » les performances de son RF 85 mm f/1.2, pour une simple lubie esthétique !

Le RF 85 mm f/1.2 DS profite des mêmes technologies de pointe que son jumeau sans traitement DS. Avec une suppression quasi totale de l’aberration sphérique et de coma par l’intégration spécifique d’une lentille asphérique polie (non moulée). Sans oublier l’intégration de lentilles BR et en verre UD qui contribue également à éliminer l’aberration chromatique. Et enfin l’application du traitement ASC qui réduit les effets de voile et d’images secondaires.

Il est clair que tous les photographes n’ont pas besoin d’un tel objectif. Mais les professionnels du portrait vont adorer ça ! Il ne vous reste plus qu’à essayer : vous allez craquer…

 

 

 


Communiqué de presse :

THE RF FAMILY GROWS BY TWO: CANON RF 70-200MM F2.8L IS USM LENS IS THE WORLD’S SHORTEST AND LIGHTEST LENS IN ITS CLASS AND RF 85MM F1.2L USM DS IS THE FIRST LENS TO FEATURE DEFOCUS SMOOTHING

New RF L-Series Lenses Aim to Provide Impeccable Performance, Handling and Unique Features to Photographers Shooting with EOS R and EOS RP Cameras

MELVILLE, N.Y., October 24, 2019 – Completing the “trinity” of RF lenses for the EOS R Full-Frame mirrorless camera system, Canon U.S.A., Inc., a leader in digital imaging solutions, today announced the RF 70-200mm F2.8L IS USM telephoto lens. Additionally, the company also announced its first lens to feature Defocus Smoothing lens coating, the Canon RF 85 F1.2L DS. The ninth and tenth lenses in the RF family are both powerful tools for photographers using the EOS R or EOS RP cameras, in particular, those shooting sports or wildlife photography with the RF 70-200mm F2.8L or portrait photography with the RF 85mm F1.2L USM DS.

Short and Light With All The Might: Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM
The new lens features a large and bright f/2.8 aperture, which, along with the 70-200mm focal zoom ranges, presents an ideal workhorse lens for professional and amateur photographers shooting sports, wildlife, wedding and event action. The new RF lens is 27 percent shorter and 28 percent lighter than its EF counterpart with a large portion of the lens element arrangement closer to the camera body. This arrangement is designed to provide photographers with a more balanced feel and experience even at telephoto end of the zoom range. Additionally, the shorter and lighter design allows the lens to be more easily stowed away in a camera bag when not in-use.

A first for Canon lenses, the new RF 70-200mm F2.8L IS USM features two Nano USM motors providing an even greater level of high-speed autofocus for still image shooting and quiet and smooth autofocus for video shooting. The lens also incorporates a floating focus control, another Canon first, that drives the two lens groups individually while using the two aforementioned Nano USM motors. The floating focus lens element shortens focusing distance and help reduce breathing, providing users with fast, consistent and reliable performance.

Additional Features of The Canon RF 70-200mm F2.8 L IS USM Include:

  • Customizable control ring that allows photographers to adjust exposure compensation, shutter speed, aperture or ISO
  • 17 lens elements in 13 groups including two aspherical lenses, one super UD lens and four UD lenses, that help to reduce chromatic aberration
  • CIPA standard five stops of image stabilization (IS) including three IS modes with dual-sensing and combination IS
  • 12-pin communication system
  • L-Series dust and weather resistant build with fluorine coating
  • Subwavelength Structure Coating (SWC) helps minimize lens flare and ghosting

 

Teaching an Old Dog a New Trick: Canon 85mm F1.2L USM DS
Canon has a rich history spanning over 40 years of producing 85mm lenses with f/1.2 apertures, and the new Canon RF 85mm F1.2L USM DS is no different, or is it? The lens ushers in a new lens coating from Canon, Defocus Smoothing , designed to enhance the appearance of bokeh in the images captured with the lens. DS coating is a vapor-deposited coating technology that is applied to the front and rear surfaces of a specific lens element inside the lens. The coating allows off-axis flux to pass through the periphery of the lens that gradually decreases the transmittance of light, which results in images with beautifully blurred backgrounds.

