web analytics

Canon EOS R à l’épreuve des sommets au Pakistan

56
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Je laisse la parole aujourd’hui à Laurent. Boiveau qui a la particularité d’être Guide de Montagne et qui nous parle de son expérience récente au Pakistan, avec le Canon EOS R…

Laurent est aussi un de nos très anciens lecteurs, avec qui j’avais échangé il y a pas mal de temps à propos du Micro 4/3, un format qui l’intéressait pour des questions de place. et de poids. Vous pouvez découvrir son Trek au Népal dans son livre : « Népal – Histoire d’un trek » Editions Clémentines. On attend vos questions et commentaires…

 

« Pour mes voyages (guide-photographe) en régions lointaines et pas toujours faciles d’accès, j’ai besoin d’un matériel robuste et léger. Du moins le plus léger possible. Tout n’est donc que compromis. Lorsque je dois porter tout mon matériel de montagne, plus celui lié à la photographie, il arrive le moment où je ne peux pus lever mon sac. Je vieillis, certes, mais c’est une réalité que je ne pas passer sous silence.

Lors de ma traversée du Népal (solo à deux ;-), j’avais privilégié un 4/3 (pour être exact 2) pour avoir la meilleure relation qualité poids. J’avais tout de même 25 kg sur le dos avec vingt-cinq cols à 5000 m. Et trois à 6000 m. : à 47 ans je trouvais cela bien assez lourd.

 


Mais je voulais revenir au plein format. Je m’étais habitué au viseur électronique, même un tout petit viseur. Je m’étais habitué à prendre des photos sur l’écran avec mes gros doigts. Après un temps d’adaptation, j’avais terminé par retrouver mes réflexes. Alors quand est sorti l’EOS R, je me suis dit que c’était peut-être une solution, peut-être pas LA solution, mais une tout à fait acceptable.

Donc, ce printemps, direction une région perdue du Pakistan  : l’Hindu Kush. Il était prévu d’explorer un vaste enchainement de glaciers qui n’a jamais été relié, pour rejoindre un monumental bassin glaciaire, celui du Chiantar. Fermé depuis 1967…

 

Le Full frame prenait toute sa valeur à mes yeux, mais pour une raison de poids, je me suis limité au standard, c’est à pire le pack avec le 24-105. J’ai assez de définitions pour couper un peu et resserrer l’image si j’ai besoin de faire un gros plan sur un sommet. Et puis il fallait bien partir avec quelque chose.

Les conditions ont été parfois sévères, -15°C la nuit dans la tente, 1m de neige fraîche dans les premiers jours, plusieurs passages à + de 5000 m.

Et bien le matériel n’a pas bronché, les batteries ont tenu le coup même sans protection excessive.

 


Viseur – Je dois l’avouer, on s’habitue à tout. Autant ceux essayés avant n’étaient pas très lumineux, autant ce dernier est amplement suffisant. Avoir l’histogramme, avec les réserves habituelles, est devenu un plus. Par contre, avoir le niveau en même temps est un peu encombrant. Je n’ai pas trouvé où le supprimer tout en gardant l’histogramme…

L’œil a bien assez de place pour parfaire son cadrage malgré toutes les infos présentes.

 


Utilisation – J’ai passé de nombreuses années sur Canon, mes doigts ont retrouvé instinctivement les boutons, comme s’ils n’avaient quasiment pas bougé depuis mon dernier EOS 5D. Tout est là.

J’ai réglé la bague à l’avant de l’objectif pour effectuer des corrections d’exposition, c’est très pratique. En effet, j’ai dû travailler bien souvent avec des gants, et cette bague est plus simple à utiliser que tout le reste, où j’ai tendance à appuyer sur plusieurs touches en même temps…

Par contre pour la barrette tactile à droite du viseur, là je n’ai pas encore trouvé d’attribution pertinente à lui attribuer. A suivre.

