web analytics

Moins de touristes, plus d’émotion : partez plus loin

64
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Un petit mot pour vous glisser quelques images de Sulawesi, après 25 jours bien remplis notre voyage s’achève à Makassar, une « ville archipel » ou l’on ne croise actuellement presque aucun touriste…

Et je retrouve un peu ce sentiment de voyager « librement » comme dans les années 90 : tout est authentique, pas de gadgets hors de prix, personne pour vous harceler avec des prestations de taxi, de massages et toutes ces « conneries » pour « voyageurs instagram », telles qu’on ne peut les éviter désormais de Bali, au Vietnam en passant par la Thailande… Un jour il faudra que je vous dise tout le mal que je pense d’Instagram d’ailleurs, mais gardons ça pour une autre fois !

Pourquoi c’est aussi bien la Sulawesi ? Parceque c’est loin : tout simplement… Arriver jusqu’ici coute assez cher et prend beaucoup de temps. Heureusement que l’on peut couper le voyage en deux en se reposant quelques jours à Hong Kong. Car faire le voyage depuis la France directement : c’est vraiment long (ou alors cher)… Et je ne vous parle pas des plateaux repas de la compagnie Garuda (qui au moins n’est pas souvent en grève) : Il faut vraiment adorer voyager, pour supporter ça…

Surtout après s’être (parfois) régalé à Makassar… Enfin, pas systématiquement : justement au niveau gastronomique on est pas toujours dans le voyage « facile » en Sulawesi. On est dans le voyage à surprises et c’est ça qu’on aime… On dit que les « voyages forment la jeunesse », mais je crois qu’ils préservent surtout de la vieillesse d’esprit.

 

En tous cas,  ne comptez pas sur moi pour partager des coordonnées GPS, ou des « spots photos » : pour partager mes bons plans, j’organise des voyages photos… Et je crois qu’il est mieux que les voyageurs motivés découvrent par eux-mêmes les endroits intéressants… Je ne tiens pas à ce que des courtes d’Instagrameurs se précipitent tous au même endroit pour refaire la photos qu’ils ont déjà vu : ce qui se passe exactement à Bali, ou dans les champs de lavande en France… C’est ridicule et pathétique : beurk.

C’est terrible : moi qui ai réalisé mon premier site de photographe en 1997, qui a été co-fondateur d’une start up Internet en 1999, moi qui était un fanatique des nouvelles technologie (et le suis toujours) : je me rends compte que paradoxalement, je déteste la plus grande partie de tout ce que Internet à engendré en 25 ans…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

64 commentaires

  1. Entièrement d’accord, et dire qu’il y a maintenant des personnes qui se servent d’Instagram pour planifier leurs vacances, PATHETIQUE…
    Les Insta Vacances … BeurK

    • Quand on n’aime pas Instagram, on n’y va pas ^^
      Et comment vous choisissez vos vacances ? En regardant un reportage à la télévision, en visionnant des photos sur Internet ou dans un magasin photo, à l’aveugle sur Last minute.com ?

      • Mais « sociologiquement », voyager très loin et cher pour voir des gens heureux dans un cadre de vie plus modeste qui vivent simplement est une idée intéressante ^^

        Je taquine.

  2. Le paradoxe du voyageur « occidental » ^^
    On adore voyager, on veut voir les lieux emblématiques (Angkor, Machupicchu…), rencontrer des autochtones mais on n’aime pas qu’il y ait d’autres voyageurs comme nous. On veut garder ce privilège exclusif.
    Et en plus si on entend français, on baisse la voix ou on devient silencieux ^^.
    On n’aime pas les instagrammeurs voyageurs (je ne parlent pas de l’instagrammeur de base) qui vont dans des lieux sublimes (Islande, Nouvelle-Zelande, Myanmar…). On jalouse, on n’envie pas…

    Je recommande dans ce cas à Jean-François d’organiser des voyages photos autre que le Japon (Tokyo, Kyoto) ou HK, des pays, des villes tellement inspirants qu’ils sont dans le top des voyageurs (ce qui ne va pas s’arranger avec l’exposition universelle, JO 2020)

    « Pourquoi c’est aussi bien la Sulawesi ? Parce-que c’est loin ».
    C’est relatif.
    Les Thaïlandais et les Chinois, autres pays Asiatiques voyagent dans des destinations proches de chez eux, mais qui sont loin des Français.

