web analytics

Les photographes ne sont pas… des « ingénieurs »

30
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

J’ai beaucoup aimé cette discussion vidéo, qui m’a remémoré certaines discussions et empoignades en ligne, récentes ou moins récentes… Car d’une décennie à l’autre : les gens ne changent pas.

Les photographes les plus passionnés sont parfois de grands « obsessionnels » qui perdent totalement la mesure de la réalité ! Une minorité d’entre eux est capable de choses ou de propos, assez incroyables (comme expliqué dans la vidéo) : par exemple de vous détester car vous ne pensez pas ce qu’eux-même pensent, qu’il conviendrait de penser…

Je me souviens à l’époque du logiciel Apple Aperture (en 2006 et 2007) : m’être fait copieusement insulté par des « fans », lorsque j’avais prédit que ce logiciel n’avait aucune chance de s’imposer sur le long terme. Et que j’avais même annoncé sa possible disparition…  On sait ce qu’il est advenu ensuite.

 

Il existe de toutes façons des gens qui n’acceptent pas que vous émettiez la moindre idée « qui les dérange ». Pourtant, même si votre idée est fausse : vous avez (de toutes façons) le droit de l’exprimer… Car on à tout à fait le droit d’exprimer des idées fausses. Mais sur Internet : on ne vous le pardonne pas (plus)…

Et c’est dramatique aujourd’hui en 2019 de penser que de plus en plus souvent : certaines personnes n’osent plus exprimer librement ce qu’elles pensent : car elle seront désormais « discriminées », si leurs idées sont par malheur contraires, à l’idéologie dominante. Elles peuvent notamment perdre leur travail. On entre dans un siècle de plus en plus intolérant grâce à Internet : alors que l’on croyait que l’on serait plus libre qu’avant. On peut constater que l’on est entouré, par de plus en plus gens qui deviennent de plus en plus « intolérants »… Y compris en ce qui concerne la photo !

 

 

C’est particulièrement le cas des photographes les plus passionnés de « technologie »… Je les appèlerais les « photographes technophiles », qui sont souvent « particulièrement intolérants »… Et qui soit dit en passant : ne sont pas toujours « artistiquement » de très bons photographes. Mais, en tant que « sachant » (d’un point de vue technique) et maitrisant « l’outil Internet » beaucoup mieux que la moyenne : ce sont eux qui tiennent souvent le crachoir lorsqu’il s’agit de discuter photo en ligne… Et qui font régner l’ordre sur les forums ! Même si ils n’ont jamais osé montré une seule de leurs images et que (rarement) lorsque cela arrive : on découvre des photos absolument inintéressantes mais très bien exposées…

Ce sont probablement eux, dont il est question dans cette vidéo, sous le terme Toxic Photographes. J’avais lu un jour, que ce serait parmi les « ingénieurs », qu’il serait le plus facile pour les sectes : de recruter des « membres extrémistes »… Cela ne m’étonne pas beaucoup : il arrive que  « l’ingénieur » se sente fort de l’emprise qu’il croit avoir sur les choses et il aurait (pour certains cas extrêmes) une tendance naturelle à penser qu’il devrait en être de même, pour ce qui concerne les idées ! Et les personnes éventuellement…

C’est un peu pour cela que, d’instinct, les gens se méfient des personnes « hyper rationnelles », qui peuvent apparaitre froides, incapables d’empathie et de considération envers leurs semblables. Ce qui peut également être absolument faux bien entendu ! Et la tentation « anti scientifique » actuelle : est également une catastrophe… (la catastrophe inverse de celle dont je parle aujourd’hui).

Peut-être les gens qui s’intéressent exclusivement aux « machines », aux logiciels, ou aux « abstractions », le font-ils car ils ont un peu plus de difficultés que d’autres, à comprendre et à parler à leurs contemporains.