In addition, the new lens features a bright f/1.2 aperture which, along with the 85mm focal length, encompasses an ideal lens for portrait photographers. 85mm is often the preferred focal length selected by photographers when shooting portraits because it provides an appropriate depth and perspective of the subject relative to the background, helping to capture high-quality imagery with beautiful and desirable bokeh. The focal length also allows for the photographer and subject to maintain optimum distance apart to support strong communication, while not being too close.

Additional Features of The Canon RF 85mm F1.2L USM DS Include:

  • Minimum focusing distance of 2.79 feet/0.85 meters
  • Customizable control ring that allows photographers to adjust exposure compensation, shutter speed, aperture or ISO
  • One Aspheric lens and one UD Lens, along with BR optics that help to reduce chromatic aberration
  • 12-pin communication system
  • L-Series dust and weather resistant build with fluorine coating
  • Air Sphere Coating (ASC) that helps minimize lens flare and ghosting

 

 


Lire également : Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

23 commentaires

  1. Pingback: Prise en main du Canon RF 70-200 mm f/2.8 L IS USM - photoetmac.com

  2. Les 1eres photos « au bureau » sont absolument magnifiques: douceurs, couleurs, bokeh…

    merci pour cette explication du DS, tres facilement abordable.

    J’ose imaginer que l’on puisse donc fabriquer un filtre ayant un effet « similaire »? En cours photo, j’avais mis un cache en forme de losange pour que ca se reproduise dans le bokeh, donc en « affinant » peu a peu les bords, j’imagine que ca donnerait un effet s’approchant du DS?

    • Merci !

      Oui, sur le principe c’est vrai… Mais pas avec la même qualité de « dégradé » progressif et régulier (difficile à refaire)….

      Ensuite ne pas oublier que le traitement est appliqué sur deux lentilles différentes : à l’avant et à l’arrière. Et il ne fait pas abimer la qualité d’image par ailleurs…

      Donc : je ne crois pas que l’on puisse « bricoler » un truc équivalent ;-)

  3. Clairement c’est appelé à devenir un outil incontournable pour les photographes qui aiment les faibles profondeurs de champ. Avec un bokeh incroyable. Maintenant c’est pas hyper maniable une focale fixe de 1.2kg, même avec une bonne réparation du poids.

    Mais ça permet à JF de faire des photos comme des instagrammeuses, alors ne boudons pas notre plaisir. (Elles sont chouettes ces photos d’ailleurs.)

    • Oh, tu sais : 1,2 kg, c’est pas grand chose… On est nombreux a faire du portrait couramment avec les 1.44 kg du EF 70-200 mm (et des autres 70-200 mm f/2.8). Tous les photographes de mariage l’utilisent.

      Donc en main : le 85 mm ne m’a pas paru très lourd…

      J’ai aussi pas mal testé le RF 28-70 mm f/2 : merveille des merveilles !

  4. Seul soucis avec les nouveaux RF, c’est leur prix.
    Cet objectif est plus cher et lourd que le
    Fujifilm GF110mmF2.

    Ce que j’aime, ce n’est pas le flou, mais le modelé et la douceur des transitions qu’on trouve avec le capteur FF et plus accentué sur le MF (à mon humble avis).

  5. C’est absolument génial et excitant toutes les nouvelles optiques que nous sortent les fabricants pour les montures mirrorless !
    J’attend avec impatience les versions « amateur averti » RF 85/1.8 et RF 70-200/4 voir RF 70-240/4 qui selon les situations de travail sur le terrain vont nous faire hésiter longuement à l’achat avec les versions 1.2 en fixe ou 2.8 en zoom (je met de côté les zooms ouverture 2, vitrines technologiques dingue mais trop lourd et trop cher personnellement, mais pour un usage Pro).

    Canon annonce également des ultras grand angles RF 10-24/4 et 14-28/2 ça va encore être du lourd ! Techniquement mais aussi physiquement, à l’image des 15-35/2.8 et 24-70/2.8 RF qui sont tout 2 plus lourds en poids que les versions EF, dommage… mais le génial RF 70-200/2.8 rattrape à lui tout seul le poids total de la sainte trinité ;-)

    Perso si Canon pouvait nous sortir un ultra compact très léger genre RF 15-28/4 ou mieux RF 14-24/4 ça serait top !

