web analytics

Repérages en Sulawesi pour un (éventuel) voyage photo

20
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Le blog tourne au ralenti en ce mois d’août, comme vous avez pu vous en rendre compte… Il y a eu une intéressante mise à jour de Lightroom notamment (j’ai pu la télécharger d’ici) : mais on en parlera plus tard.

En attendant, je suis en repérage en Sulawesi, pour un (éventuel) futur voyage photo… Ce pays est assez fantastique : avec des traditions ancestrales incroyables… Les rituels de funérailles, les cérémonies ou l’on égorge des buffles sont notamment un moment fort (il n’est pas obligatoire d’y assister ceci dit, si l’on est un peu sensible). Seul petit soucis ici : les transports sont assez longs et ce n’est vraiment pas la porte à côté pour s’y rendre.

Du coup, il y a encore très peu de touristes et c’est ça la bonne nouvelle. Quelques images réalisées dans les montagnes lors d’un petit trek de 3 jours (ou l’on a croisé absolument personne)… Impression d’avoir redécouvert qu’il existe toujours un « bout du monde ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

20 commentaires

  1. Jean-François Lemarchand le

    Encore de bien belles images partagées, merci Jean-François….

    Le fait que les temps de trajet soient longs et que ce soit difficile d’accès les préserve sans doute du tourisme de masse, et tant mieux! ceux qui visitent l’Europe en 2 semaines dont Paris, Versailles et les châteaux de la Loire en 2 jours(douche comprise) n’iront pas là bas!
    Effectivement, si tu peux concevoir un circuit en 2,5 semaines 3 max, ce serait formidable!

    Mise à jour LR faite avec des avancées intéressantes comme l’affichage ultra rapide des dossiers, la retouche plus rapide est effective…..je n’ai pas testé la fusion HDR par lot.

    Bon voyage,

  2. Vive les endroits pas trop accessibles facilement. Moins de monde.

    Même si, si l’on sort de notre position d’occidental aisé et amateur d’authenticité, plus de transports veut dire plus de tourisme, donc plus d’argent, donc plus de développement. Pour les autochtones, c’est pas forcément un mal.

    • Oui, en même temps, ce sont souvent des gens « déjà riches », qui profitent le plus des touristes… (ils peuvent investir, construire des hôtels, des restaurants)

      Donc, je ne suis pas certain que le tourisme soit toujours une bénédiction !

      • Que le capitalisme profite plus aux riches qu’aux pauvres est une évidence. (En tout cas pour le capitalisme tel qu’il fonctionne aujourd’hui un peu partout.)
        Cela étant dit, cela ne veut pas dire qu’il ne profite pas aux pauvres non plus, surtout dans des endroits aussi reculés.

        Bref, autant j’aime le fait de soutenir des coins reculés comme ça, avec mon tourisme. Autant il ne faut pas placer notre besoin d’authenticité devant le besoin de développement local. Sinon on ressemble aux influenceurs Insta superficiels et occidentalo-centrés.

        Si construire des routes et des voies d’accès rapide permet à ces coins de se désenclaver, d’avoir plus facilement des ressources et services du reste de leur pays, c’est pas un mal.

    • D’accord sur le second paragraphe, le tourisme améliore les transports en commun, les routes, l’accès aux soins, une possible augmentation de leur pouvoir d’achat (commerçant, maison d’hôte).

      Est-ce qu’ils préfèrent mettre 30min ou 2h pour aller à l’hôpital le plus proche à 50km pour une urgence ?

      • Bonjour,

        Pardonnez mon intrusion mais votre phrase « Est-ce qu’ils préfèrent mettre 30min ou 2h pour aller à l’hôpital le plus proche à 50km pour une urgence ? » dénote, c’est bien logique, une vision d’occidental.

        Si certaines peuplades se sont passé et se passent encore d’un hôpital alors qu’ils ont dû forcément avoir à gérer des urgences depuis des millénaires, pourquoi vouloir pour eux qu’ils préfèrent un hôpital à 30 minutes plutôt qu’à 2 heures de route? Ne faudrait il pas se demander plutôt quel mode de société ils veulent pour leurs enfants?
        A savoir rester comme ils ont toujours vécu (donc pas besoin de routes ni d’infrastructures à l’occidentale) ou « basculer » dans le « monde moderne »?

        Cela dit, les images de Jean-François montrent une ouverture certaine à notre société de consommation: tôle ondulée à profusion, casquettes, tongs en caoutchouc, vêtements occidentaux… le Sulawesi est éloigné de chez nous mais pas de l’Indonésie dont il fait parie, de l’Australie, du Vietnam et du continent asiatique!

        • Le Sulawesi moyen doit avoir à peu près autant d’intérêt pour se désenclaver que n’importe quel habitant du trou du fion de l’Aveyron/Creuse/Ariège. Avoir des facilités proches, avoir des hosto & co, c’est un confort, et il n’y a globalement que les occidentaux aisés pour penser que le gain de confort n’est pas une mauvaise chose.

          Pour une grosse majorité des aspects de la vie, basculer dans le monde «  »moderne » » est un gain de confort et de qualité de vie immédiat à court et moyen terme (à long terme, c’est autre chose, la crise écologique à venir en est une bonne illustration… mais qui sait, peut-être qu’on y survivra). Le confort de vie, ça parle aux petites gens, qu’ils soient au fond de la France ou de l’Indonésie.

