web analytics

Skylum Luminar nous montre un bout… de son DAM

40
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Dans les semaines à venir, Luminar nous en dira un peu plus sur leur projet de « DAM » (Digital Asset Managment) qui serait en cours de développement… Il s’agirait d’un outil de catalogage, mais on ne sait encore « absolument rien » à son propos.

Ni sur l’ambition finale de l’outil, ni sur les fonctionnalités envisagées…Toutefois, voici une très courte vidéo ou il n’y a quasiment rien à voir pour le moment, en dehors de l’aspect global de l’interface d’importation. A suivre ? Entre temps : Skylum Luminar 3 est sorti et nous l’avons testé ici :        Exclusif : test de Skylum Luminar 3 avec « Bibliothèque ».

 

Quelques copies d’écran :

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

40 commentaires

  1. Il n’y a aura rien de plus que ce qui existe déjà, on ne peut pas réinventer la roue.

    On notera également le temps de chargement des vignettes, qui démontre que la solution DAM de Skylum sera confrontée aux mêmes problèmes que les autres… avec 15 ans de retard.

  2. Il n’y a aucun doute que la solution Lightroom est la plus performante à ce jour, maintenant la concurrence a du bon et tout le monde n’a pas besoin d’un DAM aussi détaillé. Parfois la simplicité a du bon surtout si cela permet d’être rapide et de retrouver in fine ses petits.

    • Laurent, c’est pour cela que Lr CC est proposé. Il décharge le photographe des tâches d’organisation complexes, en automatisant l’import par dates, en facilitant la création et le partage d’albums et en mettant une dose d’intelligence artificielle pour rechercher et trier les images. De ce point de vue, Adobe n’a pas attendu la concurrence – qui reste encore au stade du vaporware – et a développé entretemps de nombreuses technologies qui sont actuellement utilisées dans ses solutions de gestion de contenu pour grands comptes AEM, et qui redescendent dans les logiciels accessibles au public.

  3. C’est vraiment dommage que Capture One abandonne le formidable outil de catalogage qu’est Media Pro, initialement iView Media Pro. N’en déplaise aux aficionados de Lightroom, on n’a pas fait mieux jusqu’à présent et ce n’est malheureusement pas cette nouvelle mouture de Luminar qui va révolutionner la situation.

  4. Permettez-moi de ne pas être d’accord. Le module Bibliothèque de Lightroom est bien plus évolué qu’iView Media Pro et son dérivé actuel, avec l’avantage de s’intégrer à un flux de travail, d’y afficher le rendu maison de A à Z et d’accepter l’ajout de fonctionnalités via des modules externes. Et, très important aujourd’hui, la synchro avec l’environnement Lr CC et le cloud. Rien que la collaboration et le partage de fichiers via le couple Lr Classic et Lr CC pour le web est à des années lumières de ce que peut espérer proposer iView Media Pro, resté figé dans les années 2000.

    Même Photo Supreme est un outil largement supérieur à Media Pro.

    • J’utilise Media Pro depuis la création d’iView et j’ai plus de 50 000 photos originales (la plupart au format RAW, tel que sortie de l’appareil) répertoriées avec pour chacune l’identification du lieu précis de prise de vue (pays, ville rue, etc.), l’identification des personnes apparaissant sur ces vues, l’évènement, différentes catégories, p. ex., ma collection d’appareils photographiques et leurs caractéristiques. De plus, pour mes images consacrées à la botanique, je dispose des différents noms latin et français, la couleur et la forme des fleurs, le site de leur découverte. Quand vous disposez d’une aussi grande bibliothèque, l’outil de recherche performant de Media Pro trouve rapidement par exemple les images d’un proche. Je doute fort que Lightroom fasse aussi bien et surtout aussi complètement documenté, pour l’avoir testé à l’époque.

      • « Vous doutez fort » et donc, votre avis ne repose sur aucune expérience ni utilisation de Lightroom, alors que je connais bien Media Pro et que j’ai même traduit un ouvrage qui repose entièrement sur lui (The DAM Book, de Peter Krogh).