Dans tous les « films catastrophe » il existe toujours un personnage solitaire et tyranique, un savant fou qui est certain d’avoir raison, qui aimerait que ses congénères obéissent à ses idées, à des programmes et à des algorithmes prévisibles, aussi froidement que des machines. Et qui ne supporte pas que l’on ne pense pas « correctement » : comme tout le monde devrait penser, à savoir comme lui… Ce qui heureusement ne risque jamais d’arriver ! Car il y aura toujours (beaucoup) de gens pour « penser autrement » et faire des choix qui n’obéissent pas à la logique « du moment ». On découvre parfois en quoi ils avaient raison, un peu plus tard…

 

 

Souvenons-nous de cette époque ou tout le monde avait prédit la mort d’Apple, alors même que invisible : le potentiel de l’iPhone était en germe dans le projet de système d’exploitation Next, apporté par Steve Jobs dans ses bagages… Oui, l’opinion majoritaire « du moment » avait « totalement tord » et il est très souvent arrivé dans l’histoire, que la majorité des gens se trompent collectivement, encouragée par une minorité…

« Etre dans le vent : est une ambition de feuille morte » avait dit Gustave Thibon : je crois que à cause d’Internet, ce phénomène « d’erreur collective » est plus répandu qu’avant. Mais aussi, grâce à Internet, les retournements de tendances peuvent également être plus rapides qu’avant.

 

Il existe en Art (et en photo en particulier), des notions indéfinissables que l’on ne peut faire rentrer dans des « fiches techniques », ni dans de petites boites… C’est bien pour cela qu’en aucun cas : on ne pourra élire un appareil photo meilleur qu’un autre : uniquement car il cocherait « toutes les cases »… Uniquement car il proposerait « plus de fonctions », voire « toutes les fonctions » ! Non, cela ne marche pas comme ça, la photo.

Dommage : pour certains, il serait plus simple que cela marcha comme ça : on deviendrait meilleur photographe en sélectionnant le matériel le plus « technique »… Dommage : car ce n’est pas le cas.

Un seul exemple : la colorimétrie ! Voilà une question de sensibilité : cela ne se « traduit » pas exactement en équations. Et ce n’est pas un « style d’image » réaliste calculé par une machine, qui emportera « l’adhérence » des utilisateurs. Souvent les ingénieurs et les « techniciens » (spécialement s’ils sont des hommes), n’ont jamais pris le temps de regarder (longuement) et d’apprécier (patiemment) les couleurs… Car cela prend du temps : il faut s’intéresser (très patiemment) à cette question très complexe et cela ne vient pas si facilement… Cela prends des années : et il faut pour cela aller visiter des Musées, regarder des peintures et peut-être : sois-même, s’être essayé à la peinture.

 

Etrangement, les femmes sont beaucoup plus sensibles aux nuances colorées : c’est ainsi, probablement une question d’instinct. Ou peut-être même d’éducation ? Je ne sais pas, mais c’est une réalité que j’ai constatée sur le terrain : un « fait » que je considère être « totalement vérifiable »… Ce serait un peu comme si « apprendre à distinguer les couleurs », ne serait pas un « truc assez virile ». Je vous assure que c’est vrai…

Car les couleurs d’une photo ne doivent pas nécessairement être « justes » pour plaire… Elle doivent éventuellement « paraitre juste », ce qui est vraiment très différent. Les couleurs doivent donc nécessairement être « un peu fausses » : dans le but de « paraitre juste ». Et c’est un sacré challenge, de créer un style d’image qui soit « à peine faux » : suffisamment, pour qu’il nous séduise et « paraisse juste ». C’est ce que l’on appèle la « Color science » : ce qui n’est d’ailleurs pas une science, mais « tout un art ».