    • Non, non : c’est loin pour tout le monde…

      Même si t’as des vols depuis Hong Kong, t’en a pour 9h ou 10h… auxquels tu dois ajouter 12h de route !

      Donc c’est vraiment ultra paumé : même pour les asiatiques.

      Alors évidement si tu viens depuis Bali : ça reste un peu moins loin, mais ce sera 5 ou 6 jours à supprimer de ton programme à Bali (ce que pas grand monde ne fera).

      Conclusion : c’est un coin très paumé : pour tout le monde…

  3. je ne partage pas intégralement la vision de JF sur cet article et je resterai sur des propos plus modérés, je trouve que PEPOU résume bien les choses de manière « taquine » autant que JF.
    Comment peut on détester autant des instagrammeurs et mettre tout le monde dans le même panier?

    je suis utilisateur occasionnel d’Instagram, je partage modérément mes photos et je n’ai que quelques « followers », par contre quand je partage, c’est vraiment pour le plaisir de montrer des choses qui ont pu me marquer, et non montrer moi, moi moi encore moi, c’est plutôt cela qui vous énerve…et moi aussi. je préfère ceux qui donnent plutôt que ceux qui se montrent.

    Instagram est un outil et évidemment tout dépend de la manière dont on s’en sert…comme pour tous les outils. Il peut y avoir des tendances détestables mais pitié ne généralisons pas. soit dit en passant instagram m’a permis entre autre de bénéficier d’une réduction chez un éditeur photo pour tester ses livres, cela m’ a permis d’économiser 40 euros sur un beau projet d’édition. Pour le coup c’est aussi une belle découverte.

    • Justement : généralisons un peut… histoire d’avoir une vue d’ensemble !

      Bien entendu on peut considérer à titre individuel que Instagram peut (parfois) intéressant : si l’on ne suit que des profils intéressants. C’est possible. Mais rarement !

      Sauf que ce n’est pas ça : la réalité d’Instagram dans son ensemble. Vu dans son ensemble Instragram est une horreur ! Et se contenter du compte très soigné d’un individu particulier, qui aura pris soin de ne suivre que des profiles intelligents et raffinés : c’est méconnaitre totalement la vraie réalité (globale) d’instagram.

      Prenons une image un peu simplette :

      Il peut exister des sortes de saucisses haut de gamme et même diététiques (pourquoi pas). Mais celles-ci ne représentent que 1% de la production de saucisse.

      On ne m’empêchera pas de dire qu’il vaut mieux éviter de manger trop souvent de la « saucisse »… et déconseiller aux enfants de s’y habituer.

      Car la saucisse c’est quand même de la merde dans 99% des cas !

      iNSTAGRAM EST A LA PHOTO CE QUE LA SAUCISSE INDUSTRIELLE EST A LA GASTRONOMIE : DE LA MERDASSE

        • Par contre si les saucisses n’existaient pas j’aimerais qu’on les invente…

          Je sais que c’est de la merde, mais je ne peux m’empêcher d’aimer ça ! Avec modération j’en mange assez régulièrement…

          Tout en sachant bien que c’est mauvais.

          Le problème : ce sont les gens qui en mangent chaque semaine : parce que c’est pas cher… et parcequ’ils ne connaissent pas beaucoup d’autres choses !

          Je ne déteste pas non plus un Coca Cola de temps en temps (avec des glaçons, une rondelle de Citron et un parasol).

          • Oui, c’est comme tout, tant que ça reste un petit plaisir de temps à autre, ça ne peut pas faire de mal évidemment.
            Les gens achète aussi ce qui est le plus facile d’accès et le moins cher (ou semblablement le mois cher) pour eux. C’est compréhensible…

      • Mais Instagram n’est pas vraiment de la photo… Certains détournent le réseau pour en faire une galerie photo, mais ce n’est pas du tout la démarche des créateurs d’Insta. Il s’agissait plutôt de permettre de partager entre amis et / ou en famille des clichés anodins qui n’ont de sens que pour ceux qui ont pris la photo ou ceux qui sont dessus.

        En ce sens, pour revenir à la comparaison-saucisse, Insta est à la photographie ce que la saucisse est à la pâtisserie, c’est à dire que l’un n’a rien à voir avec l’autre.