        Il n’y a pas une chose que Media Pro sait faire et que le module Bibliothèque ne sache pas faire. Lightroom permet de géolocaliser, propose l’identification de visages avec, désormais, une deuxième génération de moteur qui repose sur l’AI. Il sait tout aussi bien gérer les tags, vos noms de fleurs, en français, en latin, dans n’importe quelle langue, et il accepte les thésaurus hiérarchiques aussi.

        Lightroom dispose aussi d’outils de recherche et de filtrage, au moins aussi puissants que ceux de Media Pro.

        À cela, vous pouvez ajouter des solutions basées sur l’intelligence artificielle comme les plug-ins Excire Search ou encore Any Vision, ce dernier reposant sur les algos développés par Google, et capables d’identifier le contenu, les objets, les lieux sans aucune intervention de votre part.

        Vous profitez aussi de l’AI et du machine learning (auto apprentissage) si vous utilisez également l’environnement Lr CC. tapez chien, ou une race de chien, et le programme trouve toutes les photos correspondantes sans même avoir à saisir le moindre mot-clé. Les plug-ins que j’ai cités plus haut ont même été capables d’identifier et de tagger automatiquement « Mercedes 300SL » sur des photos que j’avais faites de cette voiture de collection, et ceci sans intervention de ma part ni mot-clé préalable.

        C’est ça l’avenir, et Lightroom y est ouvert. Ce qui n’est pas le cas de MP. Ce n’est pas parce que vous connaissez à fond un logiciel qu’il est forcément le meilleur et, dans le cas du votre, il n’a pas évolué depuis 20 ans, à part quelques rustines de ci de là. Donc ne dites pas que Lr n’est pas bon, d’autant plus si vous ne l’utilisez pas et que vous n’en connaissez visiblement pas les outils.

        • Je n’ai pas tout dit, je suis un fervent utilisateur de Photoshop depuis sa conception et de DxO PhotoLab et Lightroom dont je n’ai pas suivi l’évolution me semble un peu léger comparativement, et puis est-ce qu’il est possible de migrer depuis Media Pro sur Lightroom en conservant l’immense bibliothèque de vocabulaire construite au fil des ans, laissez-moi en douter ?

          Je suis un grand septique comme vous pouvez le constater et certainement trop âgé pour changer.

          • André, si vous vous sentez à l’aise avec Media pro, pourquoi changer ? Mes interventions étaient simplement pour vous dire que Lightroom était tout aussi compétent et plus ouvert pour la gestion des images. J’ai moi-même 140 000 images dans mon catalogue et je crois que JF, le patron de ce lieu, en a au moins 250 ou 300 000. Il connaît très bien les deux programmes et tiendra sûrement le même discours que moi.

            La migration est effectivement possible, puisque MP utilise les protocoles internationaux en vigueur. Mais ça restera beaucoup de boulot, et évitez de vous disperser dans 36 logiciels différents.

            • Merci, Gilles. Mon problème avec l’abandon du développement de Media Pro est le fait que le programme est resté en 32 bits, ce qui signifie qu’à moyen terme il ne sera plus compatible avec les futurs OS d’Apple. Si, comme vous le dites, la compatibilité existe avec Lightroom sans perte de données, je suis prêt à me former, cependant le plus tard possible. Je suis également un fervent adepte du conservatisme en matière d’utilisation de logiciel qu’il faut beaucoup de temps pour en comprendre toutes les arcanes et j’abonde dans votre sens.

            • Oops, j’ai oublié de formuler mon opposition farouche à tous les logiciels par abonnement et c’est malheureusement le cas pour Lightroom. Je suis resté à la version CS3 de Photoshop, c’est tout dire…

              • Oui, mais là, vous êtes à « contre temps » en quelque sorte…

                Vous payez bien l’eau, le gaz, l’électricité, mais aussi votre téléphone et l’accès à Internet sous forme d’abonnement…

                Si vous considérez que vos photo ne méritent pas un abonnement, alors c’est que vous ne les considérez pas si importantes ;-)

                Par ailleurs : sachez que si vous cessez votre abonnement, votre catalogue Lightroom Continue de fonctionner gratuitement ! Exactement comme Adobe bridge d’ailleurs…

                Je l’ai vérifié : SVP lisez cet article ! ! !