Exactement comme pour construire le Parthénon afin qu’il « paraisse « droit » : les Grecs ont du le construire « un peu de travers et un peu courbe »… Il n’existe pas une vraie ligne droite dans ce monument : afin qu’il nous « apparaisse » droit, ou qu’il nous « semble droit » ! C’est d’ailleurs très bien expliqué dans cet excellent documentaire : Les secrets du Parthénon arte.tv › Histoire › Civilisations

Certains « êtres un peu trop rationnels », peuvent avoir beaucoup de mal à le comprendre : car cela choque leur amour et surtout leur « exigence » de perfection. Mais un ingénieur qui serait en même temps un « artiste » et un être « sensible » : pourrait éventuellement l’accepter plus facilement ! C’est exactement la même chose avec la colorimétrie…

Mais vous-même, qu’en pensez-vous ?

 

Pourquoi ai-je choisi cette série d’images là, pour illustrer cet article ? Pour aucune raison, juste comme ça…

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

30 commentaires

  1. Oui, la perceptions des teintes de couleur varient d’une personne à l’autre.
    Autrefois, il y avait ceux qui aimaient les couleurs chaudes du Kodachrome, ceux qui aimaient le pastel de l’agfa color, et ceux qui préféraient l’Extachrome.
    Puis les nuances vertes du fujicolor.
    Chaque oeil a une perception émotive des la couleur qu’il voit.
    Alors pourquoi vouloir toujours affirmer que tel ou tel appareil a la meilleure colorimétrie ?
    A chacun de choisir le boitier qui lui convient le mieux.
    Pour ma part, je préfère les couleurs de la video SONY (certes plus froides) et les couelurs chaudes du CANON pour les photos.

      • Ma fille suit une formation d’ingénieur. Hors dans son école (l’INSA Lyon), il existe une multitude de possibilité d’exprimer son coté artistique. Et curieusement, ils font de très bonne chose. Pour ma fille c’est la danse (section danse étude avec plusieurs heures de danse par semaine), avec un spectacle présenté de bout en bout (danse, video, photos, musique) par les élèves ingénieurs. Et c’est d’un excellent niveau. Il semblerait que cela ne soit pas l’apanage de cette école mais une tendance de fond dans les écoles d’ingénieurs. J’ai eu l’occasion de discuter dans une autre école d’ingénieurs avec un professeur de robotique : la dimension humaine, l’éthique, … est le défi actuel pour les futurs ingénieurs ! Les possibilités de double diplôme au sein des écoles d’ingénieurs se multiplient. Il me semble donc que la réflexion sur l’ingénieur isolé dans sa tour d’ivoire froidement technicienne risque de plus en plus d’être obsolète.

        • Et bien tant mieux si c’est comme cela : c’est peut-être une « nouvelle génération »…

          On saura cela dans 20 ans. Lorsque les élèves ingénieurs d’aujourd’hui concevront les machines de demain !

          Pour l’actualité immédiate : on ne peut pas dire que les personnes actuellement aux manettes fassent preuve de beaucoup d’humanité (et j’inclus la-dedans les « technocrates » comme on les appèle : qu’ils sortent des écoles d’ingénieurs ou de l’ENA, on peut dire qu’ils ont construit un « monde invivable »)

          C’est ce que je me disais lorsque que j’ai essayé de régler des problèmes de cartes SIM pour le portable de ma mère, récemment avec Orange : typiquement la « boite d’ingénieurs »… Je sais, car j’y suis passé. Les techno et les divers cadres, qui ont hérité / construit Orange (Ex Franec télécom), ne doivent pas posséder beaucoup de qualités humaines, collectivement…

          Ils ont contruit « un monde invivable »…

  2. Cette généralisation n’est pas précisément une preuve de tolérance…
    Etre ingénieur peut aider à comprendre que quand on compare les couleurs de raws dans lightroom, on compare les profils d’Adobe et pas la science de la marque photo, qu’un full frame n’est pas la panacée universelle (la vraie photo…) la qualité d’image étant pas si différente (la composition est beaucoup plus importante…) ou qu’avoir une distance d’offset plus faible ne va pas permettre d’améliorer les téléobjectifs…
    On peut être fou de technique aveugle, ou avoir les bases pour comprendre que certaines supériorités du matériel sont absolument mineures ou inexistantes.
    (Commentaire d’Ingénieur)