 

Les menus sont simples et s’enchaînent naturellement, rien à y redire. Je n’utilise pas la vidéo, je n’ai donc pas fouillé ce domaine en profondeur.

J’aurais préféré que le zoom soit dans l’autre sens. Pour moi, tourner le pouce vers l’intérieur est plus rapide et demande moins d’efforts que vers l’extérieur. Or lorsque l’on zoome, c’est souvent pour une prise de vue rapide. Alors que lorsque l’on veut revenir au grand-angle rien ne presse…cela reste un avis personnel.

Au niveau de l’œilleton, dans les conditions dans lesquelles j’étais, il y a une grosse rentrée de lumière, il n’est pas assez prononcé. Mais il redevient très confortable dans des conditions d’utilisation plus habituelles…

 

Un petit plus, pour moi, lorsque l’on bascule tout en Mise au point Manuel (cf. panorama) : la mise au point est rehaussée par une surbrillance rouge ce qui permet d’avoir un contrôle rapide sur cette dernière.

Pas encore de zoom à f/2,8 : et alors ? Ce n’est tout de même pas l’ouverture que j’utilise le plus souvent. Et très franchement, en voyage, avant de faire un portrait, je passe beaucoup de temps à discuter avec la personne avant de déclencher. Ce qui permet de réaliser le portrait que l’on souhaite, sans lui sauter dessus, même à f/2,8.

Je regrette de ne pas avoir regardé la fonction de compression en Raw, cela doit être bien utile pour gagner un peu de place sur les DD, au prochain voyage, juillet, à nouveau au Pakistan…

La gestion par Lightroom ne pose aucun problème, c’est toujours ça de pris !

 

Dans l’absolu, il faudrait que je lui adjoigne un objectif qui couvre le 200 mm. Mais à nouveau, je vais me retrouver dans une situation de poids excessif, comme quoi tout n’est que compromis (ndlr : pas forcément  Laurent. regarde du côté du zoom 24-240 mm à venir : Quels objectifs recommander pour les Canon EOS R et Canon EOS RP ? Je tiendrais à jour également : ce tableau des objectifs et de leurs prix : 2 – Combien coute un équipement Full Frame pour chaque marque ?)

En attendant, il va repartir pour un voyage au Pakistan. Cinq voyages au Népal et une traversée de la Nouvelle-Zélande, qui elle devrait durer 4 à 5 mois… Le terrain, en grand. »


Laurent Boiveau – Tekenessi.fr.

 

 

 


Pour les photos réalisées avec l’EOS R, vous pouvez les retrouver sur les articles suivants :

http://www.tekenessi.fr/news.php?id=820&pass=r4ml45

http://www.tekenessi.fr/news.php?id=816&pass=r4ml45

http://www.tekenessi.fr/news.php?id=814&pass=r4ml45

La galerie photo est ici : http://www.tekenessi.fr/galerie.php?id=302

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

56 commentaires

  1. Beau sujet et bien sûr très belles photos …
    J’aurai pensé que les batteries du R en mode « congelés » auraient été un peu rétive et trop limité en autonomie pour le R … ce sont celles des 5D et autres, mais en mode Mirrorless, la consommation n’est pas vraiment la même.
    Canon prévoit sous peu des zooms plus étendus et normalmeent compact en monture RF comme le 24-240mm.
    => http://photoetmac.com/wp-content/uploads/2019/02/canon-rf-24-240-mm.jpg
    J’imagine que le RP avec ce 24-240 en mode full frame peut être une solution si l’autonomie des batteries RP est suffisante. Un bon capteur FF de 6DII dans un boitier plus compact que le EOS R, ça doit s’étudier.

    Bravo pour ce retour très instructif et avec de très belles photos !!!

    • Les batteries étaient juste dans un sac dans ce qui ma sert d’oreiller et non dans mon duvet…
      Oui, cet objectif pourrait convenir, mais f/6,3 au 200mm, faut voir…

  2. Bravo à Laurent !
    Les photos sont très restitutives d’une atmosphère inconnue chez nous.
    Comme dit JF, un billet d’avion, une bonne santé physique, du talent, un matos « basique » (mais encore cher) suffisent à déclencher avec réussite !
    Super reportage !