      • moi j’y vais carrément les pieds dans le plat et à pieds joints !
        Instagram, facebook youtube sont des vecteurs de pollutions.
        C’est sympa de partager, mais il faudrait que les données en tout genre (vidéos, photos) soient effacées après un certain temps.
        Et que les pros, les vrais ou ceux qui veulent à tout prix que ça reste en ligne mettent la main au porte-monnaie. ça ferait du bien à la merdasse
        qui circule sur le net, on pourrait tirer la chasse un peu plus souvent.
        Parce qu’on n’est pas capable de faire mieux sur terre, dans l’espace, dans l’air, sous l’eau et désormais sur l’espace numérique : polluer à tout va, emmagasiner, stocker des choses inutiles qui ne servent à rien une fois qu’elles ont été vues (partagées, likées) et dont la durée de vie doit à peine avoisiner les 48h.
        Voila pour le côté aigri.
        Après pour le côté « partage »…. oui c’est un moyen. il y en a d’autres; instagram, c’est un peu comme facebook… à l’heure actuelle, quand tu ne l’as pas,
        on te regarde un peu bizarrement par moment. Mais j’en conviens ça peut être utile. Maintenant, si on enlevait le « like » et les « followers » de facebook
        et instagram, comment dire…. je suis certain que ça « passionnerait » un peu moins les gens.

        Merci pour les photos du Sulawesi !

        • Je suis d’accord : il fauterait passer des lois, pour obliger les serveurs à supprimer toutes ces vidéos stupides et inutiles.

          Et tant qu’on y est aussi : je serais assez partant pour limiter (ou taxer) les jeux vidéo ultra violents, qui font autant de mal à la société que la drogue et l’alcool (voir plus de mal encore)… Les jeux vidéo ont certainement un rôle dans la multiplication des actes de violence et les fusillades…

          On en reparlera peut-être !

    • Wow, y’a des réducs possibles sur l’impression d’un livre qu’on peut trouver par Instagram… ! Je suis bluffé :D
      Sérieusement. votre argument et la façon dont vous tentez de le présenter comme un avantage joue plutôt en défaveur de votre propos.
      N’importe qui peut négocier des ristournes auprès des imprimeurs ou éditeurs rien qu’en s’adressant directement à eux, déjà.. pas besoin d’Instagram pour réussir à faire ça. Il suffit de revenir dans la vraie vie.
      Ca ne rassure pas sur le fait que certains n’arrivent plus à obtenir des choses basiques autrement qu’en passant par ce genre de plateforme, qui finissent par centraliser des achats et monopoliser des flux d’informations que chacun aurait plus d’intérêt à gérer par lui-même, dans le respect de ses intérêts personnels.

      Et tout ça vient s’ajouter à certains faits bien pourris et généraux concernant Instagram et qui rendent bien compte de la façon dont ces plateforme s’accaparent vos informations.
      Je pense notamment au non respect de license de publication ou de droits de gestion des images par leurs auteurs au sens large, Instagram (à l’instar de Facebook) s’octroyant le droit d’utiliser vos publications à sa convenance.
      Rien que ça, je fuis…

      • vous avez le droit de ne pas partager mes propos, cependant le ton condescendant que vous employez n’est pas le bienvenue, j’ai exprimé mon désaccord sur une partie des propos que je trouvais exacerbés.
        Je vous rassure je suis aussi dans la « vrai vie », mers arguments ne vous conviennent pas, ce n’est pas grave, j’étais pour ma part content d’avoir ce dont j’ai pu bénéficier par ce biais d’Instagram. Je vous donne raison sur les informations, cependant.
        cet outil peut me servir le peu de fois où je l’utilise, est ce que cela fait de moi nécessairement un pestiféré qui ne connait pas la « vraie vie », pas sûr. je souhaitais juste pointer du doigt le côté contestataire un peu trop manichéen à mon goût, ni plus ni moins.

        • Oula, « pestiféré ! », vous ne monteriez pas un peu facilement dans les tours ? :D
          C’est vous qui utilisez ce mot, mais honnêtement, je ne vous connais pas et je ne vois pas bien le rapport entre ce que j’ai écrit et le fait de vous considérer comme un pestiféré. Vraiment pas.
          A l’extrême rigueur, si je devais avoir un avis sur vous en rapport avec votre témoignage, je pourrais vous considérer comme une victime de ce genre de plateforme. Mais je ne vous connais pas assez pour ça et ce que vous écrivez n’est pas suffisant pour vous juger sur ce sujet (et vous noterez que je ne l’ai pas fait… je vous assure, relisez moi mieux).
          J’ai juste été un peu moqueur, rien de plus. Avouez quand même que témoigner en faveur d’Instagram en donnant comme exemple qu’on a eu une ristourne sur l’édition d’un livre peut prêter à sourire. Je ne faisais que le noter sur un ton un peu taquin (beaucoup sont taquins ici, ce n’est pas méchant).