    • J’ai précisé dans l’article que le sujet du jour, était cette « dérive technoïde »…

      Et j’ai précisé aussi que la « dérive inverse » : « l’anti scientisme », qui se manifeste partout dans la société, est également dramatique… (les anti vaccins, les gens qui croient que la terre est plate, etc…)

      Bien entendu que être « ingénieur » ou tout simplement « rationnel » : doit aider à comprendre les subtilités de la colorimétrie. Et je suis moi-même plutôt adepte de la rationalité… Toutefois, je constate que le « rationalisme extrémiste » empêche aussi de comprendre certaines choses. Je ne fais pas de généralité, mais je le constate chez les collègues et amis : dont la structure intellectuelle est dans certains cas incroyablement rigide…

      Personnellement j’ai passé un Bac C et toujours été passionné de science et de technique. Mais j’essaye de faire en sorte que ma passion poire la technicité et la rationalité, n’oblitère pas le reste de ma personne. Et notamment les qualités humaines (si tant est que j’en possède).

      Dans le domaine de la photo : c’est clairement les techniciens qui font preuve d’intolérance depuis 20 ans (disons). D’ou cet article…

      Mais le reste de mon site laissant (tu l’aura remarqué) une énorme place à la technique : je ne crois pas être intolérant envers la technique (bien au contraire)… Et la liberté des commentaires est également une preuve de tolérance et permet d’enrichir le site avec des points de vue très variés. Merci pour ton commentaire, en passant…

      Je m’autorise toutefois à être assez intolérant, à l’intolérance… (c’est une sorte d’exception à la règle).

      Un peu comme un état Laïque devrait être intolérant à l’affirmation des signes religieux dans certains espaces (administrations et écoles) : de façon à préserver la liberté de culte. De « tous » les cultes, spécialement les cultes minoritaires.

      Actuellement c’est l’intolérance de certains, qui met en péril la « tolérance de tous pour tous ». Et pour la défendre il faut faire preuve d’un peu d’intolérance, malheureusement…

  3. Merci pour très bon article qui replace l’art au cœur de la photo.

    Combien de fois ai-je vu une photo critiquée pour ses « imperfections » techniques sans que le critique ne se pose la question : Ai-je compris la photo ? Et si l’imperfection était un choix et non une erreur ? Quel message renvoie la photo ?

    Il existe beaucoup de photos parfaites avec une bonne composition, de belles couleurs, mais malheureusement, sans âme.

    Cela dit, dans l’histoire de l’art, il y a eu de nombreuses batailles entre les techniciens et les artistes. Internet ne fait que rendre plus visible le débat. Ce n’est donc pas une question des temps actuels. Cependant, il y a également cet environnement actuel malsain qui légitime dans l’esprit commun le fait qu’il est possible de juger l’autre sans savoirs et sans expertises, juste sur la base de son « bon sens » et de la facilité à s’exprimer. Cela me fait penser à un article que tu avais écrit sur l’évolution du métier de photographe. Aujourd’hui, n’importe qui peut se prétendre photographe, cuisinier, journaliste, chauffeur, décorateur, etc. sans avoir appris le métier.
    Une bonne intelligence sans culture donne un résultat assez désastreux… (l’inverse n’est pas génial non plus et n’est peut être pas complètement hors sujet de l’article).

    Les logiciels, les appareils, le traitement, les règles de composition ne sont que des outils, choisis car ils correspondent à sa manière de travailler sans distraire l’esprit de la finalité qui est l’expression de l’image. Il est souvent intéressant de voir les artistes (je ne pense pas aux photographes) utiliser des outils patinés, différents, pas nécessairement dernier cri, simplement parce qu’ils les maîtrisent. Apres, il est vrai aussi qu’il y a des outils qui limitent, même s’ils sont maîtrisés.