  3. Je partage pleinement l’avis personnel sur le sens de rotation de la bague focale du zoom.
    Belles images et dans quelles conditions ! Comme quoi le matériel n’est qu’une garniture au talent …

  4. Bonjour

    Merci à tous pour vos commentaires.
    Je vous souhaite de bonnes photos, peu importe le matériel.
    Mais cet EOS R, première version, n’est pas si mal…
    A voir les prochaines.

    Laurent

  5. Pour le rendu FF , on n’est qu’a F4 il ne faut pas exagérer non plus. Un 45 1.8 M43 fera aussi bien sur une des seules photos de la série qui le justifie.
    Et en m43 un 12:100 F4 ne pèse que 560g et pas 700g comme le 24/105 et couvre jusqu’à un équivalent 200mm.

    Par contre ce serait intéressant d’en savoir plus sur la qualité d’image vs m43.

    • Oui, mais c’est f/4 sur un zoom à ouverture constante…

      Ce qui nécessiterait (pour trouver un équivalent à l’extraordinaire RF 24-105 mm f/4), disons un zoom f/2 à ouverture constante sur le Micro 4/3 (ce qui n’existe pas)…

      Ou l’utilisation de plusieurs objectifs fixes à f/2… Imaginez d’emporter les objectifs suivants en haute montagne (et d’en changer régulièrement, bien évidement rapidement en pleine action, debout sur vos skis dans la montagne : je suis moi-même passé par là, l’utilisation d’un zoom est un grand confort tout de même)… Donc il faudrait (par exemple) :

      un 12 mm f/2 : par exemple l’Olympus qui est super à 570 €. Mais c’est déjà la moitié du budget du RF 24-105 mm f/4 – https://amzn.to/2ZvPfZA

      un 24 mm f/2 : par exemple l’Olympus 25 mm f/1.8 qui coute 349 € : https://amzn.to/2XkSFkq

      un 40 mm f/2 : par exemple celui-ci à : 233 € https://amzn.to/2ZweIC1

      un 52 mm f/2 : etc…

      Au final le cout cumulé des objectifs fixes à f/1.8 ou f/2 dépassera celui du zoom RF 24-105 mm f/4. On aura dans certains cas une ouverture égale (ou même supérieure dans les cas des f/1.4 ou f/1.8), mais on perdra en rapidité d’action et même en encombrement au final dans le sac (en cumulant le poids et le volume de rangement de plusieurs objectifs qui doivent être séparés par des poches ou des cloisons dans le sac).

      je ne dis pas que ce n’est pas bien : c’est différent… Cela conviendra à certains photographes exigeants. mais pas à d’autres.

      Et tout ça pour se retrouver à 20 Pixels à le fin dans le cas du M4/3… Contre 30 Mpix pour l’EOS R.

      Bref : il faut bien peser le pour et le contre.

      Ajoutez à cela que grâce au format compressé C-RAW : au final l’encombrement des RAW du Canon EOS R ne sera pas vraiment supérieur…

      Et ensuite si l’on veut de la très grande ouverture : le micro 4/3 ne rivalise pas. Un EF 50 mm f/1.8 ne coute que 110 € ! C’est la grande ouverture « pour tous » https://amzn.to/2ZsTRzw

      Alors qu’il faut dépenser 1000 € pour un Olympus 25 mm f/1.2 : https://amzn.to/2KUvNBC

      Moi j’ai beaucoup aimé le Micro 4/3 à une époque, mais avec les hybrides Full Frame, de plus en plus légers, sans parles des hybrides APS-C : je crois que c’est foutu pour le Micro 4/3 !

