web analytics

Alien Skin Exposure X4 : un bon explorateur de fichiers

6
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Après quelque logiciels testés précédemment (Lightroom Classic CC bien évidement, puis le nouveau DxO Photo Lab 2, puis Skylum Luminar 3, puis ON1 Photo RAW voici une prise en main complète du récent Alien Skin Exposure X4

 

 

 

 

 

Comme d’habitude, notre « benchmark » restera celui que je considère être le meilleur catalogueur de photos actuel… Et que je continue à utiliser comme outil principal (comment pourrais-je m’en passer ?), c’est à dire :  Lightroom Classic CC 8.1 (lire tous nos articles). Ne soyez donc pas surpris de le voir apparaître toutes les 10 lignes, pour le comparer à d’autres…

Reste que, en 2018 beaucoup de photographes amateurs (et même quelques professionnels qui peinent à boucler les fins de mois), n’ont plus les moyens (ou ne désirent plus), payer un abonnement mensuel pour utiliser un logiciel de photo comme Lightroom (qui vous coutera 11,99 € par mois).

Interface en Développement : il suffit d’ouvrir le panneau de Droite pour se retrouver en « Module Développement »… Car il n’y a pas de « Modules » à proprement parler.

 

Il se crée donc un nouveau marché extrêmement vivant, de logiciels de catalogage (ou d’explorateurs de fichiers) : peu coûteux mais relativement ambitieux, dont j’ai commencé à faire le tour… Jusqu’à présent, celui qui m’a vraiment convaincu n’est malheureusement disponible qu’en Anglais : il s’agit de ON1 Photo RAW 2019 (pour lequel je vous proposerais des formations en 2019).

Alors c’est parti pour la découverte de Alien Skin Exposure X4, qui n’existe lui aussi qu’en Anglais actuellement… (et que jusqu’à présent, je n’avais jamais essayé).

 

 


Installation et prise en main facile :  vous n’aurez pas de difficultés à rentrer dans le logiciel, il fonctionne comme beaucoup d’autre : un double-clique pour agrandir les photos depuis la grille. Pas de Module Développement ici, il suffit d’ouvrir le panneau de droite et les outils sont immédiatement disponibles.

Pour visualiser un dossier, cliquez simplement sur « Add a Bookmark » (le petit signe + en haut de la colonne de gauche), sélectionnez le dossier en question et il restera « Référencé ». Facile… Il n’y a pas de dialogue d’importation, à proprement parler. Et pas de catalogue…

D’autant plus facile, que Exposure X4 est capable de ne pas perdre le chemin vers un dossier, qui aurait été renommé depuis le Finder. Y compris si vous aviez renommé le dossier pendant que Exposure X4 était « quitté » (n’était pas lancé)… Au prochain lancement, Exposure X4 se re-connectera à votre dossier et « verra » son nouveau nom. Très bien vu… Cela nous rappel  Skylum Luminar 3, qui est capable de cela aussi, ainsi que ON1 Photo RAW 2019.

 

 


Importation d’une partie du contenu de Lightroom :  Lors de son installation, Exposure X4 installe même un plug-in dans Lightroom (image de gauche). Ce qui lui permet (si vous le souhaitez) d’exporter le contenu de son catalogue vers Exposure X4.

Mais pas question ici de récupérer les paramètres de Développements (ce que seul sait réaliser ON1 Photo RAW 2019 pour le moment). Seuls sont récupérés les images avec leurs annotations, les collections, ensembles de Collections et Collections dynamiques. C’est déjà pas si mal me direz-vous (image du centre)…

 

On peut constater (sur l’image de droite) que les meta données et Mot-clés sont bien récupérés. On ne peut pas dire que l’affichage soit très élégant. Mais contrairement à d’autres logiciels : les Mot-clés hiérarchiques de Lightroom sont bien récupérés. Bravo !

Donc, si vous désirez vous passer de l’abonnement à Lightroom, cette fonction d’importation sera bienvenue. Cet Exposure X4, fait donc partie des « options » à considérer…

 

 


Cela ressemble à Lightroom, mais ce n’est pas exactement Lightroom :  Une fois dans l’Explorateur de fichier, beaucoup de choses sont similaires à Lightroom et vous retrouverez quelques raccourcis claviers identiques (mais pas tous).