    Alors, il est vrai que j’ai pu par le passé réagir négativement à certains de tes articles que je trouvais trop orientés sur un fournisseur d’outils. Ma motivation alors était qu’il faut replacer l’outil pour ce qu’il est : un outil adapté à la main de l’ouvrier et que chaque main est différente. Un autre élément de motivation était que la confiance en soi est quelque chose d’important et que parfois des articles peuvent introduire un doute. Quand on n’est pas très bon (mon cas en photo), il est parfois tentant de se dire que c’est peut être l’outil qui n’est pas adapté à sa main et non sa main qui ne sait pas exploiter l’outil…

  4. Dominique LAURANT le

    Amateur de photo, je suis aussi audiophile. Dans la reproduction sonore, on constate exactement le même phénomène, pour les mêmes raisons, venant des mêmes ingénieurs.

    • Je m’en doute bien !

      On le constate malheureusement dans tous les domaines… Le fait que la technologie soit vitale dans tous les domaines, donne une importance démesurée à un certain type de personnes.

      Imaginez une société dans lequel le pouvoir de ma « magie » serait reconnu : et bien on aurait des voyantes, des « mages » et des « sorciers » à tous les postes décisionnaires… Chez DPreview, ce serait Harry Poter qui donnerait des notes aux appareils photos, à la place des « webmasters » actuels ! Ce ne serait peut-être pas pire ? Qui sait ?

    • Dans la Hifi sévit aussi la crédulité la plus incroyable pour des produits qui sont plus de la conception d’escrocs que d’ingénieurs.
      Un exemple : les câbles secteurs en cuivre pur… et quid des kms de fil avant la prise…
      https://www.thomann.de/fr/vovox_initio_power_180.htm?glp=1&gclid=CJHOm5DV2uICFVTndwodYlMB3w
      D’autres cas sont moins flagrants et demandent plus de bases techniques, et la rationalité est plutôt un avantage.
      Pour moi, le problème vient plutôt de gens de marketing qui font de pseudo-science, à coup de sigles qui ne veulent rien dire, et d’innovations et de technologies bidon. (l’appareil bien meilleur car équipé du TDH-VQR version 3…).
      Si on regarde les amplis hifi, nous avons eu des innovations soi-disant spectaculaires (avec des chiffres formidables)… J’utilise toujours des pré-amplis et amplis ayant 30 ans (J’ai juste un DAC moderne). Les progrès des amplis en 30 ans sont quasiment nuls, l’écoute le confirme .
      (Commentaire d’Ingénieur)

  5. Aïe, je suis plutôt un technicien de la photo. Et je le reconnais, je ne suis pas un excellent photographe même si j’ai réussi quelques photos pas si mal. Mon club photo est une bonne chose dans ce cas, car on est confronté à des tas de personnes de niveaux très différents. Ca permet de voir que certains ont un œil différent, ils sont capable dans les mêmes conditions de faire une photo qui sort largement du lot. C’est au moins l’avantage de se confronter à d’autres photographe. Ca aide à s’améliorer et à comprendre ses manques.

    • Si tu es dans un Club, cela démontre que tu ne fais pas parti de ces « techniciens » qui n’osent pas se confronter à leurs congénères ;-)

      Et cela démontre une certaine « humanité » ! Surtout, si tu prends du temps pour aider les débutants…

  6. Cédric : ne parle pas de ce que tu ne connais pas STP ! On doit être 100% tolérant envers les « avis, opinions et idées des uns et des autres »… Mais lorsqu’il s’agit d’attaques personnelles : là, aucune tolérance n’est possible. Le sujet est clos : merci de ne plus l’aborder.