    • « un 12-100 mm f/4 ne pèse que 560g… et pas 700g comme le RF 24-105 mm f/4″…

      Oui, mais cela n’a rien à voir. Car en M4/3, cet 12-120 mm f/4, n’est en fait qu’un modeste 24-200 mm f/8… Et donc : cela n’a rien à voir avec un 24-105 mm f/4 Full Frame.

      Je ne dis pas que ce n’est pas intéressant aussi. C’est un objectif intéressant. Mais c’est très différent. On ne peut pas comparer des cartes et des lapins !

      • tu raisonnes systématiquement comme si en photo LE SEUL CRITERE est la profondeur de champs mini d’un objectif.

        Il serait bon de comparer la qualité du futur 24-240 canon avec ce 12-100.

        Tu devrais quand même rester dans ton sujet de départ un photographe qui partait en montagne avec du m43 pour partir léger passe au FF. J’ai proposer de comparer au 12-100F4 car l’auteur souhaiter ajouter la plage 100-200 a son prochain voyage. Mais restons sur la focale équivalente , un 12-40F2.8 m43 ne pèse que 380g. Et oui ne comparons pas des cartes et des lapins, l’objectif est 2 fois plus lourd et 2 fois plus gros, c’est assez facile n’être meilleur !

        Il n’y a que toi qui considère qu’en m43 les gens aimeraient avoir un 12-40f2 pour compenser l’immense préjudice de perte de profondeur de champ perdu face au 24-70f4 FF. En gros un 12-40F2.8 M43 c’est plus léger qu’un 24-70F4 et on perd un stop de profondeur de champs MAIS c’est moins lourd, chacun place les curseurs ou il veut.

        On attend de la comparaison qu’a-t-on gagné (30Mpix ou lieu de 20 en m43), sur combien de photo c’est utile une plus grande profondeur de champs (2 portraits sur 16 photos)
        Qu’a-t-on perdu (+ lourd ? ou pas peut-être en m43 il emportait plus d’objectif)

        • Non, non, je sais bien que tout le monde n’a pas besoin d’une grande ouverture et ne recherche pas « systématiquement » ce rendu caractéristique des grand capteurs avec l’arrière plan flou… Mais beaucoup de gens aiment ça : disons 80% des photographes (ce qui ne veut pas dire qu’ils font du bokeh 100% du temps).

          Le problème est que si l’on raisonne comme ça en se disant que le bokeh n’a pas tant d’intérêt : alors pourquoi pas un smartphone tout simplement ? Ou même un compact à capteur 1 pouce ?

          Et c’est bien ce qui se passe : les gens qui avaient choisi un Micro 4/3 (pour le poids réduit) il y a quelques années, ont tendance maintenant à ne pas en racheter un successeur plus récent, car ils préfèrent s’acheter un excellent smartphone…

          Moi-même j’avais un Pansonic GM1 avec trois objectifs, qui j’utilisais pour toutes ces petites photos (sans importance mais qui font des souvenirs) que l’on fait lorsque l’on a pas le reflex sous la main. J’ai revendu tout ça : pour acheter un iPhone XS (avec double objectif) à la place… Et je ne ressens plus trop le manque de mon mini Panasonic que j’adorais. Le problème est qu’il n’y a plus assez de différence entre le rendu d’un smartphone récent et celui d’un Micro 4/3, pour « vraiment » justifier de posséder un Micro 4/3…

          Alors que les gens qui ont acheté un Full Frame, pour profiter de la qualité d’image et du « rendu inimitable » du grand capteur : pour le moment, ils ne le remplacent pas par un smartphone. Car un simple 50 mm f/1.8 à 120 € donne déjà des effets « bokeh » de folie !

          L’avantage du Full Frame est que la plupart du temps : on aime bien avoir ce rendu, y compris avec un 24-105 mm f/4 de base… Car f/4 sur un Full Frame, c’est déjà très sympa…

          Bref : je ne dis pas que le Micro 4/3 est sans intérêt.