          Je note au moins une phrase dans votre réponse qui me semble plus conciliante et proche de la réalité : « ce n’est pas grave ». Là dessus, je suis entièrement d’accord.
          Ne prenez pas tout ça trop à coeur.

          Détendez-vous et Bonne soirée (et arrêtez Instagram, ça a l’air de vous porter sur les nerfs :D).

          • vous vous méprenez sur mon utilisation d’Instagram, elle n’est que sporadique et cela me convient parfaitement. il en est de même sur le fait que je sois un « fervent defenseur » d’Instagram. Tout ce qu’il faut retenir de mon intervention c’est la modération des propos que vous tenez et votre perception des choses que je trouve manicheenne.
            je ne me considère pas non plus comme une victime, votre percetion me semble erronée.
            Je ne vis pas avec Instagram j’y vais occasionnellement pour partager quelques photos, je dois peut être avoir 30 photos.
            je ne suis pas non plus pour un échange stérile,il y a débat c’est censé être intéressant puisque ce blog le permet. il y a des avis tranchés et j’arrive régulièrement à y trouver mon compte dans les échanges qui suivent, ce n’est pas le cas sur ce billet.
            me taquiner sur le fait d’avoir pu bénéficier d’une remise par le biais d’instagram est effectivement mal perçu, puisque j’étais content de pouvoir réaliser un projet cadeau d’une certaine valeur, et que je n’aurais pu concrétiser faute d’argent sans cette ristourne, donc effectivement je le prends comme un manque de respect. je suis toujours partant pour rire un peu mais cette fois ci, je dois avouer que cela ne m’a pas fait sourire.

            Vous obtenez des ristournes auprès de vos éditeurs, vous pouvez toujours nous transmettre les informations, ça c’est intéressant.
            Vous critiquez ouvertement Instagram, en prenant tout ceux qui y sont comme des moutons, c’est ininteressant, je ne vois pas la finalité. qu’est ce que vous préconisez comme solution de partage? comment font ceux qui n’ont pas trop d’argent pour alimenter un site internet ou une galerie perso?
            Ça me parait plus intéressant, car dénigrer un système, pourquoi pas mais j’attends davantage que cela.

            Pour le coup je reste sur ma faim pour l’instant. je suis pour un débat constructif.

            • Je prend note. Ce que j’écris n’a aucun intérêt pour vous.
              Ca se voit d’ailleurs au temps que vous prenez à broder et à inventer des propos que je n’ai jamais tenu à votre sujet.
              Sérieusement, si vos intentions sont bonnes, relisez mieux ce que j’ai écrit et détendez-vous.

              D’ici là, bonne fin de journée quand même.

              • je n’ai aucune malveillance envers qui que ce soit, je souhaitais juste avoir un échange constructif avec vous ou d’autres.
                je vous souhaite une bonne journée et un bon week end.
                je suis détendu je vous remercie, je prendrai l’apéro pour bien amorcer ce week end.
                je vous souhaite de bonnes expériences photographiques.

                • Ouf, vous m’avez fait un peu peur, j’avoue… :D
                  Merci, bon week-end à vous aussi.
                  Si ça vous intéresse, dans les exemples de ce que j’utilise, voilà un très bon tireur d’art : https://www.tirages-exposition.com/
                  C’est à Auray mais le boulot est impeccable.

                  Donc dans les faits et justement, ça risque de ne pas intéresser tout le monde.

                  Si je ne « divulgue » pas c’est aussi parce que c’est local et que c’est à chacun de faire sa « négo », ce qui est faisable partout et par tous avec nombres d’éditeurs ou de tireurs. Ils sont tous très à l’écoute des gens.

                  Et bon apéro.

    • À 10min de chez soi, je peux comprendre ^ -^. Mais je considère qu’il suffit d’une heure ou deux en transport pour être inspiré, sinon il y a un problème (je ne parle pas de vous ^^).
      Des gens préfèrent voyager pour l’inspiration photo.
      Quand je vivais à Paris, je suis allé à Fontainebleau pour le bicentenaire de l’arrivée de Napoléon à Fontainebleau. J’ai pris des photos qui sont parmi les favoris.
      Des personnes de toute l’Europe venaient habiller, manger comme à l’époque, paradaient à cheval. Il y avait des spectacles.
      Les gens étaient disponibles et souriants et heureux de partager leur passion.
      Ou autre exemple, aller dans un gîte dans le massif central rencontrer un artisan fromager….