Par exemple Cmd f, ne lance pas un outil de recherche (comme on pourrait s’y attendre) : mais passera la fenêtre de l’application en plein écran… C’est un peu idiot tout de même, car Cmd f lance le moteur de recherche dans 80% des logiciels… Et ici pas possible de personnaliser ses raccourcis malheureusement (ce que l’on peut faire dans Capture One et quelques autres).

On est par contre bien content de retrouver le raccourci « tabulation » : qui permet d’écarter puis d’afficher les panneaux latéraux (images 1 et 2)… On retrouve aussi le Mode Solo (via un clic droit), qui est bien agréable pour replier automatiquement les Onglets des panneaux latéraux. Une fenêtre pour « écran secondaire » est même proposée. Elle est très basique mais appréciable.

 

Il est possible d’afficher les images par dates (image de droite), on sera alors gêné par de (gros) séparateurs horizontaux affichant les dates. Peut-être pratique parfois… Mais gênant (souvent), je n’ai pas trouvé comme m’en débarrasser. On aimerait que l’interface soit davantage « personnalisable ».

Malheureusement, dans la vue Grille il n’existe sous le Clic droit aucun menu contextuel « copier les paramètres ». Ce qui est bien dommage. Il faudra aller explorer les Menus du haut de l’écran, pour accéder aux sous-menus de « copier / coller » des paramètres de Développement, qui existent heureusement (voir les images du paragraphe suivant).

 

 


Interface familière, mais perfectible :  Alors bien entendu, on peut « personnaliser » (un peu) l’interface : choisir par exemple le contenu et l’ordonnencement des panneaux latéraux)… Mais ce n’est pas suffisant à mon goût pour ce qui concerne l’aspect de la grille.

Et si vous changiez la taille des vignettes de la vue grille (curseur en haut à gauche de la grille), alors là c’est « The » catastrophe : toute la grille se « décale » et vous perdez votre image de vue… Vous vous retrouvez en bas ou en haut de la liste : très énervant ! Si votre liste d’image est immense (comme c’est le cas si vous avez fait une grosse journée de photo), alors c’est un cauchemar…

L’interface de Exposure X4 souffre encore de pas mal de petits défauts ergonomiques, dans ce genre là. Qui prendront encore quelques années de travail et de corrections à son éditeur… Lightroom est passé par là, durant ses premières années : vous n’imaginez pas le nombre incroyable de petites corrections, qui ont du été apportées patiemment depuis 12 ans, pour le rendre agréable à utiliser aujourd’hui…

Globalement, je trouve donc l’interface de Exposure X4 « moyennement agréable ». Il y a de bonnes choses, mais parfois un peu « taillé à la serpe ». Encore un peu « grossier » et « un peu caché » : par exemple j’ai eu du mal à trouver la vue « Comparaison côte à côte » qui existe (ci-dessous), mais qui est un peu « planquée ». Le logiciel devrait encore progresser de ce côté (ce qui est probablement prévu).

 

Heureusement, il existe bien entendu la possibilité de visualiser l’état de l’image « Avant / Après », grâce à un bouton… Ou en divisant l’écran en deux (horizontalement et verticalement) : une fonction simplement copiée sur Lightroom :

Et il y a encore (et toujours) ce gris anthracite que l’on ne peut changer… Et que l’on retrouve dans tous les logiciels photo, par un curieux effet de mimétisme moutonnier entre éditeurs ! C’est incroyable cette habitude de coller du gris foncé partout… Alors que cette teinte sombre est totalement injustifié : le gris foncé « fausse » notre perception de l’exposition des photos… En les rendant artificiellement plus lumineuses, qu’elles ne sont.

Interface de vérification « Avant / Après »… Il y a aussi un bouton (en haut à gauche), qu’il suffit de maintenir enfoncé à la souris, pour temporairement afficher l’image brute.