          Mais que beaucoup de gens n’y voient plus autant d’intérêt qu’avant…

          Plus assez disons…

          • Ce 50mmf1.8, il n’est pas très bon à f1.8.
            Pour moi, le Canon 50mmf1.8 est un bon 50mmf2.8 avec option 1.8 au cas où.
            Je me trompe ?

            • Ce EF 50 mm f/1.8 STM qui ne coute que 110 € : est bien assez bon pour faire les photos que j’ai besoin de faire !

              Franchement j’en ai un : et sur 30 Mpix, c’est juste parfait…
              Je considère personnellement qu’il n’y a aucune raison de dépenser plus… en dehors de la volonté (si l’on aime) d’obtenir une ouverture plus grande : de f/1.4, ou de f/1.2 (là oui : ça fait la différence)

              Bon, chacun fait comme il veut hein ;-)

          • L’expression « comparer des cartes et des lapins » n’existe pas. On parle du « mariage de la carpe et du lapin » (mariage impossible ou voué à l’échec) ; mais on peut utiliser l’expression « comparer des choux et des carottes »

          • pour un premier achat effectivement le choix d’un m43 est très discutable, mais quand on est déjà équipé. ça reste beaucoup mieux qu’un smartphone surtout en longue focale.

            Et aujourd’hui sur un compromis léger mais superlatif en qualité, l’offre n’est pas là en objectif FF. Car pour motiver un utilisateur de M43 il faut faire un bon en qualité important, sinon pourquoi changer.
            Comment et quel poids en FF tu couvre la plage 24-200 ? (Seul critère : qualité et poids)

            En gros pour des gens comme moi qui veulent mieux que le smartphone mais pas aussi lourd que le FF en acceptant le compromis, il n’y a que le m43. Mais c’est sur le marché est étroit et pas forcément rentable. Mais tant que ça existe …..

      • Olivier machin le

        Le seul vrai point limitatif du M43 c’est sa profondeur de champ . Je ne prétends pas être ingénieur opticien, mais un zoom 24 200 F4 à ouverture constante Fullframe avec une finition et à qualité optique équivalente à l’ Olympus 12 100 F4 pour 560 grs aurait très probablement une ouverture F8. Pour cette photo-ci prise à 100mm avec un zoom standard en FF 24 (70-105) Je devais cropper pas possibilité de s’approcher plus. (Le bruit ne provient pas de mon appareil M43 il est ajouté pour obtenir un rendu argentique).

        • Olivier olivier le

          Tout ça pour dire que je n’aurais pas obtenu cette photo (12 100 Olympus ) avec le range rikiki d’un zoom standard FF à ouverture constante F4 ni cette profondeur de champ étendu à ouverture équivalente. Bon, je n’ai pas la prétention d’avoir pris la photo du siècle c’est juste pour appuyer mon propos. Je suis fan de Ansel Adams et Vivian Maier et , mais suis trop timide pour faire des portraits de gens que je ne connais pas …

          • Bonjour Olivier

            Pour les portraits, être proche des personnes, prendre le temps de discuter avec puis demander.
            Ne jamais forcer, et en restant un moment, en général c’est toujours bon.
            Le maître mot est le contact avec toute chose.
            Pas de photos volées au télé…du moins c’est ma façon de faire.
            Laurent

    • Le rendu FF n’est pas lié à l’ouverture de l’objectif, mais à la taille du Capteur et de la gestion de la lumière sur la texture, le rendu, ce qu’on appelle le velouté.
      Le m43 peut avoir le même rendu, mais avec des conditions plus restrictives par rapport à la lumière.

      En studio avec un système de flashs déportés, un m43 et un FF, c’est kif-kif. Difficile de voir la différence.

      • Oui, enfin, sauf lorsque l’on désire utiliser une très grande ouverture, qui n’existe tout simplement pas en Micro 4/3…

        Par exemple j’utilise très souvent mon Sigma Art 24 mm f/1.4 : une combinaison focale / ouverture, n’existe tout simplement pas en Micro 4/3 (il n’existe aucun 12 mm f/0,7 que je sache ?).