  7. Papy Boyington le

    Bien écrit tout ça et pertinent. Les têtes brûlées visent au travers un ovf, l expérience prime pour bombarder l intolérance. J apprends en plus que certains veulent nous empêcher de voler en plus, quelle bande de serpillères.
    Que ça plane pour vous, amicalement

    Papy

  8. Débat intéressant, car il montre ne nouvelle fois que, depuis que la profession de photographe n’est plus « protégée » par la complexité technologique ou le coût du matériel (et que produire des photos techniquement acceptables est devenu un jeu d’enfant), les « vrais » photographes se cherchent d’autres (bonnes) raisons pour se définir, se différencier, se légitimer :
    – « j’ai connu l’arrivée du numérique, moi (que j’avais prédis 15 ans avant, d’ailleurs) »,
    – « HCB était mon voisin de palier, j’ai même bu une bière dans son salon. Ca m’a bcp influencé artistiquement »,
    – « Je sais reconnaître une vraie bonne photo artistique d’une bouse infâme postée sur Instagram »,
    – « j’ai shooté Stanley le jour où il a retrouvé Livingstone – mais j’ai perdu les peloches pendant le D Day »,
    – « je n’ai pas vendu mon âme aux Microstocks, moi môssieur »,
    – « Je ne shoote qu’en argentique/qu’en format carré/qu’en RAW/qu’en plein format/qu’avec un Leica/Kodak/Instamatic… »,
    – « j’ai photographié la planète entière quand elle était encore vierge de tout ces touristes en short à poches »…
    – etc.

  9. Dommage que l’utilisation du terme « Ingénieur » soit ici employé, en résumé, pour désigner ces personnes technophiles intolérantes… en tant qu’ingénieur (c’est ma formation et ma profession) ça fait un peu mal. Je retrouve ici la même utilisation de ce terme facilement fourre-tout, un mot valise que finalement peu de gens sont capables de définir. Dommage car le fond est intéressant et souvent juste.
    Et j’avoue être plutôt à l’aise avec la technique photographique et être souvent amené à expliquer comment fonctionne tel ou tel appareil, telle optique, telle fonction. Donc d’autant plus du côté Ingénieur. Alors ça fait re-mal…

    Et sinon je pense qu’on a le droit d’être à la fois un ingénieur moins bon que ce cher Léonard tout en étant un artiste moins bon que lui également… et que ces êtres là ne sont pas si rares que tu le dis, Jean-François. Ils sont peut-être juste un peu plus discret et un peu moins présent dans ces trolls stérils.

    • Ne le prenez pas personnellement ;-)

      ET bravo pour vos photos de montagne (je suis Savoyard, donc j’aime les photos de montagne)…

      J’ai plein d’amis ingénieurs qui sont « ouverts », humains, généreux et qui ont même une fibre artistique, en plus de leurs espoirs cartésien.

      Remplacez « ingénieur » par un autre terme (si vous en trouvez un qui convienne) et qui serait synonyme de : « esprit exclusivement rationnel manquant un peu d’imagination, de sens artistique et d’un peu de souplesse y compris dans son rapport aux autres ».

      C’est ce que j’ai voulu exprimer. Je n’avais d’autre terme que ingénieur sous la main (dans l’acception caricaturale du terme)… C’est tombé sur vous ! Pas de bol… Mais c’est la règle : toutes les professions méritent d’être caricaturées et cela arrive bien plus souvent aux photographes (ma-tu-vus, ridicules, exubérants, machos ou prétentieux) qu’aux ingénieurs ! Donc je suis très à l’aise avec ça.

      Ingénieur ici : c’est un peu le symétrique / opposé de « l’artiste » (dans le sens « branleur ») : lorsque parfois on veut se moquer de quelqu’un de : peu rigoureux, fantasque, imprévisible, sous-payé, qui produit des choses qu’il est le seul à comprendre… et ne fait pas un « vrai travail » !

      Je n’ai rien (évidement) contre les ingénieurs, ni contre les artistes : mais tous deux véhiculent des stéréotypes, pas toujours faux… La caricature set bien pratique : nous avons tous besoins de « caricatures », pour nous « auto-diagnostiquer ». On se reconnait parfois dans les caricature que font les autres, ça nous interroge, on se dit à sois-même : « non, je suis pas comme ça au moins ? »

      Tant que l’on en s’en prend pas à des personnes particulières nommément, j’espère que l’on aura encore le droit pendant quelques années, de se moquer et de caricaturer n’importe quelle profession, ou type de personnes… par exemple les militants végans, les chauffeurs de taxi (ou de Uber), les ingénieurs, les artistes, les photographes de mode (ou les amateurs de HDR), les participants des émissions de télé-réalité, etc…. toutes sorte de personnes en fat !