 

Cette critique est également valable pour Lightroom, Capture One et tous les autres. Réfléchissez : lorsque l’on encadre une photo, elle est plus souvent affichée sur fond blanc, que sur fond noir…

 

 


Pas de catalogue, mais des fichiers « side-car » :  Alien Skin Exposure X4 (évidement il n’est pas le seul dans ce cas), ne crée pas de catalogues, contrairement à Lightroom, à Capture One, ou même à Luminar 3 (qui sont tous des « catalogueurs de photo »)…

Exposure X4 mémorise donc automatiquement son travail dans de petits fichiers « Sidecare » annexes, enregistrés à côté des fichiers RAW.

Ce que fait également Lightroom, mais seulement si vous le demandez (c’est conseillé mais pas une obligation). Pour ce qui le concerne, Lightroom crée des fichiers side-car (appelés .xmp) qui servent (en complément du catalogue) : à la fois comme support d’échange d’information (par exemple avec d’autres logiciel). Mais aussi comme support de sauvegarde (en plus du catalogue, ce qui est une double sécurité).

 

On voit ici quatre images modifiées dans Exposure X4 (photo de gauche). On va donc retrouver dans le dossier des images (dans le Finder) : un dossier Alien Skin, crée automatiquement à côté des images développées. A l’intérieur de ce dernier, on retrouvera bien les quatre fichiers « Side Car » reconnaissables à leur extension « .exposurex4 ». C’est là que sont enregistrés les paramètres des quatre images précédemment modifiées (image du centre). Il ne faudra pas vous débarrasser (ni déplacer) ce dossier Alien Skin et de son contenu… Si vous le faites cela : vous perdrez votre travail.

 

 


Un principe d’Explorateur de fichier, forcément limité : Le problème des simples « Explorateur de fichier », c’est qu’en l’absence de « catalogues » ils sera justement impossible de « cataloguer » des disque externes… Ce qui limitera beaucoup le flux de travail des photographes productifs. Pour moi, c’est une limitation qui m’empêcherait d’utiliser Exposure X4 comme logiciel principal.

Concrètement : si vous travaillez sur des photos situées sur un disque externe et si vous éjectez le disque : Exposure X4 ne le verra plus du tout. Vos photos disparaitront tout simplement : vous ne voyez plus rien, ni les dossiers, ni les images… Mais vous les retrouverez heureusement en rebranchant le disque.

En contrepartie, les débutants apprécieront cette possibilité offerte par Exposure X4 : de directement et très simplement « Explorer » leurs dossiers de photos, sans devoir « cataloguer »(c’est à dire « Importer », en Mode « Ajouter », ou en « Mode copier ». comme le propose Lightroom). Mais un jour ils se retrouveront peut-être « handicapés » lorsqu’ils progresseront. Par exemple le jour ou ils désireront stocker leur travail sur des disques externes.

A noter que Skylum Luminar 3 est un des rares logiciels « catalogueurs » (avec Lightroom et Capture One), à pouvoir grâce à son « catalogue » (bien que très basique) conserver un « aperçu » des images situées sur un disque externe. Même lorsque celui-ci est déconnecté (absent)…

Vous venez peut-être de comprendre pourquoi la « structure » de Lightroom est plus complexe et nécessite une « phase d’importation » : car cela permet certaines choses indispensables (aux photographes experts) ; que ne peuvent réaliser de simples « Explorateurs de fichiers »… Explorateurs de fichiers, ou Catalogueurs d’image ? Il faut choisir… Et cela dépendra de vos « ambitions » à moyen terme.

Petite parenthèse : un éditeur a tenté de solutionner cette dualité, en proposant les deux options de travail. C’est Capture One qui vous propose de travailler : soit en « Mode Catalogueur »… Soit en « Mode Session ».

 

 


Lenteurs d’affichage inhérentes à l’absence de « gestion des aperçus » : Revenons à Exposure X4, un des défauts liés à sa nature « d’explorateur de fichier », c’est qu’il ne conserve aucun aperçu 100% des images.