      • Il y a longtemps que je ne ressens plus aucune inspiration en France, je l’assume…

        Tout ce que l’on ressent dans ce pays : c’est une ambiance d’ennui et de résignation qui ne m’inspire absolument plus : on a tout fait pour décourager les gens de travailler, d’être créatif. On a tout fait pour transformer les citoyens… en « contribuables », en « clients » et en « consommateurs ». Déresponsabilisés, infantilisés, subventionnés, puis « imposés » jusqu’au trognon… A tel point que plus personne n’a envie de travailler, ni de rien faire de nouveau ou d’intéressant. La « réussite » dans ce pays est désormais impossible, voir mal vue…

        Car on a tout fait pour normaliser la culture, les pratiques, la langue Française à travers des programmes de l’éducation national chargés de laver les cerveaux et d’oublier notre histoire… Et ne parlons pas des traditions régionales (que ce soit la fabrication artisanale du fromage, ou la corrida) : il faut que rien ne dépasse, rien ne choque, tout soit « acceptable » : donc tout que tout soit ennuyeux.

        Après avoir normalisé l’alimentation et la restauration à un point totalement excessif (il ne faudrait surtout pas qu’un client attrape une tourista), bientôt on nous interdira peut-être de faire du vélo sans casque… et je ne sais quoi encore ! Tout ce qui « dépasse » doit être raboté…

        Ce pays qui ne défend plus ni sa culture, ni ses traditions et même pas ses frontières : n’a plus aucune saveur, ni aucune originalité. La France n’est plus un pays intéressant ni inspirant pour un photographe : c’est devenu juste un « marché », propriété de grand groupes… Nous vivons la transformation de notre pays en un grand Disney Land, normalisé, hygiénisé et bien désinfecté pour touristes Chinois.

        Donc comment ressentir la moindre inspiration et la moindre excitation créatrice, dans ce genre d’environnement ?

        • .. et c’est moi qui suis désabusé ;)…

          Il reste encore quelques endroits un peu sympas, mais je comprend ton point revue. D’autant plus quand tu reviens d’un pays comme celui que tu viens de visiter, le retour en France doit filer un gros coup de déprime…

        • Vous ne voulez pas emménager à HK ?
          Un très bon pied à terre pour rayonner en Asie. Au final, ça coûtera peut-être moins cher.

          Quelques fois, vous revenez en France pour formation ou exposition…

          Moi aussi, je suis un être désabusé ^^, c’est un raison qui m’a fait quitter Paris pour le Japon et je ne regrette pas mon choix.

          [Mode désabusé ON]
          J’ai fini avec la saleté dans le métro, dans la rue. Cette atmosphère de « violence » latente. Pour un rien, les gens s’énervent, sont impolis.
          Des voleurs qui attendent dans les gares où aéroports (chaque ami de ma femme de passage à Paris se sont fait voler quelque chose: tablette, téléphone, sac…), des gens qui fument des joints dans la rue..
          Et quand j’entends mes connaissances féminines me parler de harcèlement de rue à une fréquence beaucoup plus élevée que nous les hommes pourraient penser (que ce soit Paris ou Toulouse ou ailleurs…).
          [Mode désabusé OFF]

          • Oui, tout ça est insupportable…

            Oui, Hong Kong on y a pensé : ce sera possible éventuellement si la situation l’exige ! Je ne l’exclu pas… Je m’y sens beaucoup mieux qu’à Paris (sauf en été car il fait trop chaud).

            Même pas besoin pour moi de demander l’Asile Politique aux Chinois !

            Puisque nous sommes mariés et que ma femme est de Hong Kong, on pourrait s’y installer…

        • Je partage bien cette ananlyse de la France. Surtout sur le fait que vous travaillez comme un nègre la moitié de l’année pour les autres quand vous êtes une libéral. Quand vous changez de voiture, on vous le fait remarquer, quand vous prenez des vacances un peu loin, on vous le fait remarquer, … c’est usant !

