web analytics

La stabilisation du capteur (IBIS) re-confirmée par Canon

17
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Lors d’une Interview accordée à Amateur Photographer un responsable de Canon au Japon, aurait (à nouveau) confirmé l’arrivé future de la stabilisation du capteur, intégrée à des futurs boîtiers (IBIS aka In Body Stabilisation).

Comme espéré, une éventuelle stabilisation du boîtier fonctionnerait en combinaison avec la stabilisation des objectifs, pour de meilleurs résultats. Le responsable de Canon aurait déclaré :

« We believe IBIS will work together hand in hand with optical IS lenses, such as the ones you see in front of you, to offer better features. »

L’arrivée de la stabilisation dans les boîtiers avait déjà été évoquée lors d’une conférence, il y a plusieurs semaines… Par ailleurs l’existence de plusieurs nouvelles optiques professionnelles non stabilisées en gamme RF, ne peut s’expliquer que par l’arrivée d’un futur boitier pro disposant de la stabilisation embarquée.

Rappelons, que (théoriquement du moins) : l’avantage de la stabilisation dans les objectifs : est que chaque objectif peut bénéficier d’une stabilisation spécialement optimisée pour la focale et pour les caractéristiques précises de cet objectif. Et comme il existe des objectifs extrêmement différents les uns des autres, cela a du sens… Comment imaginer que l’on puisse stabiliser un 35 mm et un 400 mm, avec exactement le même dispositif ?

En effet, un système de stabilisation uniquement intégré dans le boitier doit rester capable de répondre aux besoins de toutes les focales (de la plus courte à la plus longue)… Et l’on peut peut supposer qu’une stabilisation « totalement polyvalente », ne peut être aussi performante pour une focale donnée (notamment les longues focales), que ne les sont des systèmes très différents, très spécialisés et tous spécifiquement conçus, pour les besoins de chaque objectif.

On peut enfin supposer qu’une double stabilisation (capteur + objectif) devrait permettre de combiner les avantages des deux systèmes… Peut-être verra-t-on cela apparaitre dans un futur Canon EOS R Pro ? Affaire à suivre…

On se souvient encore de cet interview d’un responsable de Panasonic en 2016, qui expliquait lui aussi que la Stabilisation dans l’objectif était supérieure… à la stabilisation du capteur.  A noter qu’il existe déjà des brevets de stabilisation du capteur, déposés par Canon : JP-A-2018-165756.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

17 commentaires

  1. Sur un reflex (visée optique donc), la stabilisation via l’objectif apporte un confort indéniable lors de la visée.
    Je me souviens de mon vieux Pentax K200D qui avait un capteur stabilisé, c’était vraiment la galère avec les longues focales. Pas facile de travailler à main levée…

    Sur les hybrides, c’est différents puisque c’est le capteur qui renvoie l’image de la visée et pour moi on peut se passer de stabilisation optique. Il suffit de voir ce que les concurrents proposent et ça semble très bien fonctionner.
    Le coût des optiques stabilisées est plus élevé. Donc avoir un capteur stabilisé et des optiques qui ne le sont pas, peuvent éventuellement revenir moins cher… Cela dit, ça reste à prouver.

    • Pour l’histoire du coût c’est purement théorique. Car je n’ai jamais constaté une moins-value dans les optiques des systèmes à capteur stabilisé. Vous avez eu du Pentax et moi du Sony A et les optiques de fabricant tiers (dépourvue de la fonction stabilisation) n’étaient jamais moins chères que les version pour Canikon (au contraire d’ailleurs). J’avais pesté une fois là dessus et on m’avait expliqué que les lentilles destinés à la stabilisation optiques étaient quand même présentes mais fixes. Les optiques Pentax et Sony n’étaient pas non plus moins onéreuse que celles de leurs concurrents.
      Dans le cas des hybrides équipés de capteurs stabilisés il suffit de voir les tarifs pratiqués par Nikon et Sony pour s’apercevoir que ce moindre coût en fabrication ne profite malheureusement pas au consommateur final. De même que la promesse initiale d’économie des Mirrorless n’est pas tenu: l’absence de miroir et de tout cette quincaillerie mécanico-préhistorique aurait du faire baisser les prix. Ça ne m’empêche pas d’utiliser avec plaisir les deux systèmes mais c’est une réalité.

    • Oui, on a jamais pu constater que les optiques non stabilisées étaient moins chères, que leur équivalent stabilisé (chez Canon par exemple)…

      Quelques exemples d’objectifs stabilisé peu coûteux et excellents :

      Canon RF 35 mm f/1.8 IS USM : 547 € – https://amzn.to/2O6N8H4
      Canon EF 35 mm f/2.0 IS USM : 499 € – https://amzn.to/2RixxJb
      Canon EF 28 mm f/2,8 IS USM : 475 € – https://amzn.to/2RGy9I7
      Canon EF 24 mm f/2,8 IS USM : 445 € – https://amzn.to/2Cehsd4
      Canon EF 24-70 mm f/4.0 L IS USM : 679 € – https://amzn.to/2Rl9Kbw
      Canon EF 70-300 mm f/4-5.6 IS USM II : 549 € – https://amzn.to/2ADUADX

      Je vous laisse le soin de chercher autant d’équivalents non stabilisés (qui soient aussi bons) … et moins chers en même temps.