                Lightroom Classic CC gratuit à la fin de l’abonnement !

                 

                 

                Nous l’avions expliqué ici : Catalogue Lightroom gratuit à l’issue de l’abonnement : si vous cessez de payer l’abonnement à Lightroom Classic CC, ce dernier restera fonctionnel indéfiniment et 100% gratuitement : Oui : 100% gratuitement !

                Dans une configuration légèrement réduite : seuls les Modules Développement et Cartes sont désactivés…

                 

          • Il est tout à fait possible de migrer l’ensemble du catalogage réalisé sur iView vers Lightroom… Les champs sont compatibles à 99% (et pour le 1% qui pose problème , il est très facile de contourner le problème).

            C’est d’ailleurs mon métier (en quelque sorte), j’ai réalisé cette opération (prestation, pou en formation) pour de nombreux clients et sociétés entre 2006 et 2012, ensuite : plus personne n’utilisait iView… (ou les ai assisté pour cette opération).

            Je ne peux livrer leur nom ici, mais vous en connaissez pas mal (forcément), certain étant mondialement connus…

            Reste que « se former à Lightroom », est un vrai investissement : tant le programme est riche et puissant…

            http://photoetmac.com/category/12-apprendre-formations/

            N’hésitez pas à me contacter à ce propos, si vous voulez participer à une formation en petit groupe convivial :

      • André, le développement de Media Pro s’est figé définitivement en 2008… 

        J’en sais quelque chose, j’étais beta testeur officiel pour le précédent éditeur (et créateur de View media Pro, puis pour Microsoft à l’époque…

        C’est bien dommage car ils étaient à l’époque « en avance » sur Lightroom…

        Mais à partir de 2008 Lightroom est devenu bien meilleur pour le catalogage. Et propose depuis bien longtemps « davantage » d’options, de perfectionnements, d’astuces…et surtout il profite de plus de 10 années d’optimisation. 

        Rien ne peut rivaliser : franchement ! Et rien ne rivalisera avec Lightroom pour le catalogage, avant au moins 10 ans (si toutefois un éditeur se penchait vraiment sur cette question : ce qui n’est vraiment pas gagné).

        Mon catalogue Lightroom indexe plus de 510.000 images… réparties sur plus de 16 To.

        Pour conclure : Lightroom fait « beaucoup mieux » que View Media Pro, pour l’indexation, la recherche, etc… Je peux vous le garantir.

        Je crois que aucune personne ne connait aussi bien les deux logiciels que moi (je veux dire : aussi bien l’un que l’autre). Ayant contribué à l’amélioration du catalogage de iView Media pro de très près entre 2003 et 2008….

        Quelques archives du blog, consacrées au logiciel ici :

        http://photoetmac.com/category/90-logiciel-expression-media/

  5. Ma passion pour la photo a diminé mais je sais que j’y retournerai plus tard, d’ou ma non bascule vers la formule abonnement de LR et mon repli vers photo et DXO que j’ai depuis début.

    Si en terme de partage la solution photo me satisfait parfaitement, je reconnais que pour le classement et le développement (simplicité de passage de l´un à l’autre), je n’ai pas trouvé la bonne formule combinant photo+DXO ou autre.

    J’etudie un retour vers LR d’autant que les solutions LR sous iOS permettent de tout avoir et de faire plein de choses.

        • Oui, je n’en suis pas certain !
          A mon avis, quelques dizaines de personnes dans le monde (à tout casser ;-)

          Je vous suggère d’écrire une petite note, bien argumentée et complète : décrivant très précisément le problème et les solutions qu’il faudrait y apporter. Je vous promets de l’envoyer aux quelques personnes que je connais chez Adobe et qui pourraient insister pour que l’on se (re) penche sur ce problème.