          Je suis allé en Corée cet été, pendant une vingtaine de jour. Les coréens que nous avons croisé ont tous été adorables. Lorsque vous rentrez en France et que vous allez dans le Starbuck de CDG de Paris et qu’on vous tire la gueule, pas de sourire, pas de bonjour, … on a envie de reprendre un billet pour la Corée !

          Nous avons été souvent dans des lieux où nous étions les seuls occidentaux. Les touristes se cantonnent généralement à Séoul, Buson, Jeju et En dehors de ces sites nous étions très souvent seuls.

          Instagram : je l’utilise pour diffuser mes photos à la famille et aux amis. C’est pratique : tout le monde a instagram. J’ai tenté avec Polarstep : seuls deux amis se sont inscrits pour suivre notre périple : tout est dit.

          Merci pour ces débats même si parfois règne l’incompréhension.

      • Plutôt d’accord. Et j’ajouterais que l’inspiration est intérieure. Elle peut s’user à force d’être en présence des mêmes choses tous les jours, et c’est surtout ça qui peut faire, à mon sens, qu’on est plus ou moins inspiré par ce qui est à notre proximité.
        Bref, la lassitude peut en effet nous « bouffer » l’inspiration, mais pour moi, ça n’a rien à voir avec la distance, en effet.
        Faut laisser passer les moments de lassitudes, je pense. L’inspiration revient toujours.

  4. Hello

    Très belles photos et merci pour ce beau partage très inspirant (et quelles couleurs !!! je ne regrette pas mon retour chez canon …)

    Tu dis que c’est très long ou très cher. Ça représente quoi en terme de budget pour ce rendre dans cet endroit par exemple ? Merci encore

    • C’est quand même pas donné au niveau des billets d’avion…

      Regarde sur Kayak : Paris > Makassar. Ou Paris > Manado.

      Si tu veux rester en dessous des 22h de voyage à l’aller (+ 22h au retour) : pas moins de 1200 € je dirais.

      Ensuite sur place : pas très cher…

  5. Je pense que vous êtes un peu difficiles et même injustes avec Instagram (que je n’aime pourtant pas beaucoup). Certes, il y a à boire et à manger, mais il y a aussi de belles choses et, après tout, personne ne vous oblige à y aller.

    J’irai même plus loin en disant que des photographes voyageurs qui critiquent Instagram et son contenu, c’est un peu, quelque part, l’hôpital que se moque de la charité. Quand on va sur des sites de photographes voyageurs, on y voit toujours la même chose : des portraits d’hindous, de vietnamiens ou qui sais-je, pris dans la rue, dans les échoppes, en train de fumer, en train de boire le thé, toujours les mêmes photos de gosses dans la rue, on y voit toujours les mêmes paysages photographiés invariablement sous les mêmes angles, les mêmes lumières, et puis les mêmes temples, les mêmes images de street à New York, etc., etc.

    Just my 2 cents…

    • Justement non, je trouve que les photographes voyageurs (enfin pas tous bien entendu) sortent de ce genre de clichés (et que l’on retrouve plus systématiquement sur Instagram : spécialement les même temps, les Mmes rue de New York, de Hong Kong ou Kyoto… ce qui est lassant).

      Va voir le site de mon ami Benoit Ferron par exemple : http://www.benoitferon.photography

      C’est plus intéressant que les merdouilles répétitives que l’on trouve sur Instagram (ce qui n’empêche pas benoît de publier aussi sur Instagram).

      Mais par son rôle « normalisateur » : Instagram est un danger pour le diversité d’Internet, pour la photo… et même pour la planète (notamment à cause du poids des vidéos de plus en plus nombreuses et des données qu’elles font voyager).

      • C’est vrai que multiplier les transports et les longs trajets en avion pour passer 2/3 semaines en vacance loin des touristes (ce que vous êtes aussi, rappelons le) c’est particulièrement bon pour la planète ! Soyons sérieux deux minutes… Votre voyage a surement bien plus coûté à la planète que si vous mettiez toutes vos photos sur Instagram.