    Vu le gain de qualité des RF + les capteurs actuels qui permettent de travailler jusqu’à 6400 iso sans soucis et ça sera encore mieux sur les futurs boitiers, je me dis que la gamme RF à 4 d’ouverture convient très bien pour du reportage corporate classique où le gain de poids en moins à trimbaler toute une journée debout sera hyper appréciable.
    Cela laisse des sous et de la place dans le sac pour un ou deux beaux cailloux focale fixe… :)) !!

    Bref ça donne envie d’aller faire plein de belles photos tout ça !

  6. très belles photos! (merci le photographe avant tout)

    cela fait envie certes mais je garderais mon 6D + 85 1.8. 3500 eur + eos R c’est un peu too much pour un simple amateur… (1.2kgs pas pour moi!)

    • J’imagine que Canon a prévu un RF 85 mm f/1.8 plus léger et peu couteux (le grand frère du merveilleux petit 35 mm)…

      A mon avis il est déjà prêt : ce n’est peut-être pas encore temps de le sortir, mais cela ne saurait tarder.

      Lorsque l’on voit ce que Canon est capable de faire en haut de gamme, on se dit que ce genre de petits objectifs (comme un RF 50 mm f/1.8), devrait être facile à concevoir et à produire pour pas trop cher.

  7. L’avantage alors ce serait surtout l’ouverture, la qualité optique, il produit des résultats d‘une netteté impressionnante mais l’objectif…. c’est que ça pèse lourd,
    Tout à l’heure, j’ai regardé le prix et voilà (2700 euros), on passe à autre chose… c’est onéreux !

  8. Ca donne vraiment envie de passer à l’EOS R avec cette magnifique gamme optique, j’espère que la gamme « non L » va s’agrandir aussi car le petit 35 a l’air fantastique ! D’ailleurs je viens de voir sur le site de la FNAC, si on achète l’EOS R et le RF 35mm il y a une remise de 540€ (jusqu’au 31/12) soit le prix de l’objectif. Par contre ça ne fonctionne pas si on prend le boitier en kit avec un objectif !

  9. Très malin cette histoire de traitement sur les bords de la lentille, merci pour l’explication JF.
    Le rendu de cette optique est sublime effectivement, bravo pour ces images très démonstratives et bravo Canon pour cette détection des yeux aussi proche du bord de l’image : diablement efficace !
    Reste le prix de ce diamant auquel il fallait s’attendre : 2 bras ET un oeil ! Handicapant pour faire de la photo !
    Et comme chacun sait : pas de bras… et bien pas de 85 DS ! :))

  10. Je me souviens que JF disait « quand c’est trop cher c’est comme si ça n’existe pas » pour écarter le moyen format Fuji face au nouveaux hybrides FF de Canon et Nikon. OK les boitiers moyen format sont deux fois plus chers, mais Canon a développé des optiques de très haute volée à des tarifs stratosphériques inabordable aux non professionnels. Même si j’applaudis la prouesse du 28-70 f/2, le commun des mortels attends autre chose que des cailloux de 1.5kg à 3000€.
    Vu leur capacité à développer leur parc RF à la vitesse de l’éclair (et sans pour autant bâcler le travail), j’espère qu’ils sortiront une gamme « amateur expert » qualitative et abordable. J’attends notamment une gamme de focale fixe f/2 ultra compacte qui va dans l’esprit de la réduction du poids et du volume des hybrides et à un retour aux sources photographiques.
    Je garde mes Fuji (qui restent en rapport qualité-prix-poids loin devant), mais je suivrai avec attention Canon car une fois mature, ce système devrait faire très très mal et tuer définitivement le reflex.

    • Ils sortiront une gamme plus légère. C’est Canon, pas la monture L.

      Quant au prix.. ça reste une fraction du moyen format abordable, et au moins là l’autofocus est utilisable.

  11. Pingback: Prise en main du génial Canon RF 85 mm F/1.2 L IS USM DS - BonPlanPhoto

  12. C’est un bel objectif. Mais il n’y a pas de « secret »: Minolta puis Sony utilisent le traitement d’apodisation depuis 20 ans.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.