          En insistant à plusieurs, on a ainsi réussi à faire corriger quelques problèmes, qui étaient jugés totalement secondaires et sans importance.

          A mon avis celui-ci est vraiment sans importance.
          Mais peut-être que l’on découvrira (en insistant), que d’autres personnes ont soulevé ce problème ? Et qu’il mérite qu’on le règle.

          • Je ne vois vraiment pas l’intérêt de désactiver l’ordre alphabétique, qui est l’ordre naturel des choses. Si on souhaite organiser ses mots-clés de manière personnalisée, il faut utiliser la hiérarchie.

            « ça en dérange quelques millions »… pfff, qu’est-ce qu’il ne faut pas lire.

            Par contre, une chose est sûre, d’ici quelques années, à part des cas très particuliers, plus personne n’utilisera de mots-clés. D’ailleurs cette tendance a très largement commencé.

  6. Bonsoir,
    Si dans ma boîte les documents sont indexés en plusieurs langues et les mots clés sont donc classés par langue. Un petit script permet de les extraire automatiquement dans une langue donnée. Lightroom est donc inutilisable pour nous, nous utilisons Bridge qui est malheureusement quasiment laissé à l’abandon.
    Sur le Net ce sont les mecs qui font de l’illustration pour les agences qui exigent un classement des mots clés par ordre d’importance (Alamy par exemple) qui se voient privés de Lightroom. Ça fait pas mal de monde.

    • Oui, enfin, c’est probablement un cas très particulier votre système…

      Il y a certainement plein de moyens intelligents de contourner le problème, en cherchant un peu ! Par exemple en « adaptant » vos scripts pour Lightroom par exemple ? Ce sera probablement plus simple, que d’attendre que Lightroom change la façon de classer les mot-clé…

  7. Faudrait être sacrément balaise pour créer un script capable de refaire le tri automatiquement suivant la langue des mots clés mélangés par Lightroom en les classant dans l’ordre alphabétique…
    C’est vrai que pour nous l’attente de l’émergence d’un concurrent de Lightroom est bien réelle, et nous nous désolons que Bridge soit quasiment abandonné par Adobe et même amputé de certaines fonctions (galeries web)…

    • Rien n’indique (malheureusement pour vous), qu’un éventuel « challenger » de Lightroom ne s’intéresse de près à cette question de classement par ordre Alphabétique.

      Car il me semble que ça n’intéresse vraiment pas grand monde (je n’en ai entendu parlé que 2 ou 3 fois ces dernière années)…

      Alors je me mets à la place d’un Développeur qui se lancerait dans cet (énorme) projet : il y a tellement de boulot en perspective, que déjà il y a au moins 10 années de travail à venir (y compris grâce des outils de développement plus modernes qu’à l’époque), pour seulement « égaler » Lightroom 6… (qui est le fruit de 11 années d’évolution au moins, rappelons-le).

      Je ne dis pas que personne ne va se lancer.

      Je dis juste que les chances de succès sont « minces »…

    • Quelles évolutions de Bridge ces 6 dernières années à part la suppression du module Galeries Web et l’ajout de fonctions relatives à Fotolia (Adobe stock) dont on se fout complètement ?

      • Peut être que ceux qui bossent avec Fotolia se foutent d’Alamy, et inversement.

        Ce n’est pas parce qu’une fonction ne vous est pas utile que c’est le cas de tout le monde.

        Quant aux galeries web, il y a certainement mieux, plus moderne et plus adapté aux usages d’aujourd’hui que cette fonction dont l’intérêt correspond plus à un usage du début de la décennie.

  8. Le problème que je vois ici, avec ces histoires de scripts, c’est qu’il y a certainement erreur de choix sur la solution utilisée. Lightroom s’adresse au grand public, aux indépendants.