        • Oui, mais ce qu’il faudrait comparer : c’est le prix carbone de la totalité des voyages touristiques que les gens font (et qui restent tout de même un « enrichissement » pour les êtres humains, du moins pour ceux qui ont la chance de voyager après avoir travaillé pour créer suffisamment de valeur)…

          Face au cout carbone de la totalité des photos et vidéos stupides et débiles que les gens mettent et regarde inutilement sur Internet (et qui ne constituent qu’un « abêtissement généralisé » de l’être humain)… sans oublier les « datas » des jeux vidéos violents ou de la pornographie avilissantes, ou encore les cryptomonaies qui n’enrichissent que des gens déjà riches…

          On aurait peut-être des surprises…

          Tout de même : les voyages (je parle des vraies voyages, pas des croisières débiles) : ont de tout temps constitués un « enrichissement intellectuel » et sont une chance pour l’humanité, en générale… Il ne faudrait pas au nom de l’écologie : inverser les choses et les considérer aujourd’hui comme un « gaspillage » ou un « mauvais investissement »…

          La richesse intellectuel que les voyages ont toujours apporté à l’humanité reste une chance et un rempart contre le haine, ou le racisme également…

          Arrêtez de voyager : et visu ne serez plus vraiment des êtres humains… qui voyagent depuis l’aube de l’humanité.

      • sans vouloir polémiquer benoit feron a un compte sur instagram, comme quoi on en fait ce qu’on en veut.
        les cons existaient déja avant instagram, ils sont peut être devenu plus voyant, déjà il y a 40 ans il existait plusieurs façon de voyager et les troupeaux existaient déja, donc instagram n’a rien changé du tout sauf a certaines a gagner des fortunes (pas des photographes) mais même si on supprimait instagram, facebook et autres la connerie humaine ne disparaitra pas

  6. Il faudra peut-être un jour se lancer dns une croisade Anti INSTAGRAM…

    Lisez donc cet article :

    https://ici.radio-canada.ca/recit-numerique/193/instagram-tourisme-photo-nature-effets-influenceur?fbclid=IwAR1TYf1CcB2I1W67-35dqVxNEHLN6hAADw47RpUVDz6dHx2FLobqFlkq8zs

    Dénaturer la #nature sur Instagram
    Plus que jamais, des sites naturels sont assaillis par des touristes en quête de la photo parfaite. Les conséquences sont loin d’être banales : faune et flore fragilisées, personnel dépassé, expérience en plein air gâchée. Quand notre appel à la nature sonne faux.

    « Ils ont vu la photo sur Instagram ou dans un magazine, et ils veulent la recréer. Ils ne font qu’entrer et sortir du parc aussitôt. Ces photographes amateurs ne sont pas ici pour expérimenter la nature. Ce qui est évidemment très déprimant. »

    • Franchement, Je me demande si c’est vraiment Insta ou Facebook le fautif dans ce cas.
      Ce ne sont que des révélateurs des tendances égocentriques de chacun. (comme la mode du selfie).
      Il y a d’autre facteurs (éducation, sens du collectif qui se perd… etc.). Et je crois qu’il y a aussi pas mal de gens qui réagissent à ça, comme toi maintenant.
      Je pense à ces fameux champs de lavande que les agriculteurs ont dû fermer au public. C’est vrai que tout ça atteint des extrêmes pas loin de l’hystérie collective…

      Rassure-toi JF sinon, il y a encore plein de coin en France où on peut se sentir seul au monde, même pour certains, proches de la « civilisation ».
      Et, un truc aussi auquel il faut penser : éviter au maximum de partager sa géo-localisation. Question de préservation des territoires.

  7. Salut,

    Bon, je suis pas persuadé que voyager loin pour faire une bonne photo soit « LA » solution. Bien sur cela aide à sortir du déjà vu. Mais ce n’est pas non plus « LA ou LES » seules solutions.
    Par contre, je suis totalement raccord avec toi sur le fait que voyager donne à l »être humain une compréhension de ce qui se passe en dehors de chez soi. Il aide le voyageur à se rendre compte des différences qu’il existe entre nous et l’extérieur. Il apporte sont lot de contribution. Attention, je parle bien du voyage qui amène un plus intellectuellement et permet la découverte de lieux différents. Pas le plagiste qui fonce en Thailande ou dans je ne sais quel pays pour profiter des bars et du soleil ou qui part afin de réaliser la photo stupide d’instagram, Facebook ect…
    Reste que voyager coûte cher, reste que voyager aussi pollue.
    Mais si l’on regarde.
    Instagram, Facebook, Flickr, 500px, Pinterest… pollue aussi… plus qu’on ne croit. Rien que Flickr possède des milliards de photos et des millions s’y ajoutent chaque jours. Si l’on prend les 5 gros réseaux que j’ai mentionné (dont certains les possèdent tous…), cela represente chaque jours des dizaines de millions d’images, souvent stupides et moches, certaines au bord de l’obscène… donc oui… l’image tue la planète. C’est une certitude… et je n’ai pas parlé de la fabrication et du renouvellement du matos….
    Donc le voyage… du vrai photographe passionné qui apporte sa contribution… au milieu de tout ça… Car l’image peut être aussi belle, choquantes ou dérangeantes et faire changer des mentalités.
    Reste que je suis persuadé qu’un bon photographe amateur ou pro peut aussi se faire plaisir pas loin de chez lui…Sans forcément avoir le super mega matos d’ailleurs…mais juste en prenant l’instant, le moment, la lumière, ce petit truc…
    J’ai d’ailleurs éliminé mon Insta, mon 500px, mon Facebook et bientôt mon Flickr quand j’ai su à quel point noyer mes images dans des milliard ne servait à rien et à quel point cela polluait ;-)