      Du moins tant que l’on ne tombe pas dans le racisme, le sexisme, l’homophobie, l’handicapo-phobie, etc… : sans quoi mon dieux, que la vie serait triste ;-)

      • Moi je suis plutôt d’accord avec cette caricature !
        et je suis ingénieur…. de formation.
        Il y a dans cette « classe » voire caste de travailleurs un ensemble de personnes qui croient tout savoir sur tout et qui vous passent leur temps à vouloir écraser les autres. Il faut être indulgent, ils ont fait les « grandes écoles » . Forcément, quand on commence comme ça dans la vie, comment ne pas avoir le ciboulot qui grossit ?
        Un autre ingénieur m’a récemment expliqué que tant qu’on n’utilisait pas d’appareil plein format, on ne faisait pas de photo… Point barre. Sans autre forme de procès. Que je pouvais peut-être à la rigueur faire de la photo avec un smartphone, ça me suffirait….
        Que dire ? rien. Tu veux demander des conseils sur quel appareil acheter et on te sort ça. splendide.
        La technologie avant tout disiez-vous ?
        Bref, il faut savoir accepter la caricature ou la critique lorsqu’elle fait mouche et quand cela touche aussi à son environnement… Et quand ça pique, ouille ! c’est sûrement qu’on touche un point sensible.
        J’ai aimé le début de la vidéo « la communauté photographique sur internet est toxique ». Effectivement, on peut l’appliquer à tous les forums. les « communautés » ne sont que de jolis mirages et l’avènement d’internet et des forums ont montré une chose : que ces communautés étaient bien hétérogènes et bien peu soudées. Et effectivement le monsieur scientifique est souvent assez rigolo. Sur un forum de trompette américain, je vois des sujets où des scientifiques (qu’ils se disent) ou ingénieurs (qu’ils se disent aussi) veulent expliquer par A+B le fonctionnements de l’instrument… Et attention, ils ne s’arrêtent jamais n’hésitant pas à se tourner en ridicule tout en persistant dans leur bêtise. A un certain point, il faut nommer les choses. Les ingénieurs ne font pas exception : la bêtise y est présente, et il est bien légitime de s’en moquer ;)
        Pour la photo, j’imagine que c’est pareil. On fait de belles photos, et celui qui fait de la photo depuis quelques années ou le musicien qui joue depuis quelques années peut se faire écraser pour un vulgaire argument technologique, technique….
        Bien à vous!
        Merci pour votre blog qui ne manque pas de caractère.

  10. Il y a des choses avec lesquelles je suis d’accord, et d’autres moins.

    Je ne pense pas que la société soit plus intolérante aujourd’hui qu’elle ne le fut il y a dix ou vingt ans ; à ces époques aussi il y avait des avis qu’il n’était clairement pas tolérables d’exprimer (certaines idéologies racistes ont bien plus de place aujourd’hui qu’elles n’en avaient il y a vingt ans, paradoxalement (et les mouvements racistes sont plutôt en train de monter aujourd’hui, dix ans après la crise de 2008 ; il y a quinze ans, on invitait pas le FN sur les plateaux-TV, ou alors face à quelques experts assez compétents pour démonter systématiquement les propos tenus, là où aujourd’hui c’est tapis rouge et langue de bois) ; les dénonciations de harcèlement/agressions sexuelles/viols étaient considérablement plus muselées il y a vingt ans aussi).
    Par contre, il est clair que les personnes touchées par une forme d’autocensure ne sont plus les mêmes qu’il y a vingt ans, et pour elles le changement est plus brutal. Comprendre : les mecs blancs et hétéros n’ont clairement plus les passe-droits qu’ils purent avoir. Je ne dis pas que c’est bien ou mal (l’Histoire jugera, et il est encore tôt pour peser le pour et le contre avec recul), mais c’est un fait : la liberté de parole des uns s’est toujours obtenue au détriment des autres, et on assiste juste à un changement d’équilibre.