          Quant à savoir s’ils ont survécu des millénaires (lol) en gérant leurs urgences… oui, bien sûr. Et nous aussi, on a survécu des millénaires avant de découvrir l’hygiène, les vaccins et les antibio qui sont trois découvertes médicales qui ont énormément augmenté notre espérance de vie (en bonne santé ou non). Et donc ? Cela ne justifie absolument pas que, sous le prétexte qu’on a pu faire sans, il faudrait continuer à faire sans. Ce n’est pas parce que les Sulawesi ont vécu à 36h de l’hosto le plus proche que des routes (ou infra) pouvant transformer ce trajet en 2h ne seraient pas une bonne chose, ou accueillies à bras ouverts.

          Dit autrement : allez dire à un mec qui se vide de son sang après un accident, et qui aurait pu être sauvé en cas de trajet rapide jusqu’à un hosto, que bon, franchement, ils ont toujours fait sans, et que basculer dans le monde moderne c’est perdre le mode de vie qu’ils avaient avant, etc.

          (De toute façon, et vous l’avez noté : comme tout le reste du globe ou presque, ils ont déjà accès à des produits du monde capitaliste.)

          Du coup c’est bien ce que je disais au début : il faut vraiment être un occidental bourgeois bohème pour penser d’abord aux dégâts qu’une ouverture plus forte sur le monde causerait à l’image d’Épinal qu’on se fait d’eux. (Et c’est pas grave d’être bobo, je le suis aussi. J’essaye juste de prendre du recul.)

          • C’est bien ce que je disais: vison d’occidental, à comparer le Sulawesi à  » l’Aveyron/Creuse/Ariège »…
            Ne me traitez pas de ce que je suis ou ne suis pas sous prétexte que vous n’avez pas compris ce que j’ai écrit!

            J’en resterai là, ceci est un blog photo, je ne faisais qu’une remarque en passant, pas une diatribe pour convaincre qui que ce soit des observations d’anthropologues spécialistes des peuplades primitives et des conséquences négatives ou positives de la « rencontre » de ces peuplades avec le monde moderne.

            Quant aux vaccins et antibiotiques, ils combattent des maux que ne connaissaient pas ces peuples… avant de croiser un occidental!

    • Tourisme + avion = + de gaz à effet de serre on est sur une trajectoire de 4 dégrée à la fin du siècle et c’est l’apocalypse … faire une recherche Ladakh réchauffement climatique fonte des glaciers. Tous ces villageois finiront dans des bidonvilles. Diminuer sa consommation par 4 de carbone serait socialement inacceptable je le comprends. Rien ne sera vraiment entrepris. Il suffit de constater l’incurie de l’état qui n’a pas freiné le développement des SUV ce type de véhicule consomme entre 1l et 1,5 l de plus qu’une berline. Les énergies renouvelables sont cosmétique les sociétés occidentales fonctionnent aux fossiles à hauteur de 80 %, et aucune énergie de substitution n’est vraiment prête pour être déployée dans les 10ans Je ne sais pas ou en est la techno de séquestration de carbone il semble que le rendement soit mauvais et les réacteurs à fusion nucléaires ce n’est pas avant plusieurs décennies voir jamais . Comment c’était Paris au mois de juillet ? Et en ce moment même au Japon les records de température sont dépassés . Il est possible de voyager en se passant de l’avion on peut faire autrement il existe toujours le train qui va jusqu’a Vladivostok les paysages sont magnifiques de quoi faire de superbes photos.

  3. Non merci. Déçu de voir de telles images. Oui on peut encore aujourd’hui égorger des êtres vivants (et pas seulement des animaux…)au nom des traditions. Je suis devenu végétarien pour ne plus participer à ces massacres planétaires et je m’en porte très bien. Nous sommes chacun appelé à l’éveil, responsable du manque d’amour que nous laissons perdre. Quel orgueil assez puissant peut nous faire penser que nous nous sommes élevés seul, sans le secours du ciel, des animaux, des plantes et de la terre ?

    • Disons, que l’on ne peut certainement pas critiquer ces sacrifices de buffles en Sulawesi, si l’on est occidental (vivant dans une société qui abat beaucoup plus d’animaux par être humain) :

      – Car ici ces évènement sont des occasion de socialisation très importantes pour la vie des villages et des familles… Et il n’y en a pas beaucoup d’autres : le reste du temps on travail la terre.

      – Car la viande est redistribuée (notamment à des gens pauvres qui ne possèdent pas de bêtil et ne peuvent acheter de la viande).

      – Car de toutes façons ces buffles sont aussi élevés pour être mangés. Comme chez nous la plupart ds bovins…

      – Car le nombre d’animaux tués par habitants ici est immensément inférieur à ce qu’il est chez nous…

      – Car ces animaux vivent (vraiment) heureux, bien traités, bichonnés, lavés dans des torrents avec amour et très bien nourris en pleine nature… Donc : même si ils souffrent 5 minutes à la fin, mieux vaut êtreun buffle sacrifié ici, qu’une vache à abattoirs chez nous…

      Donc, même les défenseurs de animaux, devraient se féliciter de toute ça… Ou du moins se concentrer sur des priorités : à savoir e bien être animal en occident, plutôt.

    • Ah ben tiens, une réaction typique d’occidental égocentré.

      Je suis végé aussi (probablement jamais végétalien, encore moins vegan). Notre société occidentale n’est plus adaptée au traitement des animaux, et plus généralement les grandes sociétés modernes et productivistes. Les traditions meurtrières comme la corrida sont, à mon sens, à bannir.

      Mais je me garderais bien de critiquer les petites sociétés comme celle du Sulawesi, concernant leur gestion de la viande et plus généralement des animaux. Votre commentaire (qui sous-entend limite qu’au nom des traditions on pourrait égorger des animaux, voire des humains) est d’un mépris complet, à la limite du racisme (pour rester politiquement correct).

      Du coup, je partage assez la réponse de JF.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.