      Pas exemple Sony ne propose pas de 35 mm f/1.8 (à l’image de Canon qui propose son tout nouveau modèle stabilisé à 550 €)…

      http://photoetmac.com/2019/03/pourquoi-sony-ne-propose-t-il-pas-de-35-mm-f-1-8/

      Mais ils proposent un 28 mm f/2.8 non stabilisé qui est moins lumineux et plus couteux : 780 €

      https://amzn.to/2Tswckp

      Nikon propose son nouveau Nikon Z 35 mm f/1.8 S qui n’est pas stabilisé, mais plus cher (799 €) que le Canon : https://amzn.to/2UIZW9f

      Conclusion : le prix n’a pas grand chose à voir avec la présence de la stabilisation ou pas. Mais avec éventuellement la capacité du constructeur à vendre de plus ou moins grandes séries…

  2. JF, Comme tu le soulignes la performance de la stabilisation capteur ne sera pas de la même efficacité avec une courte ou une longue focale. C’est bien pour cette raison que certains fabricants combinent les deux techniques. Mais il faut déjà commencer à aller loin en focale pour que la stab optique prenne le dessus sur une stab capteur. Il me semble me souvenir que Focus Numérique avait fait un article et des tests là dessus mais je ne retrouve pas le lien. Mais quand j’avais mon olympus omd em5II, sa stabilisation capteur était d’une efficacité supérieure à la stabilisation optique à 100 mm de mon objectif panasonic 35-100 mm f2.8. Je n’ai pas fais de test avec mes boitiers Panasonic.
    Mais je retrourne ta remarque sur la présumée universalité d’une solution en prenant la définition des capteurs comme contrainte supplémentaire à cette équation. Est-ce qu’une stabilisation optique sur une longue focale donnée sera aussi efficace sur du 20 Mpix que sur du 50 Mpix. Ou même en passant de APSC à du FF (cf Canon, Sony ou Nikon..)
    Alors qu’on pourrait penser que la stab capteur soit optimisée pour les objectifs natif du fabricant du boitier avec une prise en compte de la focale.
    D’ailleurs quand on utilise une optique manuelle avec un Olympus, il faut rentrer la longueur focale utilisée dans les paramètres du menu car le boitier est censé en tenir compte. Et ce n’est pas pour renseigner les Exifs car paradoxalement la focale indiquée n’est pas prise en compte dans ces derniers.

    • Je travaille avec un EOS 5DsR… Et je peux descendre avec mon 70-200 mm f/4 à des vitesses des 1/40 sec au 200 mm, en étant bien net… Et il arrive parfois sur une rafale, que j’ai une ou deux images nettes au 1/20 sec !

      La stabilisation de cet objectif qui date de 2006, a été conçus à une époque ou les capteurs faisaient 18 Mpixels… Elle marche toujours aussi bien avec 50 Mpixel.

      On se félicite parfois de la stabilisation si exceptionnelle des Panasonic et des Olympus (et c’est vrai qu’elle est très bonne) : mais c’est un peu « facile » avec seulement 16 ou 20 Mpixels au compteur… Il faudrait comparer des choses comparables ! Si ces modèles disposaient de 50 Mpix : on verrait plus facilement du flou de bougé, en affichant les pixels 100%.

      Avec la stabilisation dans l’objectif ; si l’on prend des objectifs plus récents, on d’une stabilisation encore meilleure. J’ai pu réaliser des photos nettes au 200 mm avec le 70-200 mm f/2.8 L I USM II, jusqu’au 1/15 sec… (et je n’ai pas encore essayé la version III).

      L’avantage c’est que l’on peut conserver un ancien boitier, avec ses anciens objectifs, mais si l’on acquière un objectif plus récent avec une stabilisation plus performante (pour compléter sa gamme d’objectif), alors on profitera sur cet objectifs d’une stabilisation encore meilleure…

      Sinon, je n’ai pas ben compris ta question…

      Quoi qu’il en soit, on se dirige pour les boîtiers Pro Canon en gamme R, vers la « double stabilisation »… Donc tout le monde sera content !

      • « Si ces modèles disposaient de 50 Mpix : on verrait plus facilement du flou de bougé, en affichant les pixels 100% » . Ce n’est pas lié plutôt à la taille des photosites ?. J’imagine un capteur avec 1 mètre de diagonale et 50 MPixels un déplacement de 1 dixièmes de millimètre 0,1 mm pendant l’expo à vitesse d’obturation identique à moins de conséquences que sur un capteur photo riquiqui de 1 millimètre de diagonales et 50 mpix. Je suppose que le poids de l’ensemble mobile à un effet aussi plus c’est lourd plus il y’a d’inertie un capteur MFT plus léger doit être plus agile ?. Si je ne me suis pas trompé dans mes calculs , mon Olympus EM1 mark 2 avec 16 mpix à malheureusement pour lui des photosites plus petits qu’un FF de 50 Mpix.