Du coup, on déplore une certaine « lenteur » dans l’affichage en plein écran, même sur une machine « super rapide » comme la mienne : quelques secondes sont nécessaires pour afficher chaque nouvelle image. Et personnellement je trouve ça insupportable, moi qui suis habitué à la gestion très précises des Aperçus de Lightroom, qui lui donnent une réactivité sans équivalents (à condition d’avoir fabriqué ces fameux aperçus 100% et compris la façon dont ils fonctionnent)…

Il y a aussi ces fameux « Aperçus dynamiques » de Lightroom, qui lui permettent de Développer des photos, en l’absence des photos (lorsque par exemple en l’absence du disque dur sur lequel elles sont stockées). Rien de tout cela n’est possible avec de « simples explorateurs de fichiers », comme le sont Exposure X4, ou DxO, ou même ON1 Photo RAW 2019.

Que dire enfin du moteur de recherche et du Filtrage… Exposure X4 est encore très loin d’être au niveau de Lightroom à ce niveau là. Faute de catalogue, probablement…

 

 


Des Collections et des Copies virtuelles, tout de même :  Heureusement, même si il n’est qu’un « simple Catalogueur », Exposure X4 propose tout de même des copies virtuelles (image de gauche)…

Mais aussi des Collections (y compris celles qu’il aura précédemment importé de Lightroom)… Des « Dossiers de Collections » et même des Collections Dynamiques. Qui ne sont pas aussi riches que celle de Lightroom, mais sont tout de même efficaces (image de droite).

 

Exposure X4 est tout de même capable d’afficher le cumul des images situées dans de multiples sous-dossiers. Dans ce cas, chaque sous-dossier est séparé d’un autre par une bande horizontale (image de gauche)… Cela a l’avantage de la lisibilité, mais je préférerais pouvoir désactiver cette option (je n’ai pas trouvé comment). Car lorsque l’on affiche de multiples « petits » dossiers composés de 1 ou 2 photos, cela donne quelque chose d’assez désagréable et chargé (image n°2).

 

 


Des outils de Développement classiques :  Exposure X4 propose les outils de Développement habituels, j’ai apprécié de retrouver le fonctionnement exacte des raccourcis de Lightroom pour passer d’un champ à l’autre grâce au clavier. Un bon point… On retrouvera par exemple les tampons de duplication et de réparation (image de gauche). Les habituels filtre radial que l’on retrouve sur presque tous les logiciels désormais (image du centre).

Malheureusement lors de chaque manipulation (déplacement, ajustement) des Filtres gradués on note quelques seconde de « construction de l’aperçu » (Rendering). C’est très pénible je trouve… (image du centre). Après le développement, de retour dans le vue grille : j’ai le regret de constater que l’aperçu de la vignette ne se met pas à jour assez rapidement, ou parfois pas du tout ( ! ? )

 

Il est bien entendu possible de mémoriser des Paramètres de Développement, pour accélérer son travail (dans le panneau de gauche, vous pouvez d’ailleurs déplacer cet onglet ou vous voulez : à droite ou à gauche). Et à côté de ça, vous trouverez des dizaines de paramètres prédéfinis « tout prêts », certains assez intéressants… Avec lesquels vous pourrez perdre votre temps : cela n’avance à rien, mais c’est rigolo.

 

 


Des calques sont aussi disponibles :  Exposure X4 propose des calques. Mais il ne va pas aussi loin que ON1 Phoo RAW de ce côté là : ce dernier est capable de mélanger des fichiers RAW sur divers calques avec des options de fusion avancées. Et même un outil texte…

Ici c’est plus basique et cela suffira à beaucoup d’utilisateurs. Il faut comprendre qu’à chaque fois que vous cliquez sur un outil localisé, un nouveau calque est crée…

 

 


Fun ! Ajoutez du Flare, des textures, des bordures :  un des aspects assez ludiques et réussit de Exposure X4, est son outil servant à ajouter des effets de flare, de diffusions, de reflet, de textures et de bordures plus ou moins psychédéliques… C’est une chose que l’on ne trouve pas dans Lightroom (et c’est d’ailleurs un peu dommage)… Car on parle ici de choses d’une autre nature que de simples « Effets » (Filtres) de développement, tels qu’on les trouve dans Lightroom (et que je n’utilise jamais).