        Et vraiment : j’adore faire du reportage au 24 mm à f/1.4 : cela donne un « effet 3D » à l’image, qui n’existe tout simplement pas en Micro 4/3… Et il n’y a aucun moyen de l’obtenir au 24 mm en Micro 4/3.

        Et cela n’est pas un cas particulier, c’est un cas assez représentatif et assez courant.

  6. tres belles photos. je suis un peu surpris de voir une jeune femme avec des yeux bleus et la peau si claire dans ce coin du monde mais la génétique est quelquefois surprenant!

  7. Bravo Laurent pour ces photos. Je te suis depuis un bon moment, ça fait rêver tout ça ;-)
    Grand fan des contrées arctique et de l’asie centrale (pamir, karakorum…), des treks engagés et raids à skis, je pense que l’on apprécie d’autant plus les images lorsque l’on réalise l’éloignement de ces lieux, et parfois la difficulté de faire des images dans des conditions ‘nature’ comme on aime !

    • Merci Guillaume ;-)

      Oui, je dois souvent trimballer pas mal de trucs sur des itinéraires vraiment très compliqués.
      Mais bon, c’est aussi là que réside tout le plaisir…

  8. Ces photos sont superbes mais j’aurais deux remarques / questions :

    – La photo de la « vieille » dame : sa peau a une texture vraiment impressionnante. Quand je pense que je baisse le microcontraste sur les photos de ma « vieille » mère de 60 ans …. Cette photo est vraiment très loin des standards d’internet !

    – Photo de la tente avec l’arrière plan filé : je pense que les trainées à l’arrière sont un effet d’une pose longue avec des chutes de neige assez importantes MAIS pourquoi le premier plan est-il aussi propre sans aucun flocon ?

    – Ma préférée est celle des 3 tentes avec les oppositions entre les teintes chaudes et les teintes froides. On a presque l’impression qu’il fait bon chaud sous les toiles.

    Bonne continuation pour le prochain voyage.

    • Bonjour

      J’avoue ne pas suivre les standards d’internet, j’ai toujours fait les images que j’aimais. Bien évidemment, j’évolue comme tout le monde.

      Pour les flocons, oui, pause longue, et le devant est éclairé avec une frontale très puissante.

      Exact, bon chaud tant que le réchaud tourne…puis retour dans la nuit aux -15°C habituels…

      Prochain voyage : retour au Pakistan, puis 4 voyages au Népal ;-)

  9. Bonjour,

    Merci pour ces belles photos!

    ça y est j’ai craqué! EOS R + 24-105 + 35 f1.8

    Premières impressions très bonnes! Je pars pour le Nord cet été et je me demande ce que je vais prendre avec moi…
    En principe:

    EOS R + 24-105
    35 f1.8
    80D + 70-300

    Qu’en pensez-vous?

  10. Laurent, superbes photos, et je viens d’acheter ton livre sur le Népal (où je retourne en novembre pour la 4e fois).
    Une question toute bête… Tu te trimballes un trépied ?

    • Bonjour Bernard

      Quand je suis en autonomie, non, trop lourd.
      Je ne peux pas me permettre.
      Par contre, si quelqu’un connait un trépied de voyage dans les 500gr, je suis preneur.
      On est bien d’accord que c’est un trépied pour sauver les meubles…

      Tu me diras s’il te convient.
      Toutes les image viennent du même voyage.

      Bonne lecture.

  11. Merci Laurent. Oh oui que le livre me convient… je le lis de la première à la dernière page. Je ne pourrais pas faire tout ça (je me contente de treks de 2-3 semaines), mais ça fait envie. Et les photos sont superbes. Je déguste…

    Sinon en trépied, parfois je prends un Cullman Nanomax, le plus léger de la gamme, avec une tête Cullman ou bien RRS BH-25. A peu près 700g quand même, et pas d’une stabilité à toute épreuve ni très haut, mais pas mal. Mais la plupart du temps je trouve que c’est trop lourd en rando.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.