      • Oliver Olympus le

        « Si ces modèles disposaient de 50 Mpix : on verrait plus facilement du flou de bougé, en affichant les pixels 100% » ce n’est pas lié plutôt à la taille des photocites . Imaginons un capteur avec 1 mètre de diagonale et 50 Pixels un déplacement de 1 dixièmes de millimètre 0,1 mm à vitesse identique à moins de conséquence que sur un capteur photo riquiqui de 1 millimètre de diagonales. Je suppose que le poids de l’ensemble mobile à un effet plus c’est lourd plus il y’a d’inertie un capteur plus léger doit être plus agile . Si je ne. me suis pas trompé mon Olympus EM1 mark 2 avec 16 mpix à malheureusement pour lui des photcites plus petits qu’un FF de 50 Mpix.

    • Et aussi par rapport à ton expérience : si ton micro 4/3 était mieux stabilisé par le capteur, que par l’objectif, c’est peut-être tout simplement parceque la stabilisation de cet objectif en question, était « peu performante » tout court (dans l’absolu)…

      Moins performante que celle du capteur donc. ET moins performante que celle que Canon propose sur ces objectifs… Ils ont beaucoup plus d’expérience et de maitrise de cette technologie. D’ailleurs ce sont eux qui ont inventé la stabilisation dans l’objectif (il n’existait pas de capteurs à cette époque) : c’était le 75-300 mm f/4-5.6 IS USM en 1995

  3. Olivier Olympus le

    Il me semble que c’était Nikon le détenteur des brevets de la stabilisation dans l’objectif à vérifier je dois me tromper ? le premier appareil avec stab dans l’objectif est bien un Nikon le compact Zoom 700vr . « Vibration Reduction (VR) – Nikon (produced the first optical two-axis stabilized lens, a 38–105 mm f/4-7.8 zoom built into the Nikon Zoom 700VR (US: Zoom-Touch 105 VR) camera in 1994) » « http://www.cameragossip.com/nikon/nikonzoom700vr ».

  4. Olivier (nikon z6 et rien d'autre) le

    Plus le temps passe et plus je me dis que 200€ de plus ou de moins pour un objectif d’une marque ou d’une autre n’est pas vraiment significatif sauf à vouloir se faire plaisir sur des données brutes de coût.
    Et puis quand on aime, on ne compte pas. Moi je ne suis pas pro, donc j’achète l’objet plus que l’utilisation de l’objet.
    Et sérieusement pour un pro, j’espère qu’il ne va pas se focaliser sur 2-300€ en plus ou en moins sur un objectif et subitement changer de marque ou mieux dormir la nuit s’il venait à faire cette économie.
    Car ces 200€ reportés sur une utilisation de plusieurs années, qu’est ce que cela représente? Et si le photographe cherche à défrayer ce type de dépense sur sa société et défalque la tva, cela devient des comptes d’apothicaire.

    Je suis plus sensible au gain du volume. Et là je pense que Canon est très fort, par exemeple avec leur 35mm RF, ou encore le futur 70-200… superbe.

    Mais si je prends du recul et au-delà de savoir si un système est meilleur que l’autre, la seule chose que je retiens pour le moment est que l’offre Canon est encore un peu confuse: un mix d’objectifs stabilisés et non stabilisés, objectifs pro à monter sur des appareils non pro, non stabilisés etc… me laisse dubitatif.

    Je suis donc très pressé de voir le futur EOS R pro et voir un objet « state of the art » comme Canon sait si bien les faire.

    Pour l’instant et objectivement, si je regarde Panasonic et son offre (lourds, lourds), Sony et une monture âgée et Nikon avec des objectifs finalement pas assez petits, je me dis que Nikon propose malgré tout l’offre la plus cohérente. Et privilégie un peu plus la vidéo que Canon, qui peut’être ne servira pas à tout le monde, mais pourras faire la différence sur les résultats.

    Nikon va-t-il lancer comme Canon un vrai modèle pro?
    Ou bien un APS-C (ce serait dommage, mais il est écrit sur les notices que les objectifs Z sont aussi compatibles aps-c)

    Il y a encore des histoires à écrire et de belles photos à faire!

  5. J’ai déjà travaillé à main levée avec mon A7RIII et le 100-400 GM lorsque la nuit est en train de tomber et non seulement l’AF continue de fonctionner avec une précision remarquable, je n’ai jamais constaté de micro-flou de bougé comme j’ai pu en avoir avec mon lointain D800 ou en voir dans les images d’un copain faites avec un EOS-5Ds et un 600/4 dernière génération en plein jour.
    Pour revenir à la stabilisation de l’objectif, j’ai toujours été pour qu’il soit étendu aux focales courtes. Il y a quelques années, tout le monde disait que ça ne servait à rien en grand angle (y compris notre hôte), et je suis heureux de voir que finalement, on trouve aussi des 16-35 ou même des 35, 28 et 24 stabilisés, et c’est très bien comme ça.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.