 

D’autres logiciels comme ON1 Photo RAW ou Luminar 3 proposent des choses (plus ou moins) similaires, mais je trouve l’outil de Flare de Exposure X4, spécialement réussi et ludique… Même si tout n’est pas possible, on se débouille pour obtenir à peu près ce que l’on veut, en combinant avec d’autres calques.  Quand à l’outil permettant d’ajouter des cadres (au dessus des images), il est assez étonnant, si vous en avez besoin… Je suis assez épaté, même si personnellement je n’utilise rien de tout cela.

 

 

 


Exportez précisément :  Au moment de l’export on sera rassuré par un outil d’export assez complet, c’est là que Exposure X4 creuse la différence avec Luminar 3, par exemple… L’Export de Exposure X4 permet (presque à la façon de Lightroom) de mémoriser divers styles de Filigranes, tailles de fichiers, Destinations, re-nommage des fichiers exportés et même Netteté de sortie…

 

Il eu été malin de retrouver ici également la belle collection de « cadres » disponible en Module Développement… Mais non, c’est un peu dommage. Seul ON1 Photo RAW 2019 a eu cette bonne idée…  Mais à part ce détail : c’est bien complet…

Remarque en passant : Lightroom fait un peu mieux en terme d’interface d’Export « Global ». Car il permet de mémoriser en un seul « Paramètre Unique » : absolument tous les « petits réglages » (destination, netteté, filigrane, etc)… Ce qui permet d’exporter directement en un clic-droit depuis la grille…

Alors que Exposure X4 vous oblige à mémoriser chaque « petit réglage » individuellement sous forme d’autant de Paramètre… C’est beaucoup plus lent à programmer et je n’ai pas trouvé un moyen de synthétiser l’ensemble de ces « petits réglages », en un seul « Paramètre Unique », regroupant tous les « sous-paramètres ». C’est peut-être un détail poooour-vous, mais pour moi ça veut dire beauuuuu-coup…

 

 


En conclusion :  Exposure X4 possède beaucoup de qualités, il est assez facile à prendre en main et plutôt riche en fonctionnalités.  Comme les mot-clés hiérarchiques (ceux de Lightroom sont même récupérés). Mais aussi ses « filtres » de Flare, textures et cadres, qui sont amusants. Ou encore la gestion des calques…

La présence du Plug-in d’importation de Lightroom est un « vrai plus », même si cette fonction reste simpliste face à celle de ON1 Photo RAW 2019 (seul capable de récupérer les ajustements non destructifs sur les fichiers RAW). Appréciable également un outil d’Export très complet ressemblant à celui de Lightroom (moins pratique, mais complet).

Toutefois, je reprocherais à Exposure X4 une interface peu « raffinée » et un manque évident de réactivité lors de l’affichage. Surtout après le développement lors du retour à l’affichage « Grille »… Et c’est vraiment gênant, car le problème survient images après images. Même si l’on a déjà visualisé ces images une première fois : il ne s’en « souvient » pas…

Ce qui me gène aussi, c’est l’absence de catalogage des disques externes. Chose que permettent Lightroom, Capture One… et même le « petit nouveau » Skylum Luminar 3.

Enfin, le prix pourrait être plus doux car 149 $ (ou 99 $ l’upgrade depuis version antérieure) c’est un peu plus cher que les concurrents directs : ON1 Photo RAW (qui propose plus de fonctionnalités) mais coûte seulement 99,99 $. Et Skylum Luminar qui ne coute que 69 € : qui plus simple à prendre en main, beaucoup moins riche en fonctionnalités, mais qui est traduit en Français… Et qui est « super malin » avec son catalogue capable de « mémoriser » les images stockées sur des disques externes.

Donc un logiciel « qui reste perfectible » : à surveiller de près car il dispose d’un bon potentiel d’évolution… Surtout si un jour on lui adjoint une fonction de catalogage (optionnelle éventuellement). Lire tous nos articles de la catégorie Exposure X.