  8. Merci pour le lien JF, très bien…
    Je l’ai vécu en voulant aller voir le Val Verzasca au Tessin près du village de Lavertezzo… Terrible. Alors que je pensais qu’au moins de Septembre, il y aurait peut de monde… de plus en arrivant tôt, je me suis retrouvé inondé au bout de quelques minutes d’un va et vient incessant. De personnes juste intéressées par la photo Instagram, faisant la queue pour juste immortaliser leur baignade dans la rivière bleue turquoise… ou leur plongeon depuis le pont ou les rochers…
    Sans aucun respect après quelques minutes, les serviettes, les bouteilles, des papiers… des files sur les rochers glissants…j’ose imaginer la dégradation de l’eau du à l’utilisation des produits solaires… dépités… Je me suis en aller plus loin pour chercher un endroit calme… déçu finalement de pouvoir pas profiter de ce magnifique endroit…

  9. J’imagine qu’un très faible pourcentage de lecteurs pourra vivre ce périple, alors tout d’abord, je tiens à vous remercier pour le partage de ce récit et des souvenirs de vos extraordinaires voyages à l’autre bout du monde.
    Hier, pour s’amuser mon fils ainé a offert un saut en parachute virtuel à sa mère. Personnellement, partager tout simplement un moment comme vous le faites avec ce diaporama d’images insolites est un excellent moyen de partager une passion, de transporter les internautes à vivre quelques minutes une aventure à des milliers de kilomètres.
    A deux semaines de l’automne, vos clichés très colorés donnent envie de tout plaquer et de sauter dans le premier avion.

  10. Je pense que voyager est bon et motive pour la pratique de la photo, mais on n’est pas obligé d’aller loin.

    Il y a quelques années, j’ai fait la diagonale Alsace – Médoc, et le fait de me retrouver sur les bords de l’estuaire a renouvelé mon inspiration et mon plaisir de faire de la photo.

    Après, qu’on aille à Sulawesi ou au phare de Cordouan, peu importe, l’effet est le même.

  11. J’imagine qu’un très faible pourcentage de lecteurs pourra vivre ce périple, alors tout d’abord, je tiens à vous remercier pour le partage de ce récit et des souvenirs de vos extraordinaires voyages à l’autre bout du monde.
    Hier, pour s’amuser mon fils ainé a offert un saut en parachute virtuel à sa mère. Personnellement, partager tout simplement un moment comme vous le faites avec ce diaporama d’images insolites est un excellent moyen de partager une passion, de transporter les internautes à vivre quelques minutes une aventure à des milliers de kilomètres.
    A deux semaines de l’automne, vos clichés très colorés donnent envie de tout plaquer et de sauter dans le premier avion.

  12. Excellent article !
    Je partage à 200%
    Le tourisme de masse, engendré par l’accessibilité de l’information (enfin l’information grand public, basique, pas les vrais bons tuyaux) et la concurrence des voyagistes sur internet (prix ridicules pour certains vols) uniformise tout et détruit le plaisir de voyager à certains endroits (qui finissent par tous se ressembler, avec leur Zara, leur Starbuck…etc en centre ville, vidé de ses habitants et de son authenticité)
    Vive la différence, la découverte et l’aventure ! :)

  13. Beau reportage de mon pays d’adoption, juste une petite rectification, Bali a encore des endroits ou le « touriste » n’accede que s’il est accompagné d’un local qui le connait bien (attitude et usage du pays et des règles) avant de montrer ces endroits secrets.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.