    Dès lors où on recherche des fonctionnalités évoluées, dans lesquelles il est possible de mettre la main, de créer des scripts ou de programmer, alors il faut se tourner vers les bonnes solutions, celles qui sont proposées aux entreprises, aux grands comptes, etc.

    À l’heure du machine learning, de l’identification du contenu des images et de l’auto-tagging, je pense qu’il ne faudrait pas louper le virage et rester figé sur les méthodes d’antan.

    On est à une période charnière, et je constate que beaucoup de photographes ne s’en rendent pas compte. Après tout, la plupart d’entre eux n’ont pas mesuré et anticipé la montée du numérique, donc pas surprenant de la part d’un milieu qui, globalement, reste très conservateur.

    • Avec bientôt 30 ans de photographies et je n’ai pas l’impression que notre génération soit très conservatrice ! Nous avons commencé avec des boitiers sans autofocus, à trier des diapos sur des tables lumineuses, à faire des duplicata de diapo et des envois par la poste, puis scanner des diapos, puis utiliser le numérique en se formant à Photoshop, à la calibration d’écran etc. Et comme pour beaucoup,  Iview + CameraRaw ou Capture One + photoshop ça fonctionne ! So…

      • Moi je me souviens surtout que les photographes ont été successivement réfractaires à l’expo automatique, à l’AF, au numérique, au Raw, à ce que Lightroom apportait de nouveau (base de données, flux non destructif), à la publication web et au partage, et, aujourd’hui, à l’intelligence artificielle.

        Si ce n’est pas du conservatisme…

    • Hello Gilles, pas tout à fait d’accord. En plus des indépendants et petites structures de 4 à 20 personnes, il y a aussi des boites beaucoup plus grosses qui utilisent Lightroom…

      Je bosses régulièrement pour des grosse boites aussi, du coup…

      Et j’ai formé des Icono et des photographes salariés dans de vraiment grosses structures. Et l’on a intégré leur Flux Lightroom au flux collectif. En s’accommodant des limites de LR à ce niveau (accès aux disque réseaux etc… en trichant on peut déposer catalogue sur un réseau).

  9. Un tour rapide sur le site d’Alamy me laisse perplexe par rapport à ce vous dites ici. Dans les FAQ, il est pourtant stipulé que l’agence accepte et exploite les mots-clés IPTC – donc ceux de Lightroom – et on peut même utiliser une feuille de calcul Excel à la place. Seuls les mots-clés et légendes en anglais sont acceptés et Alamy propose même des liens vers des services spécialisés de tagging.

    • Sur la page « Tagging images on Alamy » :

      « Try to avoid adding alphabetical lists of tags. »

      Effectivement ne pas avoir la possibilité de désactiver la réorganisation dans l’ordre alphabétique des mots clés est un problème qui rend Lightroon inutilisable pour certains. C’est un fait.

  10. Bonjour Gilles, je vous trouve un poil condescendant et avec de petits airs supérieur.
    Bon c’est pas grave, et je me fiche de Fotolia et d’Alamy.
    En revanche je suis moi aussi intéressé par l’option désactiver le classement alphabétique des mots clés dans Lightroom.
    Quant aux galeries web, à quoi pensez-vous quand vous écrivez « il y a certainement mieux, plus moderne et plus adapté aux usages d’aujourd’hui que cette fonction dont l’intérêt correspond plus à un usage du début de la décennie. » ?

  11. Bonjour Gilles, Jean-François me propose de me fournir ses explications par le biais de Skype que je ne peux malheureusement pas utiliser du fait de ma surdité (j’ai 78 ans, mais cela n’explique pas tout…). En cherchant de la littérature sur Lightroom Classic CC, auquel je viens de m’abonner (voyez quelle influence vous avez !), je suis tombé sur le livre « Lightroom Classic CC par la pratique » édité chez Eyrolles. En êtes-vous l’auteur ? De toute façon, je vais l’acheter en espérant y trouver tout ce dont j’ai besoin.

    Bien cordialement.

    André

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.