 

  • Par rapport à DxO : celui-ci existe en Français (il est Français ;-) et vise des utilisateurs plus avancés et débrouillards… Pourtant, la gestion de photothèque de DxO vient « seulement » d’arriver dans la dernière mise à jour du logiciel. Et autant dire les choses : elle déçoit, car il ne s’agit que d’un simple explorateur de fichiers (Exposure X4 et Luminar 3 font donc mieux sur ce plan là)… Toutefois, on peut espérer qu’elle progresse assez vite. Par contre DxO est beaucoup plus pointu en terme de corrections des défauts des objectifs (mais est-ce finalement un outil si vital ?) et de Développement en général… DxO coute 129 € sans abonnement, il est donc moins cher. Relire notre prise en main : DxO PhotoLab 2 : le temps du renouveauet tous nos articles de notre catégorie DxO.

 

  • Par rapport à ON1 Photo RAW 2019 : ce dernier (lui aussi uniquement en Anglais) est plus complexe et vous demandera (certainement) davantage d’efforts d’apprentissage que Exposur X4… Personnellement l’Anglais n’est pas un problème pour moi et ma préférence va à ON1 Photo RAW 2019 : qui est très impressionnant… Il est plus ambitieux et puissant que Exposure X4… Il n’est pas si loin d’être une authentique alternative à Lightroom et à Capture One. Il ne lui manque que le catalogage des disques externes (je suppose que cela arrivera dans une prochaine mise à jour)… D’autant que lui aussi ne nécessite aucun abonnement : sa licence classique coute 99,99 $ (il est moins cher). Lire tous nos articles consacrés à ON1 Photo RAW.

 

  • Par rapport à Skylum Luminar 3 : Exposure X4 propose une courbe d’apprentissage assez proche de celle de Luminar 3. Les deux sont assez faciles à prendre en main et relativement « Fun ». Léger avantage à Luminar, question facilité (car il existe en Français contrairement à Exposure X4)  Je dirais qu’ils s’adressent aux mêmes genre de photographes, mais que Exposure X4 est tout de même un peu « plus pro » et plus complet que Luminar, au niveau de la gestion de la Bibliothèque que Luminar 3. Toutefois (et paradoxalement) ce dernier permet de cataloguer des disque externes, ce qui manque à Exposure X4… Luminar 3 ne coute que 69 € sans abonnement… Lire : Test de Skylum Luminar 3 avec « Bibliothèque » et tous les articles de notre catégorie Skylum Luminar.

 

  • Par rapport à Lightroom Classic CC : Exposure X4 présente l’avantage d’être moins cher que Lightroom Classic et ne nécessite pas d’abonnement (11,99 € / mois pour Lightroom), tout en offrant quelques-uns des outils qui font l’intérêt de Classic (seulement quelques uns) et même quelques gadget sympathiques qui manquent à Lightroom (les « Flare » et les « cadres »). Toutefois, il faut aussi compter avec le nouveau Lightroom CC (orienté Cloud) qui est vraiment très simple à prendre en main et qui pourra séduire les débutants, aussi bien que Exposure X4… Tout en promettant de les amener beaucoup plus loin à long terme. Enfin, au delà de ses outils plus riches et de la possibilité de partager via le Cloud : le traitement RAW de Lightroom est plus fin et plus précis que celui de Exposure X4. Lightroom Classic CC et Lightroom CC restent nos références indiscutables… Relire, tous les articles de notre Catégorie Adobe Lightroom Classic CC.

 

  • Par rapport à Capture One : il est plus facile de rentrer dans l’interface de Exposure X4 que dans celle de Capture One. Bien entendu la Gestion de Photothèque de Capture One (et celle de Lightroom) sont plus ambitieuses et complètes que celle de Exposure (qui n’a pas de catalogue). Pour la qualité du développement, pour la colorimétrie et pour bien d’autres choses : Capture One domine très largement Exposure X4… Mais ce logiciel plus couteux ne s’adresse pas forcément pas aux débutants, qui se sentiront assez vite perdus. Capture One est plus difficile à prendre en main et reste évidement (beaucoup) plus coûteux : 349 € sans abonnement (ou abonnement à 18,30 € par mois). Lire les articles de notre catégorie Capture One.