    Mais parlons plutôt photo, le blabla social étant intéressant, mais les opinions politiques étant toujours un sujet délicat, ça n’a pas forcément bien sa place ici.

    On est d’accord que la photo uniquement sous l’angle technique est particulièrement chiante. J’ai débuté par ce travers-là, même si j’ai pas mal évolué depuis, sous l’impulsion d’amis photographes beaucoup plus « artistiques » dans leur approche (et considérablement meilleurs que moi). (Bon, ceci dit je leur ai aussi appris à être plus pointilleux sur la mise au point, et leurs photos se sont améliorées dans la foulée.)

    Pour l’intransigeance, je ne sais pas si c’est tant que ça pire aujourd’hui qu’il y a dix ans. Regarde les fora d’il y a dix ans, avec les luttes entre canonistes et nikonistes (alors qu’aujourd’hui je crois que tout le monde ou presque a de l’estime pour tous les constructeurs, chacun ayant ses avantages et ses faiblesses). Ou les Leicaistes qui ont la science infuse et qui font de la vraie photo TM. Etc.

    Par contre, je suis assez d’accord avec toi sur le danger que constitue une partie du monde scientifique très perméable à l’autoritarisme. On retrouve dans le mouvement zététique et rationnaliste de belles ordures avec des modes de pensée qui rappellent tristement le début du XXe siècle (avec des eugénistes revendiqués, des masculinistes purs sous couvert de pseudo-biologie, etc). Bon, on est bien loin des guéguerres en matos photo, clairement, mais ça donne la couleur quant à ce que le milieu scientifique et technique peut faire de pire.

    • Le temps des saignées ou des bûchers me manquent ^^.
      Les enfants du démon qui faisaient des crises d’épilepsie.
      L’obscurantisme, il n’y a que ça de vrai ^^

  11. Ingénieur de formation, le terme est fourre-tout pour la plupart des personnes, c’est comme dire que mon métier, c’est Chef de Projet….^^

    Un ingénieur apprend à savoir apprendre et à s’adapter. 80 % des choses que j’ai apprises sont devenues obsolètes.

    Après, c’est comme partout, il y a des gens ouverts d’esprits (j’ai fait histoire de l’art au lycée) et des gens obtus qui n’acceptent pas un avis contraire et qui ne sont ni constructifs ni tolérants.

    Je remplacerai le terme plutôt par « l’étudiant informaticien », si on cherche une comparaison ^^, mais technophile est plus objectif.

    Pourquoi ? Nombreux étudiants en informatique se faisaient la guerre avec la machine qui aurait un processeur avec la fréquence d’horloge la plus élevée ou qui se moquaient des gens qui ne savaient pas qu’est ce qu’une carte mère ni comment démonter un ordinateur.
    Un programme informatique, ça marche ou pas. C’est binaire. Je grossis le trait. Mais finalement n’avait pas suffisamment de recul, d’expérience pratique pour avoir une vision juste ^^

    Après, qu’est ce qu’un photographe ?
    Quelqu’un qui fait une photo ou qui passe plus de temps derrière son ordinateur à retoucher ?

  12. olivier z6 machin etc le

    Bravo pour cet article! Superbement rédigé et plein de sensibilité :)

    A lire l’article et les commentaires, c’est comme s’il s’agissait d’un mea culpa géant ou d’une question de philosophie pour le bac :
    Je suis content de ne pas lire que telle marque géniale d’appareil photo ou tel logiciel est tellement mieux que tout le reste, alors que tout le reste répond à tellement d’autres demandes ou besoins que ne peut y répondre les premiers et qui leur donne toute légitimité pour ne serait ce qu’exister.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.