 

 


 

 

 

C’est bien : C’est moins bien :
 

  • Aspect simple de l’interface
  • Relativement simple au démarrage
  • Import (partiel) depuis Lightroom

 

  • Exploration des dossiers directement
  • Enregistrement de fichiers « side-car »
  • Quelques raccourcis proches de LR

 

  • Présence des mot-clés hiérarchiques
  • Présence des copies virtuelles
  • Collections et Collections Dynamiques

 

  • Présence et gestion des calques
  • Présence de l’outil Torsion
  • Affichage double écran basique

 

  • Création de « flare » et de cadres…
  • Presets de développement amusants
  • Exports assez complet (filigranes)

 

  • Licence sans abonnement

 

 

  • Uniquement en Anglais
  • Interface trop peu personnalisable
  • Manque de réactivité

 

  • Gestion trop basique des mot-clés
  • Pas de catalogage disques externes
  • Pas de gestion avancée des Aperçus

 

  • Pas de reconnaissance des visages
  • Pas de Module Carte / GPS
  • Pas de profiles couleur d’entrée

 

  • Pas de Fusion Panorama
  • Pas de Fusion HDR
  • Outils localisés peu raffinés

 

  • Outil d’impression basique
  • Pas de Module Planches Contact
  • Peu de réglages des Préférences

 

 

 

 

 

 


Mise à jour : le 23 décembre.

 

 

 

 

Ecrire des articles de fond (test terrain) prend énormément de temps… Mais c’est ceux-là qui vous intéressent le plus (et moi aussi). Je ne sais combien de temps je pourrais continuer à enrichir ce blog (qui existe depuis plus de 10 ans) sans rémunération directe. En effet, depuis que le Mensuel Déclic Photo a disparu, l’écriture des « tests terrain » n’est plus financée en quelque sorte).

Paypal-Donate-Button-Image

Donc pour « garder le rythme », je compte un peu sur « l’investissement » sur ce blog, que vous pourriez faire par vos dons via Paypal. Merci d’avance et bonne lecture…

 

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

6 commentaires

  1. Pingback: Exclusif : test de Skylum Luminar 3 avec "Bibliothèque" - photoetmac.com

  2. Pingback: Existe-t-il de vraies alternatives à Lightroom ? - photoetmac.com

  3. Bonjour,

    J’utilise Exposure X depuis sa version X. Il est à noter que ce logiciel, qui vise depuis toujours à simuler les films analogues (https://www.alienskin.com/blog/2018/exposure-film-simulation/) existe depuis fort longtemps (au départ, c’était un plug-in pour Photoshop je crois).

    Bref, je suis un photographe amateur (la photo n’est pas un boulot pour moi et je n’ai jamais utilisé Lightroom) et j’apprécie énormément la simplicité d’Exposure X (incluant le fait que je peux gérer les photos directement dans le Finder et que je peux aussi l’utiliser sur un pc au besoin). En quelques clics, je suis en mesure d’ajuster mes photos et de leur donner un aspect qui mettra en valeur le sujet.

    Je suis d’accord avec le fait que ce logiciel est un « work in progress ». Mais il s’améliore grandement d’année en année. La compagnie est par ailleurs très à l’écoute de ses utilisateurs pour le faire évoluer.

    Avant de choisir Exposure X, j’ai fait le tour de différents logiciels (On1 Photo Raw, Lightzone, Darktable, DigiKam, RawTherape, etc.), mais aucun ne m’apportait autant de plaisir! Bref, pour moi, Exposure X est un bon compromis entre la simplicité d’utilisation, la flexibilité (utilisation sur 2 ordis Mac ou PC) et les possibilités créatives.

    En terminant, je vous remercie pour ce tour d’horizon bien intéressant!

  4. Pingback: Test : Capture One 12, le vétéran se défend bien - photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.